Résultats de votre recherche

LA FLEUR QUI SENT BON LA PROVENCE………

Posté par eurekasophie le 22 juin 2010

 

 

La  lavande 

 

 

pour les petits maux quotidiens 

 

 

 

 

 

                                                                                 papillons7.gif                              Hebergement d'imagesguepe.gif   guepe.gifHebergement d'imagesabeille03.gifabeille03.gif

 

papillon8.gif

 

Nombreux sont mes articles où je vous cite la lavande au parfum frais et léger comme plante médicinale appréciée depuis l’Antiquité pour ses vertus antiseptiques et apaisantes. Je vous le rappelle, la lavande a toute sa place dans votre pharmacie familiale.

Retour sur la lavande pour quelques précisions.

Toutes les lavandes ne sentent pas la lavande ! Certaines ont plutôt l’odeur du camphre, d’autres celle de la vanille…. Il en existe vingt-cinq espèces dans le monde. Mais pour un  usage thérapeutique, la lavande  » vraie  » ou  » fine « , qui pousse entre 800 et 1500 mètres d’altitude, est la plus indiquée, car c’est la plus riche en principes actifs ( linalol et acétate de linalyle ) et la mieux tolérée. Ses  » cousines  » , les lavandes aspic et stéchade, tout comme le lavandin sauvage, ont aussi leur place dans la pharmacopée. Mais leur emploi demande des précautions. Toutes contiennent en effet du camphre, qui est un tonique nerveux et cardiaque. A forte dose, il peut être dangereux pour les femmes enceintes, les enfants en bas âge, les épileptiques, les hypertendus et les cardiaques.

medecine.gifElle lutte contre l’anxiété

 

C’est au linalol, un anxiolytique, que la plante doit son pouvoir apaisant. En infusion ( une cuillère à café de fleurs par tasse), elle combat la fatigue, l’anxiété et les maux d’origine nerveuse, comme les migraines, les crampes d’estomac, les palpitations cardiaques. Sous forme d’huile essentielle, elle agit en profondeur sur le stress, la déprime, les troubles du sommeil……

medecine.gif Elle facilite la digestion

Pour lutter contre les ballonnements et l’aérophagie ou améliorer une digestion paresseuse, prenez après le repas une infusion de lavande qui stimule le foie. En cas d’hyperacidité gastrique ou d’inflammation digestive, associez-la à la mélisse et aux fleurs de mauve ( 1 cuillerée à café de chaque ). Si vous avez des spasmes intestinaux, utilisez l’HE de lavande en massage ( préalablement diluée avec de l’huile de tournesol ).

medecine.gifElle soulage les douleurs 

Antalgique, anti-inflammatoire et antispasmodique, elle est indiquée dans les douleurs musculaires et articulaires. On peut l’employer en infusion ou en massage ( 10 gouttes d’HE avec 30 ml d’huile de tournesol ), associée à l’HE de génévrier ( 10 gouttes) elle réchauffe les muscles avant l’effort.

medecine.gifElle apaise les démangeaisons 

Elle est connue pour calmer les piqûres d’insectes et l’érythème fessier ( rougeurs ) des bébés. Dans ce cas, appliquez-la en baume ( voir recette en fin d’article ). Vous pouvez l’enrichir en lui ajoutant 10 gouttes de teinture de plantain.

medecine.gifElle assainit et purifie l’haleine 

Dans le monde romain, ses vertus antiseptiques étaient mises à profit dans les bains. Et les prostituées s’en servaient pour garder  une bonne haleine. L’hydrolat ( eau florale ) est parfait pour les gargarismes. En massage ( quelques gouttes d’HE dans de l’huile de tournesol ), elle prévient les rhumes et les infections ORL .

medecine.gifElle aide à cicatriser 

Egratignures, ampoules, coups de soleil…..Ici aussi, on l’applique sous forme de baume sur la peau bien nettoyée. Chez l’adulte, l’HE est intéressante pour désinfecter et cicatriser les lésions provoquées par l’acné ou l’eczéma.

medecine.gif Elle éloigne les insectes

C’est un répulsif naturel qui fait fuir les petites bêtes : poux, mites, moustiques, tiques. En prévention comme en traitement des piqûres.

 

 

panoramix.jpg

 

UN BAUME DE LAVANDE-CALENDULA

♦  10 g de beurre de karité non raffiné

♦  10 g d’huile de tournesol

♦  2 g de cire d’abeille

♦  10 gouttes de teinture de calendula

♦  7 gouttes d’huile essentielle de lavande

Dans un bol, faites fondre au bain-marie le beurre de karité, l’huile de tournesol et la cire d’abeille. 

Mélangez et laissez refroidir.

Ajoutez la teinture de calendula et l’huile essentielle de lavande, mélangez et versez dans un pot de 30 ml.

A employer dans les six mois.

 

Où acheter votre lavande ? 

Dans les magasins de bio ou même chez le producteur. Privilégiez les labels, gages de qualité : Demeter, Nature et progrès, Syndicat des simples.

Vente en ligne sur www.lavandesetcompagnie.com

 

La bonne huile essentielle ( HE ) 

Il existe une appellation d’origine contrôlée ( AOC) depuis 1981. Elle garantit la qualité de l’huile essentielle de lavande fine de Haute-Provence. 

Il existe des millésimes, comme pour le vin !! 

Publié dans INFO....SANTE | 5 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

EN CAS DE CALCULS ……

Posté par eurekasophie le 17 juin 2010

gailuronsouris.gifgailuronanim3.gif      < 1 + 1 = 2

                                                                             C’est bien ça hein Sosso , ma lolotte plus moi, ça fait 2..Il est juste mon calcul, trop fastoche le calcul !!

 

chien22.gif <Tu vois l’ahuri , ça m’étonnerait que Sophie parle de ces calculs là mais plutôt de calculs rénaux. Tu pourras lire l’article, je suis sûr que tu vas apprendre quelque chose aujourd’hui.

 

 

pointd4interro.gifQUE FAUT-IL MANGER EN CAS DE CALCULS RÉNAUX  pointd4interro.gif

 

 

La lithiase rénale est directement influencée par ce que l’on mange, et surtout par ce que l’on boit….ou pas.

 

Il existe 3 familles de calculs rénaux. A chacune son assiette adaptée.

 

L‘orsqu’un  » caillou  » , concrétion de minéraux, se coince dans le système urinaire, la douleur peut être insupportable. Si vous avez tendance à faire des calculs, mettez en place quelques réflexes alimentaires simples pour y échapper. Le mot d’ordre après une crise : «  plus jamais ça ! «  .

Que l’assiette soit fortement impliquée dans l’élaboration du calcul rénal n’a rien d’extraordinaire. En fonction de ce que l’on avale,des amas de petits déchets et de minéraux se retrouvent ( ou pas ) dans l’urine. Le corps se charge fort bien de les éliminer, mais parfois, les minéraux s’agglomèrent, formant petit à petit de véritables  » cailloux « , trop gros pour se faufiler dans les  » tuyaux d’élimination « .

 

Trois types de calculs rénaux 

 

Selon que vos calculs sont de type calcique ( urine insuffisamment acide ), urique ( urine trop acide) ou oxalique ( trop d’acide oxalique ), les consignes changent. Elles sont même radicalement opposées pour les deux premiers ! Vérifiez bien avec votre médecin la nature de votre lithiase, afin de ne pas aggraver votre cas par des habitudes alimentaires inadaptées. Dans 80% des cas, les calculs sont de type calcique ( trop de calcium.

 

Conseils communs pour tous les calculs

 

Si la nature des calculs peut varier, le processus d’installation est le même pour tous. Il faut des mois, voire des années, pour  » faire un calcul « , ce qui veut dire qu’il n’a finalement rien d’une fatalité: l’hygiène de vie et les habitudes alimentaires encouragent ou non ce processus. Certes, avant la première crise, on ne s’en préoccupe guère. Mais une fois l’alerte passée, dites-vous bien que cela peut recommencer.Vous réunissez probablement les conditions pour que les minéraux s’agglomèrent. Pour sortir de cette mauvaise passe, voici les grandes lignes à respecter :

decopunaise1.gif  Buvez beaucoup d’eau chaque jour et ce, toute l’année.

Au quotidien, prévoyez au minimum 1,5 litre. En période de chaleur, sport, gros repas, etc……..augmentez encore les doses. Adaptez le choix de l’eau en fonction de votre type de lithiase.

MAIS en période de crise, en cas de calcul avéré, ne buvez pas une goutte avant d’avoir vu le médecin : vous risqueriez d’engorger le conduit urinaire obstrué par le calcul, et d’aggraver ainsi la douleur.

decopunaise1.gif

Dans tous les cas, les jus d’agrumes, surtout d’orange, semblent bénéfiques. On dirait que leurs citrates et d’autres composés dissolvent les calculs au fur et à mesure qu’ils font mine de se former. Adoptez-les au quotidien.

decopunaise1.gif

D’une manière générale, méfiez-vous des abus alimentaires répétés, surtout de protéines, de sel et de sucre.

decopunaise1.gif

Contrôlez l’équilibre acido-basique, dans la mesure du possible. Concrètement, cela signifie globalement moins de protéines ( surtout animales ), plus de fruits, légumes, graines, soja etc.

decopunaise1.gif

Si vous avez un jardin, prévoyez une cure de sève de bouleau : sinon, on trouve du « jus de bouleau  » en boutique diététique.

decopunaise1.gif

Chaque kilo en trop augmente le risque de lithiase urinaire. Si vous êtes en surpoids, faites le nécessaire pour perdre ne serait-ce que quelques rondeurs.

decopunaise1.gif

Ne suivez jamais de diète brutale, de régimes trop hypocaloriques, hyperprotéinés : une perte de poids trop rapide augmente le risque de faire un calcul.

 

panoramix.jpg

 

LES BONS RÉFLEXES ALIMENTAIRES / CALCULS CALCIQUES 

 

VOS AMIS

 

- L’eau pure, minérale ou de source si vous voulez,  la moins minéralisée possible. Par exemple Mont Roucous, Montcalm, pourquoi pas Evian.

- Le poisson, la viande, la volaille, en quantité raisonnable ( ne pas dépasser 100 g à midi et 100 g le soir, grand maximum ).

- Le jus d’orange, de mandarine, de citron, de citron vert, de pamplemousse…………

 

VOS ENNEMIS

- Les repas trop chargés en protéines ( plateau de fruits de mer, fondue, raclette, pizza aux 4 fromages, cheeseburger…..) , sachets protéinés, préparations à base de blanc d’oeuf ( omelette XXL, meringues…….).

- Les aliments fumés ( poissons, oeufs de poisson, viandes, charcuterie ) , le gibier.

 - Le vin blanc, l’alcool en général.

- Les sodas, les jus de fruits ( sauf jus d’agrume sans sucre ajouté ), tout ce qui est sucré.

 

CALCULS OXALIQUES 

 

VOS AMIS 

- Les aliments en général, qu’ils soient riches en protéines ( oeufs, viande, poisson…), en sucre ( y compris les jus de fruits, les biscuits….) en bons gras ( huile d’olive…), mais le tout en quantité raisonnable bien entendu 

- Le jus d’orange, tous les jus d’agrumes.

 

VOS ENNEMIS

 

- L’abus de protéines ( viande, charcuterie, gibier, poisson, fruits de mer…………..).

- Les aliments fumés ( poissons, oeufs de poisson, viandes….).

- Les végétaux riches en acide oxalique : rhubarbe, oseille, asperges, betterave, blette, céleri.

- Le cacao, le chocolat, le thé, le soda au cola 

- L’abus de sel et d’aliments salés ( plats préparés, fromages, biscuits apéritifs…).

 

 

CALCULS URIQUES

 

VOS AMIS = les produits végétaux en général

 

- L’eau minérale de Vichy ou de Vals, toute l’année, en alternance avec l’eau peu minéralisée recommandée plus haut. Autre possibilité : vous pouvez ajouter du bicarbonate de soude ( ou des citrates ) dans de l’eau de boisson  » normale « .

- Le jus d’orange ( encore plus important que  pour les autres types de calcul ). Buvez-en au minimum un grand verre chaque jour. Vous pouvez alterner avec du jus de citron pressé ou, éventuellement, de pamplemousse.

- Les fruits et légumes ( surtout salade, épinards, carottes ) en très grandes quantité. Pas un repas sans crudités ou soupe ! Mais aussi les céréales, graines, graines germées, fruits secs, légumes secs, soja, tofu…

- L’huile d’olive.

 

VOS ENNEMIS = les produits animaux en général, surtout l’abus de viande

 

- Les repas très riches en protéines, à base d’abats ( foie, rognons….), de fromages ( fondue, raclette), de poisson, de viande, de gibier

- Les graisses animales, notamment le beurre, les charcuteries, le fromage ( surtout type bleu, roquefort ).

- Le chocolat.

- Le sel, les aliments très salés ( fromage, plats cuisinés, soupes déshydratées, sauces….).

 

 

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 6 Commentaires »

COMMUNIQUE DE PRESSE

Posté par eurekasophie le 24 janvier 2010

chien1.gif  < Allo les studios, est-ce qu’on me reçoit ????????  5/5 vous dites, ok gigot !

Hum hum !

Chers amis. J’ai réussi à éviter les papas razzés qui campent devant le domicile de Sophie depuis vendredi 16 . L’indigestion ( tu parles oui !!!! ) dont souffre ma chère collaboratrice est en voie de guérison , mais toutefois ne lui permet pas de venir s’exprimer en personne. Je voudrais me montrer rassurant, mais tous les meilleurs praticiens sont à son chevet et semblent d’accord sur un point : à cette indigestion ( mais c’est ça, on va la croire !) vient s’ajouter une flemmingite aiguë. Flemmingite, qui de l’avis même de Panoramix, le Druide de Sophie, ne pourra se guérir sans un grand coup de pied au c.. pour la faire avancer.  On demande un ou une volontaire pour ce faire. Quant au reste, lui préparer des cafés bien forts, aller chercher les croissants , je veux bien me dévouer….mais faudrait pas pousser mémère dans les orties. Voilà, et puis je voulais rajouter que quand on ne tient plus correctement sur ses deux pieds sans se gauffrer comme une crêpe, on reste assise. Cette info de dernière minute n’était pas à l’ordre du jour mais je vends la mèche, tant pis pour mon poste de PDG. Alea jacta est !

C’était Ralphy pour Sophie, à vous les studios .

 

Publié dans MES PETITES INFOS | 10 Commentaires »

LE GUI….

Posté par eurekasophie le 18 décembre 2009

gui2.jpg

 

POUR FAIRE BAISSER LA TENSION

 

 

Il vole l’eau des arbres mais, pour vous, c’est un ami qui prend soin de votre santé…..

gui3.jpg  Une plante magique

Sa belle couleur verte, qu’il conserve malgré l’hiver, est sans doute à l’origine des nombreuses croyances et du folklore qui entourent le gui. C’est avec un respect religieux que les Gaulois récoltaient le précieux gui du chêne.

Il sort des branches d’autres arbres comme un diable de sa boîte !  Certes, il ne surgit pas brusquement, mais il s’installe sans aucun scrupule dans les ormes, les chênes, les pommiers, les pins…..Et se nourrit de leur eau !

Depuis Astérix, il mérite toujours de figurer dans certaines potions magiques.

 

 

astrix.gif        < Bonne idée, oh Panoramix notre druide que de nous préparer une potion spéciale Noël!

panoramix.jpg   < Elle est spéciale Astérix, très spéciale…Je n’y ai mis que du gui, pour le reste, chacun y rajoutera à sa convenance soit une belle pincée de gentillesse et d’amour de son prochain, soit un zeste d’humour, soit encore une bonne rasade de tolérance …tttsss ttssssss ! Chacun fera comme bon lui semble. L’idéal serait que tous les ingrédients figurent dans la recette.

Attention, les petites boules de gui sous lesquelles on s’embrasse pour se souhaiter la bonne année sont toxiques ! Laissez-les aux fauvettes et aux mésanges qui s’en donnent à coeur joie et s’en frottent le bec en novembre et en décembre.

oiseaux.gifguilanneuf.jpgoiseaux.gif

DE MULTIPLES INDICATIONS

Depuis l’Antiquité, la renommée du gui pour faire baisser la tension artérielle n’a jamais été démentie.

On l’emploie aussi depuis toujours en cas d’arthérosclérose.

Parmi les autres indications anciennes et traditionnelles figurent également les états nerveux, l’asthme, les maux de tête et la ménopause.

Plus récemment, au début du XX ° siècle, le philosophe et scientifique Rudolph Steiner, père de l’anthroposologie, a commencé à utiliser le gui pour ses vertus anti-cancer. Mais attention, il s’agit du gui européen, Viscum album, à ne pas confondre avec son cousin d’Amérique qui est toxique !

CONTRE L’HYPERTENSION

L‘emploi médicinal des feuilles de gui remonte très loin et déjà les Gaulois considéraient cette plante comme une panacée.

Paracelse, Pline, puis Sainte Hildegarde……On retrouve des traces très anciennes de son usage, qui semble s’être un peu perdu au fil des siècles jusqu’au début du XX ° siècle où un médecin, le Dr Gaultier, s’intéressa aux résultats obtenus par une guérisseuse de Sologne sur les tuberculeux: elle leur donnait du gui macéré dans du rhum pour calmer leurs crachements de sang, et ça marchait ! Le médecin étudia donc les propriétés de la plante et remit à l’honneur ses propriétés hypotensives. Les scientifiques se sont ensuite intéressés de plus près à la plante.

L’efficacité du gui pour lutter contre l’hypertension tient sans doute à ses effets vasodilatateurs. Cette propriété a été démontrée in vitro et sur des animaux.

Sur les humains, cette indication est ancestrale. De nombreuses préparations à base de plantes contiennent d’ailleurs du gui. A condition d’employer le gui aux doses habituellement indiquées, il n’y a aucun effet secondaire indésirable à craindre. A doses plus élevées, il peut être toxique.

CONTRE LE CANCER EN ALLEMAGNE

rudolph.jpg

Clique sur l’image s’il-te-plaît

En Allemagne, la patrie de Rudolph Steiner, le gui est couramment employé dans les traitements anti-cancéreux. Une étude récente menée dans ce pays

sur plus de 10 000 personnes montre qu’un traitement à base d’extrait de gui augmente de 40 % l’espérence de vie de malades atteints de cancers du côlon, du rectum, du sein et du poumon.

Dans ce cas, il ne s’agit aucunement d’automédication: le traitement est administré sous forme d’injections sous-cutanées ou intra-musculaires.

Ce type de traitement, couramment pratiqué en Allemagne ou en Suisse, n’est pas disponible en France où l’on considère qu’il entre dans le cadre des

 » médecines douces  » . Les injections étant réservées au corps médical, on ne peut donc bénéficier d’un tel traitement qu’en allant se faire soigner à l’étranger ( avec les frais que cela peut entraîner …)

De nombreux essais cliniques, menés avec des placébos, ont montré l’intérêt du gui dans le traitement anti-cancéreux, que ce soit pour améliorer le pronostic de guérison ou atténuer les effets indésirables des traitements conventionnels ( chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie).

COMMENT L’UTILISER ?

gui.jpg

 

Le  plus simple consiste sans aucun doute à avaler le gui sous forme de gélules, mais vous pouvez aussi faire vos tisanes vous-même en macération ou

en infusion, après avoir fait hacher finement les feuilles  et les avoir laissées sécher ( que vous conserverez dans un sac papier, tout simplement ) :

MACÉRATION : faites macérer 4 cuillères à café de feuilles dans un demi-litre d’eau froide pendant toute une nuit.

Filtrez au matin. Buvez cette tisane en deux fois dans la journée, en faisant chauffer ou non, selon vos préférences.

INFUSION: deux fois par jour, préparez-vous une grande tasse de tisane en faisant infuser deux cuillerées à café de plante dans un quart de litre d’eau bouillante pendant 10 minutes ( faites d’abord chauffer l’eau, lorsqu’elle frémit, ajoutez la plante, remuez, puis laissez infuser sous un couvercle ).

lignetisanes.giflignetisanes.gif

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 10 Commentaires »

…UN SAVOIR SUR LES VERTUES MEDICINALES DES PLANTES ……

Posté par eurekasophie le 3 septembre 2009

aubepin2.jpgpanoramix.jpg alkkenge.png

 

 

logoaromathrapie4.gif

Au cours des siècles, les anciens ont accumulé un véritable savoir sur les vertues médicinales des plantes. Tout le monde a entendu parler des remèdes de santé de nos grand-mères : ail, choux,… sous forme de cataplasme ou de décoction.

Mais il existe aussi une antique tradition de soins par les fleurs ; ceux-ci sont moins connus car ils nécessitent une manipulation et un dosage extrêmement précis. Je vous indique dans cet article d’une manière générale les effets thérapeutiques des fleurs sauvages en vous mettant particulièrement en garde contre une utilisation non avertie. Certaines de ces plantes peuvent être extrêmement dangereuses, même à des doses infinitésimales, aussi ne jouez pas à l’apprenti-sorcier !

lignebettyboop.gif

CIRCULATION DU SANG logophyto.jpg

Antihémorragiques – antihémorroïdales – antivariqueuses
Aigremoine, Bistorte (ou Serpentaire rouge), Bourse-à-pasteur, Marronnier d’Inde, Prêle, Consoude, Githago (vénéneux), Limaire, Millefeuille, Myrtille, Lamier blanc, Petit plantain, Salicaire, Pimprenelle.

Hipotensives (qui font baisser la tension artérielle).
Ail,
Alliaire, Bourse-à-pasteur, Fumeterre officinale, Chiendent, Citron, Olivier, Groseillier rouge, Gui.

Sédatives de l’activité cardiaque.
Aubépine, Genêt, Mélisse,
Lamier blanc, Valériane.

Stimulatrices et toniques cardiaques.
Aconit, Adonis,
Arnica, Digitale jaune, Digitale pourpre , Hellébore fétide, Fumeterre, Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Muguet, Rose de Noël.

APPAREIL DIGESTIF logophyto.jpg

Antispasmodiques et carminatives (contre les spasmes de l’estomac et de l’intestin, les flatulences gastriques et les gaz intestinaux).
Ail, Angélique sauvage, Belladone (vénéneuse), Camomille, Gentiane,
Pissenlit, Genévrier, Jusquiame (vénéneuse), Mélilot blanc, Thym Serpolet, Stramoine Métel (vénéneuse), Tanaisie, Thym, Valériane.

Antiulcéreuses (de l’estomac).
Chou,
Consoude, Chiendent, Grande Ortie, Lamier blanc, Thym Serpolet, Thym, Pensée sauvage.

Antiémétiques (qui arrêtent les vomissements).
Menthe, Primevère, Citronnier.

Astringentes (par voie interne, contre les diarrhées et les dysenteries).
Aigremoine, Alchémille vulgaire, Bïstorte (ou Serpentaire rouge), Bourse-à-pasteur, Capillaire, Marronnier d’Inde, Fraisier des bois, Citronnier, Myrtille, Airelle rouge, Nénuphar, Grande Ortie, Lamier blanc, Parnassia, Pervenche, Petit Plantain, Prunellier, Chêne rouvre, Eglantier, Ronce, Salicaria, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Pimprenelle, Busserole.

Bouche et dents.
Guimauve, Consoude, Iris d’Allemagne, Mauve,
Mauve Alcée, Menthe, Thym Serpolet, Thym, Ronce (ou Mûrier sauvage).

Cholérétiques et cholagogues (qui stimulent la sécrétion biliaire et en facilitent l’évacuation dans l’intestin).
Absinthe, Bourrache, Buis,
Chardon Roland, Eupatoire, Chélidoine, Petite Centaurée, Chicorée sauvage, Oignon, Cuscute, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fougère royale, Fumeterre, Chiendent, Menthe, Bugrane épineuse, Romarin, Sauge officinale, Sauge des près, Sauge visqueuse, Thym, Liseron des champs.

Digestives, stomachiques, stimulatrices de l’estomac.
Ail, Aigremoine, Angélique sauvage,
Arnica, Armoise vulgaire, Camomille, Chardon argenté, Petite Centaurée, Chicorée sauvage, Pissenlit, Achilée musquée, Grand-Taconnet, Génépi des Alpes, Gentiane, Genévrier, Laurier noble, Citronnier, Houblon, Menthe, Mille-feuille, Parnassia, Pervenche, Rhubarbe des moines, Romarin, Sauge, Sauge des près, Sauge visqueuse, Thym Serpolet, Tanaisie, Thym, Véronique officinale, Trèfle d’eau (ou Ményanthe), Verveine commune.

Laxatives.
Guimauve,
Chardon Roland, Eupatoire, Petite Centaurée, Alkékenge, Oignon, Cuscute, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fumeterre, Mauve, Pêcher, Rhubarbe des moines, Sureau noir, Pensée des Alpes, Pensée sauvage.

Purgatives.
Buis, Bryone (ou Vigne blanche) (dangereuse), Eupatoire, Chélidoine, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fusain (dangereux), Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Pêcher, Ricin (vénéneux), Sureau noir, Raisin d’Amérique, Baguenaudier, Liseron des champs.

Emétiques (qui provoquent les vomissements).
Bryone ou Vigne blanche (dangereuse),
Cyclamen, Fusain (dangereux), Narcisse, Saponaire officinale, Sceau-de-Salomon, Raisin d’Amérique, Varaire (ou Ellébore blanc) (vénéneux), Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

APPAREIL RESPIRATOIRE logophyto.jpg

Antiasthmatiques.
Ail,
Aigremoine, Angélique sauvage, Belladone, Aubépine, Chélidoine, Lierre terrestre, Ephédra (dangereux),Jusquiame (vénéneuse), Millepertuis perforé, Hysope, Mélisse, Menthe, Pin sylvestre, Polygala commun, Coquelicot, Romarin, Sauge officinale, Sauge des près, Sauge visqueuse, Bouillon-Blanc, Tussilage, Thym, Valériane.

Antiseptiques et balsamiques (qui désinfectent et calment les inflammations des voies respiratoires).
/

Expectorantes, Béchiques (qui favorisent l’expulsion des catarrhes bronchiques et calment la toux).
Bouleau,
Bruyère incarnate, Ephédra (dangereux), Achillée musquée, Génépi des Alpes, Genévrier, Millepertuis perforé, Hysope, Myrtille, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Thym, Angélique sauvage, Guimauve, Bourrache, Polygala faux-buis, Capillaire, Oignon, Consoude, Cresson, Lierre terrestre, Hysope, Mauve, Origan (ou Marjolaine sauvage), Coquelicot, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Polygala vulgaire, Pulmonaire, Pâquerette, Primevère, Saponaire officinale, Bouillon-blanc, Véronique officinale, Tussilage, Pensée des Alpes.

Pectorales (contre les affections de poitrine, c’est-à-dire des voies respiratoires).
Bourrache, Guimauve, Oignon,
Consoude, Cresson, Polypode (ou Réglisse des bois), Chiendent, Millepertuis perforé, Achillée musquée, Vipérine (ou Langue d’oie), Génépi des Alpes, Mauve, Pariétaire, Petit Plantain, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Sureau noir, Tussillage, Bouillon blanc, Pensée des Alpes, Anthyllide vulnéraire.

SYSTEME NERVEUX logophyto.jpg

Antispasmodiques (contre les spasmes, c’est-à-dire les contractions musculaires excessives et persistantes soit des muscles, soit des fibres contractiles internes).
Aconit napel, Anémone des Alpes (dangereuse), Angélique sauvage, Arnica, Aubépine, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Marronnier d’Inde, Fumeterre, Jusquiame (vénéneuse), Mélilot blanc, Mélisse, Menthe, Achillée millefeuille, Morelle noire, Sclarée, Narcisse, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Véronique officinale, Tussilage, Valériane, Gui.

Excitantes.
Ail, Angélique sauvage, Armoise vulgaire, Absinthe, Basilic, Cresson,
Genévrier, Laurier noble, Menthe, Berce, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Thym serpolet, Tanaisie, Thym.

Sédatives.
Aristoloche (dangereuse), Basilic,
Belladone, Aubépine, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Ellébore fétide (vénéneuse), Fumeterre, Jusquiame (vénéneuse), Houblon, Mélilot blanc, Morelle noire, Nénuphar, Coquelicot, Bouillon blanc, Valériane.

VICES DU SANG – APPAREIL GENITO-URINAIRE logophyto.jpg

Antidiabétiques.
Aigremoine, Bardane, Oignon, Cresson, Géranium sanguin, Genévrier, Myrtille, Olivier, Pervenche, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse.

Antilithiasiques (contre les calculs des reins et de la vessie).
Bruyère, Bugrane, Bugrane épineuse,
Chardon Roland, Alkékenge, Maïs, Millepertuis perforé, Hysope, Myrtille, Airelle rouge, Sureau noir.

Antirhumatismales.
Aconit (vénéneux), Ail, Alliaire, Aigremoine, Anémone des Alpes (dangereuse), Aristoloche (dangereuse), Bouleau, Buis, Bruyère, Colchique (vénéneux),
Digitale pourpre, Digitale jaune, Douce-Amère, Lierre terrestre, Prêle, Bruyère incarnate, Fraisier, Genévrier, Maïs, Citronnier, Myrtille, Bugrane épineuse, Grande Ortie, Primevère, Reine des prés, Groseillier rouge, Romarin, Saponaire officinale, Thym Serpolet, Verveine, Pensée sauvage.

Antiseptiques (qui désinfectent les voies urinaires).
Camomille,
Genévrier, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Ephédra (dangereux), Busserole, Bruyère, Sclarée, Hysope, Airelle rouge, Linaire, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Verge-d’Or.

Dépuratives.
Alliaire, Angélique sauvage, Bardane, Bruyère, Eupatoire, Chicorée sauvage, Corydale (dangereuse), Cresson, Cresson des prés, Douce-Amère, Pissenlit, Raisin d’Amérique, Fraisier, Fumeterre, Chiendent, Houblon, Bugrane épineuse, Lamier blanc, Pariétaire, Rhubarbe des moines, Groseillier rouge, Sureau noir, Saponaire officinale, Pensée sauvage.

Diurétiques (qui stimulent la fonction des reins).
Oseille, Alléluia, Ail,
Alliaire, Alchémille vulgaire, Aristoloche (dangereuse), Bardane, Basilic, Bouleau, Aubépine, Bourrache, Bryone (ou Vigne blanche) (dangereuse), Bruyère, Caille-Lait (ou Gaillet), Chardon Roland, Eupatoire, Chardon argenté, Chélidoine, Chicorée sauvage, Oignon, Prêle, Cresson. Cresson des prés, Cuscute, Pissenlit, Douce-Amère, Bruyère incarnate, Fougère royale, Bleuet, Fraisier, Géranium sanguin, Iris d’Allemagne, Geniévre, Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Chiendent, Maïs, Mélèze, Laurier noble, Citronnier, Pâquerette, Myrtille, Airelle rouge, Muguet, Olivier, Bugrane épineuse, Grande Ortie, Pariétaire, Parnassia, Epicéa (ou Pesse), Pi!oselle, Pervenche, Pêcher, Petit Plantain, Pin sylvestre, Prunellier, Rhubarbe des moines, Reine-des-Prés, Groseillier rouge, Eglantier, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Sureau noir, Saponaire officinale, Joubarbe, Busserole, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

Emménagogues (qui favorisent les règles et en augmentent le volume).
Armoise vulgaire, Aristoloche (dangereuse), Capillaire, Petite Centaurée, Fraxinelle, lmpératoire, Douce-Amère, Gentiane, Romarin, Sauge officinale,
Sauge des prés, Sauge visqueuse, Lamier blanc, Mélisse, Hysope, Séneçon Jacobée, Achillée millefeuille.

Sudorifiques (qui stimulent la transpiration).
Arnica (dangereuse), Bardane,
Bourrache, Buis, Corydole (dangereuse), Douce-Amère, Achillée musquée, Bruyère incarnate, Grand-Taconnet, Fumeterre, Genièvre, Githago (vénéneux), Génépi des Alpes, Impératoire, Hysope, Laurier noble, Origan (ou Marjolaine sauvage), Coquelicot, Pêcher, Reine-des-Prés, Sureau noir, Saponaire officinale, Véronique sauvage (ou Thé d’Europe), Tussilage, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

MALADIES DE LA PEAU logophyto.jpg

Astringentes (en applications externes).
Bouleau, Guimauve, Bruyère, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Petite Centaurée, Consoude, Cresson, Bruyère incarnate, Hysope, Mille-feuille,
Myrtille, Bugrane épineuse, Pariétaire, Pervenche, Petit Plantain, Chêne rouvre, Salicaire, Sauge, Thym Serpolet, Thym.

Cicatrisantes.
Bardane, Basilic, Bugle, Chou,
Consoude, Grand-Taconnet, Géranium sanguin, Mille-feuille, Pariétaire, Petit Plantain, Romarin, Salicaire, Thym, Bouillon blanc, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Vulnéraire.

Rubéfiantes, révulsives.
Anémone des Alpes, Ail,
Alliaire, Arnica, Bryone, Chélidoine, Oignon, Genièvre, Laurier noble, Mélèze, Narcisse, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Sabine.

MALADIES DES YEUX logophyto.jpg

Collyres.
Guimauve, Camomille,
Bleuet des champs, Linaire, Mauve, Mélilot blanc, Petit Plantain.

PARASITES INTESTINAUX logophyto.jpg

Ail, Alliaire, Armoise, Absinthe, Camomille, Fraxinelle, Tanaisie, Thym.

                                                                                                                                                                       

D’après A. Poletti, « Fleurs et plantes médicinales », Delachaux & Niestlé 1982

Publié dans CLASSEMENT PAR INDICATIONS THERAPEUTIQUES, MON HERBIER DE SANTE | 6 Commentaires »

ON EST DANS LA MELASSE !

Posté par eurekasophie le 20 juin 2009

 

 

AVISSSS , AVISSSSS à la peau pull à sillon 

 

 

 

Pendant que vous vous gaussez de mon jeu de mots, j’apporte une info ..de taille : être dans la mélasse ….

 autrement dit, la misère, c’est la pauvreté et donc être aussi dans la dèche, la débine, la limonade, la mistoufle, la mouscaille, la poisse (rien que des mots féminins !!!) heureusement qu’on dit aussi « être dans l’embarras quand on a pris un « bouillon » ! et on est dans les « ennuis » quand on a le « guignon » !

 

METS LA MES LACETS AUSSI ……UN SUPER ALIMENT MÉCONNU ET TOC ! (allez donc, cherchez……. hi hi )

 

Euh non, tout va bien merci…..j’ai pris ma température ce matin: 37.2° , 13.8 de tension, langue rose, oeil vif et brillant …. enfin tout va bien merci et je ne vois pas pourquoi on s’alarme dans les chaumières…..

 

Mais dans le petit village d’Eurakasophix tout le monde se fait du soucix pour Sophix…Enfn, Sophie .Voyez plutôt.   asterix5.gif

 

moutons.gifmoutons.gifmoutons.gifmoutons.gif

 

 

asterix2.gifastrix2.gifasterix.gifasterix3.gif     asterix7.gifasterix8.gif    asterix5.gif

 

 

Idefix: « ?????????? « 

Bonemine :  » Quand je vous dis que cette péronnelle s’arrange toujours pour faire parler d’elle »

Astérix: «   ô Abraracourcix, notre chef , j’ai envoyé Obélix chercher Panoramix notre druide dans la forêt, j’espère qu’il pourra guérir Sophix « 

Abraracourcix :  » Par Toutatis,  tu veux me dire Astérix ce que font ces moutons au-dessus de notre tête, encore une de ses idées farfelues. J’espère

qu’ils ne vont pas nous tomber sur la tête hein ! Ha les femmes ! « 

Assurancetourix :  » Et si je vous jouais un petit air, histoire de détendre l’atmosphère …. »

Pirate: «   J’a »ive pas à savoi’ ce que je viens fai’e dans cette histoi’e moi? Et pou’quoi je me ‘et’ouve à te »e avec des moutons au-dessus de la tête. Quelle

galè’e ! »

asterix5.gif              druide1.gif                      asterix10.gif

 

Panoramix : « Hé hé…mon pauvre Obélix, je ne pense pas que ta chère Sophie ait besoin de mes potions. Elle a surtout besoin de se changer un peu les

idées, de s’amuser,  laissons la faire »

Obélix :  » Ho oui ma Sophix ….ma Sophix ! «     

 

 

 

LA MÉLASSE NOIRE DE CANNE À SUCRE

 

Un super aliment méconnu 

 

La mélasse est ce liquide noir sirupeux qui reste après la cristallisation du jus de canne à sucre. Seul le sucre intégral ou sucre complet (rapadura, sucanat) demeure totalement pourvu de sa mélasse, d’où sa couleur très foncée et son goût caractéristique de caramel réglissé. ( Et non pas le car à Mel a reglissé). Le sucre de canne roux bio est un sucre cristallisé partiellement épuré de sa mélasse. ( Donc pas de mouscaille….) Attention: la méfiance s’impose vis-à-vis du sucre roux non bio, car il ne s’agit fréquemment que d’un sucre blanc recoloré avec du caramel ! 

 

« Mélasse noire 2 : le retour »  ( Silence on tourne…..) 

Une petite place est aujourd’hui réservée à la mélasse dans les magasins bio, et c’est tant mieux. Il est en effet plus que temps de réhabiliter ce produit trop longtemps dédaigné, et qui se voit encore qualifié de  » résidu » ( c’est d’un fin !!!) dans les dictionnaires parce qu’il « refuse de donner des cristaux » – ouh, le vilain ! En réalité, la mélasse noire est un produit précieux qui se classe dans la catégorie des aliments à haute densité nutritionnelle. Bref, c’est un super aliment qui n’aurait jamais dû disparaître de nos cuisines.

 

Un concentré nutritionnel peu coûteux 

La mélasse est surtout réputée pour sa richesse en minéraux et oligo-éléments. Le sucre de canne complet entre 1 500 et 2 800 mg aux 100 g (selon la qualité de la canne (non pas de la cane) selon les années. La mélasse noire disponible dans le commerce en contient autour de 5 000 mg, donc bien plus. Quant au sucre blanc, il ne contient plus que de simples traces de minéraux, de l’ordre de 30 à 50 mg.

La mélasse noire est notamment riche en  potassium, calcium et fer. Cela la destine tout naturellement aux personnes anémiées et aux femmes enceintes (fer) ainsi qu’aux personnes dont le terrain ( mais non pas celui sur lequel est construit votre maison)  est acidifié et déminéralisé (potassium, calcium). Pour l’anecdote, je sens que je vais vous épater là.. la couleur très foncée du sucre complet, non séparé de sa mélasse, est due au fer ! Ha! alors, qu’est ce que je disais. Les besoins en fer de la femme adulte sont de 16 mg/jour et ceux de la femme enceinte, de 25 à 35 mg / jour. Selon l’étude SUVIMAX , 25 % des femmes en âge de procréer manqueraient de fer. La mélasse noire se présente donc comme une excellente source complémentaire de fer puisqu’elle contient entre 15 et 28 mg au 100 g .

La mélasse est également bien pourvue en vitamines, notamment celles du groupe B, mais aussi en protéines ( les huit acides aminés essentiels sont présents). Ce concentré nutritionnel peut donc aider l’organisme à combler une partie des déficiences nutritionnelles qui affectent, à la longue, son équilibre. De plus, détail non négligeable, la mélasse présente l’avantage d’être excessivement peu coûteuse (aux alentours de 3 € pour 500 g ! ). Il s’agit clairement d’un super aliment au rapport qualité-prix imbattable. A raison d’une cuillerée à café bien pleine par jour en dose d’entretien, il faut plus d’un mois pour vider un pot de 500 g ! 

 

Petit détour instructif par l’Inde …….

Le Carakasamhitâ ( mais non je n’éternue pas !), traité fondamental de la médecine indienne ayurvédique, parle du jus de la mélasse de canne à sucre. Selon ce traité, le jus de canne à sucre est aphrodisiaque, rafraîchissant, laxatif, onctueux, revitalisant et doux. Quant à la mélasse , elle est jugée aphrodisiaque, onctueuse et très bénéfique en cas de lésions.

L’Âyurveda distingue trois grands types de constitution physique et psychique : vâta, pitta et kâpha. L’énergie vitale vâta régule le système nerveux. Elle est l’origine de la capacité d’adaptation de l’individu. Le côlon est considéré comme étant le « siège » principal de vâta. Ce sont les personnes à dominante vâta qui retireront le plus grand bienfait d’une consommation quotidienne de mélasse noire. Plus vous avez de points communs avec la constitution vâta, plus la mélasse noire est en mesure de jouer pour vous le rôle d’alicament ( non je n’ai pas fait de faute de frappe . Un alicament est un aliment très bienfaisant pour la santé, riche en vitamines, oligo-éléments, etc… voilà ! ) Consultez le tableau ci-dessous et dénombrez les éléments vâta de votre constitution. 

 

En pratique 

◊  En entretien : 1 cuillerée à café par jour à diluer dans un verre d’eau ou à mélanger à un yaourt nature ou à étaler sur un morceau de pain. Faites le test avec un yaourt bio au lait de brebis, c’est hummmmmmmm un vrai délice !

Une consommation très régulière de mélasse noire à cette dose d’entretien ne pourra qu’être profitable aux personnes souffrant d’hyperacidité tissulaire chronique, à celles affectées d’un terrain dystonique et / ou arthritique, de même qu’à celles dont la constitution est à dominante vâta (voir tableau plus bas ….oui je fais le faire ce tableau ) 

◊  En intensif : 2 cuillerées à café bien pleines par jour pendant 1, 2, voire 3 mois …..Et oui faut ce qu’il faut ! Procédez ainsi dès lors qu’il s’agit de lutter contre un état d’anémie, de soutenir et de fortifier votre organisme au cours de période délicates ( grossesse, ménopause, examens…….) ou encore en cas de baisse de régime, de coup de blues.

Que mesdames ne s’inquiètent pas pour leur ligne: l’apport calorique demeure on ne peut plus raisonnable puisqu’il se situe approximativement autour de 30 calories par cuillerées à café .


tableau.gif Voici, comme promis mon tableau hum hum !

 

VÂTA

Sur le plan physico-physiologique

Mots-clés: minceur sécheresse

CARACTÉRISTIQUES

En général, je suis mince et j’ai une ossature légère- Mes muscles sont déliés, mes veines, proéminentes, et mon visage, plutôt log et anguleux- Ma peau est fine et plutôt sèche, mes cheveux sont secs et fins, et mes ongles, secs et cassants- Mes lèvres sont minces et sèches- Mes selles sont sèches, dures, parfois liquides.

VÂTA

Sur le plan physico-physiologique

Mot-clés: vivacité, versatilité

CARACTÉRISTIQUES

Je suis très actif et toujours en mouvement, je marche d’un pas vif, mon élocution est rapide, on me trouve bavard-Je suis versatile et imprévisible, j’apprends vite, mais j’oublie tout aussi vite- J’ai un sens créatif prononcé et je déteste la routine, la monotonie- En situation de stress, l’anxiété me gagne, j’hyperventile, je deviens insomniaque- Le vent et le froid me dépriment- Mon appétit est irrégulier.

 VÂTA

Organes et régions corporelles les plus sensibles

CARACTÉRISTIQUES

Nerfs, peau, côlon, articulation, os, colonne vertébrale.

 VÂTA

Conséquences sur la santé de l’aggravation de vâta.

CARACTÉRISTIQUES

Amaigrissement, épuisement-Nervosité, irritabilité, tachycardie, peurs irraisonnées, difficultés de concentration, sommeil difficile avec réveils fréquents- Crampes, douleurs musculaires et articulaires, douleurs lombaires, douleurs menstruelles, douleurs inexpliquées- Bouche sèche, gingivite, troubles stomachiques et intestinaux, constipation, colopathie fonctionnelle- Chute des cheveux, ongles décalcifiés, déformés.

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 5 Commentaires »

AVEZ-VOUS MAL AU GENOU ?

Posté par eurekasophie le 12 juin 2009

 

 

LA CHONDROMALACIE 

 

ROTULIENNE 

 

 

Avez-vous mal au genou ? ou aux genou(x) avec un « X »  comme bijoux , cailloux , choux, genoux,

 

hiboux, poux, ha j’oubliais joujoux ! 

 

asterixl.jpg

                                 ↑  

Bon, qu’est ce qu’y lui prend à Sosso , elle nous parle du chondron de Panoramix notre druide, ou elle cherche les poux dans les joujoux ? Elle est folle cette Sophie, elle est folle ….

 

La chondromalacie peut apparaître dès l’enfance ou l’adolescence, sans raison, après un traumatisme, ou après 40 ans, du fait du vieillissement du cartilage.

genoux1.jpg

 

Derrière ce terme barbare de  » chondromalacie rotulienne » (CR) ou chondromalacie patellaire, se cache tout simplement un ramollissement et des fissurations des fissurations de la face cartilagineuse de la rotule, celle qui fait face au fémur, mettant l’os à nu. Responsabl, une rupture des fameuses fibres de collagène qui constituent le cartilage (mais aussi la peau et les os). Les femmes sont plus souvent touchées que les hommes. La CR concerne souvent les deux rotules en même temps.

 

TRAUMATISMES ET MALPOSITION ROTULIENNE 

 

genoux.jpg

 

Tout ce qui fragilise le cartilage rotulien peut entraîner une CR, comme certains sports pratiqués pendant l’enfance ou l’adolescence et qui sollicitent intensément les genoux ( saut, course, cyclisme, équitation…) . Il en est de même des traumatismes violents sur le genou ( type accident du tableau de bord) , mais aussi de microtraumatismes professionnels ou sportifs. Les pathologies rhumatismales avec lésions cartilagineuses peuvent s’accompagner également d’une CR . Pour autant, la chondromalacie rotulienne est constante à partir de 40 ans. Mais elle devient pathologique lorsqu’elle fait parler d’elle et ce, dès la deuxième décennie. Enfin, une anomalie ou une malposition de la rotule augmente la pression de la rotule sur le fémur, une compression de nature à âbimer le cartilage rotulien. On parle d’hyperpression rotulienne. La chondromalacie peut être réversible, rester longtemps indolore, ou peut déboucher sur une arthrose précoce de l’articulation fémoro-rotulienne.

 

UNE DOULEUR CARACTÉRISTIQUE 

 

genoux0.jpg

La CR se signale par une douleur devant le genou.On parle de » syndrome rotulien ». La douleur se manifeste surtout lors de la descente desescaliers ou en position accroupie ou assise, prolongée à fortiori. Elle s’avère donc particulièrement importante lorsque l’on se relève après avoir été longtemps assis, après une séance de cinéma par exemple. Ou bien la CR va se traduire par un dérobemen, un blocage du genou, des craquements sous la rotule ou encore un œdème. L’origine rotulienne ne fait guère de doute: la palpation de la rotule sur le fémur lors des mouvements de flexion et d’extension du genou. Les médecins parlent d’ailleurs du signe du rabot pour définir cette sensation caractéristique de raclement de la rotule sur le fémur.

 

RADIOLOGIE ET ARTHROSCOPIE 

Toute douleur rotulienne nécessite une radiographie destinée à retrouver une anomalie morphologique de la rotule ( le cartilage, lui, est invisible aux rayons X ) ou une malposition rotulienne responsable d’une hyperpression localisée. Seule l’arthroscopie permet de montrer le ramollissement cartilagineux responsable de la douleur.

 

REPOS ET PROTECTEURS DU CARTILAGE…..

La CH n’est pas nécessairement douloureuse, bien heureusement. Ainsi, seule la douleur rend utile une prise en charge. Elle comporte:

  • Le repos sportif pendant quelques mois ou l’arrêt du mouvement responsable.
  • Le glaçage de l’ articulation.
  • Des antalgiques et des anti-inflammatoires lors des poussées douloureuses.
  • Des médicaments protecteurs du cartilage type chondroïtine sulfate.
  • La kinésithérapie. Elle repose sur le renforcement musculaire du quadriceps qui permet de recentrer la rotule en cas de malposition.


…..AVANT D’ENVISAGER LA CHIRURGIE

 

Lorsque le traitement médical s’avère inefficace ( persistance des douleurs) et qu’il s’agit d’une hyperpression rotulienne ou d’une malposition rotulienne, le recours au chirurgien devient nécessaire. Plusieurs interventions sont possibles: intervention classique avec ouverture, arthroscopie de régularisation du cartilage abîmé, lissage des bords de la lésion, section du ligament (aileron rotulien) pour repositionner la rotule. Enfin, le lavage articulaire à base d’acide hyaluronique  permet parfois de soulager les douleurs.

 

PRÉVENTION 

 

Pensez à équiper vos ados…et enfants de genouillères en matériau visco-élastique afin de diminuer le risque de CH d’origine traumatique ( skateboard, patins à roulettes…).

Et utilisez des protections de genou si vous devez travailler fréquemment à genoux.

 

MÉDECINES DOUCES 

 

 

♣  Oligothérapie. Essayez le cuivre qui permet d’économiser le cartilage, ainsi que le soufre, le cobalt, le fluor et le manganèse.

 

♣  Phytothérapie. La reine-des-prés ou le saule blanc qui contiennent de l’acide salicylique peuvent calmer les douleurs, à prendre sous forme de teinture mère, de gélules en poudre ou d’extraits secs.

 

 

 

 

 

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 12 Commentaires »

TOUT EN VERT : PETITS TEST

Posté par eurekasophie le 26 mai 2009

Pour les enfants…

 

test1.jpg

Question n°1 : Quel est le nom de cette fleur ?

  TOUT EN VERT : PETITS TEST  dans TESTS EN TOUT GENRE coquelicot le bouton d’or

le coquelicot 

la marguerite

Question n°2 :

Peux-tu me dire si l’on dit ‘un pétale’ ou ‘une pétale’ ?

    un pétale  une pétale

Question n°3 :

Voici trois photos. Laquelle est une violette ?

  violette_des_bois dans TESTS EN TOUT GENRE   aconit_napel   veronique_de_perse  
 

photo 1

 

photo 2

 

photo 3

 

Question n°4 :

Quelle plante est cueillie par Panoramix dans ‘la serpe d’or’ ?

  panoramix l’aille

le gui 

le houx

Question n°5 :

Parmi ces trois plantes, laquelle est comestible ?

  liseron_des_haies   pissenlit   paquerette  
 

le liseron

 

le pissenlit

 

la pâquerette

 

Question n°6 :

Existe-t-il des fleurs vertes ?

    oui       non

Question n°7 :

Quel est le fruit de la ronce ?

  ronce la myrtille

la prunelle 

la mûre

Question n°8 :

Combien y a-t-il de fleurs sauvages différentes en France ?

  france 400 environ

4000 environ 

40000 environ

Question n°9 :

Une plante grasse est une plante qui a …

  plantes_grasses de la grâce

des réserves de graisse 

des réserves d’eau

Question n°10 :

Dans quel domaine est utilisé le chèvrefeuille ?

  chevrefeuille_des_bois la parfumerie

la cuisine 

la pharmacie

 

 

 

 

 

 

Publié dans TESTS EN TOUT GENRE | 8 Commentaires »

RESULTAT DU TEST « JEUNE »

Posté par eurekasophie le 26 mai 2009

Tu as répondu bien à 10 questions sur 10

C’est très bien, tu connais beaucoup de choses sur les plantes

Regardons ensemble les réponses :

Question n°1 :

Quel est le nom de cette fleur ?


RESULTAT DU TEST  le bouton d’or 

le coquelicot

la marguerite

Tu as répondu : le coquelicot

Ce qui est vrai :

Question n°2 :

Peux-tu me dire si l’on dit ‘un pétale’ ou ‘une pétale’ ?



un pétale 

une pétale

Tu as répondu : un pétale

Ce qui est vrai :

Question n°3 :

Voici trois photos. Laquelle est une violette ?


violette_des_bois dans TESTS EN TOUT GENRE
aconit_napel
veronique_de_perse

photo 1


photo 2


photo 3


Tu as répondu : photo 1

Ce qui est vrai :

Question n°4 :

Quelle plante est cueillie par Panoramix dans ‘la serpe d’or’ ?


panoramix l’ail 

le gui

le houx

Tu as répondu : le gui

Ce qui est vrai : c’est le gui qui pousse sur les chênes de la forêt des Carnutes.

Question n°5 :

Parmi ces trois plantes, laquelle est comestible ?


liseron_des_haies
pissenlit
paquerette

le liseron


le pissenlit


la pâquerette


Tu as répondu : le pissenlit

Ce qui est vrai : on le mange en salade au printemps.

Question n°6 :

Existe-t-il des fleurs vertes ?



oui 

non

Tu as répondu : oui

Ce qui est vrai : par exemple la grande ortie (celle qui pique) ou le roseau.

Question n°7 :

Quel est le fruit de la ronce ?


ronce la myrtille 

la prunelle

la mûre

Tu as répondu : la mûre

Ce qui est vrai : on l’utilise par exemple pour faire de la confiture.

Question n°8 :

Combien y a-t-il de fleurs sauvages différentes en France ?


france 400 environ 

4000 environ

40000 environ

Tu as répondu : 4000 environ

Ce qui est vrai :

Question n°9 :

Une plante grasse est une plante qui a …


plantes_grasses de la grâce 

des réserves de graisse

des réserves d’eau

Tu as répondu : des réserves d’eau

Ce qui est vrai : cela lui permet de vivre dans les pays secs.

Question n°10 :

Dans quel domaine est utilisé le chèvrefeuille ?


chevrefeuille_des_bois la parfumerie 

la cuisine

la pharmacie

Tu as répondu : la parfumerie

Ce qui est vrai : le chèvrefeuille sent très bon.

Publié dans TESTS EN TOUT GENRE | Pas de Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant