Résultats de votre recherche

L’HARPAGOPHYTUM

Posté par eurekasophie le 12 février 2009

harpagophytum1.jpg

Comment lire une taxobox Harpagophytum procumbens
Harpagophytum procumbens (photo CITES).
Harpagophytum procumbens (photo CITES).
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Asteridae
Ordre Scrophulariales
Famille Pedaliaceae
Genre Harpagophytum
Nom binominal
Harpagophytum procumbens
(Burch.) DC. ex Meisn., 1840
Classification phylogénétique
L'HARPAGOPHYTUM dans Harpagophytum 200px-Angiospermes_arbre9
Clade Angiospermes
Clade Dicotylédones vraies
Clade Astéridées
Clade Lamiidées
Ordre Lamiales
Famille Pedaliaceae

L’Harpagophytum procumbens

« Griffe du diable  »

L’Harpagophytum procubens est une plante médicinale d’Afrique du sud dont la racine est inscrite dans la pharmacopée européenne avec l’indication:

« traditionnellement utilisée dans le traitement symptomatique des manifestations articulaires douloureuses mineures ».

l’Harpagophytum a des propriéter anti-inflammatoires contre les maux de dos, douleurs musculaires, arthroses et les crises de gouttes, antalgiques, stimule et tonifie le systeme digestif.

En médecine traditionnel, l’Harpagophytum est utilisé comme tonique, pour soigner les torubles digestifs, les rhumatismes.

En pommade, il sert a soulager les irritations, les ulcères et les brûlures.

Type de terre:

Une terre sablonneuse bien aérer à PH basique .

L’humidité :


La griffe du diable (Harpagophytum procubens) n’a pas besoin de beaucoup d’eau!

un arrosage toutes les deux semaines lui conviendra parfaitement

La lumière :


La plante devra être placer en pleins soleil.

En ce qui concerne les lumières artificiel, préférer des néons , MH ou HPS.

Le semi:

Le semi de l’Harpagophytum procubens est simple, plantez vos graines dans un petit pots.

arroser et laisser germer (germination en une vingtaine de jours).

Ensuite, repiquer vos plantules dans des pots séparer et placez vos plants dans un endroit très lumineux..

A savoir:

L’Harpagophytum est malheureusement en voix d’extrinction à cause de sa popularité !

Protègeons le en le cultivant!

 

FORMES D’UTILISATION

Les formes habituelles d’administration de l’harpagophytum en phytothérapie contemporaine sont la poudre totale sèche(micronisée, et de préférence cryobroyée) en gélules qui représente le totumvégétal de la racine secondaire dans toute son intégrité et toute son intégralité, et l’extrait sec (souvent sous forme de nébulisat) en gélules ou en capsules.

Il peut aussi être pris (pour les troubles mineurs) sous forme de décoction (faire bouillir 25 g de racines séchées dans un litre d’eau pendant 10 mn, laisser macérer toute la nuit et filtrer le lendemain matin) ; sous forme d’infusion (faire infuser une cuillerée à café de poudre de racine séchée dans un demi-litre d’eau bouillante pendant toute la nuit et filtrer ; ou, pour plus de facilité, en utilisant les sachets-doses prêts à l’emploi de certaines spécialités pharmaceutiques mentionnées ci-dessous) ; et sous forme d’extrait aqueux en spécialités prêtes à l’emploi (en ampoules buvables) vendues dans les pharmacies et les magasins de diététique.

Il est également utilisé dans de nombreuses préparations magistrales associant diverses autres plantes complémentaires (sous forme de décoctions et d’infusions composées, mais surtout aujourd’hui sous forme de mélanges de poudres totales ou d’extraits secs en gélules, ainsi qu’en association sous forme d’autres présentations comme l’extrait hydro-glycolique) choisies et prescrites en fonction de chaque malade par les médecins phytothérapeutes.

L’harpagophytum existe enfin sous forme de nombreuses spécialités pharmaceutiques phytothérapiques répondant à ses indications (seul ou en association avec d’autres plantes aux vertus complémentaires) :

Artrosan* – Diétaroma Harpagophytum* – Élusanes Harpagésic* – Extrait aqueux d’Harpagophytum
Superdiet* – Gifrer Harpagophytum* – Harpagophytum Boiron* – LBP Harpagophytum* – Phytescens,F47* – Titrex Harpagophytum* – Vitaflor Harpagophytum* -

La durée du traitement sous ces formes et à ces doses est éminemment variable en fonction des troubles à traiter et de leur importance. En règle générale, il doit être poursuivi jusqu’à disparition – ou nette amélioration – de ceux-ci et ne pas être inférieur à 3 semaines avant de juger valablement des résultats.

Préparations magistrales médicales : Suivre strictement les indications mentionnées sur l’ordonnance par le médecin traitant.

Spécialités pharmaceutiques : Suivre les recommandations d’utilisation du laboratoire quant à la dose, la durée du traitement et – pour les enfant- l’âge à partir duquel la spécialité peut être prise.

REMARQUES IMPORTANTES

L’harpagophytum est d’une totale innocuité (même à fortes doses), n’engendre aucune accoutumance,n’a aucune contre-indication formelle (il est seulement déconseillé chez la femme enceinte, surtout en fin de grossesse, du fait de son action ocytocique : accélératrice de l’accouchement), ne provoque aucun effet secondaire aux doses conseillées ci-dessus (notamment au niveau du tube digestif comme c’est le cas avec les anti-inflammatoires de synthèse, seul un petit effet laxatif peu apparaître avec de très fortes doses), et ne présente aucune incompatibilité avec d’autres thérapeutiques (y compris chimiothérapiques) pouvant lui être associées. Il peut donc être utilisé – quand nécessaire – à fortes doses et en cure prolongée sans aucun risque.

L’origine du nom vernaculaire de l’harpagophytum : Griffe du diable est tout à fait justifiée. En effet, les fruits ligneux garnis de griffes acérées qui sont sur le sol s’incrustent sous les sabots des animaux itinérants (moutons et antilopes notamment) qui, handicapés dans leur mobilité, essaient – souvent en vain – de s’en débarrasser en frappant furieusement la terre de leurs pattes, ce qui donne lieu à une sorte de danse endiablée ayant pour résultat final une excellente déssimination de la plante dans son environnement.

Publié dans Harpagophytum, Mon repertoire des plantes les moins usitees | 6 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LA LUMINOTHERAPIE

Posté par eurekasophie le 25 janvier 2009

Un moyen efficace de lutter contre la dépression hivernale.

Contre le vague à l’âme, les coups de déprime, la fatigue, l’envie de rester au lit….

luminothrapie.gif

La luminothérapie consiste à s’exposer quotidiennement à une lumière artificielle de couleur blanche, dite « à large spectre », imitant celle du soleil, pour traiter principalement les troubles associés au dérèglement de l’horloge biologique interne, comme la dépression saisonnière.

La luminothérapie fait partie de la grande famille des photothérapies qui utilisent certaines sources lumineuses (intensités et couleurs diverses, laser, etc.), parfois combinées à des photosensibilisants pour soigner toutes sortes d’affections, en particulier les maladies de la peau.

Contre la dépression saisonnière, et plus

La principale application de la luminothérapie, et également celle qui est le mieux documentée scientifiquement, concerne la dépression saisonnière. Ce syndrome apparaît à l’approche de l’hiver, à mesure que diminue la clarté extérieure, ce qui semble avoir un effet néfaste sur l’horloge biologique interne de certaines personnes. L’origine de ce syndrome demeure inconnue. La luminothérapie est un traitement médical reconnu pour combattre la dépression saisonnière.

Dans les pays nordiques, de 3 % à 6 % de la population, et même jusqu’à 10 %, selon les sources, souffre de dépression saisonnière et présente alors des symptômes comme une humeur dépressive, de la fatigue chronique, une baisse de la libido, un besoin exagéré de sommeil, des réveils difficiles, des crises de boulimie ou un appétit anormalement grand, notamment pour le sucre et les hydrates de carbone (les trois P : pain, pâtes, pommes de terre). Au Canada près de 3 % de la population serait affectée par la dépression saisonnière, tandis que 18 % vivrait une « déprime hivernale », caractérisée par des symptômes dérangeants, mais moins invalidants que ceux de la dépression saisonnière.

On emploie également la luminothérapie pour contrer d’autres symptômes pouvant être associés à un dérèglement de l’horloge biologique interne, comme les troubles du sommeil et le syndrome prémenstruel ou pour combattre les problèmes attribuables au décalage horaire ou au travail de nuit. Elle pourrait également être utile dans certains cas de dépression comme le post-partum (à la suite d’un accouchement) ou la dépression non saisonnière chez les personnes âgées.

La luminothérapie pourrait aussi avoir des vertus préventives contre ces mêmes problèmes, notamment chez les personnes qui, chaque année, ressentent une légère « déprime hivernale » ou celles qui travaillent toute la journée sans voir la lumière du jour, que ce soit dans un bureau ou une usine. Le Dr David Servan-Schreiber en fait état, entre autres, dans son livre Guérir tout comme le Dr Norman Rosenthal dans Soif de lumière.

luminotherapieth2.jpgLe Dr Norman E. Rosenthal, psychiatre et chercheur au National Institute of Mental Health, a été le premier à démontrer, en 1984, le lien entre lumière et dépression. C’est lui qui a défini le Seasonnal Affective Disorder, communément nommé SAD, qu’on traduit par trouble affectif saisonnier (TAS) ou dépression saisonnière. En fait, la « découverte » de ce type de dépression est indissociable de l’invention de la luminothérapie elle-même.

C’est en constatant que l’exposition à la lumière artificielle à large spectre pouvait bénéficier aux personnes souffrant de symptômes dépressifs pendant la saison hivernale que Rosenthal a pu démontrer le rôle joué par la luminosité sur les rythmes circadiens et l’humeur, et ainsi décrire avec précision cette maladie. Rosenthal a publié plusieurs études et livres sur le sujet. Il demeure la référence incontournable en la matière. Il fait partie de la Society for Light Treatment and Biological Rhythms (SLTBR), une organisation internationale de chercheurs qui étudient la luminothérapie et les rythmes biologiques (voir Sites d’intérêt).

Le simulateur d’aube                                       simulateurdaube.jpg

Le simulateur d’aube reproduit les conditions d’un lever de soleil, et sert de réveille-matin. Plutôt que de vous tirer du sommeil brusquement par une alarme ou la radio, l’appareil vous éveille en douceur en commençant à éclairer progressivement la chambre, à une heure préprogrammée. Par exemple, pour un lever à 7 h, la lumière pourra s’allumer doucement dès 6 h ou 6 h 30, et atteindre son maximum d’intensité à 7 h. La simulation de l’aube n’agit pas de la même façon que la luminothérapie, puisque l’intensité lumineuse n’est pas très élevée.

Chez certaines personnes, elle réduirait les symptômes d’insomnie ou de dépression. Pour les gens souffrant de dépression saisonnière, il semble que le traitement soit efficace, mais les études sont moins nombreuses que dans le cas de la luminothérapie.

Lorsque l’on veut se procurer un simulateur d’aube, il faut s’assurer de pouvoir programmer la durée de la progression de « l’aube ». Certains appareils possèdent leur propre source lumineuse, tandis que d’autres modèles permettent de simplement y brancher sa propre lampe de chevet. La plupart incluent aussi un réveille-matin classique.

soif.jpg

http://www.priceminister.com/offer/buy/46906197/Rosenthal-Winter-Blues-Livre.html

Publié dans LUMINOTHERAPIE, MEDECINES DOUCES | 2 Commentaires »

LES PLANTES VERTES

Posté par eurekasophie le 13 janvier 2009

fonddcran4.jpg 

 

Redécouvrez le plaisir de créer du vert. Pour apporter un peu de nature et d’exotisme dans votre appartement, gratuitement, il vous suffit de retrouver les gestes simples de tous les petits enfants du monde: la lentille sur du coton, vous vous souvenez ! Et le plaisir immense de découvrir, quelques jours plus tard, les premiers embryons couleur d’herbe tendre…..

Voici plusieurs « recettes » de plantes à base de noyaux, de graines, de pépins; les unes plus simples, les autres plus délicates à réussir. Pour les noyaux, armez-vous de patience: il faut en moyenne six mois avant d’obtenir une belle plante vivace. Parfois, la germination avorte, et ce n’est pas toujours de votre faute: les procédés de cueillette et de conservation des fruits exotiques ne sont pas toujours favorables à une nouvelle pousse.

Une fois la plante levée, entourez-la de soins attentifs. Le résultat est souvent spectaculaire.

Hérisson de blé

Vous pouvez manger les grains de blés germés, ( comme les graines germées sont très riches en sels minéraux et en vitamines, les consommer en petite quantité suffit. Il est conseillé de bien les mâcher.Les graines de blé et de lentilles germées se mangent et se dégustent nature ou en salade. Elles accompagnent aussi très bien les sandwichs). Vous pouvez aussi les regarder se transformer en un magnifique tapis vert.Disposez les grains de blé serrés sur une jolie soucoupe et recouvrez d’eau. Réhumectez régulièrement tous les 2 ou 3 jours, en veillant à ne pas laisser d’eau stagnante. Des petites pousses vertes vont apparaître rapidement. Ces brins verts vont grandir en quelques semaines, atteignant bientôt 15 ou 20 cm : un magnifique hérisson de chlorophylle, original qui durera bien un mois encore si vous le maintenez humide.      

germinationdebl2.jpg                                                        papillon.gif

                                            

lignelierre1.giflignelierre1.giflignelierre1.gif

Feuillages potagers

Si vous rêvez de feuillage dans votre appartement situé au dixième étage, retrouvez les petits jeux d’autrefois: les graines de fèves, de lentilles ou de haricots verts vous donneront du vert toute l’année.

Faites sécher quelques grains de haricots ou quelques fèves, ou plus sûrement, achetez-les chez le grainetier. Laissez germer plusieurs graines de haricots pendant quelques jours dans une soucoupe avec un peu d’eau et de coton. Les haricots s’ouvrent , et un petit cône long et vert apparaît. Très vite, les feuilles jaillissent. De l’autre côté, les racines, de quelques millimètres au départ, peuvent atteindre 1 cm au bout d’une semaine. Vous pouvez alors les transplanter dans un pot de terre en les disposant à 1 cm de distance chacun ou les laisser sur le coton: dans la terre, ils se développent en hauteur; dans la soucoupe sur le coton, ils s’étendront en tous sens et tomberont en cascade de l’étagère ( ce qui est également très joli).

La méthode est la même pour les fèves, mais celles-ci ont des racines très abondantes et multiples. Elles seront plus à l’aise dans la terre, à condition de ne pas les planter trop près l’une de l’autre. Les fèves donnent des feuilles ovales d’un très joli vert et des fleurs noires et blanches. Il y a peu de chances pour que vous obteniez des légumes de cette façon, mais le feuillage persistera facilement un mois ou plus et vous pourrez recommencer indéfiniment toute l’année.

                                             germinationdetournesol.jpg                   Photo de la germination du cresson

 

                                                                  germinationdeharicot.jpg            Photo de la germination du haricot 

lignelierre1.giflignelierre1.giflignelierre1.gif

L’avocatier

     Il est bien dommage de jeter ce gros noyau rond, car il peut vous donner sans grands risques une plante verte à l’allure très exotique. Juste après avoir consommé l’avocat , lavez le noyau à l’eau tiède et laissez-le tremper dans une eau à 50 °  C durant une bonne demi-heure. Cela facilitera l’élimination de la pellicule brune qui entoure le noyau.

Le noyau a deux extrémités, l’une ventrue et l’autre pointue. La partie pointue doit toujours être en l’air et par concéquent à l’air libre, la tige se développera de ce côté. 

Il existe différentes techniques pour obtenir des racines mais je ne vais en évoquer qu’ une seule car elle me semble être la plus fiable :

A 1 cm du bout arrondi, la partie ventrue, piquez le noyau de 4 épingles ou de 4 allumettes ( opération délicate car il ne faut pas endommager le noyau).

Remplir un verre d’eau tiède et posez le noyau sur le verre (les épingles reposant sur le bord), la partie ventrue trempant dans l’eau.

Mettez le verre dans un endroit chaud et peu éclairé. Remplacez par de l’eau tiède, l’eau qui s’évapore, afin de maintenir toujours le même niveau de liquide.

Au bout de 4 à 8 semaines, le noyau se fend, une racine prend forme dans l’eau et une pousse apparaît à l’air libre.

Quand la pousse a 10 cm, plantez dans un pot rempli de compost, en laissant la moitié ou même la presque totalité du noyau visible.

Mettez alors le pot dans un endroit chaud et éclairé. Développez en pratiquant le pincement. Au bout de 1 à 2 mois apparaît la première feuille. Placez le pot en pleine lumière, dans un endroit chaud, et veillez à ce que le compost soit toujours humide. Il faut quelques années pour obtenir un joli palmier.

avocatverre.gifavocatgermes.jpgavocatfeuilles.jpg

1) La partie bombée trempe dans l’eau                                2) Une racine est visible                                                       3) Après quelques mois: un beau feuillage.

lignelierre1.giflignelierre1.giflignelierre1.gif

Oranger ou citronnier

Il n’est pas garanti que vous puissiez mordre dans une orange dans les six mois, mais vous obtiendrez très probablement une jolie plante aux feuilles abondantes et brillantes dont le parfum vous emportera très loin.

Sélectionnez 3 ou 4 pépins d’orange, de pamplemousse, de citron ou de mandarine(si possible germés: cela arrive parfois).

Mettez de la bonne terre sableuse dans un pot et enfoncez-y vos pépins à 1 cm à peine de profondeur. Arrosez bien, tassez et placez le pot dans un endroit chaud et pas trop éclairé. Recouvrez-le d’un morceau de plastique. N’oubliez pas de maintenir constamment la terre humide.

Au bout de 3 mois environ, des petites pousses vont apparaître. Apprivoisez-les progresivement à la lumière qu’elles n’ont jamais vue, et placez-les finalement près d’une fenêtre.  Quand les pousses ont atteint une dimension respectable (environ 10 cm), repiquez chacune d’elles dans un pot assez grand. Les oranges………seront pour vos petits-enfants !

papillon.gif                      citrons.jpg

                                                                2 beaux futurs citronniers

lignelierre1.giflignelierre1.giflignelierre1.gif 

                                                                                   

Publié dans LES PLANTES VERTES, LOISIRS VERTS | 9 Commentaires »

LA GALERIE PHOTOS DE GILLES ET ISABELLE

Posté par eurekasophie le 21 décembre 2008

newdelhi.jpg    New-Delhi en Inde

vietnam.jpg  Ile de Cat Ba au Vietnam

Bonjour mes ami(e)s,

Si vous voulez voyager en Inde ou ou Vietnam tout en restant assis devant votre ordinateur, voici un lien qui vous permettra de le faire.

Bravo à Gilles et Isabelle, deux passionnés de voyages pour ces splendides photos qu’ils nous ont ramenées de ces continents.

                                                                                     flche21.gif                                                    http://ralph005.free.fr/index.php?cat=27

 

Publié dans DEDICACES | 2 Commentaires »

DENTS

Posté par eurekasophie le 9 décembre 2008

dents.gifflche3.gif                       ATTENTION  Madame ! Dites  » cheeeeeeeese  » , c’est pour la photo , merci !

Un remède de bonne femme pour avoir les dents blanches: les frotter une fois par semaine avec une feuille de sauge ;

On peut également le faire avec un peu d’ouate imbibée d’eau oxygénée à 10 volumes, mais pas trop souvent.

Une autre recette, si vous voulez un résultat durable:

Délayez 3 cueillerées à café de bicarbonate de soude avec le jus d’un demi citron.

Mélangez le tout de façon à obtenir une pâte homogène.

Mettre la préparation sur votre brosse à dents.

Brossez vos dents pendant 3 minutes, comme avec un dentifrice quelconque

AVANTAGES : abrasif , préparation agissant comme un antiseptique limitant l’apparition des caries dentaires.

La carie est une affection due à l’altération de l’émail et de l’ivoire de la dent et évoluant vers la formation de cavités, aboutissant à la destruction progressive de ces organes.

Soin à entreprendre 1 fois par semaine, pas d’avantage pour éviter d’attaquer l’émail des dents

Résultat visible au bout de 2 à trois mois.

Publié dans "D", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaires »

PETIT JARDIN, page 1

Posté par eurekasophie le 2 décembre 2008

Ce qu’il faut faire en décembre
Travaux au jardin
Par Sébastien Jacquot

Si les grands froids de l’hiver nous ont épargné le mois dernier, c’est sûrement en décembre qu’il va falloir s’en méfier.

photo2.jpg
Il est l’heure de veiller à ce que nos végétaux puissent passer les froids prochains sans craindre les nombreuses péripéties qui les guettent. Mais que dire de ces hivers que redoutent bon nombre de personnes si ce n’est de les glorifier par la beauté qu’ils donnent à nos paysages.
Au potager
L’hiver vous aidant par ses gelés à éliminer les herbes indésirables qui subsistent encore, aidez-le à nettoyer votre jardin qui n’en sera que mieux préparé pour les futurs semis et plantations.
 photo31.jpg

Profitez de cette période pour apporter de la fumure et labourer le terrain. S’il vous reste certains légumes en terre et que vous ne pouvez les ramasser faute de place pour les conserver, protégez-les par un tapis de paille ou de feuilles mortes. Coté semis, il est encore temps de mettre en terre épinards et laitues de printemps.

Au verger
Tout comme novembre était propice à la plantation des arbres fruitiers, décembre l’est aussi. Veillez cependant à ne planter vos sujets qu’en période hors gel. Décembre est le mois idéal pour la taille des arbres à pépins tels que pommiers et poiriers. Profitez également de cette période pour tailler vos arbustes à petits fruits tels que groseilliers et cassissiers. L’entretien de vos arbres et arbustes fruitiers est essentiel en hiver pour qu’ils puissent retrouver leur pleine rigueur au printemps prochain. Procédez à l’élimination des mousses sur leur tronc où se nichent bon nombre de parasites ; commencez également les traitements d’hiver. Comme au verger, apportez de la fumure aux pieds de vos arbres.

photo11.jpg

Au jardin d’ornement
Le froid n’épargne rien, pas même les plus belles fleurs aussi parfumées soient-elles. N’oubliez pas de protéger vos plantes de massif par un paillage qui les aideront à passer les jours de froid sans le moindre mal. Apportez du compost aux pieds de vos rosiers et autres arbustes à fleurs. Profitez de cette dernière période pour mettre en terre vos bulbes de tulipes, jonquilles et narcisses. Ha !… Ne vous imaginez-vous pas déjà les voir fleurir à l’arrivée du printemps ? Rien de tel pour se donner du courage.Plantes d’intérieur et de balcon
Veillez sur vos plantes d’intérieur, bien qu’elles soient à l’abri du froid, elles ne sont pas pour autant à l’abri de la sécheresse, ne les oubliez pas, pensez donc à les arroser, mais surtout sans excès. Ne les disposez pas non plus trop près d’une source de chaleur en pensant qu’elles passeront mieux l’hiver, Il n’en est rien.Les arbres, arbustes et haies
Protégez vos arbres et arbustes les plus sensibles du froid qui les menace, soit en les enveloppant d’un voile d’hivernage pour les plus petits, soit en veillant à protéger les sujets les plus imposant en isolant la base de leur tronc avec de la paille ou du feuillage. Profitez des jours hors gèle de décembre pour faire de nouvelles plantations. Entretenez-les en taillant leur bois morts et autres branches devenues trop importantes, vous pouvez également continuer à tailler vos haies.

Publié dans JARDINAGE AUX FIL DU TEMPS | Pas de Commentaires »

LES TUYAUX DU JARDINIER

Posté par eurekasophie le 20 novembre 2008

jardin14.gif

Arbres et arbustes

 

                                                                                                                            jardin15.gif  

Taillez les arbustes ayant fleuri cet été, ainsi que les haies de thuyas et de chamaecyparis. Elaguez les grands arbres.

Plantez les arbres vendus racines nues.

S’il ne gèle pas, plantez les espèces à feuillages caduc dans les trous que vous avez pratiqués 3 semaines au préalable.                      jardin024.gif

Plantez le Mahonia « Charity », un petit arbuste portant des grappes de fleurs jaunes d’or de novembre à février.

Il est encore temps de planter du bambou s’il fait doux : leur développement racinaire se fait jusqu’à fin novembre.

Rosier

 

NE JAMAIS OUBLIER QUE….

L’on doit travailler avec un SECATEUR bien aiguisé, désinfecté en permanence (alcool à brûler) et correctement utilisé (lame tranchante vers le pied du rosier.)

rosierscoupes.jpg                                                                                              jardin012.gif      

 

- La coupe doit être nette au-dessus d’un œil situé du côté extérieur du rosier (la branche qui sera émise doit pousser vers l’extérieur du rosier et non le contraire).
1 – Coupe trop verticale
2 – trop près du bourgeon
3 – trop loin du bourgeon
4 – coupe déchiquetée : porte ouverte aux parasites
5 – coupe convenable

Il est indispensable de BIEN CONNAITRE le rosier que l’on taille :
Remontant ou non remontant ?…
Arbuste, buisson ou grimpant ?…
Port souple ou érigé ? etc.

Un peu de bon sens !!

Rabattez les rosiers buisson à 40 cm du sol. Les transplantations sont envisageables.
C’est le moment de choisir vos rosiers pour l’année prochaine! La
plantation des rosiers à racines nues s’opère de la mi-octobre à la mi-mars.

Préparez vos trous de plantation 2 semaines avant la mise en place. Attendez un jour favorable pour planter (temps doux, pas de pluie, peu de vent).

En région froide, protégez la base de vos rosiers avec un paillis épais.

Pelouse

Arrêtez les tontes. Ne laissez pas les feuilles mortes se décomposer sur place: ramassez-les, elles garniront le tas de compost.

Scarifiez la pelouse et recouvrez-la d’une couche de 5 cm de terreau.                                       jardin032.gif                              

Après scarification, l’épandage d’une fine couche de sable calcaire limite un peu la prolifération des mousses.

Pour un effet naturel, jetez à la main et plantez à l’endroit de leur chute les bulbes qui naturalisent (crocus, perce-neige, narcisses, fritillaires… mais également tulipes botaniques).

Fleurs

plantation d'un bulbePlantation des bulbes

Semis

De façon générale, pas vraiment le moment, sauf si vous disposez d’une serre.                              

Plantation

Vivaces et bisannuelles dans les massifs.

Le mois de novembre est encore favorable à la plantation des bulbes.                                                    jardinier29.gif

Il est encore temps de planter les vivaces très rustiques, s’il ne gèle pas.

C’est le moment de planter une clématite, une vigne vierge, un chèvrefeuille et les grimpantes rustiques à feuillage caduc.

Entretien

En climat doux, les touffes d’arums passent l’hiver sans problème; ailleurs, protégez-les avec un pailli bien aéré.

Vers la fin du mois, taillez les tiges des chrysanthèmes.

Rentrez les plantes sensibles au froid : laurier-rose, bougainvillée

Rentrez les derniers bulbes d’été : cannas, glaïeuls, dahlias ont besoin de repos.

Fenêtres et balcon

Plantez les arbustes en bacs, les rosiers miniatures et les petits bulbes en jardinières.

Surfacez les bacs avec un terreau pour plantes de balcon.

Si vous comptez les laisser dehors, protègez vos arbustes d’orangerie (laurier-rose, citronnier, oranger…) en mettant en place autour de leurs bacs les protections hivernales.

Ornez vos balcons avec des potées de chrysanthèmes, qui réussissent aussi bien pot que dans les massifs. Faites votre choix dans des variétés pas trop hautes : ces plantes touffues sont facilement renversées lors d’un coup de vent.

Fruits

framboisier en conteneurPlantez les petits fruits

Entretien

Par beau temps (voir ci-dessus), plantez les arbres fruitiers: novembre est un mois favorable. Mais rien ne presse: vous avez tout l’hiver pour cela.

Vous pouvez planter les arbustes à petits fruits, comme les groseillers, que vous taillerez à 5 yeux.

Pulvérisez de la bouillie bordelaise sur les arbres à noyaux et sur les arbres à pépins, dès la fin de la chute des feuilles.

Soignez vos arbres en supprimant les branches mortes, malades ou cassées. Elaguez également les branches improductives, en veillant à mastiquer les grosses coupes.

Evitez la propagation des maladies en détachant des arbres les fruits momifiés qui pourraient y rester accrochés.

Récolte

Châtaignes et poires tardives (Passe-Crassane…). Pour les nèfles, attendez les premières gelées

Légumes

Semis

Carottes précoces sous abri chauffé (serre), si vous en disposez.                                        

Dans les régions à hiver doux, semez les petits pois à grains ronds.

Récolte                                                                                                                                             jardinier7.gif

Mâche, oseille, pissenlit.

Avant les fortes gelées, récoltez les légumes-racines: betterave, carotte, céleri-rave…

Plantations

En sol léger et perméable, plantez l’ail blanc et l’ail violet.

Entretien

Nettoyer vos carrés de culture en supprimant tout ce qui est fâné ou gelé.

Plantes d’intérieur

fleur de zygocactus Zygocactus

Rapprochez-les des fenêtres pour leur donner plus de lumière. Veillez à ne pas trop les arroser, mais suffisamment quand même, notamment si vous vivez dans un appartemment bien chauffé (l’air sec est très préjudiciable).
C’est le moment de
forcer les bulbes, si vous souhaitez en profiter à Noël.

Pensez à aérer régulièrement, quand il ne fait pas trop froid au dehors.

Offrez-vous un cactus de noël : appelée aussi épiphyllum, le zygocactus est une plante grasse dont la floraison vous accompagnera tout l’hiver, à condition de ne pas le déplacer.

L’éclairage diminuant, nettoyez avec de l’eau additionnée de bière les larges feuilles des philodendrons, caoutchoucs et autres plantes à feuillage lisse pour améliorer la photosynthèse.

Si vous possédez des potées de primevères, placez-les dans un endroit frais, et offrez-leur de temps à autres une nuit sur un rebord de fenêtre, qui les ravivera.

Taillez votre hibiscus, auquel vous donnerez en outre un peu de repos en réduisant les arrosages.

Brumisez régulièrement le feuillage des plantes dès la remise en route du chauffage.

Stoppez les apports d’engrais.

Ne rentrez pas brutalement vos plantes de l’extérieur dans les pièces chauffées. Si vous le pouvez, faites un passage temporaire par la cave ou le garage. Dans tous les cas, pratiquez ce déplacement en journée, quand l’écart de température est moindre.

Multiplication

En cette période, les boutures reprennent facilement. Au verger, vous pouvez essayer le bouturage des arbustes à petits fruits (groseillers, framboisiers). Au jardin, bouturez les forsythias, seringat, weigélia et autres deutzia.
Pour avoir de bonnes ramifications, plantez les tiges de 15cm de profondeur.

Entretien, récolte

Amendez le sol avec compost et fumier.                                                                         

Pensez à arracher les glaïeuls.                                                                                                                     jardinier4.gif

Il est temps de remiser la pompe et le programmateur de votre système d’arrosage intégré. Essayez de vidanger quelque peu l’installation pour la protéger du gel.

Ramassez les feuilles mortes et versez-les sur le tas de compost.

Publié dans JARDINAGE AUX FIL DU TEMPS | 1 Commentaire »

GALE

Posté par eurekasophie le 24 octobre 2008

gale2.jpg

Le retour en force des sarcoptes en France!


L’hôpital nous informe d’une alerte à la gale dans l’établissement et j’ai récemment entendu une maman à la sortie de l’école dire qu’elle finissait tout juste d’être traitée pour ça!
Gloup’s….pas cool tout ça!

La Gale, c’est quoi au juste?

La gale -aussi appelée mal de Sainte-Marie- est une affection contagieuse de la peau due au sarcopte scabiei (photo).
La femmelle de cet acarien microscopique spécifique à l’homme, creuse dans l’épiderme des galeries appelées « sillons » où elle dépose ses œufs, provoquant de vives démangeaisons nocturnes.

SYMPTOMATOLOGIE

L’incubation est longue, elle peut durer de 3 semaines à 1 mois ce qui correspond à la multiplication asymptomatique des premiers parasites : après la ponte, les larves éclosent en quelques jours, deviennent adulte en deux semaines et vont ensuite se multiplier à la surface de la peau.

Une fois déclarée, la gale provoque des signes cliniques bien particuliers :

- prurit (démangeaison) intense e soir et la nuit, accentuée par la chaleur du lit

- érythème papulovésiculeux (petite bouton liquidien et rouge) au niveau des coudes et de l’abdomen

- vésicules perlées de la taille d’une tête d’épingle sur les doigts ou sur la face antérieure des poignets

- sillons(petite lignes) dans les espaces interdigitaux, sur les poignets et aussi autour des mamelons chez la femme, sur le fourreau de la verge chez l’homme, à la plante des pieds chez le nourrisson

gale.jpg

Les antiparasitaires. Particulièrement: Ail. Bourdaine. Lavande. Lierre grimpant. Romarin. Sarriette. Thym.

Mon conseil: macération de lierre grimpant: mettez à tremper une poignée de feuilles pendant 24 heures, dans un litre de vinaigre de vin; filtrez; appliquez sur la peau.

Egalement: plongez une demi-poignée d’écorce sèche de bourdaine dans un litre d’eau froide; faites bouillir, et cuire 15 minutes; laissez reposer une demi-heure, et mélangez le liquide filtré à une cuvette d’eau tiède coupée par moitié de vinaigre de vin. Baignez les endroits atteints. Renouvelez deux fois par jour: les parasites disparaîtront rapidement.

Publié dans "G*", MON HERBIER DE SANTE | 5 Commentaires »

L’angélique archangélique

Posté par eurekasophie le 25 septembre 2008

anglique2.jpganglique1.jpganglique.jpg

 » Irritabilité, agressivité, nervosité.
 » Crises de colère.
 » Tendance dépressive.
 » Troubles de la concentration.
 » Insomnie.
 » Léthargie.
 » Fatigue intense.
 » Rétention hydrique (œdème).
 » Prise poids.
 » Lombalgies.
 » Vertiges, palpitations.
 » Ballonnements, constipation.
 » Nausées.
 » Migraines.
 » Tension des seins douloureuse.
 » Sensibilité douloureuse de l’utérus.
 » Sensibilité douloureuse des ovaires.
 » Pesanteur pelvienne.
L’angélique permet la régulation naturelle de ce syndrome.

L’angélique contribue activement et rapidement à restaurer le bien être, dans une harmonieuse vitalité qui gomme les déséquilibres perturbateurs propres aux troubles du cycle féminin.
Grâce à l’angélique, la femme reste active et tonique 28 jours sur 28 !

Atténuation des troubles de la ménopause

La ménopause désigne l’arrêt des règles chez la femme, aux alentours de l’âge de 50 ans. En vérité, il s’agit de toute la, période qui précède (pré-ménopause) et qui suit cette interruption, dite péri-ménopause.

La ménopause pose 3 types de problèmes :
 » Sur un plan local (purement gynécologique).
 » Sur un plan général (bouleversement endocrinien ayant des retentissements multiples sur l’organisme).
 » Sur un plan psychologique (étape de l’existence très difficile).
La ménopause est précédée d’un vieillissement progressif des ovaires et en corollaire d’un tarissement de la sécrétion d’œstrogènes et de progestérone.Les symptômes sont multiples :
 » Bouffées de chaleur nombreuses et fort gênantes (et sueurs induites, dues à une instabilité vasomotrice).
 » Irritabilité, nervosité excessive, insomnie.
 » Vertiges, palpitations.
 » Grande lassitude générales.
 » Prise de poids.
 » Atrophie vulvaire.
 » Sécheresse vaginale.
 » Fléchissement de la libido.
 » Dépression nerveuse.
 » Ostéoporose.
 » Angoisse de vieillir.

Le traitement prophylactique de la ménopause se fonde sur la prise d’œstrogènes et de progestérone qui sont prescrits par les gynécologues. C’est le  » tristement célèbre  » THS (traitement hormonal de substitution) dont les effets iatrogènes sont aujourd’hui l’objet d’innombrables mises en garde de la communauté scientifique à cause des risques de cancer du sein qui ont sensiblement augmentés.C’est la raison pour laquelle nombre d’études cliniques en double aveugle (avec placebo) concernant les THS, dans le monde, ces dernières années, ont été interrompues avant leur terme.
Heureusement, la phytothérapie permet une réelle alternative naturelle aux traitement hormonaux de substitution avec une totale innocuité, sans danger, sans effet secondaire.

La plante « élue » des médecins traditionnels chinois, prescrite aux femmes vivant mal leur ménopause est l’angélique.
L’angélique contribue à gommer en douceur les effets perturbateurs de la ménopause, en toute sécurité, ce qui est précieux pour la femme qui traverse cette période difficile.

Stimulation de la libido de la femme

L’absence de désir sexuel (anaphrodisie) et l’incapacité de parvenir à l’orgasme (frigidité) sont caractéristiques de la libido féminine.
Ce sont deux pathologies distinctes, mais associées au sein d’une seule dénomination: « troubles des fonctions sexuelles de la femme ».
On distingue deux « composantes »: L’inhibition de l’excitation (avant l’acte) et l’inhibition du plaisir (pendant l’acte). Ces troubles concernent également le manque de lubrification vaginale et le défaut d’intumescence vaginale (gonflement lié au coït).

Les principales causes de ces troubles sont multiples:

 » Facteurs psychologiques.
 » Stimulation sexuelle inadéquate du partenaire masculin.
 » Mésentente conjugale.
 » Etat dépressif.
 » Stress.
 » Manque de préliminaires voluptueux.
 » Association de la sexualité et du péché.
 » Association du plaisir et de la culpabilité.
 » Peur des rapports (coït douloureux, difficile).
Mais il y a aussi :
- Des causes « physiques » par exemple une cystite chronique, une vaginite, le diabète, une dystrophie musculaire…
- La prise de certain médicaments: contraceptifs oraux, hypotenseurs, tranquillisants, somnifères…
- Les conséquences d’un acte chirurgical (par exemple), mastectomie peut avoir un retentissement négatif sur l’image de soi et une incidence sur la sexualité).
- Les causes liées au vieillissement, avec des modifications physiologiques, par exemple l’atrophie de la muqueuse vaginale, le tarissement progressif de la lubrification et le défaut de congestion vasomotrice, après la ménopause.
- Les causes évoquées en psychiatrie: peur de s’abandonner à une situation qui implique la dépendance vis à vis du partenaire, peur de la perte de son contrôle, fixation incestueuse qui ramène à son père, angoisse de l’abandon…

Dans tous les cas, quelle que soit la cause, il y a un « remède » 100% naturel qui stimule cette libido défaillante, Angelica sinensis, cette merveilleuse racine d’angélique chinoise qui a été véritablement « conçue » pour l’équilibre et l’épanouissement sexuel de la femme.

Les chinois ont une connaissance de la sexualité féminine d’une subtilité fabuleuse à nos yeux d’occidentaux. La transmission orale des bonnes « pratiques » sexuelles se transmet en chine de génération en génération: ce sont les grand-mères qui initient leurs petites filles.
Dans les livres de médecine et dans les matières médicales comprenant les remèdes de tradition populaire, la sexualité occupe une large place.
Ainsi, dans la « somme » de référence véhiculant les fondamentaux du Taoïsme, ouvrage nommé « Annales de la dynastie des Souei »(581- 617) Les pratiques sexuelles sont présentées comme le moyen d’acquérir l’immortalité et de prolonger la vie, le principe femelle (YIN) et mâle (YANG) étant indissolublement liés.

Et qu’elle plante médicinale, croyez- vous, que cet ouvrage conseille de donner aux femmes frigides? « L’angélique  »

L’angélique chinoise est une plante très active.
Cela induit certaines précautions d’emploi.
Elle est contre-indiquée :
- Aux fillettes, jusqu’à leur puberté.
- Aux femmes enceintes.
- Aux femmes qui allaitent.
- Aux femmes ayant un fibrome utérin.
Elle est déconseillée avec prise simultanée de médicaments anticoagulants :
- Aux femmes qui ont des règles très abondantes.
- Avant une exposition au soleil (elle a une action photo sensibilisante).
Présentation : Boîte de 30 ampoules de 10 ml.

L'angélique archangélique dans Utilisation : Il est recommandé de faire une cure de 1 mois tous les 6 mois.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

Roses …

Posté par eurekasophie le 17 septembre 2008

Le nom « Rose » est donné à des fleurs.

Roses ... dans

-Précautions

La reine des fleurs mérite que nous prenions quelques précautions pour lui conserver fraîcheur et éclat le plus longtemps possible. C’est ainsi qu’avant de mettre les roses dans un vase, je vous conseille deux astuces:

emoticone après avoir taillé leurs tiges en biseau, raclez également toute la partie de la tige qui doit se trouver immergée;

emoticone à l’aide d’un marteau ou d’un objet lourd, écrasez le bas de chaque tige.

-Fraîcheur

Je vous livre un truc de fleuriste qui vous demandera un peu de travail, mais vous en serez récompensée car la vie de vos roses s’en trouvera prolongée: Chaque soir, avant de vous coucher, enveloppez chaque rose dans une feuille de papier journal préalablement trempée dans de l’eau. Vous veillerez à ce qu’elles soient hermétiquement fermées, sans être comprimées pour autant.

Quand vous les libérerez le matin, elles auront retrouvé une fraîcheur toute neuve.

-Traitement spécial

Vous n’aurez plus d’excuse pour vous résigner à voir dépérir des roses sans intervenir puisque voici deux trucs infaillibles pour en prolonger l’existence:

emoticone lorsque les soins quotidiens ne suffisent plus, plongez les roses (tiges et fleurs) dans de l’eau froide mais non glacée pendant toute une nuit et maintenez-les ainsi immergées avec un poids. Le lendemain matin, vous pourrez reconstituer votre bouquet.

emoticone lorsqu’un enfant offre une rose à sa maman, il est tellement heureux qu’il accepte mal la vie éphémère de cette fleur. Pour préserver sa joie le plus longtemps possible, une astuce que vous pourrez appliquer en sa compagnie: remplir d’eau une bouteille et y plonger la tige de la rose, en la coupant de telle façon que seule la corolle repose au bord du goulot de la bouteille. Le résultat est quasi magique.

-Pétales 100.med dans Astuces de

Ne jetez plus des roses fanées sans en prélever les pétales, puisqu’en les mettant dans un flacon à large goulot, en veillant à alterner des couches de pétales et de sel fin, et en ajoutant sur le tout un peu d’eau-de-vie à fruits, vous vous ménagerez des moments très agréables …..En effet, au bout de quelques jours et en ayant pensé à remuer souvent pendant cette attente, il se dégagera un parfum merveilleux de ce bocal chaque fois que vous l’ouvrirez.

-Eau de rose

Redécouvrez les vertus de l’eau de rose, fort appréciée de nos grand-mères, et sachez que vous pouvez parfaitement en fabriquer vous-même.

Faire infuser cinq poignées de pétales dans un litre d’eau bouillante, puis filtrer et conserver au frais. C’est tout simple et je vous rappelle les deux qualités essentielles de l’eau de rose: elle est astringente et tonique.

Voici un lien qui comblera les amoureux des roses.

http://www.roses-anciennes-eve.com/epages/rosesanciennes.sf

Publié dans "R", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaires »

12345
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant