• Accueil
  • > Recherche : psoriasis photo

Résultats de votre recherche

LA PROPRIETE DES HUILES VEGETALES

Posté par eurekasophie le 15 août 2009

decocoquelicot.pnghuilestatue.jpg decocoquelicot.png

 

Les supports pour vos soins avec les huiles essentielles

 Les huiles végétales possèdent toutes leurs spécificités avec lesquelles vous pourrez composer pour améliorer vos soins de beauté.

Peut-être aurez-vous envie de choisir une huile très hydratante pour la peau, ou encore prendrez-vous systématiquement le parti

de n’employer que de l’huile de noisette qui ne laisse aucune impression de gras, ou encore de l’huile d’argan très exploitée

en cosmétique pour ses qualités régénératrices et qui convient tant pour le corps que pour le visage et les cheveux .

L’huile d’amande douce: Cette huile de teinte jaune pâle convient parfaitement aux peaux sensibles, de même qu’aux peaux sèches, fatiguées, dévitalisées. Elle soigne crevasses, gerçures et irritations. On peut s’en servir en tant que crème de nuit.

L’huile d’arnica :L’arnica est la plante miracle des bleus. Elle est utilisée en cas de traumatismes. Son huile apaise les tensions musculaires: elle s’associe très bien avec l’hélichryse, la menthe poivrée ou le laurier noble. L’huile d’arnica ne peut être prise par voie orale, son danger résidant principalement dans l’apparition de troubles cardiaques.

L’huile d’argan : Cette huile régénère l apeau, la tonifie, la nourrit. Elle est idéale pour tous types de peaux. Elle convient aussi bien pour soigner les gerçures, les crevasses, que les peaux marquées par les vergetures ou par des séquelles de brûlures.

L’huile d’avocat : De couleur verte, elle est surtout utilisée pour confectionner des crèmes hydratantes. Pour les massages, mélangez-la à une autre huile en petite dose car, si elle est riche en vitamine E , elle a l’inconvénient d’être fort visqueuse.

L’huile de bourrache : C’est une huile très riche en vitamines qui apportera à la peau une régénération efficace. Les vitamines A, D, E et K qu’elle contient tonifient la peau et lui redonnent sa souplesse, tout en lui permettant de respirer. L’huile de bourrache réagit à l’air, à la chaleur et à la lumière, aussi conservez-la dans un endroit sombre à température moyenne.

L’huile de calendula : L’huile de calendula est antiseptique, régénérante. Elle apaise, protège la peau: elle est très bonne pour des peaux eczémateuses, abîmées par le soleil ou encore des peaux rugueuses. Elle apaise aussi les inflammations.

L’huile de calophylle : Elle est conseillée en cas de lourdeur dans les jambes, de fatigue musculaire, de problèmes aux tendons ou aux articulations, on peut l’associer avec bonheur à des HE de cyprès, d’hélichryse ou de gaulthérie. L’huile de calophylle est donc recommandée en massage, lors d’un drainage lympthatique. Dans les soins du visage, elle est utile en prévention et contre les rides.

L’huile de colza : Très riche en acides gras essentiels, caractéristique que ne possèdent pas à ce point les autres huiles végétales, l’huile de colza va améliorer les cellules de la peau. Elle est surtout employée en cure alimentaire et en soin du visage.

L’huile de germe de blé : C’est une huile aux vertus antioxydantes et à fort pouvoir régénérateur. Vous l’emploierez pour réaliser des mélanges destinés aux massages car elle en prolonge les bienfaits. L’huile de germe de blé adoucit et assouplit la peau: elle sera donc utilisée pour diminuer les vergetures ou régénérer des peaux sèches et fatiguées.

L’huile de jojoba : Ayant l’aspect d’une cire jaune pâle, l’huile assouplissante de jojoba équilibre la peau: elle convient donc autant aux peaux sèches qu’aux peaux grasses. Vous l’utiliserez aussi pour les cheveux, combinée avec des huiles essentielles.

L’huile de macadamia : C’est l’huile anti-âge ! Elle va pénétrer en profondeur dans toutes les couches de l’épiderme. Lorsqu’on l’applique, elle ne donne aucunement une impression de gras, ausi pouvez-vous l’employer pour des massages corporels ou encore sur le visage.

L’huile de millepertuis : Cette merveilleuse huile de teinte rouge convient pour soigner les douleurs musculaires, dorsales et cervicales. Elle est très utile après une exposition prolongée au soleil ( attention, surtout ne vous exposez pas avec cette huile car elle est photosensibilisante !) . L’huile de millepertuis traite aussi les inflammations cutanées et sera utilisée avec des huiles essentielles dans le soin des cheveux gras.

L’huile de noisette : C’est une très bonne huile de massage à associer à une HE car elle ne laisse pas d’impression de gras.

L’huile de noyau d’abricot : De couleur jaune pâle, l’huile végétale de noyau d’abricot convient à tous les types de peaux qu’elle tonifie, nourrit, assouplit, revitalise. Vous pouvez l’utiliser en crème de nuit pour hydrater votre visage, notamment si votre peau est fine et sèche.

L’huile d’onagre : Elle prévient le vieillissement de la peau en régulant son hydratation. Elle convient pour tous les types de peaux. On peut la mélanger aux préparations, ce qui évitera qu’elles ne rancissent. C’est une huile assez chère, mais qui a un fort pouvoir d’action, notamment sur le psoriasis, l’eczéma ou encore une peau enflammée. Elle est idéale pour combattre l’action des radicaux libres. L’huile d’onagre réagit à l’air, à la chaleur et à la lumière, aussi rangez-la dans un endroit sombre à température moyenne.

L’huile de pépin de raisin : Extraite par pression des pépins de raisin, cette huile convient surtout pour les peaux grasses. Elle est inodore et pénètre très rapidement dans la peau.

L’huile de primevère : Cette huile est recommandée dans le traitement de l’eczéma et du psoriasis. Ses vitamines, minéraux et son important taux d’acide gammalinoléique en font une huile de choix pour lutter contre le vieillissement de la peau. Il faut la diluer de manière très importante.

L’huile de rose musquée : Elle prévient les rides en assouplissant la peau et en contribuant à la synthèse du collagène. On l’utilisera en onction, en crème de jour ou de nuit sur un visage parfaitement propre.

L’huile de sésame : Riche en lécithine et en vitamine E , l’huile de sésame possède un effet d’écran solaire. Vous pouvez l’utiliser pour protéger votre peau efficacement des agressions extérieures. Elle est parfaite comme base de massage stimulant en association avec des HE aux mêmes effets.

Publié dans PROPRIETES DES HUILES VEGETALES, QU'EST CE QUE L'AROMATHERAPIE | Pas de Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

VERONIQUE

Posté par eurekasophie le 15 mai 2009

 

 

Veronica
 Veronica persica
Veronica persica
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Scrophulariales
Famille Scrophulariaceae
Genre
Veronica

 

Les véroniques (genre Veronica) sont un genre de plantes herbacées annuelles ou pérennes classées traditionnellement dans la famille des Scrophulariacées. On en compte plus de 200 espèces à travers le monde.

La plante doit son nom à sainte Véronique, qui aurait recueilli un linge portant les traits du Christ et aurait, grâce à ce linge, guéri l’empereur Tibère de la lèpre. Or la véronique officinale (Veronica officinalis) était utilisée autrefois en application sur les plaies des lépreux (d’où son nom familier d’herbe-aux-ladres).

La classification APG II (2003) situe les véroniques dans l’ordre des Lamiales et dans la famille des Plantaginacées.

 

DESCRIPTION

La véronique est une plante vivace, rameuse et velue. Les tiges, de 15 à 30 centimètres, sont cylindriques, raides, rameuses, velues, couchées, elles se redressent au sommet. Les feuilles, opposées, légèrement pétiolées, ovales, sont un peu aiguës et dentées. Les fleurs, bleu pâle ou blanc rosé, munies de bractées, sont disposées en grappes axillaires peu compactes. Le fruit est une capsule glanduleuse, triangulaire.

CULTURE ET RECOLTE

Commune en Europe, sur les coteaux boisés, dans les prés, plus rare en région méditerranéenne, la véronique ne dépasse pas 1 000 mètres d’altitude. Sa multiplication se réalise par semis des graines ou par boutures. On récolte les plantes au moment de la floraison; réunies en bouquets, on les suspend dans des locaux aérés jusqu’à séchage complet.

USAGES

Tonique, fortifiante, la véronique stimule les fonctions digestives, l’estomac, le foie, calme les migraines, joue le rôle d’antitoxigène. Expectorante, elle agit sur les bronches, calme la toux, facilite la respiration des asthmatiques. Comme la pensée sauvage, elle est indiquée contre certaines dermatoses : eczéma, prurits, dartres, psoriasis.

On la prépare en légère décoction pendant 2 minutes, en mettant une cuillerée à soupe de plantes par tasse. Prenez en deux ou trois tasses par jour.

 


Quelques variétés de véronique

 

VERONIQUE dans

veronica_gentianoides_p1410195 dans Mon repertoire des plantes les moins usitees veronica_veronique_fleur_4228
     
Véronique gentianoides 

Nom latin: veronica gentianoides

Couleur de la fleur: blanche

Floraison : mai

Famille: Scrofulariacées

Catégorie: plante vivace

 

 

Nom latin: veronica gentianoidesCouleur de la fleur: blanche 

Catégorie: plante vivace

 

 

Véronique

Nom latin: veronica spicata

Couleur de la fleur: mauve

Famille: Scrofulariacées

Catégorie: plante vivace

 

veronica_spicata_heidekind_p1320151   veronica_spicata_heidekind_p1320157

 

 

Véronique

Nom latin: veronica spicata ‘heidekind’

Couleur de la fleur: rose

Floraison : juin

Famille: Scrofulariacées

Catégorie: plante vivace

 

 
veronica_veronique_filiforme_p1240112   veronica_veronique_filiforme_p1240106
   

 

Véronique filiforme

Nom latin: veronica filiforme

Couleur de la fleur: bleue

Floraison : juillet

Famille: Scrofulariacées

Catégorie: plante vivace

Publié dans "V**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 10 Commentaires »

LA SALSEPAREILLE

Posté par eurekasophie le 2 mai 2009

 

salsepareille2.jpg
Nom : Salsepareille

Nom scientifique : Smilax spp.

Autres noms : Smilax, Zarzaparilla, sarsapirilla, liseron piquant.

Résumé : Tonique sexuel et dépuratif


Description : Plante sarmenteuse grimpante à feuilles ovales et à petites fleurs verdâtres.


Habitat et culture : Originaire du Mexique, elle pousse dans les forêts tropicales humides. Aujourd’hui, on la cultive, en Amérique centrale, en Asie et en Australie.

Parties utilisées : Racine

Constituants : Saponines stéroliques, phytostérols, amidon, résine, acide sarsapique et sels minéraux.

Historique : Au Mexique on l’utilisait pour de nombreux maux, elle fut importée en Europe suite à la découverte du Nouveau Monde.

Usages : La salsepareille traite très bien les affections cutanées (eczéma, psoriasis, syphilis, herpès, démangeaisons…), et complète les traitements des rhumatismes et de l’arthrose. D’autre part, c’est un puissant tonique sexuel. Elle aide la circulation sanguine, dans les organes sexuels et augmente les plaisirs sexuels et les orgasmes. Chez l’homme, elle favorise la production d’hormone sexuelles, tout en favorisant l’augmentation de la masse musculaire et soigne l’impuissance. Chez la femme, la salsepareille stimule la production de progestérone, traite le syndrome prémenstruel et les troubles de la ménopause. On dit qu’elle serait l’un des plus puissants aphrodisiaques féminins. Elle s’utilise aussi contre les excès d’urées et les troubles associés (vomissement, céphalées, soif, vertiges…).

Effets : Dépuratif, diurétique, tonique sexuel, aphrodisiaque.

Préparation : Décoction : 50 à 100g par litre d’eau. Bouillir 10mn et infuser 10mn.

Mode d’emploi : 3 tasses par jour avant les repas.

L’usage de plante médicinale n’est recommandée qu’avec avis professionnel et personnalisé.

 

LA SALSEPAREILLE EST AUSSI UNE HISTOIRE DE SCHTROUMPFS

salsepareilledegargamel.jpg

 

3 histoires de Schtroumpfs, tome 6 : La Salsepareille de Gargamel (Cartonné)

de Peyo (Auteur)


 

 

Lutinerie

30 janvier 2006

Les schtroumpfs et la salsepareille

A l’heure où il faut être rapide, citadin, grand, beau, fort et aux dents longues pour survivre, qui se soucie encore de ces petits infra-nains bleus dépourvus (ou presque) de dentition, à la diction fort imprécise, à la démarche improbable et aux idées fixes ?
Moi, et j’espère vous aussi !
LA SALSEPAREILLE dans Après la recette de la dinde au whisky et celle du gloubiboulga, voici comme il se doit la recette de la salsepareille. Ah bah non schtroumpf alors, je trouve nulle part la recette, bouh, je suis toute schtroumpfu !

Mais tout de même quelques infos :
-le système digestif des schtroumpfs :
Le schtroumpf est herbivore. Il est connu des biologistes que les herbivores se caractérisent en particulier par la possession d’un tube digestif nettement plus long que celui des carnivores (la digestion des végétaux est plus complexe que celle des animaux).
Donc, dans le petit corps d’un Schtroumpf, il nous faut caser un très long tube digestif… Il ne reste alors presque plus de place, et en particulier pas assez de place pour des poumons performants.
Conclusion logique : les Schtroumpfs respirent essentiellement par la peau. Ceci n’est pas étonnant, de nombreux animaux ne se servent que peu de leurs poumons (en particulier certaines salamandres et grenouilles). Scientifiquement, on parle de respiration cutanée.
Cette respiration cutanée implique un fort réseau capillaire sous-cutané, c’est beaucoup de petits vaisseaux sanguins juste sous la peau. Le sang des Schtroumpfs étant bleu, si, en plus, il y a beaucoup de vaisseaux juste sous la peau, ceci explique parfaitement une coloration bleue de leur peau.

En dépit de sa petite taille, le Schtroupmf est un véritable goinfre. Il semble pouvoir se nourir de préférence de tout ce qui sent bon, ou apparaît alléchant et attirant. Cette faiblesse (parmis tant d’autres) de leur caractère les a conduit à de nombreux revers de par le passé, lorsqu’une personne hostile (Gargamel la plupart du temps) su l’exploiter avec succès. Il est à noter que les goûts culinaires des Schtroumpfs sont centrés sur les plats à base de Salsepareille (une plante assez commune qui pousse dans la grande foret, autour du village Schtroumpf).
En effet, c’est le Schtroumpf paysan qui cultive la salsepareille, une plante que les Schtroumpfs doivent pouvoir reconnaître les yeux fermés.
Le champs de salsepareille est une parcelle immense mesurant au moins plusieurs centimètres carrés !
La salsepareille faisant partie des herbes de provence, pitêtre bien que les schtroumpfs vivaient dans le monde parrallèle de cette région. Il faut demander à Homnibus, l’enchanteur ami de Johan et pirlouit (cf la flute à six schtroumpfs).


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaires »

LE TREFLE ROUGE

Posté par eurekasophie le 29 avril 2009

PLANTE: le trèfle

papillon butinant un trèfle rose en montagneabeillelogo2.gif                                                                      abeillelogo2.gif

Une plante de la famille des légumineuses.
Elle est originaire des zones tempérées.
Nom botanique: trifolium repens.
C’est une plante vivace à feuillage persistant.
Elle mesurera 20/30 centimètres .
Elle est extrêmement rustique au gel.
Elle peut pousser en montagne jusqu’à 2000 mètres d’altitude.

Le trèfle est utilisé pour ensemmenser les prairies afin d’enrichir le sol en fixant l’azote de l’air !.

trèfle jauneabeillelogo2.gif

La fleur

Elle se développe de Mai jusqu’aux gelées.
La fleur est blanc ou rose et très mélifère. Les insectes butineurs en rafollent.

Plantation et multiplication

Le trèfle se plaît dans une terre ordinaire un peu humide.
Il se plaît en prairies ensoleillées.

Il se multiplie tout seul en rampant et se resème par graines grâce aux oiseaux.

Culture et entretien

Si le terrain n’est pas trop sec, il prospèrera abondamment.
Beaucoup utilisent un désherbant sélectif pour s’en débarasser. 

Il a été démontré que lorsque les feuilles se redressent, le mauvais temps arrive, et que si la plante se replie sur elle-même, il y a menace de tempête (il peut donc remplacer la grenouille pour les prévisions météo !).

Sur les 12 000 variétés répertoriées, seul le trèfle rouge est non seulement cultivé pour l’alimentation du bétail mais aussi exploité pour ses vertus médicinales. Grâce à ses propriétés, cette plante agit à la fois sur la circulation du sang, la sécrétion de la bile, calme les bronchites, intervient dans les traitements de l’eczéma et du psoriasis.

Des études scientifiques récentes tendraient même à prouver que le trèfle rouge, qui a une activité de type oestrogénique, serait susceptible d’être utilisé afin de palier certains inconvénients de la ménopause. Il pourrait notamment faire augmenter le taux du bon cholestérol et ralentirait sensiblement la perte de la masse osseuse chez la femme.

Saint Patrick, un des saints patrons de l’Irlande, se serait servi du trèfle, qui poussait en abondance sur cette île, pour présenter le mystère de la Trinité à ceux qu’il entendait évangéliser. C’est ainsi qu’il en devint tout naturellement le symbole et que le 17 mars, il est, entre autre, de tradition d’offrir du trèfle.

Le trèfle à quatre feuilles porte chance, dit-on, parce qu’il est relativement rare, c’est un mutation du tréfle blanc (qui est l’éspece la plus commune de tréfle) qui est exceptionnellement composé de quatre folioles au lieu des trois habituelles.

On estime qu’il y a environ 10 000 trèfles à trois feuilles pour chaque trèfle à quatre feuilles (?)… Je n’ai pas vérifié ! Si vous effeuillez un trèfle, sachez que la première feuille est pour l’espoir, la seconde pour la foi, la troisième pour l’amour et la quatrième, bien sûr, pour la chance

 

Par voie interne

Ménopause et prévention des troubles cardiovasculaires

Les produits du commerce conçus pour ce type d’usage sont des extraits de trèfle rouge riches en isoflavones. Les données actuelles sur ce type de supplément ne sont pas assez concluantes pour suggérer un dosage.

Usages traditionnels

Par voie interne

Toux, eczéma, psoriasis et démangeaisons cutanées

  • Infusion. Infuser 4 g de sommités fleuries séchées dans 250 ml d’eau bouillante durant 15 minutes; boire de deux à trois tasses par jour.
  • Capsules (contenant des sommités fleuries). Prendre de quatre à huit capsules de 500 mg par jour.
  • Teinture (1:10, 45 % alcool). Prendre de 1 ml à 2 ml, trois fois par jour (on peut la mélanger à un jus ou à une infusion).
  • Extrait fluide (1:1, 25 % alcool). Prendre 1 ml, trois fois par jour.

Par voie externeabeillelogo2.gif

Psoriasis, eczéma et démangeaisons cutanées

  • Il existe des crèmes et des onguents renfermant de 10 % à 15 % de sommités fleuries séchées. On peut également utiliser l’infusion (refroidie) en lavage ou en compresse.

 

Publié dans "T**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

LA BERGAMOTE

Posté par eurekasophie le 11 mars 2009

bergamote.jpg

Comment lire une taxobox Bergamotier
Citrus bergamia
Citrus bergamia

Classification classique

Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Sapindales
Famille Rutaceae
Genre Citrus
Nom binominal
Citrus bergamia
Risso & Poit., 1819
Classification phylogénétique
Ordre Sapindales
Famille Rutaceae

Citrus bergamia (famille des Rutaceae)

bergamote

arbre,arbuste

Rapportée des Canaries par Christophe Colomb, la bergamote fut cultivée d’abord en Espagne puis en Italie, principalement au sud. Elle tire d’ailleurs son nom de la ville de Bergame où elle était cultivée à l’origine. Le fruit ressemble à une orange minuscule. D’abord vert, le fruit vire au jaune en mûrissant. Son emploi thérapeutique en Italie date de plusieurs centaines d’années. La bergamote est énormément utilisée en parfumerie (elle aide, notamment à fixer le parfum), elle entre dans la composition de l’eau de Cologne et constitue l’un des ingrédients du fameux thé Earl Grey. Au vu des ses pouvoirs thérapeutiques et de son parfum merveilleux, vous vous devez de posséder un flacon de cette huile polyvalente. 

Aromathérapie

Extraction : Expression à froid du zeste de fruits pas trop mûrs.Usage: Émotions, système nerveux, soin de la peau 

Indications : Infections urinaires, dépression, inquiétude, stress, soin de la peau ( eczéma, acné, psoriasis, gale, ulcères variqueux), bronchite, problèmes digestifs, peau grasse, insomnie, anorexie, plaies infectées, crampes intestinale, douleurs prémenstruelles, cystite, urétrite, infection des voies respiratoires, convalescence, affaiblissement, épuisement,

Précautions d’emploi: Photo sensibilisante. Elle peut irriter les peaux sensibles.

Propriétés : l’HE de bergamote est analgésique, antidépresseur, anti-inflammatoire, anti-fongique, antiseptique, anti-spasmodique, anti-virale, anti-bactérienne, détoxifiante, diurétique, expectorante, fébrifuge, vulnéraire, digestive, anti-parasitaire, laxative, sédative, carminative, antiseptique urinaire , gastrique, régulatrice de l’appétit, cicatrisante. Calme la douleur, soin des cheveux gras (hyper séborrhée), diurétique, vivifiante, relaxante, désodorisante. Éloigne les insectes.

Pour la beauté: 

Synergie: géranium, lavande cyprès, patchouli, néroli, palmarossa, ylang-ylang, coriandre et tous les agrumes.

Odeur: De tête. Fraîche, fruitée, légèrement épicée.

Phytothérapie

Peu utilisée de cette façon, si ce n’est en parfumerie ou comme ingrédients, notamment de l’Earl Grey Tea

Usage magique

La bergamote incarne l’argent qui circule, la monnaie d’échange. Quelques feuilles de bergamotier dans votre porte-monnaie sera un précieux talisman qui vous assurera un flux permanent d’argent. Vous en dépenserez et vous en gagnerez. La Vie, quoi!

La bergamote est une plante Eau

Publié dans "B**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 7 Commentaires »

LA DOUCE-AMERE

Posté par eurekasophie le 5 mars 2009

douceamre.jpg

 

Comment lire une taxobox Douce-amère
Solanum dulcamara
Solanum dulcamara
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Solanales
Famille Solanaceae
Genre Solanum
Nom binominal
Solanum dulcamara
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Solanales
Famille Solanaceae
DOUCE-AMERE
 
Nom scientifique
Solanum dulcamara L.
 
Famille
Solanaceae

 

 

 

 

Elle a d’autres noms : vigne de Judée, herbe à la fièvre… et ausi réglisse sauvage. Autrefois (il y a longtemps…), les enfants suçaient les tiges et ils avaient une double sensation, amère et sucrée, d’où le nom douce-amère. On utilisait ainsi les tiges à la manière des racines de réglisse.

C’est la même famille que la pomme de terre (solanacées) mais les fleurs sont plus belles.

 Les fleurs (hermaphrodites) viennent en petites grappes de juin à septembre, et sont constituées de magnifiques étoiles violettes. A la base  de chaque  pétales, il y a  2 petites taches vertes cerclées de blanc. On distingue à peine les taches sur la photo. Au centre de la corolle, ce qui est jaune d’or, ce sont les 5 étamines à anthères soudées, avec le pistil qui dépasse. Un petit bijou !

Les feuilles sont caduques et de forme variable… La plante pousse en recherchant plutôt l’humidité (fossés, haies, lisières, terrains incultes, borfds des mares). Les fruits sont des baies en petites grappes pendantes, d’abord jaune puis rouge vif et luisantes, allongées puis ovoïdes. Peau translucide laissant voir les graines (août à octobre).

Propriétés
Essentiellement

Favorise l’élimination urinaire
Accélère le fonctionnement général de l’organisme
Dépuratif (équivalente à la salsepareille, au sassafras, au gayac, au pissenlit)
Antirhumatismal
Employé dans la goutte
Possède une action contre la mauvaise constitution, le mauvais tempérament (antidyscrasique)
Utilisé dans certaines maladies chroniques de la peau (eczéma, psoriasis, acné de la puberté, prurigo, éruptions liées à la ménopause)

Accessoirement
Asthme
Bronchite chronique
Anaphrodisiaque

Remarque
Pour certains auteurs de phytothérapie, solanum dulcamara posséderait un effet antitumoral.
  

 

 

 

 

Publié dans Douce-amere, Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant