Résultats de votre recherche

LA VALERIANE

Posté par eurekasophie le 29 novembre 2010

 

 

 

POUR BIEN DORMIR 

 

 

 

Dans l’antiquité grecque déjà, la plante était employée comme somnifère.

 

Elle a traversé les siècles sans jamais perdre de sa réputation ni de son efficacité

 

 

En latin, valere signifie  » bien se porter  » et a donné à la valériane son nom. Mais en grec ancien, la plante se nommait autrement …..

On l’appelait  » Phu  » , un mot dont la prononciation évoquait la sensation que ressentait celui qui approchait ses narines de la plante……particulièrement malodorante. Depuis l’Antiquité, la valériane tient une grande place dans la pharmacopée. Quasi  » panacée » dans les temps anciens, son champ d’action a été restreint là où elle a montré le plus d’efficacité et c’est désormais pour ses vertus naturellement soporifiques et anxiolytiques que l’on continue à l’utiliser.

 

 

 

                                                                            hebergeur d'imagehebergeur d'image

 

 Des racines précieuses 

 

La valériane est une grande herbe, élégante, aux jolies fleurs blanches ou rosées, qui aime les cours d’eau et les bois . Elle développe de longues racines, précieuses pour leurs vertus, plus riches en principes actifs que le reste de la plante. Pour préparer les remèdes apaisants, on cultive la valériane en plein champ, puis, la deuxième année, en automne car c’est le moment où les principes actifs  » descendent  » dans la plante, on arrache les racines que l’on nettoie et que l’on fait sécher ou que l’on prépare directement, dès la sortie du champ, sous forme de teinture-mère par exemple. Ses racines et radicelles ont une odeur très reconnaissable ( et peu agréable ) que les chats adorent ( d’où le surnom de la valériane : l’herbe aux chats ).

 

Ses vertus traditionnellement reconnues 

Considérée comme l’un des meilleurs sédatifs naturels, la valériane est recommandée à celles et ceux qui s’endorment difficilement ( souvent à cause de l’anxiété ) , mais aussi lorsque l’on se réveille au cours de la nuit. On peut également en tirer profit en cas de nervosité excessive, de maux d’estomac et comme modérateur de l’appétit .

 

Les études et les preuves d’efficacité 

 Bien entendu, l’utilisation avec succès de la valériane au cours des siècles et sa réputation suffisent à démontrer son efficacité. Mais, ces dernières années, des analyses plus précises et des expérimentations en milieu médical sont venues confirmer ses vertus. On a en effet découvert dans sa composition des substances sédatives et antispasmodiques qui expliquent ses propriétés. Et des études en France et en Allemagne effectuées sur des personnes qui dormaient mal et souffraient de névroses ont permis de confirmer encore les bienfaits de cette plante apaisante. 

 

 

                                                                                           hebergeur d'image

 

Ses principales indications 

Bien que l’on retienne et utilise surtout les effets apaisants de la plante, on peut tout à fait mettre à profit ses bienfaits pour nombre d’indications. 

Voici en résumé, les domaines où elle peut rendre service:

♦  Insomnies

♦  Anxiété

♦  Nervosité

♦  Surpoids ( car elle calme la faim )

♦  Maux d’estomac

♦  Spasmes

♦  Vertiges

♦  Migraines

♦  Palpitations

♦  Douleurs de la menstruation

 Macération, teinture-mère et infusion 

Pour utiliser la racine, il faut attendre l’automne avant de la prélever, de la laver, de la couper et, soit de la préparer en teinture-mère, soit de la faire sécher.

 

Teinture-mère : en automne, prélevez 200 g de racines et radicelles, nettoyez-les bien puis coupez-les en morceaux et mettez-les dans un bocal en verre avec un  litre d’alcool à 45 ° . Laissez macérer une semaine puis passez, au travers d’un linge fin, en exprimant bien les sucs de la plante. Prenez-en 30 gouttes matin et soir dans un demi-verre d’eau ou une tisane sucrée au miel ( le goût de la valériane n’est pas très agréable ).

 Macération: mettez 20 g de racine séchée dans 20 cl d’eau froide ( si vous n’êtes pas hypertendu, ajoutez quelques copeaux de réglisse pour atténuer le mauvais goût). Laissez macérer pendant 12 heures. Si vous êtes insomniaque, prenez cette  » potion  » en une fois, une heure avant de vous coucher ( vous pouvez faire tiédir et sucrer au miel ). Si vous la prenez pour d’autres raisons ( nervosité, maux d’estomac…) , avalez-la en deux fois, avant les repas.

 Infusion : on peut aussi préparer la plante entière en infusion, mais le goût est tellement détestable pour un effet moindre qu’il est bien rare et courageux de l’utiliser de la sorte.

Gélules, comprimés : suivre les indications du fabricant.

Source  » Belle Santé  » N° 130 article de Sophie Lacoste 

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 12 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

DANS VOTRE TASSE …..

Posté par eurekasophie le 20 octobre 2010

 

 

POUR VOTRE PROSTATE

 

 

La prostate est une glande du système reproducteur masculin. Elle sécrète et emmagasine le liquide séminal qui entre dans la composition du sperme. Située sous la vessie, elle entoure l’urètre. Sa taille normale est celle d’une noix, mais, en vieillissant, elle a tendance à grossir. Elle comprime alors l’urètre, provoquant des troubles urinaires ( envies trop fréquentes, fuites, cystite). Les plantes présentées ont une incidence sur l’hypertrophie bénigne de la prostate et apportent un soulagement et une solution aux infections urinaires découlant de cette pathologie. Si vous êtes jeunes ( adultes, bien sûr ) et que tout cela vous semble bien lointain, je vous conseille quand même de faire régulièrement des cures ( pépins de courge, ortie, oignon, poirier ) afin de ralentir l’hypertrophie consécutive à la prise d’âge.

 

PÉPINS DE COURGE 

Cucurbita

 

 

                                                                                                              hebergeur d'image

Les graines de courges ainsi que leur huile sont conseillées lors de l’hyperplasie de la prostate. Les pépins contiennent des acides gras insaturés, de la cucurbitine, des stérols et de la vitamine E. L’idéal est de faire une cure d’une dizaine de jours quatre fois dans l’année en préventif et une dizaine de jours une fois par mois, en curatif, lors d’une hypertrophie bénigne de la prostate.

♣  Boisson: broyez 50 g de semences avec 10 g de sucre. Délayez dans une tasse d’eau chaude. Ajoutez une goutte de fleur d’oranger et buvez en une seule fois. Vous pouvez remplacer le sucre  par du miel et la tasse d’eau par une tasse de lait végétal, d’amande ou de noisette, par exemple.

 

LA GRANDE ORTIE 

Urtica dioica

 

 

                                                                                       hebergeur d'image

Les feuilles de l’ortie sont utilisées contre l’inflammation des voies urinaires et les racines dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

♣  Infusion : versez un litre d’eau bouillante sur 60 g de feuilles d’ortie. Couvrez, et laissez infuser un quart d’heure, filtrez et buvez une tasse avant chaque repas.

♣  Décoction : dansun demi-litre d’eau froide, ajoutez 20 g de racines d’ortie. Portez à ébullition et, au premier bouillon, réduisez votre gaz. Laissez mijoter 10 minutes puis stoppez votre feu, patientez encore 5 minutes, filtrez et buvez la quantité obtenue dans la journée.

 

LA FAUSSE BRUYERE OU CALLUNE 

Calluna vulgaris

 

 

 

 

                      hebergeur d'image


 

Les propriétés diurétiques, antiseptiques et sédatives de cet arbrisseau ne sont plus à démontrer. Poussant en terrain siliceux, il est présent en Europe, en Afrique du Nord et en Asie. Ce sont les sommités fleuries s’épanouissant de juillet à octobre que l’on emploie. La plante est riche en tanins, flavonoïdes et arbutoside ( constituant actif, puissant antiseptique intestinal et urinaire ). L’arbutoside combat les inflammations infectieuses associées à l’hypertrophie de la prostate. La callune est tout à fait adaptée à ce genre de cystite. On la prend en cure d’une semaine.

♣  Infusion :versez une cuillerée à soupe de sommités fleuries dans une tasse d’eau bouillante. Couvrez, laissez infuser 20 minutes, filtrez et buvez trois tasses dans la journée. Vous pouvez sucrer avec un miel…..de bruyère, par exemple.

♣  Décoction : dans un litre d’eau froide, ajoutez 30 g de sommités fleuries. Portez à ébullition et laissez réduire au tiers. Filtrez, sucrez avec du miel et buvez trois à quatre tasses dans la journée.

 

LA BUSSEROLE

Arctostaphylos uva-ursi 

 

Du Jura aux Pyrénées, cet arbrisseau, de 20 à 50 cm de haut, colonise le sol des forêts plutôt sèches. Ses feuilles sont toujours vertes et ses fleurs blanchâtres à petites clochettes deviennent,à l’automne, de petites billes rouges qui font concurrence à celles du houx. Des études récentes ont réhabilité ce  » raisin d’ours  » prisé par Rabelais mais devenu obsolète depuis le XVIII ème siècle.Les feuilles de la busserole contiennent beaucoup d’arbutoside, ce qui lui confère une action antiseptique puissante. L’ ESCOP ( European Scientific Cooperative on Phytotherapy ) en conseille l’utilisation lors des infections urinaires des prostatiques. Sa forte teneur en tanin peut entraîner une constipation chez les personnes sujettes à cette pathologie. Les cures ne doivent pas dépasser une semaine et ne peuvent être renouvelées que quatre à cinq fois dans l’année.





                                                                                                     hebergeur d'image

♣  Infusion : jetez 20 g de feuilles sèches dans un litre d’eau bouillante. Laissez infuser 15 à 20 minutes en couvrant, filtrez et buvez deux tasses dans la journée.

♣  Décoction : dans un litre d’eau froide, incorporez 30 g de feuilles sèches. Portez à ébullition et laissez réduire au quart. Filtrez et buvez la quantité obtenue dans la journée.

 

L’OIGNON 

Allium cepa 

 

Eh oui, toujours et encore l’oignon , ce que viennent confirmer ces deux proverbes:  » Où entre l’oignon, n’entre pas le médecin  » et  » Ail le soir, oignon le matin, est le malheur du médecin » . Au siècle dernier, l’oignon était indiqué dans le traitement des maladies liées à une hypertrophie de la prostate en raison de son action antibactérienne, anti-infectieuse et diurétique. Pour tout ce qui touche le système urinaire, l’oignon doit être consommé cru. Alors, ou vous décidez d’en manger au moins un par jour, cru , bien entendu, ou bien vous vous préparez une petite mixture alcoolisée ( un peu plus sympathique, encore que…..).

♣  Vin d’oignon : dans un récipient en terre, versez 60 cl de vin blanc, 100 g de miel et 300 g d’oignons préalablement coupés en petits morceaux. Remuez bien. Ne fermez pas le pot hermétiquement. Posez une compresse pour protéger le vin de la poussière et aussi des éventuels insectes kamikazes qui voudraient y goûter. Laissez macérer 24 heures puis filtrez. Prenez quatre cuillerées à soupe de ce breuvage par jour.

♣  Alcoolature : broyez un kilo d’oignons. Ajoutez l’équivalent de son poids en alcool ( eau-de-vie ). Transvasez dans un récipient en terre, protégez l’ouverture avec une gaze et laissez macérer une quinzaine de jours à l’abri du soleil et de l’humidité. Filtrez en exprimant bien les pelures d’oignons et versez l’alcoolature dans des flacons opaques. Prenez-en une cuillerée à café avant le repas du soir et une autre avant de vous coucher. En cure de 10 jours par mois, pendant quatre à six mois.

 

 

LE POIRIER 

Pyrus communis 

                                                                                    hebergeur d'image

 

Les feuilles du poirier ont des propriétés diurétiques. Riches en arbutoside ( comme la callune et la busserole ), elles ont des vertus anti-inflammatoires, désinfectantes et sédatives. Elles ralentissent le rythme des mictions et atténuent les douleurs de l’appareil urinaire.

♣  Infusion : dans un litre d’eau bouillante,déposez 100 g de feuilles de poirier. Couvrez et laissez infuser une demi-heure. Filtrez et buvez dans la journée

 

RECOMMANDATIONS 

 

  Ne jamais dépasser les doses prescrites, ni la durée d’une cure de 21 jours ( certaines plantes doivent être prises sur un temps très court ).

Si vous prenez un traitement médicamenteux, demandez conseil à votre médecin ( pour éviter tout risque d’interaction ).

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 17 Commentaires »

DIETETIQUE

Posté par eurekasophie le 13 septembre 2010

                                                                                                           hebergeur d image

 

À DOSER AVEC MODÉRATION

 

 

 

                                                                                        hebergeur d image

S’il est difficile d’imaginer une cuisine sans sel, la consommation de ce minéral demeure 

 

souvent excessive. En outre, plus de la moitié du sel consommé provient 

 

d’aliments industriels apparemment innocents…..

 

La polémique entre l’importance du sel dans l’alimentation et l’ypertension artérielle est toujours d’actualité.

Mais avant de tirer la sonnette d’alarme, il importe de connaître de façon relativement précise quelle quantité les français ingèrent. A ce sujet il faut distinguer consommation et ingestion.

Des nuances essentielles

decopunaise1.gifLa consommation correspond au chiffre obtenu en divisant les quantités de sel vendues par le nombre de français. Par cette méthode, on obtient 18 grammes par jour ( mais une partie de ce sel sert au déneigement , à l’élimination des mauvaises herbes, aux bains salés…….) .

-La quantité utilisée à des fins alimentaires seraient d’environ 12 à 14 grammes, dont une partie est écartée avant ingestion ( eaux de cuisson ).

 decopunaise1.gif L’ingestion est de l’ordre de 8 g/ jour, ce que confirme l’excrétion de sodium dans les urines.

A noter : on considère qu’un gros consommateur de sel en ingère plus de 12 g / jour.

 

Hypertension et obésité

Même si le sel n’est pas un facteur majeur de l’hypertension, il existe un lien entre les deux. En réalité, l’alimentation trop salée est plus souvent un révélateur qu’un déclencheur de l’hypertension. N’oublions pas que la sensibilité à l’hypertension tient d’abord à des facteurs génétiques. En pratique, les cardiologues prônent davantage la modération que l’interdiction totale.Côté obésité, le sel provoque la soif. Or, adultes et enfants ont de plus en plus tendance à négliger l’eau comme boisson, au profit de sodas plus ou moins sucrés. Une étude récente menée à l’université de St George de Londres a démontré que sur un échantillon de 1 800 enfants âgés de 4 à 18 ans, ceux qui ingéraient beaucoup de sel buvaient des boissons plus sucrées. La recherche a estimé que si les enfants réduisaient de moitié l’apport en sel, soit une réduction moyenne de trois grammes par jour, ils consommeraient deux boissons gazeuses sucrées ( soit 250 calories ) en moins par semaine. N’oublions jamais que le sel, en relevant le goût, augmente l’appétit. Alors surveillons de près les assiettes des petits à l’âge où ils élaborent leur registre de saveurs, et pour les adultes, mieux vaut remplacer la traditionnelle salière par des épices et des herbes fraîches ou séchées.

 

Cherchez le sel caché 

Classement des aliments en fonction de leur

teneur en sel ( en milligrammes pour 100 g ).

PRODUITS LAITIERS

Lait : 50

Gruyère : 710

Camembert : 1 100

VIANDE ET CHARCUTERIE

Lapin: 40 

Bifteck : 65

Oeuf : 120

Jambon cuit : 900

Saucisson : 100 à 1 500

POISSONS

Poisson frais : 65 à 100

Moules, huîtres : 290

Sardines à l’huile : 700

CÉRÉALES

Riz : 0

Pâtes : 1 à 5 

Pain blanc : 500

Croissant : 500 

Pain complet : 650 

CONSERVES ET APÉRITIFS

Raviolis sauce tomate : 480

Petit pois : 330

Amandes grillées : 600

Olives noires : 3 200 

Biscuits apéritif : 1 100

FRUITS ET BOISSONS 

Orange : 2

Melon : 12

Vittel : 3 

Volvic : 9

Vichy St Yorre : 1 700

Moins de sel dans la charcuterie

Robert Volut, président de la FICT ( Fédération Française des Industriels Charcutiers Traiteurs ) est formel :  » Depuis une vingtaine d’années, la quantité de sel dans les charcuteries a diminué de 8 à 9 % selon les produits. Compte tenu des progrès technologiques de la chaîne du froid, nous continuons à diminuer ce pourcentage « .

Publié dans INFO....SANTE | 5 Commentaires »

MENTHE……..

Posté par eurekasophie le 8 septembre 2010

 

                                                                                              hebergeur d image

 

...........Fraîcheur menthe ! 

 

 

 

En cosmétologie, en phytothérapie, en dentisterie ou simplement en cuisine, la menthe dispense généreusement ses parfums et ses principes actifs.

 

Il existe, environ, 600 sortes de menthes. les plus employées sont la menthe poivrée et la menthe verte.

 

                                                                                              hebergeur d image

 

Rafraîchissante

Imparable pour masquer la mauvaise haleine et donner un bon coup de frais dans la bouche, elle est également très appréciée en friction ( associée à du camphre ) pour soulager les jambes lourdes. Une soirée prolongée s’annonce ? Trois gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée, de thym, de romarin dans un bain vous mettra d’attaque, surtout si vous terminez par un jet d’eau froide ! 

 

Respiratoire

En inhalation, les résultats sur les voies respiratoires, la protection des cordes vocales, la résistance au rhume, la décongestion du nez sont remarquables. L’infusion de menthe Pouliot est excellente contre la toux et les enrouements. Elle est également recommandée contre la grippe et le rhume. Evitez les applications de menthe sur la région nasale.

 

Antispasmodique 

L’huile essentielle de menthe poivrée a été largement étudiée dans le syndrome de l’intestin irritable. Son action antispasmodique serait due à un blocage de l’influx de calcium vers les muscles, empêchant ainsi le spasme. D’autres essais concernant la dyspepsie fonctionnelle non ulcéreuse, avec là aussi, des résultats probants et une efficacité équivalente aux médicaments de référence.

 

Revigorante

L’application, par massage, de cette huile essentielle atténue les sensations de fatigue et  » booste  » l’activité cardiaque. Les effets observés dans le cas de massages après une entorse ou un lumbago sont notoires. Dans tous les cas, l’utilisation de cette huile doit être limitée dans le temps car elle peut à la longue provoquer des irritations. Les naturopathes vous conseilleront de la mélanger à de l’huile végétale. D’autre part, les femmes enceintes doivent éviter des massages à cette huile ainsi que les femmes qui allaitent et les enfants de moins de 6 ans.

 

Digestive

Les Assyriens et plus tard les Hébreux avaient déjà reconnu ses vertus stimulantes sur l’appareil digestif. La menthe combat l’indigestion et rétablit les troubles gastriques comme les crampes, les gaz intestinaux ou les brûlures d’estomac. Le menthol, essence tirée de la menthe semble être le stimulant actif des vertus digestives de la plante. Au plan médical, il est recommandé de ne jamais abuser de la menthe dans la soirée car, contrairement à ce que l’on pense, une bonne infusion peut entraîner une insomnie, à moins que ce ne soit une verveine menthe ! 

 

Antiseptique

Les troubles des voies respiratoires et digestives peuvent être enrayés par les vertus antiseptiques de la menthe, les infusions de cette plante sont antispasmodiques et en médecine naturelle on utilise la menthe Pouliot pour traiter les colites spasmodiques. Comme bactéricides, aussi, surtout dans les pays chauds où l’on s’en sert pour purifier l’eau. Une poignée de menthe suffit pour enrayer la prolifération bactérienne et rendre l’eau désaltérante.

 

                                                                                    hebergeur d image

 

Cosmétique 

L’eau florale de menthe poivrée est toute indiquée pour apaiser les irritations, les démangeaisons, les rougeurs, le feu du rasoir et les coups de soleil. Tonifiante, elle resserre les pores de la peau et est souveraine pour redonner de l’éclat aux teints ternes et fatigués. Les peaux grasses apprécient ses vertus assainissantes, astringentes et purifiantes.Utilisée dans les shampooings, elle tonifie le cuir chevelu, apporte une fraîcheur apaisante en cas de « gratouilles  » et favorise l’élimination des pellicules.

 

                                                                                                               hebergeur d image

 Anti-plaque

Des tests parus dans International Journal of Dental Hygiene prouvent que l’utilisation d’un mélange d’huile essentielle de menthe poivrée et d’eucalyptus est plus efficace pour combattre la formation de plaque bactérienne qu’une solution de chlorhexidine à 2 % ( principe chimique actif de la majorité des bains de bouche vendus dans le commerce ). L’adjonction d’huile de sésame rend le produit menthe / eucalyptus encore plus efficace. Si vous souffrez d’une carie et que votre rendez-vous chez le dentiste est retardé, n’hésitez pas à mâcher de la menthe poivrée, elle a des propriétés anesthésiantes.

 

Insecticide

Des chercheurs indiens, cherchant un moyen de se débarrasser des moustiques propagateurs de malaria, ont découvert qu’en répandant de l’essence de menthe à la surface des mares infestées, ils détruisaient 85 % des larves . La menthone, un constituant de la menthe des champs, serait également efficace contre les charançons, grands dévoreurs de blé, de blé et de farine. Ne laissant aucun résidu toxique et n’altérant pas la qualité des grains, elle pourrait être une alternative aux fumigants chimiques. En pratique, associée à l’huile essentielle de géranium et d’eucalyptus, elle fait fuir les insectes ! 

 

 

Publié dans INFO....SANTE | 6 Commentaires »

FABRIQUER SA COSMETIQUE BIO…….

Posté par eurekasophie le 7 juillet 2010

 

 

POURQUOI PAS !

 

 

                                                                          Hebergement d'images

 

Crème , sérum, baume, brillant à lèvres, beurre de massage, masque bonne mine, blush…

Vous pouvez fabriquer tous vos cosmétiques bio à la maison.

Votre seul impératif, utiliser des matières premières de qualité et dans de bonnes conditions.

 

Fabriquer ses cosmétiques, son maquillage, est une démarche beaucoup moins compliquée que vous ne pouvez le penser ! C’est une façon de prendre conscience des ingrédients que vous vous mettez sur la peau, un moyen aussi de minimiser votre impact sur l’environnement en réutilisant les contenants. Un moment de créativité plaisir. Selon les cosmétiques que vous désirez, vous avez besoin, bien entendu, d’ingrédients particuliers mais vous devez avoir les bases.

 

HUILES VÉGÉTALES, HUILES ESSENTIELLES

Véritables actifs concentrés, les huiles végétales ( HV) servent de base à des préparations telles que les crèmes, les baumes mais elles peuvent également être employées pures, ce qui n’est pas de la plupart des ingrédients de base de la cosmétique industrielle. Nourrissantes, protectrices et adoucissantes, réparatrices, traitantes, antioxydantes et antiradicalaires, elles sont le principal ingrédient des soins de beauté maison. Pour la cosmétique maison, il faut distinguer leshuiles de base ( abricot, amande douce, jojoba ( 100ml /9,90€) macadamia, olive…), fluides, polyvalentes, que vous allez utiliser comme base pour les huiles de soin, les laits, les baumes, et les huiles riches ( argan ( 100 ml / 17 € ), germe de blé, bourrache, onagre, rose musquée….), plus onéreuses, à intégrer à des préparations et plus particulièrement à ceux du visage pour peaux matures, ou encore pour traiter des cheveux secs. Elles s’achètent en magasins de produits naturels t, en GMS, , où vous pouvez trouver des huiles de base de qualité bio. Concentrées et surpuissantes, les huiles essentielles ( HE) sont à manier avec précaution. Elles se comptent en gouttes et une goutte de trop peut tout changer ! Les HE s’achètent en pharmacie, parapharmacie, magasins de produits naturels ou sur internet ( HE bois de rose 10 ml / 5,90 € ).

 

LES ARGILES

Blanche, jaune, rose, rouge ou verte, l’argile est riche en silicium et magnésium, en minéraux et en oligo-éléments. Base idéale pour les soins du visage et en particulier pour les masques, elle décongestionne, minéralise à nouveau et fortifie la peau, resserre les pores de la peau et traite les cheveux gras. Utilisez l’argile en poudre ( avec un ustensile en porcelaine ) et diluez la avec de l’eau peu minéralisée ou avec une eau florale ou encore avec une infusion de plante tiédie. Vous trouverez les différentes argiles en pharmacie ou en magasins de produits naturels ( 500 g / 5 € ).

 

FABRICATION, DES PRÉCAUTIONS 

Achetez biologique ! Attention aux possibles allergies et évitez les produits pour lesquels vous n’êtes pas sur de la fraîcheur ( oeufs, yaourts…). et ceux auxquels vous êtes allergique ( fruits rouges, pollen….) Pour les bases des lotions, utilisez de l’eau filtrée, de l’eau de source ou de l’eau florale.

 

COMMENT CONSERVER ? 

Les savons, les argiles, les préparations à base d’alcool, peuvent se conserver sans problème à température ambiante. Pour les autres, baume, crèmes, la conservation peut aller lusqu’à deux mois maximum, les préparations à base d’HE, plusieurs mois.Vous pouvez utiliser des conservateurs antioxydants qui prolongent la durée de vie des préparations. Une petite pincée de vitamine C dans des solutions à base d’eau ou une à deux capsules de vitamine E dans les produits àbase d’huile, des HE comme le petit grain, le romarin, la sauge sclarée, aux propriétés antioxydantes, prolongent la durée de conservation de vos produits. Côté matériel, détournez celui de la cuisine, bol, fouet, mixeur mais achetez une balance lettre, plus précisepour les petites quantités. Pour le conditionnement, optez pour la récup à condition de faire bouillir les contenants du produit.Etiquetez-les avec la date de fabrication et conservez-les au frais. Prenez du temps et beaucoup de plaisiret à vos pots !!

 

 RECETTE

Blush bonne mine  » rosée du matin « 

Matériel : un poudrier 40 ml + 1 houpette +mini fouet +cuillères doseuses inox + pelle de dosage 5 ml + mortier + pilon

 Ingrédients : 10,6 g d’argile blanche, 3,1 g de châtaignier en poudre, 4,5 g d’ocre rose, 0,4 g de mica, 13 gouttes d’extrait aromatique de pêche bio.

Dans un mortier, mettez toutes les poudres sauf le mica et écrasez avec le pilon. La couleur doit être homogène. Plus vous mélangez longtemp, plus la couleur se développera. Ajoutez ensuite  l’extrait aromatique puis mélangez à nouveau. Ajoutez enfin le mica et mélangez quelques secondes à l’aide du mini fouet afin d’éviter de casser la nacre Transférez la préparation dans le poudrier. Stockez la préparation à l’abri de la lumière et de la chaleur. Bien conservé et fabriqué dans des conditions d’hygiène optimales, votre produit se conservera au moins trois mois.

Des kits pour les premiers pas 

Une dizaine de coffrets avec plusieurs recettes et deux grands coffrets, un de soins, un de maquillage de 18,50 € à 49 € sur www.aroma-zone.com

 

 

                                                                         Hebergement d'images

Publié dans MES PETITES INFOS | 11 Commentaires »

LA BALLOTE …

Posté par eurekasophie le 1 juillet 2010

 

 

La ballote 

 

 

Plante apaisante

 

 

 

Une plante trop longtemps mal aimée

 

qui vous offre de longues nuits sereines

 

 

Hebergement d'images Hebergement d'images

Elle porte le nom savant de Ballota nigra ( Ballote noire ) mais on la connaît plus souvent sous ceux de marrube fétide ou ballote puante. 

Il faut dire que fraîche, elle dégage une forte odeur de moisi qui a fait fuir les phytothérapeutes jusqu’à l’aube du XVII è siècle. A tort puisque c’est une plante irremplaçable pour calmer les angoisses, la nervosité et lutter contre l’insomnie.

 

Un sosie de l’ortie 

La ballote est une plante vivace de 30 à 80 cm qui affectionne particulièrement les rues des villages, les décombres, les bords des chemins et les haies. On la confond souvent avec les orties dont elle se différencie pourtant par l’odeur. Elle fleurit du printemps à l’automne et ses grandes fleurs fournissent un bon nectar aux abeilles. 

Originaire du Sud de l’Europe et de l’Asie du Sud-Ouest, la ballote a très vite gagné la totalité de l’Europe pour s’implanter plus récemment sur le continent américain. Incommodés par son odeur, les Anciens en faisaient peu de cas. IL fallut attendre le botaniste Ray et le début du XVII è siècle pour que l’on découvre son efficacité dans le traitement des névroses, de l’hypocondrie et de l’hystérie.

Dans les premières années du XX è siècle, le Dr Leclerc, chef de file de l’Ecole Française de Phytothérapie, confirmait son activité dans tous les troubles du nervosisme, les phobies et les états anxieux. En concentré c’est aussi un bon remède de la goutte et des crises rhumatismales.

 

Etudes scientifiques à l’appui 

Au cours des dernières années, la ballote a fait l’objet de véritables essais cliniques destinés à prouver son activité. 

Des tests menés chez la souris et le rat montrent un allongement significatif de la durée du sommeil ainsi qu’un pouvoir sédatif important, avec des effets souvent supérieurs à ceux des tranquillisants chimiques. D’autres études effectuées chez l’homme, prouvent que la ballote réduit notablement l’anxiété et qu’elle peut souvent se substituer aux benzodiazépines lors d’un sevrage progressif.

 

Gélules ou alcoolature 

Dans le temps, les médecins ne juraient que par l’alcoolature de ballote, mais elle existe aujourd’hui sous forme de gélules , et on retrouve la plante dans certaines préparations complexes,en association avec d’autres extraits végétaux apaisants ( valériane, aubépine, passiflore….), pour lutter contre les insomnies et la nervosité. Si vous la prenez sous forme de gélules, respectez la posologie indiquée par le fabriquant.


Sous forme d’alcoolature, le Dr Valnet conseille
une à deux cuillerées à café par jour. Pour les enfants, où on la conseillait surtout en cas de coqueluche, il recommandait 20 gouttes par jour et par année d’âge.

 

En tisane aussi 

Bien sûr, on peut prendre la ballote en tisane ! Mais vous êtes prévenu : ce ne sera pas une dégustation de rêve ! Cependant, il est possible d’atténuer le mauvais goût et de rendre le breuvage tout à fait supportable en associant d’autres plantes aromatisées à notre fétide amie ! Choisissez pour cela de la menthe, de la mélisse, de l’anis, du fenouil ou de la sauge.

  Pour l’infusion ( avec des plantes sèches ), mélangez moitié ballote et moitié menthe ou anis ou fenouil ou sauge ( selon vos goûts ). Prélevez une cuillerée à soupe du mélange, faites chauffer 20 cl d’eau. Aux premiers frémissements, versez l’eau sur les plantes, couvrez et attendez 10 minutes avant de filtrer et de boire. Recommencez 2 à 3 fois par jour.

♣  En cas de crise de goutte ou de rhumatismes, vous pouvez utiliser les grands moyens : la décoction concentrée ! Il faut, pour cela, mettre 30 à 60 g de ballote dans un litre d’eau froide, puis porter à ébullition et laisser bouillir jusqu’à réduction de moitié. Un conseil : sucrez avec du miel !

                                                                                Hebergement d'images

 

Bientôt la récolte……

C’est en juillet ou en août que vous la récolterez ( la plante entière ), avant ou pendant la floraison. Puis vous la ferez sécher dans un endroit sec, à l’ombre, et vous la stockerez dans un sac en papier pour l’avoir à disposition toute l’année.
                                                                                                              Hebergement d'images

Publié dans INFO....SANTE | 5 Commentaires »

J’AI DESCENDU DANS MON JARDIN……………………….

Posté par eurekasophie le 30 juin 2010

 

                                                 Hebergement d'images

…pour méditer au sens d’une expression rencontrée dans la fable de Jean de La Fontaine  » La chauve-souris et les deux belettes « . 

C’est l’histoire d’une chauve-souris qui, malencontreusement,  » piqua de la tête  » respectivement dans le nid d’une belette, hostile aux souris,et dans l’antre d’une belette opposée aux oiseaux. Pour sauver  » sa peau  » , la chauve-souris les convainc selon leur aversion, d’être tantôt oiseau, tantôt souris.

Jean de La Fontaine en conclut par :  » Plusieurs se sont trouvés qui, d’écharpe changeant, Aux dangers, ainsi qu’elle, ont souvent fait la figue  » .

Que vient faire la figue ici, pourquoi lui donne-t-on cette réputation moqueuse ? Certainement en raison de sa particularité de fleur-fruit !! 

Penchons-nous quelques instants sur ce sujet, en étudiant

 

Le figuier commun

 

  Nom commun : figuier de carie, arbre à cariques.

 ♦ genre et espèce : Ficus carica.

  Famille : MORACEAE : arbres, arbustes et lianes à latex; feuilles généralement alternes et simples; fleurs unisexuées; 1500 espèces.

  Origine : supposéede la Carie, ancienne province d’Asie mineure; présent dans tout le bassin méditerranéen.

  Hauteur : de 3 à 4 mètres, 8 mètres dans les conditions idéales.

 

 

                                                                                                               Hebergement d'images

 

Le figuier se caractérise par un type d’inflorescence particulier: les sycones. Les minuscules fleurs mâles et femelles se développent à l’intérieur d’un réceptacle ( peau externe de la figue) qui s’est replié sur lui-même, formant une cavité presque entièrement fermée. Les fleurs femelles tapissent la paroi interne du sycone et les fleurs mâles se disposent à l’entrée de l’orifice. Lorsque les fleurs femelles sont fécondées ( généralement grâce à l’intervention d’un figuier sauvage proche qui permet d’obtenir des figues de meilleure qualité ), leur ovaire se développe et s’entoure de chair constituant la partie charnue des futurs fruits. C’est le réceptacle doté de fleurs à maturité qui constitue la partie comestible de la figue. La figue est en fait une inflorescence refermée sur elle-même, elle deviendra fruit lorsque les fleurs auront terminé leur processus de maturation. C’est ainsi que l’expression  » faire la figue  » prend pour moi tout son sens : une fleur déguisée en fruit cachant des centaines de futurs fruits ( akènes, petits grains qui croquent sous la dent ). C’est du moins mon explication. D’autres existent, sous forme d’histoires quelque peu paillardes.

 

                                                 Hebergement d'images

Les figues ont la réputation d’être laxatives. Elles adoucissent les irritations de la gorge. Le suc laiteux présent dans toute la plante s’utilise pour faire disparaître les taches brunes parsemant la peau vieillissante, les cors et les verrues.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 2 Commentaires »

IL SAIT TOUT FAIRE……………..

Posté par eurekasophie le 29 juin 2010

 

 

LE BICARBONATE DE SOUDE !!!

 

 

Vieux comme le monde ou presque, très bon marché et non polluant,

 

le bicarbonate de soude n’a l’air de rien et, pourtant, il nous rend tellement

 

de services qu’il mérite une place de choix, tant dans notre cuisine que dans notre pharmacie.

 

 

Redécouvrons-le.

 

                                                                                                                  Hebergement d'images

 

Ancêtre du bicarbonate de soude, le bicarbonate de calcium était déjà utilisé dans l’Egypte ancienne, mais sa forme actuelle est née il y a 150 ans.

Deux boulangers new-yorkais avaient en effet découvert que le bicarbonate de calcium agissait comme de la levure. Ils le raffinèrent et obtinrent alors le bicarbonate de soude comme nous le connaissons aujourd’hui. Quelques années plus tard, Ernest Solvay créa la première usine de production de bicarbonate de soude.

Aujourd’hui, cette poudre blanche n’a pas pris une ride et on lui découvre même de plus en plus de vertus. Celles-ci sont si nombreuses, que ce soit pour l’hygiène, la cuisine, le jardin ou la santé, qu’une encyclopédie pourrait lui être dédiée.

 

Alors, qu’est-ce que le bicarbonate de soude peut faire pour nous ? 

 

 

Pour une digestion aisée 

 

Le bicarbonate est un sel alcalin. Il est donc un excellent anti-acide. En cas de brûlures d’estomac, de remontées acides ou encore de digestion difficile, buvez lentement un verre d’eau froide dans lequel vous aurez dilué une cuillère à café de bicarbonate de soude. Ce dernier, additionné à l’eau de cuisson, peut également faciliter la digestion d’aliments comme les lentilles, le chou ou le cassoulet du dimanche. L’eau additionnée de bicarbonate de soude facilite également le transit intestinal et calme les nausées.

 

Pour une bouche saine

 

Pour protéger vos gencives, faites des bains de bouche avec une solution composée d’un peu d’eau, d’eau oxygénée et une cuillerée à café de bicarbonate de soude.

 

Vous souffrez d’aphtes ? Le bicarbonate de soude peut vous soulager. Il vous suffit de préparer une pâte avec du bicarbonate de soude et un peu d’eau, et de l’appliquer sur l’aphte. La même formule peut être utilisée contre les boutons de fièvre si vous l’utilisez dès que vous sentez apparaître le bouton.

Si votre bébé à la bouche irritée, avant chaque tétée, diluez une cuillerée de bicarbonate de soude dans un verre d’eau tiède et badigeonnez-en vos seins. Cela suffira à calmer les inflammations.

Le bicarbonate de soude neutralise les acides, notamment dans la bouche où ceux-ci attaquent l’émail dentaire.

Pour assainir la bouche, vous pouvez donc effectuer des bains de bouche au bicarbonate de soude à raison d’une cuillerée à café dans un verre d’eau tiède.

Utilisé quotidiennement après le brossage, ce bain de bouche est un moyen simple de prévenir l’apparition de caries et de combattre la plaque dentaire.

La même formule, cette fois en gargarisme, peut également vous aider à combattre la mauvaise haleine.

A la place du dentifrice, une fois par semaine par exemple, le bicarbonate de soude extra-fin gardera vos dents propres et blanches.

 

 

 

                                                                                       Hebergement d'images

 

 

Petits bobos

 

Vous vous êtes entaillé le doigt ? désinfectez-le en le trempant dans un verre d’eau très chaude à laquelle vous aurez ajouté une cuillerée à soupe de bicarbonate de soude. Prolongez ce bain jusqu’à ce que l’eau ait refroidi.

Si vous avez les yeux irrités, faites des compresses oculaires avec une solution composée d’une cuillerée à café de bicarbonate de soude diluée dans une tasse d’eau chaude.

Vous avez pris froid ?  Faites une inhalation au bicarbonate de soude. Dans un litre d’eau bouillante, diluez 2 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude.Placez une serviette sur la tête et procédez comme pour une inhalation classique. Vous pouvez aussi y ajouter quelques gouttes d’huile essentielle d’Eucalyptus radiata ou du niaouli.

Des gargarismes avec 1 cuillerée à café de bicarbonate de soude dilué dans l’eau froide apaiseront, quant à eux, votre mal de gorge.

En cas de cystites récidivantes, buvez régulièrement un verre d’eau froide additionné d’une cuillerée à café de bicarbonate de soude. Cela vous aidera à lutter contre l’acidification de l’organisme, terrain favorable aux cystites.

 

Dans notre intimité  

Si  vous avez des mycoses anales, prenez un bain de siège dans un litre d’eau additionnée d’une à deux cuilleréesà soupe de bicarbonate de soude.

Ce bain de siège est également recommandé pour des irritations ou brûlures des parties intimes.

Pour éviter les candidoses et mycoses vaginales, faites votre toilette intime et / ou des lavages vaginaux avec la même recette que pour le bain de siège ci-dessus.

Pour éviter les odeurs intimes, une pincée de bicarbonate de soude dans le slip fait merveille.

 

 

Le pied léger

 

Quand vos pieds ont été malmenés, redonnez-leur vie dans un bain de pieds au bicarbonate de soude.

 Ce traitement lutte également contre les odeurs désagréables, les démangeaisons, les mycoses et les callosités. Vous pouvez aussi assouplir ces dernières en y appliquant une pâte faite de bicarbonate de soude et d’eau. En cas d’odeur dans les chaussures, vous pouvez également y saupoudrer un peu de bicarbonate.

Pour avoir des pieds de bébé, pensez aussi au gommage. Mais pas besoin d’investir dans un gommage du commerce. Une pâte faite de bicarbonate de soude et d’eau est tout aussi efficace. Ce peeling est, par ailleurs, très efficace aussi pour le visage. Mélangez 3 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude avec 1 cuillerée à soupe de lait et massez doucement en mouvements circulaires.

 

Pour une peau de pêche 

 

Si vous avez abusé du soleil, trempez-vous dans un bain auquel vous aurez ajouté 4 à 5 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude ou faites-vous des compresses que vous renouvellerez régulièrement. Ce traitement convient également pour soulager les piqûres d’insectes.

Un peu de bicarbonate de soude dans l’eau du bain calme les irritations de la peau des bébés.

Une pâte faite avec 3 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude et une cuillerée à soupe d’eau, et que vous laissez agir 20 minutes, fait merveille pour calmer les brûlures légères et les démangeaisons, mais aussi pour calmer l‘eczéma. Une pâte de ce type, collée avec un pansement, fait également disparaître les verrues superficielles.

Un peu de bicarbonate, dissous dans l’eau, calme efficacement le feu du rasoir.

Vous êtes à court de savon, humidifiez vos mains et frottez-les avec du bicarbonate de soude. Rincez et le tour est joué.

 Quelques cuillerées à soupe de bicarbonate de soude dans de l’eau à laquelle vous aurez ajout quelques rondelles de citron, nettoient et assouplissent vos ongles et les préparent à la manucure. Pour les nettoyer et les blanchir, vous pouvez aussi les brosser avec du bicarbonate de soude. Ongles bien blancs garantis !

A la place du déodorant, mettez une pincée de bicarbonate de soude sous les aisselles. C’est très efficace, sans avoir la toxicité des déodorants du commerce qui, bien souvent, contiennent de l’aluminium.

Si vous avez la peau sèche, adoucissez-la en ajoutant 5 à 6 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude à l’eau du bain. Ce bain vous évitera également les courbatures après le sport.

 

 

 

                                                                                                                  Hebergement d'images 

 Le bicarbonate de soude n’a pas fini de vous étonner. Alors, si ce n’est pas encore fait, filez chez votre pharmacien ou à la droguerie la plus proche pour vous procurer cette poudre blanche qui vous épargnera bien des soucis et  beaucoup d’argent. 

 

 

 

 

 

 



Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 8 Commentaires »

UNE GOUTTE

Posté par eurekasophie le 19 juin 2010

                                                                      Hebergement d'images

 

 

VOUS AVEZ LA GOUTTE  pointd4interro.gif

 

BUVEZ DE L’EAU  pointdexclamation.gifpointdexclamation.gif

 

Des chercheurs américains affirment que la déshydratation est l’une des causes des crises de goutte.

En menant une étude auprès de 535 patients, ils ont noté que les sujets qui prenaient de 5 à 8 verres d’eau par jour avaient 43% de crises de goutte en moins que ceux qui n’en buvaient qu’un seul. L’étude précise aussi que la concentration d’acide urique dans le sang est plus élevée chez l’homme que chez la femme, raison pour laquelle les crises de goutte touchent davantage les hommes. Petit rappel: pour se débarrasser des crises de goutte, le Dr Valnet conseillait une cure de 10 jours de décoction d’aubier de tilleul sauvage du Roussillon. De nombreux témoignages confirment l’efficacité de cette méthode.

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | Pas de Commentaires »

BYE BYE……

Posté par eurekasophie le 4 mai 2010

 

Avant de vous quitter un peu de fantaisie et d’humour

 

Soyez sages

 Clique sur l’image s’te plaît

 

                                                                                                Hebergement d'images

 

Voilà, je vous laisse les clés du blog, prenez-en soin jusqu’à mon retour

 

Merci à vous

sophiebettyboop.gif

 

Publié dans HISTOIRE D'EN RIRE | 9 Commentaires »

12345...22
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant