• Accueil
  • > Recherche : naissance aphrodite

Résultats de votre recherche

APHRODISIAQUE…….APHRODITE …

Posté par eurekasophie le 22 février 2009

aphrodite2.jpgStatue d’Aprodite, de Pan et d’Eros au musée d’Athènes

Trône Ludovisi : Naissance d’Aphrodite

Trône Ludovisi : Naissance d'Aphrodite                                            
APHRODISIAQUE.......APHRODITE ... dans DES PLANTES NOMMEES DESIR trans
Découverte à Locri, cette fosse sacrificielle de la Grèce antique est décorée sur trois côtés de reliefs représentant des scènes des mystères de Perséphone. Sur la partie centrale, on remarque Aphrodite émergeant des flots.Trône Ludovisi : Naissance d’Aphrodite, v. 470-460 av. J.-C. Hauteur : 84 cm. Palazzo Altemps, Museo Nazionale Romano, Rome.

trans dans DES PLANTES NOMMEES DESIR

 

chyprelledaphrodite.jpg      

La déesse de l’amour et de la beauté est née de l’écume sur les côtes de l’île de Chypre

lignesfleursaphrodite.bmplignesfleursaphrodite.bmplignesfleursaphrodite.bmp

Le terme aphrodisiaque vient du nom d’Aphrodite, déesse Grecque de l’amour. Un aphrodisiaque est une substance naturelle censée stimuler le désir sexuel.

A l’origine, les aphrodisiaques étaient utilisés pour vaincre l’infertilité et favoriser la procréation. Aujourd’hui, les aphrodisiaques ne sont plus utilisés dans ce but, mais dans la seule optique de provoquer ou d’augmenter le désir sexuel.

Il faut noter que, dans l’esprit des hommes, désir et érection sont souvent confondus. Cette confusion fait que toute substance, provoquant ou favorisant l’érection, est considérée par les hommes comme étant aphrodisiaque.
 

Publié dans DES PLANTES NOMMEES DESIR | 12 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LA MANDRAGORE

Posté par eurekasophie le 14 février 2009

Comment lire une taxobox Mandragore officinale
Fruits
Fruits
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Solanales
Famille Solanaceae
Genre Mandragora
Nom binominal
Mandragora officinarum
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Solanales
Famille Solanaceae
LA MANDRAGORE  dans D’autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons

Nom : Mandragore

Nom scientifique : Mandragora officinarum

Autres noms : Mandrake

Résumé : La plante magique des sorcières.
Description : Plante vivace à racine fourchue, à grandes feuilles sans tiges et à fleurs blanches et violacées et à fruits jaunes.
Habitat et culture : Originaire de la région méditerranéenne en Europe, elle pousse principalement dans le lit des rivières à sec.

Parties utilisées : Racine.

Constituants : Alcaloïdes (hyosciamine, hyoscine, pseudo-hyosciamine, mandragorine, scopolamine…).

Historique : La mandragore, comme la belladone ou la jusquiame est une plante de « sorcière ». D’après le codex juliana, le botaniste grec Discoride reçut la mandragore comme remède magique des mains d’Heuresis, déesse de la découverte. Les puissants effets narcotiques de la mandragore et sa racine ayant parfois la forme d’un être humain, lui confère ses propriétés magiques. Selon une légende la racine était tellement dangereux de déterrer la mandragore elle poussait un cri si puissant qu’elle pouvait tuer quiconque tentait de la déterrer. C’était alors un chien attaché à la plante qui se chargeait de la déterrer. D’ailleurs selon les croyances, il en mourrait la plupart du temps. On l’utilisait principalement en sorcellerie pour des prédictions, des guérisons… On l’utilisait d’aileurs pour guérir de la folie. De nombreuses croyances et superstitions à ce sujet ont été remises en causes depuis, mais le folklore européen n’a cessé de déformer et d’entretenir ses superstitions. D’autres part ses fruits parfumés de couleurs jaunes, appelés « pommes d’amour », étaient les pommes dorées d’Aphrodite.

Usages : On utilise la mandragore contre les spasmes (entérocolites, hémorroïdes), l’asthme et le rhume des foins. On la prescrit sous forme de cataplasme pour soigner les rhumatismes et les douleurs athritiques. Elle est aussi efficace contre les ulcères gastriques. Elle serait aussi somnifère et aphrodisiaque.

Effets : Narcotique, antispasmodique, modérateur réflexe.

Mises en garde : La mandragore est une plante toxique! Son usage n’est en aucun cas recommandé.

Vous voulez en savoir plus? Nous vous suggérons cet ouvrage : livre29.jpg Les Pouvoirs magiques de la mandragore

 

Ésotérisme ( Wikipédia)

275px-NaplesDioscuridesMandrake dans Mon repertoire des plantes les moins usitees

Mandragores mâle et femelle. Manuscrit Dioscurides neapolitanus, Biblioteca Nazionale di Napoli, début du VIIe siècle.

Cette racine humanisée, « la main de gloire », de nos jours peu courante (un mythe pour beaucoup), source d’envie mais aussi de crainte révérencieuse, fait l’objet, essentiellement au Moyen Âge (de l’Antiquité jusqu’à la Renaissance), d’un culte macabre, d’ailleurs interdit par l’Église.

Les Grecs la nommèrent « plante de Circé la magicienne ». Symbole de fécondité, elle pouvait aussi révéler l’avenir ou rendre riche son propriétaire et lui porter chance. Dans la traduction du Bestiaire d’Oxford (manuscrit du Moyen Âge), la mandragore serait « l’arbre de la connaissance » dont Adam et Ève mangèrent le fruit. Dans le trentième chapitre de la Genèse, il est fait mention de mandragores (ou pommes d’amour selon les traductions). Léa, la première épouse de Jacob, avait cessé d’enfanter. Ruben, leur fils aîné, rapporte à sa mère des mandragores. Rachel, sœur de Léa, seconde épouse et la préférée de Jacob, demande à sa sœur de les lui donner. Celle-ci n’accepte qu’en échange de passer la nuit avec Jacob, ce à quoi Rachel consent. Léa concevra cette nuit-là et donnera plus tard naissance à Issacar en disant: « Dieu m’a donné mon salaire » (Genèse 30:14-18).

Les précautions lors de la cueillette sont classiquement énoncées dans les écrits de Paracelse (1493-1541) dont il existe diverses variantes décrites, mais figurent dans des manuscrits plus anciens, tels que ceux de Josèphe (37 à 90) ou Théophraste. Pour se procurer la racine de mandragore si dangereuse, il fallait des rituels magiques. Celui qui arrache la mandragore sans précaution, s’il ne devient pas fou en entendant les hurlements de la plante, sera poursuivi par sa malédiction

275px-Tacuinum_Sanitatis_Mandrake_Dog

Arrachage d’une mandragore. Manuscrit Tacuinum Sanitatis, Bibliothèque nationale de Vienne, v. 1390.

Selon les divers écrits décrivant les rituels, on sait qu’ils se déroulaient les nuits de pleine lune. Les mandragores qui poussaient au pied des gibets étaient très prisées car on les disait fécondées par le sperme des pendus, leur apportant vitalité, mais celles des places de supplice ou de crémation faisaient aussi parfaitement l’affaire. Des « prêtres » traçaient avec un poignard rituel trois cercles autour de la mandragore et creusaient ensuite pour dégager la racine, le cérémonial étant accompagné de prières et litanies. Une jeune fille était placée à côté de la plante pour lui tenir compagnie. On passait également une corde autour de la racine et on attachait l’autre extrémité au cou d’un chien noir affamé que l’on excitait au son du cor. Les prêtres appelaient alors au loin le chien pour qu’en tirant sur la corde il arrache la plante. La plante émettait lors de l’arrachage un cri d’agonie insoutenable, tuant l’animal et l’homme non éloigné aux oreilles non bouchées de cire. La racine devenait magique après lavage, macération et maturation en linceul ; elle représentait l’ébauche de l’homme, « petit homme planté » ou homonculus. Ainsi choyée, elle restait éternellement fidèle à son maître et procurait à son possesseur, prospérité prodigieuse, abondance de biens, et fécondité. Elle était vendue très cher en raison du risque à la cueillette, et ce d’autant plus que la forme était humaine, de préférence sexuée par la présence de touffes judicieusement disposées.
La Mandragore est aussi utilisée dans certaines formes de Vaudou.

Document Wikipédia

Publié dans "M**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant