• Accueil
  • > Recherche : plante pieds

Résultats de votre recherche

PATHOLOGIE A…B…C…D ET TRAITEMENT PAR LES HE

Posté par eurekasophie le 30 juillet 2009

distillation.jpg 

 

dcoaromathrapie1.gif 

 

 

 

aplantes.png

 

ABCES

MASSAGE: massez l’abcès avec 1 ou 2 gouttes d’Eugenia caryophyllus ou de Ferula gummosa . Renouvelez l’opération. Vous pouvez également utiliser Alllium cepa.

ACIDE URIQUE

VOIE ORALE: prenez 1 ou 2 gouttes d’Apium graveolens mélangées dand un peu d’huile d’olive , à raison de 3 fois par jour.

AIGREURS D’ESTOMAC

VOIE ORALE: prenez 2 gouttes d’Ocimum basilicum soit dans un peu d’huile d’olive, soit mélangées à 1 cuillerée à café de miel , à raison de 3 fois par jour.

ALLERGIE

APPLICATION: appliquez sur la zone 2 ou 3 gouttes d’Artemisia arborescens, diluées dans de l’huile d’argan.

ALLERGIE CUTANEE

APPLICATION: appliquez sur la zone 2 ou 3 gouttes de Ledum groenlandicum, diluées dans de l’huile de calendula ou de germe de blé. Renouvelez l’opération au mois 3 fois par jour.

VOUS POUVEZ UTILISER 1 goutte de Cymbopogon martinii var. martini

AMAIGRISSEMENT ( FACILITER)

VOIE ORALE: dans une infusion de romarin, ajoutez 1 goutte de Citrus limon ( le citron est un excellent dépuratif) , 1 goutte de juniperis communis, 1 goutte de Salvia officinalis ( elle combat la cellulite et l’ecès de poids), 1 goutte de Cupressus sempervirens. Buvez cette potion magique 3 fois par jour dans l’esprit d’une cure.

MASSAGE: massez avec quelques gouttes de Citrus limon, de Cinnamomum zeylanicum, de Pelargonium graveolens et d’Eucalyptus citriodora, mélangées dans de l’huile de calophylle.

AMIBES

CONSULTER UN SPECIALISTE ! Les HE qui combattent cette pathologie sont entre autres: Melaleuca leucadendron, Laurus nobilis, Thymus vulgaris thymoliferum, Eugenia caryophyllus.

AMYGDALES (INFLAMMATION)

GARGARISME: effectuez plusieurs fois par jour des gargarismes avec quelques gouttes d’Eugenia caryophyllus diluées dans un verre d’eau tiède.

ESSAYEZ AUSSI: Thymus vulgaris thuyanoliferum de la même manière.

ANGINE

GARGARISME: effectuez plusieurs fois par jour des gargarismes avec quelques gouttes d’Eugenia caryophyllus diluées dans un verre d’eau tiède.

VOUS POUVEZ EGALEMENT faire des gargarismes de Thymus vulgaris thuyanoliferum avec 1 goutte de Melaleuca quinquenervia cineolifera

VOIE ORALE: prenez 1 à 2 gouttes d’Origanum compactum mélangées dans 1 cuillerée à café de miel, à raison de 3 fois par jour.

INHALATION: dans un bol d’eau très chaude, ajoutez quelques gouttes de Pinus cembra dont vous respirerez les émanations sous une serviette chaude tenue autour du bol et maintenue juste en-dessous des yeux.

ANXIETE, ANGOISSE

VOIE ORALE: prenez 1 à 2 gouttes d’Origanum majorana mélangées dans 1 cuillerée à café de miel, 3 fois par jour.

DIFFUSION: versez dans votre diffuseur électrique le mélange suivant: 1/3 Cananga odorata genuina, 1/3 Citrus sinensis, 1/3 Citrus paradisii.

VOUS POUVEZ OPTER POUR: 1/3 Citrus paradisii , 1/3 Citrus reticulata « mandarine », 1/3 Citrus aurantium aurantium.

OU ENCORE: 1/3 Citrus aurantium aurantium petit-grain, 1/3 Citrus reticulata  » mandarine », 1/3 Pelargonium asperum « Bourbon »

Si vous aimez l’odeur de lavande, choisissez Lavandula angustifolia ou lavandula X burnatii « Super ».

MASSAGE: massez les zones réflexes de vos pieds avec quelques gouttes de Pogostemon cablin ou encore Origanum majorana mélangées dans une huile de massage.

APHTES

APPLICATION: à l’aide d’un coton-tige, appliquez 3 fois par jour sur la plaie 1 goutte de Laurus nobilis ou de Rosa damascena ou encore d’Origanum majorana

BAIN DE BOUCHE: vous pouvez également faire des bains de bouche avec Origanum majorana.

GARGARISME: complétez le soin par des gargarismes de quelques gouttes de Citrus limon diluées dans un verre d’eau.

ARTÉRITE

MASSAGE: massez très délicatement la zone avec 2 gouttes de Cistus ladaniferus CT pineniferum, ou encore avec 2 gouttes de Melaleuca quinquenervia cineolifera, chacune d’elles mélangées dans un peu d’huile de calophylle ou de millepertuis.

ARTHRITE:

VOIE ORALE: prenez 2 gouttes d’ Eucalyptus citriodora citronnellalifera avec 2 gouttes de Lavandula X burnatii « Super » mélangées dans 1 cuillerée à café de miel liquide, 3 fois par jour.

MASSAGE: massez la zone réflexe avec quelques gouttes de Styrax tonkinensis mélangées à un peu d’huile de calophylle. Vous pouvez aussi essayer Citrus hystrix ( feuilles) citronnier petit-grain combava.

VOUS POUVEZ EGALEMENT MASSER la zone douloureuse avec Gaultheria procumbens ou Gaultheria fragrantissima mélangées dans un peu d’huile de calophylle. Juniperus communis communis se révèle également efficace.

CONTRE L’ARTHRITE ET LA POLYARTHRITE: Helichrysum italicum subsp. serotinum est excellente. Massez la zone douloureuse avec quelques gouttes de cette huile essentielle mélangées à de l’huile de calophylle.

BAIN: prenez un bain chaud dans lequel vous aurez mis quelques gouttes d’Apium graveolens ou encore de Pinus sylvestris mélangées dans un produit de dispersion.

LES DOULEURS AUX ARTICULATIONS S’ATTENUENT lorsque vous prenez un bain chaud avec 5 gouttes d’Eucalyptus citriodora citronnellalifera et 5 gouttes de Pinus sylvestris mélangées dans un produit de dispersion ou un peu de mousse de bain. ( Une cuillerée de miel convient aussi pour effectuer le mélange).

ARTHROSE

MASSAGE: massez la zone douloureuse avec quelques gouttes d’Origanum majorana mélangées à de l’huile de calophylle.

BAIN: prenez un bain chaud dans lequel vous aurez mis 10 gouttes d’Origanum majorana ou encore 8 gouttes d’Ocimum gratissimum eugeniloferum. Le bain doit durer une vingtaine de minutes. Renouvelez ce traitement 3 fois par jour.

ASTHÉNIE

MASSAGE: massez les zones réflexes des pieds, ainsi que le log de la colonne vertébrale avec quelques gouttes de Myristica fragrans mélangées dans un peu d’huile de support.

BAIN: prenez un bain stimulant composé de 3 gouttes de Picea mariana et de 2 gouttes de Melaleuca quinquenervia cineolifera mélangées dans un produit de dispersion. Vous pouvez ajouter 1 goutte de Mentha piperata si vous avez.

ASTHME

MASSAGE: massez le haut du dos et le plexus solaire avec quelques gouttes d’Artemisia dracunculus mélangées à un peu d’huile de macadamia.

DIFFUSION: versez dans votre diffuseur électrique le mélange suivant: 1/3 Ravensara, 1/3 Melaleuca quinquinervia cineolifera, 1/3 Eucalyptus radiata.

ATHÉROSCLÉROSE

BAIN: prenez un bain avec 5 à 10 gouttes de Cedrus atlantica mélangées dans un produit de dispersion.

bplantes.png

Publié dans PATHOLOGIE ET TRAITEMENT | Pas de Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

PATHOLOGIE E…F…G…H…ET TRAITEMENT PAR LES HE

Posté par eurekasophie le 29 juillet 2009

distillation.jpg 

 

dcoaromathrapie1.gif 

 

eplantes.png 

 

 

 

ENROUEMENT

MASSAGE: massez délicatement la zone de la gorge et du haut de la poitrine avec quelques gouttes de Pinus cembra mélangées à une huile de massage , comme de l’huile de macadamia.

ENTORSE

MASSAGE: massez extrêmement doucement la zone douloureuse avec quelques gouttes de Gaultheria procumbens et quelques gouttes de Laurus nobilis, diluées dans de l’huile d’arnica ou de l’huile de millepertuis.

 

fplantes.png

FATIGUE

VOIE ORALE: prenez 2 à 3 gouttes d’Eugenia caryophyllus mélangées à 1 cuillerée à café de miel liquide, 3 fois par jour.

MASSAGE: massez les zones réflexes des pieds avec des HE stimulantes comme Mentha citrata ou encore Eugenia caryophyllus

BAIN: prenez un bain relativement chaud dans lequel vous aurez versé quelques gouttes de Picea mariana ou d’Angelica archangelica en cas de fatigue nerveuse, préalablement diluées dans un support de dispersion.

FIEVRE

MASSAGE: massez la zone de vos poumons avec quelques gouttes de Melaleuca alternifolia mélangées dans une huile de massage, puis glissez-vous sous les couvertures. Cette HE va vous faire transpirer et faire tomber la fièvre.

BAIN: prenez un bain tiède avec 3 gouttes de Piper nigrum mélangées à un support de dispersion. En cas de rhume, grippe ou refroidissement, essayez ce traitement.

OU ENCORE, de pieds avec quelques gouttes d’Eucalyptus globulus, mélangées dans 1 cuillerée à café de miel, utilisé ici en tant que support de dispersion.

FOIE( PARESSE DU)

VOIE ORALE: prenez 2 à 3 gouttes de Chrysanthemum balsamita mélangées dans une cuillerée de miel, au moment des repas. Son usage doit être ponctuel et cette HE est formellement déconseillée aux femmes enceintes. Essayez aussi 3 gouttes de Melaleuca leucadendra mélangées dans 1 cuillerée de miel, à prendre au moment du repas.

FOIE (RÉGÉNÉRATION CELLULAIRE DU)

VOIE ORALE: prenez 2 à 3 gouttes de Daucus carota sativa ou de Pelargonium denticulatum citronnelle mélangées à 1 cuillerée à café de miel, 3 fois par jour, afin de régénérer les cellules du foie et remédier à une insuffisance hépatique . Ledum groenlandicum est efficace également

MASSAGE: massez toute la région du foie et du plexus solaire avec Ledum groenlandicum ou encore avec quelques gouttes de Gaultheria procumbens

FOIE (TROUBLES DU)

VOIE ORALE: prenez 2 à 3 gouttes de Citrus aurantium subsp. aurantium ou de Apium graveolens mélangées à 1 cuillerée à café d’huile d’olive, 3 fois par jour.

MASSAGE: massez la zone du foie, du pancréas, de la vésicule biliaire, le plexus solaire avec quelques gouttes de Pelargonium asperum « Bourbon » mélangées dans une huile de massage, avec 1 goutte de Mentha piperita.

 

 

gplantes.png

 

 

GAZ INTESTINAUX

VOIE ORALE: prenez 2 à 3 gouttes d’Elettaria cardamomum, ou de Cuminum cyminum mélangées à 1 cuillerée à café d’huile d’olive, 3 fois par jour. Essayez aussi Zingiber officinalis de la même manière.

GENCIVE (INFLAMMATION)

MASSAGE: massez la gencive avec quelques gouttes de Commiphora myrrha en cas d’inflammation ou d’infection. 

GENCIVES (SAIGNEMENT)

APPLICATION: appliquez sur la zone douloureuse quelques gouttes de Pelargonium asperum  » Bourbon »

BAIN DE BOUCHE : prenez un bain de bouche avec quelques gouttes de Pelargonium asperum  » Bourbon «  ajoutées dans un verre d’eau un peu chaude.

BAIN DE BOUCHE: prenez des bains de bouche avec quelques gouttes de Melaleuca alternifolia ajoutées dans un verre d’eau un peu chaude. Vous pouvez aussi employer Helichrysum gymnocephalum, Laurus nobilis ou Melissa officinalis de la même manière.

GORGE (INFLAMMATION)

BAIN DE BOUCHE : effectuez plusieurs fois par jour des gargarismes avec quelques gouttes de Piper nigrum diluées dans un verre d’eau assez chaude.

GOUTTE

MASSAGE: massez plusieurs fois par jour le gros orteil avec quelques gouttes de Gaultheria fragantissama ou Gaultheria procumbens diluées dans un peu d’huile d’arnica. Quelques gouttes de Styrax tonkinensis mélangées à de l’huile d‘arnica ou de millepertuis conviennent aussi.

BAIN: prenez un bain chaude de 20 minutes avec quelques gouttes de Pinus sylvestris ou d’Apium graveolens préalablement diluées dans un support de dispersion.

GRIPPE

VOIE ORALE: prenez 2 à 3 gouttes d’Eucalyptus radiata ou d’Eucalyptus globulus mélangées à 1 cuillerée à café de miel liquide, 3 fois par jour. Alternez parfois avec Laurus nobilis

FAITES UN GROG DE LA MANIERE SUIVANTE: portez à ébullition une casserole d’eau dans laquelle vous aurez préalablement plongé 3 citrons entiers non traités. Arrêtez l’ébullition et ôtez les citrons que vous couperez en deux et que vous presserez . Attention à ne pas vous brûler les doigts ! Versez le jus dans l’eau bouillante et ajoutez-y 3 gouttes de Cinnamomum cassia. L’effet curatif est imparable !

INHALATION: dans un bol d’eau très chaude, ajoutez quelques gouttes d’Eucalyptus radiata, Melaleuca alternifolia dont vous respirerez les émanations sous une serviette chaude tenue autour du bol et maintenue juste en-dessous des yeux.

DIFFUSION: Eucalyptus radiata , diffusion interdite aux bébés.

MASSAGE: massez la zone des poumons avec quelques gouttes de Melaleuca alternifolia mélangées dans une huile de massage. Vous pouvez aussi masser la poitrine et le dos avec quelques gouttes de Pinus sylvestris mélangées à une huile de massage.

BAIN: prenez un bain chaud de 20 minutes avec quelques gouttes de Ravensara aromatica et de Lavandula X brurnatii, avec 1 goutte de Mentha piperita diluées préalablement dans un support de dispersion. Ce bain convient également lorsque vous ressentez les premiers frissons d’un refroidissement.

hplantes.png

 

HALEINE (MAUVAISE)

BAIN DE BOUCHE: prenez 1 goutte de Mentha pperita ou 1 goutte de Melaleuca quinquenervia cineolifera dans un verre d’eau.

HÉMATOME

APPLICATION: appliquez 1 à 2 gouttes d’Helichrysum italicum mélangées à de l’huile d’arnica sur l’hématome ( même ancien).

HÉMORROÏDES

VOIE ORALE: prenez 2 gouttes de juniperus virginiana dans 1 cuillerée à café de miel, 3 fois par jour en cas d’hémorroïdes internes. Il est recommandé de consulter un spécialiste.

APPLICATION: appliquez localement 2 gouttes de Cupressus sempervirens et 2 gouttes de Pistacia lentisca, préalablement mélangées à de l’huile de millepertuis. Renouvelez le traitement après être allé à la selle. Essayez aussi Myrtus communis, mélangées à de l’huile de millepertuis, éventuellement Melaleuca cajeputii ou Pelargonium asperum  » Bourbon « .

BAIN: prenez un bain chaud dans lequel vous aurez mis quelques gouttes de Commiphora myrrha ou encore quelques gouttes de Myrtus communis, ou bien Pelargonium asperum  » Bourbon » mélangées dans un produit de dispersion.

HERPÈS BUCCAL

APPLICATION: dès l’apparition du symptôme et pendant la crise, appliquez sur le bouton 2 gouttes pures de Ravensara aromatica ou 2 gouttes pures de Melaleuca alternifolia. Renouvelez l’application à raison de 5 ou 6 fois par jour. N’attendez pas que le bouton se déclare, agissez dès les premiers chatouillements.

HERPÈS GÉNITAL

APPLICATION: si vous le supportez, appliquez 2 à 3 gouttes de Ravensara aromatica ou de Melaleuca cajeputii sur la zone.

DOUCHE VAGINALE: étant donné l’emplacement de l’herpès, le mieux est de prendre plusieurs fois par jour une douche vaginale comprenant quelques gouttes de Melaleuca alternifolia mélangées dans du Disper. Essayez aussi Melaleuca quinquenervia cineolifera.

HYPERTENSION ARTERIELLE

VOIE ORALE: prenez 2 gouttes de Lavandula angustifolia ou Lavandula X burnatii « Super » et 2 gouttes de Cananga odorata genuina mélangées dans 1 cuillerée à café de miel, 3 fois par jour.

HYPOTENSION

VOIE ORALE: prenez 2 gouttes de Pinus sylvestris ou 2 gouttes de Mentha citrata mélangées dans 1 cuillerée à café de miel, le matin et à midi. Evitez de les prendre avant de vous coucher.

Publié dans PATHOLOGIE ET TRAITEMENT | 2 Commentaires »

DANS VOTRE TASSE ……..

Posté par eurekasophie le 25 juillet 2009

lignetisanes5.gif

CONTRE L’HYPERTENSION

L’hypertension artérielle est une forte pression sanguine qui s’exerce sur les parois des artères. Elle peut être ponctuelle ou chronique. Les principaux symptômes sont des maux de tête, des vertiges et des bourdonnements d’oreille, des saignements de nez, des palpitations, de la somnolence et un engourdissement des mains et des pieds.

Les facteurs de risque ne sont pas sans conséquence puisque l’hypertension peut entraîner une insuffisance cardiaque due à la fatigue du muscle cardiaque, des accidents vasculaires et des lésions aux reins et aux yeux.

Il vaut mieux consulter son médecin sans tarder. Lui seul pourra évaluer la gravité ou non de cette tension anormalement élevée. Les plantes viendront en complément ou s’il s’agit d’une hypertension passagère, en relais.

Evitez le stress, l’inaction et les repas trop salés, trop gras et trop arrosés.

L’AIL

Allium sativum

 

 

ailclousgirofle086456.jpg

 

Originaire d’Asie, c’est la fameuse  » rose puante  » des Grecs qui interdisaient l’entrée aux temples à ceux qui en avaient préalablement consommé. L’ail est une plante bulbeuse, vivace. Cultivé depuis longtemps en Asie, il fut certainement introduit en Occident par des tribus nomades mongoles. Ail commun, ail des pauvres, cet aliment remède traversa les siècles sans jamais se départir de sa réputation. Fortifiant et antiseptique puissant, il fut présent à chacune des grandes épidémies ( peste, grippe…..). Le bulbe, organe utilisé, est riche en essence aromatique soufrée. Cela lui confère des propriétés hypotensives qui agissent directement sur les artérioles.

DÉCOCTION : faites cuire, dans un peu d’eau, deux à trois gousses d’ail écrasées, en couvrant votre récipient, pendant une dizaine de minutes. Filtrez et buvez. Renouvelez l’opération une deuxième fois dans la journée.

SIROP : dans l’équivalent d’un verre d’eau, faites bouillir 50 g d’ail. Couvrez et, lorsque l’ail est cuit, filtrez. Versez sur le liquide obtenu, encore bouillant, 50 g de sucre. Réservez et consommez deux à trois cuillerées à soupe de ce sirop par jour.

TEINTURE : extrayez le jus de 500 g d’ail. Ajoutez la même quantité d’alcool à 40 degrés et prenez une cuillerée à café trois fois dans la journée.

AIL BOUILLI : faites bouillir, dans un litre et demi d’eau, six gousses d’ail finement hachées, un brin de romarin et un brin de thym pendant 10 minutes, sans oublier de couvrir. Filtrez, ajoutez des croûtons de pain grillé, un peu d’huile d’olive et dégustez, de préférence le soir.

L’OLIVIER

Olea europaea

 

olivier.jpg

 

Avec son tronc tortueux et ses feuilles argentées, l’olivier caractérise les paysages méditerranéens. Ses petites fleurs verdâtres passent inaperçues jusqu’à leur transformation en olives, d’abord de couleur verte puis noire à complète maturité. Symbole de la paix et de la sagesse, l’olivier n’en est pas moins réputé pour ses propriétés médicinales. Ses feuilles soignaient les blessures et étaient utilisées comme fébrifuges. Depuis les années 1930, leur action hypotensive n’est plus à démontrer. Elles améliorent la circulation en assouplissant les artères.

 

DÉCOCTION : dans l’équivalent d’une tasse d’eau, faites bouillir une vingtaine de feuilles séchées jusqu’à réduction de moitié. Filtrez, sucrez et buvez cette préparation chaude deux fois dans la journée, de préférence le matin et le soir.

INFUSION MÉLI-MÉLO : mélangez 50 g de feuilles d’olivier à 50 g de queues de cerise, 25 g de bourrache, 25 g de verveine citronnelle, 25 g d’écorce de citron. Portez à ébullition un litre d’eau, et incorporez-y trois cuillerées à soupe de ce mélange. Ajoutez deux rondelles de citron, couvrez et laissez infuser 15 minutes. Filtrez et buvez trois tasses dans la journée.

LA POMME ET LE RIZ

Malus communis et Oryza sativa

pommegr.jpg

 

 L’association de ces deux aliments est la base du régime de Kempner qui lutte contre l’hypertension artérielle. Il consistait à ne s’alimenter, pendant un à trois mois, que d’une certaine quantité de riz, associée à des pommes.

TISANE NOURRISSANTE : préparez une eau de riz, en faisant bouillir  pendant une heure une cuillerée à soupe de riz dans un litre d’eau. Dix minutes avant la fin de la cuisson, ajoutez la moitié d’une pomme coupée en lamelles. Passez dans une passoire à trous larges et buvez dans la journée.

L’AUBÉPINE

Crataegus oxyacantha

aubepin2.jpg

 

Arbuste de nos haies sauvages, l’aubépine, aux tiges couvertes d’épines, est le refuge des oiseaux. Au printemps, une multitude de petites fleurs parfumées, blanches, teintées de rouge s’épanouissent pour le bonheur des abeilles. Depuis des siècles, elle est considérée comme une plante protectrice présente lors des cérémonies de mariage ou de naissance. Ses propriétés médicinales proviennent essentiellement de ses composants, flavonoïdes et proanthocyanes, qui dilatent les artères coronaires, augmentant ainsi le flux sanguin. Non toxique en utilisation prolongée, elle réduit les palpitations et régule la tension artérielle.

INFUSION DE TIGES ET SOMMITÉS FLEURIES : dans un litre d’eau bouillante, incorporez 3 cuillerées à soupe de fleurs et tiges broyées. Couvrez, laissez infuser quinze minutes, filtrez et dégustez trois tasses dans la journée.

TEINTURE : dans deux tasses d’eau-de-vie blanche, versez une tasse de fleurs d’aubépine. Placez le tout dans un récipient en terre et laissez macérer une quinzaine de jours en couvrant avec un bouchon si vos fleurs sont sèches ou à l’aide d’une gaze si vos fleurs sont fraîches. Remuez le mélange tous les deux jours. Filtrez, conservez dans un flacon en verre teinté et prenez une cuillerée à café mélangée à un peu d’eau, deux fois dans la journée, avant les deux repas principaux, pendant vingt jours.

nourriture81.giflignetisanes5.gifnourriture81.gif

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaires »

TIS ‘ANNE

Posté par eurekasophie le 16 juillet 2009

 

 

DANS VOTRE TASSE ……..

 

CONTRE LA RÉTENTION D’EAU 

 

 

La rétention d’eau ou œdèmeest une accumulation abusive de liquide dans l’organisme. L’équilibre entre les entrées d’eau et les rejets (sueur, urine et excréments) est un équilibre fragile qui peut être perturbé par le mauvais fonctionnement de certains organes ( reins, foie, vaisseaux sanguins ), par un déséquilibre hormonal ( ex: femme enceinte….) ou par une mauvaise hygiène de vie ( alimentation trop riche en sel, abus de boisson gazeuses et sucrées, trop-plein de chaleur, station debout et statique prolongée…). L’œdème intervient lorsque l’organisme emmagasine plus d’eau qu’il n’en libère. Une concentration à outrance de fluides provoque le gonflement d’un organe ou d’un tissu. L’œdème touche plus particulièrement les chevilles et les pieds mais peut se rencontrer au niveau des bras, des mains, du ventre et des cuisses. Certaines plantes vont aider à chasser cet excès d’eau, mais il ne faudra pas oublier de traiter la cause du problème ( insuffisance hépatique, reins défaillants, mauvaise circulation sanguine……) et surtout de pratiquer un peu d’exercice physique et d’observer une vie saine.

 

 

LA PILOSELLE 

 

Hieracium pilosella 

 

potpharmacie008.jpgpiloselle.jpg phytotherapieplantesmedicinales1.jpg

 

 

Petite plante vivace de 10 à 30 cm de haut, la piloselle ou  » oreille de souris  » se rencontre dans les endroits secs de l’hémisphère Nord. Ses feuilles sont allongées et abondamment parsemées de duvet blanc. Elles poussent en forme de rosette. Ses fleurs se développent au sommet d’un pédoncule, réunies en capitule jaune pâle. Les paysans landais la stockaient précieusement pour lutter contre leur problème d’urémie. En effet, la piloselle est diurétique et possède la faculté d’éliminer l’urée. Elle est surtout préconisée dans l’albuminurie et les œdèmes des membres inférieurs.

 

nourriture8.gif  INFUSION : dans un litre d’eau bouillant, versez 50 g de feuilles sèches. Couvrez, laissez infusez une quinzaine de minutes et buvez toute la journée. 

 

lignetisanes1.gif

 

 

L’ALKEKENGE

 

Physalis alkekengi

 

 

 

phytotherapieplantesmedicinales1.jpgalkkenge.png potpharmacie007.jpg

 

 

 

 Plus connue sous le nom  » d’amour-en-cage  » , cette plante vivace, riche en vitamine C, connaît un succès fou auprès des grands chefs cuisiniers qui savent si bien tirer parti de la saveur acidulée de ses petites baies orangées. La plante pousse dans les terrains sableux, les vignobles et les jardins, et là où elle s’installe, il est très difficile de la déloger. Elle peut alors devenir envahissante, ses rhizomes se développant à grande échelle. Ses fleurs sont blanches, disposées le long d’une tige dressée et ses baies sont au centre d’une petite lanterne. Dioscoride et Arnaud de Villeneuve connaissaient déjà les bienfaits de ces baies et préconisaient leur utilisation en décoction afin de lutter contre la rétention d’urine. Les baies diminuent le taux d’acide urique dans le sang et contribuent à l’élimination de cet acide par les reins.

 

 

nourriture8.gif DÉCOCTION: dans un quart de litre d’eau froide, incorporez une cuillère à soupe de baies. Portez à ébullition et, au premier bouillon, stoppez la cuisson. Laissez infuser une dizaine de minutes. Filtrez et buvez trois tasses dans le courant de la journée.

 

VIN: pendant une semaine, faites macérer 30 g de tiges, feuilles et baies dans un litre de bon vin rouge ( de préférence dans un récipient en terre). Remuez tous les deux jours et, au terme des huit jours, filtrez. Prenez deux à quatre cuillerées à soupe de cette préparation par jour.

 

DÉCOCTION DE BAIES SÉCHÉES : dans un litre d’eau froide, versez 60 g de baies sèches. Portez à ébullition et laissez mijoter à feu doux cinq minutes. Arrêtez la cuisson et patientez encore dix minutes. Prenez de trois à quatre tasses par jour.

 

 

lignetisanes1.gif

 

 

LE BOULEAU 

 

Betula alba

 

 

potpharmacie101.jpg bouleau.jpgphytotherapieplantesmedicinales1.jpg

 

 

Arbre de 15 à 20 mètres, le bouleau est commun en Europe et en Asie. Son tronc est reconnaissable à son écorce blanche se fissurant avec l’âge. Quant à ses rameaux, ils sont flexibles et lui donnent une silhouette se rapprochant du saule pleureur. Les feuilles, bourgeons, écorce et sève possèdent de grandes propriétés diurétiques, luttant contre les rétentions d’eau. On les conseille vivement aux  » goutteux « .

 

 

nourriture8.gif INFUSION DE FEUILLES : versez un litre d’eau bouillante sur 40 g de feuilles. Couvrez et attendez une quinzaine de minutes. Filtrez et buvez le liquide obtenu dans la journée.

 

DÉCOCTION DE BOURGEONS: faites bouillir 150 g de bourgeons dans un litre d’eau jusqu’à réduction aux trois quarts. Filtrez et buvez. Recommencez l’opération deux autres fois dans la journée.

 

DÉCOCTION D’ÉCORCE: portez à ébullition une cuillerée à café d’écorce dans une tasse d’eau pendant cinq minutes. Filtrez et buvez. Recommencez l’opération deux autres fois dans la journée.

 

 

lignetisanes1.gif

 

 

LA BRUYERE 

 

Calluna vulgaris 

 

 

 

 

phytotherapieplantesmedicinales1.jpgbruyre.png potpharmacie003.gif

 

 

Sur la bruyère longue infiniment,

Voici le vent cornant Novembre,

Sur la bruyère, infiniment, 

Voici le vent.

Qui se déchire et se démembre, En souffles lourds, battants les bourgs, Voici le vent, Le vent sauvage de Novembre.

 

                                                                 Le vent d’Emile Verhaeren

 

 

Comme ce poème suscite notre imaginaire, espaces infinis des landes irlandaises, espaces rudes et bruts où l’oeil se noie dans un bain de bleu et de rose ! Mais, revenons à nos moutons (irlandais, bien sûr….) . Ce sous-arbrisseau de 50 cm de hauteur, encore appelé callune ou fausse bruyère, pousse dans les landes et terrains siliceux. Ce sont les sommités florales qui possèdent des vertus diurétiques indéniables. Elles accroissent le volume d’urine tout en les éclaircissant de leur trouble éventuel. Elles éliminent aussi l’urée, l’acide urique et l’acide oxalique.

 

 

nourriture8.gif INFUSION: dans une tasse d’eau bouillante,versez une cuillerée à café de sommités fleuries de bruyère, couvrez et laissez infuser vingt minutes. Filtre, parfumez au miel de bruyère et dégustez trois à quatre tasses par jour.

 

DÉCOCTION: dans un litre d’eau froide, incorporez 30 g de sommités fleuries. Portez à ébullition jusqu’à réduction au tiers. Passez et sucrez. Buvez trois à quatre tasses par jour.

 

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaires »

GINKGO

Posté par eurekasophie le 11 juillet 2009

ginkgobiloba0.jpgginkgo.png

 

Famille unique des Ginkgoacées

Étymologie : du japonais Gin Yyo, dérivé du chinois Ya Tchio, « patte de canard » (forme de sa feuille), ou peut-être du mot chinois yin kuo, « fruit d’argent » (fruit clair). Biloba évoque la forme « à deux lobes » de la feuille. Il a été surnommé  »
arbre aux 40 écus », car un plant fut acheté pour 40 écus, en 1788, somme importante pour l’époque, par un botaniste de Montpellier, M. de Pétigny, à un botaniste anglais.
Origine : Chine. Le Ginkgo est le plus vieil arbre reconnu : il existe depuis 200 millions d’années (on dit qu’il est un « fossile vivant », unique témoin d’une époque très éloignée). Inconnu du monde occidental, il fut «  découvert  » au Japon, vers 1700, par Engelbert Kaempfer, médecin de la Compagnie des Indes néerlandaises. Planté pour la première fois en Europe à Utrecht en 1730, puis à Kew Gardens, en 1754.

Taille maximale : 40 m.
Croissance : rapide.
Durée de vie : 1000 ans.
Port pyramidal. Ses branches au feuillage peu dense partent du tronc à angle droit.
Écorce fissurée. GINKGO  dans
Sa feuille est primitive, sans nervure centrale, en forme d’éventail («  patte de canard  »). Elle jaunit à l’automne. dans Mon repertoire des plantes les moins usitees
Sa reproduction est également primitive. Le Ginkgo fait partie de la classe des gymnospermes, comme les conifères, apparus les premiers sur terre : la graine n’est pas protégée par un ovaire. Mais chez le Ginkgo, l’ovule nu grossit préalablement, pour atteindre une forme de boule (qu’on pourrait prendre pour un fruit). Les spermatozoïdes venant de pieds distincts (espèces dioïque) sont transportés par un liquide pollinique vers l’oosphère ce qui rappelle la pollinisation archaïque de la fougère. La plantule se développe immédiatement après la germination, sans passer par le stade de la graine.

Utilisations : le Ginkgo, qui a su traverser les siècles, résiste bien à la pollution. Aussi est-il planté en ville, mais les ovules à maturité dégagent une odeur particulièrement nauséabonde s’ils pourrissent au sol : on évite de planter des arbres femelles. Le fruit contient une amande qui est comestible grillée (d’où le nom chinois). La médecine chinoise a repéré depuis longtemps un extrait des feuilles stimulant pour la circulation artérielle et les poumons, et efficace contre l’asthme. En Extrême-Orient, le Ginkgo est un arbre sacré, planté près des pagodes.

Ginkgo biloba – 120 gélules

Amélioration de la circulation du sang, de la fonctionnalité cérébrale, amélioration de la mémoire, puissant anti-oxydants, dysfonction sexuelle ( masculine et féminine ).

Noms communs : Ginkgo, arbre aux 40 écus.
Nom botanique : Ginkgo biloba, famille des ginkgoacées.
Autres noms : Noms anglais : Ginkgo, Maidenhair Tree. – Noms chinois : Bai Guo Ye, Ginkyo, Yin-Kuo, Yinhsing.

 

 

Partie utilisée : les feuilles.

 

 

Les propriétés et capacités du ginkgo biloba sont vaso-dilatatrices ce qui permet de traiter les problèmes de mémoire, la sénilité, les problèmes de peau, et aussi les hémorroïdes, varices, jambes lourdes.
Le ginkgo biloba permet aux personnes atteintes du Syndrome de Raynaud de
mieux supporter le froid.
Il est riche en flavonoïdes (Biflavones : ginkgolides et bilobalide), un
puissant antioxydant ( comme la myrtille ), agissant sur la capacité cognitive, la circulation, la guérison des maladies cardio-vasculaires.

    • Amélioration de la circulation du sang et de la fonctionnalité cérébrale :

    • L’extrait de feuilles de ginkgo améliore la circulation sanguine grâce à un effet régulateur sur la dilatation et la contraction (vaso-dilatateur), de la circulation veineuse des vaisseaux sanguins, c’est un ensemble de substances actives (quercétine, bilobalides, ginkgolides) qui réduit la viscosité du sang et protège les cellules nerveuses grâce à leurs effets antioxydants, et donc les troubles de la circulation cérébrale. Aussi il va être d’une aide précieuse du fait de sa capacité vasodilatatrice pour les varices, hémorroïdes et jambes lourdes.
    • Le Ginkgo Biloba améliore l’insuffisance circulatoire cérébrale, en augmentant le flux du sang au cerveau ce qui réduit les troubles de la mémoire, de l’attention, de la concentration, les confusions, la dépression, l’anxiété, les étourdissements, les acouphènes (bourdonnements d’oreille), prévient du mal des montagnes et maux de tête en augmentant les facultés cognitives à court terme. Dans de nombreuses thérapies le ginkgo biloba est utilisé dans le stade précoce de la maladie d’Alzheimer, pour réduire et ralentir la progression de la démence sénile.

      Anti-oxydant puissant

    • Anti-oxydant puissant, le ginkgo biloba protège le cerveau en contrôlant l’action délétère des radicaux libres due au vieillissement. Il favorise la capture des radicaux libres au niveau cérébral et rétinien. Ainsi ils ralentissent le vieillissement de la rétine et contribuent à diminuer les troubles liés à la sénescence.

      Dysfonction sexuelle masculine et féminine.

    • Chez l’ hommes souffrant d’une dysfonction érectile causée par un trouble ou une mauvaise circulation sanguine, le Ginkgo biloba améliore, rétablit la fonction et les performances sexuelles. Chez la femme et l’homme il traite la dysfonction sexuelle causée par les antidépresseurs (baisse du désir, difficultés d’érection, difficultés à parvenir à l’orgasme). L’extrait de ginkgo biloba peut corriger ce problème.
    • Le Ginkgo biloba stimule les fonctions sexuelles, le désir sexuel, il est largement connu pour ses propriétés aphrodisiaques.

    • Présentation : Boîte de 120 gélules de 275 mg.
    • Informations nutritionnelles Composition pour 5 gélules :· Extrait de feuilles de ginkgo 1000 mg

    • Composition : extrait de ginkgo biloba 200 mg, gélule 75 mg.

    • Conseils d’utilisation : Prendre 4 à 5 gélules par jour avant les repas avec un grand verre d’eau.
      La durée:
      Le ginkgo peut être pris en cure de 3 à 6 mois renouvelables, en fonction des troubles à traiter et de leur importance.
      Il faut consommer du ginkgo de façon très régulière pour de bon résultats.
       

    • Utilisées pour : la circulation du sang, la fonctionnalité cérébrale, l’amélioration de la mémoire, pour se préserver naturellement des radicaux libres(antioxydants), améliore la réactivité cérébrale, réduire les symptômes et ralentir la progression de la démence sénile et de la maladie d’Alzheimer (stade précoce), réduire les troubles de la circulation cérébrale, améliorer les fonctions cognitives après 50 ans, prévenir le mal des montagnes, traiter les vertiges, traiter les acouphènes, traiter les maux de tête d’origine vasculaire, dysfonction sexuelle, stimuler les fonctions sexuelles, dysfonction érectile, performances sexuelles, ces propriétés aphrodisiaques.
    • Précaution : Le ginkgo fluidifie le sang, ne pas en prendre en cas d’hémophilie. Les femmes enceintes avant leur accouchement et les personnes qui s’apprêtent à subir une intervention chirurgicale devraient éviter d’en prendre.

ginkgoenautomne.jpg       Très beau ginkgo en automne potpharmacie.jpg

 

Publié dans "G**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 9 Commentaires »

TOUT SUR LES PLANTES CARNIVORES

Posté par eurekasophie le 11 juillet 2009

 

 

plantescarnivores.gifLes secrets pour cultiver les plantes carnivoresplantescarnivores3.gif

 

 

Culture et entretien au quotidien des plantes carnivores

Avant toute chose, rappelez-vous que dans la nature les végétaux sont livrés à eux-mêmes et jamais dérangés. En culture, il est parfois nécessaire de manipuler les plantes ( taille, rempotage, etc….) mais il est essentiel de comprendre que plus ces manipulations seront limitées et mieux les plantes se porteront. Un pied quelque peu délaissé pendant quelque semaines et que l’on croyait retrouver en piteux état peu parfois surprendre par sa vigeur !

L’arrosage

untitled.bmp

A vant d’arroser, vérifiez bien que l’eau que vous allez utiliser est bien adaptée: vous trouverez tout les renseignements utiles sur cette page : L’eau pour les plantes carnivores.

Une règle simple: les plantes carnivores ne doivent jamais manquer d’eau, les arrosages seront fréquents, voire quotidiens. Si l’on n’utilise pas de pots à réserve d’eau, le plus pratique sera de placer une soucoupe sous le pot avec en permanence environ 1cm d’eau. Ne pas utiliser cette méthode avec les nepenthes qui n’apprécient pas d’avoir sans cesse les pieds dans l’eau. En revanche ils réclament un subtrat toujours humide: arrosez souvent mais laissez le surplus s’écouler librement. En hiver de façon générale limiter les arrosages et retirer les soucoupes, et pour les plantes au repos limiter encore plus (sol juste humide mais surtout pas détrempé).

 

La taille

insectedionee.jpg IL n’est pas indispensable de tailler les plantes carnivores. Cependant il peut parfois être utile de retirer les parties mortes, dans un but esthétique mais aussi pour éviter l’apparition de moisissures.Il est préférable de ne tailler que le nécessaire, c’est à dire seulement les parties mortes. Il y a toujours un risque d’affaiblir inutilement une plante par une blessure. A l’automne, ne taillez pas les plantes qui passent l’hiver à l’estérieur; attendez le printemps pour cela: les feuilles, même sèches, les aident à se protéger du froid.

Pour procéder à la taille, utilisez un outil bien tranchant et propre.

Le rempotage 

La périodicité du rempotage sera défnie par l’état du substrat. Si la plante est cultivée dans de bonne conditions et arrosée avec une eau de bonne qualité, un rempotage tous les 3 à 4 ans est suffisant. A l’inverse  si les conditions sont mauvaises ( en particularité l’eau) le substrat va rapidement se décomposer et un rempotage annuel sera impératif. Lors de cette opération délicate, prenez garde aux fragiles racine et aux rhizomes souvent cassants. Si le subtrat s’est décomposé, essayez d’en retirer le maximum des racines avant de placer le pied dans son nouveau pot. Soyez extrêmement prudents lors du rempotage des pinguiculas: leurs racines sont fragiles et il n’est pas rare de perdre la plante suite à un rempotage mal effectué.

Les parasites

Malgré leur particularité, les plantes carnivores ne sont malheuresment pas protégées contre les parasites animaux! Pour s’en débarraser, utiliser des produits classiques du commerce. Toutefois il est préférable d’uiliser des produits biologiques, souvent beaucoup moins nocifs. Les bombes aérosols de traitement ” prêt à l’emploi” sont si possible à éviter, ce procédé étant bien plus agréssifs vis à vis des plantes ( et accesoirement leur prix est bien souvent trop élevé en comparaison des insecticides à diluer soi-même).

Il arrive souvent que de minuscules insecte blancs soient présents en quantité à la surface du subtrat. Il s’agit souvent de collemboles, petits insectes qui apprécient l’hulidité et capable de sauts de 50 à 100 fois la hauteur de leur corps. Ces insectes sont absolument inoffensifs, il est donc inutile d’essayer de s’en débarraser, d’autant plus qu’ils peuvent nourrir les plantes de petites tailles ( Drosera, Utriculaires…)

 

 

plantescarnivores1.gifplantescarnivores2.gifplantescarnivores.gif

 

Jean-Jacques Labat, pépiniériste et propriétaire d’une des plus grandes collections de plantes

carnivores du monde, nous livre tous les secrets pour réussir sa culture de plantes carnivores.

DkoMaison : en pot en en graines, que choisir ?

Je conseille de les acheter en pot au printemps ou en été. C’est un peu plus cher qu’en graines, mais on en profite tout de suite. De plus, ces plantes conviennent pour l’extérieur et l’intérieur, on peut donc les placer où l’on veut selon la saison.

DkoMaison : les meilleurs endroits pour les acheter ?

Les acheter chez des spécialistes, surtout quand on débute. Vous serez certains d’avoir les meilleurs conseils. Dans les jardineries et grandes surfaces, les personnes ne sont pas forcément formées pour cette culture particulière.

DkoMaison : des exemples d’espèces très faciles à cultiver ?

Le gobe-mouche de Vénus (Dionaea) : incontournable, et de loin l’espèce la plus connue avec ses feuilles en mâchoires (voir notre photo ci-dessus).

La rossolis du Cap (Drosera) : elle fonctionne sur le principe du papier collant. Elle est très facile à faire pousser !

La plante trompette (Sarracenia) : les 8 espèces et hybrides de cette espèce sont également faciles à cultiver.

Les grassettes  (Pinguicula) : leurs feuilles sont grasses au toucher. Attention, si cette espèce est facile à entretenir, contrairement aux autres, elle ne se rempote pas.

La tasse à singe (Nepenthes Rebecca) : parfaite dans une salle de bain ou une véranda. Contrairement aux autres, cette Tasse de singe a besoin d’un peu d’engrais (choisir de l’engrais pour orchidées).  

DkoMaison : une plante carnivore, on la nourrit ?

Non, pas besoin de s’armer d’une tapette à mouches ! Une plante carnivore est autonome. Si les insectes font défaut, elle puise sa nourriture dans la terre.

Dkomaison : comment bien arroser ses plantes carnivores ?

En hiver (novembre à mars) : veillez à toujours avoir une terre humide, mais pas d’eau stagnante dans la coupelle.
En été (avril à octobre) : laissez la plante baigner dans 1 à 2 cm d’eau en permanence.

DkoMaison : la culture de plantes carnivores est-elle sans danger ?

Totalement ! Ces plantes ne produisent pas de poison. Leurs pièges sont mécaniques. Si le chat la grignote, il ne court aucun danger.

Les 6 règles d’or 

·    Ne pas hésiter à placer les plantes en plein soleil, elles adorent la lumière.
·    Le substrat idéal : ¾ de tourbe blonde naturelle, mélangée à ¼ de sable de quartz pour aquarium.
·    Utiliser des pots bien étanches avec un réservoir d’eau ou une soucoupe. Surtout pas de pots en matière poreuse.
·    Utiliser de l’eau de pluie pour l’arrosage ou de l’eau déminéralisée. Eviter l’eau minérale ou filtrée.
·    Rempoter sa plante dès l’achat. Et ne pas hésiter à la placer dans un grand pot ! Ensuite, un rempotage tous les 3-4 ans suffit.
·    Ne jamais utiliser d’engrais (sauf pour les Nepenthes)

TOUT SUR LES PLANTES CARNIVORES dans TOUT SUR LES PLANTES CARNIVORES Dionaea%20muscipula Drosera-capensis- dans TOUT SUR LES PLANTES CARNIVORES Nepenthes Pinguicula
Dionaea muscipula Drosera capensis Nepenthes Rebecca Pinguicula Tina

Publié dans TOUT SUR LES PLANTES CARNIVORES | 7 Commentaires »

LA CHAT ATTITUDE OU CHAT ..AIR(E)

Posté par eurekasophie le 4 juillet 2009

 

 

chat.gifchat02.gifchat.gif

La Cataire ou Chataire ― répondant au nom scientifique de Nepeta cataria ― est une plante aromatique du genre Nepeta appartenant à la famille des Lamiacées, plus

Cataire
 Nepeta cataria
Nepeta cataria
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Lamiales
Famille Lamiaceae
Genre Nepeta
Nom binominal
Nepeta cataria
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Lamiales
Famille Lamiaceae

connu sous le nom de famille des menthes. Elle est cultivée comme plante ornementale (ainsi que d’autres népétas), et comme plante médicinale. Elle contient une huile répulsive pour les insectes, ainsi que du menthol. Elle est réputée comme antispasmodique et antihystérique.

Les membres de cette famille sont aussi connus sous le nom imagé de herbe aux chats ou de menthe aux chats ― que l’on retrouve dans d’autres langues comme en allemand Katzenminze, en anglais Catnip, en espagnol Menta de gato, en italien Erba da gatta ― en référence à l’attrait qu’elle exerce sur les chats. En effet, la cataire produit des effets exceptionnels sur les chats, ce qui est d’ailleurs à l’origine de son nom d’herbe a chat. Elle contient un produit chimique connu sous le nom de nepetalactone ; ce terpène est connu pour le déclenchement supposé des phéromones sexuelles dans le cerveau du chat. D’autres félins comme le tigre y sont aussi sensibles. 

cataire.jpg


PROPRIÉTÉS MÉDICINALES

 

chat00.gif             Chat alors !!!!!!

La cataire partage avec la valériane le nom populaire d’herbe aux chats. C’est un sobriquet bien mérité: il faut avoir vu un chat humer la plante, se coucher sur elle, l’étreindre dans ses pattes, la mordre, l’arroser d’urine et, parfois, de sperme, pour comprendre qu’elle agit sur les félins comme un aphrodisiaque puissant. Sur l’homme, l’action est moins spectaculaire! – encore que, selon certains auteurs, la racine puisse provoquer un délire furieux. La cataire réunit un peu les vertus de la mélisse et de la ballote, non sans quelques affinités avec la valériane, justement : elle est stimulante, pectorale, antispasmodique, sédative neroeuse. Une essence à la composition complexe est en bonne partie à l’origine des propriétés.
Très peu usitée de nos jours, l’herbe aux chats est pourtant un simple d’une réelle valeur. Outre des usages banals qu’elle partage, en tant que stimulante (digestive surtout), avec beaucoup de Labiées aromatiques, il faut retenir ses très bons effets, voisins de ceux de la ballote et du marrube, dans les catarrhes pulmonaires chroniques, la toux spasmodique, la coqueluche. Elle s’y montre à la fois antispasmodique et expectorante (vin : 1 petit verre 3 à 5 fois par jour; alcoolature : 15 à 20 gouttes 3 à 5 fois par jour dans une infusion pectorale). C’est aussi un sédatif efficace du hoquet et des spasmes gastro-intestinaux (alcoolature : 15 à 20 gouttes 3 à 4 fois par jour dans 1/2 verre d’eau). La cataire, enfin, peut se montrer bénéfique dans des troubles nerveux à manifestations psychiques: neroosisme, insomnie, anxiété (alcoolature comme ci-dessus, loin des repas, 20 jours par mois; dans l’insomnie, 30 à 50 gouttes 1/2 h avant le coucher).
Les feuilles fraîches, mâchées, calmeraient les douleurs dentaires.


MODE D’EMPLOI


La saveur désagréable de la plante rend difficile un emploi prolongé en infusion (celle-ci à 0,5 % ; 3 tasses par jour). D’où l’utilité des préparation alcooliques.

Vin: 20 g de sommités sèches, fragmentées, pour 1 litre de vin liquoreux ; laisser macérer 8 jours en agitant chaque jour; filtrer ; sucrer au moment de l’emploi, si nécessaire. Alcoolature , faire macérer 8 jours la plante fraîche, coupée, dans 1 fois 1/2 son poids d’alcool à 95°· ; agiter de temps à autre; passer en pressant et filtrer.


CULTURE


Plante à redécouvrir, la cataire mérite de figurer en bonne place au jardin médicinal. On la multiplie facilement par éclats de pieds, à l’automne, en sols riches, aérés, assez frais. Elle supporte un ombrage léger. On peut aussi semer ses graines minuscules en pépinière, au printemps. Eclaircir à 10 cm et repiquer à l’automne, à 40 cm en tous sens. Une couverture est utile en hiver, saison que la plante passe à l’état de bourgeons souterrains.

 

  • Infusion. Infuser de 1 g à 2 g de cataire séchée dans 150 ml d’eau bouillante durant 5 à 10 minutes. Boire une à quatre tasses par jour, de préférence entre les repas.
  • Teinture (1:10). Prendre 10 à 15 gouttes dans un peu d’eau ou dans du jus, une à quatre fois par jour.
  • Huile essentielle. Prendre une ou deux gouttes mélangées à un peu de miel, jusqu’à trois fois par jour.

 

 

Publié dans "C**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaires »

LES BAINS

Posté par eurekasophie le 1 juillet 2009

bain1.gif                                                                                                                                        bain3.gif

 

 

decobain.gifAVERTISSEMENTdecobain.gif
Les préparations de plantes médicinales de ce site sont données pour information, en cas de doute consultez votre médecin.

flurlines.gif

Un bain se prépare en deux temps : tout d’abord, l’infusion ou la décoction concentrée de la plante dans 3 ou 4 litres d’eau, puis le tamisage de cette préparation, qui sera versée dans le bain au moment de l’emploi. Pour un bain complet d’adulte, 500 g de plantes sont nécessaires, 250 g pour un grand enfant.

 

flurlines.gif

 

Bain sédatif

 


Infusion de fleurs d’aubépine, de fleurs de grande camomille, de feuilles de cognassier, de feuilles de mauve, de feuilles de mélisse, de feuilles de noyer, de sarriette vivace en fleur, de fleurs de tilleul, de plante entière de valériane.

 

flurlines.gif

 

Bain révulsif

 


500 g pour un bain général ou 150 g pour un bain local de farine de graines de moutarde délayée dans l’eau froide ; à ajouter au bain.

 

flurlines.gif

 

Bain rééquilibrant nerveux

 


Infusion d’angélique, 200 g de plante entière pour un bain de 5 mn Infusion de fleurs et de feuilles de myrte, excellent après un grand ébranlement nerveux, une chute, un accident.

 

flurlines.gif

 

Bain stimulant tonique

 


Infusion de plante entière : de lavande, de menthe, de romarin, de sauge, de serpolet

 

Bain mélangé: lavande, 185 g, menthe, 125 g, romarin, 185 g, serpolet, 125 g.

 

flurlines.gif

 

decobain.gifBain d’hiver, antibronchitedecobain.gif

 

 

 

Infusion : de feuilles d’eucalyptus, de bourgeons de pin sylvestre, de bourgeons de sapin, de plante entière de thym.

 

flurlines.gif

 

Bain anticellulitique

 


Décoction de feuilles de lierre grimpant fraîches : bouillir doucement à couvert dans 3 litres d’eau pendant 2 h, passer, verser dans le bain.

 

flurlines.gif

 

Bain tonique musculaire

 


Décoction de bruyère, plante entière.

 

flurlines.gif

 

Bain antirhumastismal

 


Bain complet de décoction de rhizome de fougère mâle ; ou bain local en cas de goutte.
Bain complet composé de majolaine, 150 g, serpolet, 150 g, sauge, 150g.

 

flurlines.gif

 

Bain antirachitique et fortifiant

 


Infusion de fleurs de grande camomille
Infusion de majolaine, plante entière.
Décoction d’écorce de chêne
Décoction de laminaires
Décoction de varech vésiculeux.

 

flurlines.gif

 

Bain tonifiant pour la circulation

 


Bain complet d’achillée millefeuille, décoction concentrée de sommités fleuries, 50 g pour 1 litre d’eau, faire bouillir 10 mn, filtrer.
Bain complet de marronnier d’Inde, décoction d’écorce.
Bain de pieds, de feuilles de vigne rouge.

 

flurlines.gif

 

decobain.gifBain amaigrissantdecobain.gif

 


Bain complet de décoction de varech vésiculeux, auquel on ajoute 1 kg de sel marin Bain de saule blanc et de reine-des-prés mélangés.

 

flurlines.gif

 

Bain pour la peau

 


Tonifiant :
Infusion de sommités fleuries et de feuilles de millepertuis.

 

Antiacnéique :
Infusion de sauge.

 

Antiséborrhéique:
Bain de citron, 1,5 kg de fruits hachés pour 2 litres d’eau bouillante à verser dans l’eau du bain.

 

Assouplissant, adoucissant :
Bain : d’avoine, de blé, de son, 2 kg dans 1 sachet de mousseline.

 

Bain complet ou de pieds. Déodorant :
Décoction d’écorce de chêne Infusion : de lavande, de feuilles de noyer, de prêle des champs, de romarin, de sauge, de thym.

 

Antisudoral :
Infusion mélangée de prêle des champs et de sauge.

lignesalledebain.gifbain2.gif lignesalledebain.gif

Publié dans "B*", MON HERBIER DE SANTE | 4 Commentaires »

CARDERE

Posté par eurekasophie le 25 juin 2009

 

cardere.jpgphytotherapieplantesmedicinales2.jpg

La cardère sauvage (Dipsacus fullonum) est une espèce de plante de la famille des Dipsacaceae (optionnnellement de celle des Caprifoliaceae, selon la classification APG II, 2003). Elle est aussi appelée « cabaret des oiseaux », « cardère à foulon » ou « bonnetier sauvage ».

 

La cardère, plante souvent désignée à tort comme « vulgaire chardon », est néanmoins très utile pour les insectes et les oiseaux du jardin. Ses fleurs, très nectarifères, attirent les papillons au printemps et ses graines nourrissent les chardonnerets et de nombreux autres Fringillesen hiver. Mais saviez-vous qu’il existe au moins cinq espèces de cardères en France ?Différentes espèces de cardères .

La Cardère poilue Dipsacus pilosus, assez rare,pousse en lisière de bois, souvent le long des fossés ou au bord des ruisseaux, car elle a besoinde beaucoup d’humidité. Ses exigences écologiques la rendent assez difficile à introduire au jardin.

En revanche, la Cardère sauvage Dipsacus sylvestris(ou Cardère des champs*) mérite d’être introduite
au jardin pour les oiseaux et les insectes : c’est une
espèce commune que l’on trouve sur les terrains
vagues, les lieux non cultivés, les bords de chemins
et fossés : on parle de plante rudérale.
* Cette espèce porte aussi les noms suivants :
Cabaret des oiseaux, Cuvette de Vénus, Grande
Verge à Pasteur, Laitue aux Anes, Peignerolle.

cardre.jpg

Petit historique de la Cardère cultivée

La Cardère cultivée Dipsacus fullonum (ou Cardère àfoulon), espèce autrefois largement répandue, s’est vue attribuer plusieurs noms populaires locaux comme :peignes-bourriques, chardon de loup, roncines,grattoirs, aragnées, hérissons ou porcs-épics. Cette espèce se reconnaît aux têtes différentes : les griffes sont recourbées en crochet vers le bas et la collerette d’épines est orientée horizontalement.
Cette cardère aux origines mal connues, fut cultivée en pépinières par les paysans jusqu’en 1830 environnotamment à proximité des manufactures de draps fins.Les têtes une fois coupées étaient débarrassées des graines par séchage au soleil dans les cours des fermes.Elles étaient ensuite fixées sur un outil, la croisée,qui servait à brosser des étoffes de laine de grand luxe destinées à la confection d’uniformes militaires.Avec l’abandon de cette industrie de draps fins, les cardères cultivées ont disparu petit à petit.
Aujourd’hui quelques rares pieds s’épanouissent encore dans des jardins botaniques conservatoires.

La Cardère de Corse…la Cardère féroce
La Cardère féroce Dipsacus ferox, se reconnaît
facilement aux têtes hirsutes. Cette espèce insulaire
ne se trouve que dans certains repaires humides et
pierreux de la Corse, dans le maquis.
Taille : de 50 cm à 70 cm.

 

Biologie de la cardère sauvage et de la cardère cultivée

Les cardères appartiennent à la famille des Dipsacées et n’ont aucune parenté, malgré leurs apparences, avec les chardons (qui appartiennent à la famille des composées). Les cardères sont des plantes bisannuelles : leurs graines germent en avril de la première année pour former en automne une rosette de feuilles au ras
du sol. Au printemps de la seconde année, les cardères se développent en hauteur(pouvant atteindre deux mètres*) pour fleurir en juillet et août. Les graines mûrissent en septembre et octobre, puis la plante meurt.La cardère sauvage pousse spontanément sur le bord des chemins, tandis que la cardère à foulon est une plante cultivée et ne survit que là où l’homme la sème.* En terrain favorable, c’est à dire fertile et frais, la cardère sauvage peut atteindre2,40 mètres, le record jamais noté étant de 2,60 mètres !
Rôle écologique des cardères
Les cardères sont des plantes hôtes particulièrement utiles à la faune sauvage.

- Leurs feuilles inférieures, réunies par deux à leur base, forment un godet qui permet de recueillir au total jusqu’à un litre d’eau… un véritable abreuvoir naturel
pour les oiseaux ! D’où le nom de « cabaret des oiseaux » que certains donnent à cette plante. En outre, la chenille d’un papillon nocturne qui ressemble à un gros bourdon (son nom est d’ailleurs « sphinx-bourdon ») se nourrit de ce précieux feuillage.
- Leurs fleurs sont une excellente source de nectar pour les abeilles, les bourdons, les syrphes et les papillons. Parmi les papillons particulièrement attirés par ces fleurs figurent notamment le paon du jour, le vulcain, la belle-dame, le tabac d’Espagne…
- Leurs graines (jusqu’à 600 par tête de cardère) attirent les oiseaux granivores et notamment le chardonneret élégant, le tarin des aulnes ou la linotte mélodieuse. Ces graines sont très recherchées par les oiseaux du fait de leur richesse calorique : elles contiennent jusqu’à 22 % de lipides.
- Leurs tiges creuses, lorsqu’elles se dessèchent au cours du deuxième hiver, servent
de site d’hivernage à de nombreux insectes.

 

 

USAGES

L’eau contenue dans les « godets » est réputée comme lotion pour le visage et les yeux. Diurétique, sudorifique, c’est la propriété dépurative de la cardère qui est intéressante, elle soulage l’eczéma, le psoriasis, l’impétigo. Préparez la en décoction pendant 3 minutes en mettant une cuillerée à soupe de plantes coupées par tasse. Prenez en deux ou trois tasses par jour, dont une le matin à jeun.

phytotherapieplantesmedicinales2.jpg

 

Publié dans "C**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

AIL DES OURS

Posté par eurekasophie le 23 juin 2009

aplantes2.jpg
 

 

 

 

ours.gifail3.gif

 

aildesours.jpg

Allium ursinum
 Têtes et gousses d'ail
Têtes et gousses d’ail
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Liliopsida
Sous-classe Liliidae
Ordre Liliales
Famille Alliaceae
Genre Allium
Nom binominal
Allium ursinum
L.
Classification phylogénétique
Ordre Asparagales
Famille Alliaceae

L’ail des ours s’observe au printemps lors des promenades dans les sous-bois. Il est reconnaissable des plantes à ses feuilles ovales en forme de lance, vertes foncées, luisantes avec une hampe florale blanche en ombelle. Cette plante est originaire d’Europe et d’Asie ou elle pousse dans les sous-bois humides, elle dégage une forte odeur d’ail quand vous froissez les feuilles. mais il est préférable de prélever des feuilles que d’arracher la plante dans la nature.

Vous pouvez faire un semis avec des graines récoltées en juillet sur les plantes en forêt, que vous semez après récolte dans un endroit ombragé. Repiquez en octobre en planches ombragées sur des rangs espacés de 25 cm et de 10 à 15 cm sur la ligne. Les soins à apporter à l’ail des ours se limitent au binage et à quelques arrosages en cas de sécheresse, ce sont des plantes pas très difficiles à cultiver. Si votre sol est à tendance argileuse, vous y apporterez du sable pour l’alléger.

La récolte de l’ail des ours se fait l’année d’après, en prélevant au fur et à mesure des besoins. on laisse quelques pieds en terre pour sa production prochaine. On utilise les feuilles et les bulbes coupés très finement pour les crudités et les sauces, les bulbes pour les viandes comme le gigot d’agneau ou les légumes etc… La plante a une haute teneur en vitamine C et pour mesdames des propriétés amaigrissantes.

Attention Attention de ne pas confondre l’ail des ours avec le muguet et la colchique qui sont deux plantes toxiques, mais ne dégagent pas d’odeur d’ail.

Le saviez-vous ?

  • L’ail des ours-Allium ursinum-famille des alliacées -du celtique all (brulant) et du latin ursus (ours)  
  • L’ail des ours est une plante ancienne, on a retrouvé des pollens dans des fouilles préhistoriques.

En cuisine

  • Une recette simple: dans un grand bol, mettre du fromage blanc de vache ou de chèvre, avec trois feuilles d’ail des ours hâchées finement, sel et poivre, bien mélanger, c’est un régal.
  • L’ail des ours est riche en vitamines C, elle possède du magnésium, fer, elle purifie le sang, facilite la digestion, fait baisser la tension artérielle et prévient de l’artériosclérose, elle est vermifuge et dépurative, en quelque sorte, c’est une plante bénéfique pour la santé.
  • Conservation de l’ail des ours: hâcher 100 grammes de feuilles avec 1 cuillérée à café de sel et 10 cl d’huile d’olive, mélanger et mettre le tout dans un petit bocal puis combler avec de l’huile, mettre au frais.
  • Vous pouvez aussi faire du beurre d’ail des ours, 100 grammes de feuilles hâchées finement, mélangées avec 500 grammes de beurre ramolli et du sel, malaxer le tout, faire des portions et les mettre au congélateur. Vous pouvez tout simplement congeler les feuilles hâchées. L’ail des ours s’observe au printemps lors des promenades dans les sous-bois. Il est reconnaissable des plantes à ses feuilles ovales en forme de lance, vertes foncées, luisantes avec une hampe florale blanche en ombelle. Cette plante est originaire d’Europe et d’Asie ou elle pousse dans les sous-bois humides, elle dégage une forte odeur d’ail quand vous froissez les feuilles. mais il est préférable de prélever des feuilles que d’arracher la plante dans la nature. Vous pouvez faire un semis avec des graines récoltées en juillet sur les plantes en forêt, que vous semez après récolte dans un endroit ombragé. Repiquez en octobre en planches ombragées sur des rangs espacés de 25 cm et de 10 à 15 cm sur la ligne. Les soins à apporter à l’ail des ours se limitent au binage et à quelques arrosages en cas de sécheresse, ce sont des plantes pas très difficiles à cultiver. Si votre sol est à tendance argileuse, vous y apporterez du sable pour l’alléger. La récolte de l’ail des ours se fait l’année d’après, en prélevant au fur et à mesure des besoins. on laisse quelques pieds en terre pour sa production prochaine. On utilise les feuilles et les bulbes coupés très finement pour les crudités et les sauces, les bulbes pour les viandes comme le gigot d’agneau ou les légumes etc… La plante a une haute teneur en vitamine C et pour mesdames des propriétés amaigrissantes.

    Attention Attention de ne pas confondre l’ail des ours avec le muguet et la colchique qui sont deux plantes toxiques, mais ne dégagent pas d’odeur d’ail.

ailsdesours2.jpgBouton floral avant éclosion 

 L’ail des ours a des propriétés proche de l’ail commun, il fait baisser la tension artérielle et prévient l’artériosclérose. Il soulage les douleurs d’estomac, facilite la digestion, il est utilisé pour traiter les diarrhées les coliques les indigestions et pour stimuler l’appétit. Il est vermifuge. Certains l’utilise en cure dépurative de printemps.

Utilisé comme épice : les feuilles sont coupées menu comme de la ciboulette ou du persil et rajoutées sur les soupes, sauces, salades …

Teinture : remplir une bouteille de feuilles coupées en morceaux, recouvrir d’alcool à 40%, laisser reposer 15 jours au soleil, prendre 15 gouttes par jour dans un peu d’eau.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

12345...9
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant