• Accueil
  • > Recherche : plant fenouil

Résultats de votre recherche

LA BALLOTE …

Posté par eurekasophie le 1 juillet 2010

 

 

La ballote 

 

 

Plante apaisante

 

 

 

Une plante trop longtemps mal aimée

 

qui vous offre de longues nuits sereines

 

 

Hebergement d'images Hebergement d'images

Elle porte le nom savant de Ballota nigra ( Ballote noire ) mais on la connaît plus souvent sous ceux de marrube fétide ou ballote puante. 

Il faut dire que fraîche, elle dégage une forte odeur de moisi qui a fait fuir les phytothérapeutes jusqu’à l’aube du XVII è siècle. A tort puisque c’est une plante irremplaçable pour calmer les angoisses, la nervosité et lutter contre l’insomnie.

 

Un sosie de l’ortie 

La ballote est une plante vivace de 30 à 80 cm qui affectionne particulièrement les rues des villages, les décombres, les bords des chemins et les haies. On la confond souvent avec les orties dont elle se différencie pourtant par l’odeur. Elle fleurit du printemps à l’automne et ses grandes fleurs fournissent un bon nectar aux abeilles. 

Originaire du Sud de l’Europe et de l’Asie du Sud-Ouest, la ballote a très vite gagné la totalité de l’Europe pour s’implanter plus récemment sur le continent américain. Incommodés par son odeur, les Anciens en faisaient peu de cas. IL fallut attendre le botaniste Ray et le début du XVII è siècle pour que l’on découvre son efficacité dans le traitement des névroses, de l’hypocondrie et de l’hystérie.

Dans les premières années du XX è siècle, le Dr Leclerc, chef de file de l’Ecole Française de Phytothérapie, confirmait son activité dans tous les troubles du nervosisme, les phobies et les états anxieux. En concentré c’est aussi un bon remède de la goutte et des crises rhumatismales.

 

Etudes scientifiques à l’appui 

Au cours des dernières années, la ballote a fait l’objet de véritables essais cliniques destinés à prouver son activité. 

Des tests menés chez la souris et le rat montrent un allongement significatif de la durée du sommeil ainsi qu’un pouvoir sédatif important, avec des effets souvent supérieurs à ceux des tranquillisants chimiques. D’autres études effectuées chez l’homme, prouvent que la ballote réduit notablement l’anxiété et qu’elle peut souvent se substituer aux benzodiazépines lors d’un sevrage progressif.

 

Gélules ou alcoolature 

Dans le temps, les médecins ne juraient que par l’alcoolature de ballote, mais elle existe aujourd’hui sous forme de gélules , et on retrouve la plante dans certaines préparations complexes,en association avec d’autres extraits végétaux apaisants ( valériane, aubépine, passiflore….), pour lutter contre les insomnies et la nervosité. Si vous la prenez sous forme de gélules, respectez la posologie indiquée par le fabriquant.


Sous forme d’alcoolature, le Dr Valnet conseille
une à deux cuillerées à café par jour. Pour les enfants, où on la conseillait surtout en cas de coqueluche, il recommandait 20 gouttes par jour et par année d’âge.

 

En tisane aussi 

Bien sûr, on peut prendre la ballote en tisane ! Mais vous êtes prévenu : ce ne sera pas une dégustation de rêve ! Cependant, il est possible d’atténuer le mauvais goût et de rendre le breuvage tout à fait supportable en associant d’autres plantes aromatisées à notre fétide amie ! Choisissez pour cela de la menthe, de la mélisse, de l’anis, du fenouil ou de la sauge.

  Pour l’infusion ( avec des plantes sèches ), mélangez moitié ballote et moitié menthe ou anis ou fenouil ou sauge ( selon vos goûts ). Prélevez une cuillerée à soupe du mélange, faites chauffer 20 cl d’eau. Aux premiers frémissements, versez l’eau sur les plantes, couvrez et attendez 10 minutes avant de filtrer et de boire. Recommencez 2 à 3 fois par jour.

♣  En cas de crise de goutte ou de rhumatismes, vous pouvez utiliser les grands moyens : la décoction concentrée ! Il faut, pour cela, mettre 30 à 60 g de ballote dans un litre d’eau froide, puis porter à ébullition et laisser bouillir jusqu’à réduction de moitié. Un conseil : sucrez avec du miel !

                                                                                Hebergement d'images

 

Bientôt la récolte……

C’est en juillet ou en août que vous la récolterez ( la plante entière ), avant ou pendant la floraison. Puis vous la ferez sécher dans un endroit sec, à l’ombre, et vous la stockerez dans un sac en papier pour l’avoir à disposition toute l’année.
                                                                                                              Hebergement d'images

Publié dans INFO....SANTE | 5 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

DANS MA TASSE

Posté par eurekasophie le 18 novembre 2009

scnedemnage.gif

 

 

grippea2.jpgCONTRE LA MIGRAINEgrippea2.jpg

La migraine est le résultat d’une augmentation du diamètre des artères entourant le cerveau.

Cette augmentation provoque une inflammation locale accompagnée de sensations douloureuses. La douleur surgit souvent près d’un oeil. Elle peut ensuite se propager aux sinus, au visage entier ou bien rester localisée à une seule face du visage. Elle se manifeste sous la forme de pulsations douloureuses envahissant la boîte crânienne avec, parfois, une modification temporaire de la vision et l’apparition de nausées et vomissements. Il est difficile de différencier une migraine d’un simple mal de tête. En règle générale, la phase douloureuse d’une migraine est plus intense et plus longue dans le temps que celle du simple mal de tête, elle est donc plus invalidante, et le mal se situe d’un côté seulement. Il existe plusieurs facteurs de risque entraînant l’apparition d’une migraine: le stress, la lumière trop vive ou artificielle, les bruits forts, les odeurs de parfum ou de fumée de cigarette, des médicaments comme les analgésiques ou les contraceptifs, les aliments comme l’alcool, le chocolat…. Bref, il s’agit en gros de facteurs psychologiques, hormonaux ou alimentaires. Lorsqu’une crise s’annonce, essayez de masser vos tempes avec un peu d’huile essentielle de lavande, appliquez des compresses froides aux endroits douloureux et allongez-vous dans le calme et la semi obscurité.

LA GRANDE CAMOMILLE

Chrysanthemum

ou Tanacetum parthenium

camomille2.jpg

 

Plante vivace poussant dans les lieux incultes, la grande camomille ou partenelle est originaire du Proche-Orient. C’est une plante bien connue des jardiniers qui la cultivent pour son odeur agréable. ( A ne pas confondre avec la camomille matricaire, dont seules les sommités fleuries sont utilisées .) Ses tiges sont dressées et ses feuilles vert pâle sont finement divisées. Ses fleurs, en couronne, ressemblent à celles des marguerites, mais en plus petit. La partenelle dégage, lorsqu’on la froisse, une odeur balsamique. Elle est riche en essence aromatique. Depuis les années 1980, son action contre la migraine a été mise en évidence par la Grande-Bretagne. C’est un de ses composants, le parthénolide, qui a la propriété de réduire la production de sérotonine en excès lors d’une migraine.

Vous pouvez, si vous avez la plante dans votre jardin, mâcher trois feuilles fraîches en cas de crise. La grande camomille est déconseillée aux enfants de moins de 5 ans, et interdite aux femmes enceintes, car on l’employait auparavant pour faciliter l’accouchement et aider à l’évacuation du placenta.

ponctuation.gif INFUSION : dans un quart de litre d’eau bouillante, versez une cuillerée à soupe de feuilles fraîches ou de parties aériennes séchées, couvrez et laissez infuser une dizaine de minutes. Filtrez et buvez 2 fois par jour.

ponctuation.gifDÉCOCTION: dans un demi-litre d’eau, jetez une grosse poignée de feuilles séchées et portez le tout à ébullition. Couvrez et laissez bouillir 10 minutes. Filtrez et buvez le liquide obtenu dans la journée. Sucrez avec du miel.

ponctuation.gifTEINTURE : broyez suffisamment de feuilles sèches ou fraîches de grande camomille pour remplir la moitié d’un récipient en verre ou en terre. Ajoutez le double de son volume en alcool à 60 °. Remuez, bouchez hermétiquement si la plante est sèche ou recouvrez simplement d’une gaze si la plante est fraîche. Laissez macérer un mois à l’abri de la lumière et de l’humidité, en remuant le mélange tous les deux jours. Filtrez en exprimant bien les plantes, versez dans de petites bouteilles opaques et prenez 10 gouttes de teinture dans un peu d’eau trois fois par jour. Si vous voyez que la dose n’est pas suffisante, augmentez le nombre de gouttes jusqu’à 20 en trois prises, ou 50 gouttes en deux prises par jour.

MENTHE POIVRÉE ET MÉLISSE

Mentha piperita et Melissa officinalis

 

menthepoivre.jpgmlisse.jpg

 

Menthe                                                                             Mélisse

Si vos migraines sont d’origine digestive, voici les plantes qu’il vous faut. Toutes deux digestives et antispasmodique, elles peuvent être utilisées en solo ou en couple. Vous pouvez aussi les alterner.

ponctuation.gif INFUSION DE MENTHE POIVRÉE : dans un litre d’eau bouillante, versez 20 g de feuilles et de sommités fleuries. Couvrez, laissez infuser 10 à 15 minutes et filtrez. A prendre après les repas.

ponctuation.gif INFUSION DE MENTHE PLAISIR : dans un litre d’eau bouillante, jetez une poignée de menthe poivrée et une cuillerée à soupe de grains de fenouil. Couvrez, laissez reposer 15 minutes et filtrez. A prendre après les repas.

ponctuation.gif INFUSION DE MENTHE ET DE MÉLISSE : préparez 2 cuillerées à soupe de menthe et 1 cuillerée à soupe de mélisse. Versez dessus un litre d’eau bouillante, couvrez et laissez infuser 10 minutes. Filtrez et buvez une grande tasse après les repas.

ponctuation.gifINFUSION DE MÉLISSE :  ajoutez 2 à 3 cuillerées à soupe de mélisse fraîche ( elle garde alors tout son arôme ) à un litre d’eau bouillante. Couvrez, massez vos tempes en attendant avec de l’huile essentielle de lavande pendant 10 minutes, filtrez et buvez 3 à 4 tasses par jour de préférence après les repas.

ponctuation.gif DECOCTION DE MÉLISSE : ajoutez une poignée de sommités fleuries à 1 litre d’eau froide. Porez à ébullition, maintenez la cuisson à petits bouillons pendant 10 minutes ( tout en n’oubliant pas de couvrir ). Filtrez et prenez une tasse après les repas.

LA LAVANDE

Lavandula officinalis

 

lavande194.jpg

 

Les vertus calmantes de la lavande ne sont plus à démontrer. Elle agit sur les migraines liées au stress, mais stimule également la digestion et peut donc servir, en parallèle, pour les migraines d’origine digestive.

ponctuation.gifINFUSION : dans un litre d’eau bouillante, jetez 20 g de fleurs. Couvrez, laissez infuser 10 minutes et filtrez. Buvez 3 à 4 tasses dans la journée.

ponctuation.gif TEINTURE ALCOOLIQUE EN USAGE EXTERNE : dans un récipient en verre ou en terre, versez 100 g de fleurs séchées de lavande et 500 g d’alcool à 60 ° ( équivaut à 500ml d’alcool à 60 °). Mettez à l’abri de l’humidité et de la lumière. Remuez tous les 3 à 4 jours pendant 1 mois. Filtrez et conservez dans un flacon opaque. Dès qu’une migraine pointe sonnez, frictionnez-vous les mains, tempes et haut du corps avec cette teinture.

ponctuation.gif TISANE DE LAVANDE, MÉLISSE ET MENTHE : préparez un mélange de 50 g de feuilles de menthe poivrée, 50 g de feuilles de mélisse et 50 g de fleurs de lavande. Ajoutez 3 cuillerées à soupe de ce mélange à 1 litre d’eau bouillante. Couvrez, laissez les essences de ces plantes se diffuser dans l’eau pendant 10 minutes, filtrez et buvez 3 à 4 tasses dans la journée.

pointdexclamation.gifpointdexclamation.gif RECOMMANDATIONS

pointdexclamation.gifSauf indication particulière, les dosages sont prévus pour les adultes ou enfants de plus de 12 ans. De 7 à 12 ans, divisez les doses par deux, et pour les enfants de moins de 7 ans, par quatre. Pas de tisanes pour les moins de 1 an.

pointdexclamation.gif En règle générale, les femmes enceintes devront faire preuve de prudence, surtout dans les 3 premiers mois. Il vaut mieux consulter son médecin.

pointdexclamation.gif Ne jamais dépasser les doses prescrites, ni la durée d’une cure de 21 jours ( certaines plantes doivent être prises sur un temps très court.).

pointdexclamation.gif Si vous prenez un traitement médicamenteux, demandez conseil à votre médecin ( risque d’interaction ).

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 8 Commentaires »

LES PLANTES ET LEURS SYNONYMES

Posté par eurekasophie le 17 septembre 2009

dimanche11.pngaromatiques.jpgcigale.jpg

 

 

 

 

Cette page est consacrée aux plantes décritent ou non dans:

 » Mon répertoire des plantes les moins usitées  »

Car toutes ou presque ont un ou plusieurs synonymes et il est intéressant

de vous les faire connaître.

mauve11.jpgcyclamen2.jpgaubepin22.jpg

  • Absinthe
  • Absinthe de mer : Syn : Armoise de Lloyd
  • Acacia : Syn: Robinier faux-acacia
  • Ache des marais : Syn :  Céleri sauvage, Céleri odorant, Ache des marais
  • Ache noueuse
  • Ache odorante : Syn: Céleri sauvage, Céleri odorant, Ache des marais
  • Achillée
  • Achillée millefeuille : Syn:  Millefeuille, Herbe au charpentier, Herbe aux coupures, Saigne-nez
  • Achillée sternutatoire : Syn: Herbe à éternuer, Ptarmique
  • Aconit napel : Syn: Casque de Jupiter, Herbe de Saint Jean, Capuchon des moines
  • Aconit tue-loup : Syn:Herbe-aux-loups, Coqueluchon jaune
  • Adénostyle à feuilles d’alliaire : Syn:Adénostyle à tête blanche
  • Adénostyle à tête blanche
  • Adonis du printemps
  • Adoxe : Syn: Adoxe musquée, Herbe musquée
  • Adoxe musquée
  • Agrostis
  • Agrostis stolonifère
  • Aigremoine : Syn: Aigremoine eupatoire, Eupatoire, Herbe de saint-Guillaume, Francormier
  • Aigremoine eupatoire
  • Aiguille de berger : Syn: Scandix peigne-de_Vénus, Aiguille de berger
  • Ail des bois : Syn: Ail des bois, Alliaire
  • Ail des ours 
  • Ail des vignes
  • Ail de cerf : Syn: Ail de cerf, Herbe aux 7 chemises, Ail serpentin
  • Ail rose
  • Ail serpentin : Syn: Ail de cerf, Herbe aux 7 chemises, Ail serpentin
  • Ail victorial : Syn: Ail de cerf, Herbe aux 7 chemises, Ail serpentin
  • Airelle : Syn: Brimbelle, Airelle, Raisin des bois, Bluet, Arbrêtier
  • Airelle à fruits rouges : Syn :Airelle vigne du mont Ida, Airelle à fruits rouges
  • Airelle rouge
  • Airelle vigne du mont Ida
  • Ajonc : Syn: Ajonc d’europe
  • Ajonc de Le Gall :Syn : Ajonc d’europe
  • Ajonc d’europe
  • Ajonc nain
  • Alchemille des Alpes
  • Alchémille des champs : Syn: Perce-pierre
  • Alchémille vulgaire : Syn: Manteau de Notre-Dame, Herbe à vache, Porte-rosée
  • Alibour : Syn : Cyclamen commun, Cyclamen rouge-pourpre, Marron de cochon, Pain de pourceau, Rave de terre, Rochelaine, Coquette, Alibour
  • Alisier blanc
  • Alisier torminal
  • Alkékenge : Syn: Amour en cage, Cage d’amour, Coqueret du Pérou, Pommier d’amour, Physalis
  • Alléluia : Syn: Oxalis petite oseille, Pain de coucou, Herbes aux coucous, Surelle, Alléluia, Petite oseille, Vinaigrette
  • Alliaire : Syn : Ail des bois, Alliaire
  • Alliaire officinale : Syn : Herbe à l’ail, Herbe sans pareille
  • Allier : Syn: Alisier blanc
  • Alsine à feuilles ténues: Syn:  Minuartie à feuilles ténues, Minuartie hybride, Sabline à feuilles étroites
  • Alysson à calice persistant
  • Alysson maritime : Syn : Blanquette, Corbeille d’argent, Lobulaire maritime
  • Amandier
  • Amarante réfléchie
  • Ammophile des sables : Syn :  Roseau des sables, Gourbet, Ammophile des sables
  • Amourette : Syn : Muguet de mai, Muguet des bois, Clochette des bois, Amourette, Lis de mai, Reine des bois
  • Amourette : Syn : Brize intermédiaire
  • Amour en cage : Syn : Amour en cage, Cage d’amour, Coqueret du Pérou, Pommier d’amour, Physalis
  • Ancolie commune
  • Andromède : Syn: Andromède à feuilles de Polium
  • Andromède à feuilles de Polium
  • Androsace des Alpes : Syn: Androsace des glaciers
  • Androsace des glaciers
  • Anémone couronnée
  • Anémone des Alpes: Syn:  Androsace des glaciers
  • Anémone des bois
  • Anémone des bois : Syn: Anémone des bois, Coqueret blanc, Fleur de Pâques, Anémone sanguinaire, Grenouillette blanche
  • Anémone du printemps
  • Anémone fausse-renoncule
  • Anémone hépatique : Syn: Hépatique à trois lobes, Hépatique, Herbe de la trinité
  • Anémone pulsatille : Syn: Pulsatille des Alpes, Anémone des Alpes
  • Anémone sanguinaire : Syn:  Anémone des bois, Coqueret blanc, Fleur de Pâques, Anémone sanguinaire, Grenouillette blanche
  • Anémone Sylvie : Syn: Anémone des bois, Coqueret blanc, Fleur de Pâques, Anémone sanguinaire, Grenouillette blanche
  • Aneth fenouil : Syn: Fenouil, Aneth fenouil, Anis doux, Anis de France
  • Angélique : Syn :  Angélique des bois, Angélique sauvage, Herbe aux anges, Faux panais, Herbe à la fièvre, Impératoire sauvage
  • Angélique des bois
  • Angélique sauvage
  • Anis de France : Syn: Fenouil, Aneth fenouil, Anis doux, Anis de France
  • Anis doux : Syn: Fenouil, Aneth fenouil, Anis doux, Anis de France
  • Ansérine : Syn: Ansérine, Poule grasse, Patte d’oie
  • Antenet : Syn: Laurier-rose des Alpes, Rosage ferrugineux, Antenet, Romarin sauvage, Résenit, Bois-rouge
  • Antennaire dioïque : Syn: Antennaire dioïque, Pied de chat, Gnaphale dioïque
  • Anthémis des champs : Syn: Fausse camomille
  • Anthrisque commun : Syn: Persil sauvage
  • Anthrisque des bois : Syn : Cerfeuille sauvage, Anthrisque sauvage, Anthrisque des bois, Persil d’âne
  • Anthrisque sauvage
  • Anthyllide des montagnes
  • Anthyllide vulnéraire : Syn: Vulnéraire, Triolet jaune
  • Aphyllanthe de Montpellier
  • Arabette des dames : Syn: Arabette de Thalius
  • Arabette de thalius : Syn : Arabette des dames
  • Araujia sericifera
  • Arbrêtier : Syn: Brimbelle, Airelle, Raisin des bois, Bluet, Arbrêtier
  • Arbre aux papillons : Syn: Buddleia
  • Arbre aux quarante écus : Syn: Ginkgo biloba
  • Arbre de Judée
  • Archangélique : Syn: Lamier blanc, Ortie blanche, Marachemin, Lamion, Archangélique
  • Argentine : Syn: Potentille des oies, Argentine, Bec d’oie
  • Argentine dorée : Syn: Argentine dorée, Herbe argentée
  • Argousier : Syn: Hippophaé
  • Aristoloche
  • Arméria marine : Syn: Jonc marin, Oeillet marin, Gazon d’Olympe, Arméria marine
  • Armérie des Alpes : Syn: Statice des Alpes, Gazon d’espagne
  • Armérie maritime : Syn: Jonc marin, Oeillet marin, Gazon d’Olympe, Arméria marine
  • Armoise commune : Syn: Artémise, Herbe de la saint-Jean, Herbe de la saint-Pierre
  • Armoise de Lloyd : Syn: Absinthe de mer
  • Arnica : Syn: Arnica des montagnes
  • Arnica des montagnes : Syn: Arnique à racines noueuses, Herbe aux chamois
  • Arnique à racines noueuses : Syn: Doronic à grandes fleurs
  • Arrête-boeuf : Syn:  Bugrane rampante, Arrête-boeuf
  • Arroche couchée : Syn : Arroche couchée, Traînasse
  • Arroche du littoral
  • Arroche étalée
  • Arroche faux pourpier : Syn :  Blanquette, Faux pourpier, Obione pourpier, Pourpier de mer, Arroche pourpier
  • Arroche hastée: Syn : Arroche couchée, Traînasse
  • Arroche pourpier: Syn : Blanquette, Faux pourpier, Obione pourpier, Pourpier de mer, Arroche pourpier
  • Artémise : Syn: Artémise, Herbe de la saint-Jean, Herbe de la saint-Pierre
  • Artichaut sauvage: Syn:  Joubarbe commune, Artichaut sauvage, Herbe aux cors
  • Arum tacheté: Syn :  Gouet, Pied de veau, Chandelle
  • Asperge couchée : Syn : Asperge de mer, Asperge littorale, Asperge des dunes
  • Asperge des dunes
  • Asperge de mer
  • Asperge littorale
  • Asperge officinale : Syn: Asparagus officinalis
  • Aspérule des chiens : Syn: Herbe à l’esquinancie
  • Aspérule odorante : Syn : Aspérule odorante, Gaillet odorant, Belle-étoile, Muguet des dames, Reine des bois
  • Asphodèle blanc : Syn: Bâton royal, Poireau de chien
  • Asplénium officinal : Syn: Fausse capillaire, Capillaire
  • Asplénium rue-des-murailles
  • Aster des Alpes: Syn:  Aster des montagnes, Reine marguerite des Alpes
  • Aster des montagnes : Syn: Aster des montagnes, Reine marguerite des Alpes
  • Aster maritime
  • Astragale à feuilles de réglisse : Syn: Astragale à feuilles de réglisse, Réglisse des bois
  • Astragale-pois-chiche
  • Atropis maritime : Syn: Glycérie maritime, Atropis maritime
  • Aubépine à deux styles : Syn: Aubépine à deux styles, Epine blanche, Epine de mai
  • Aubépine à un style : Syn: Aubépine monogyne
  • Aubépine épineuse: Syn:  Aubépine à deux styles, Epine blanche, Epine de mai
  • Aubépine monogyne
  • Aulne glutineux
  • Avoine élevée
  • asticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gif

     

  • Babiou : Syn :Pavot des champs, Pavot sauvage, Ponceau, Poinot, Babiou, Graousselle
  • Baguenaudier
  • Balsamine à petites fleurs
  • Balsamine des bois : Syn : Ne-me-touchez-pas, Balsamine des bois
  • Balsamine géante
  • Barbarée commune
  • Barbe de bouc
  • Barbe de bouc : Syn :Barbe de bouc, Barbouzet, Salsifis bâtard
  • Barbe de capucin : Syn :Chicon, Barbe de capucin, Ecoubelle bleue
  • Barbe de chèvre : Syn :Spirée ulmaire, Ulmaire, Barbe de chèvre, Herbe aux abeilles, Ormaire
  • Barbe de Jupiter : Syn :Genthrane rouge, Lilas d’Espagne, Barbe de Jupiter
  • Barbe du bon Dieu : Syn :Barbe de bouc
  • Barbotine : Syn :Tanaisie commune, Herbe au coq, Sent-bon, Herbe amère, Barbotine, Herbe de Sainte-Marie
  • Barbouzet : Syn :Barbe de bouc, Barbouzet, Salsifis bâtard
  • Bardane à petites têtes
  • Barlia robertiana
  • Baromètre : Syn :Carline acaule, Chardon argenté, Baromètre du berger, Carline, Cardalène
  • Baromètre du berger : Syn :Carline acaule, Chardon argenté, Baromètre du berger, Carline, Cardalène
  • Bartsie des Alpes : Syn :Cocrète violette
  • Basilic
  • Bassinet: Syn:  Bassinet, Rampant, Grenouillette, Herbe à la tire-goutte, Tramasse
  • Bâton royal : Syn :Bâton royal, Poireau de chien
  • Baume d’eau : Syn : Menthe blanche, Baume d’eau
  • Beaume : Syn :Menthe sauvage, Beaume, Herbe du mort, Menthe crépue
  • Bec de cigogne : Syn :Erodium à feuilles de ciguë, Bec de cigogne, Bec de héron, Erodium commun, Fourchette
  • Bec de grue : Syn : Fourchette du diable, Bec de grue, Herbe rouge, Epingles de la Vierge
  • Bec-de-grue : Syn :Erodium à feuilles de ciguë, Bec de cigogne, Bec de héron, Erodium commun, Fourchette
  • Bec-de-grue mou : Syn :Géranium mou, Bec-de-grue mou
  • Bec de héron : Syn :Erodium à feuilles de ciguë, Bec de cigogne, Bec de héron, Erodium commun, Fourchette
  • Bec d’oie : Syn :Potentille des oies, Argentine, Bec d’oie
  • Bec d’oiseaux : Syn : Fumeterre officinale, Fiel de terre, Fleur de terre, Herbe aux mariages, Bec d’oiseaux, Soupe au vin
  • Belladone : Syn :vient de l’italien  » bella donna « , c’est-à-dire belle femme  » car les femmes du temps jadis l’employaient pour se farder et conserver ainsi une belle peau.
  • Belle-étoile : Syn :Aspérule odorante, Gaillet odorant, Belle-étoile, Muguet des dames
  • Benjoin : Syn :Benjoin, Impératoire, Benjoin français
  • Benjoin français : Syn :Benjoin, Impératoire, Benjoin français
  • Benoîte commune : Syn :Benoîte des villes, Herbe de Saint Benoît, Herbe à la fièvre, Vraie benoîte
  • Benoîte des montagnes : Syn :Benoîte rampante
  • Benoîte des rives : Syn :Benoîte des ruisseaux
  • Benoîte des ruisseaux : Syn : Benoîte des ruisseaux
  • Benoîte des villes : Syn :Benoîte des villes, Herbe de Saint Benoît, Herbe à la fièvre, Vraie benoîte
  • Benoîte rampante : Syn : Benoîte rampante
  • Berce du Caucase : Syn :Berce du Caucase
  • Berce spondyle : Syn :Grande berce commune, Patte-d’ours, Grande berce, Berce spondyle, Blancursine, Faux panais, Panais de vache
  • Bergère : Syn :Pervenche à petites fleurs, Herbe des sorciers, Violette des serpents, Provence, Bergère
  • Bétoine : le nom vient du nom latin Betonica.
  • Betterave sauvage  : Syn :Betterave sauvage
  • Betterave sauvage 
  • Bette maritime  : Syn : Betterave sauvage
  • Blanchette  : Syn :Blanchette, Suéda maritime
  • Blancursine  : Syn : Grande berce commune, Patte-d’ours, Grande berce, Berce spondyle, Blancursine, Faux panais, Panais de vache
  • Blanquette  : Syn :Blanquette, Faux pourpier, Obione pourpier, Pourpier de mer, Arroche pourpier
  • Blanquette  : Syn :Blanquette, Corbeille d’argent, Lobulaire maritime
  • Blechnum en épi 
  • Bleuet des champs  : Syn :Casse lunettes
  • Bleuet des montagnes  : Syn :Bleuet vivace, Bleuet des montagnes
  • Bleuet vivace  : Syn :Bleuet vivace, Bleuet des montagnes
  • Bluet  : Syn :Brimbelle, Airelle, Raisin des bois, Bluet, Arbrêtier
  • Bois de poule  : Syn :Bois de poule
  • Bois-gentil  : Syn :Mézéréon, Joli-bois, Bois-gentil, Daphné mézéréon, Daphné morillon
  • Bois-joli 
  • Bois-rouge  : Syn :Laurier-rose des Alpes, Rosage ferrugineux, Antenet, Romarin sauvage, Résenit, Bois-rouge
  • Bonhomme  : Syn :Marrube blanc, Bonhomme, Herbe vierge, Marrochemin, Marinchin
  • Bonhomme  : Syn :Bouillon blanc, Molène bouillon blanc, Bonhomme, Cierge de Notre-Dame, Herbe de Saint-Fiacre, Faux phlomis,
  • Boucage saxifrage  : Syn :Petit boucage
  • Bouillon blanc  : Syn :Bouillon blanc, Molène bouillon blanc, Bonhomme, Cierge de Notre-Dame, Herbe de Saint-Fiacre, Faux phlomis,
  • Bouillon noir  : Syn :Bouillon noir
  • Bouleau 
  • Bouleau nain 
  • Bouleau pubescent 
  • Bouleau verruqueux 
  • Boule d’or  : Syn :Trolle d’europe, Boule d’or, Trolle de montagne, Trolle globuleux, Renoncule de montagne
  • Bouquet de Notre-Dame  : Syn :Gentiane de printemps, Gentiane céleste, Bouquet de Notre-Dame
  • Bourdaine 
  • Bourrache officinale  la bourrache tire son nom de l’arabe « abu rache » signifiant « père de la sueur » du fait de ses propriétés sudorifiques
  • Boursette  : Syn : Doucette, Boursette, Mâche à carène
  • Bourse à pasteur  : Syn :Capselle bourse-à-pasteur, Bourse de capucin
  • Bourse de capucin  : Syn : Capselle bourse-à-pasteur, Bourse de capucin
  • Bouton de bachelier  : Syn :Lychnide blanc, Bouton de bachelier, Lampette, Robinet, Floquet
  • Bouton d’or  : Syn :Renoncule, Renoncule âcre
  • Bouton d’or  : Syn :Bouton d’or
  • Brachypode penné 
  • Branc-ursine  : Syn : Grande berce commune, Patte-d’ours, Grande berce, Berce spondyle, Blancursine, Faux panais, Panais de vache
  • Brande  : Syn : Brande, Sarothamne à balais
  • Brande  : Syn :Fausse bruyère, Bruyère commune, Callune vulgaire, Callune fausse-bruyère, Brande
  • Brimbelle  : Syn :Brimbelle, Airelle, Raisin des bois, Bluet, Arbrêtier
  • Brize intermediaire  : Syn : Amourette
  • Brome hordéacé  : Syn :Brome mollet
  • Brome mollet 
  • Brunelle  : Syn :Brunelle commune, Brunelle vulgaire, Brunette, Chardonnière
  • Brunelle commune  : Syn :Brunelle commune, Brunelle vulgaire, Brunette, Chardonnière
  • Brunelle vulgaire  : Syn :Brunelle commune, Brunelle vulgaire, Brunette, Chardonnière
  • Brunette  : Syn : Brunelle commune, Brunelle vulgaire, Brunette, Chardonnière
  • Bruyère à 4 angles 
  • Bruyère cendrée 
  • Bruyère commune  : Syn : Fausse bruyère, Bruyère commune, Callune vulgaire, Callune fausse-bruyère, Brande
  • Bruyère couleur de chair  : Syn :Bruyère couleur de chair
  • Bruyère de mer  : Syn :Bruyère marine, Bruyère de mer
  • Bruyère incarnate  : Syn :Bruyère couleur de chair
  • Bruyère marine  : Syn :Bruyère marine, Bruyère de mer
  • Bryone dioïque  : Syn :Rave de serpent, Navet du diable, Couleuvrée, Fausse coloquinte
  • Buddleia  : Syn :Arbre aux papillons
  • Bugle de Genève 
  • Bugle en pyramide 
  • Bugle jaune  : Syn : Bugle petit-pin
  • Bugle petit-pin 
  • Bugle pyramidal  : Syn :Bugle en pyramide
  • Bugle rampant  : Syn :Petite consoude, Herbe de Saint-Laurent, Serragine, Consire
  • Buglosse  : Syn :Lycopsys des champs, Buglosse
  • Buglosse officinale 
  • Bugrane  : Syn :Ononis collant, Bugrane
  • Bugrane épineuse  : Syn : Bugrane épineuse
  • Bugrane rampante  : Syn : Bugrane rampante, Arrête-boeuf
  • Buis 
  • Buplèvre des haies  : Syn :Buplèvre en faux
  • Buplèvre en faux 
  • Buplèvre étoilé 
  • Busserole  : Syn :Raisin d’ours, Faux Buis, Petit Buis
  • Butome  : Syn :Jonc fleuri
  • asticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gif

     

  • Cabaret des oiseaux : Syn : Cabaret des oiseaux, Chardon à foulon, Cardère sauvage, Cardère commune, Peignerolle, Laitue aux ânes, Chardon à moulin, Verge à pasteur
  • Cage d’amour : Syn :Amour en cage, Cage d’amour, Coqueret du Pérou, Pommier d’amour, Physalis
  • Caille-lait : Syn :Caille-lait, Crois de saint-André, Herbe à miel, Eperonnelle
  • Caille-lait : Syn :Gratteron, Caille-lait, Rièble
  • Caille-lait blanc : Syn :Gaillet blanc, Caille-lait blanc
  • Caille-lait jaune : Syn : Gaillet jaune
  • Cakilier : Syn :Cakilier
  • Calament acinos
  • Calament des Alpes : Syn :Sariette des Alpes, Thym des Alpes
  • Calament vulgaire
  • Callune : Syn :Fausse bruyère, Bruyère commune, Callune vulgaire, Callune fausse-bruyère, Brande
  • Callune fausse-bruyère
  • Callune vulgaire
  • Caltha : Syn :Populage des marais, Souci d’eau, Caltha des marais
  • Caltha des marais : Syn :Populage des marais, Souci d’eau, Caltha des marais
  • Camarine
  • Camérisier : Syn :Camerisier à balai, Camérisier
  • Camerisier à balai
  • Camomille allemande : Syn :Matricaire camomille, Petite camomille, Camomille allemande, Camomille sauvage
  • Camomille matricaire : Syn :Matricaire camomille, Petite camomille, Camomille allemande, Camomille sauvage
  • Camomille moyenne
  • Camomille romaine
  • Camomille sauvage : Syn :Matricaire camomille, Petite camomille, Camomille allemande, Camomille sauvage
  • Camomille sauvage : Syn :Matricaire inodore
  • Campanule agglomérée : Syn :Campanule à fleurs en tête
  • Campanule à feuilles de pêcher
  • Campanule à feuilles rondes : Syn : Clochette
  • Campanule à fleurs en tête
  • Campanule à larges feuilles
  • Campanule barbue
  • Campanule étalée
  • Campanule gantelée
  • Campanule raiponce : Syn :Raiponce
  • Canepetière : Syn :Typha, Masse d’eau, Quenouille, Canepetière, Queue de renard, Matelasse
  • Cannabine : Syn :Eupatoire, Eupatoire chanvrine, Chanvrine, Herbe de Sainte-Cunégonde, Cannabine, Pantagruélion aquatique
  • Canneberge
  • Caperon : Syn :Fraisier commun, Caperon
  • Capillaire
  • Capillaire : Syn : Fausse capillaire, Capillaire
  • Capselle bourse-à-pasteur : Syn :Capselle bourse-à-pasteur, Bourse de capucin
  • Capuchon des moines : Syn :Casque de Jupiter, Herbe de Saint Jean, Capuchon des moines
  • Caquenlit : Syn :Foirollme, Ramberge, Caquenlit
  • Cardalène : Syn :Carline acaule, Chardon argenté, Baromètre du berger, Carline, Cardalène
  • Cardamine des près : Syn :Cressonnette, Cresson des prés, Cresson élégant
  • Cardamine hérissée :
  • Cardère commune : Syn :Cabaret des oiseaux, Chardon à foulon, Cardère sauvage, Cardère commune, Peignerolle, Laitue aux ânes, Chardon à moulin, Verge à pasteur
  • Cardère sauvage : Syn :Cabaret des oiseaux, Chardon à foulon, Cardère sauvage, Cardère commune, Peignerolle, Laitue aux ânes, Chardon à moulin, Verge à pasteur
  • Cardère sylvestre : Syn :Cabaret des oiseaux, Chardon à foulon, Cardère sauvage, Cardère commune, Peignerolle, Laitue aux ânes, Chardon à moulin, Verge à pasteur
  • Carex des sables : Syn :Salsepareille d’Allemagne, Carosse, Carex des sables, Salsepareille des pauvres
  • Carex étendu : Syn :Laîche étiré, Carex étendu, Laîche des eaux saumâtres
  • Carex leporina
  • Carex ovalis : Syn :Carex leporina
  • Carline : Syn :Carline acaule, Chardon argenté, Baromètre du berger, Carline, Cardalène
  • Carline acaule : Syn :Carline acaule, Chardon argenté, Baromètre du berger, Carline, Cardalène
  • Carline commune : Syn :Chardon doré
  • Carosse : Syn :Salsepareille d’Allemagne, Carosse, Carex des sables, Salsepareille des pauvres
  • Carotte sauvage : Syn :Nid d’oiseau
  • Caroubier
  • Casque de Jupiter : Syn :Casque de Jupiter, Herbe de Saint Jean, Capuchon des moines
  • Casse-lunette
  • Casse-lunettes : Syn :Casse-lunettes, Euphraise vulgaire
  • Casse lunettes : Syn :Casse lunettes
  • Casse pierre : Syn :Perce-pierre, Casse pierre, Fenouil marin
  • Casse-pierre
  • Casse-pierre : Syn : Perce-muraille, Casse-pierre, Epinard des murailles, Herbe de Notre-Dame, Vitriole
  • Céleri odorant : Syn :Céleri sauvage, Céleri odorant, Ache des marais
  • Céleri sauvage : Syn :Céleri sauvage, Céleri odorant, Ache des marais
  • Cendriette : Syn :Cinéraire bicolore, Cendriette, Jacobée maritime, Séneçon cinéraire
  • Centaurée des montagnes : Syn :Bleuet vivace, Bleuet des montagnes
  • Centaurée jacée : Syn :Tête de moineau
  • Centaurée jaune : Syn :Chlora
  • Centaurée noire
  • Centaurée rude
  • Centaurée scabieuse
  • Céphalanthère blanche
  • Céraiste aggloméré
  • Céraiste des champs
  • Céraiste des fontaines : Syn :Céraiste des fontaines
  • Céraiste vulgaire
  • Cerfeuille sauvage : Syn :Cerfeuille sauvage, Anthrisque sauvage, Anthrisque des bois, Persil d’âne
  • Cerfeuil d’âne : Syn :Cerfeuille sauvage, Anthrisque sauvage, Anthrisque des bois, Persil d’âne
  • Cerisier des oiseaux : Syn : Merisier
  • Cerisier mahaleb
  • Cerisier Sainte-Lucie : Syn :Cerisier mahaleb
  • Chandelle : Syn :Gouet, Pied de veau, Chandelle
  • Chanvre commun
  • Chanvre sauvage : Syn :Chanvre sauvage, Ortie royale, Ortie chanvre, Ortie épineuse
  • Chanvrine : Syn : Eupatoire, Eupatoire chanvrine, Chanvrine, Herbe de Sainte-Cunégonde, Cannabine, Pantagruélion aquatique
  • Chardon : Syn :Cirse champêtre, Chardon, Sarrète des champs
  • Chardonnière : Syn : Brunelle commune, Brunelle vulgaire, Brunette, Chardonnière
  • Chardon argenté : Syn :Carline acaule, Chardon argenté, Baromètre du berger, Carline, Cardalène
  • Chardon aux ânes
  • Chardon à capitules grêles
  • Chardon à cent têtes : Syn : Chardon-Roland, Panicaut champêtre, Chardon rouland, Chardon à cent têtes
  • Chardon à foulon : Syn :Cabaret des oiseaux, Chardon à foulon, Cardère sauvage, Cardère commune, Peignerolle, Laitue aux ânes, Chardon à moulin, Verge à pasteur
  • Chardon à moulin : Syn :Cabaret des oiseaux, Chardon à foulon, Cardère sauvage, Cardère commune, Peignerolle, Laitue aux ânes, Chardon à moulin, Verge à pasteur
  • Chardon à petits capitules : Syn :Chardon à capitules grêles
  • Chardon blanc : Syn :Laiteron maraîcher, Laitue de lièvre, Lait d’âne, Chardon blanc, Luceron
  • Chardon blanc
  • Chardon bleu
  • Chardon bleu des Alpes : Syn :Panicaut des Alpes, Le Monsieur, Reine des Alpes, Eryngie des Alpes
  • Chardon des dunes : Syn :Chardon des dunes, Panicaut des dunes
  • Chardon des marais
  • Chardon doré
  • Chardon penché : Syn :Chardon aux ânes
  • Chardon-Roland : Syn :Chardon-Roland, Panicaut champêtre, Chardon rouland, Chardon à cent têtes
  • Chardon rouland : Syn :Chardon-Roland, Panicaut champêtre, Chardon rouland, Chardon à cent têtes
  • Charme
  • Châtaignier
  • Chélidoine : Syn : Herbe-aux-verrues, Grande éclaire, Herbe aux boucs, Herbe aux hirondelles
  • Chênette : Syn :Thé des Alpes, Herbe aux cerfs, Chênette, Herbe à plumet
  • Chêne-liège
  • Chêne pédonculé
  • Chêne rouvre : Syn :Chêne sessile
  • Chêne sessile
  • Chêne vert : Syn :Yeuse
  • Chénopode blanc : Syn :Ansérine, Poule grasse, Patte d’oie
  • Chénopode-Bon-Henri
  • Chèvrefeuille des bois : Syn :Chèvrefeuille grimpant
  • Chèvrefeuille des haies : Syn :Camerisier à balai, Camérisier
  • Chèvrefeuille grimpant
  • Chicon : Syn :Chicon, Barbe de capucin, Ecoubelle bleue
  • Chicorée sauvage : Syn : Chicon, Barbe de capucin, Ecoubelle bleue
  • Chiendent
  • Chiendent cassant : Syn : Chiendent cassant, Chiendent jonciforme
  • Chiendent des sables
  • Chiendent du littoral : Syn :Chiendent du littoral, Chiendent glauque
  • Chiendent glauque
  • Chiendent jonciforme
  • Chiendent marin : Syn :Paille de mer, Pelote de mer, Chiendent marin
  • Chiendent piquant
  • Chiendent rampant
  • Chlora
  • Chou marin
  • Chou maritime
  • Chou sauvage
  • Chrysanthème des Alpes : Syn :Chrysanthème des Alpes, Leucanthème des Alpes
  • Cicerbite des alpes : Syn :Cicerbite des alpes, Laiteron des alpes
  • Cierge de Notre-Dame : Syn : Bouillon blanc, Molène bouillon blanc, Bonhomme, Cierge de Notre-Dame, Herbe de Saint-Fiacre, Faux phlomis,
  • Ciguë de Socrate : Syn :Ciguë tachetée, Fenouil sauvage, Ciguë de Socrate, Ciguë officinale
  • Ciguë officinale
  • Ciguë tachetée
  • Cinéraire bicolore : Syn :Cinéraire bicolore, Cendriette, Jacobée maritime, Séneçon cinéraire
  • Cinéraire maritime : Syn :Cinéraire bicolore, Cendriette, Jacobée maritime, Séneçon cinéraire
  • Circée de Paris
  • Cirse acaule
  • Cirse champêtre
  • Cirse commun
  • Cirse des champs : Syn :Cirse champêtre, Chardon, Sarrète des champs
  • Cirse des marais : Syn : Chardon des marais
  • Cirse laineux : Syn :Cirse porte-coton
  • Cirse maraîcher
  • Cirse porte-coton
  • Cirse très épineux : Syn :Chardon blanc
  • Ciste a feuille de sauge
  • Ciste cotonneux
  • Ciste de Montpellier
  • Citronnier
  • Claquet : Syn :Silène enflé, Claquet
  • Claquet : Syn :Gant de Notre-Dame, Digitale, Doigt de la Vierge, Claquet, Queue de loup, Gantelet
  • Clématite : Syn :Vigne blanche, Herbe-aux-gueux
  • Clochette
  • Clochette des Alpes : Syn :Soldanelle des Alpes, Clochette des Alpes
  • Clochette des bois : Syn : Muguet de mai, Muguet des bois, Clochette des bois, Amourette, Lis de mai, Reine des bois
  • Cochelet : Syn :Millet des bois, Cochelet, Sarriette jaune
  • Cochlaire danoise
  • Cochléaire : Syn :Cranson
  • Cocrète violette
  • Cocriste
  • Cognassier
  • Colchique : Syn :Tue-chien, Colchique, Narcisse d’automne, Veilleuse, Safran des prés
  • Colchique d’automne : Syn :Tue-chien, Colchique, Narcisse d’automne, Veilleuse, Safran des prés
  • Comaret
  • Compagnon blanc : Syn :Lychnide blanc, Bouton de bachelier, Lampette, Robinet, Floquet
  • Compagnon rouge : Syn :Silène dioïque, Silène diurne, Lychnide des bois, Ivrogne
  • Consire : Syn :Petite consoude, Herbe de Saint-Laurent, Serragine, Consire
  • Consoude de Russie :le nom de consoude vient du grec et veut dire qui aide à la soudure
  • Consoude hérissée
  • Consoude officinale : Syn :Grande Consoude, Herbe à la coupure, Langue-des-vaches, Oreilles d’ânes, Herbe aux charpentiers, Crâsse rècène
  • Coquelicot : Syn :Pavot des champs, Pavot sauvage, Ponceau, Poinot, Babiou, Graousselle
  • Coqueluchon : Syn :Coucou, Herbe de Saint Paul, Coqueluchon, Primerolle
  • Coqueluchon jaune : Syn :Herbe-aux-loups, Coqueluchon jaune
  • Coqueret blanc : Syn :Anémone des bois, Coqueret blanc, Fleur de Pâques, Anémone sanguinaire, Grenouillette blanche
  • Coqueret du Pérou : Syn :Amour en cage, Cage d’amour, Coqueret du Pérou, Pommier d’amour, Physalis
  • Coquette : Syn :Cyclamen commun, Cyclamen rouge-pourpre, Marron de cochon, Pain de pourceau, Rave de terre, Rochelaine, Coquette, Alibour
  • Corail de mer : Syn : Salicorne arbrisseau, Corail de mer, Sarcocorne ligneuse
  • Corbeille d’argent : Syn :Blanquette, Corbeille d’argent, Lobulaire maritime
  • Cornabiou
  • Corne de cerf : Syn :Corne de cerf, Pied de corbeau
  • Cornillet : Syn :Silène des glaciers, Mousse fleurie, Silène à tige courte, Cornillet, Moussier
  • Coronille : Syn :Coronille, Coronille variée, Coronille panachée
  • Coronille bigarrée: Syn :Coronille, Coronille variée, Coronille panachée
  • Coronille panachée : Syn :Coronille, Coronille variée, Coronille panachée
  • Coronille variée : Syn : Coronille, Coronille variée, Coronille panachée
  • Cotonnière des champs : Syn :Filage des champs, Cotonnière des champs
  • Coucou : Syn :Coucou, Herbe de Saint Paul, Coqueluchon, Primerolle
  • Coudrier : Syn :Corylus avellana
  • Couleuvre : Syn :Serpentaire, Couleuvre
  • Couleuvrée : Syn :Rave de serpent, Navet du diable, Couleuvrée, Fausse coloquinte
  • Couronne de moine : Syn :Dent-de-lion, Florion d’or, Couronne de moine, Salade de taupe, Cramaillot
  • Couronne de terre : Syn :Gléchome, Gléchome faux-lierre, Herbe de la saint-Jean, Couronne de terre, Rondotte
  • Cramaillot : Syn :Dent-de-lion, Florion d’or, Couronne de moine, Salade de taupe, Cramaillot
  • Cranson
  • Cranson danois : Syn :Cochlaire danoise
  • Crâsse rècène : Syn :Grande Consoude, Herbe à la coupure, Langue-des-vaches, Oreilles d’ânes, Herbe aux charpentiers, Crâsse rècène
  • Crépide capillaire : Syn :Crépide verdâtre, Crépis verdâtre, Crépis verdoyant, Crépis glabre, Crépis à petite tête
  • Crépide dorée : Syn : crépis dorée
  • Crépide verdâtre: Syn : Crépide verdâtre, Crépis verdâtre, Crépis verdoyant, Crépis glabre, Crépis à petite tête
  • Crépis à petite tête : Syn :Crépide verdâtre, Crépis verdâtre, Crépis verdoyant, Crépis glabre, Crépis à petite tête
  • Crépis bisannuel
  • Crépis glabre : Syn :Crépide verdâtre, Crépis verdâtre, Crépis verdoyant, Crépis glabre, Crépis à petite tête
  • Crépis verdâtre : Syn : Crépide verdâtre, Crépis verdâtre, Crépis verdoyant, Crépis glabre, Crépis à petite tête
  • Crépis verdoyant : Syn :Crépide verdâtre, Crépis verdâtre, Crépis verdoyant, Crépis glabre, Crépis à petite tête
  • Cresson
  • Cressonnette : Syn :Cressonnette, Cresson des prés, Cresson élégant
  • Cresson amphibie : Syn :Rorippe amphibie
  • Cresson des prés : Syn : Cressonnette, Cresson des prés, Cresson élégant
  • Cresson de cheval
  • Cresson de fontaine
  • Cresson élégant : Syn :Cressonnette, Cresson des prés, Cresson élégant
  • Crève-chien : Syn :Douce_amère, Vigne de Judée, Herbe à la fièvre, Crève-chien, Loque
  • Criste-marine : Syn :Salicorne d’europe, Salicorne herbacée, Pesse jaune, Criste-marine, Haricot de mer
  • Criste marine : Syn :Perce-pierre, Casse pierre, Fenouil marin
  • Crocus printanier : Syn : Safran printanier, Drap d’or, Safran blanc, Safran des fleuristes
  • Crois de saint-André : Syn :Caille-lait, Crois de saint-André, Herbe à miel, Eperonnelle
  • Cuscute : Syn :Rache
  • Cuscute du thym
  • Cyclamen commun : Syn :Cyclamen commun, Cyclamen rouge-pourpre, Marron de cochon, Pain de pourceau, Rave de terre, Rochelaine, Coquette, Alibour
  • Cyclamen d’europe : Syn :Cyclamen commun, Cyclamen rouge-pourpre, Marron de cochon, Pain de pourceau, Rave de terre, Rochelaine, Coquette, Alibour
  • Cyclamen rouge-pourpre : Syn :Cyclamen commun, Cyclamen rouge-pourpre, Marron de cochon, Pain de pourceau, Rave de terre, Rochelaine, Coquette, Alibour
  • Cymbalaire des murs : Syn :Ruine-de-Rome, Cymbalaire des murs
  • Cytise
  • asticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gif

     

  • Dactyle aggloméré 
  • Dame-d’onze-heures
  • Daphné mézéréon: Syn : Mézéréon, Joli-bois, Bois-gentil, Daphné mézéréon, Daphné morillon
  • Daphné morillon
  • Datura stramoine: Syn :Pomme épineuse, Herbe aux sorciers endormis
  • Dauphinelle consoude: Syn :Pied-d’alouette
  • Dauphinelle des montagnes: Syn :Dauphinelle élevée, Pied d’alouette des Alpes, Dauphin héraldique
  • Dauphinelle élevée
  • Dauphin héraldique
  • Dent-de-lion: Syn :Dent-de-lion, Florion d’or, Couronne de moine, Salade de taupe, Cramaillot
  • Digitale: Syn :Gant de Notre-Dame, Digitale, Doigt de la Vierge, Claquet, Queue de loup, Gantelet
  • Digitale à grandes fleurs: Syn :Grande digitale, Gant de bergère, Gant de Notre-Dame
  • Digitale jaune: Syn : Digitalis lutea
  • Digitale pourpre: Syn :Gant de Notre-Dame, Digitale, Doigt de la Vierge, Claquet, Queue de loup, Gantelet
  • Diplotaxis
  • Diplotaxis des murailles
  • Doigts du Bon Dieu: Syn :Trèfle d’or des montagnes, Doigts du Bon Dieu
  • Doigt de la Vierge: Syn :Gant de Notre-Dame, Digitale, Doigt de la Vierge, Claquet, Queue de loup, Gantelet
  • Dompte-venin: Syn :Vincetoxicum hirundinaria
  • Doronic à grandes fleurs: Syn : Arnique à racines noueuses, Herbe aux chamois
  • Double-feuille: Syn :Listérie, Double-feuille, Listère à deux feuilles, Grande listère
  • Doucette: Syn :Doucette, Valérianelle potagère
  • Doucette: Syn :Doucette, Boursette, Mâche à carène
  • Douce_amère: Syn : Douce_amère, Vigne de Judée, Herbe à la fièvre, Crève-chien, Loque
  • Douglas: Syn :Sapin de Douglas
  • Drabe printanière
  • Drap d’or: Syn :Safran printanier, Drap d’or, Safran blanc, Safran des fleuristes
  • Drosera: Syn :Drosera à feuilles rondes, Rossolis
  • Drosera à feuilles rondes
  • Dryade à huit pétales: Syn :Thé des Alpes, Herbe aux cerfs, Chênette, Herbe à plumet
  • asticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gifasticot.gif

    Publié dans | 16 Commentaires »

    DENTS BLANCHES ET HALEINE FRAICHE :

    Posté par eurekasophie le 27 juillet 2009

    brossagededentschezlechien.jpg

     

    TOUT POUR UN SOURIRE DE STAR !

     

     

    chienquisourit.jpg

     

    Oui oui, ce sont bien les miennes ! Superbes non ?

    Pour en finir avec le tartre , il n’y a même plus besoin de frotter leurs crocs après les repas. Toutes

    sortes de produits ludiques et efficaces ont été créés, rien que pour leurs quenottes !

    Chiens et chats ne sont pas sujets aux caries, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’ils n’ont jamais besoin de soins dentaires. Moins vous vous préoccupez de leur hygiène et plus ils risquent un jour d’être confrontés au problème de tartre, de la mauvaise haleine ( un motif de plainte fréquent !) , de l’inflammation des gencives, voire de l’infection. Et comme un problème n’arrive jamais seul, c’est leur santé général qui risque d’en pâtir. En effet, en cas de salive de mauvaise qualité, un chat n’arrive plus à se toiletter, d’où un poil terne et sale. Et un foyer infectieux dentaire peut vite gagner un autre organe ( coeur ) ou la circulation générale ( septicémie ). Or, il est bien plus facile de prévenir le tartre que de le retirer quand il est là. A ce stade, le vétérinaire n’a d’autre choix que d’endormir votre animal : si une légère sédation peut suffire pour retirer un peu de tartre à la curette sur quelques dents, il faut tout de même une anesthésie générale pour déloger ( par ultrasons ) du tartre présent un peu partout. Autant de raisons pour vous intéresser à la question de leur hygiène dentaire, dès leur plus jeune âge……

    asterix22.gif Plus de choix pour les chiens que pour les humains !

    Une fois n’est pas coutume, nos amis les chiens sont mieux lotis que leurs maîtres. Comme pour nous, on peut leur nettoyer les dents avec une brosse ou un doigtier et un dentifrice ( goût viande ). Mais ils ont encore bien d’autres possibilités, comme les lamelles et les os en peau de buffle ( jamais d’os véritable en revanche, car ils sont très mal tolérés sur le plan digestif ). Certains sont enrichis en enzymes et en désinfectant : de quoi retrouver des dents blanches et une bonne haleine.

     

    osenpeaudebuffle.jpg

    A côté de ces  » os intelligents  » , on trouve encore des dentifrices  » sans frotter « . Ils se présentent sous la forme de comprimés à avaler, de patch à coller, de sprays à pulvériser ou de compléments alimentaires à mélanger à l’eau ou aux aliments. Là encore, ils contiennent des enzymes qui n’ont pas leur pareil pour débarrasser les dents des petits débris alimentaires qui font le lit des bactéries et du tartre. Dernière solution, enfin : des croquettes abrasives conçues pour frotter la dent lorsque le chien les croque. Le nettoyage est purement mécanique, mais le résultat est bien là.

    Il ne reste plus qu’à choisir ce que vous allez proposer à votre chien. Le choix dépend certes des goûts de votre ami, mais aussi de votre budget ! Plus votre chien est grand, plus les os à mâchouiller ou les croquettes abrasives reviennent cher ( jusqu’à 4 € par jour pour un os destiné à un molosse ). La solution la moins coûteuse reste celle de la brosse à dents et du tube de dentifrice ( environ 9 € par mois), mais encore faut-il l’y avoir habitué étant jeune. A défaut, les dentifrices à croquer ou à coller sont aussi abordables : leur prix de revient est de 0,30 à 0,40 € par jour. En contrepartie, votre chien garde les dents blanches et une bonne haleine. C’est donc nettement plus agréable pour toute la famille !

     

    chatdrle.jpg Solutions spéciales pour les chats

    Contrairement à une idée reçue, ils ne sont pas davantage épargnés que les chiens. Simplement, certains chats font moins de tartre que d’autres. Le problème, c’est que, même habitués petits et très gentils, les chats acceptent rarement qu’on leur passe quotidiennement du dentifrice à l’aide d’une brosse ou d’un doigtier. Ils ont plutôt tendance à fuir à la simple vue de ces objets ! C’est pourquoi les industriels ont redoublé d’imagination pour leur brosser les dents sans en avoir l’air. Les croquettes abrasives ( car riches en fibres ) remportent la palme d’or de la simplicité car on peut leur en donner à vie, à la place de leur aliment ( prix de revient d’un aliment haut de gamme ). Grâce à leur forme et surtout, à leur texture particulière, elles exercent un nettoyage mécanique tandis que votre chat les croque.

    Autre solution très simple d’utilisation : le boudin ou le rouleau aromatisé au poisson, à condition que votre chat l’accepte ( il a plus de chances d’aimer si vous l’habituez petit ). Là encore, le fait de le mâchouiller longuement assure un nettoyage mécanique efficace. Certains contiennent en outre des enzymes qui détruisent les débris alimentaires et donc assurent une hygiène irréprochable. Pour le reste ( compléments alimentaires à mettre dans son repas, comprimés de dentifrice à croquer ou à avaler ), la partie n’est pas gagnée d’avance : un chat n’est pas du genre patient et ne se laisse pas soigner facilement !

    ASTUCE POUR UNE HALEINE SANS REPROCHE…….

    Les chiens aimant mâchouiller les végétaux, des Britanniques ont immaginé de leur offrir un carré de plantes médicinales capables de régler leurs petits soucis digestifs. Et ça marche !

    A planter d’office : du fenouil, de la menthe poivrée, du pissenlit, du persil. En revanche, pas question d’y mettre des plantes piquantes ( risques de blessures ) ou toxiques comme les lauriers roses, les arums, le muguet, les étoiles de Noël, le houx, les rhododendrons, les tulipes, l’if………Si votre ami ne comprend pas le message ( il ne touche guère à vos plantes), rien ne vous empêche de récolter un peu de fenouil et de menthe poivrée pour rajouter à ses croquettes et ainsi faciliter sa digestion. S’il est sujet aux flatulences, son alimentation est peut-être mal adaptée ( parlez-en au vétérinaire ). En attendant, un peu de charbon végétal peut le soulager. Phytocroq ® Haleine, un complément alimentaire pour chien disponible dans le commerce, apporte d’ailleurs du charbon végétal, avec en prime, du pisselit, de l’artichaut et de la bourdaine ( pour la digestion ), sans oublier les huiles essentielles de girofle, menthe, carvi et citron aux propriétés antiseptiques, bactéricides et désodorisantes, mais interdites aux chats ( environ 12 € la boîte de 60 Phytocroq ® ).

    Publié dans NOS ZAMIS LES ZANIMAUX, SOINS PARTICULIERS | 9 Commentaires »

    HYSOPE

    Posté par eurekasophie le 16 juillet 2009

    potpharmacie10.jpg hysope1.jpgpotpharmacie12.jpg

    Historique

    Ses origines se perdent dans la nuit des temps, mais elle est certainement native du bassin méditerranéen occidental.

    Dès l’Antiquité, l’hysope a une double connotation : herbe sacrée et herbe médicinale. Rhazès, médecin arabe, la conseille contre la peste en fumigation avec de la lavande et du thym. A Pylos, à la fin du XIIIe siècle avant JC, on peut lire de la main d’un scribe du palais  » A la déesse Héra, 1 volume d’hysope. Au dieu Hermès, également « . Au temps de Vespasien, l’hysope est considérée comme une herbe sacrée des Hébreux. Hippocrate la prescrivait contre pleurésie et bronchite.

    Elle est très employée au Moyen-Age comme herbe à pots :  » […] les brins des summités couppés et séchés, servent à faire poudre pour la potagerie de l’hyver. «  Olivier de Serres – Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs. Mais aussi comme médecine :

    •  » avec succès elle purge les phlegmatiques […] bouillie avec du miel, aide les pulmoniques «  Ecole de Salerne
    •  » L’hysope purifie le foie et purge un peu les poumons. Celui qui tousse et souffre du foie ou des poumons doit manger de l’hysope avec de la viande sous la graisse, et il se sentira mieux «  Hildegarde de Bingen

    Croyances  » Hysope dans le jardin chasse le médecin « 
    Proverbe provençal

    • Dans la tradition juive, l’hysope, l’origan, l’absinthe ne sont pas des condiments mais des éléments des rites de purification ; elle fait partie des herbes amères de Pessah.
    • Herbe sacrée maintes fois citée dans la Bible : elle entre dans l’eau de purification telle que l’Eternel la dicte à Moïse, et David s’en souvient, implorant Dieu de lui pardonner :  » Purifie-moi avec l’hysope, et je serai blanc, plus que la neige « . mais nous ne sommes pas sûr qu’il s’agisse de hyssopus officinalis ,qui n’est pas spontanée dans ces régions.

    phytotherapieplantesmedicinales.jpghysope.jpgpotpharmacie1.jpg

    Vertus

    Plaetarius la classe comme  » chaude et sèche au troisième degrés «  (livre des simples médecines). Il nous donne aussi les recettes suivantes :  » le vin d’une décoction d’hysope et de semences de fenouil apaise les douleurs des boyaux. « ,  » A pulmonis opus, prestat medicamen hysopus «  (l’hysope donne remède et médecine aux maladies du poumon).

    • expectorant (HE), fluidifiant des secrétions bronchiques (marrubiine)
    • stimulant
    • digestif
    • carminatif
    • antiseptique
    • béchique
    • cicatrisant, contre ecchymoses… (en application externe)
    • HE : anti-allergique, parasympatholytique et sympathomimétrique. Elle est conseillée dans les cas d’insuffisance de base du système sympathique.

    ATTENTION à fortes doses peu provoquer des troubles neurologiques (épileptogène – pinocamphone)
    L’hysope est utilisée en cas d’affections respiratoires, asthme, bronchite, enrouement, oppression.
    Egalement : Digestion difficile, aérophagie, météorisme.
    Et en usage externe sur les contusions, ecchymoses, eczéma, dermatoses.

    En infusion : 1 cuillerée à dessert par tasse d’eau bouillante. Infuser 10 minutes ; 3 tasses par jour, entre les repas.

    En usage externe, 1 poignée pour 1 litre d’eau, bouillir 10 minutes, en gargarismes pour les affections de la gorge, ou en compresses chaudes sur les entorses, foulures, etc.

    lignetisanes.gifhysope4.jpg lignetisanes.gif

     

    Liens externes :

     

    Publié dans HYSOPE, Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

    LE VINAIGRE DE A à Z

    Posté par eurekasophie le 16 juillet 2009

     

     

    DANS MA RUBRIQUE  » RECETTES SPECIALES «  page 5, je vous donne tous les conseils pour obtenir votre

    vinaigre « maison » …beaucoup plus goûteux que celui des commerces et ceci, quelque soit la recette choisie. 

     

    Maintenant, je vais vous parler du vinaigre en général, de ses vertus tant au point de vue médicinal que ménager…

     

    vinaigre1.jpg vinaigre2.jpg

     

    On retrouve des traces de fabrication de vinaigre en Egypte et en Mésopotamie, il y a plus de 5000 ans. On suppose qu’il est apparu par hasard, en même temps que les premières boissons alcoolisées.

    En 400 av.J.-C., Hippocrate, père de la médecine, soignait ses patients avec du vinaigre.

    Le vinaigre était bien connu des Romains et des Grecs de l’antiquité qui consommaient un vinaigre léger additionné d’eau comme boisson rafraîchissante, plus désaltérante que l’eau, ils utilisaient aussi le vinaigre pour assaisonner leurs plats et y tremper leur pain. Le « posca » est un vinaigre allongé d’eau, les légionnaires romains se désaltéraient de ce mélange rafraîchissant.

    Certains passages de la Bible montrent que les Hébreux connaissaient ses propriétés dont celles de dissoudre le calcaire.

    La fabrication du vinaigre a été longtemps abandonnée aux soins de la nature.

    Le vinaigre était déjà une véritable panacée pour nombre de maux.

    Ce n’est qu’au Moyen – Age qu’apparaît la corporation des vinaigriers. Elle fut créée en 1394 (les premiers statuts sont homologués et enregistrés le 28 octobre 1394 à Paris) et avait le monopole de la fabrication et du commerce des vinaigres, verjus (suc acide du raisin cueilli vert) et moutardes (mélange de graines de moutardes broyées et de vinaigre).

    Les vins d’Angers et de Touraine, transportés en fûts par bateaux (des futreaux (barges à fond plat) et des gabares) sur la Loire souvent à destination de Paris, n’arrivaient pas toujours en bon état dans la région orléanaise après ce lent voyage, ralenti par des variations des débits du fleuve. Ils tournaient souvent aigres à cause de la chaleur et de leur qualité qui n’était pas exceptionnelle. (De nos jours, le vinaigre de vin est tiré de cépages d’excellente qualité).

    Dès le Moyen Age, Orléans, qui était un grand port fluvial et sa région devinrent spécialistes de la fabrication vinaigrière et la moitié du vinaigre français y était produit jusqu’au début du 20e siècle bien que la ville ne fut pas au cœur d’un vignoble. Les Vinaigriers d’Orléans obtiennent au 16e siècle la reconnaissance de leur métier par les lettres patentes royales. Au 18e siècle, Orléans compte plus de 300 producteurs. Le vinaigre d’Orléans, fort apprécié était même exporté jusqu’aux Amériques, aux Indes, au Pays-Bas etc…

    Les légumes marinés au vinaigre et les conserves vinaigrées deviennent populaire à partir du 17e siècle, le vinaigre permettant de conserver les aliments, qui gardent ainsi toutes leurs propriétés et leurs éléments nutritifs. Des études sur la fermentation commencèrent au 18e siècle.

    Etiquette de bouteille de vinaigre

    La vinaigrerie Dessaux Fils fort réputée fut rachetée en 1965 par Amora. La seule vinaigrerie fabriquant toujours de vinaigre selon les méthodes traditionnelles à Orléans est la Maison Martin-Pouret, installée depuis 1797.


    Le botaniste hollandais Persoon, attribue dès 1822, la production de vinaigre au voile qui se forme à la surface du vin laissé à l’air libre.

    PasteurLouis Pasteur (1822-1895), en 1864, arrive à expliquer la formation d’un voile à la surface du vin en trouvant le responsable de l’acétification : le Mycoderma aceti. Il explique aux vinaigriers comment obtenir un vinaigre de qualité constante. Grâce à lui l’activité de vinaigrier retrouva un nouveau dynamisme.

    Documents :


    « Etudes sur le vinaigre et sur le vin » par Pasteur


    texte consultable en ligne

     


    Critères nécessaires à la production du vinaigre

    Alcool Celui contenu dans le vin, le cidre ou autre boisson alcoolisée.
    Oxygène Celui de l’air.
    Ferment Mycoderma Aceti, c’est une bactérie, plus précisément un acétobacter, un micro-organisme, d’un millième de millimètre transporté par les poussières de l’air.
    Nourriture Aliment sucré et azoté naturellement présent dans les vins et favorables à la croissance des bactéries.
    Température Entre 20 et 35°C.

    La production de vinaigre n’est dès lors plus simplement artisanale, les vinaigreries produisent du vinaigre de façon industrielle.

    Des informations complémentaires sur l’histoire du vinaigre sur le site vinajol.com et sur le site moutarde-de-meaux.com.

    Une intéressante page sur les maîtres vinaigriers (D’après un article paru en 1867).

    Les différents vinaigres et aromatisations

    4 vinaigres différents

    Les différents vinaigres

    En fait, toute dilution alcoolique peut servir de base à la fabrication du vinaigre.

    De très nombreuses sortes de vinaigre sont fabriquées à travers le monde souvent en fonction des productions agricoles locales, puisqu’il existe autant de sortes de vinaigre que de liquides sucrés utilisés, susceptibles de produire une fermentation alcoolique :

    vinaigre de vin blanc, vinaigre de vin rouge, vinaigre de cidre, vinaigre blanc d’alcool « cristal » pour conserves (souvent de betterave), vinaigre d’alcool coloré, vinaigre de malt, vinaigre de bière, vinaigre d’hydromel, vinaigre de miel, vinaigre de riz, vinaigres préparés à partir d’alcool distillés avec des céréales, de jus fermenté de fruits (framboise, citron, cassis, de banane, de dattes, de figues, de groseille, de pamplemousse), de sève (érable, palmier-dattier)…

    Comme le bon vin, le bon vinaigre se bonifie en vieillissant !

    Davantage d’informations sur les différents vinaigres sur le site vinaigre.fr.


    Le vinaigre d’alcool :

    Peu cher et polyvalent il est très utilisé, pour la cuisine, le ménage et pour faire les conserves, car il a un goût neutre ne procurant qu’une acidité aux produits conservés.

    Souvent produit à partir de jus de betterave, il est aussi être fabriqué à partir de l’alcool à 96º dilué dans l’eau. Dans ce cas de la levure est parfois rajoutée pour accélérer la fermentation. Il peut être coloré avec du caramel.


    Le vinaigre de vin :

    Egalement très connu, il s’utilise principalement en cuisine, pour les vinaigrettes et les marinades. Malheureusement le procédé traditionnel et artisanal « à l’ancienne », se raréfie au profit de procédés industriels. Fabriqué à partir d’un un vin bénéficiant d’une appellation d’origine le vinaigre peut afficher cette appellation c’est ainsi qu’on trouve des « vinaigre de vin de Bordeaux », « vinaigre de Champagne » etc.

    Le vinaigre d’Orléans :

    Après des siècles de production intense, la région orléanaise fabrique peu de vinaigre de nos jours.

    Du vinaigre est encore produit selon le « procédé d’Orléans » par la société Martin Pouret à partir de vins de Loire ou du Sud-ouest. Ils portent la mention « Vinaigre à l’ancienne selon le procédé d’Orléans« . Il consiste dans le choix d’excellents vins, puis dans leur transformation en vinaigre à l’abri de la lumière pendant 3 semaines, dans des fûts de chêne « les vaisseaux » d’une capacité de 240 litres à une température de 30°C.

    Le vinaigre placé ensuite pour au moins un an dans des fûts de chêne de 200 à 5000 litres appelé « foudres » bonifie à la température de 15°C.

    Voir des informations complémentaires sur le site lvo.com.

    Consulter un tableau comparatif de la méthode orléanaise et la méthode industrielle sur le site de martin-pouret.com.

    Le vinaigre de Xérès :

    Issu des vins d’appellation Jérès (Sherry en anglais), ce vinaigre puissant et parfumé est fabriqué dans le sud de l’Espagne. Le vinaigre « de Xérès » séjourne six mois minimum en fût de chêne. L’appellation vinaigre « Xérès reserva » nécessite une période de vieillissement d’au moins deux ans. Les grands crus vieillissent jusqu’à 20 à 30 ans. Le taux d’alcool maximum autorisé pour le Xérès est de 3 %.


    Vinaigre de moût de raisin :

    Le vinaigre balsamique :

    Le vinaigre balsamique est une production AOC (DOC en italien pour « denominazione di origine controllata » c’est une spécialité de la Province de Modène en Italie), il provient du moût du raisin des cépages Trebbiano qu’on cuit dans des chaudrons, ce liquide passe ensuite de 3 mois à des années en fûts de volume différents et fabriqués à partir de diverses essences de bois (les grands crus peuvent macérer jusqu’à 50 ans !). Il est sirupeux, plus sucré et plus sombre que les autres vinaigres, il est plus acidulé. Le véritable vinaigre balsamique de Modène porte une collerette du « Consorzio di aceto balsamico di Modena ». L’étiquette rouge indique qu’il a moins de 3 ans, l’étiquette blanche, plus de trois ans. La fabrication « maison » d’un bon vinaigre balsamique n’est guère envisageable.


    Le vinaigre de cidre :

    Particulièrement apprécié pour ses utilisations médicinales et cosmétiques, il sert également en cuisine. En savoir plus sur la fabrication du vinaigre de cidre.

    Le vinaigre Uberti :

    Le vinaigre Uberti

    Le vinaigre de cidre aux extraits végétaux spécial Uberti a 5° d’acidité, il sert à l’assaisonnement des plats et à bien d’autres utilisations.

    Le vinaigre Uberti classique se compose de vinaigre de cidre, d’extraits de végétaux : chicorée, ginseng rouge, sarrasin, blé, orge, avoine, seigle, camomille, cynorhodon, hibiscus, verveine, menthe poivrée, oranger, tilleul, algue marine, de jus de fruits : pamplemousse, pruneaux, pomme, raisin, mangue, pêche, abricot, citron, poire, banane, orange et de jus de légumes, betterave rouge, tomate, céleri, carotte, artichaut, persil, fenouil et radis noir. Il ne convient pas aux allergiques au gluten.

    Le vinaigre Uberti

    Le vinaigre Uberti « bio » ne contient aucune des céréales à gluten. Voici sa composition : vinaigre de cidre 5°, extrait de chicorée, pomme, orange, raisin , citron, pamplemousse, abricot, pêche, poire, mangue, myrtille, banane, ananas, tomate, jus de betterave rouge, carotte, céleri, persil, artichaut, radis noir et fenouil.


    Le MelforLa spécialité alsacienne « Melfor » n’est pas un vinaigre (selon la législation française), il s’agit d’un condiment à base de vinaigre d’alcool, d’infusions de plantes et de miel réputé dans l’Est de la France. Il ressemble au vinaigre sans en avoir le titre et s’utilise comme les autres vinaigres. Il a 3,8° acétiques.


    L’assaisonnement japonais Umébosis

    L'assaisonnement UmebosisL’assaisonnement à l’umébosis a un goût vinaigré, il s’agit d’un jus d’umébosis, (aussi nommé mébosis ou uméboshi) fait à partir de prunes acides d’umé (un prunier dont le nom botanique est Prunus mume Siebold & Zuccarini) ayant subit une lactofermentation avec du sel de mer et de feuilles d’irésine et un séchage au soleil.

    Le jus d’umébosis est utilisé pour ses propriétés digestives et médicinales et sa richesse en calcium, fer et phosphore. Ce condiment d’une belle teinte rose, permet d’assaisonner les salades, les crudités et les céréales remplaçant en même temps le sel et le vinaigre. Il est plus acidulé mais moins acide que le vinaigre et très salé. Inutile de rajouter du sel à votre préparation.

    Vous le trouverez dans les boutiques d’alimentation naturelle ou des sites commerciaux du circuit bio. Il a 2,6° acétiques. (Prix constaté : 3,29 €. les 50 cl.). L’umébosis se vend aussi en prunes entières, en purée ou en petits comprimés.


    Le « vinaigre » de kombucha :

    Disque de kombuchaAvec une souche de kombucha mise dans du thé sucré, il est possible d’obtenir un liquide à ressemblant à du vinaigre, par l’odeur et le goût vinaigré, et servant aussi d’assaisonnement. Le kombucha contient aussi des bactéries acétiques dont une prédominante, un acétobacter. En savoir plus sur le vinaigre de kombucha.

     

     

     

     

     

    Les utilisations et les vertus du vinaigre

     

    Nos ancêtres déjà utilisaient le vinaigre pour ses multiples propriétés, pour conserver, désinfecter, soigner, prévenir les maladies.

    Vinaigrier se reflétant dans la mère de vinaigre

    Utilisations en cuisine

    Il est utilisé pour rehausser le goût comme assaisonnement, il sert à la confection des vinaigrettes (pour assaisonner salades, crudités, féculents, poissons, fruits de mer etc…), des mayonnaises, moutardes et des marinades. Il permet d’affiner les saveurs de la cuisine à l’aide des vinaigres aux senteurs les plus variées. Un vinaigre, fait maison, fort en arômes et pas trop acide, donnera du caractère à vos crudités et vos salades. Verser le vinaigre à la dernière minute pour éviter l’évaporation des arômes.

    Il sert aussi pour la préparation de condiments, en effet, c’est un excellent conservateur alimentaire. Il permet la préparation des câpres, des cornichons, des oignons confits, pasteurisés au vinaigre etc… Le vinaigre d’alcool est surtout utilisé pour les conserves de fruits ou de légumes à l’aigre doux, les cornichons par ex. Fruits et légumes frais peuvent se conserver des années s’ils sont immergés dans du vinaigre et enfermés hermétiquement dans un bocal.

    Le vinaigre sert aussi en cuisine pour le déglaçage et la préparation de sauces et pour éviter que certains aliments ne noircissent (comme les champignons).

    L’acidité du vinaigre facilite la digestion des corps gras et de la cellulose. N’hésitez pas à l’utiliser avec les légumes crus ou cuits fibreux ou filandreux.

    Etant lui-même un agent de conservation, le vinaigre ne s’altère en aucune façon avec le temps. Le vinaigre se conserve de préférence à l’abri de la lumière. Il peut vieillir sans problème. Une nouvelle mère peut se reformer dans une bouteille mal fermée, c’est un signe que le produit est bien vivant.


    Pour le bien-être et la santé

    Un médecin américain, le Dr Jarvis, a popularisé l’utilisation du vinaigre de cidre comme remède. N’hésitez pas à redécouvrir et à utiliser ce vieux remède connu de nos ancêtres.

    Le vinaigre peut être consommé quotidiennement à titre préventif pour tenter de garder la santé sous forme d’une boisson très rafraîchissante préparée en mélangeant deux cuillères à soupe de vinaigre de cidre (de préférence artisanal pur et non pasteurisé) pour un grand verre d’eau (avec éventuellement une ou deux cuillères à soupe de miel).

    Par ses richesses en oligo-éléments (calcium, soufre, fer, silicium, bore, phosphore, magnésium, potassium, fluor…), et pectine, en vitamines, une demi-douzaine de vitamines : notamment B et D et acides essentiels, en enzymes et en acides aminés essentiels, le vinaigre de cidre mérite l’appellation « d’élixir de jeunesse« . Des scientifiques de plus en plus nombreux sont convaincus que le vinaigre de cidre peut contribuer à aider et accélérer le processus de guérison. Le vinaigre favorise aussi l’absorption du calcium. Il contient aussi du bêta-carotène riche en vitamine A anti-oxydante.

    Le vinaigre de cidre pur favorise le nettoyage de l’organisme et l’élimination des toxines grâce à son acidité, il détruit les mauvaises bactéries, absorbe le trop plein d’acides de l’estomac, régénère la flore intestinale, lutte contre la constipation, combat les flatulences et aide à résorber les intoxications alimentaires. Il est aussi stimulant de l’appétit et facilite la digestion. Il nettoie le canal urinaire et réduit les risques d’infection des reins. L’idéal est de le boire : ½ heure avant le repas pour faciliter la digestion, pendant le repas pour éliminer les brûlures d’estomac ou au coucher pour dissiper la constipation.

    Il aide à stabiliser la tension artérielle et à équilibrer le pH du sang.

    En détruisant les graisses, il aide à la perte de poids.

    Il soulage les crampes musculaires. Il s’utilise en gargarisme (2 c. à c. de vinaigre de cidre dans 1/3 de tasse d’eau tiédie) et contre les inflammations buccales et les maux de gorge.

    En inhalation (2 à 3 c. à s. de vinaigre de cidre dans un bol d’eau bouillante), il combat les migraines et les maux de tête.

    Il est également utilisé contre les chaleurs de la ménopause, les varices, le zona…

    Pris au coucher, le vinaigre agit comme un calmant léger contre la nervosité.

    Le vinaigre doit cependant être consommé sans exagération pour ne pas provoquer de brûlures d’estomac et fatiguer le foie. Une consommation excessive de vinaigre à jeun peut entraîner des problèmes d’estomac. Ce liquide aide à soulager de petits maux de la vie quotidienne et est utilisé pour ses propriétés thérapeutiques (parfois additionné de substances parfumées ou médicamenteuses) comme désinfectant (c’est un antibiotique naturel), il permet de soigner des plaies et brûlures légères. Il est aussi antiseptique et antifongique. Le vinaigre est sert aussi en utilisations externes contre l’eczéma, l’urticaire, pour soigner les coups de soleil, etc… Un linge imbibé de vinaigre de cidre permet de frictionner les régions douloureuses et de réduire les douleurs musculaires (additionné ou non d’eau chaude et de sel).

    Prendre un bain d’eau additionné d’une verre de vinaigre, pendant 15 à 20 minutes, favorise le sommeil et la détente.

    Les mères de vinaigre trouvent une utilité comme emplâtres sur les foulures, les entorses ou les brûlures.

    Le vinaigre sert aussi à soigner les animaux.

    Pour en savoir plus sur ses multiples utilisations thérapeutiques :
    www.cidervinegar.com…pdf
    www.vergerspedneault.com/cart/vinaigre.aspx
    www.masantenaturelle.com/…/cidre-pomme.php
    http://bionature.e-monsite.com/…vinaigre-de-cidre,…94.html

     

     

    UTILISATION MÉNAGÈRE

     

    Astuces de nettoyage pour la cuisine

    Nettoie et désodorise les fours à micro-ondes
    Verser une solution de 125 ml (1/2 tasse) de vinaigre blanc pur et de 250 ml (1 tasse) d’eau dans un bol. Faire chauffer à découvert à température élevée pendant 3 à 4 minutes, puis laisser reposer 15 minutes. Essuyer immédiatement. La vapeur décollera les taches d’aliments tout en désodorisant.

    Débouche et désodorise les drains
    Verser une poignée de bicarbonate de soude et 250 ml (1 tasse) de vinaigre blanc dans le drain. Lorsque la formation de bulles cesse, rincer à l’eau chaude. Répéter, au besoin, jusqu’à ce que le drain soit débouché.

    Élimine les dépôts minéraux et calcaires des cafetières
    Verser du vinaigre blanc jusqu’au niveau indiquant 6 tasses et ajouter de l’eau jusqu’à ce que le témoin atteigne la marque des 10 tasses. Mettre un filtre à café en papier vide en place. Allumer la cafetière et laisser tout le liquide circuler dans le système. Jeter ensuite la solution au vinaigre et le filtre en papier. Faire un nouveau cycle avec de l’eau pure avant de refaire du café. Répéter tous les 3 mois.

    Élimine les résidus d’aliments et de savon des lave-vaisselle
    Verser 500 ml (2 tasses) de vinaigre blanc dans le fond du lave-vaisselle et lancer un cycle de lavage normal. Répéter tous les 3 mois si le lave-vaisselle est utilisé quotidiennement et tous les 6 mois s’il est utilisé 2 à 3 fois par semaine.

    Élimine les dépôts minéraux des bouilloires
    Remplir la bouilloire aux 3/4 d’une solution de vinaigre et d’eau à parts égales, puis faire bouillir. Laisser tremper toute la nuit puis rincer à l’eau claire.

    Nettoie impeccablement les éviers, les robinets, les comptoirs, les carreaux de céramique et les appareils électroménagers
    Verser du vinaigre blanc pur dans un vaporisateur. Vaporiser la surface à nettoyer et essuyer avec un essuie-tout ou un tissu non pelucheux. Ne pas utiliser de vinaigre sur du marbre naturel, des ardoises ou des comptoirs poreux/calcaires car le vinaigre en décaperait la surface.

    Élimine les dépôts calcaires sur la robinetterie
    Envelopper les robinets d’essuie-tout imbibés de vinaigre blanc pendant 10 minutes. Enlever et essuyer les dépôts calcaires.

    Nettoie et fait briller le verre et le chrome
    Verser du vinaigre blanc pur dans un vaporisateur. Vaporiser la surface à nettoyer et essuyer avec un essuie-tout ou un tissu non pelucheux.

    Nettoie les murs et les planchers
    Pour les planchers de vinyle et lamellés ou les carreaux de céramique sans cirage ainsi que pour les murs peints : laver avec une solution d’une part de vinaigre pour 4 parts d’eau. Il est inutile de rincer. Pour éliminer les accumulations de graisses de cuisson, utiliser du vinaigre blanc pur.
    Non recommandé pour les planchers de bois teint, à moins qu’ils aient une finition de polyuréthane ou de Varathane.

    Nettoie et désodorise le réfrigérateur
    Nettoyer l’intérieur du réfrigérateur avec une solution d’eau et de vinaigre à parts égales, pour en conserver la propreté et la fraîcheur.

    Élimine les odeurs désagréables de cuisine
    Faire bouillir 175 ml (3/4 tasse) de vinaigre blanc avec 750 ml (3 tasses) d’eau dans une marmite découverte pendant 5 à 10 minutes, ou jusqu’à ce que les odeurs disparaissent.

    Désodorise les poubelles
    Verser du vinaigre blanc pur dans un vaporisateur. Vaporiser l’intérieur et le fond de la poubelle. Essuyer avec une éponge.

    Élimine les taches d’aliments et les dépôts minéraux des ustensiles de cuisine
    Pour les casseroles et poêles en acier inoxydable, en verre, en aluminium et en porcelaine ainsi que pour les plats Corning Ware : faire bouillir une solution de 125 ml (1/2 tasse) de vinaigre blanc, 30 ml (2 cu. à soupe) de bicarbonate de soude et 250 ml (1 tasse) d’eau dans la casserole ou la poêle pendant 15 minutes. Jeter la solution et laver comme d’habitude avec du détergent à vaisselle et de l’eau.

    Aide à prévenir les dépôts minéraux dans les bains-marie et les cuiseurs à vapeur
    Ajouter 15 ml (1 cu. à soupe) de vinaigre blanc au fond du bain-marie ou du cuiseur à vapeur à chaque utilisation pour éviter la formation de dépôts minéraux.

    Enlève les pellicules de savon sur les plats
    Ajouter 125 ml (1/2 tasse) de vinaigre blanc à l’eau de la vaisselle lors du lavage à la main.
    Pour obtenir des verres étincelants, ajouter 125 ml (1/2 tasse) de vinaigre à l’eau de rinçage.

    Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 1 Commentaire »

    QUELQUES RECETTES D’APOTHICAIRE…..

    Posté par eurekasophie le 10 juillet 2009

     


    apothicaire2.jpg

     

     

    parchemin2.gifQUELQUES RECETTES D’APOTHICAIREparchemin2.gif

    Je signale  que ces recettes sont médiévales et n’ont plus court à ce jour.

    Vin blanc à l’ail (infarctus)


    Mettez 24 gousses d’ail décortiquées et légèrement écrasées à macérer dans un litre de vin blanc sec pendant 10 jours. Filtrez et pressez fortement les résidus. Un verre à liqueur le matin à jeun.Valable pour : hypertension, circulation du sang, un des meilleurs préventifs de l’infarctus et de l’artérite.

    Vin de racine d’asaret: Asthme


    Pour adulte seulement.
    32 gr de racine d’asaret dans un litre de vin blanc. Faites macérer pendant 8 jours. Filtrez et pressez.
    Une cuillère à soupe toutes les trois heures en cas de crise.

    Liqueur tonifiante pour frigidité


    3 litres de vin d’Espagne
    30 gr de racine de ginseng
    30 gr de bois de rhodiola
    20 gr de cannelle
    10 gr de gingembre
    15 gr de cardamome
    1 kg de sucre roux
    30 cc de rhum blanc
    3 clous de girofle
    1 gr d’ambre gris
    1 goutte de musc (non synthétique)
    Laissez macérer une semaine en remuant souvent. Filtrez et maintenez au frais. Dose moyenne 3 verres à liqueur par jour avant les repas.

    Vin diurétique contre l’oedème


    (élimination des chlorures)
    Oignon mûr et cru 300 gr
    Miel blanc liquide 100 gr
    Vin blanc sec 600 gr
    L’oignon doit être réduit en pulpe et passé au tamis. On le mêlera avec le miel et l’on dissolvera dans le vin blanc. On agitera afin que le mélange soit bien homogène. On prendra 2 à 4 cuillerées par jour. Le volume des urines triplera et l’oedème se résorbera rapidement s’il n’y a pas d’affection grave des reins.

    Vin de sauge


    (pour asthénie et maladie du grand sympathique)
    Très utile pour les maladies spasmodiques d’origine neuro-végétative.
    Feuilles de sauge sèches 80 gr
    Vin de Samos 1000 gr
    Faites macérer 8 jours. De 2 à 4 cuillerées à soupe par jour, après le repas. (Régularise en plus le flux menstruel)

    Vulnéraire ou Arquebuse


    (quelquefois nommée eau d’arquebuse).
    Les plantes utilisées sont sèches.
    Feuilles et sommités de125 gr)
    Absinthe, Angélique, Calament, Camomille, Fenouil, Hysope, Lavande, Marjolaine, Menthe, Origan, Sauge, Tanaisie, Thym
    Alcool à 22° – (24 litres)
    Faites macérer pendant 2 ou 3 jours. Pressez, filtrez et distillez jusqu’à obtention d’environ 20 litres de produit.

    Alcoolat de rose (esprit rose).


    Pétales de roses pâles
    Alcool à 36°
    à à 2.500 gr
    Faites macérer environ 24 à 36 heures, puis, distillez à 76° maxi de température. On récoltera environ 2.500 gr d’alcoolat.

    Vin diurétique de l’hotel Dieu


    Digitale 5 gr
    Scille 15 gr
    Baies de genièvre 25 gr
    Acétate de potasse 50 gr
    Alcool (marc) 100 gr
    Vin blanc 900 gr
    Un verre à liqueur avant le repas de midi.

    Vin aphrodisiaque


    Stimulant général.
    Gousses de vanille 30 gr
    Cannelle (poudre) 30 gr
    Ginseng (poudre) 30 gr
    Rhubarbe 30 gr
    Vin de Malaga 1 litre
    Faites macérer 15 jours les substances dans le vin en agitant chaque jour. Filtrez et ajoutez 15 gouttes de teinture d’ambre.

    Cordial des hôpitaux de Paris (Vin de cannelle composé)


    Vin rouge 100 gr
    Teinture de cannelle 8 gr
    Alcoolat de mélisse 6 gr
    Sirop simple 30 gr
    Un verre à liqueur en cas de faiblesse, fatigue, évanouissement.

    Vin de quinquina et de gentiane composé Fébrifuge.


    Ecorce de quinquina jaune 24 gr
    Racine de gentiane jaune
    Ecorce d’orange amère sèche
    Fleurs de camomille
    â â 16 gr
    Vin rouge de Bourgogne 1000 gr
    Concassez les écorces, les racines et les fleurs. Faites macérer dans le vin pendant 15 jours. Passez avec expression, filtrez. Un à trois verres à bordeaux par jour.

    Vin de colchique


    Pour crise de goutte et douleurs rhumatismales.
    Bulbes secs de colchique 64 gr
    Vin blanc sec (1 litre) 1000 gr
    Pulvérisez grossièrement les bulbes.
    Introduisez dans un ballon de 2 litres, versez le vin dessus. Faites macérer 15 jours en agitant de temps en temps. Passez et filtrez.
    Un à deux verres à liqueur par 24 heures.

    Vin martial


    Reconstituant, remontant sexuel.
    Limaille de fer pure 32 gr
    Vin blanc sec 1000 gr
    Faites macérer dans un ballon d’un volume de 2 litres, bien fermé pendant 7 jours maximum. Agitez de temps en temps, passez et filtrez.
    2 verres à liqueur par jour maximum.

    Cidre de frêne (ou frênette)


    Cette boisson diététique est en plus très agréable et décongestionnante, elle est en outre excellente pour les personnes fragiles du foie.
    Pour préparer 100 litres de frênette, on fait dissoudre 5 kg de sucre non raffiné et 80 gr d’acide tartrique dans de l’eau bouillante. On fait bouillir d’autre part 125 grammes de chicorée torréfiée dans 2 litres d’eau, environ. On tamise et on mélange les liquides avec une infusion de 100 gr de feuilles de frêne sèches (infusion de 15 à 20 minutes). On verse le tout dans un tonneau en complétant le volume à 100 litres (les feuilles de frêne doivent être versées avec l’infusion dans le tonneau). Quand la température est tombée au-dessous de 30°, on ajoute 125 gr de levure délayée dans de l’eau. La fermentation s’établit très rapidement, on attend cinq ou six jours. On filtre et l’on met en bouteille. La frênette a l’aspect d’un cidre mousseux de saveur agréable.

    Vin tonique pour l’anorexie (tonique de l’appétit)


    Attention ne pas dépasser la dose de 100 gr par jour. Déconseillé aux spasmophiles.
    Feuilles d’absinthe 30 gr
    Alcool à 60° 60 gr
    Vin blanc sec 1000 gr
    Faites macérer les feuilles d’absinthe pendant 24 heures dans l’alcool, puis, ajoutez le vin blanc. Laissez au contact pendant 10 jours. Passez et filtrez. Dose maxi : 100 gr

    apothicairegobeletauxtrophesdapothicaire.jpg

    Gobelet aux trophées d’apothicaire

    Publié dans RECETTES SPECIALES | 3 Commentaires »

    ALLAITEMENT

    Posté par eurekasophie le 26 juin 2009

     

    seins.jpg

    Pour augmenter la sécrétion lactée (plantes galactagogues)

     

    flurlines.gif

     

    Ajouter à l’alimentation : des lentilles cuites, des topinambours cuits.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion d’aneth odorant, 50 g de graines pour 1 litre d’eau bouillante : 3 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de 50 g de graines pour 1 litre d’eau bouillante, couvrir, laisser infuser 10 mn, prendre 1 tasse après le repas : d’anis vert, de carvi, de cumin.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de basilic, 50 g de feuilles pour 1 litre d’eau bouillante; 1 tasse après le repas.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de carotte cultivée, 30 g de graines séchées pour 1 litre d’eau bouillante.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de fenouil sauvage, 30 g de graines pour 1 litre d’eau bouillante, couvrir, laisser infuser 10 mn; 4 tasses par jour loin des repas.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de galéga, 20 g de plante fleurie séchée pour 1 litre d’eau bouillante ; 3 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de malt (orge germé), 15 g pour 1 tasse d’eau non bouillante, laisser 10 mn au bain-marie, passer; 2 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de verveine officinale, 30 g de sommités fleuries séchées pour 1 litre d’eau bouillante ; 4 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Pour tarir la sécrétion lactée (plantes anti- laiteuses)

     

    flurlines.gif

     

    Cataplasme de feuilles cuites d’ache mélangées à des feuilles de pervenche et de menthe.

     

    flurlines.gif

     

    Cataplasme de feuilles fraîches pilées de : aulne, cerfeuil, menthes, persil.

     

    flurlines.gif

     

    Cataplasme de feuilles fraîches pilées, puis chauffées, de douce-amère.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de sauge, 20 g de feuilles séchées pour 1 litre d’eau bouillante; 3 tasses par jour.

     

    allaitement.jpg

    Publié dans "A*", MON HERBIER DE SANTE | Pas de Commentaires »

    ASTHENIE

    Posté par eurekasophie le 26 juin 2009

     

    ASTHENIE FATIGUE CONVALESCENCE

    gifmalade.gif

    Infusions de cannelle, fenugrec, cola, quinquina, romarin, sauge, serpolet, thym, berce, fumeterre, Chardon Marie, sarriette ou pin

     

    flurlines.gif

     

    Bains reposants :

     

    Laminaires, 250 g de plante séchée et broyée pour 1 litre d’eau bouillante, verser le tout dans un grand bain.
    ou
    Laurier d’Apollon, laisser macérer 48 h 350 g de baies et de feuilles dans 5 litres d’eau froide; verser en exprimant la préparation dans un bain très chaud.
    ou
    Pin maritime, 150 g d’aiguilles en sachet dans 3 litres d’eau, bouillir 30 mn ; verser le liquide dans un bain très chaud en pressant le sachet.
    ou
    Serpolet, 60 g de plante fraîche dans 2 litres d’eau bouillante, laisser refroidir en exprimant la plante, passer ; verser dans un bain chaud.

     

    flurlines.gif

     

    Vin de fenouil sauvage, laisser macérer pendant 2 semaines, dans 1 litre de bon vin rouge, 30g de graines, passer; 2 petits verres par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Jus de prune; boire en apéritif avant chacun des deux repas.

     

    flurlines.gif

     

    Manger du raifort : Décoction de 30 g de racine fraîche de raifort pour 1 litre d’eau, bouillir 5 mn ; 1 tasse à chaque repas

     

    flurlines.gif

     

    Prendre du lichen d’Islande dans de la confiture ou graines de piloselle dans du miel; 1 fois par jour, 1 cuiller à café.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de calament, 20 g de plante fleurie pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 10 mn ; 1 tasse par jour.
    ou
    Infusion de coriandre, 40 g de fruits pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 10 mn; 1 tasse après chaque repas.
    ou
    Infusion d’églantier, 50 g de fleurs et de feuilles pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 10 mn; 4 tasses par jour.
    ou
    Décoction de gentiane jaune, 20 g de racine pour 1 litre d’eau, bouillir 10 mn; 2 tasses par jour, loin des repas.
    ou
    Décoction de prunellier, 40 g de fruits pour 1 litre d’eau, bouillir 5 mn; 1 litre par jour.
    ou
    Infusion de véronique officinale, 20 g de sommités fleuries pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 5 mn; 1 tasse par jour.

     

    flurlines.gif

     

    En infusion 2 à 3 tasses par jour : 1/2 part de thym, 1 part de romarin, 1 part de chardon marie, 1 part de pin.

     

    flurlines.gif

     

    Usage externe : romarin, marjolaine, sauge, serpolet ou sarriette faire infuser 500 g de plante pour 4 litre d’eau à rajouter dans un bain.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de 10 fruits d’églantier écrasés pour 1/2 l d’eau froide 2 tasses par jour comme fortifiant.

     

    flurlines.gif

     

    Faire macérer 80g de feuilles de sauge dans 1 litre de vin pendant une semaine et filtrer. Prendre 2 cuillères à soupe de vin de sauge après chaque repas. Ce stimulant agit sur la circulation.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion pour le tonus : 20 g d’aspérule odorante + 30 g de ginseng + 20 g de thym une c à c par tasse, 2 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Décoction racine de tormentille, thym, origan, romarin, ortie : 5 g de mélange par tasse, 3 fois par jour.

     

    flurlines.gif

     

    2 g de poudre de ginseng par jour.

     

    flurlines.gif

     

    4 g de poudre d’algues laminaires par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Complement alimentaire : coktail de jus de fruits (abricots, argousier, prunellier, cassis, églantier …) millet (en grains, soupes, plats, gâteaux) paprika, citron, chou, myrtille, pollen de fleurs, jus de carotte.

     

    flurlines.gif

     

    Cannelle, kola, quinquina, angélique : Laisser macérer 50 g de mélange dans un litre de vin rouge, boire 1/2 verre avant les repas.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de romarin, ortie, maté, primevère, kola : 5 g par tasse, 3 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Pour les membres fatigués : 200 g de racine d’ aunée en décoction à rajouter dans l’eau du bain.

     

    flurlines.gif

     

    SOMNOLENCE : Infusion de sarriette, calament, serpolet, menthe : 3 g de mélange par tasse, à boire après les repas.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de berce, 50 g de feuilles séchées pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 10 mn; 2 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de fumeterre, 60 g de sommités fleuries séchées pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 15 mn, 3 tasses par jour, loin des repas, 1 semaine par mois pendant 3 mois.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de génépis, 1 cuiller à café de plante séchée pour 1 tasse d’eau bouillante ; 1 tasse par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Poudre de gentiane jaune, 1 g (soit 1 pointe de couteau) de racine séchée pulvérisée ; absorber 1 fois par jour dans une cuiller de miel.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de laurier d’Apollon, 3 feuilles pour 1 tasse d’eau bouillante, infuser 15 mn; 2 tasses par jour loin des repas.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de myosotis, 20 g de sommités fleuries séchées pour 1 litre d’eau bouillante; 3 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de sarriette vivace, 30 g de plante séchée pour 1 litre d’eau bouillante ; 2 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Poudre de fenugrec, 1 cuiller à café de poudre de semence mélangée à du miel ; 2 fois par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Vin de benoîte : faire macérer 1 journée 30 g de rhizome frais dans 1 litre de vin doux naturel, filtrer ; un verre à liqueur avant les repas.

     

    flurlines.gif

     

    Vin de germandrée d’eau, 40 g de sommités fleuries dans 1 litre de vin bouillant, infuser 15 mn, passer, un verre à liqueur avant les repas.

     

    flurlines.gif

     

    Vin de sauge; faire macérer pendant 10 jours 100 g de feuilles séchées dans 1 litre de bon vin rouge, filtrer; boire un verre à liqueur après les repas.

     

    flurlines.gif

     

    Vin de romarin et de sauge : dans 1 pot de grès, mettre 20 g de feuilles de romarin et 20 g de feuilles de sauge, verser 1 litre de vin rouge et une cuiller à soupe de miel, chauffer au bain-marié 30 mn, laisser reposer et refroidir, filtrer; un verre à liqueur avant le repas.

     

    flurlines.gif

     

    Gelée riche en vitamine C de fruits d’argousier : cueillir les argouses juste mûres, cuire 20 mn à feu doux dans un peu d’eau, écraser, tamiser ou centrifuger, ajouter son poids de sucre, faire recuire en tournant 30 mn, mettre en pots, couvrir.

     

    flurlines.gif

     

    Gelée de fruits d’églantier: cueillir les fruits très mûrs, cuire à feu doux juste couverts d’eau pendant 30 mn, écraser, tamiser ou centrifuger, ajouter un poids égal de sucre et un jus de citron, faire recuire en tournant 30 mn, mettre en pot, couvrir.

     

    flurlines.gif

     

    Gelée de fruits d’ épine-vinette, égrener les fruits très mûrs, les recouvrir d’eau, les faire bouillir 20 mn, tamiser ou centrifuger, ajouter un poids égal de sucre, faire recuire en remuant jusqu’à ébullition, écraser, mettre en pots, couvrir.

     

    flurlines.gif

     

    Assaisonner les plats avec : du basilic, de l’estragon Faire une cure de salade : de chicorée sauvage, de pissenlit (avec les boutons) Manger des oignons hachés crus ou ayant macéré 1 h dans un peu d’huile d’olive. Manger crus : des carottes, du chou, du raifort, des tomates bien mûres, des abricots, des amandes, des figues, des fraises, des framboises, des noix, des pommes, du raisin.

     

    flurlines.gif

     

    Manger cuits: de l’avoine, de la betterave rouge, du blé, du céleri, des châtaignes, des lentilles, de la roquette, des salsifis des prés, du sarrasin, du soja.

     

    flurlines.gif

     

    Boire du jus de citron étendu de son poids d’eau.

     

    flurlines.gif

     

    Bains fortifiants : de marjolaine, de romarin, de sarriette vivace, de sauge, de serpolet, de thym.

     

     

     

    Publié dans "A*", MON HERBIER DE SANTE | Pas de Commentaires »

    AEROPHAGIE-BALLONNEMENTS

    Posté par eurekasophie le 22 juin 2009

     

    humourestomac.jpg

     

     

    AÉROPHAGIE – BALLONNEMENTS


    flurlines.gif

     

     

    Infusion de coriandre, angélique, aneth, fenouil, marjolaine, véronique, menthe, fleurs d’oranger, verveine, anis, carvi, mélisse, ou tilleul.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de graines d’aneth, graines d’anis, graines de coriandre, graines de cumin, graines de fenouil, basilic, véronique : 5 g de mélange par tasse après les repas.

     

    flurlines.gif

     

    Prendre du charbon végétal après les repas.

     

    flurlines.gif

     

    Une ancienne recette : 50 grammes de coing + 50 grammes de persil + 50 grammes de chou broyés dans un bol avec un peu de vin. Laissez mariner. Un verre après chaque repas.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion pour une tasse 1/2 cuillère à café de graines de fenouil ou d’anis, 5 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion pour une tasse 2 graines de cardamome écrasées, 5 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de verveine ou menthe poivrée, 5 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Décoction de centaurée, chardon béni : 5 g de mélange par tasse, 1 tasse avant les repas.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion de graines de badiane, graines d’anis vert, graines de carvi, graine de cumin : 5 g par tasse à boire aprés les repas.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion avant ou après les repas principaux de graines :
    laisser infuser 10 mn dans 1 litre d’eau bouillante :
    ajouter une pincée de cannelle

     

    Infusion aneth odorant, 40 g
    ou
    d’angélique archangélique, 15 g
    ou
    d’anis vert, 15 g
    ou
    de carvi 10 g,
    ou
    de fenouil sauvage, 30 g

     

    flurlines.gif

     

    Mélanger les graines de cumin, carvi, anis vert, angélique, 5 g de chaque pour 1 litre d’eau bouillante, laisser infuser 10 mn.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion 1 tasse après chacun des 2 repas, de basilic, 50 g de sommités fleuries et de tiges séchées par litre d’eau bouillante, ajouter quelques gouttes de citron.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion 2 tasses par jour, de calament, 30 g de plante pour 1 litre d’eau bouillante infuser 10 mn.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion 1 tasse après les repas, d’estragon, 25 g de plante pour 1 litre d’eau bouillante.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion 1 tasse après chaque repas, de menthe poivrée, 10 g de fleurs et de feuilles pour 1 litre d’eau bouillante.

     

    flurlines.gif

     

    Infusion 1 tasse après chaque repas :

     

    d’oranger, 10 g de fleurs pour 1 litre d’eau bouillante,
    ou
    d’origan, 25 g de sommités fleuries séchées pour 1 litre d’eau bouillante
    ou
    de tanaisie, 50 g de sommités fleuries séchées et fragmentées pour 1 litre d’eau bouillante, couvrir et laisser infuser 10 mn
    ou
    de véronique officinale, 100 g de feuilles pour 1 litre d’eau bouillante, laisser infuser 15 mn; 1 tasse 5 mn avant les repas

     

    flurlines.gif

     

    Décoction de véronique officinale, 100 g de sommités fleuries et feuilles séchées et fragmentées dans 1 litre d’eau froide, chauffer, laisser bouillir 10 mn et infuser 10 mn ; 1 tasse 20 mn avant les 2 repas.

     

    flurlines.gif

     

    Cendre tamisée de prêle des champs, 1 g dans 1 demi-verre d’eau ; avant les 2 repas.

     

    flurlines.gif

     

    Préparations à boire froides avant ou après les repas :
    Décoction de réglisse, 50 g de racine séchée pour 1 litre d’eau, bouillir 5 mn et laisser macérer une nuit, filtrer ; boire 3 ou 4 tasses par jour.

     

    flurlines.gif

     

    Liqueur d’anis vert, laisser macérer 1 mois dans 1 litre d’eau-de-vie 60 g de graines d’anis écrasées, 1 pincée de cannelle et 350 g de sucre, filtrer, 1 verre à liqueur après les repas.

     

    flurlines.gif

     

    Teinture de germandrée, laisser macérer 10 jours 10 g de sommités fleuries et de feuilles dans 100 g d’alcool à 75°, filtrer, conserver dans un flacon bien bouché, prendre 25 gouttes dans 1 demi-verre d’eau avant les 2 repas.

     

    flurlines.gif

     

    Boire 1 tasse après le repas :

     

    Infusion de 30 g de graines ou de fruits de chaque plante ou de 30 g mélangé suivant le goût de chacun : ache, aneth odorant, anis vert, carotte sauvage, carvi, coriandre, cumin, fenouil sauvage, livèche, en lui ajoutant un fragment de zeste de citron.
    ou
    Infusion d’agripaume, 20 g de plante pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion d’alchémille, 30 g de plante pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion d’aurone, 30 g par litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion de balsamite, 40 g par litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion de basilic, 40 g par litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion de cuscute, 15 g de plante par litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion d’estragon, 30 g par litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion d’hysope, 20 g de sommités fleuries et de feuilles pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Charbon de peuplier noir; 1 cuiller à café, 2 fois par jour
    ou
    Poudre de rhizome d’acore odorant séché ; 1 g dans 1 cuiller de miel après chaque repas.
    ou
    Infusion d’impératoire, 30 g de rhizome pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion de menthe poivrée, 50 g par litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion de pimprenelle sanguisorbe, 30 g pour 1 litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion de sarriette vivace, 30 g pour 1 litre d’eau bouillante, infuser.
    ou
    10 mn Décoction de serpolet, 20 g de plante par litre d’eau, bouillir 1 mn, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion de thym, 30 g par litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.
    ou
    Infusion de verveine odorante, 15 g par litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.

     

    flurlines.gif

     

    Manger: des oignons crus, des radis, du riz complet, garnir les plats de ciboule ou de ciboulette fraîche hachée.

    Publié dans "A*", MON HERBIER DE SANTE | 3 Commentaires »

    1234
     

    Quantum SCIO |
    Le Mangoustan |
    actumed |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
    | Psychothérapeute PAU
    | Soleil levant