Résultats de votre recherche

VAINCRE LE HOQUET

Posté par eurekasophie le 2 décembre 2010

 

 

 

Avec l’acupression du visage et

 

la réflexologie plantaire 

 

 

 

 

 

acupression2.jpg

 

Acupression du visage 

 

Dès le début du hoquet, stimulez les points suivants: 

1)    Massez verticalement le point juste sous le nez entre les narines. ( point 3 ) Attention, ce point est déconseillé en cas d’hypertension ou si vous êtes enceinte. 

2)   Stimulez ensuite le point situé entre les deux sourcils. ( point qui se situe entre les points 6 ) Attention, ne stimulez pas ce point si vous souffrez d’hypotension ! 

3)   Sur la joue gauche, massez le point situé à hauteur de la base du nez dans l’alignement vertical de la pupille. ( point légèrement en-dessous du point 4 ) 

4)   Pressez les points dans le creux des ailes du nez, au-dessus des narines ( point 5 ) ou pour plus de facilité, frictionnez de haut en bas toute la zone le long des ailes du nez .

5)   Terminez votre séance d’acupression en massant les points situés dans le creux devant les oreilles ( point 8). 

 

 

 

Réflexologie plantaire 

 

 

reflex.gif

 

6)   Travaillez la zone du plexus solaire dans le creux de la plante du pied, sous les orteils centraux ( voir schéma ) .

7)   Massez ensuite la zone-réflexe des poumons, sur le coussinet de la plante des pieds sous les trois orteils centraux ( voir schéma ).

8)   Dans un mouvement de reptation, stimulez toute la bande réflexe de l’oesophage dans le prolongement de l’articulation entre le gros orteil et le suivant, tant sur la plante du pied que sur le dessus du pied ( voir schéma ).

9)    Massez ensuite de manière rotative la zone réflexe de l’estomac, sur la plante du pied, en dessous du coussinet du gros orteil ( voir schéma ).

10 et 11)   Continuez par la zone du colon ( voir schéma ) , qui forme un arc de cercle dans le creux du pied et celle de l’intestin grêle à l’intérieur de l’arc de cercle formé par le côlon ( voir schéma ).

12)   Terminez par la zone réflexe du coeur qui se trouve sur la plante du pied gauche, au niveau du premier tiers de la plante du pied en partant de la base des orteils dans l’alignement du deuxième orteil ( côté petit orteil ) ( voir schéma ).

Source  » Belle Santé  » N° 130 article de Murielle Toussaint 

Publié dans ACUPRESSION-REFLEXOLOGIE | 12 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

AQUARUNNING :

Posté par eurekasophie le 20 septembre 2010

 

                                                                                                                                 hebergeur d image

 

 

Courir dans l’eau,

 

ça fait les biscotteaux !

 

 

 

                                                                                                           hebergeur d image

Courir dans l’eau…….c’est rigolo ! L’aquarunning est une activité ludique et agréable, comme tous ces sports que l’on pratique dans l’eau ( aquastretching, aquabiking, aquaboxing, aquastep….)

En maillot de bain,chaussé de chaussons en caoutchouc pour protéger la plante des pieds, on court, glisse, marche sur un tapis constitué de dizaines de 308 petites  » billes  » qui roulent ( d’où les chaussons ). Le prof fait gigoter d’avant en arrière, d’arrière en avant pendant toute la séance, modifie le rythme, le mouvement, etc. Tout cela en musique, en groupe, dans une eau à plus de 30 ° C. Le but : pratiquer une activité réellement dynamique dans l’eau, profiter des bienfaits de l’hydromassage et soulager les articulations. En effet, l’eau masse les membres inférieurs à chaque mouvement, allégeant les jambes et l’ensemble de la silhouette. Et comme c’est dans l’eau, aucun risque de traumatisme ni de douleur ! Bilan : des fesses plus fermes, des jambes sculptées, des calories qui s’envolent, le coeur et les poumons qui travaillent, le squelette qui se renforce en douceur. 

L’aquarunning est vraiment accessible à tous, et à tous niveaux. Dans un genre proche, l’aquajogging lui se pratique sans tapis et ressemble plus à une séance combinée d’aquagym et de natation. Plus sportif. Pour conclure, si vous êtes au bord de la mer ou à la piscine, rien ne vous empêche de courir et de sautiller dans l’eau aussi……C’est gratuit, mais on s’ennuie vite et il fait rarement 30 °C…. ! 

Où pratiquer ? 

24 centres Récréa agréés en France ( Normandie, Bretagne, Centre, Nord Pas de Calais, Pays de Loire…..Voir : www.recrea.fr ) dont le CEntre aquatique Bois-Colombes , 

Tél. 01 46 49 87 70 . www.cabc.fr et le Centre Aquavexin, tel . 03 44 22 06 44 . www.aquavexin.fr

Combien ça coûte ? 

10 € environ pour tester 1 séance. Tarifs dégressifs à l’abonnement. Les cours sont pris d’assaut à l’heure du déjeuner, mais essayez quand même.

 

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 4 Commentaires »

J’AI DESCENDU DANS MON JARDIN………….

Posté par eurekasophie le 14 septembre 2010

 

 

avec aux lèvres, les paroles de la chanson populaire d’Anne de Bretagne.

Rappelez-vous:  » ……L’on vit trois beaux capitaines, avec des sabots….Offrir à leur souveraine….Un joli pied de verveine…S’il fleurit, tu seras reine….Elle a fleuri, la verveine…..Anne de France fut reine….. » . Herbe dédiée à Vénus, déesse de l’amour, tu m’inspires maints souvenirs, et du fond de mes abysses, bien des poèmes rejaillissent. Ecoute plutôt ! 

 

 » Sous ces arbres chéris, où j’allais à mon tour

- Pour cueillir, en passant, seul, un brin de verveine,

- Sous ces arbres charmants où votre fraîche haleine

-disputait au printemps tous les parfums du jour…. »

Une promenade au jardin des plantes, de A. de Musset.

 

 

 

 

LA VERVEINE OFFICINALE

 

 

                                                                                                             hebergeur d image

Nom commun : herbe sacrée, herbe de sang, herbe aux sorciers, guérit-tout

Genre et espèce : Verbena officinalis

Famille : VERBENACEAE: plantes herbacées ou arbustes; feuilles opposées; petites fleurs;800 espèces

Origine : Europe, Asie, Afrique du Nord

Hauteur : 30 à 75 cm.

 

jardinfleur.jpg La corolle est constituée de cinq pétales soudées à la base en un petit tube. La fleur s’étale ensuite en deux lèvres peu marquées, la supérieure composée de deux lobes et l’inférieure de trois lobes.Chaque fleur possède à son aisselle une petite bractée, petite feuille propre à l’inflorescence. Les fleurs se disposent en épi, grappe dont les fleurs sont sessiles ( insérées directement sur un rameau, sans petite  » queue « ). Les fleurs s’épanouissent de juin à octobre, la floraison débutant à la base de l’épi pour arriver progressivement jusqu’à son sommet.

jardinfleur.jpg La verveine officinale ne doit pas être confondue avec la verveine citronnelle ( lippia triphylla ) fortement aromatique et aux principes actifs différents. La verveine officinale, amère et très riche en tanins, a des propriétés toniques, fébrifuges et astringentes. Excellente pour le foie, elle équilibrerait également le taux d’oestrogène et de progestérone chez la femme.

Publié dans INFO....SANTE | Pas de Commentaires »

STOP ……..

Posté par eurekasophie le 6 juillet 2010

 

 

À LA TRANSPIRATION 

 

 

 

                                                                                                            Hebergement d'images

La transpiration a beau être un processus physiologique et indispensable, il n’en demeure pas moins que les sensations d’humidité et les mauvaises odeurs qu’elle génère, ne sont guère agréables pour soi-même comme pour les autres. Ainsi pour la combattre efficacement sans nuire à notre santé, les marques de cosmétique naturelle- encouragées par les doutes et l’inquiétude des consommateurs face aux sels d’aluminium- proposent une offre de plus en plus étoffée de déodorants sous forme de sprays, de sticks ou de bille, tout aussi performants et agréables désormais que les déodorants classiques.

 

TRANSPIRER NATURELLEMENT

Avant tout, il faut savoir qu’il existe classiquement deux grands types de produits : les anti-transpirants, qui agissent en bloquant la transpiration grâce aux sels d’aluminium et les déodorants, qui neutralisent ou masquent les bactéries responsables des mauvaises odeurs. Dénués de sels d’aluminium, la plupart des produits bio sont des déodorants puisqu’ils n’agissent pas sur le processus naturel de la transpiration. Cela étant, ce qui différencie un déo classique d’un déo bio, c’est évidemment sa composition. La majorité des produits naturels utilisent les propriétés déodorantes de certaines plantes comme la sauge , l’eucalyptus, la cannelle…, auxquelles sont associées des huiles essentielles, reconnues pour leurs vertus antibactériennes mais aussi pour leurs parfums. Ces actifs naturels améliorent le fonctionnement des cellules sans le modifier. Côté parfums, ils sont nombreux : rose de Damas, hamamélis, aloe vera, jojoba…, du plus subtil au plus fort, il y en a pour tous les goûts ! De plus, pour obtenir le label bio, ces produits ne doivent pas contenir certains conservateurs de synthèse, jugés nocifs, comme les parabens, le phénoxyethanol…Ils sont évidemment aussi sans parfums ou colorants de synthèse, souvent sans alcool…..Afin de préserver autant que possible l’environnement, les flacons et les emballages sont aussi souvent biodégradables et les fabricants mettent un point d’honneur à ne pas tester leurs produits sur des animaux.

 

QUELQUES TRUCS ET ASTUCES 

 

pour combattre naturellement la transpiration

  En cas de transpiration excessive, sachez que les poils des aisselles ont le désavantage de retenir toute l’humidité et de favoriser la macération. Pour faciliter vos soins d’hygiène, optez donc pour une épilation à la cire en évitant autant que possible le rasoir qui peut générer des microcoupures.

La douche tiède restant le premier et le meilleur moyen de supprimer les mauvaises odeurs, adoptez une bonne hygiène quotidienne. Utilisez de préférence un savon à ph acide qui respecte l’équilibre de la peau plutôt qu’un savon fantaisie, parfumé mais qui n’aura pas de réel pouvoir sur les odeurs à long terme. Et puis avant d’appliquer votre déodorant, portez un soin tout particulier au séchage de vos aisselles !

  Privilégiez, surtout durant les saisons chaudes, des vêtements en fibres naturelles ( coton, lin….) et bannissez bien entendu les matières synthétiques ou polyester et tous les tissus épais comme le denim. Choisissez également des vêtements amples qui laissent la peau respirer et la sueur s’évacuer. De plus, sachez que les couleurs sombres emmagasinent la chaleur. Le mieux est donc de réserver votre charmante petite robe noire ou votre jean préféré pour le soir et de porter des tons clairs dans la journée.

♣  Et pour garder vos pieds au frais, il est vivement recommandé de choisir des chaussures pas trop serrées avec des semelles en cuir, qui offrent un plus grand confort et limitent les mauvaises odeurs. Pensez également à porter vos chaussures, un jour sur deux : l’humidité engendrée par la transpiration n’a pas le temps de se résorber en une nuit.

  Buvez beaucoup d’eau tout au long de la journée surtout lorsque la température est élevée. Sans attendre d’avoir la sensation de soif pour s’hydrater car cela signifie qu’à ce moment, le corps accuse déjà un déficit d’un litre. Côté alimentation, sachez aussi que le sel, l’alcool, les boissons gazeuses, les mets épicés, l’ail, l’oignon et le curry contribuent à l’odeur désagréable dégagée par la transpiration.

♣  Enfin en toute circonstance, essayez de rester calme et relaxez-vous : le stress est un facteur déclenchant ou aggravant de la transpiration.

Publié dans MES PETITES INFOS | 2 Commentaires »

PREVENIR ET SOULAGER……….

Posté par eurekasophie le 16 juin 2010

 

 

 

……..LES CALCULS RÉNAUX 

 

 

avec l’acupression et la réflexologie

 

 

 

ACUPRESSION DU VISAGE 

 

 

 

 

reflexologievisage2.jpg

 

Schéma N°1

 

 

reflexologievisage1.jpg

 

Schéma N°2

 

1) Stimulez obliquement, en direction du coin des lèvres, les points situés dans l’alignement vertical des pupilles, à mi-distance entre la bouche et la base du nez. ( point 13 sur schéma N° 1)

2) Le point suivant, très important en cas de calculs et de problèmes rénaux en général, se trouve sur l’arête du nez au niveau des creux des narines.

3) A hauteur du creux des ailes du nez, massez les points qui se trouvent de part et d’autre de l’arête nasale. Comme les précédents, ces points agissent efficacement sur les affections rénales quelle que soit leur nature.

4) Pressez ensuite les points qui se trouvent sur les bords inférieurs des orbites osseuses de l’oeil, à hauteur de la pupille. ( points 15 sur schéma N° 1)

5) Pour favoriser l’élimination des calculs, massez maintenant les points de part et d’autre de la bouche, à hauteur du bas de la lèvre inférieure, au niveau des coins des lèvres ( points situés légèrement en-dessous des points 3 sur schéma N° 2).

6) Pour calmer la douleur, pressez les deux points qui se trouvent à hauteur du premier quart du front en partant de la racine des cheveux, à hauteur des bords internes de l’iris ( points 23 sur schéma N° 1).

7) Terminez votre séance d’acupression en massant les points situés dans les creux devant les oreilles ( points 1 sur schéma N° 2).

 

 

ACUPRESSION DU CORPS

 

8) Pressez le point qui se trouve sur la face interne du mollet au niveau du creux arrière de la tête du tibia.

9) Du côté du rein douloureux, massez le point situé à trois travers de doigt ( à droite ou à gauche) de l’épine dorsale à hauteur du bord supérieur de l’os du bassin ( crête illiaque).

10) Ensuite, pressez le point à l’intérieur de la cheville dans le creux derrière la tête inférieure du tibia, à deux travers de doigt au-dessus de l’os du talon.

11) terminez en massant les points qui se trouvent en plein milieu de la partie charnue des mollets.

 

 

RÉFLEXOLOGIE

La réflexologie, à raison de quelques minutes chaque jour, peut vous aider à prévenir les problèmes rénaux. Il vous suffit de masser dans un mouvement de rotation les points réflexes suivants sur les mains et/ou les pieds pendant 10 secondes chacun.

 

 

                                                                                        Hebergement d'images

12) Sur la plante des pieds, commencez bien entendu par la zone-réflexe du rein qui se trouve dans le creux du pied, sur la ligne entre le gros orteil et le second ( voir croquis).

13) Insistez ensuite sur les glandes surrénales, ( voir croquis ) dans le creux du pied, dans l’alignement de la jointure entre le gros orteil et le second… 

14) ….et continuez par la zone-réflexe de la vessie, sur la ligne intérieure de la plante du pied à hauteur du creux du pied qui marque le début du talon ( voir croquis ).

15) Finalement, massez tout l’arc interne du pied, zone réflexe de la colonne vertébrale ( voir croquis ).

 



Hebergement d'images

16) Sur la paume des mains, stimulez la zone des reins dans l’alignement de l’articulation entre l’index et le majeur, à hauteur de l’articulation du pouce ( voir croquis ).

17) La zone des surrénales est située sur la partie charnue dans le creux de l’os du pouce et de l’index ( voir croquis ) et celle de la vessie se trouve au milieu de la base de la paume ( voir croquis ).

18) Enfin, pour travailler l’ensemble de la colonne vertébrale, massez toute l’arrête osseuse du pouce, en partant du poignet jusqu’à l’ongle.

 

Voici encore deux petits exercices pour garder vos reins en forme

20) Serrez un peigne dans la main de manière à ce que les dents appuient fermement sur la paume de la main. Faites cet exercice pendant 5 minutes pour chacune des mains.

21) Enroulez des élastiques autour de la pointe des dix doigts et des orteils des 2 pieds pendant 2 à 5 minutes. 
                                                                                                 Hebergement d'images

Publié dans ACUPRESSION-REFLEXOLOGIE | 5 Commentaires »

1 ) VIOLETTE DU CAP

Posté par eurekasophie le 29 avril 2010

 

 

 

                                                 Hebergement d'images

 

La violette du Cap, communément appelée Saintpaulia, offre une grande variété de formes et de couleurs.

D’entretien facile, elle fleurit une grande partie de l’année

 

Elle est originaire de Tanzanie, à l’Est de l’Afrique.

Ses feuilles velues et charnues, portées par de longues tiges fragiles, forment des rosettes sur lesquelles reposent des groupes de fleurs.

 

Dimensions

D’une hauteur de 10 à 15 cm, l’étalement de la violette du Cap atteint 38 cm ou même davantage. Il existe cependant des variétés naines d’un diamètre de 18 cm environ. Bien que moins florifère de novembre à mars, c’est une plante qui fleurit toute l’année.

 

Variétés 

Il existe aujourd’hui de nombreux hybrides. les fleurs – simples ( 5 pétales ) , semi-doubles ou doubles – peuvent être blanches, ou roses, rouges, bleues, mauves ou pourpres, de toutes nuances.

Hebergement d'imagespapillons09.gif

 

 

 

                                                                                                              Hebergement d'imagespapillons09.gif

Les variétés bicolores sont très à la mode, ainsi que celles à fleurs à bords plissés, à feuilles panachées ou au pourtour froissé. Il existe des variétés naines, semi-naines et à tiges rampantes.

 

                                                                               Hebergement d'images

Présentation

La violette du Cap sera à son avantage dans un bac contenant d’autres plantes d’intérieur.

MULTIPLICATION

Le plus simple est d’effectuer des boutures de feuilles. On connaîtra ainsi d’avance le type de plante et le coloris que l’on obtiendra puisqu’ils seront identiques à ceux de la plante mère. C’est seulement au bout de 8 à 10 mois que la plantule portera de belles fleurs et deviendra adulte.

1) Détacher de la plante mère une feuille avec son pétiole.

2) La planter de façon que la moitié du pétiole soit recouvert de compost et maintenir la température à 18-21° . Au bout d’un mois, des racines se formeront.

3) Maintenir 8 à 14 jours à même température: de petites plantes apparaîtront alors. Lorsque leur diamètre atteindra 5 cm environ, les mettre dans de petits pots séparés.

4) Après que les plantes aient redémarré, administrer de l’engrais liquide tous les 15 jours. Placer les pots sur un lit de gravillons humides.

 

Soins spéciaux 

Les feuilles peuvent se flétrir et des taches brunes apparaître si la plante a été trop exposée au soleil ou si l’on a versé de l’eau froide sur celle-ci.

Prévention: De mars à octobre, éviter d’exposer la plante au soleil. Arroser avec précaution.

La pourriture du collet est fréquente chez la violette du Cap

Traitement: retirer la plante et traiter la zone infectée

L’oïdium peut se développer si l’air est trop humide ou la pièce mal aérée

Traitement : placer la plante sur un lit de gravillons humides

Des taches brunes en creux, sur le revers des feuilles indiquent la présence de thrips et de tarsotèmes

Traitement: retirer les sujets les plus affectés

Les clés du succès
Hebergement d'images

ENTRETIEN 

 Plante exigeant peu de soins, qui fleurit toute l’année si elle bénéficie d’une attention régulière. Retirer les fleurs fanées et veiller à ce qu’il n’y ait pas plus de 3 à 4 épaisseurs de feuilles à la base de la plante.

Empotage: utiliser un compost aéré mais riche, comme le terreau à base de tourbe que l’on trouve dans le commerce. Rempoter au printemps ou en été lorsque les racines occupent tout le pot. Diviser les plantes à pieds multiples.

 

Hebergement d'images

ARROSAGE

Les feuilles et le collet de la violette du Cap n’aiment pas l’eau froide. Verser de l’eau tiède dans la soucoupe. Vider l’eau qui resterait une demie-heure après. Placer la plante sur un lit de cailloux humides

Nutrition: en période de croissance, administrer de l’engrais liquide tous les 15 jours

 

Hebergement d'images

MILIEU

Lumière: bien qu’aimant la pleine lumière, cette plante supporte mal les rayons directs du soleil, de mars à octobre en particulier. L’hiver, veiller à ce qu’elle profite le plus possible de la lumière du jour.

Température: en été, la température idéale est de 15 à 22 ° ; en hiver, pas de températures inférieures à 13 °.

Publié dans PLANTES A FLEURS, Soins et Beaute des Plantes | 3 Commentaires »

PIED DE CHAT ….

Posté par eurekasophie le 5 février 2010

                                                                                                          Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

 

Pied de chat dioïque
 

(Antennaria dioica)

(Composées ou Astéracées)

 

Synonyme(s) français(s) : Antennaire dioïque, Gnaphale dioïque, Pied de chat

Antennaria est un genre d’environ 45 espèces de petites plantes vivaces herbacées et dioïque de la famille des Asteraceae. Ses espèces sont appelées antennaires. Ce nom générique fut proposé par le botaniste Joseph Gaertner, en 1791. Il est issu du latin antenna, et signifie antenne : il rappelle la forme des soies épaissie des capitules, ressemblant à des antennes de papillon. Beaucoup d’entre elles sont aussi désignées par le nom vernaculaire Pied de chat, qui se rapporte à l’aspect doux des fleurs réunies en coussinets comme ceux du chat.

C’est une plante vivace de taille modeste (40cm au plus) à rhizome ramifié qui donne naissance à des stolons et à des rejets avec des rosettes de feuilles élargies en spatule au sommet à très courte pointe, rétrécies à la base, densément velues sur les 2 faces, veloutées-soyeuses et blanches sur le dessous, vert grisâtre sur le dessus. Les tiges florifères, dressées, blanches, cotonneuses, sont munies de feuilles plus étroites. Capitules rapprochés en corymbe serré au sommet de la tige. Les fleurs toutes en tubes sont entourées de bractées blanches pour les fleurs mâles, roses pour les fleurs femelles (en général) sur des pieds distincts.
Dans les Pyrénées : caractéristique des nardaies, pelouses et landes basses sur sol siliceux, sur l’ensemble de la chaîne.

Antennaire dioïque
 Antennaria dioica
Antennaria dioica
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Asteridae
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Antennaria
Nom binominal
Antennaria dioica

Utilisations officinales : toute la plante contient des substances expectorantes et cholagogues.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Publié dans "P**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

ASPERGE DE MER..

Posté par eurekasophie le 7 janvier 2010

 

 asparagusofficinalisprostratus2.jpg

Asperge de mer
 

( Asparagus prostratus )

( Asparagacées )

Synonyme(s) : Asperge couchée, Asperge littorale, Asperge des dunes.

Taille : 10 à 30 cm.

Floraison : de juin à août.

Cycle de vie : vivace.

Répartition : france : Atlantique, rare en Manche. Protégée en Poitou-Charente.

Habitat : sables maritimes, dunes fixées, interdunes sèches, sols nus ou végétation basse.

 

Fleurs : fleurs solitaires ou par 2, à l’aisselle des rameaux. Elles sont blanc-vert, en cloche, formées de 3 pétales et 3 sépales.

Feuilles : feuilles en faisceau ; celles-ci sont filiformes, courtes (5 mm), gris-vert et sont appelées cladodes.

Reproduction : les fruits sont de petites baies rouges.

asparagusprostratus1.jpg

 

Commentaires : plante rampante. Cette espèce possède des pieds à fleurs mâles (6 étamines), les fleurs femelles (pistil à 3 loges) sont portées par d’autres pieds.

Utilisations officinales : plante à l’origine des asperges cultivées, elle contient des substances diurétiques.

asparagusofficinalisprostratus1.jpg  Clique sur l’image s’il-te-plaît

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

PETIT JARDIN DE DECEMBRE

Posté par eurekasophie le 30 novembre 2009

Ce qu’il faut faire en décembre
Travaux au jardin
Par Sébastien Jacquot

Si les grands froids de l’hiver nous ont épargné le mois dernier, c’est sûrement en décembre qu’il va falloir s’en méfier.

decembre0.jpg
Il est l’heure de veiller à ce que nos végétaux puissent passer les froids prochains sans craindre les nombreuses péripéties qui les guettent. Mais que dire de ces hivers que redoutent bon nombre de personnes si ce n’est de les glorifier par la beauté qu’ils donnent à nos paysages.
Au potager
L’hiver vous aidant par ses gelés à éliminer les herbes indésirables qui subsistent encore, aidez-le à nettoyer votre jardin qui n’en sera que mieux préparé pour les futurs semis et plantations.
 decembre00.jpg

Profitez de cette période pour apporter de la fumure et labourer le terrain. S’il vous reste certains légumes en terre et que vous ne pouvez les ramasser faute de place pour les conserver, protégez-les par un tapis de paille ou de feuilles mortes. Coté semis, il est encore temps de mettre en terre épinards et laitues de printemps.Au verger
Tout comme novembre était propice à la plantation des arbres fruitiers, décembre l’est aussi. Veillez cependant à ne planter vos sujets qu’en période hors gel. Décembre est le mois idéal pour la taille des arbres à pépins tels que pommiers et poiriers. Profitez également de cette période pour tailler vos arbustes à petits fruits tels que groseilliers et cassissiers. L’entretien de vos arbres et arbustes fruitiers est essentiel en hiver pour qu’ils puissent retrouver leur pleine rigueur au printemps prochain. Procédez à l’élimination des mousses sur leur tronc où se nichent bon nombre de parasites ; commencez également les traitements d’hiver. Comme au verger, apportez de la fumure aux pieds de vos arbres.

decembre000.jpg

Au jardin d’ornement
Le froid n’épargne rien, pas même les plus belles fleurs aussi parfumées soient-elles. N’oubliez pas de protéger vos plantes de massif par un paillage qui les aideront à passer les jours de froid sans le moindre mal. Apportez du compost aux pieds de vos rosiers et autres arbustes à fleurs. Profitez de cette dernière période pour mettre en terre vos bulbes de tulipes, jonquilles et narcisses. Ha !… Ne vous imaginez-vous pas déjà les voir fleurir à l’arrivée du printemps ? Rien de tel pour se donner du courage.

Plantes d’intérieur et de balcon
Veillez sur vos plantes d’intérieur, bien qu’elles soient à l’abri du froid, elles ne sont pas pour autant à l’abri de la sécheresse, ne les oubliez pas, pensez donc à les arroser, mais surtout sans excès. Ne les disposez pas non plus trop près d’une source de chaleur en pensant qu’elles passeront mieux l’hiver, Il n’en est rien.

Les arbres, arbustes et haies
Protégez vos arbres et arbustes les plus sensibles du froid qui les menace, soit en les enveloppant d’un voile d’hivernage pour les plus petits, soit en veillant à protéger les sujets les plus imposant en isolant la base de leur tronc avec de la paille ou du feuillage. Profitez des jours hors gèle de décembre pour faire de nouvelles plantations. Entretenez-les en taillant leur bois morts et autres branches devenues trop importantes, vous pouvez également continuer à tailler vos haies.

Petit jardin – Le petit magazine du jardinage et des plantes – www.graines-et-plantes.comPage 2

Publié dans JARDINAGE AUX FIL DU TEMPS | 2 Commentaires »

L’ORANGER

Posté par eurekasophie le 20 novembre 2009

Rien n’est plus beau que les fleurs immaculées de l’oranger, dont on tressait des couronnes aux vierges; rapportez toute cette blancheur à l’or rouge et au cuivre chaud des fruits superbes de l’hiver, et vous aurez le plus délicat, le plus merveilleux mariage de pastels qu’un peintre puisse imaginer…..

oranger.jpg

 » L’orange a toujours eu pour moi la séduction des fruits de la fête : on n’en mangeait guère qu’à Noël, dans les campagnes, et le beau fruit mûri au soleil de l’Espagne, du Maroc ou de l’Italie a toujours été associé dans mon esprit aux cadeaux, aux chocolats, aux papillotes, à la joie, et aux rires d’anges et d’enfants comblés….Oui, comme le chante Gilbert Bécaud, moi qui n’étais guère comblé, j’avoue avoir  » volé l’orange du marchand  » à l’étalage; la douceur infinie du jus sucré qui coulait dans ma bouche se doublait alors de la saveur toute particulière du  » péché « , de la transgression de l’interdit…. Mais après tout, qui aurait la cruauté de punir un enfant pauvre d’une joie saine ?

Une joie saine…..Manger de l’orange l’était certainement lorsque j’avais dix ans. Je n’en dirais plus autant aujourd’hui. La sagesse populaire veut certes que le jus de ce fruit soit de l’or le matin, de l’argent à midi et du bronze le soir. Mais la sagesse populaire ne sait rien des insecticides dont on asperge les arbres dès les premiers bourgeons du printemps, ni des  » conservateurs  » ( diphényle, etc.), prétendument inoffensifs, dont on arrose abondamment les agrumes ( ou même qu’on leur injecte à la seringue ) après la récolte. La pollution chimique des orangers est telle, à l’heure actuelle, que tout ce que je vais dire des merveilleuses vertus de ces arbres se trouve sérieusement mis en question par la folie des hommes — la folie des rendements, la folie de l’asservissement de la nature ( à laquelle mon âme de paysan me dicte bien plutôt de me plier ), la folie de la destruction pour le profit immédiat…… »

                                                                              Maurice Mességué

 

Il existe de nombreuses espèces d’orangers, qui ont toutes leur utilité, soit pour la production de fruits, soit comme plante médicinales.

Oranger
 Citrus sinensis
Citrus sinensis
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Sapindales
Famille Rutaceae
Genre Citrus
Nom binominal
Citrus sinensis

A l’oranger vrai, il faut en effet ajouter l’oranger amer ou bigaradier, la bergamote ( au fruit jaune pâle, très amer et immangeable ), et le pamplemousse ( dont le fruit énorme, jaune citron, blanc, rosé ou rouge, pèse parfois plus de 8 kg ). Toutes ces espèces ont des vertus voisines; on en utilise les feuilles, les fruits, les fleurs, les jus, l’écorce et l’essence. Plutôt que d’acheter ces produits en herboristerie ( fruits mis à part évidemment), essayez, si le climat de vootre contrée vous le permet, de planter un oranger dans votre jardin…..C’est un régal pour l’oeil….et pour le palais, si le soleil est au rendez-vous pour mûrir les fruits.

orangerfeuiles.gif

Les feuilles d’oranger ( qui devraient être celles du bigaradier, plus actives, dans les magasins de plantes,mais qui sont souvent mêlées de feuilles d’oranger vrai ou même de feuilles de citronnier…toutes polluées, d’ailleurs) , se révèlent calmantes et antispasmodiques. Les nerveux, les angoissés, les asthmatiques, les individus sujets aux migraines d’origine nerveuse, les neurasthéniques, les insomniaques, les hystériques et les épileptiques auront intérêt à en user largement. Ces feuilles se montrent encore capables de faire tomber la fièvre ( typhoïde, etc.); elles provoquent la sueur; elles constituent un excellent vermifuge; elles aident le travail de l’estomac; et elles sont toniques.

 

 

orangerfleurs.jpg

 

Les fleur d’oranger ( celles du bigaradier sont là encore les plus actives ), présentent 5 pétales immaculés, criblés de minuscules glandes sécrétrices, d’où s’exhale un parfum suave. On en tire une eau essentiellement calmante et antispasmodique. C’est même le meilleur calmant que je connaisse: les anxieux, les angoissés, ceux dont le coeur s’affole à la moindre émotion, ceux qui n’arrivent pas à trouver le sommeil, les névrosés, les agités, tous ceux-là sont justiciables de la fleur d’oranger. Quant à l’essence que l’on en tire également de cette fleur, et qu’on appelle souvent essence de néroli, elle sert essentiellement en parfumerie. Son nom rappelle celui de la femme de Flavio Orsini, prince de Neroli. Celle-ci en faisait un usage quasi immodéré, et elle introduit la préparation en France au XVII ° siècle.

oranger2.jpg

 

L’orange elle-même, ce fuit superbe dans lequel on a vu la pomme d’or du jardin des Hespérides ( cette pomme d’or qui donnait l’immortalité, et qu’Héraclès alla voler aux nymphes au cours du onzième  » travail  » ) exerce les effets les plus salutaires sur l’organisme.

Convenablement pelée (afin d’éliminer au maximum le zeste imprégné de poisons chimiques),elle apporte à l’organisme son content de vitamines C et B.

orange03.giforangegif.giforangesagrumefruits.jpg

Elle convient particulièrement aux enfants, aux adolescents, aux malades et aux personnes âgées. Sa faible teneur en sucre la fait autoriser aux diabétiques.

Le jus d’orange, soit sous forme d’orangeade, soit pur, concentre tous les principes toniques et anti-infectieux de l’oranger. On le donne en quantités massives dans tous les cas de grippes, d’affaiblissements de l’organisme, de fièvres, d’angines, de troubles digestifs et de maux de reins ou de vessie. La pulpe cuite du fruit, appliquée en gros emplâtres sur les ulcères ou les abcès, donne les meilleurs résulats.

L’écorce d’orange, qui devrait normalement provenir des fruits du bigaradier ( mais à laquelle on substitue fréquemment le zeste de l’orange vraie ), est tonique, stimulante et exitante; elle aide au travail de l’estomac, et permet la libération normale des gaz intstinaux dans tous les cas de constipation; elle est en outre apte à faire tomber la fièvre, et se comporte comme un bon vermifuge.

Enfin l’essence d’orange vraie, constituée par le liquide volatil qui s’échappe de l’écorce des fruits lorsqu’on les presse, se montre un excellent antiseptique, ainsi qu’un calmant efficace des maux de ventre. Elle sert à préparer l’eau de Cologne, et à ce titre, c’est un liquide de beauté. L’essence de bergamote désinfecte parfaitement les plaies, les abcès, les ulcères et les brûlures.

RÉCOLTE

Ne vous fiez, pour vos préparations médicinales à base d’oranger, qu’aux plants que vous aurez fait pousser vous-même ( si vous habitez une région suffisamment chaude ), ou dont vous aurez la certitude absolue qu’ils n’ont pas été traités. Dans ce cas, cueillez les feuilles sur l’arbre même, après la rosée; faites-les sécher à l’ombre pour éviter qu’elles ne perdent leur belle couleur verte; et conservez-les au sec, à l’abri de la lumière. Récoltez les fleurs encore fermées, également après la rosée; et faites-les sécher à l’obscurité et au sec.

Quant aux fruits, je vous laisse juge: mais, de grâce, ne préparez aucune potion à base d’écorce ou d’essence en utilisant des fruits du commerce; ce serait vous empoisonner à coup sûr.

PRÉPARATION ET EMPLOI

INFUSION ET DECOCTION

de feuilles ( action calmante ) : jetez une demi-poignée de feuilles sèches dans 1 litre d’eau ( 2 à 3 tasses par jour ).

DECOCTION CONCENTREE

de feuilles ( en cas d’accidents nerveux graves: hystérie, épilepsie ): jetez 3 poignées de feuilles sèches dans 1 litre d’eau ( 3 tasses par jour ) .

BAINS DE MAINS ET DE PIEDS

de feuilles: une poignée de feuilles sèches par litre d’eau.

TISANE

de fleurs: jetez une demi-poignée de fleurs sèches par litre d’eau ( une tasse le soir, au coucher ).

BAINS

de fleurs d’oranger: jetez une poignée de fleurs sèches par litre d’eau.

CATAPLASMES

de pulpe d’orange cuite: contre les ulcères et les abcès.

RATAFIA

( Tonique de l’estomac ou de l’appareil digestif) : mélangez 100 g d’écorce d’orange et 100 g d’écorce de citron à un litre d’alcool à 80 °; laissez macérer pendant une semaine; sucrez avec 1/2 kg de sucre de canne. ( Une cuillerée à soupe, à l’heure de l’apéritif, une fois tous les deux jours.)

TEINTURE

d’écorce d’orange : faites macérer pendant une semaine 100 g d’écorce d’orange dans 1 / 2 litre d’eau-de-vie; filtrez. ( Une cuillerée à café avant les repas, comme stimulant de l’estomac et de l’intestin.)

Publié dans "O**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 15 Commentaires »

12345...13
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant