• Accueil
  • > Recherche : lutter contre goutte

Résultats de votre recherche

A VOS PANIERS…

Posté par eurekasophie le 31 août 2010

 

 

LA RONCE

 

 

EXCELLENTE POUR LE COEUR,

 

 

REDOUTABLE CONTRE L’ANGINE !

 

 

On en récolte les fruits, délicieux en gelée, et ses feuilles soignent les maux de gorge.

 

 

 


hebergeur d image

Jean Palaiseul, journaliste spécialisé en phytothérapie, rappelle à quel point la nature est bien faite et prend exemple sur la ronce qui  » est un exemple supplémentaire de la sagesse de la nature et de l’harmonie de la création : ses feuilles fraîches, écrasées entre les doigts et frottées sur la peau, arrêtent immédiatement le saignement des égratignures que peuvent faire ses épines.

 

Les mûres contre la goutte et les cystites

Les fruits ou leur jus ont été utilisés pour soigner la goutte et les cystites. On sait aujourd’hui que les baies de canneberge ( une grande airelle qui pousse en Amérique du Nord ) , sous forme de jus, donnent de meilleurs résultats pour cette dernière indication. Mais, à cette époque de l’année, il serait dommage de ne pas profiter de nos bonnes mûres ! Très indiquées pour soigner les muqueuses, elles peuvent aussi soulager les aphtes et accélérer leur cicatrisation. Pour cela, n’hésitez pas à en mettre une bonne dizaine dans votre bouche et à les mâcher longuement pour que leur suc soit en contact prolongé avec votre muqueuse buccale.

 

Des feuilles pour la bouche et la gorge

 

Par voie externe, les feuilles de ronce peuvent être employées en cas de blessures légères, mais c’est surtout en décoction qu’on les emploie pour soigner les maux de bouche et de gorge. En bains de bouche et en gargarismes, elle soigne l’angine, la gingivite, la glossite, la pharyngite, la laryngite, les névralgies dentaires, les plaies atones, tout cela grâce à leur astringence. Le Dr Valnet les considérait comme le meilleur moyen de se débarrasser d’une angine. Par ailleurs, la feuille du mûrier, comme celle du framboisier ou de la myrtille, est une alliée intéressante quand on veut lutter contre le diabète.

 

Une amie du coeur 

Les mûres contiennent des composés phénoliques qui pourraient peut-être expliquer leurs effets sur le système cardio-vasculaire. Dans une étude in vitro réalisée récemment des chercheurs ont étudié les effets de six fruits différents : celui de mûres est le plus efficace pour inhiber l’oxydation du cholestérol, autrement dit , pour faire baisser le taux de  » mauvais cholestérol  » . D’autres études récentes ont montré que des extraits de mûres pouvaient inhiber , in vitro, la croissance de certaines cellules cancéreuses ( foie, sein, côlon, poumon, bouche ). Bien entendu, il ne s’agit que d’études in vitro, mais ce sont des pistes intéressantes. Les chercheurs attribuent ces propriétés des mûres à leur teneur en différents anti-oxydants dont l’acide ellagique, la vitamine C , les anthocyanines……

                                                                                                                           hebergeur d image

 

La décoction

La préparation est très simple : il suffit de mettre une bonne poignée de feuilles dans un litre d’eau froide et de porter sur le feu. Laisser bouillir deux minutes puis retirer du feu et attendre dix minutes avant de filtrer. Buvez cette tisane dans la journée et faites en des gargarismes. Renouvelez pendant deux ou trois jours. Avec une décoction plus concentrée ( en doublant la dose de feuilles ), on peut soulager les maux de dents en faisant des bains de bouche. Le sirop de mûres est également conseillé contre les maux de gorge, mais n’en attendez pas un effet aussi radical.

 

A vos paniers !

Récoltez en ce moment des feuilles en quantité pour les faire sécher. Leur vertus seront ainsi encore plus concentrées ! Une fois séchées dans un endroit aéré, vous les conserverez simplement dans une boîte en carton ou un sac en papier et vous pouvez, ainsi, en disposer au besoin toute l’année.

 

Les indications 

En interne comme en externe, c’est donc sous forme de décoction qu’on emploie généralement la feuille de ronce. Ensuite, selon les besoins, on l’utilise en bain de bouche, en gargarismes, ou bien on en boit plusieurs tasses dans la journée.

Voici les principales indications :

 

decopunaise1.gifAngines, gingivite, glossite, pharyngite, douleurs dentaires

decopunaise1.gifBlessures légères, égratignures

decopunaise1.gifDiabète

decopunaise1.gifExcès de cholestérol

decopunaise1.gif Digestion difficile

Et les mûres, elles, sont recommandées en cas de :

decopunaise1.gifInfections urinaires

decopunaise1.gifGoutte

decopunaise1.gifPrévention des maladies cardio-vasculaires

decopunaise1.gif Aphtes

Faites votre gelée 

Vous l’avez sans doute remarqué : nombre d’enfants, mais aussi bien des adultes, n’apprécient pas les grains dans la confiture……d’où l’intérêt de faire plutôt de la gelée. De retour de votre promenade et de votre cueillette, équeutez bien les mûres, si ce n’est déjà fait, et écrasez-les dans un chinois ( récipient à petits trous) pour en recueillir le jus. Pesez le jus obtenu et versez le tout dans votre bassine à confiture ( ou une casserole émaillée ). Ajoutez le même poids de sucre. Mettez sur le feu et portez à ébullition. Laissez bouillir une vingtaine de minutes en écumant de temps en temps. Pour voir si votre gelée est  » prise  » , versez-en quelques gouttes sur une soucoupe préalablement mise au congélateur. Si elle fige immédiatement, c’est prêt ! Remplissez vos pots stérilisés au maximum puis retournez-les, le temps que la gelée refroidisse.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LA BALLOTE …

Posté par eurekasophie le 1 juillet 2010

 

 

La ballote 

 

 

Plante apaisante

 

 

 

Une plante trop longtemps mal aimée

 

qui vous offre de longues nuits sereines

 

 

Hebergement d'images Hebergement d'images

Elle porte le nom savant de Ballota nigra ( Ballote noire ) mais on la connaît plus souvent sous ceux de marrube fétide ou ballote puante. 

Il faut dire que fraîche, elle dégage une forte odeur de moisi qui a fait fuir les phytothérapeutes jusqu’à l’aube du XVII è siècle. A tort puisque c’est une plante irremplaçable pour calmer les angoisses, la nervosité et lutter contre l’insomnie.

 

Un sosie de l’ortie 

La ballote est une plante vivace de 30 à 80 cm qui affectionne particulièrement les rues des villages, les décombres, les bords des chemins et les haies. On la confond souvent avec les orties dont elle se différencie pourtant par l’odeur. Elle fleurit du printemps à l’automne et ses grandes fleurs fournissent un bon nectar aux abeilles. 

Originaire du Sud de l’Europe et de l’Asie du Sud-Ouest, la ballote a très vite gagné la totalité de l’Europe pour s’implanter plus récemment sur le continent américain. Incommodés par son odeur, les Anciens en faisaient peu de cas. IL fallut attendre le botaniste Ray et le début du XVII è siècle pour que l’on découvre son efficacité dans le traitement des névroses, de l’hypocondrie et de l’hystérie.

Dans les premières années du XX è siècle, le Dr Leclerc, chef de file de l’Ecole Française de Phytothérapie, confirmait son activité dans tous les troubles du nervosisme, les phobies et les états anxieux. En concentré c’est aussi un bon remède de la goutte et des crises rhumatismales.

 

Etudes scientifiques à l’appui 

Au cours des dernières années, la ballote a fait l’objet de véritables essais cliniques destinés à prouver son activité. 

Des tests menés chez la souris et le rat montrent un allongement significatif de la durée du sommeil ainsi qu’un pouvoir sédatif important, avec des effets souvent supérieurs à ceux des tranquillisants chimiques. D’autres études effectuées chez l’homme, prouvent que la ballote réduit notablement l’anxiété et qu’elle peut souvent se substituer aux benzodiazépines lors d’un sevrage progressif.

 

Gélules ou alcoolature 

Dans le temps, les médecins ne juraient que par l’alcoolature de ballote, mais elle existe aujourd’hui sous forme de gélules , et on retrouve la plante dans certaines préparations complexes,en association avec d’autres extraits végétaux apaisants ( valériane, aubépine, passiflore….), pour lutter contre les insomnies et la nervosité. Si vous la prenez sous forme de gélules, respectez la posologie indiquée par le fabriquant.


Sous forme d’alcoolature, le Dr Valnet conseille
une à deux cuillerées à café par jour. Pour les enfants, où on la conseillait surtout en cas de coqueluche, il recommandait 20 gouttes par jour et par année d’âge.

 

En tisane aussi 

Bien sûr, on peut prendre la ballote en tisane ! Mais vous êtes prévenu : ce ne sera pas une dégustation de rêve ! Cependant, il est possible d’atténuer le mauvais goût et de rendre le breuvage tout à fait supportable en associant d’autres plantes aromatisées à notre fétide amie ! Choisissez pour cela de la menthe, de la mélisse, de l’anis, du fenouil ou de la sauge.

  Pour l’infusion ( avec des plantes sèches ), mélangez moitié ballote et moitié menthe ou anis ou fenouil ou sauge ( selon vos goûts ). Prélevez une cuillerée à soupe du mélange, faites chauffer 20 cl d’eau. Aux premiers frémissements, versez l’eau sur les plantes, couvrez et attendez 10 minutes avant de filtrer et de boire. Recommencez 2 à 3 fois par jour.

♣  En cas de crise de goutte ou de rhumatismes, vous pouvez utiliser les grands moyens : la décoction concentrée ! Il faut, pour cela, mettre 30 à 60 g de ballote dans un litre d’eau froide, puis porter à ébullition et laisser bouillir jusqu’à réduction de moitié. Un conseil : sucrez avec du miel !

                                                                                Hebergement d'images

 

Bientôt la récolte……

C’est en juillet ou en août que vous la récolterez ( la plante entière ), avant ou pendant la floraison. Puis vous la ferez sécher dans un endroit sec, à l’ombre, et vous la stockerez dans un sac en papier pour l’avoir à disposition toute l’année.
                                                                                                              Hebergement d'images

Publié dans INFO....SANTE | 5 Commentaires »

IL SAIT TOUT FAIRE……………..

Posté par eurekasophie le 29 juin 2010

 

 

LE BICARBONATE DE SOUDE !!!

 

 

Vieux comme le monde ou presque, très bon marché et non polluant,

 

le bicarbonate de soude n’a l’air de rien et, pourtant, il nous rend tellement

 

de services qu’il mérite une place de choix, tant dans notre cuisine que dans notre pharmacie.

 

 

Redécouvrons-le.

 

                                                                                                                  Hebergement d'images

 

Ancêtre du bicarbonate de soude, le bicarbonate de calcium était déjà utilisé dans l’Egypte ancienne, mais sa forme actuelle est née il y a 150 ans.

Deux boulangers new-yorkais avaient en effet découvert que le bicarbonate de calcium agissait comme de la levure. Ils le raffinèrent et obtinrent alors le bicarbonate de soude comme nous le connaissons aujourd’hui. Quelques années plus tard, Ernest Solvay créa la première usine de production de bicarbonate de soude.

Aujourd’hui, cette poudre blanche n’a pas pris une ride et on lui découvre même de plus en plus de vertus. Celles-ci sont si nombreuses, que ce soit pour l’hygiène, la cuisine, le jardin ou la santé, qu’une encyclopédie pourrait lui être dédiée.

 

Alors, qu’est-ce que le bicarbonate de soude peut faire pour nous ? 

 

 

Pour une digestion aisée 

 

Le bicarbonate est un sel alcalin. Il est donc un excellent anti-acide. En cas de brûlures d’estomac, de remontées acides ou encore de digestion difficile, buvez lentement un verre d’eau froide dans lequel vous aurez dilué une cuillère à café de bicarbonate de soude. Ce dernier, additionné à l’eau de cuisson, peut également faciliter la digestion d’aliments comme les lentilles, le chou ou le cassoulet du dimanche. L’eau additionnée de bicarbonate de soude facilite également le transit intestinal et calme les nausées.

 

Pour une bouche saine

 

Pour protéger vos gencives, faites des bains de bouche avec une solution composée d’un peu d’eau, d’eau oxygénée et une cuillerée à café de bicarbonate de soude.

 

Vous souffrez d’aphtes ? Le bicarbonate de soude peut vous soulager. Il vous suffit de préparer une pâte avec du bicarbonate de soude et un peu d’eau, et de l’appliquer sur l’aphte. La même formule peut être utilisée contre les boutons de fièvre si vous l’utilisez dès que vous sentez apparaître le bouton.

Si votre bébé à la bouche irritée, avant chaque tétée, diluez une cuillerée de bicarbonate de soude dans un verre d’eau tiède et badigeonnez-en vos seins. Cela suffira à calmer les inflammations.

Le bicarbonate de soude neutralise les acides, notamment dans la bouche où ceux-ci attaquent l’émail dentaire.

Pour assainir la bouche, vous pouvez donc effectuer des bains de bouche au bicarbonate de soude à raison d’une cuillerée à café dans un verre d’eau tiède.

Utilisé quotidiennement après le brossage, ce bain de bouche est un moyen simple de prévenir l’apparition de caries et de combattre la plaque dentaire.

La même formule, cette fois en gargarisme, peut également vous aider à combattre la mauvaise haleine.

A la place du dentifrice, une fois par semaine par exemple, le bicarbonate de soude extra-fin gardera vos dents propres et blanches.

 

 

 

                                                                                       Hebergement d'images

 

 

Petits bobos

 

Vous vous êtes entaillé le doigt ? désinfectez-le en le trempant dans un verre d’eau très chaude à laquelle vous aurez ajouté une cuillerée à soupe de bicarbonate de soude. Prolongez ce bain jusqu’à ce que l’eau ait refroidi.

Si vous avez les yeux irrités, faites des compresses oculaires avec une solution composée d’une cuillerée à café de bicarbonate de soude diluée dans une tasse d’eau chaude.

Vous avez pris froid ?  Faites une inhalation au bicarbonate de soude. Dans un litre d’eau bouillante, diluez 2 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude.Placez une serviette sur la tête et procédez comme pour une inhalation classique. Vous pouvez aussi y ajouter quelques gouttes d’huile essentielle d’Eucalyptus radiata ou du niaouli.

Des gargarismes avec 1 cuillerée à café de bicarbonate de soude dilué dans l’eau froide apaiseront, quant à eux, votre mal de gorge.

En cas de cystites récidivantes, buvez régulièrement un verre d’eau froide additionné d’une cuillerée à café de bicarbonate de soude. Cela vous aidera à lutter contre l’acidification de l’organisme, terrain favorable aux cystites.

 

Dans notre intimité  

Si  vous avez des mycoses anales, prenez un bain de siège dans un litre d’eau additionnée d’une à deux cuilleréesà soupe de bicarbonate de soude.

Ce bain de siège est également recommandé pour des irritations ou brûlures des parties intimes.

Pour éviter les candidoses et mycoses vaginales, faites votre toilette intime et / ou des lavages vaginaux avec la même recette que pour le bain de siège ci-dessus.

Pour éviter les odeurs intimes, une pincée de bicarbonate de soude dans le slip fait merveille.

 

 

Le pied léger

 

Quand vos pieds ont été malmenés, redonnez-leur vie dans un bain de pieds au bicarbonate de soude.

 Ce traitement lutte également contre les odeurs désagréables, les démangeaisons, les mycoses et les callosités. Vous pouvez aussi assouplir ces dernières en y appliquant une pâte faite de bicarbonate de soude et d’eau. En cas d’odeur dans les chaussures, vous pouvez également y saupoudrer un peu de bicarbonate.

Pour avoir des pieds de bébé, pensez aussi au gommage. Mais pas besoin d’investir dans un gommage du commerce. Une pâte faite de bicarbonate de soude et d’eau est tout aussi efficace. Ce peeling est, par ailleurs, très efficace aussi pour le visage. Mélangez 3 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude avec 1 cuillerée à soupe de lait et massez doucement en mouvements circulaires.

 

Pour une peau de pêche 

 

Si vous avez abusé du soleil, trempez-vous dans un bain auquel vous aurez ajouté 4 à 5 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude ou faites-vous des compresses que vous renouvellerez régulièrement. Ce traitement convient également pour soulager les piqûres d’insectes.

Un peu de bicarbonate de soude dans l’eau du bain calme les irritations de la peau des bébés.

Une pâte faite avec 3 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude et une cuillerée à soupe d’eau, et que vous laissez agir 20 minutes, fait merveille pour calmer les brûlures légères et les démangeaisons, mais aussi pour calmer l‘eczéma. Une pâte de ce type, collée avec un pansement, fait également disparaître les verrues superficielles.

Un peu de bicarbonate, dissous dans l’eau, calme efficacement le feu du rasoir.

Vous êtes à court de savon, humidifiez vos mains et frottez-les avec du bicarbonate de soude. Rincez et le tour est joué.

 Quelques cuillerées à soupe de bicarbonate de soude dans de l’eau à laquelle vous aurez ajout quelques rondelles de citron, nettoient et assouplissent vos ongles et les préparent à la manucure. Pour les nettoyer et les blanchir, vous pouvez aussi les brosser avec du bicarbonate de soude. Ongles bien blancs garantis !

A la place du déodorant, mettez une pincée de bicarbonate de soude sous les aisselles. C’est très efficace, sans avoir la toxicité des déodorants du commerce qui, bien souvent, contiennent de l’aluminium.

Si vous avez la peau sèche, adoucissez-la en ajoutant 5 à 6 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude à l’eau du bain. Ce bain vous évitera également les courbatures après le sport.

 

 

 

                                                                                                                  Hebergement d'images 

 Le bicarbonate de soude n’a pas fini de vous étonner. Alors, si ce n’est pas encore fait, filez chez votre pharmacien ou à la droguerie la plus proche pour vous procurer cette poudre blanche qui vous épargnera bien des soucis et  beaucoup d’argent. 

 

 

 

 

 

 



Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 8 Commentaires »

LA FLEUR QUI SENT BON LA PROVENCE………

Posté par eurekasophie le 22 juin 2010

 

 

La  lavande 

 

 

pour les petits maux quotidiens 

 

 

 

 

 

                                                                                 papillons7.gif                              Hebergement d'imagesguepe.gif   guepe.gifHebergement d'imagesabeille03.gifabeille03.gif

 

papillon8.gif

 

Nombreux sont mes articles où je vous cite la lavande au parfum frais et léger comme plante médicinale appréciée depuis l’Antiquité pour ses vertus antiseptiques et apaisantes. Je vous le rappelle, la lavande a toute sa place dans votre pharmacie familiale.

Retour sur la lavande pour quelques précisions.

Toutes les lavandes ne sentent pas la lavande ! Certaines ont plutôt l’odeur du camphre, d’autres celle de la vanille…. Il en existe vingt-cinq espèces dans le monde. Mais pour un  usage thérapeutique, la lavande  » vraie  » ou  » fine « , qui pousse entre 800 et 1500 mètres d’altitude, est la plus indiquée, car c’est la plus riche en principes actifs ( linalol et acétate de linalyle ) et la mieux tolérée. Ses  » cousines  » , les lavandes aspic et stéchade, tout comme le lavandin sauvage, ont aussi leur place dans la pharmacopée. Mais leur emploi demande des précautions. Toutes contiennent en effet du camphre, qui est un tonique nerveux et cardiaque. A forte dose, il peut être dangereux pour les femmes enceintes, les enfants en bas âge, les épileptiques, les hypertendus et les cardiaques.

medecine.gifElle lutte contre l’anxiété

 

C’est au linalol, un anxiolytique, que la plante doit son pouvoir apaisant. En infusion ( une cuillère à café de fleurs par tasse), elle combat la fatigue, l’anxiété et les maux d’origine nerveuse, comme les migraines, les crampes d’estomac, les palpitations cardiaques. Sous forme d’huile essentielle, elle agit en profondeur sur le stress, la déprime, les troubles du sommeil……

medecine.gif Elle facilite la digestion

Pour lutter contre les ballonnements et l’aérophagie ou améliorer une digestion paresseuse, prenez après le repas une infusion de lavande qui stimule le foie. En cas d’hyperacidité gastrique ou d’inflammation digestive, associez-la à la mélisse et aux fleurs de mauve ( 1 cuillerée à café de chaque ). Si vous avez des spasmes intestinaux, utilisez l’HE de lavande en massage ( préalablement diluée avec de l’huile de tournesol ).

medecine.gifElle soulage les douleurs 

Antalgique, anti-inflammatoire et antispasmodique, elle est indiquée dans les douleurs musculaires et articulaires. On peut l’employer en infusion ou en massage ( 10 gouttes d’HE avec 30 ml d’huile de tournesol ), associée à l’HE de génévrier ( 10 gouttes) elle réchauffe les muscles avant l’effort.

medecine.gifElle apaise les démangeaisons 

Elle est connue pour calmer les piqûres d’insectes et l’érythème fessier ( rougeurs ) des bébés. Dans ce cas, appliquez-la en baume ( voir recette en fin d’article ). Vous pouvez l’enrichir en lui ajoutant 10 gouttes de teinture de plantain.

medecine.gifElle assainit et purifie l’haleine 

Dans le monde romain, ses vertus antiseptiques étaient mises à profit dans les bains. Et les prostituées s’en servaient pour garder  une bonne haleine. L’hydrolat ( eau florale ) est parfait pour les gargarismes. En massage ( quelques gouttes d’HE dans de l’huile de tournesol ), elle prévient les rhumes et les infections ORL .

medecine.gifElle aide à cicatriser 

Egratignures, ampoules, coups de soleil…..Ici aussi, on l’applique sous forme de baume sur la peau bien nettoyée. Chez l’adulte, l’HE est intéressante pour désinfecter et cicatriser les lésions provoquées par l’acné ou l’eczéma.

medecine.gif Elle éloigne les insectes

C’est un répulsif naturel qui fait fuir les petites bêtes : poux, mites, moustiques, tiques. En prévention comme en traitement des piqûres.

 

 

panoramix.jpg

 

UN BAUME DE LAVANDE-CALENDULA

♦  10 g de beurre de karité non raffiné

♦  10 g d’huile de tournesol

♦  2 g de cire d’abeille

♦  10 gouttes de teinture de calendula

♦  7 gouttes d’huile essentielle de lavande

Dans un bol, faites fondre au bain-marie le beurre de karité, l’huile de tournesol et la cire d’abeille. 

Mélangez et laissez refroidir.

Ajoutez la teinture de calendula et l’huile essentielle de lavande, mélangez et versez dans un pot de 30 ml.

A employer dans les six mois.

 

Où acheter votre lavande ? 

Dans les magasins de bio ou même chez le producteur. Privilégiez les labels, gages de qualité : Demeter, Nature et progrès, Syndicat des simples.

Vente en ligne sur www.lavandesetcompagnie.com

 

La bonne huile essentielle ( HE ) 

Il existe une appellation d’origine contrôlée ( AOC) depuis 1981. Elle garantit la qualité de l’huile essentielle de lavande fine de Haute-Provence. 

Il existe des millésimes, comme pour le vin !! 

Publié dans INFO....SANTE | 5 Commentaires »

LUTTER CONTRE LA GOUTTE

Posté par eurekasophie le 12 décembre 2009

gouttemaladie1.jpg

 

 

LA CUISINE ANTI-GOUTTE

Ceux qui en ont déjà souffert comprendront: tout plutôt que cette douleur !

Et si, pour éviter une nouvelle crise, il suffit de bien choisir les aliments qui composent l’assiette quotidienne, en y ajoutant une goutte

de principes Seignalet pour préserver la santé en général, franchement, ça vaut le coup, non ?

L‘ hiver peut être froid et gris, les étals des primeurs n’en sont pas moins bien garnis et colorés.

lgumes1.jpgfruits.jpglgumes.jpg

 

 

Razzia d’abord sur les fruits si protecteurs: les exotiques de saison ( mangues, papayes, fruits de la passion, goyaves….) et les grands

pourvoyeurs de vitamines C ( kiwis, pomelos et pamplemousses, clémentines, citrons, oranges….) .

Le panier se remplit ensuite de légumes, garants d’une assiette légère et promoteurs de santé: on trouve ces temps-ci beaucoup de choux qu’on peut tous goûter, à l’exception du chou-fleur, et en laissant toujours une place aux brocolis, pour de belles endives et des betteraves, de la mâche, des salsifis et des topinambours, au mieux de leurs formes biscornues.

On passe aussi chez le poissonnier pour y choisir quelques poissons blancs, chez l’épicier pour le riz, le quinoa, le thé vert et la tisane d’aubier de tilleul. Et on est prêt à passer en cuisine et à se régaler en toute sérénité, sans crainte de la crise du lendemain !

UNE JOURNÉE DE MENUS

AU RÉVEIL verredeau.jpg

Pas le choix, il faut boire et boire beaucoup. Le verre d’eau matinal n’est pas une option, c’est une obligation, et comme il faut aussi alcaliniser le terrain, on l’agrémentera volontiers d’un jus de citron. Réveil tonique et vitaminé garanti, et pas désagréable qui plus est !

AU PETIT DÉJEUNERpetitdejeunerlarge.jpg

Restons léger

Pas question de sauter le petit déjeuner, premier repas de la journée et important s’il en est. Mais s’il doit être complet, il ne doit être ni trop gras ni trop lourd. L’option protéines = charcuteries + fromages à l’allemande, est à oublier. La solution continentale s’adapte bien mieux à notre cas.

Les bons choix

Petit déjeuner continental ne veut pas forcément dire viennoiseries ou pain blanc. On leur préférera les mueslis de céréales complètes, les tartines ou les crackers de sarrasin, surmontés ( pourquoi pas, puisqu’on y a droit) d’un peu de miel ou de confiture, comme la délicieuse et inattendue confiture de clémentine.

Anne dufour recommande un agrume à chaque repas. Le pamplemousse traditionnel  ( ou le pomelo plus doux à déguster sans sucre ) se sert ainsi dès le matin. Si on hésite devant sa saveur acidulée, on peut aussi prendre la direction d’une salade de fruits mélangés ( en insistant sur les agrumes et les kiwis si riches en vitamine C ), ou se les servir en petits cocktails délicieux.

Bien arrosé

Il va falloir les boire, ces 1,5 à 3,5 litres ( en temps de crise ) préconisés pour éviter les ennuis. Le thé vert, ou mieux, la tisane d’aubier de tilleul avec ses remarquables propriétés drainantes, ne se boivent pasau mug,mais au bol. Si on ne peut pas se passer de café, on se le gardera raisonnablement dans sa petite tasse…mais on le gardera pour la bonne bouche, après le bol réglementaire !

AU DÉJEUNER dejeuner.jpgdejeuner2.jpg

Restons léger                                                                                     Clique sur les images pour connaître la recette

Pas d’excès, pas de cuisson dans des litres de graisses: on préfèrera la vapeur, les pochages ou le cru recommandé par le Dr Seignalet. Au menu, point de viandes, ni de gibiers ou d’abats, mais des protéines végétales ( céréales + légumes secs, tofu…) et quelques poissons parmi les moins gras. Et puis surtout, des légumes. En entrée, en plat principal, crus et cuits. Leur teneur en fibres et leur pauvreté en calories, en plus de leurs apports vitaminés, font d’eux vos meilleurs alliés santé et minceur. Le fromage n’est pas conseillé, loin de là, et le dessert n’est pas une obligation.

Les bons choix

Pensez systématiquement à des crudités ou à une salade en entrée. Arrosées d’une vinaigrette à base d’huile de colza pour ses apports en  » bons  » acides gras et avec un jus de citron à la place du vinaigre ( c’est pour  » l’agrume à chaque repas  » et en plus, c’est très bon ). Prévoyez de façon aussi automatique d’agrémenter votre plat principal d’une très généreuse ration de légumes. Ne pensez plus :  » Je vais faire un / nom d’une viande / aux / nom d’un légume/ » mais inversez l’ordre des choses et dites:  » je vais me régaler en toute tranquillité avec des / nom d’un légume / et un tout petit peu de / nom d’un poisson ou d’une céréale / « . Car oui, les gros appétits peuvent compléter leur repas avec ces céréales qui calent, comme le riz, le quinoa, le sarrasin.

Bien arrosé

Bien sûr, ici, on ne parle pas de vin, ni de bière….On arrose d’eau, d’eau et encore d’eau ! Trop plate, trop fade pour vous plaire ? Ajoutez-y un filet de jus de citron, ou plus doux, d’orange ou de clémentine…ce sera toujours un peu d’alcalinisation en plus, et ça passera beaucoup mieux, vous verrez !

En fin de repas, on complète ce bel arrosage avec une boisson chaude, thé vert ou aubier de tilleul en priorité. Vous allez avoie envie d’aller aux toilettes tout l’après-midi ? Tant pis ! Ou plutôt non : tant mieux ! Parce qu’alors, vous éliminez et vous évacuez ce qui pourrait vous faire tant de mal ….Alors ? A la vôtre !

AU DÎNER soupeauchou.gif

Restons léger

S’il est un repas qui doit rester léger, c’est bien celui du soir. Vous n’avez pas besoin de beaucoup d’énergie pour aller vous coucher et dormir et, sachez-le, toutes les calories  » en trop  » avalées au dîner sont en grande partie stockées….Donc, toutes les règles de la cuisson du midi restent valables ici, les conseils pour la fin du repas encore plus.

Les bons choix

Deux options principales: la soupe suivie d’une salade ou d’un plat de légumes léger, ou le plat unique.

La soupe vous convient admirablement: un plat à base d’eau ( c’est encore ça de bu !), plein de légumes, pauvre en calories, et diversifiable à l’infini. Et quel meilleur plat pour réchauffer les fraîches ambiances hivernales ? Allez, à la soupe !

Autre solution: le plat unique, chaud et réconfortant lui aussi, mais qu’on veillera à composer de légumes en priorité et / ou de céréales. Relevé d’épices et d’herbes en associations elles sont aussi très variées, voilà de quoi vous régaler tous les jours….

Bien arrosé

Pour ce chapitre, vous connaissez les règles…Ah, je vous entends déjà !  » Mais alors, on va avoir envie d’aller aux toilettes toute la nuit ? « . D’accord. Si vous avez la certitude d’avoir atteint votre  » quota  » , allez-y avec plus de modération. Et faites comme les enfants: dînez tôt, et n’oubliez pas de prendre vos précautions juste avant d’aller dormir !

seignalet.jpg  Clique sur l’image s’il-te-plaît

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 5 Commentaires »

PAS DE PANIQUE !!!!

Posté par eurekasophie le 4 septembre 2009

 PRÉVENTION

 GRIPPE A (H1N1)

SOURCE WIKIPEDIA

LA GRIPPE A ( H1N1 )

La grippe A (H1N1) de 2009 (initialement appelée grippe porcine par l’Organisation mondiale de la santé, est une maladie respiratoire aiguë contagieuse provoquée par l’un des quelques virus de la grippe A, l’Influenzavirus A sous-type H1N1, réapparue en 2009 sous une forme génétique nouvelle transmissible d’homme à homme. Ce nouveau virus grippal, contenant des gènes de plusieurs virus connus d’origine porcine, aviaire et humaine, est un virus réassorti. Cette grippe a également été nommée, par différentes institutions internationales, grippe nord-américaine, grippe mexicaine ou grippe nouvelle avant que l’OMS ne recommande le nom de grippe A (H1N1) le 30 avril 2009.

PAS DE PANIQUE !!!! dans PRENDRE SOIN DE SOI 180px-H1N1_influenza_virus

Influenzavirus A sous-type H1N1.

Le virus se propage généralement par la toux et les éternuements ou en touchant une surface contaminée puis son nez ou sa bouche. Les symptômes, qui peuvent durer jusqu’à une semaine, sont similaires à ceux de la grippe saisonnière, et peuvent inclure fièvre, éternuements, mal de gorge, toux, maux de tête et douleurs musculaires et articulaires.

Au niveau mondial, la mortalité est faible et ne concerne que des personnes déjà affaiblies. Dans la majorité des cas, les malades n’ont présenté que des symptômes bénins et leur guérison a été rapide et complète. Les personnes présentant les symptômes de la grippe A(H1N1) sont traitées avec du paracétamol et pour les cas plus sévères avec des inhibiteurs de la neuraminidase des virus grippaux tels l’oseltamivir ou le zanamivir. Les premiers lots de vaccins contre cette nouvelle grippe seront probablement disponibles pour le courant du mois de septembre 2009.Le 11 juin 2009, l’OMS décide le passage à la phase 6 ; la grippe A (H1N1) de 2009 est donc considérée comme une pandémie.

 Qu’est-ce-qu’une pandémie ?

Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et δῆμος / dễmos (peuple)) est une épidémie touchant une part exceptionnellement importante de la population et présente sur une large zone géographique.

 SOURCE WIKIPEDIA

POUR NE PAS EN ARRIVER LÀ…

grippea3.gif

 

SE PRÉPARER À LA DEUXIEME VAGUE

En juin dernier, Marc Giroud, président du SAMU de France, s’est montré très clair :  » L’histoire nous apprend que la deuxième vague d’une épidémie de

grippe est toujours plus grave, aussi bien quantativement que qualitativement « . La pandémie grippale de 1918 l’illustra parfaitement , avec une première vague peu alarmante en mai-juin, et une seconde, beaucoup plus redoutable, en octobre-novembre. L’objectif de cet article n’est pas d’alimenter la peur, mais de faire prendre conscience de la réalité d’une menace face à laquelle nous ne sommes pas impuissants, fort heureusement. En effet, l’adoption d’un certain nombre de mesures ( en plus du lavage de mains indispensable ) peut nous aider à améliorer notre immunité naturelle et donc à mieux résister aux attaques du virus grippal A ( H1N1) «  .

Sept d’entre elles sont présentées ci-dessous.

Ah, une dernière chose : vous allez constater que les principaux protagonistes de l’immunité cellulaire sont cités au fil de l’article. Sachez qu’ils sont brièvement présentés en fin d’article. j’invite les plus curieux d’entre vous à le lire dès à présent.

grippea2.jpg

Mesures N ° 1 :

Tout d’abord : Je ne peux pas aborder ce sujet sans parler des mesures d’hygiène qui y sont associées.

La transmission du virus se fait comme on l’a vu ci-dessus, principalement par voie aérienne (par la toux, l’éternuement ou les postillons) mais peut également être manu portée (transmission par les mains et les objets touchés et donc contaminés). Il faut donc : éviter si possible tout contact avec une personne malade; se laver régulièrement les mains au savon ou les désinfecter avec une solution hydro-alcoolique (disponible en pharmacies et grandes surfaces), notamment après avoir toussé ou s’être mouché ; se couvrir la bouche et le nez quand on tousse ou éternue avec un mouchoir à usage unique (à jeter dans une poubelle fermée, si possible par un couvercle et équipée d’un sac plastique), ou avec le bras ou la manche ou avec les mains (s’il est possible de se les laver immédiatement après).  » Cela est évident !  » me direz-vous . Alors tant mieux car les gestes de chacun font la santé de tous.emoticone

Boire suffisamment

Pour renforcer vos défenses naturelles, pratiquez un geste élémentaire , celui de ….boire…… de l’eau ! emoticone L’explication est toute simple. Beaucoup de composants immunitaires circulent à travers les fluides corporels. Or, quand nous sommes déhydratés, nous avons tendance à avoir la bouche sèche, le nez sec. Ces régions se voient ainsi privées de la présence de fluides riches en composants immunitaires. La conséquence en est une moindre résistance aux attaques des agents pathogènes. C’est pourquoi vous devez veiller à boire suffisamment au cours de la saison froide, surtout quand le taux d’humidité est très bas, ce qui est généralement le cas dans les bureaux chauffés au chauffage électrique. Durant la journée, buvez de petites gorgées d’eau très régulièrement, sans attendre d’éprouver une forte sensation de soif.

Mesure N° 2 :

prendre soin des muqueuses

Les muqueuses, en particulier celles de la spère ORL, constituent le premier rempart face aux agents pathogènes.

grippea5.gif

Schéma de la sphère ORL

Le virus de la grippe en fait partie et prend un malin plaisir à s’attaquer aux cellules épithéliales qui recouvrent les voies respiratoires. Mais les muqueuses ont plus d’un tour dans leur sac: elles ne se limitent pas à tenir un simple rôle de barrière physique, mais contribuent aussi à la neutralisation des envahisseurs potentiels. Pour prendre un exemple, les cellules épithéliales buccales et gingivales produisent des composants immunitaires qui exercent leur action anti-infectieuse en se mélangeant à la salive. Plus largement, les muqueuses sont associées à des tissus lymphoïdes, l’ensemble formant un système immunitaire à part entière : le MALT  ( Mucosa-Associated Lymphoid Tissues ).

A l’arrivée de la saison froide, il est grand temps de se préoccuper de la bonne santé des muqueuses, à commencer par celles de la zone nez-gorge. La muqueuse nasale a notamment pour fonction de filtrer et nettoyer l’air en éliminant ses impuretés ( fumées, poussières, pollen, champignons, bactéries et….virus ! ). Une muqueuse nasale propre et physiologiquement active est préparée pour nous défendre en cas d’infections respiratoires. Pour maintenir une bonne hygiène nasale ou lutter contre une sécheresse nasale, ayez recours au spray d’eau de mer Quinton Action modérée, à raison d’une vaporisation matin et soir. Pour désinfecter la gorge, faites des gargarismes d’extraits de pépins de pamplemousse ( 10 gouttes dans un verre d’eau tiède ) ou recourez à la propolis en spray buccal.

grippeaquintonspray.jpgargousierflorealpes.jpg

A savoir: l’huile d’argousier aide à lutter contre l’assèchement des muqueuses ( nasale, buccale, oculaire, vaginale….) et donc à prévenir l’apparition d’inflammations. Plusieurs sociétés commercialisent de l’huile d’argousier sous forme de capsules.

Mesure N° 3 :

stimuler le thymus

grippeathymus.jpg

 Le thymus, organe glandulaire situé derrière le sternum, contribue à donner la compétence immunitaire aux lymphocytes T . Il joue un rôle important dans l’installation de l’immunité naturelle. Songez qu’à la naissance, le thymus est plus gros que le coeur ! Il commence à perdre en volume dès la fin de l’enfance. Néanmoins, l’atrophie progressive du thymus n’est pas une fatalité. Elle peut être freinée, à condition que l’alimentation apporte des doses suffisantes de certains nutriments tels que magnésium, sélinium, zinc et vitamines A, C et E.

Pour stimuler le thymus, je vous conseille de réaliser un  geste simple, qui s’apparente à celui du mea culpa, et qui consiste à se frapper ou plutôt à donner des petits coups sur la poitrine —au niveau de l’os incurvé situé au milieu de la poitrine— une douzaine de fois de suite. Au cours de la saison froide, pratiquez cet exercice quotidiennement à plusieurs reprises. Votre thymus s’en trouvera ragaillardi ! emoticone

Mesure N° 4:

dormir suffisamment

Le mode de vie actuel nous conduit à rogner sur le temps de sommeil. Or, se retrouver en dette de sommeil n’est pas sans effet sur la santé en général et sur l’immunité en particulier. On a mesuré que 4 h de sommeil en moins provoquait une diminution de 30 %  de l’activité des cellules tueuses naturelles le lendemain. Un sommeil insuffisant se traduit également par une diminution de la production d’interleukine-2, messager chimique chargé de signaler aux cellules tueuses qu’elles doivent attaquer.

personnagerigolo1.gif

Voici l’exemple de cellules tueuses heureuses d’attaquer…..hum hum s’cusez moi !

Bon ben voici des cellules tueuses à l’assaut du paludisme …tayauuut …tayauuuut !!!

cellulestueuses.jpg

Je suis sûre que la première représentation de cellules tueuses—loin d’être très immunologique certes— vous plaît d’avantage que la seconde.

N’est-il pas vrai ??? lol ! Meuuuu faut bien rigoler un peu. Bon, où en étais-je ? Ha voui…

En cas d’endormissement ( ça se dit ça ? ) difficile, de sommeil haché, agité, peu profond, peu réparateur, prenez 2 capsules d’HE de Mandarine zeste 1 heure avant le coucher. Alternative: dans une coupelle, versez 2 gouttes HE Ravintsara + 2 gouttes HE Mandarine zeste + 1 goutte HE Lavande vraie, puis appliquez le mélange sur le plexus solaire, au coucher, pendant 15 jours.

Mesure N° 5 :

apprivoiser le stress

personnagenerv.gif

 

Ouhhhh là ! Descendons d’un étage voulez-vous ..

 

personnagezen.gif

Haaa c’est mieux !

 » Tout le monde n’attrape pas la grippe dans une même famille. Pourtant, c’est un virus facilement transmissible. On a enfermé un groupe de personnes dans un hôtel pendant quelques jours. On leur a fait passer des interrogatoires pour quantifier leur degré de stress, puis on leur a inoculé le virus de la grippe. Les personnes stressées et fatiguées de manière chronique ont attrapé le virus, les autres avaient des défenses immunitaires suffisantes  »

( Dr Thierry Janssen )

D’après vous, les personnes atteintes du virus de la grippe ont-elles été soignées après avoir été contaminées ?

Un stress chronique se traduit par une baisse de cellules tueuses naturelles et une diminution de la production d’interférons. En outre, le stress augmente la production de messagers chimiques pro-inflammatoires ( interleukines 1 et 6 ).

dictionnaire.jpg «  Interleukines «  pour ceux que cela passionne ( cliquez sur le dico..)

Pour se dégager progressivement de l’emprise du stress et du cinéma intérieur qui l’accompagne, la meilleure attitude consiste à revenir à la conscience de l’instant présent et à prendre appui sur le souffle, qui joue le rôle d’interface entre le corpset l’esprit. Visualisation mentale, relaxation, massages, méditation assise ou en mouvement ( Tai Chi ) , contacts avec l’eau, la nature, les grands espaces, autant de voies à explorer pour ne plus rester le jouet de pensées et émotions négatives et pâtir de soucis répétés de santé ( hypertension, spasmophilie, maladies de peau, troubles du sommeil, de la digestion ou de la libido….).

Les plantes dites adaptogènes favorisent une meilleure résistance au stress. Elles peuvent donc s’avérer d’un grand secours. Mention spéciale à l’éleuthérocoque, originaire des steppes désertiques de Sibérie orientale.

Fiche descriptive de l’éleuthérocoque

eleutherocoque.jpg

Noms communs : Éleuthéro, éleuthérocoque, ginseng de Sibérie.
Nom botanique :
Eleutherococcus senticosus, anciennement Ancathopanax senticosus, famille des araliacées.
Noms anglais :
Siberian ginseng, eleuthero.
Nom chinois :
Ci Wu Jia.
Parties utilisées : La racine et, plus rarement, les feuilles.
Habitat et origine :
Originaire de la Sibérie et du nord de la Chine, cet arbuste est de la même famille (araliacées) que le ginseng (Panax ginseng et Panax quinquefolius), mais d’un genre botanique différent. Plante forestière qui tolère des climats plus froids que ses cousins, l’éleuthérocoque colonise les forêts mixtes situées au-delà de la limite géographique du Panax ginseng.
 

Indications- Tonifier l’organisme en cas de fatigue, de faiblesse, lorsque la capacité de travail et de concentration diminue ou durant une convalescence.- Stimuler l’appétit et les défenses immunitaires, combattre la fatigue et le stress, augmenter la mémoire et le bien-être général. 

Posologie

  • Infusion. Infuser de 2 g à 4 g de racine séchée dans 150 ml d’eau bouillante. Boire 1 ou 2 tasses par jour.
  • Racine séchée en capsules ou comprimés. Prendre de 0,5 g à 4 g de poudre de racine séchée par jour, en deux ou trois doses.
  • Teinture (1:5). Prendre de 10 ml à 20 ml par jour, en deux ou trois doses.
  • Extrait fluide (1:1). Prendre de 2 ml à 4 ml par jour, en deux ou trois doses.
  • Extrait solide (20:1). Prendre de 100 mg à 200 mg par jour, en deux ou trois doses.
  • Poudre totale sèche micronisée en gélules : 2 à 3 g à prendre avec un verre d’eau en deux prises : matin et midi avant les repas.        
  • eleuthecocoque2.jpg Cliquez sur l’image s’il-vous-plaît

    L’éleuthérocoque comme on l’a vu ci-dessus a donc une action immunomodulante par la stimulation des lymphocytes T et de l’interleukine-2 et une activité antivirale à large spectre in vitro. A l’automne, procédez à une cure de 20 jours par mois pendant 3 mois, à raison de 1 200 mg par jour sous forme de gélules qui seront à prendre le matin.

     

    Mesure N° 6 :

    faire une cure de spiruline

     En raison du raffinage des aliments et des méthodes de culture, l’alimentation actuelle est devenue plus pauvre en éléments essentiels. Elle ne procure donc plus les dosages de nutriments dont l’organisme a besoin pour pouvoir fonctionner de manière optimale et s’adapter au mieux aux contraintes de la vie moderne. Même en respectant le sacro-saint principe d’une alimentation  » variée et équilibrée « , des subcarences finissent par s’installer durablement et par affecter différents systèmes, en particulier le système immunitaire, dont le bon fonctionnement dépend de nombreux éléments essentiels : vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés, acides gras, phyto-nutriments…..

    La manière la plus efficace et la plus naturelle de compenser une bonne partie de ces déficiences plus ou moins marquées consiste à recourir à un super aliment, et, à ce titre, quoi de mieux que la spiruline, à la fois très riche en protéines et généreusement pourvue en une multitude d’éléments essentiels. De surcroît, cette micro-algue présente l’avantage de renforcer l’immunité cellulaire ( augmentation de l’activité des macrophages, augmentation de la production de gamma-interféron…) et de posséder également des propriétés antivirales ( capacité à empêcher les virus de se fixer à la cellule hôte ).

    Pour bénéficier à plein des vertus de la spiruline, il est important de choisir un produit de qualité et donc de délaisser ceux qui sont issus d’unités de production industrielle. A titre indicatif, la spiruline produite dans les Andes offre toutes les garanties de qualité. En pratique, consommez 5 g de spiruline , soit 10 comprimés de 500 mg à prendre avant les repas. Il est recommandé de bien mâcher les comprimés avant d’avaler, sauf si vous n’en appréciez pas le goût.

    spirulina.jpgspirulineflamant.jpg Cliquez sur l’image s’il-vous-plaît.

     

                                                   Observée au microscope, la spiruline est de couleur bleue-verte et ressemble à une spirale aux fils longs et minces.

    Mesure N° 7 :

    se complémenter en vitamines D (calciférol)  

    La prévention de la grippe commence dès les beaux jours en s’exposant au soleil régulièrement mais prudemment !!!! Cela permet à l’organisme de synthétiser de la vitamine D sous l’inflence des rayons UV du soleil. On estime que l’exposition au soleil peut procurer de 80 % à 90 % de la vitamine D requise. Un bain de soleil intégral (le corps à nu) peut procurer jusqu’à 250 µg (10 000 UI).

    La vitamine D régule la réponse immunitaire et participe à la différenciation des globules blancs. Elle stimule l’activité des macrophages et module celle des messagers chimiques pro-inflammatoires. Elle sert aussi à la synthèse de l’interféron.

    Le résultat du suivi récent de 19 000 adultes par des scientifiques américains est que ceux qui présentent les plus bas taux de vitamine D ont 40 %  de risques en plus de contracter une grippe ou un rhume, comparés à ceux qui présentent un taux optimal de vitamine D. Une étude antérieure avait déjà mis en évidence qu’une complémentation en vitamine D diminuait l’incidence des infections virales respiratoires chez l’enfant.

    Le déficit en vitamine D est semble-t-il le déficit nutritionnel le plus répandu parmi la population française. Pour prévenir ou pour le moins réduire les déficits hivernaux en vitamine D, une complémentation s’impose à partir du pmois d’octobre. A cet effet, on peut se tourner vers la célèbre huile de foie de morue, qui présente l’avantage d’être très riche en vitamine A. Or cette vitamine joue elle aussi un rôle important sur le plan de l’immunité. Elle active le travail de nettoyage des macrophages et maintient des niveaux adéquats de cellules tueuses naturelles. Elle aide aussi à prévenir les infections au niveau des muqueuses. Dans le cadre d’une cure d’huile de foie de morue, il faut cependant veiller à ne pas dépasser 2 500 UI de vitamine  A par jour.

    On trouve également de la vitamine D dans :

    Aliments Portions Vitamine D*
    Saumon, grillé ou poché 100 g (3 ½ oz) 15-26 µg
    Thon rouge grillé 100 g (3 ½ oz) 23 µg
    Huître, crue ou cuite à la vapeur 100 g (3 ½ oz) (2 à 4 moyennes) 8 µg à 20 µg
    Hareng de l’Atlantique mariné 100 g (3 ½ oz) 17 µg
    Champignons shiitakes séchés 10 champignons (36 g) 15 µg
    Saumon fumé 100 g (3 ½ oz) 10 µg
    Truite grillée 100 g (3 ½ oz) 5 µg à 7 µg
    Anguille grillée 100 g (3 ½ oz) 6 µg
    Doré grillé 100 g (3 ½ oz) 5 µg
    Flétan, atlantique ou pacifique, grillé 100 g (3 ½ oz) 5 µg
    Hareng de l’Atlantique légèrement fumé et salé 100 g (3 ½ oz) 5 µg
    Oeuf, jaune seulement, cru 2-4 gros jaunes (80 g) 3 µg
    Brochet grillé 100 g (3 ½ oz) 3 µg
    Lait de vache de 0 % à 3 25 % MG 250 ml (1 tasse) 1 µg à 3 µg
    Boisson de soya enrichie 250 ml (1 tasse) 2 µg
    Boisson de riz enrichie 250 ml (1 tasse) 2 µg
    Plie ou sole grillée 100 g (3 ½ oz) 2 µg
    Sardine de l’Atlantique en conserve 100 g (3 ½ oz) 2 µg
    Foie de boeuf braisé ou sauté 100 g (3 ½ oz) 1 µg
    Fromage suisse (emmental) 50 g (1 ½ oz) 1 µg

     

    L’immunité cellulaire: un travail d’équipe

    Une fois que le virus de la grippe a pénétré dans les cellules, il détourne la machinerie de celles-ci pour se multiplier. Les cellules infectées réagissent en sécrétant de l’interféron alpha et/ ou bêta. Le rôle de ces protéines est  » d’interférer  » avec l’infection virale, c’est-à-dire de la ralentir jusqu’à ce que l’organisme produise une réponse immunitaire spécifique contre l’intrus. Les interférons ont aussi la propriétés de rendre plus agressives les cellules tueuses naturelles ou natural killers, spécialisées dans la destruction des cellules tumorales et des cellules infectées par les virus.

    Les cellules tueuses, quant à elles, sécrètent de l’interféron gamma, qui pousse les macrophages — des cellules ayant la propriété de capturer et de digérer les agents pathogènes — à se mettre au travail.

    Les interférons alpha, bêta et gamma font partie de la famille des cytokines, qui comprend également les interleukines.

    Pour clore cette présentation succinte qui donne un petit aperçu de la complexité du système immunitaire, il n’est pas exagéré de dire que le rôle de chef d’orchestre de l’immunité cellulaire revient aux lymphocytes T auxiliaires ou T helpers.

    Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 16 Commentaires »

    LES MALADIES PLUS COURANTES

    Posté par eurekasophie le 28 août 2009

    hahneman02.jpg 

     

     

    accueil.gifLES REMÈDES CONTRE LES MALADIES COURANTES

    decopunaise.gifTroubles ORL et Grippedecopunaise.gif

    Le rhume est l’une des maladies les plus difficiles à soigner, mais l’homéopathie a des ressources intéressantes.

    decopunaise.gif Au moindre coup de froid, une dose d’Oscillococcinum 200, suivie de 3 granules d’Aconit 9 CH toutes les heures feront l’affaire. Si le nez est bouché et sec, prendre 3 granules de Sambucus nigra 9 CH ou de Nux vomica 9 CH 3 fois par jour. Si le nez coule comme de l’eau, la solution sera 3 granules d’Allium cepa 9 CH 3 fois par jour.

    decopunaise.gif En cas de RHINITE à répétition ( forme d’allergie ) : Natrium muriaticum 9 CH ( 3 granules , 3 fois par jour ) .

    decopunaise.gif Pour lutter contre la SINUSITE , plusieurs remèdes sont à disposition. Pour la sinusite aggravée par le courant d’air : Hepar sulfur 9 CH ( 5 granules , 3 fois par jour).

    Pour une SINUSITE avec écoulement jaune : Mercurius solubilis 9 CH ( 5 granules , 3 fois par jour ) .

    Pour la SINUSITE sans nez bouché : Belladona 9 CH ( 5 granules , 3 fois par jour ).

    decopunaise.gif L’homéopathie est efficace pour prévenir les ANGINES à répétitions . Une ANGINE rouge foncé avec douleurs irradiées jusqu’aux oreilles sera soignée avec Phytolacca 9 CH ( 5 granules, trois fois par jour ), tandis que pour une ANGINE avec points blancs, on donnera Mercurius solubilis 9 CH ( 3 granules, 3 fois par jour ).

    decopunaise.gif Contre les MAUX DE GORGE , il faudra adopter Belladonna et Mercurius solubilis en 5 CH , en alternance 3 fois par jour à raison de 5 granules .

    decopunaise.gif Une éventuelle INFECTION STREPTOCOCCIQUE nécessitera la prise d’un traitement antibiotique pour éviter les complications.

    decopunaise.gif Contre les LARYNGITES , TRACHEITES ET BRONCHITES , on prendra systématiquement Arum triphyllum , auquel on pourra associer Bryonia en cas de TOUX SECHE , Hepar sulfur ( toux calmée par la chaleur ) , Chamomilla en cas de toux et Histaminum s’il existe une composante allergique ( en 5 CH à raison de 5 granules, 3 fois par jour ).

    decopunaise.gif Contre l’ OTITE AIGUE , Aconit 9 CH ( 5 granules, 3 fois par jour ) sera d’un bon secours. Enfin, lorsque l’on a un RHUME ou que l’on a PRIS FROID , on a tendance à dire :  » j’ai la grippe  » . Ce n’est pas toujours vrai, car la grippe est due à un virus, dont les symptômes sont précis : fièvre élevée , maux de tête, douleurs musculaires. Si l’on veut éviter de se faire vacciner, on peut prendre pendant toute la durée hivernale 3 granules par semaine de Influenzinum 30 CH

    decopunaise.gif En revanche, si LA GRIPPE est déjà là : une dose d’Oscillococcinum 200 , suivie 3 heures après d’une dose de Sulfur 30 CH , puis 3 granules de Gelsemium 9 CH , Rhus toxicodendron 9 CH et Eupatorium 9 CH en alternance.

    decopunaise.gifProblèmes digestifs decopunaise.gif

     La médecine homéopathique est très précise pour toutes les circonstances de la vie digestive.

    decopunaise.gif APRES UN BON REPAS , lorsque  l’on se sent lourd, le mieux est de prendre systématiquement Nux vomica 9 CH ( 5 granules, trois fois par jour ). Mais il faut savoir qu’à chaque aliment précis que l’on ne DIGERE PAS, il existe un remède adapté. Par exemple, Ferrum metallicum pour les OEUFS, Chinimum arsenicosum pour le POISSON ou ignatia pour le CAFE. Si l’on ne supporte pas l’odeur de la nourriture, il suffira de prendre 5 granules de Colchicum 9 CH.

    decopunaise.gif En cas d’INTOXICATION ALIMENTAIRE, c’est Arsenicum album 9 CH qu’il faudra prendre 3 fois par jour, même longtemps après l’évènement.

    decopunaise.gif Contre les CRAMPES D’ESTOMAC avec sensibilité : Nux vomica 9 CH. Contre l’aérophagie et les éructions : Carbo vegetalis 9 CH

    decopunaise.gif Lorsque le ventre est gonflé d’air, on se sent BALLONNE . Les 3 médicaments les plus utilisés sont Carbo vegetalis, Lycopodium et China. On les utilisera en dilution 9 CH à raison de 3 ou 5 granules , 3 fois par jour.

    decopunaise.gif Pour les TROUBLES DU FOIE, c’est Chelidonium majus , qui est le médicament le plus caractéristique.

    decopunaise.gif En cas d’HEPATITE VIRALE, c’est vers Phosphorus 7 CH et 15 CH que l’on se tournera.

    decopunaise.gif Pour apaiser les BRULURES D’ESTOMAC , une cure d’argile soulagera rapidement grâce à ses vertus adoucissantes et anti-inflammatoires. Le bon remède homéopathique sera Robina 9 CH , à prendre à raison de 5 granules 3 fois par jour.

    decopunaise.gifPour combattre la constipation ou la diarrhéedecopunaise.gif

    decopunaise.gif Un bon drainage du foie rétablit le transit. Une ampoule de jus de radis noir sera parfait pour stimuler l’évacuation de la bile et activer les contractions de l’intestin. Un masasge de l’abdomen à l’huile essentielle de marjolaine apportera une détente abdominale intéressante. Le bon remède homéopathique sera Bryonia 9 CH , à raison de 5 granules 2 fois par jour ou Platina 15 CH , 5 granules 3 fois par jour.

    decopunaise.gif Pour calmer une diarrhée le charbon végétal aura des propriétés assainissantes et antiseptiques tout à fait efficaces, à condition de penser à réensemencer l’intestin avec des ferments naturels ( bifidus ou Ultra-levure ). Le bon remède homéopathique : Arsenicum album 15 CH et Podophyllum 15 CH , 5 granules, 3 fois par jour.

     

    decopunaise.gifAffections cutanéesdecopunaise.gif  

    L’homéopathie fait merveille dans bon nombre de maladies de la peau.

    decopunaise.gif Pour soigner l’ACNE JUVENILE , on a recours à Kalium bromatum 9 CH.

    decopunaise.gif Contre BOUTON DE FIEVRE ou L‘HERPES , le meilleur remède est Rhus toxicodendron 9 CH , qui est également un bon remède de rhumatismes et de grippe.

    decopunaise.gif Pour calmer L’IRRITATION et le bourgeonnement de CICATRICES disgracieuses, Graphites 9 CH fait des merveilles, aussi bien en granules qu’en pommade.

    decopunaise.gif Contre les PRURITS et toutes les DEMANGEAISONS de type parasitaire, il faut choisir Dolichos pruriens 9 CH ( 5 granules , 3 fois par jour ).

    decopunaise.gif Dans le cas du PSORIASIS, le médicament le plus utile en homéopathie est dérivé de l’arsenic : Arsenic album 9 CH .

    decopunaise.gif Pour lutter contre L’ URTICAIRE, qui est une manifestation allergique très désagréable, on a coutume d’utiliser Urtica urens 9 CH . C’est le médicament qui a le plus de chance de calmer le patient.

    decopunaise.gif Enfin lorsque l’on a affaire à des INFECTIONS DE LA PEAU du type ABCES , MYCOSE, PANARIS ou IMPETIGO , la solution est d’utiliser la teinture -mère de Calendula en badigeon ou en compresse.

    decopunaise.gifMaux de tête decopunaise.gif

    En médecine classique, lorsque l’on a mal à la tête, on prend de l’aspirine. En homéopathie, le médicament sera choisi d’après différents critères de cause, de localisation, de sensation et de symptômes concomitants.

    decopunaise.gif Ainsi , pour un MAL DE TETE apres une fatigue oculaire, on choisira Onosmodium 9 CH tandis qu’on choisira Natrum muriaticum 9 CH après une contrariété.

    decopunaise.gif Si le MAL DE TETE est situé à l’arrière du crâne, on prendra Gelsemium sempervirens 9 CH , mais s’il se trouve plutôt au sommet du crâne, c’est vers Actea racemosa 9 CH que l’on se tournera.

    decopunaise.gif Au niveau des sensations, si l’on ressent les PAUPIERES LOURDES, le remède sera Gelsemium sempervirens 9 CH , mais si l’on a mille petits marteaux qui battent et tapent sur le cerveau, Natrum muriaticum 9 CH sera la solution.

    decopunaise.gif Enfin, si le MAL DE TETE s’accompagnent de symptômes concomitants, comme par exemple des LARMOIEMENTS , on prendra Pulsatilla 9 CH.

    decopunaise.gif Si le visage est CONGESTIONNE , on devra avoir recours à Melilotus 9 CH . La liste peut au premier abord paraître longue, mais il est important de ne pas négliger ces symptômes, qui peuvent être déterminants dans le processus de guérison. On notera que Natrum sulfuricum est très utile aux migraineux, surtout lorsqu’ils ont un mauvais fonctionnement biliaire. Lorsque l’on est atteint de vertiges au moindre mouvement ou en remuant les yeux, la panacée reste Bryonia alba 9 CH.

    decopunaise.gifDouleurs rhumatismalesdecopunaise.gif

    Entre arthrose, arthrite, douleur articulaire, lumbago et autre sciatique, on s’y perd un peu.

    decopunaise.gif Dans le cas de RHUMATISMES déclenchés par l’humidité, on utilise très fréquemment Dulcamara 9 CH ( 5 granules, 3 fois par jour). La localisation de la douleur aura une importance capitale dans le traitement . Ainsi pour une douleur à l’épaule, on prendra Ferrum metallicum 9 CH. Pour une douleur à la cheville, c’est Apis 9 CH que l’on choisira. Mais par contre, pour les trois premières vertèbres dorsales, Actea racemosa 9 CH sera particulièrement indiquée.

    decopunaise.gif Pour la SCIATIQUE accompagnée d’engourdissement : Gnaphalium 9 CH ( 5 granules, 3 fois par jour ), tandis que pour une sciatique avec des douleurs en éclair, on préférera Magnesia phosphorica 9 CH.

    decopunaise.gifLes CRAMPES MUSCULAIRES sont le lot de beaucoup d’entre nous. D’abord, un geste local peut soulager lorsque l’on est saisi d’une crampe. Ensuite, on n’hésitera pas à employer Colocynthis 9 CH , si l’on constate une amélioration de la crampe par pression forte ou à la chaleur. Pour les crampes localisées dans les doigts des mains ou des pieds, Cuprum 9 CH ( 3 granules, 3 fois par jour ) sera d’un bon secours.

    decopunaise.gifContre les bobos de la bouchedecopunaise.gif 

    Lorsque l’on est prédisposé aux aphtes, aux boutons de fièvre et aux gingivites, l’homéopathie est d’un grand secours.

    decopunaise.gif Contre les APHTES , il suffit debadigeonner avec des teintures-mères de Calendula , Phytolacca et Hydrastis. Parmi les médicaments : Borax 5 CH et Mercurius 5 CH à raison de 5 granules toutes les deux heures. Pour prévenir un bouton de fièvre, 2 comprimés de vitamine C et un badigeonnage de la lésion avec de l’huile essentielle de citron seront efficaces.

    decopunaise.gif Si les GENCIVES SAIGNENT et gonflent après les repas : Carbo vegetalis 5 CH ; si la douleur diminue sous l’effet du froid : Apis 5 CH et si les gencives sont très rouges : Belladonna 5 CH.

     

    decopunaise.gifAllergiesdecopunaise.gif 

    Les allergies se manifestent à des endroits différents de l’organisme et correspondent à un terrain allergique. Au contact d’une substance à laquelle il est particulièrement sensible, l’organisme va libérer de l’histamine, responsable des symptômes ressentis. Le but de l’homéopathie est de ramener cette hyper réactivité à une réactivité normale.

    decopunaise.gif Dans le cas du rhume des foins, déclenché par le pollen des plantes fourragères et de certains arbres, on pensera à Sabadilla 9 CH , un bon remède des muqueuses respiratoires. La rhinite allergique a la même définition que le rhume des foins, si ce n’est qu’elle se déclenche à n’importe quel moment de l’année et qu’elle peut être provoquée par des allergènes autres que les pollens de fleurs ou d’arbres ( poussière, acariens, produits chimiques ou matières synthétiques). L’asthme est également une maladie allergique.

    En présence d’une substance que l’on ne tolère pas, il se produit une réaction anormale ( oreillers en plume, présence d’un chat dans la maison ) . Dans ce cas, comme dans le cas d’allergie aux aliments, aux produits de soin de la peau ou aux odeurs, c’st vers les causes elles-mêmes, les modalités et les sensations que l’on devra se tourner.

    decopunaise.gifOrganes génitaux et voies urinairesdecopunaise.gif 

    decopunaise.gif Beaucoup de femmes se plaignent de DOULEURS AIGUES  au moment de leurs REGLES. L’homéopathie peut les aider sensiblement avec par exemple Sabina 9 CH ( douleurs dans le sacrum ) , Chamomilla 9 CH ( douleurs très fortes ) ou Belladona 9 CH ( pesanteur dans le bas-ventre).

    decopunaise.gif Pour les messieurs, dont la PROSTATE est volumineuse et congestionnée, on peut améliorer les petits ennuis satellites ( uriner trop souvent, en particulier la nuit ) avec Sabol composé X ( 10 gouttes, 3 fois par jour ). Contre l’inflammation de l’urètre, on conseille généralement Patroselinum 9 CH.

    decopunaise.gif On peut aussi éliminer certains CALCULS par les voies urinaires. En cas de colique néphrétique, il suffit de mettre dans un grand verre d’eau 5 granules d’Arnica, Belladona, Berberis, Calcarea carbonica, Lycopodium, Ocimum canum et Pareira brava. Puis agiter et prendre une cuillerée à café du mélange toutes les 15 mn ou toutes les 30 mn selon l’intensité des douleurs.

    decopunaise.gif Enfin pour une INFECTION URINAIRE , le traitement homéopathique est assez efficace. Hepar sulfur 9 CH ( 5 granules, 3 fois par jour) et 2 ampoules de serum anticolibacillaire par jour seront la base du traitement. On pourra ajouter Formica rufa ( 10 gouttes, 3 fois par jour) ou Cantharis 9 CH ( 3 granules, 3 fois par jour ) en cas de crise violente.

    decopunaise.gif Dans le cas de CYSTITES à répétition, l’homéopathie est d’un excellent secours. Les remèdes les plus souvent prescrits sont : Terebinthina 5 CH conttre les brûlures, les spasmes et les envies pressantes; Cantharis 5 CH pour les brûlures intenses lors de la miction; Pareira brava si l’on doit faire des efforts pour vider la vessie; Staphysagria 5 CH , si la cystite se déclare après un rapport sexuel; Formica rufa si les urines sont troubles et malodorantes.

    decopunaise.gifAffections neurologiquesdecopunaise.gif 

    Les nerveux , les anxieux, les insomniaques sont de plus en plus nombreux autour de nous. L’homéopathie se propose de lever les tensions intérieures, qui empoisonnent l’existence de beaucoup d’individus.

    decopunaise.gif  Selon le degré d’ANXIETE , les modalités, les causes, les sensations ressenties, on soignera de façon différente. Pour une anxiété avec sensation de malaise imminent, le remède sera Moschus 9 CH , mais si elle s’accompagne d’oppression dans la poitrine, on utilisera plutôt Ignatia 9 CH.

    decopunaise.gif Pour l’individu PRESSE et STRESSE , le remède miracle, c’est Argentum nitricum 9 CH , le premier médicament de la vie moderne. Si le malade a le moral en berne, qu’il ressent le stade juste avant la dépression, on pensera à Ignitia 9 CH qui combat les idées noires, la sensation de boule dans la gorge et toute la cohorte de sentiments négatifs.

    decopunaise.gif Lorsque l’on est dans le CREUX DE LA VAGUE , il arrive que l’on soit particulièrement irritable ou impulsif. Le remède : Nux vomica 9 CH

    decopunaise.gif Enfin, l’ANXIETE se traduit également par des périodes d’INSOMNIE, que l’on peut tout à fait combattre, en faisant une petite cure de Coffea 9 CH

    decopunaise.gifContre les vertiges decopunaise.gif

    L’homéopathie est très souvent efficace dans les sensations vertigineuses. Cinq remèdes se détachent parmi d’autres:

    Conium pour les vertiges qui apparaissent en position allongée;

    Bryonia, lorsque le vertige est aggravé par le mouvement;

    Cocculus contre les vertiges des transports;

    Nux vomica, pour lutter contre des vertiges qui surviennent après un repas et qui sont aggravés par le bruit et la lumière

    Tabacim , lorsque les vertiges apparaissent en voiture.

    Ces remèdes sont prescrits en 5 CH , à raison de 4 granules à sucer 3 fois par jour.

    decopunaise.gifEn préparation à l’accouchementdecopunaise.gif 

    Les médicaments homéopathiques de préparation à l’accouchement sont absolument sans risque pour la mère comme pour l’enfant. Ils sont sans effets secondaires et ils sont très efficaces.

    Avant la naissance du bébé:

    Actaea racemosa 9 CH et Caulophyllum 9 CH à raison de 5 granules matin et soir, 10 jours avant l’accouchement.

    Le jour de l’accouchement :

    Gelsemium 15 CH contre l’angoisse, Ignatia 15 CH en cas de crises de tétanie, Pulsatilla 15 CH contre l’excès d’émotivité et Nux vomica 15 CH pour apaiser la nervosité.

    Il suffira de prendre une dose d’un ou deux remèdes dès le début du travail et une autre 3 heures après.

    Pendant les suites des couches:

    Arnica 15 CH et Staphysagria 9 CH en cas d’épisiotomie ( 5 granules par jour pendant 8 jours ).

     

    decopunaise.gifEtat géneral decopunaise.gif

    Lorsque l’on ressent une fatigue générale, on a besoin de recharger ses batteries pour se sentir performant.

    decopunaise.gif En cas de FATIGUE intense après une maladie infectieuse par exemple, on aura recours à Pulsatilla 9 CH

    decopunaise.gif Après un ACCOUCHEMENT, Sepia 9 CH fera des merveilles.

    decopunaise.gif Gelsemium 9 CH sera souverain après L’ANNONCE d’une mauvaise nouvelle

    decopunaise.gif Pour accélérer l’arrêt de la CIGARETTE ou de l’alcool, l’homéopathie a recours à des préparations à partir du propre produit incriminé. Ainsi, on peut faire préparer un isothérapique 9 CH à partir de sa cigarette et il suffit d’en prendre 3 granules, dès que l’envie de fumer se manifeste. Il arrive un moment où la cigarette n’a plus degoût et où l’on cesse définitivement sans difficulté. C’est la même chose avec l’alcool. L’isothérapique est une préparation spéciale à partir d’une substance considérée comme toxique pour le malade.

    decopunaise.gif Pour finir, un problème crucial : LE POIDS. C’est souvent un problème complexe et l’embonpoint fait souvent écran à des problèmes intérieurs profonds. C’est pourquoi l’homéopathie met en avant le fait que le problème du poids est plus que tout celui de l’équilibre.

    decopunaise.gifTroubles chez l’enfant decopunaise.gif

    L’homéopathie est très bien tolérée chez les enfants dès leur plus jeune âge. Car les petites granules sont facilement assimilables, même chez le nourrisson. Les maladies infectieuses de l’enfance ne sont que les éliminations de virus et de toxines de l’organisme.

    decopunaise.gif Lorsque la maladie s’est déclarée, on utilisera en cas de ROUGEOLE : Sulfur, Morbillinum et Belladona

              decopunaise.gif VARICELLE : Antimonium tartaricum, Sulfur et Rhus toxicodendron

                   decopunaise.gif OREILLONS: Sulfur, Mercurius solubilis et Pulsatilla

                        decopunaise.gifCOQUELUCHE : Coccus cacti

                           decopunaise.gif RHINO-PHARYNGITE : Agraphis nutans 9 CH, qui est indiqué également en cas de végétations avec complications aux oreilles.

    Le tout en 9 CH à raison de 3 granules, 3 fois par jour.

    decopunaise.gif Certains enfants deviennent nerveux au contact de l’ambiance familiale, si celle-ci est tendue. Pour les aider, Chamomilla 9 CH sera parfait, en particulier s’ils sont grognons et capricieux.

                          

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Publié dans HOMEOPATHIE, MALADIES COURANTES ET SES REMEDES, MEDECINES DOUCES | Pas de Commentaires »

    L’HYDROTOMIE ….PAR LE Dr François Epineuze

    Posté par eurekasophie le 26 juillet 2009

     

     

    L’hydrotomie  percutanée à l’eau  de mer.

               

    image1.gif  

    Cette méthode qui consiste en l’injection sous cutanée de Quinton est en fait une réactualisation de ce que faisait le docteur René Quinton avant la première guerre mondiale.

    Comme toujours, rien de vraiment nouveau sous le soleil, mais ça vaut qu’on s’arrête un moment sur cette merveilleuse technique qui va permettre très vraisemblablement de résoudre définitivement et sans aucun danger tous les problèmes de dos.

    Il faut surtout bien comprendre ce qu’est l’hydrotomie et ainsi savoir exactement à quelle pathologie précise elle s’adresse afin de la proposer à ceux qui seront améliorés voire très souvent guéris à coup sûr et ne pas embarquer dans des espoirs vains n’importe qui.

    Pour comprendre pourquoi cette méthode s’adresse en priorité aux discopathies rachidiennes, c’est-à-dire au mal de dos, voyons comment un dos se met à faire mal.

    Le dos c’est des vertèbres qui sont empilées les unes sur les autres et entre lesquelles existent une sorte de petit coussin qui sert d’amortisseur : les disques intervertébraux. Au milieu de cette pile de vertèbres passe la moelle dans un canal, appelé canal rachidien, qui est constituée au dépend des corps vertébraux à leur partie postérieure et de cette moelle sortent, à travers la paroi latérale des vertèbres, des nerfs qui sont en fait des racines nerveuses qui vont aller innerver tous les organes du corps ainsi que tous les muscles.

    Ces racines nerveuses sortent de chaque coté des vertèbres et pour cela doivent franchir un trou latéral prévu à cet effet de chaque coté des vertèbres. Il y en a un à gauche et à droite et la hauteur de ces trous n’est pas fixe, c’est bien là le problème, mais dépend de la hauteur de chaque disque rachidien et donc de l’intégrité de ces disques intervertébraux.

    Si la hauteur d’un disque, entre 2 vertèbres, diminue pour des raisons variables selon les malades elle va automatiquement diminuer le diamètre des 2 trous correspondants, également nommé trous de conjugaison, et alors on comprend très bien que le diamètre diminuant, la racine nerveuse qui passe par ce trou va se trouver serrée, comprimée et c’est ça qui fait mal.

    Le schéma qui suit indique comment les disques sont disposés par rapport aux vertèbres dans le cas, bien entendu, où tout est normal et où le sujet n’est pas encore atteint de pathologie discale.

    image2.gif

    Donc ce qui est la cause du mal de dos c’est le mauvais état du ou des disques intervertébraux qui, en diminuant de hauteur, provoquent une compression de racine(s) nerveuse(s) qui à son tour déclenche une sensation de douleur et même parfois en plus génère une paralysie.

    Là il m’apparaît important d’introduire remarques et commentaires sur la façon dont on doit nécessairement traiter ce mal de dos.

    Comme je viens d’en donner l’explication il s’avère clairement que le mal de dos est entièrement d’origine mécanique et que, en toute logique, à un problème d’ordre mécanique seule une réponse d’ordre mécanique sera appropriée.

    On voit déjà combien le fait de donner des anti-inflammatoires dans le mal de dos est idiot puisqu’au lieu de répondre de façon mécanique on traite une inflammation qui n’existe pas !

    De même la réponse chirurgicale, qui consiste à aller enlever un morceau du disque intervertébral qui comprime la racine nerveuse, peut de prime abord paraître logique et adaptée mais ne fait en réalité qu’aggraver le problème à moyen terme, même si il y a un soulagement à court terme du fait qu’on supprime immédiatement la compression mécanique de la racine nerveuse mais on ne résout pas le fait que le disque s’est affaissé et bien sûr va continuer à le faire ce qui rendra cette opération inutile car bien incapable d’empêcher le processus d’affaissement du disque de continuer. Sans compter que cette intervention, si près de la moelle épinière, est particulièrement risquée et se termine trop souvent par le fauteuil roulant à vie !

    En médecine il faut, ou plutôt il faudrait, toujours garder le simple bon sens ; on sait que le mal de dos est d’origine mécanique car un ou plusieurs disques intervertébraux vont avoir tendance à s’affaisser progressivement et un jour cela aboutira à la compression d’une ou de plusieurs racines nerveuses source de douleur.

    Soit….

    Alors essayons de comprendre pourquoi ces fameux disques ne gardent pas leur hauteur et ont cette fâcheuse tendance à s’affaisser créant compression et douleur.

    Comme l’a expliqué notre ami Michel Dogna dans le numéro 47 de Vérités Santé Pratique, de récents travaux ont démontré que si les disques intervertébraux avaient tendance à s’affaisser c’est parce qu’ils se déshydrataient, ce qui reste tout à fait dans la logique d’une cause d’ordre mécanique.

    Donc, là aussi la logique de la maladie veut que si la déshydratation des disques intervertébraux soit la cause des douleurs de dos, le traitement sera donc la réhydratation de ces mêmes disques.

    Il fallait dès lors trouver simplement le moyen de réhydrater les disques atteints afin de leur redonner l’épaisseur et la hauteur qu’ils avaient perdu et qui fut la cause de la survenue du mal de dos.

    C’est ça l’hydrotomie percutanée à l’eau de mer, c’est la réhydratation des disques intervertébraux déshydratés, réhydratation qui redonne la hauteur perdue au cours du lent processus de déshydratation.

    Maintenant, et pour être tout à fait complet dans mon exposé, il me faut expliquer comment se déroule cette méthode révolutionnaire.

    L’eau de mer en question c’est le plasma de Quinton sous forme injectable, c’est-à-dire isotonique et non hypertonique comme la forme buvable connue depuis fort longtemps.

    image3.gif

    Quinton isotonique disponible chez Source Claire

    En effet, si l’on savait exister cette très intéressante propriété du Quinton, il fallait toutefois en trouver qui soit injectable, grâce à la société Source Claire c’est dorénavant chose faite et on peut s’en procurer autant qu’il en faudra.

    Donc on utilise un flacon de 250 cc de Quinton injectable que l’on fait diffuser au niveau de la région du dos que l’on veut traiter grâce à une tubulure de perfusion un peu spéciale que l’on a surnommé « pieuvre » à cause de sa terminaison qui aboutit à 12 aiguilles sous-cutanées. Ces aiguilles sont disposées au niveau de la région du dos à traiter, lombaire dorsale ou cervicale, de chaque coté de la colonne vertébrale, 6 aiguilles à gauche et 6 aiguilles à droite environ à 2 ou 3 cm du milieu du dos et espacées en hauteur de 3 à 4 cm. Au total 12 aiguilles sous-cutanées sont ainsi disposées à chaque séance.

    image4.gif

    Quant ceci est terminé il reste à ouvrir le robinet sur la tubulure de perfusion qui relie le flacon, accroché à un pied spécial de perfusion, aux aiguilles sous-cutanées installées comme je l’ai expliqué. On règle le débit à une goutte/seconde et on attend patiemment que les 250 cc d’eau de mer s’écoulent, ce qui prend au moins 45 mn.I

    l faut cependant savoir que la durée de la première, et parfois de la deuxième séance peut être nettement plus courte surtout si les disques étaient très déshydratés.

    En effet les 250 cc du flacon d’eau de mer peuvent être passés en 15 à 20 mn seulement au tout début du traitement.

    Quand c’est fini on enlève les aiguilles et le tout est jeté car c’est bien entendu à usage unique.

    L’effet est en général assez rapide à se faire sentir et parfois même dès la fin de la première séance il y a un mieux.

    Comme c’est un produit entièrement naturel il n’y a aucune contre-indication.

    Pour être le plus rapidement efficace possible il est souhaitable de ne pas espacer les 4 premières séances de plus d’une semaine, la bonne fréquence est donc une séance/semaine au début, puis on peut ensuite espacer à tous les 15 jours ou même 3 semaines à partir de la cinquième/sixième séance.

    Au total il faudra bien 10 séances pour être le plus durablement efficace possible et ensuite des séances seront faites à la demande des patients en fonction de multiples facteurs qui pourraient être la source de la réapparition des douleurs du dos. Comme il n’y a pas deux cas pareils dans ce domaine je ne peux aborder ici tous les cas de figures possibles dans cette pathologie cependant de plus en plus fréquente.

    Et quelques récents cas m’incitent à nouveau à insister sur plusieurs points essentiels pour aboutir à une guérison de cette pathologie du dos. Au risque de parodier Monsieur De La Palice je rappelle que commencer pour s’arrêter après la première ou la deuxième séance est idiot, en ce cas il eût fallu mieux ne jamais s’engager dans cette méthode.

    Ce n’est pas parce que sont survenues des douleurs dans les jours qui ont suivi la première séance qu’aussitôt il faille tout abandonner, bien au contraire cela signifie que l’ensemble de l’axe rachidien est en train de bouger et c’est un très bon signe qui indique que les disques intervertébraux répondent positivement à ce traitement et donc il ne faut absolument pas s’effrayer d’une telle réaction et se dire que c’est le bon choix et qu’il faut continuer et qu’en tout état de cause les douleurs auront cessé dès la troisième séance au très grand maximum.

    Oui, c’est exact et il faut le dire, il peut y avoir une réaction douloureuse, mais ça n’est pas une règle ni une constance, après la première séance et aussi après la deuxième mais jamais après la troisième. Ceci s’explique, comme je l’ai dit plus haut, mécaniquement, puisque c’est le principe d’action de cette méthode, par le fait que sous l’influence de la réhydratation des disques les vertèbres bougent un peu et cela est toujours à l’origine de douleurs, au demeurant très supportables et très passagères.

    Aussi je tiens à répéter ici qu’il faut savoir ce qu’on veut et que le fait de pratiquer la première séance implique que l’on continue sinon tout le monde y perd, le ou la malade aura perdu son temps et son argent et le médecin aura perdu son temps qui aurait pu être attribué à quelqu’un d’autre.

    Mais comme nous sommes en France, pays d’assistés à cause de la politique de la sécu, il faut encore signaler qu’il peut se produire aussi un autre phénomène après une séance, dans les heures qui suivent, phénomène parfaitement sans danger mais qui a tendance à prendre des proportions chez les anxieux et les hypochondriaques.

    Ce phénomène, c’est la survenue possible de fièvre et de tremblements quelques heures après la séance manifestement parce que les organismes modernes ne sont plus du tout habitués aux produits naturels.

    Quoiqu’il en soit ceci n’est absolument pas grave et l’erreur à ne pas commettre c’est d’appeler le premier médecin venu qui ne comprendra rien, qui de plus ne connaît absolument pas la méthode et qui ne manquera pas de mettre le ou la patiente sous traitement antibiotiques !

    Si on est un gros douillet et qu’on veut un peu plus de confort, conformément aux habitudes que nous a données la sécu en instituant un assistanat chronique, on peut prendre un peu d’aspirine si bien entendu il n’y a pas de contre-indication à prendre ce médicament chimique.

    Mais encore une fois et comme pour les douleurs éventuelles, ça n’est ni un effet secondaire ni une complication de la méthode et en tout cas jamais une raison pour différer la prochaine et séance et encore moins pour tout arrêter !

    Maintenant, avant de conclure ce petit exposé, il convient d’aborder les autres localisations qui peuvent bénéficier de ces injections de Quinton.

     

    Les autres localisations.

      

    Le principe est assez simple : on peut traiter toutes les grosses articulations de la même façon que les disques intervertébraux, avec les mêmes outils : même tubulure ( la pieuvre ) et même flacon de Quinton de 250 cc.

    Les articulations concernées en priorité sont au nombre de deux.

    Les hanches :

    image5.gif

    image6.gif

    La deuxième, c’est les genoux :

    image7.gif

    Je ne dirais pas plus sur ces deux localisations car le protocole de traitement est strictement le même que pour le dos.

    Par contre, comme quoi aucune méthode n’est jamais la réponse absolue à tous les maux, il ne semble pas intéressant de l’utiliser pour les douleurs des épaules et des poignets, également pour les doigts ou les orteils.

    Je l’ai essayé dans ces pathologies sans résultats supérieurs à la traditionnelle mésothérapie associée à un traitement homéopathique ciblé.

    ********************************************

    En conclusion je pense qu’il faut quand même dire que cette technique est absolument fantastique tant elle est simple, sans aucun danger ni aucune contre-indication, s’adresse à tous les âges et s’est montrée constamment efficace.

    De plus elle permet d’éviter la chirurgie à fuir à tout prix car l’acte chirurgical enlève un morceau de disque et peut, pour le coup, compromettre gravement tout espoir de guérison, même par hydrotomie car on comprend très bien qu’on ne peut réhydrater qu’un disque encore entier et que s’il en manque des bouts le résultat risque d’être nettement moins certain !

                 

    Docteur François Epineuze.

     

       

    VOS QUESTIONS

    Voici quelques questions posées fréquemment par les patients.

    1) Est-ce que l’Hydrotomie est douloureuse ?
    A priori non, plutôt désagréable comme toute injection mais elle bénéficie de l’utilisation d’une anesthésie locale diluée, ce qui rend la séance plus confortable pour le patient. Il en est de même pour la Mésoperfusion.

    2) Combien de temps dure la séance ?
    - L’Hydrotomie à la main et à la seringue dure 5 à 10 minutes, parfois moins.
    - La Mésoperfusion peut durer de 30 minutes à plusieurs heures, suivant les indications.

    3) Quel est le rythme des séances ?
    En principe, une fois par semaine au début (4 à 6 séances), selon les indications. Dans les formes suraiguës, on peut proposer des séances plus rapprochées. Il en est de même pour la Mésoperfusion.

    4) Est-ce que l’Hydrotomie traite provisoirement ou durablement ? (Arthrose par exemple)
    A priori, il faut traiter « le terrain ». Dans l’Arthrose, on est en présence d’un état dégénératif le plus souvent, il faut donc modifier ce déséquilibre par la thérapeutique. Il ne s’agit pas de masquer le symptôme douloureux, elle n’utilise pas les Anti-Inflammatoires (sauf pour leurs effets micro-circulatoire, anti-agrégant plaquettaire et fluidifiant sanguin dans ce contexte précis) ou Antalgiques, mais un traitement régénérateur pour traiter les causes et non pas les symptômes. La douleur ne doit pas être masquée pour garantir un effet durable. D’ailleurs, on constate un effet rémanent du traitement.

    5) Faut-il faire des rappels ?
    Oui, de temps en temps pour la Mésovaccination comme tous les autres vaccins, car les effets peuvent diminuer avec le temps. Dans l’Arthrose chronique, des rappels sont également nécessaires pour lutter contre la dégénérescence.

     

     

     

     

     

     

    Publié dans HYDROTOMIE, MEDECINES DOUCES | 139 Commentaires »

    TIS ‘ANNE

    Posté par eurekasophie le 16 juillet 2009

     

     

    DANS VOTRE TASSE ……..

     

    CONTRE LA RÉTENTION D’EAU 

     

     

    La rétention d’eau ou œdèmeest une accumulation abusive de liquide dans l’organisme. L’équilibre entre les entrées d’eau et les rejets (sueur, urine et excréments) est un équilibre fragile qui peut être perturbé par le mauvais fonctionnement de certains organes ( reins, foie, vaisseaux sanguins ), par un déséquilibre hormonal ( ex: femme enceinte….) ou par une mauvaise hygiène de vie ( alimentation trop riche en sel, abus de boisson gazeuses et sucrées, trop-plein de chaleur, station debout et statique prolongée…). L’œdème intervient lorsque l’organisme emmagasine plus d’eau qu’il n’en libère. Une concentration à outrance de fluides provoque le gonflement d’un organe ou d’un tissu. L’œdème touche plus particulièrement les chevilles et les pieds mais peut se rencontrer au niveau des bras, des mains, du ventre et des cuisses. Certaines plantes vont aider à chasser cet excès d’eau, mais il ne faudra pas oublier de traiter la cause du problème ( insuffisance hépatique, reins défaillants, mauvaise circulation sanguine……) et surtout de pratiquer un peu d’exercice physique et d’observer une vie saine.

     

     

    LA PILOSELLE 

     

    Hieracium pilosella 

     

    potpharmacie008.jpgpiloselle.jpg phytotherapieplantesmedicinales1.jpg

     

     

    Petite plante vivace de 10 à 30 cm de haut, la piloselle ou  » oreille de souris  » se rencontre dans les endroits secs de l’hémisphère Nord. Ses feuilles sont allongées et abondamment parsemées de duvet blanc. Elles poussent en forme de rosette. Ses fleurs se développent au sommet d’un pédoncule, réunies en capitule jaune pâle. Les paysans landais la stockaient précieusement pour lutter contre leur problème d’urémie. En effet, la piloselle est diurétique et possède la faculté d’éliminer l’urée. Elle est surtout préconisée dans l’albuminurie et les œdèmes des membres inférieurs.

     

    nourriture8.gif  INFUSION : dans un litre d’eau bouillant, versez 50 g de feuilles sèches. Couvrez, laissez infusez une quinzaine de minutes et buvez toute la journée. 

     

    lignetisanes1.gif

     

     

    L’ALKEKENGE

     

    Physalis alkekengi

     

     

     

    phytotherapieplantesmedicinales1.jpgalkkenge.png potpharmacie007.jpg

     

     

     

     Plus connue sous le nom  » d’amour-en-cage  » , cette plante vivace, riche en vitamine C, connaît un succès fou auprès des grands chefs cuisiniers qui savent si bien tirer parti de la saveur acidulée de ses petites baies orangées. La plante pousse dans les terrains sableux, les vignobles et les jardins, et là où elle s’installe, il est très difficile de la déloger. Elle peut alors devenir envahissante, ses rhizomes se développant à grande échelle. Ses fleurs sont blanches, disposées le long d’une tige dressée et ses baies sont au centre d’une petite lanterne. Dioscoride et Arnaud de Villeneuve connaissaient déjà les bienfaits de ces baies et préconisaient leur utilisation en décoction afin de lutter contre la rétention d’urine. Les baies diminuent le taux d’acide urique dans le sang et contribuent à l’élimination de cet acide par les reins.

     

     

    nourriture8.gif DÉCOCTION: dans un quart de litre d’eau froide, incorporez une cuillère à soupe de baies. Portez à ébullition et, au premier bouillon, stoppez la cuisson. Laissez infuser une dizaine de minutes. Filtrez et buvez trois tasses dans le courant de la journée.

     

    VIN: pendant une semaine, faites macérer 30 g de tiges, feuilles et baies dans un litre de bon vin rouge ( de préférence dans un récipient en terre). Remuez tous les deux jours et, au terme des huit jours, filtrez. Prenez deux à quatre cuillerées à soupe de cette préparation par jour.

     

    DÉCOCTION DE BAIES SÉCHÉES : dans un litre d’eau froide, versez 60 g de baies sèches. Portez à ébullition et laissez mijoter à feu doux cinq minutes. Arrêtez la cuisson et patientez encore dix minutes. Prenez de trois à quatre tasses par jour.

     

     

    lignetisanes1.gif

     

     

    LE BOULEAU 

     

    Betula alba

     

     

    potpharmacie101.jpg bouleau.jpgphytotherapieplantesmedicinales1.jpg

     

     

    Arbre de 15 à 20 mètres, le bouleau est commun en Europe et en Asie. Son tronc est reconnaissable à son écorce blanche se fissurant avec l’âge. Quant à ses rameaux, ils sont flexibles et lui donnent une silhouette se rapprochant du saule pleureur. Les feuilles, bourgeons, écorce et sève possèdent de grandes propriétés diurétiques, luttant contre les rétentions d’eau. On les conseille vivement aux  » goutteux « .

     

     

    nourriture8.gif INFUSION DE FEUILLES : versez un litre d’eau bouillante sur 40 g de feuilles. Couvrez et attendez une quinzaine de minutes. Filtrez et buvez le liquide obtenu dans la journée.

     

    DÉCOCTION DE BOURGEONS: faites bouillir 150 g de bourgeons dans un litre d’eau jusqu’à réduction aux trois quarts. Filtrez et buvez. Recommencez l’opération deux autres fois dans la journée.

     

    DÉCOCTION D’ÉCORCE: portez à ébullition une cuillerée à café d’écorce dans une tasse d’eau pendant cinq minutes. Filtrez et buvez. Recommencez l’opération deux autres fois dans la journée.

     

     

    lignetisanes1.gif

     

     

    LA BRUYERE 

     

    Calluna vulgaris 

     

     

     

     

    phytotherapieplantesmedicinales1.jpgbruyre.png potpharmacie003.gif

     

     

    Sur la bruyère longue infiniment,

    Voici le vent cornant Novembre,

    Sur la bruyère, infiniment, 

    Voici le vent.

    Qui se déchire et se démembre, En souffles lourds, battants les bourgs, Voici le vent, Le vent sauvage de Novembre.

     

                                                                     Le vent d’Emile Verhaeren

     

     

    Comme ce poème suscite notre imaginaire, espaces infinis des landes irlandaises, espaces rudes et bruts où l’oeil se noie dans un bain de bleu et de rose ! Mais, revenons à nos moutons (irlandais, bien sûr….) . Ce sous-arbrisseau de 50 cm de hauteur, encore appelé callune ou fausse bruyère, pousse dans les landes et terrains siliceux. Ce sont les sommités florales qui possèdent des vertus diurétiques indéniables. Elles accroissent le volume d’urine tout en les éclaircissant de leur trouble éventuel. Elles éliminent aussi l’urée, l’acide urique et l’acide oxalique.

     

     

    nourriture8.gif INFUSION: dans une tasse d’eau bouillante,versez une cuillerée à café de sommités fleuries de bruyère, couvrez et laissez infuser vingt minutes. Filtre, parfumez au miel de bruyère et dégustez trois à quatre tasses par jour.

     

    DÉCOCTION: dans un litre d’eau froide, incorporez 30 g de sommités fleuries. Portez à ébullition jusqu’à réduction au tiers. Passez et sucrez. Buvez trois à quatre tasses par jour.

     

    Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaires »

    ANTI-BOUFFEES DE CHALEUR

    Posté par eurekasophie le 23 juin 2009

     

     

    LORSQUE LES HUILES ESSENTIELLES  » RÉÉQUILIBRANTES HORMONALES  » RENCONTRENT LEURS HOMOLOGUES

     

     » BONNE POUR LA CIRCULATION « , LES BOUFFÉES DE CHALEUR RECULENT ET LE BIEN -ÊTRE REVIENT ! 

     

     

     

    MALGRÉ LE FAIT QUE JE POSTE DÉJÀ DES ARTICLES CONSACRÉS A CERTAINES PATHOLOGIES ET A LEURS

    TRAITEMENTS 

     

    PAR LES HUILES ESSENTIELLES…..J’ai envie de vous faire partager quelques recettes contre les bouffées de chaleur.

     

    Il y a 7 causes de bouffées de chaleur.

    On peut très bien être une jeune fille ou femme et souffrir de bouffées de chaleur. Même les hommes en subissent ! Car certains troubles unisexes frappent à tout âge: et vous avouerez que c’est fort incommodant. 

    Elles peuvent être dues à un « pic de stress »: vous vivez une période de surmenage ou de stress intense et vous vous réveillez la nuit en sueur, suite à ces bouffées de chaleur nocturnes. Il y a aussi les allergies, la prise de certains médicaments, l’hyperthyroïdie, la rosacée qui est une maladie de la peau concernant les personnes au teint pâle et ce, dès l’âge de 30 ans, la mastocytose qui est une autre maladie de la peau mais bien moins fréquente et enfin, certaines tumeurs au demeurant très rares dont la plupart bénignes atteignent les reins ou l’intestin.

     

    Quelle qu’en soit l’origine, espacez les crises et diminuez leur intensité grâce aux massages aromatiques.

     

    VOS HUILES ESSENTIELLES

     

    Dans une cuillerée à soupe d’huile végétale ( de préférence de calophylle), mélangez : 

    HE de lentisque pistachier 1 goutte

    HE de sauge sclarée 1 goutte

    HE d’hélicrhyse 1 goutte

    HE de cyprès 1 goutte 

    Cette formule est particulièrement adaptée aux bouffées de chaleur d’origine hormonale ( ménopause, préménopause). 

     

    lentisque.jpg

    Le lentisque pistachier est spécialisé dans les congestions en tous genres, et les troubles veineux en particulier.

     

     

     

    sauge1.jpg

     

    La sauge sclarée est l’incontournable huile essentielle de la ménopause et de la préménopause. Grâce à ses propriétés exceptionnelles  » hormonelike » ( =  » comme nos hormones ») , elle possède une réelle efficacité contre l’ensemble des symptômes liés à cette période délicate de la vie. Ou comment apaiser au naturel les bouffées de chaleur, la transpiration excessive, favoriser la libido, lutter contre la sécheresse vaginale.

     

    hlichryse.jpg

     

     L’hélichryse italienne ( = immortelle) est l’huile essentielle des troubles circulatoires par excellence. Comme elle possède en outre des qualités propres à favoriser l’apaisement, le  » lâcher-prise » , elle est doublement intéressante si vous supportez mal vos bouffées de chaleur.

     

    cyprs.jpg

     

    Le cyprès de Provence ( = cyprès toujours vert) est un remarquable régulateur de la circulation en général, spécialement actif contre les congestions.

    L’huile végétale de calophylle est hautement recommandée pour vos massages, car, à elle seule ( sans même l’aide des huiles essentielles), elle facilite la circulation sanguine et décongestionne. Mais enne n’agit pas sur l’équilibre hormonal ! 

     

     

    VOTRE MASSAGE 

    Massez le plexus solaire en formant de lents cercles, 2 fois par jour, 20 jours par mois.

     

    douleurventre.jpg

     

    Massez le bas du dos en prenant votre temps, 3 fois par jour, là aussi 20 jours par mois.

     

    Continuez toute l’année, en veillant bien à laisser une  » fenêtre » de 10 jours par mois sans aucun massage aromatique.

     

    Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaires »

    123
     

    Quantum SCIO |
    Le Mangoustan |
    actumed |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
    | Psychothérapeute PAU
    | Soleil levant