Résultats de votre recherche

DANS VOTRE TASSE ……

Posté par eurekasophie le 3 octobre 2009

personnagezen.gif

 

CONTRE LA SPASMOPHILIE

La spasmophilie est un ensemble de symptômes liés à un état anxieux ou dépressif.

La crise de spasmophilie survient la plupart du temps à la suite d’une réaction de peur inappropriée.

Il en résulte une hyperexcitabilité musculaire avec spasmes et contractures: picotements dans les doigts, tressautements des paupières, crises d’aérophagie, tachycardie, nausées, sensation d’étouffement, de vide intérieur, de froid ou de chaleur avec tremblements, impossibilité de marcher…..

Elle s’accompagne d’une hyperventilation provoquant des vertiges. Il est surprenant de constater que ces symptômes touchent en majorité les femmes.

Un manque de magnésium peut être à l’origine de certaines crises. N’hésitez pas à consommer les aliments riches en magnésium, calcium et phosphore comme le chou frisé, les épinards, haricots verts, tomates, céréales, bananes et chocolat.

Les plantes vous aideront à retrouver un certain calme permettant la décontraction nerveuse et musculaire.

chatdrle.jpg

Pourquoi je figure dans l’article moi ?????

Voici deux tableaux:

Le premier concernant les apports journaliers conseillés par âge et par sexe

Le second vous donne un aperçu des aliments contenant un taux de magnésium appréciable

Apports conseillés en magnésium (en milligrammes)

Enfants de 1 à 3 ans

80

Enfants de 4 à 6 ans

130

Enfants de 6 à 9 ans

200

Enfants de 10 à 12 ans

280

Adolescents de 13 à 16 ans

410

Adolescentes de 13 à 16 ans

370

Adolescents de 16 à 19 ans

410

Adolescentes de 16-19 ans

370

Hommes adultes

420

Femmes adultes

360

Femmes enceintes
(3e trimestre)

400

Femmes  allaitantes

390

Hommes de plus de 65 ans

420

Femmes de plus de 55 ans

360

Personne de plus de 75 ans

400

Aliments Portions Magnésium
Haricots de soya, rôtis à sec 250 ml (1 tasse) 414 mg
Chocolat, mi-sucré ou mi- amer, à cuisson 125 ml (1/2 tasse) 103-228 mg
Haricots noirs ou blancs, haricots de lima, cuits 250 ml (1 tasse) 127-191 mg
Noix du Brésil, déshydratées 60 ml (1/4 tasse) 133 mg
Céréales à déjeuner, 100 % son (type All bran) 30 g 111 mg
Amandes, rôties dans l’huile ou à sec 60 ml (1/4 tasse) 99-109 mg
Flétan de l’Atlantique, cuit au four 100 g (3 ½ oz) 107 mg
Noix d’acajous, rôties à sec ou dans l’huile 60 ml (1/4 tasse) 90 mg
Noix de pin (pignons), déshydratés 60 ml (1/4 tasse) 86 mg
Goberge de l’Atlantique, grillée au four 100 g (3 ½ oz) 86 mg
Noix mélangées, incluant les arachides, rôties 60 ml (1/4 tasse) 85 mg
Épinards, bouillis 125 ml (1/2 tasse) 83 mg
Artichaut, bouilli 1 moyen (125 g) 72 mg
Thon (rouge ou à nageoires jaunes), cuit au four 100 g (3 ½ oz) 64-69 mg
Boisson de soya, enrichie 250 ml (1 tasse) 65 mg
Germe de blé, brut 30 g (1 oz) 64 mg
Pomme de terre avec la pelure, au four 1 moyenne 55 mg
Feuilles de betterave, bouillies 125 ml (1/2 tasse) 52 mg
Aiglefin, cuit au four 100 g (3 ½ oz) 50 mg
Gombo (okra), cuit 125 ml (1/2 tasse) 30-47 mg

 

phytotherapieplantesmedicinales.jpgVOS PLANTES phytotherapieplantesmedicinales.jpg

LE BIGARADIER

Citrus aurantium

Le bigaradier est un arbre de 5 à 10 mètres de hauteur, à floraison continue. Il semblerait qu’il soit originaire de Chine et d’Inde. Il fut introduit dans le Sud de la France au cours des croisades. Les Maures le cultivèrent abondamment dans la région de Séville, ce qui lui valut le surnom  » d’oranger de Séville ». Ses feuilles ovales et luisantes sont persistantes. Elles sont souvent employées pour leurs propriétés sédatives et calmantes ( antispasmodiques, elles soulagent les crampes d’estomac d’origine nerveuse, les palpitations, les céphalées…). Ses fleurs blanches ou rosées, extrêmement odorantes, sont plus grandes que celles de l’oranger doux. Elles sont essentiellement utilisées dans la confection de l’eau de fleur d’oranger ou hydrolat, nommé aussi  « eau de Naphe » .L’huile essentielle qui surnage au-dessus de l’hydrolat lors de la distillation est l’huile de néroli.

INFUSION

astrix.gifP’t'être qu’une théière conviendrait mieux, non ? Je dois confondre  » infusion » et  » potion » . Vous voyez le rapport avec Astérix n’est-ce-pas ……….Pour ceux qui ont compris alors c’est tant mieux, pour les autres , je mettrai un petit astérisque( *)  en bas de page hi hi !

 

toilettage.gif J’ai pas trouvé ma théière, alors je vous ai mis le chien qui infuse dans son bain …Oh, on va dire que ça fait l’affaire !!!

Alors, dans 1 litre d’eau bouillante, versez 20 g de feuilles ou de fleurs d’oranger. Couvrez, laissez infuser un quart d’heure, filtrez, essorez le chien et buvez trois tasses dans la journée après les repas.

nourriture8.gif Ah ben te voilà la théière…t’était encore cachée dans la remise heinppppffffff , bon passons, on règlera nos comptes plus tard, en privé.

DECOCTION CONCENTREE pour désordres nerveux importants: dans 1 litre d’eau froide, jetez 120 à 150 g de feuilles. Couvrez et portez à ébullition pendant 5 minutes. Laissez reposer 10 minutes, toujours en couvrant, filtrez et buvez immédiatement une tasse, à renouveler une heure plus tard. Par la suite, espacez les prises dans la journée, selon l’amélioration des symptômes.

personnagetable.gif Mais non Mamy, avant, il faut prendre le bain , le BAIN DECONTRACTANT bain2.gif

Faites une infusion concentrée de fleurs et feuilles d’oranger ( 2 bonnes poignées pour 1 litre d’eau bouillante, à laisser infuser 20 minutes ) . Versez la tisane filtrée dans un bain chaud et laissez-vous aller au moins pendant un quart d’heure, en respirant calmement les effluves suaves de la fleur d’oranger.

L’AUBÉPINE

Crataegus laevigata

Arbuste sauvage des haies et bocages, l’aubépine est un éternel ravissement pour les yeux, lorsqu’au printemps, ses multiples petites fleurs rosées s’épanouissent. Munies de robustes épines, ses branches sont un refuge pour beaucoup d’animaux et un rempart efficace pour d’autres. Ses fruits, à ne pas confondre avec ceux du rosier sauvage, sont comestibles et très riches en vitamine C. Ils ont toutefois le désavantage d’être farineux. Dès le XIX è siècle, les propriétés antispasmodiques de l’aubépine étaient connues. Elle régule le rythme cardiaque et réduit le stress. L’action de la plante n’est pas immédiate, elle nécessite un certain temps, d’où l’importance d’une cure plus longue que celle des autres plantes, d’environ huit semaines.

INFUSION:

nourriture8.gif Versez dans 1 litre d’eau bouillante, 10 à 20 g de fleurs. Couvrez et laissez reposer 10 minutes. Filtrez et prenez une tasse deux à trois fois par jour, vingt jours par mois, arrêt dix jours et de nouveau vingt jours pour le mois suivant.

TEINTURE :

abeille01.gif  < Juste un p’tit coucou en passant, je livre le miel à la reine …continuez sans moi …

                                          asticot.gif<Attends, y’a un truc qui me dérange dans ta recette…Tu vas pas y mettre de l’eau-de-viiiiie quand mêêêmeuu ?

cigogne2.gif < B'jour Sophie , je file...une livraison au couvent du coin....ça va encore jaser ...

                                                                                                                    bugsbunny1.gif< Hello Doc, quoi d’neuf ?   

picture08.jpg < Je suis fatiguée mais fatiguée ….est-ce-qu’on va me f…la paix parce que je sens que la pression monte

                               ordinateur2.gif< T'inquiète pas Sophie, vas prendre un bol d'air, je prends les choses en main.

TEINTURE : versez 2 tasses d’eau-de-vie blanche dans un récipient en terre. Ajoutez une tasse de fleurs, remuez et laisser macérer 15 jours. N’oubliez pas de mélanger le tout tous les 3 jours, puis filtrez et conservez le liquide obtenu dans des flacons opaques. Prenez une cuillerée à café deux fois par jour, avant les deux principaux repas. En cure de 20 jours par mois, arrêt pendant 10 jours, et l’autre mois, une cuillerée à café le soir au coucher.

LA MÉLISSE

Melissa officinalis

De la famille des Lamiaceae, la mélisse , avec ses tiges de section carrée, ses feuilles gaufrées et rêches, ses minuscules fleurs blanches, attire le jardinier, non pas par son aspect extérieur, mais par son odeur fraîche et citronnée. Les médecins arabes n’ont cessé de vanter les vertus antispasmodiques de cette plante. Avicenne lui attribuait le pouvoir de rendre le coeur joyeux. A la lueur des connaissances actuelles, la mélisse est reconnue capable de traiter les problèmes nerveux, l’anxiété, les états dépressifs et les palpitations.

INFUSION: dans 1 litre d’eau bouillante, incorporez de 20 à 50 g de feuilles et sommités fleuries. Couvrez et patientez 20 minutes. Filtrez et buvez 3 à 4 tasses dans la journée. Il est préférable d’utiliser la plante fraîche car elle est plus aromatique.

DECOCTION:  dans 1 litre d’eau froide, versez une poignée de sommités fleuries et portez le tout à ébullition. Au premier bouillon, diminuez votre feu, et laissez doucement cuire pendant 10 minutes. Filtrez et buvez 2 tasses dans la journée.

VIN: dans 1 litre de vin blanc, jetez 50 g de plante fraîche. Couvrez sans fermer hermétiquement afin de laisser l’humidité s’échapper et oubliez le mélange dans un coin pendant deux jours entiers. Filtrez , conservez dans des flacons en verre teinté et prenez, dans les cas d’urgence, 2 cuillerées à soupe dans un peu d’eau.

EAU DE MELISSE:  dans un pot en terre, versez 1 litre d’eau-de-vie blanche, 50 g de mélisse fraîche, 5 g de cannelle, 15 g de zeste de citron frais,10 g de racine d’angélique, 15 g de coriandre, 10 g de clous de girofle et 15 g de noix de muscade.

Couvrez d’une gaze. Faites macérer à l’abri de la lumière et de l’humidité une quinzaine de jours en remuant tous les 2 à 3 jours. Filtrez, versez dans de petites bouteilles opaques, et prenez une cuillerée à café dans un peu d’eau, ou sur un sucre, en cas de malaise.

* Astérix et la potion magique

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

PALPITATIONS

Posté par eurekasophie le 28 septembre 2009

coeur.gifcoeur.gifgifcoeur.gif coeur.gifcoeur.gif

 

 

Le coeur qui bat, c’est normal. Le coeur que l’on sent battre, ça ne l’est pas; en tout cas,

c’est légèrement effrayant !

Retrouvez le silence du rythme grâce aux huiles essentielles.

Et détendez-vous….

gifcoeur.gif

 

Avoir des palpitations, c’est ressentir ses propres battements cardiaques: plus forts, plus rapides ou plus désordonnés.

En tout cas,  » plus  » quelque chose, alors que ce qui caractérise d’habitude notre corps, c’est le silence des organes. Sentir son coeur qui palpite est bizarrement très désagréable. Alors que l’on devrait se réjouir d’être bien  » vivant  » , finalement, ces palpitations nous rappellent que notre coeur peut s’emballer. Panique injustifiée dans la très grande majorité des cas.

coeur.gifEXTRASYSTOLES OU TACHYCARDIE ? coeur.gif

Le coeur est une pompe dont le rythme de travail varie en fonction des besoins ( sport, tête en bas…), rien de plus normal que de l’entendre battre ou « s’ajuster «  . Cependant, ce n’est certes pas une raison pour subir la tyrannie de ce chef d’orchestre un peu trop volubile. Des palpitations isolées, survenant un peu n’importe quand, s’appellent des extrasystoles. Si elles durent, quelques minutes voire quelques jours, on parle de tachycardie.  Elles sont dues à des mini courts-circuits dans notre système électrique interne, celui qui ordonne au coeur de battre. Extrasystoles ou tachycardie n’ont rien à voir avec des maladies cardiaques ( souffle au coeur, infarctus du myocarde…). En revanche, avec l’âge, elles peuvent devenir plus insistantes et accompagner une hypertension artérielle par exemple.

VOS HUILES ESSENTIELLES

A utiliser en massages

Mélangez:

HE marjolaine 1 goutte

HE ylang-ylang 1 goutte

HE lavande officinale 1 goutte

HE camomille romaine 1 goutte

HV calophylle 2 gouttes

La marjolaine

Elle est indispensable dès qu’un stress ou un trouble nerveux retentit sur le corps ( sensations d’oppression, palpitations, maux de ventre, troubles digestifs, bouche sèche, névralgie, spasmophilie….) in-dis-pen-sa-ble.

L’ylang-ylang

Excellente régulatrice cardiaque, c’est l’huile essentielle du coeur modèle, quel que soit le trouble. En plus, elle est antifatigue, un  » effet secondaire  » fort apprécié généralement, lorsqu’on subit des crises de tachycardies plutôt éreintantes.

La lavande officinale ( ou lavande vraie )

On connaît plus la lavande pour ses propriétés apaisantes, favorisant le sommeil et embaumant une pièce que pour ses composés très efficaces contre les troubles cardiaques fonctionnels: palpitations, troubles du rythme….toutes ces petites anomalies peuvent être soulagées en respirant simplement à même le flacon de l’huile essentielle de lavande officinale.

La camomille romaine

Hyper antistress, antispasmodique, cette HE  est parfaite pour calmer le système nerveux dit  » périphérique  » ( = autonome ) , celui qui régule l’activité de la plupart de nos organes sans que nous ayons notre mot à dire . Y compris nos battements cardiaques !

L’huile végétale de calophylle

L’huile végétale un peu  » à part  » tant elle est elle-même très active, la calophylle fluidifie le sang. Un petit coup de pouce pour le coeur…….

REMARQUE: si les palpitations surviennent au moment de la ménopause, remplacez la camomille ou la marjolaine par de la sauge sclarée, pour favoriser l’équilibre hormonal.

Votre application

Massez le plexus solaire et les épaules avec ce mélange, 2 fois par jour.

LES CONSEILS EN PLUS

Les palpitations ne sont pas toujours anodines, surtout à partir d’un certain âge. Consultez impérativement votre médecin si les vôtres durent longtemps ou s’accompagnent de douleurs dans la poitrine, d’un mal-être ( vous ne vous sentez pas bien, voire faites des malises ). Faire un bilan cardiologique est plus prudent.

Evitez ce qui favorise les palpitations: la fatigue ( dormir suffit parfois !! ), le tabac, l’alcool, le café, les colas ( caféine ).

Le magnésium ( à haute dose et bien assimilé, comme le magnésium marin ) est un bon moyen de faire disparaître des palpitations bénignes, souvent liées au stress.

NE CONFONDEZ PAS :

1) les fausses palpitations – le coeur bat fort, cogne violemment contre la poitrine, essaie de  » sortir « , en cas de stress, de fatigue, de peur;

2) les vraies palpitations, telles que décrites plus haut.

N’ayez pas peur. Une  » crise  » de palpitations peut fatiguer, mais n’est éventuellement  dangereuse que si vous souffrez, en plus, de maladie cardiaque. Dans ce cas, à surveiller de plus près. Détendez-vous, respirez à fond, installez-vous confortablement, attendez que cela passe.

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 15 Commentaires »

ORPIN BLANC

Posté par eurekasophie le 23 septembre 2009

sedumalbumclusianum2.jpgsedumalbum.jpg

 

 

Orpin blanc
 

( Sedum album )

Orpin blanc
Inflorescence
Inflorescence
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Rosales
Famille Crassulaceae
Genre Sedum
Nom binominal
Sedum album

L’orpin blanc (Sedum album) aussi appelé sédum blanc est une plante vivace de la famille des Crassulacées.

Du latin Sedare : apaiser (Sedum est l’ancien nom latin de la Joubarbe, que l’on plantait sur les toits pour se protéger de la foudre en apaisant la colère des dieux). Autre hypothèse (moins probable) : pourrait provenir du latin Sedere : s’asseoir, en relation avec la forme en coussin de certaines espèces.Le nom d’espèce vient du latin albus (blanc) pour la couleur des fleurs.

Nom français : Orpin blanc

IDENTIFICATION

Plante vivace herbacée de 10 à 30 cm de hauteur formant une petite colonie. Les tiges stériles (non fleuries) sont radicantes. Seul le sommet de la tige se relève. Les feuilles sont glabres, cylindriques et mesurent entre 5 et 15mm. La couleur varie du vert au rougeâtre. Elles sont toujours alternes sur les tiges fleuries.

Les fleurs blanches apparaissent entre juin et août sur des tiges dressées. Les fleurs portent 5 pétales, 5 sépales et 10 étamines. La longueur des sépales est de 3 fois inférieure à celle des pétales. Les fleurs font en moyenne 10mm de large mais sont en réalité de taille très variable.

Le fruit est un follicule. Les graines très petites et légères sont dispersées par le vent ou l’eau.

Dans les flores françaises, on rencontre régulièrement 2 sous-espèce : subsp album à fleurs de 10 à 15 mm de large et subsp micranthum à fleurs de taille plus petite (environ 6mm de large). Ce dernier taxon est mal connu et pourrait être seulement un écotype du premier. En France, il semble plus fréquent que le type.

Dans l’ensemble, Sedum album est très variable dans la taille et la forme des feuilles et des fleurs. Bien que certaines formes soient suffisamment distinctes pour les nommer, de nombreux intermédiaires rendent les diagnoses impossibles.

sedumalbum1916.jpg

HABITAT

Le Sedum album est présent en Europe, Asie occidentale et Sibérie. Commun en France excepté dans l’extrême nord du pays où il en est absent.Une station en Iran a été découverte en 2000. Espèce courante en situations bien exposées (rochers, prairie sèche, et vieux murs) à des altitudes comprises entre 0 et 2500m.

orpinblanc.jpg

 Orpin blanc hors période floraison

elf.gifAnecdote

Les feuilles mucilagineuses se consomment mélangées à de la salade. On peut aussi faire cuire les jeunes pousses à la poêle ou à la vapeur.

Utilisations officinales : la plante contient des substances diurétiques et hypotensives (elle fait baisser la tension artérielle). Cette propriété permet son emploi contre l’artériosclérose dont un des symptômes est souvent l’hypertension

Publié dans "O**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

L’ACUPRESSION EN QUESTION

Posté par eurekasophie le 12 septembre 2009

gifasie2.gifacupression.jpggifasie1.gifacupression.jpg

 L’ACUPRESSION , C’EST QUOI ?

 

L’acupression (ou digitopression, ou digitoponcture) est une méthode thérapeutique naturelle et millénaire qui stimule le flux énergétique du corps, renforce la capacité d’auto-guérison et permet ainsi de mieux résister aux maladies.

Elle est une des trois grandes disciplines de la médecine chinoise, avec la phytothérapie, et l’acupuncture. A ces trois techniques fondamentales viennent s’ajouter la diététique avec son effet curatif et préventif et bien sûr les gymnastiques énergétiques basées sur la circulation harmonieuse du chi : Tai-chi, Qi gong… Le praticien de médecine chinoise se spécialise dans une des cinq branches citées.

Un nombre croissant de données et d’études scientifiques démontre pourquoi et comment l’acuponcture est efficace, mais la recherche s’est finalement penchée sur cette branche, et des études de plus en plus nombreuses expliquent et valident l’efficacité de cette technique manuelle.

L’acupression suit les concepts fondamentaux de la médecine chinoise, qui compte 5000 ans d’histoire : l’énergie vitale, les méridiens, le yin et le yang, et les 5 éléments.

Pour la médecine chinoise le corps et l’esprit s’influencent continuellement. Les émotions s’inscrivent dans le corps et les douleurs physiques conditionnent l’esprit. Notre santé et notre harmonie dépendent de la circulation libre et régulière de l’énergie vitale à l’intérieur de notre corps, de notre mental et de nos émotions. Quand le stress de la vie quotidienne interrompt cette circulation, toutes les dimensions de notre être en sont affectées. Non seulement nous succombons à la peur, à la colère ou à la tristesse, mais nous aggravons notre propension à tomber malade. La dépression et l’anxiété peuvent s’installer. Au contraire, quand le corps et l’esprit sont équilibrés l’un avec l’autre, et que l’énergie circule librement, nous nous adaptons plus facilement à un éventail d’émotions et nous ressentons plus de joie.

Toutes les parties du corps peuvent être concernées (cela dépend de la technique utilisée). Par exemple pour le Amma assis (très en vogue actuellement), la séance de 15 minutes se déroule en plusieurs étapes et concerne différentes parties du corps sujettes aux plus fortes tensions : la tête, la nuque, les bras, les mains, les épaules, le dos et les hanches.

L’acupression permet de rééquilibrer l’énergie qui circule dans votre corps en venant à bout des blocages. Agissant sur les méridiens d’acupuncture, elle détend, relaxe et réénergise la personne. Elle contribue à activer la circulation sanguine.

Dans un monde où tout va à toute vitesse, la pratique de l’acupression permet de s’offrir un moment de détente hors du temps. Le stress, l’épuisement quotidiens que beaucoup subissent peuvent être combattus grâce à l’acupression, à condition que cela soit pratiqué de manière sérieuse (attention aux charlatans !) et régulière.

Tout le monde peut pratiquer l’acupression « douce », destressante (et non thérapeutique). Certaines techniques pouvant se pratiquer par soi-même sur soi-même ou sur son entourage, pourquoi ne pas organiser régulièrement des séances en famille. Cela peut resserrer les liens.

acupression.jpg Pour résumer, l’acupression aide à :

decopunaise1.gifapaiser les tensions musculaires
decopunaise1.gifsoulager la douleur physique 
decopunaise1.gif renforcer la résistance à la maladie
decopunaise1.gifréguler l’humeur et les émotions 
decopunaise1.gif renforcer l’énergie vitale
 

acupressionlogo.jpgchinoisenfantetdame1.jpgacupressionlogo.jpg

Publié dans ACUPRESSION-REFLEXOLOGIE | 7 Commentaires »

L’AGRESSIVITE CHEZ LE CHAT

Posté par eurekasophie le 5 septembre 2009

chat10.jpg

 

 

Le chat agressif


Le chat qui mord ou griffe son maître présente un comportement qui peut déconcerter. La cause la plus fréquente des agressions peut être la douleur ou l’inconfort causés par une blessure ou une maladie.

chatagressif1.jpg 

L’agressivité au jeu

Un chat en bonne santé, surtout un jeune chat, passe la majeure partie de ses journées à diverses activités et au jeu. En général, les jeux du chat consistent à courir, à grimper, à poursuivre, à sauter, à mordre et à griffer. La plupart des propriétaires trouvent ces comportements de jeu normaux et amusants quand ils ont pour objet un jouet destiné à cet usage. Toutefois, ils deviennent un problème quand ils visent les meubles, les tapis, les rideaux et, surtout, les animaux et les gens.
Il est généralement facile de distinguer le jeu normal du jeu agressif. L’animal agressif poursuivra une personne ou un autre animal et sautera sur sa victime et la mordra. Dans ses manifestations les plus graves, l’agressivité au jeu peut effrayer et causer de la douleur

Il existe deux moyens de corriger l’agressivité au jeu :

 ♣ orienter les jeux du chat vers des objets acceptables;

♣ punir le chat pour les comportements inacceptables

Pour orienter les jeux du chat, il faut lui offrir de nombreux jouets qui lui permettront de se déplacer et d’attaquer. Les balles, les jouets suspendus et ceux qui sont manipulés par une personne sont très intéressants pour un chat actif.
Si vous choisissez les punitions pour réprimer l’agressivité au jeu, vous devez intervenir immédiatement chaque fois que l’animal se conduit mal; le type et l’intensité de la punition dépendent du chat. Il ne faut jamais frapper un animal. Le fait de l’asperger avec un fusil à eau ou une bouteille peut donner de bons résultats. Si ces méthodes n’ont aucun effet sur votre chat, consultez votre vétérinaire
.

 chatgriffe.jpg

Agressivité due à la peur

L’agressivité due à la peur est différente de celle manifestée au jeu. La première se reconnaît à quelques signes, par exemple quand le chat évite les gens, qu’il s’accroupit, couche ses oreilles et baisse la queue, ou qu’il crache et gronde quand quelqu’un s’approche de lui. Il est courant pour les chats de manifester de l’agressivité due à la peur dans certaines circonstances, mais le chat qui évite régulièrement les gens et qui se montre agressif quand on tente de l’approcher a besoin de l’aide d’un vétérinaire.

Pour traiter un chat qui manifeste de l’agressivité due à la peur, il faut employer des techniques appelées désensibilisation et contre-conditionnement. La désensibilisation consiste à exposer graduellement le chat aux personnes dont il a peur, en veillant à ce que la distance et la situation ne soient pas source de frayeur. On augmente lentement la fréquence de l’exposition aux gens et aux situations pour que le chat ne développe pas d’autres réactions à la peur. Le contre-conditionnement consiste à susciter chez le chat une réaction qui, sur le plan comportemental et physiologique, est incompatible avec une réaction de frayeur. Pour y arriver, on peut utiliser des aliments et des jouets qui incitent le chat à s’approcher d’une personne. Ainsi, attachez un jouet à une longue ficelle et attirez le chat pour qu’il joue. À mesure qu’il prend plaisir au jeu et que sa peur semble s’évanouir, raccourcissez la ficelle. Quand la ficelle est suffisamment courte, essayez de toucher le chat. S’il s’écarte de vous, allongez la ficelle et continuez le jeu.

chatquijoueavecpelotedelaine.jpgchatagressif4.jpg

 

Intolérance aux cajoleries

Beaucoup de chats aiment se faire caresser pendant de longues périodes, tandis que d’autres tolèrent mal ce type d’attention. Avec ces derniers, les caresses sont d’abord bien acceptées, mais le chat finit par donner des signes d’agressivité imminente, par exemple en agitant les oreilles, en battant de la queue ou en tendant les muscles. Si le propriétaire poursuit ses caresses, le chat peut mordre ou griffer. Pour réduire les cas d’agression, déterminez le seuil de tolérance de votre chat et respectez-le.


 

Agressivité détournée


chatagressif.jpg

L’agressivité est détournée quand quelqu’un tente de manipuler un chat dont l’attention est attirée par quelque chose d’autre, par exemple un chat inconnu qu’il voit par la fenêtre, et que cette personne se fait mordre ou griffer. Si ce comportement survient souvent, le propriétaire doit y porter attention. Le meilleur moyen d’éviter les manifestations d’agressivité détournée est de ne pas approcher le chat quand son attention est retenue par quelque chose d’autre.

souris1.gifchatsligne.gifsouris1.gif

Publié dans COMPORTEMENT DU CHAT, NOS ZAMIS LES ZANIMAUX | 6 Commentaires »

PAS DE PANIQUE !!!!

Posté par eurekasophie le 4 septembre 2009

 PRÉVENTION

 GRIPPE A (H1N1)

SOURCE WIKIPEDIA

LA GRIPPE A ( H1N1 )

La grippe A (H1N1) de 2009 (initialement appelée grippe porcine par l’Organisation mondiale de la santé, est une maladie respiratoire aiguë contagieuse provoquée par l’un des quelques virus de la grippe A, l’Influenzavirus A sous-type H1N1, réapparue en 2009 sous une forme génétique nouvelle transmissible d’homme à homme. Ce nouveau virus grippal, contenant des gènes de plusieurs virus connus d’origine porcine, aviaire et humaine, est un virus réassorti. Cette grippe a également été nommée, par différentes institutions internationales, grippe nord-américaine, grippe mexicaine ou grippe nouvelle avant que l’OMS ne recommande le nom de grippe A (H1N1) le 30 avril 2009.

PAS DE PANIQUE !!!! dans PRENDRE SOIN DE SOI 180px-H1N1_influenza_virus

Influenzavirus A sous-type H1N1.

Le virus se propage généralement par la toux et les éternuements ou en touchant une surface contaminée puis son nez ou sa bouche. Les symptômes, qui peuvent durer jusqu’à une semaine, sont similaires à ceux de la grippe saisonnière, et peuvent inclure fièvre, éternuements, mal de gorge, toux, maux de tête et douleurs musculaires et articulaires.

Au niveau mondial, la mortalité est faible et ne concerne que des personnes déjà affaiblies. Dans la majorité des cas, les malades n’ont présenté que des symptômes bénins et leur guérison a été rapide et complète. Les personnes présentant les symptômes de la grippe A(H1N1) sont traitées avec du paracétamol et pour les cas plus sévères avec des inhibiteurs de la neuraminidase des virus grippaux tels l’oseltamivir ou le zanamivir. Les premiers lots de vaccins contre cette nouvelle grippe seront probablement disponibles pour le courant du mois de septembre 2009.Le 11 juin 2009, l’OMS décide le passage à la phase 6 ; la grippe A (H1N1) de 2009 est donc considérée comme une pandémie.

 Qu’est-ce-qu’une pandémie ?

Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et δῆμος / dễmos (peuple)) est une épidémie touchant une part exceptionnellement importante de la population et présente sur une large zone géographique.

 SOURCE WIKIPEDIA

POUR NE PAS EN ARRIVER LÀ…

grippea3.gif

 

SE PRÉPARER À LA DEUXIEME VAGUE

En juin dernier, Marc Giroud, président du SAMU de France, s’est montré très clair :  » L’histoire nous apprend que la deuxième vague d’une épidémie de

grippe est toujours plus grave, aussi bien quantativement que qualitativement « . La pandémie grippale de 1918 l’illustra parfaitement , avec une première vague peu alarmante en mai-juin, et une seconde, beaucoup plus redoutable, en octobre-novembre. L’objectif de cet article n’est pas d’alimenter la peur, mais de faire prendre conscience de la réalité d’une menace face à laquelle nous ne sommes pas impuissants, fort heureusement. En effet, l’adoption d’un certain nombre de mesures ( en plus du lavage de mains indispensable ) peut nous aider à améliorer notre immunité naturelle et donc à mieux résister aux attaques du virus grippal A ( H1N1) «  .

Sept d’entre elles sont présentées ci-dessous.

Ah, une dernière chose : vous allez constater que les principaux protagonistes de l’immunité cellulaire sont cités au fil de l’article. Sachez qu’ils sont brièvement présentés en fin d’article. j’invite les plus curieux d’entre vous à le lire dès à présent.

grippea2.jpg

Mesures N ° 1 :

Tout d’abord : Je ne peux pas aborder ce sujet sans parler des mesures d’hygiène qui y sont associées.

La transmission du virus se fait comme on l’a vu ci-dessus, principalement par voie aérienne (par la toux, l’éternuement ou les postillons) mais peut également être manu portée (transmission par les mains et les objets touchés et donc contaminés). Il faut donc : éviter si possible tout contact avec une personne malade; se laver régulièrement les mains au savon ou les désinfecter avec une solution hydro-alcoolique (disponible en pharmacies et grandes surfaces), notamment après avoir toussé ou s’être mouché ; se couvrir la bouche et le nez quand on tousse ou éternue avec un mouchoir à usage unique (à jeter dans une poubelle fermée, si possible par un couvercle et équipée d’un sac plastique), ou avec le bras ou la manche ou avec les mains (s’il est possible de se les laver immédiatement après).  » Cela est évident !  » me direz-vous . Alors tant mieux car les gestes de chacun font la santé de tous.emoticone

Boire suffisamment

Pour renforcer vos défenses naturelles, pratiquez un geste élémentaire , celui de ….boire…… de l’eau ! emoticone L’explication est toute simple. Beaucoup de composants immunitaires circulent à travers les fluides corporels. Or, quand nous sommes déhydratés, nous avons tendance à avoir la bouche sèche, le nez sec. Ces régions se voient ainsi privées de la présence de fluides riches en composants immunitaires. La conséquence en est une moindre résistance aux attaques des agents pathogènes. C’est pourquoi vous devez veiller à boire suffisamment au cours de la saison froide, surtout quand le taux d’humidité est très bas, ce qui est généralement le cas dans les bureaux chauffés au chauffage électrique. Durant la journée, buvez de petites gorgées d’eau très régulièrement, sans attendre d’éprouver une forte sensation de soif.

Mesure N° 2 :

prendre soin des muqueuses

Les muqueuses, en particulier celles de la spère ORL, constituent le premier rempart face aux agents pathogènes.

grippea5.gif

Schéma de la sphère ORL

Le virus de la grippe en fait partie et prend un malin plaisir à s’attaquer aux cellules épithéliales qui recouvrent les voies respiratoires. Mais les muqueuses ont plus d’un tour dans leur sac: elles ne se limitent pas à tenir un simple rôle de barrière physique, mais contribuent aussi à la neutralisation des envahisseurs potentiels. Pour prendre un exemple, les cellules épithéliales buccales et gingivales produisent des composants immunitaires qui exercent leur action anti-infectieuse en se mélangeant à la salive. Plus largement, les muqueuses sont associées à des tissus lymphoïdes, l’ensemble formant un système immunitaire à part entière : le MALT  ( Mucosa-Associated Lymphoid Tissues ).

A l’arrivée de la saison froide, il est grand temps de se préoccuper de la bonne santé des muqueuses, à commencer par celles de la zone nez-gorge. La muqueuse nasale a notamment pour fonction de filtrer et nettoyer l’air en éliminant ses impuretés ( fumées, poussières, pollen, champignons, bactéries et….virus ! ). Une muqueuse nasale propre et physiologiquement active est préparée pour nous défendre en cas d’infections respiratoires. Pour maintenir une bonne hygiène nasale ou lutter contre une sécheresse nasale, ayez recours au spray d’eau de mer Quinton Action modérée, à raison d’une vaporisation matin et soir. Pour désinfecter la gorge, faites des gargarismes d’extraits de pépins de pamplemousse ( 10 gouttes dans un verre d’eau tiède ) ou recourez à la propolis en spray buccal.

grippeaquintonspray.jpgargousierflorealpes.jpg

A savoir: l’huile d’argousier aide à lutter contre l’assèchement des muqueuses ( nasale, buccale, oculaire, vaginale….) et donc à prévenir l’apparition d’inflammations. Plusieurs sociétés commercialisent de l’huile d’argousier sous forme de capsules.

Mesure N° 3 :

stimuler le thymus

grippeathymus.jpg

 Le thymus, organe glandulaire situé derrière le sternum, contribue à donner la compétence immunitaire aux lymphocytes T . Il joue un rôle important dans l’installation de l’immunité naturelle. Songez qu’à la naissance, le thymus est plus gros que le coeur ! Il commence à perdre en volume dès la fin de l’enfance. Néanmoins, l’atrophie progressive du thymus n’est pas une fatalité. Elle peut être freinée, à condition que l’alimentation apporte des doses suffisantes de certains nutriments tels que magnésium, sélinium, zinc et vitamines A, C et E.

Pour stimuler le thymus, je vous conseille de réaliser un  geste simple, qui s’apparente à celui du mea culpa, et qui consiste à se frapper ou plutôt à donner des petits coups sur la poitrine —au niveau de l’os incurvé situé au milieu de la poitrine— une douzaine de fois de suite. Au cours de la saison froide, pratiquez cet exercice quotidiennement à plusieurs reprises. Votre thymus s’en trouvera ragaillardi ! emoticone

Mesure N° 4:

dormir suffisamment

Le mode de vie actuel nous conduit à rogner sur le temps de sommeil. Or, se retrouver en dette de sommeil n’est pas sans effet sur la santé en général et sur l’immunité en particulier. On a mesuré que 4 h de sommeil en moins provoquait une diminution de 30 %  de l’activité des cellules tueuses naturelles le lendemain. Un sommeil insuffisant se traduit également par une diminution de la production d’interleukine-2, messager chimique chargé de signaler aux cellules tueuses qu’elles doivent attaquer.

personnagerigolo1.gif

Voici l’exemple de cellules tueuses heureuses d’attaquer…..hum hum s’cusez moi !

Bon ben voici des cellules tueuses à l’assaut du paludisme …tayauuut …tayauuuut !!!

cellulestueuses.jpg

Je suis sûre que la première représentation de cellules tueuses—loin d’être très immunologique certes— vous plaît d’avantage que la seconde.

N’est-il pas vrai ??? lol ! Meuuuu faut bien rigoler un peu. Bon, où en étais-je ? Ha voui…

En cas d’endormissement ( ça se dit ça ? ) difficile, de sommeil haché, agité, peu profond, peu réparateur, prenez 2 capsules d’HE de Mandarine zeste 1 heure avant le coucher. Alternative: dans une coupelle, versez 2 gouttes HE Ravintsara + 2 gouttes HE Mandarine zeste + 1 goutte HE Lavande vraie, puis appliquez le mélange sur le plexus solaire, au coucher, pendant 15 jours.

Mesure N° 5 :

apprivoiser le stress

personnagenerv.gif

 

Ouhhhh là ! Descendons d’un étage voulez-vous ..

 

personnagezen.gif

Haaa c’est mieux !

 » Tout le monde n’attrape pas la grippe dans une même famille. Pourtant, c’est un virus facilement transmissible. On a enfermé un groupe de personnes dans un hôtel pendant quelques jours. On leur a fait passer des interrogatoires pour quantifier leur degré de stress, puis on leur a inoculé le virus de la grippe. Les personnes stressées et fatiguées de manière chronique ont attrapé le virus, les autres avaient des défenses immunitaires suffisantes  »

( Dr Thierry Janssen )

D’après vous, les personnes atteintes du virus de la grippe ont-elles été soignées après avoir été contaminées ?

Un stress chronique se traduit par une baisse de cellules tueuses naturelles et une diminution de la production d’interférons. En outre, le stress augmente la production de messagers chimiques pro-inflammatoires ( interleukines 1 et 6 ).

dictionnaire.jpg «  Interleukines «  pour ceux que cela passionne ( cliquez sur le dico..)

Pour se dégager progressivement de l’emprise du stress et du cinéma intérieur qui l’accompagne, la meilleure attitude consiste à revenir à la conscience de l’instant présent et à prendre appui sur le souffle, qui joue le rôle d’interface entre le corpset l’esprit. Visualisation mentale, relaxation, massages, méditation assise ou en mouvement ( Tai Chi ) , contacts avec l’eau, la nature, les grands espaces, autant de voies à explorer pour ne plus rester le jouet de pensées et émotions négatives et pâtir de soucis répétés de santé ( hypertension, spasmophilie, maladies de peau, troubles du sommeil, de la digestion ou de la libido….).

Les plantes dites adaptogènes favorisent une meilleure résistance au stress. Elles peuvent donc s’avérer d’un grand secours. Mention spéciale à l’éleuthérocoque, originaire des steppes désertiques de Sibérie orientale.

Fiche descriptive de l’éleuthérocoque

eleutherocoque.jpg

Noms communs : Éleuthéro, éleuthérocoque, ginseng de Sibérie.
Nom botanique :
Eleutherococcus senticosus, anciennement Ancathopanax senticosus, famille des araliacées.
Noms anglais :
Siberian ginseng, eleuthero.
Nom chinois :
Ci Wu Jia.
Parties utilisées : La racine et, plus rarement, les feuilles.
Habitat et origine :
Originaire de la Sibérie et du nord de la Chine, cet arbuste est de la même famille (araliacées) que le ginseng (Panax ginseng et Panax quinquefolius), mais d’un genre botanique différent. Plante forestière qui tolère des climats plus froids que ses cousins, l’éleuthérocoque colonise les forêts mixtes situées au-delà de la limite géographique du Panax ginseng.
 

Indications- Tonifier l’organisme en cas de fatigue, de faiblesse, lorsque la capacité de travail et de concentration diminue ou durant une convalescence.- Stimuler l’appétit et les défenses immunitaires, combattre la fatigue et le stress, augmenter la mémoire et le bien-être général. 

Posologie

  • Infusion. Infuser de 2 g à 4 g de racine séchée dans 150 ml d’eau bouillante. Boire 1 ou 2 tasses par jour.
  • Racine séchée en capsules ou comprimés. Prendre de 0,5 g à 4 g de poudre de racine séchée par jour, en deux ou trois doses.
  • Teinture (1:5). Prendre de 10 ml à 20 ml par jour, en deux ou trois doses.
  • Extrait fluide (1:1). Prendre de 2 ml à 4 ml par jour, en deux ou trois doses.
  • Extrait solide (20:1). Prendre de 100 mg à 200 mg par jour, en deux ou trois doses.
  • Poudre totale sèche micronisée en gélules : 2 à 3 g à prendre avec un verre d’eau en deux prises : matin et midi avant les repas.        
  • eleuthecocoque2.jpg Cliquez sur l’image s’il-vous-plaît

    L’éleuthérocoque comme on l’a vu ci-dessus a donc une action immunomodulante par la stimulation des lymphocytes T et de l’interleukine-2 et une activité antivirale à large spectre in vitro. A l’automne, procédez à une cure de 20 jours par mois pendant 3 mois, à raison de 1 200 mg par jour sous forme de gélules qui seront à prendre le matin.

     

    Mesure N° 6 :

    faire une cure de spiruline

     En raison du raffinage des aliments et des méthodes de culture, l’alimentation actuelle est devenue plus pauvre en éléments essentiels. Elle ne procure donc plus les dosages de nutriments dont l’organisme a besoin pour pouvoir fonctionner de manière optimale et s’adapter au mieux aux contraintes de la vie moderne. Même en respectant le sacro-saint principe d’une alimentation  » variée et équilibrée « , des subcarences finissent par s’installer durablement et par affecter différents systèmes, en particulier le système immunitaire, dont le bon fonctionnement dépend de nombreux éléments essentiels : vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés, acides gras, phyto-nutriments…..

    La manière la plus efficace et la plus naturelle de compenser une bonne partie de ces déficiences plus ou moins marquées consiste à recourir à un super aliment, et, à ce titre, quoi de mieux que la spiruline, à la fois très riche en protéines et généreusement pourvue en une multitude d’éléments essentiels. De surcroît, cette micro-algue présente l’avantage de renforcer l’immunité cellulaire ( augmentation de l’activité des macrophages, augmentation de la production de gamma-interféron…) et de posséder également des propriétés antivirales ( capacité à empêcher les virus de se fixer à la cellule hôte ).

    Pour bénéficier à plein des vertus de la spiruline, il est important de choisir un produit de qualité et donc de délaisser ceux qui sont issus d’unités de production industrielle. A titre indicatif, la spiruline produite dans les Andes offre toutes les garanties de qualité. En pratique, consommez 5 g de spiruline , soit 10 comprimés de 500 mg à prendre avant les repas. Il est recommandé de bien mâcher les comprimés avant d’avaler, sauf si vous n’en appréciez pas le goût.

    spirulina.jpgspirulineflamant.jpg Cliquez sur l’image s’il-vous-plaît.

     

                                                   Observée au microscope, la spiruline est de couleur bleue-verte et ressemble à une spirale aux fils longs et minces.

    Mesure N° 7 :

    se complémenter en vitamines D (calciférol)  

    La prévention de la grippe commence dès les beaux jours en s’exposant au soleil régulièrement mais prudemment !!!! Cela permet à l’organisme de synthétiser de la vitamine D sous l’inflence des rayons UV du soleil. On estime que l’exposition au soleil peut procurer de 80 % à 90 % de la vitamine D requise. Un bain de soleil intégral (le corps à nu) peut procurer jusqu’à 250 µg (10 000 UI).

    La vitamine D régule la réponse immunitaire et participe à la différenciation des globules blancs. Elle stimule l’activité des macrophages et module celle des messagers chimiques pro-inflammatoires. Elle sert aussi à la synthèse de l’interféron.

    Le résultat du suivi récent de 19 000 adultes par des scientifiques américains est que ceux qui présentent les plus bas taux de vitamine D ont 40 %  de risques en plus de contracter une grippe ou un rhume, comparés à ceux qui présentent un taux optimal de vitamine D. Une étude antérieure avait déjà mis en évidence qu’une complémentation en vitamine D diminuait l’incidence des infections virales respiratoires chez l’enfant.

    Le déficit en vitamine D est semble-t-il le déficit nutritionnel le plus répandu parmi la population française. Pour prévenir ou pour le moins réduire les déficits hivernaux en vitamine D, une complémentation s’impose à partir du pmois d’octobre. A cet effet, on peut se tourner vers la célèbre huile de foie de morue, qui présente l’avantage d’être très riche en vitamine A. Or cette vitamine joue elle aussi un rôle important sur le plan de l’immunité. Elle active le travail de nettoyage des macrophages et maintient des niveaux adéquats de cellules tueuses naturelles. Elle aide aussi à prévenir les infections au niveau des muqueuses. Dans le cadre d’une cure d’huile de foie de morue, il faut cependant veiller à ne pas dépasser 2 500 UI de vitamine  A par jour.

    On trouve également de la vitamine D dans :

    Aliments Portions Vitamine D*
    Saumon, grillé ou poché 100 g (3 ½ oz) 15-26 µg
    Thon rouge grillé 100 g (3 ½ oz) 23 µg
    Huître, crue ou cuite à la vapeur 100 g (3 ½ oz) (2 à 4 moyennes) 8 µg à 20 µg
    Hareng de l’Atlantique mariné 100 g (3 ½ oz) 17 µg
    Champignons shiitakes séchés 10 champignons (36 g) 15 µg
    Saumon fumé 100 g (3 ½ oz) 10 µg
    Truite grillée 100 g (3 ½ oz) 5 µg à 7 µg
    Anguille grillée 100 g (3 ½ oz) 6 µg
    Doré grillé 100 g (3 ½ oz) 5 µg
    Flétan, atlantique ou pacifique, grillé 100 g (3 ½ oz) 5 µg
    Hareng de l’Atlantique légèrement fumé et salé 100 g (3 ½ oz) 5 µg
    Oeuf, jaune seulement, cru 2-4 gros jaunes (80 g) 3 µg
    Brochet grillé 100 g (3 ½ oz) 3 µg
    Lait de vache de 0 % à 3 25 % MG 250 ml (1 tasse) 1 µg à 3 µg
    Boisson de soya enrichie 250 ml (1 tasse) 2 µg
    Boisson de riz enrichie 250 ml (1 tasse) 2 µg
    Plie ou sole grillée 100 g (3 ½ oz) 2 µg
    Sardine de l’Atlantique en conserve 100 g (3 ½ oz) 2 µg
    Foie de boeuf braisé ou sauté 100 g (3 ½ oz) 1 µg
    Fromage suisse (emmental) 50 g (1 ½ oz) 1 µg

     

    L’immunité cellulaire: un travail d’équipe

    Une fois que le virus de la grippe a pénétré dans les cellules, il détourne la machinerie de celles-ci pour se multiplier. Les cellules infectées réagissent en sécrétant de l’interféron alpha et/ ou bêta. Le rôle de ces protéines est  » d’interférer  » avec l’infection virale, c’est-à-dire de la ralentir jusqu’à ce que l’organisme produise une réponse immunitaire spécifique contre l’intrus. Les interférons ont aussi la propriétés de rendre plus agressives les cellules tueuses naturelles ou natural killers, spécialisées dans la destruction des cellules tumorales et des cellules infectées par les virus.

    Les cellules tueuses, quant à elles, sécrètent de l’interféron gamma, qui pousse les macrophages — des cellules ayant la propriété de capturer et de digérer les agents pathogènes — à se mettre au travail.

    Les interférons alpha, bêta et gamma font partie de la famille des cytokines, qui comprend également les interleukines.

    Pour clore cette présentation succinte qui donne un petit aperçu de la complexité du système immunitaire, il n’est pas exagéré de dire que le rôle de chef d’orchestre de l’immunité cellulaire revient aux lymphocytes T auxiliaires ou T helpers.

    Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 16 Commentaires »

    L’ESSENTIEL DE L’OMEOPATHIE

    Posté par eurekasophie le 28 août 2009

    hahneman01.jpg 

     

    LES 40 REMÈDES

    les plus courants

    Pharmacie homéopathique de base

    Pour attaquer les petits soucis qui perturbent le quotidien, il est conseillé de se constituer une trousse homéopathique de base.

    La plupart des pharmacies spécialisées vendent des boîtes de rangement étudiées pour les tubes de granules. On optera pour la taille qu’il convient selon ses besoins et l’on prendra soin de tenir ses médicaments loin de l’humidité, des odeurs fortes et des autres médicaments.

    Dans ces conditions, on pourra conserver les remèdes pendant 5 ans sans le moindre problème.

    hahneman01.jpg

    Voici une sélection de 40 remèdes choisis parmi les 2000 de  » La Matière Médicale  » homéopathique.

    Ils devraient suffire à couvrir la plupart des problèmes courants.

    Peut-être même certains d’entre eux ne vous serviront jamais.

    Vous pourrez commencer avec la moitié de cette sélection et vous ajouterez des produits

    au fur et à mesure dans votre trousse, lorsque vous serez plus expérimenté.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifACONITUM NAPELLUS ( ACONIT)

    Appelé aussi  » tue-loup bleu « , l’aconit provient des régions montagneuses d’Europe et d’Asie. Elle est le principal remède contre les fièvres élevées, les toux violentes et sèches et les faux croup.

    alpha0639.gifALLIUM CEPA ( OIGNON ROUGE )

    Bien connu dans nos régions, l’oignon rouge concerne les maladies des muqueuses du nez, des yeux et de la gorge. Il est le principal remède contre le rhume des foins et les rhumes en général.

    alpha0639.gifANTIMONIUM TARTARICUM ( ANTIMOINE )

    L’antimonium tartaricum est fabriqué à partir d’une substance chimique, le tartrate doublé d’antimoine et de potasse. Il est la principale indication pour les problèmes d’expectoration et concerne les muqueuses des poumons.

    alpha0639.gifAPIS MELLIFICA ( ABEILLE )

    Préparé à partir du venin d’abeille, Apis est utile pour soulager les piqûres et les morsures qui présentent des gonflements et des rougeurs.

    alpha0639.gifARGENTUM NITRICUM ( NITRATE D’ARGENT )

    Le nitrate d’argent utilisé en photographie est la substance de base de ce remède qui est efficace pour traiter un système nerveux perturbé. On l’utilise pour toutes les peurs, la nervosité et l’anxiété d’anticipation.

    alpha0639.gifARNICA MONTANA ( ARNICA)

    Bien connue des régions montagneuses, l’arnica est cette petite plante aux fleurs jaunes, qui constitue le remède idéal contre les traumatismes. Muscles douloureux, courbatures après l’effort, choc consécutif à un accident ne lui résistent pas .

    alpha0639.gifARSENICUM ALBUM ( ARSENIC )

    L’anhydride arsénieux est un poison connu. Utilisé en homéopathie, il ne présente pas de danger et il est souverain sur les systèmes digestif et respiratoire. Crampes abdominales, vomissements, intoxication alimentaire , rhume de cerveau avec écoulement nasal sont soulagés.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifBELLADONA ( BELLADONE )

    Appelée aussi  » l’herbe au diable  » , la belladone, dont il faut éviter les baies toxiques, est utilisée comme remède contre la fièvre et les maux de tête avec battements intempestifs.

    alpha0639.gifBRYONIA ALBA ( BRYONE BLANCHE )

    Plante grimpante des haies d’Europe, la bryone blanche a de trèsgrosses racines qui emmagasinent une grande quantité d’eau. C’est à partir de la racine que l’on prépare le remède destiné à assécher les muqueuses et à calmer les douleurs articulaires.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifCALENDULA OFFICINALIS ( SOUCI DES JARDINS )

    Très connu des herboristes, le calendula est un excellent remède pour soigner les plaies. On l’utilise en crème ou en teinture-mère. Il est parfait pour toutes les plaies coupées et infectées.

    alpha0639.gifCANTHARIS ( CANTHARIDE )

    Cantharis est un remède préparé à partir d’un insecte, en l’occurence la cantharide ou  » mouche d’Espagne  » de la famille des coléoptères. Ce remède traite le système urinaire, les cystites avec douleurs intenses et brûlantes, ainsi que les brûlures ou douleurs cuisantes en général .

    alpha0639.gifCHAMOMILLA ( CAMOMILLE )

    La camomille, que l’on rencontre à l’état sauvage dans toute l’Europe et l’Amérique du Nord, a une forte influence sur le système nerveux . Elle est considérée comme le remède le plus important pour le traitement des enfants: problèmes de dentition, coliques, sensibilité à la douleur, colère.

    alpha0639.gifCOCCULUS ( COQUE DU LEVANT )

    Préparé à partir de la coque du Levant, une plante qui pousse sur les côtes indiennes, Cocculus est un remède puissant sur le système nerveux, en particulier lorsqu’il est affaibli. Il soulage également les nausées et les vertiges associés au mal des transports.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifDROSERA ROTUNDIFOLIA ( DROSERA )

    C’est une curieuse plante insectivore, la droséra, qui est à la base de ce remède. On l’utilise dans les affections du système respiratoire: toux caverneuse, toux spasmodique, tox suivie de vomissements.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifEUPATORIUM PERFOLIATUM ( EUPATOIRE )

    On l’appelle aussi  » l’herbe à la fièvre « . C’est une plante qui pousse dans les marécages de l’Amérique du Nord. Très utilisée contre la grippe, Eupatorium soigne également les symptômes qui accompagnent l’état grippal : courbatures ou sensation d’avoir les os brisés.

    alpha0639.gifEUPHRASIA OFFICINALIS ( EUPHRASIE OFFICINALE )

    Nommée aussi  » casse-lunettes « , cette jolie petite plante des pâturages est connue comme remède des yeux. On l’utilise pour les yeux irrités, les larmoiements abondants, les rhumes des foins avec écoulements importants.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifFERRUM PHOSPHORICUM ( PHOSPHATE FERREUX )

    Le phosphate ferreux, la substance de base de ce remède, est un minéral qui régit le fer et l’oxygène du sang. Il est indiqué pour les personnes affaiblies et anémiées.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifGELSEMIUM SEMPERVIRENS ( JASMIN JAUNE )

    Le jasmin jaune ou jasmin de Virginie agit directement sur les muscles, les nerfs moteurs et le système nerveux. Il est parfait pour la fièvre avec sueurs, les maux de tête dans la région de l’occiput et se révèle un remède efficace contre la grippe.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifHEPAR SULFUR ( SOUFRE ET COQUILLE D’HUITRE )

    Préparation de Samuel Hahnemann à partir de fleurs de soufre et de coquilles d’huîtres broyées, Hepar sulfur concerne le système nerveux et les problèmes respiratoires, ainsi que les infections des muqueuses et de la peau.

    alpha0639.gifHYPERICUM PERFORATUM ( MILLEPERTUIS )

    Préparé à partir du millepertuis, ce remède concerne les blessures sur les régions du corps richement innervées ( lèvres, oreilles, doigts, yeux, coccyx ). Il remplace avantageusement Arnica pour ces régions sensibles.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifIGNATIA AMARA ( FEVE DE ST. IGNACE )

    La fève de St. Ignace ou graine de  » strychnos ignatii  » ( qui pousse en Asie du Sud-Est ) fournit la base d’ Ignacia. C’est par excellence le remède pour soulager les émotions fortes, la tristesse ou le chagrin suivant la perte d’un être cher.

    alpha0639.gifIPECA ( IPECACUANHA )

    L’ipecacuanha est un petit arbuste d’Amérique du Sud, dont on fabrique un remède actif sur les systèmes digestifs et respiratoire. La principale indication est la nausée sous toutes ses formes.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifKALI BICHROMICUM ( BICHROMATE DE POTASSIUM )

    Le bichromate de potasssium est une substance chimique utilisée dans de nombreuses industries comme l’imprimerie ou la photographie. On utilise Kali bichromicum pour les affections des muqueuses respiratoires, la sinusite et les maux de tête localisés.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifLACHESIS MUTUS ( LACHESIS MUTUS )

    Fabriqué à partir du venin du Lachesis mutus, un serpent d’Amérique du Sud, ce remède est destiné à soigner les maladies chroniques, les angines, les gorges douloureuses et les problèmes liés à la ménopause.

    alpha0639.gifLEDUM PALUSTRE ( LEDON DES MARAIS )

    Le lédon des marais est un petit arbuste qui pouss dans l’hémisphère nord. C’est à partir du lédon que l’on prépare ce remède d’urgence pour les blessures, plaies gonflées, ecchymoses, yeux injectés de sang.

    alpha0639.gifLYCOPODIUM ( LYCOPODE )

    Préparé à partir du lycopode, cette curieuse plante rampante qui aime les landes de bruyère, Lycopodium est prescrit pour les maladies chroniques, mais il est très utile aussi pour les troubles digestifs et les angines douloureuses.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifMAGNESIA PHOSPHORICA ( PHOSPHATE DE MAGNESIUM )

    Le phosphore de magnésium est l’un des 12 sels minéraux contenus dans les tissus et il est un puissant antalgique. Il est recommandé pour les crampes violentes, les spasmes, les douleurs nerveuses et musculaires.

    u Mercurius solubilis ( mercure liquide )

    Préparé à partir du mercure liquide, ce remède est utilisé pour tous les problèmes infectieux aigus, les ganglions enflés et douloureux, les plaies suppurantes, les sueurs et sécrétions fétides.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifNUX VOMICA ( GRAINE DE VOMIQUIER )

    C’est à partir des graines toxiques du vomiquier qu’est préparé le célèbre Nux vomica . Le remède est utilisé dans de nombreuses situations chroniques ou aiguës et il est vraiment très performant

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifPHOSPHORUS ( PHOSPHORE )

    Le phosphore est constituant important des os. Il est employé pour des désordres constitutionnels, est efficace pour les troubles digestifs, les hémorragies mineures et est utile pour atténuer le vertige consécutif à une anesthésie.

    alpha0639.gifPHYTOLACCA DECANDRA ( PHYTOLAQUE )

    La phytolaque est une plante originaire de l’hémisphère nord. Elle sert de base à ce remède destiné au traitement glandulaire : gorge avec amydales enflées, angines douloureuses, troubles de la glande mammaire.

    alpha0639.gifPULSATILLA ( ANEMONE PULSATILLE )

    Egalement nommée  » herbe au vent  » , l’anémone pulsatille est indiquée pour les situations aiguës et les désordres constitutionnels. Elle convient aux personnes dont l’humeur est changeante. C’est aussi un excellent remède pour les jeunes enfants.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifRHUS TOXICODENDRON ( SUMAC)

    Le remède est préparé à base de sumac, une plante vénéneuse d’Amérique du Nord. On l’utilise pour les entorses, les tendinites, les articulations douloureuses, les rhumatismes aigus, mais également pour soigner la varicelle ou le zona.

    alpha0639.gifRUTA GRAVEOLENS (RUE FETIDE)

    C’est l’un des plus anciens remèdes. Issu d’une plante vivace malodorante vivant dans les endroits secs, ce remède agit essentiellement sur les douleurs osseuses et les traumatismes des ligaments et des tendons. Il concerne aussi les yeux.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifSEPIA OFFICINALIS ( ENCRE DE SEICHE )

    Préparé à partir de l’encre de seiche, Sepia convient aux sujets fatigués, déprimés, présentant des symptômes psychiques et émotionnels. Il agit également sur les bouffées de chaleur de la ménopause et les nausées de la grossesse.

    alpha0639.gifSILICEA ( SILICE)

    La silice est l’un des 12 minéraux contenus dans les tissus. Sa présence aide à éliminer les toxines. Silicea est destiné à renforcer les défenses naturelles contre les infections de tout ordre ( abcès chronique, pus ).

    alpha0639.gifSPONGIA TOSTA ( EPONGE NATURELLE)

    Préparée à partir de l’éponge naturelle torréfiée, Spongia a une action très efficace contre les troubles respiratoires ( toux sèche, toux spasmodique, toux sifflante, faux croup ). On la donne volontiers aux enfants.

    hahnemannhomeo.jpg

    alpha0639.gifVALERIANA ( VALERIANE)

    Appelée aussi  » herbe aux chats  » parce que son odeur attire ces animaux, la valériane et un anti-spasmodique bien connu. Valeriana est l’un des principaux remèdes de l’insomnie et il est très utile lorsque l’esprit ne cesse de tourner en rond sans trouver le repos.

    alpha0639.gifVERBASCUM THAPSUS ( BOUILLON BLANC)

    Cette plante couverte de duvet blanc, à fleurs jaunes, poussant dans des lieux incultes, sert de base à ce remède destiné à combattre les maux d’oreille de toutes sortes.

    On l’utilise sous forme de solution huileuse que l’on chauffe légèrement.

    alpha0639.gifVIBURNUS OPULUS ( VIORNE OBIER)

    La viorne obier ou  » boule de neige  » est très répandue dans les sous-bois frais de nos régions. Le remède est tiré de l’écorce de la viorne obier et il est très utile dans le cas de crampes spasmodiques, règles douloureuses et spasmes des muscles.

    Publié dans HOMEOPATHIE, LES 40 REMEDES LES PLUS COURANTS, MEDECINES DOUCES | 5 Commentaires »

    LE MARQUAGE URINAIRE

    Posté par eurekasophie le 27 août 2009

    chat2.gif 

     

     

    Il existe de nombreuses causes du marquage urinaire

    Le marquage urinaire n’est pas limité aux mâles non châtrés. Les chats, mâles et femelles, stérilisés ou non, peuvent uriner pour marquer leur territoire s’ils sont stressés. La miction est l’une des nombreuses façons qu’ont les chats de marquer leur territoire. Ils laissent aussi des marques visuelles (p. ex., en griffant des objets) et des marques olfactives (p. ex., en se frottant les joues contre des objets). Les chats se servent de ces marques pour délimiter leur territoire, ou « propriété », afin qu’il ne soit pas envahi. Il peut s’agir d’un territoire assez vaste, comme dans le cas de la plupart des mâles, ou restreint, comme chez les chats d’intérieur. S’ils ne sont pas menacés, la plupart des chats ne ressentent nullement le besoin de marquer leur territoire.

    Plusieurs facteurs peuvent inciter un chat à uriner pour marquer son territoire. La plupart du temps, la raison est de nature émotive. Il peut s’agir de deux chats qui tentent de déterminer leurs territoires respectifs dans le quartier, d’un chat qui a peur d’un autre ou dont le territoire est envahi par un autre. Le fait d’éliminer la menace (c.-à-d. l’autre chat) suffit souvent à faire cesser le marquage.

    chatquiurine.jpg 

    Les chats peuvent aussi uriner en réaction à un changement stressant dans leur vie, comme un déménagement ou l’arrivée d’un bébé ou d’un autre animal. En d’autres mots, la miction peut devenir un moyen de maîtriser le stress.

    Dans de rares cas, la miction et la défécation peuvent être une manifestation de la rancune, surtout chez les chats d’intérieur. Certains urineront ou déféqueront pour se venger d’avoir été punis ou réprimandés. Bien que de nombreuses personnes croient que c’est le cas de leur chat, il est difficile de prouver qu’il s’agit en effet de rancune.

    Le marquage à l’extérieur est inoffensif. Par contre, la miction à l’intérieur représente un grave problème de santé et de salubrité. S’il s’agit d’une famille qui n’a qu’un chat, il faut consulter un vétérinaire qui examinera l’animal et fera une analyse d’urine pour éliminer la possibilité d’une maladie urinaire. Si le chat est en bonne santé, le propriétaire devra déterminer la nature du stress déclencheur et tenter de l’éliminer.

    chats.gif 

    S’il s’agit d’une famille qui a plusieurs chats, il devient extrêmement difficile de résoudre le problème à cause de la compétitivité naturelle qui existe entre les chats. S’il est impossible de déterminer ou d’éliminer la cause de la miction, les propriétaires devront peut-être avoir recours à un programme de déconditionnement, à des médicaments ou aux deux.

     

    chatquiurine2.jpg

    Publié dans COMPORTEMENT DU CHAT, NOS ZAMIS LES ZANIMAUX | 6 Commentaires »

    TROLL…..E

    Posté par eurekasophie le 19 août 2009

    troll1.jpg            Meuuuuuu non ! N’ayez pas peur ! Cliquez dé…li…ca…te….ment sur l’image . Voiiilà !

     

    À un  » E » près , je partais pour vous écrire un article sur cette redoutable créature qui présentement est très occupée à s’éclater sur le Net

    Et puis, d’ailleurs, pourquoi devrais-je écrire un article sur le troll auquel je ne connais qu’un seul pouvoir, nous terroriser …..

    DONC, hachement plus sympa quand même voilà la trolle qui pourrait être la femme du troll …Mais non !!!

    Quand on y réfléchit, c’est logique, « Troll » n’étant pas un adjectif, il ne s’accorde pas au féminin en prenant un  » E » , comme par exemple:

    « nul » qui au féminin nous donne  » nulle » ….Ha là y’a une aile et un noeud en plus !

    Bon aller c’est pas tout ça, j’en vois un qui s’énerve…….

    gailuronanim.gifDès qu’on tourne le dos 5 minutes, cette Sophie en profite pour bavasser comme si elle n’avait que ça à faire …..

                                    Et pour dire quoi, je vous le demande……des fadaises, des  broutilles, des calembredaines……des niaiseries. Pfffff !

    Trolle
     

    ( Trollius europaeus )

    ( Renonculacées )

    Trolle d’Europe
     Illustration
    Illustration
    Classification classique
    Règne Plantae
    Embranchement Magnoliophyta
    Classe Magnoliopsida
    Ordre Ranunculales
    Famille Ranunculaceae
    Genre Trollius
    Nom binominal
    Trollius europaeus

    Synonyme(s) : Trolle d’europe, Boule d’or, Trolle de montagne, Trolle globuleux, Renoncule de montagne

    « Le trolle d’Europe ressemble à un gros boutons d’or aux fleurs fermées, ce qui empêche les abeilles et gros insectes d’assurer la pollinisation. Celle ci est donc réalisée par une petite espèce de mouche, c’est le principe de mutualisme. »

    Le genre Trollius (les trolles), de la famille des renonculacées, comporte dans le monde une douzaine d’espèces. Il doit son nom à l’allemand Trollblume, mot dans lequel troll correspond au vieil allemand trol (= globe) ou au latin trulleus (= bassin, cuvette). Dans les deux cas, il s’agit d’évoquer la forme globuleuse de la fleur des trolles, qui ne s’ouvre jamais entièrement. Cette fleur présente à la fois des sépales pétaloïdes (7 à 17) et des pétales très nombreux et étroits, masqués par les sépales. Le fruit est formé d’un grand nombre de follicules.

    Trollius europaeus L. (trolle d’Europe, boule-d’or) : plante vivace glabre poussant en altitude, dans les prairies, les pâturages ou au bord des cours d’eau, jusqu’à 2800 m. Feuilles palmées semblables à un éventail, les inférieures à long pétiole. Fleurs jaune citron ou doré en forme de boules, les sépales étant recourbés vers le centre. Pollinisation par de petits insectes (mouches notamment).

    Floraison de mai à août.

    Nom catalan : flor de rovell d’ou.

    Utilisations officinales : son rhizome contient des substances révulsives.

    Utilisations autres : cultivé dans les jardins d’ornement.

    trolle.jpg             C’est beau la nature tout d’même !

    Publié dans "T**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 3 Commentaires »

    LOUIS PASTEUR ( Sa vie…son oeuvre ) ……

    Posté par eurekasophie le 17 août 2009

    pasteurmaisonnatale.jpgpasteurvirus.jpgpasteurmusee.jpgpasteurmusee2.jpg pasteurmaison.jpg

    lignesplantes17.gif DOLE ET SON MUSÉE lignesplantes17.gif

      

    predepasteur.bmp

    Jean-Joseph Pasteur

    Louis Pasteur réalise ce portrait de son père en octobre 1842, à la veille de son départ d’Arbois pour Paris où il allait préparer le concours de l’Ecole normale. C’est là, semble-t-il, le dernier pastel qu’il exécutera. Il a presque vingt ans. Entre 1835 et 1842, le jeune Louis Pasteur dessinera une quarantaine de portraits dont 9 sont conservés au Musée Pasteur

     

    Maison natale de Pasteur – 43 Rue Pasteur – 39100 DOLE

    Jean Joseph Pasteur Tanneur.

    En 1814, Jean-Joseph Pasteur quitte les armées napoléoniennes où il était sergent-major, pour revenir dans sa région natale. Il s’y marie avec Jeanne-Etienne Roqui et s’installe à Dole chez un certain Clerc, tanneur, qu’il a rencontré lors de sa carrière militaire.

     

    Le travail du tanneur,

    tannerie21.jpg
    Les peaux sont fournies par la boucherie, c’est à dire les abattoirs, situés à l’origine Place Nationale puis Place aux Fleurs en 1422, Place Garibaldi au XVIIIè. Les peaux sont d’abord trempées dans le canal pour les laver (déssaignage) ensuite elles sont passées dans un bain de chaux vive (pelanage) puis les poils et les chairs sont grattés (épilage).
     

    Toutes ces opérations sont appelées « travail de rivière » car elles demandent beaucoup d’eau.
    Ensuite le tanneur place les peaux dans jus tannant, obtenu par macération d’écorces de chêne, pour les faire gonfler. Les peaux sont placées dans des fosses avec du tan, c’est la préparation chimique du cuir. Les fosses de la maison natale peuvent contenir de 80 à 100 peaux, le tan étant produit par les écorces de chênes de la forêt de Chaux. Le cuir est ensuite lavé et rincé abondamment puis séché. Assoupli et lissé, il est vendu aux maroquiniers, cordonniers, bourreliers etc…

    La rue Pasteur est l’une des plus anciennes de la ville. On la connaît dès 1274 sous le nom de rue des Chevannes, indiquant par là que des artisans du chanvre y travaillent. L’existence d’étuves, de moulins, de tanneries est aussi attestée.Pourtant le quartier, dès la Renaissance, est aussi habité par des notables. L’hôtel de Champagney en est un des exemples les plus frappants.

    Voici le site de la maison natale de Pasteur transformée en musée

    pasteur22.jpg

    Cliquez donc sur la photo

    Acquise par la ville de Dole en 1911, la Maison Natale de Pasteur, classée Monument Historique, fut aménagée en musée en 1923. Confié aux soins de la Société des Amis de la maison natale à partir de 1927, le musée constitue, grâce à une patiente recherche et à de nombreux dons, un ensemble documentaire unique qui retrace dans un saisissante rétrospective, la vie, le cadre familial, l’oeuvre scientifique de Louis Pasteur et sa postérité. Il rassemble ses objets personnels, ses livres, de multiples documents ainsi que des bouillons de culture qui servirent à ses expériences. On y découvre aussi plusieurs tableaux réalisés par Pasteur. Entièrement rénové en 1995, à l’occasion du centenaire de la mort de Louis Pasteur, le musée offre une nouvelle présentation de ses collections aux visiteurs. La maison natale demeure le lieu de pélerinage privilégié des admirateurs de l’illustre savant. Le musée est ouvert tous les jours du 1er avril au 31 octobre. Hors saison, il est ouvert le samedi et le dimanche après-midi.

    pasteurmaisonnatale.jpgpasteurplandole1.jpgpasteurrue.jpg

                                             Plan détaillé accédant à Dole                                  

     

    pasteurplaquecommmorative.jpg

     

    Plaque en bronze réalisée par fonderie au sable, d’après une sculpture du portrait de Louis Pasteur.
    Plaque de 700 mm sur 450 mm, tirée d’épaisseur, champ de 15mm.
    Polissage et finition vieux bronze.


     

                    lignefeuilledevigne.gifARBOISlignefeuilledevigne.gif

     

    pasteur1.jpg

    Façade de la maison de Pasteur donnant sur la rue

    Petite ville rurale, au riche patrimoine historique, Arbois bénéficie d’atouts importants avec une activité agricole portée par la viticulture et une activité

    touristique basée sur le patrimoine et la gastronomie.

    Très vite, comme à Dole, le cheminement dans Arbois prend l’allure d’un hommage à Pasteur qui y passa sa jeunesse et revint dans sa maison pour de

    longs mois de vacances et de travail dans le laboratoire qu’il s’y était aménagé.

    Une partie de ma famille résidant un petit village à côté d’Arbois, j’ai eu la chance de visiter plusieurs fois cette demeure.

    A chaque fois, mon intérêt et ma curiosité pour les travaux de ce grand homme ont été manifestes.

    C’est pour cette raison que j’ai décidé de vous faire profiter de ce que j’ai pu voir, dans l’univers de Pasteur où , par la volonté de sa famille, sa maison est

    restée strictement dans l’état où elle était à sa mort…..

    — jusqu’à sa canne et sa cape noire dont il ne se séparait jamais quand il sortait— 

     comme si d’un moment à l’autre, il allait apparaître.

    pasteur22.jpg

    Image de prévisualisation YouTube

     

    pasteurroute.jpgpasteurarbois.gifpasteurarbois2.jpg

                         La route Pasteur                                                                                                                                                                Arbois et son clocher

    pasteur22.jpg

    Cliquez donc sur la photo

    Arbois est devenu le pays de Pasteur le jour de 1827 où Jean-Joseph Pasteur, son épouse Jeanne Etiennent et leurs enfants Jeanne Antoine dite Virginie, Louis, Joséphine, Jeanne Emilie vinrent s’installer dans une modeste tannerie près du pont de Courcelles sous lequel coule la Cuisance. Né à Dole, le 27 décembre 1822, c’est pourtant en Arbois que Louis Pasteur a grandi, a appris les rudiments de la vie, a connu ses premières peines et ses premières joies. Profondément attaché à « cette ville chère à tant de titres », il revenait chaque année avec sa famille s’imprégner de l’atmosphère si douce de la vie arboisienne.   

    Les années de jeunesse 

      Pasteur débute à l’école primaire où l’on pratique l’enseignement mutuel. Le maître, Monsieur Renaud, remarque que le jeune élève aspire à accéder à la place de moniteur. Celui-ci a la tâche d’apprendre à lire à quelques élèves qui épellent ensuite à haute voix. Sur son premier dictionnaire, qui a déjà servi à son père et à sa sueur, il inscrit avec une légitime fierté, et avec une orthographe enfantine encore hésitante « ce dittionnaire aparttient à Pasteur, Arbois celui tia missa cest Louis Pasteur ».    En octobre 1831, le jeune Louis Pasteur est témoin d’une scène qui le marquera profondément malgré son jeune âge. Il est intrigué par la venue d’un groupe d’hommes dans la forge, voisine de la maison paternelle. Curieux, il s’approche en compagnie de quelques amis. Une louve enragée avait mordu plusieurs personnes dont l’homme qu’on emmenait dans l’atelier afin de cautériser les blessures. Après avoir chauffé au rouge la tige de fer, le maréchal-ferrant l’appliqua sur l’avant-bras de la victime qui hurla de douleur.    En 1831, Jean-Joseph Pasteur devient propriétaire pour 5000 francs de la tannerie comportant, à cette époque, un seul étage et une cour avec sept fosses pour le traitement des cuirs. Louis Pasteur poursuit ses études au collège d’Arbois. Jusqu’en 3 ème c’est un élève ordinaire, par la suite il obtient de très bons résultats. Son professeur de dessin, Monsieur Pointurier, découvre qu’il a des dispositions artistiques surprenantes, liées à de grandes qualités d’observation. Le collégien réalise de nombreux portraits au pastel parmi lesquels ses parents et des amis d’Arbois. Les jours de vacances, Pasteur participe aux parties de pêche organisées par les voisins Vercel. Mais au collège, Monsieur Romanet aime à éveiller l’ambition des élèves, c’est lui qui incite Pasteur à préparer l’entrée à l’Ecole Normale. Malgré l’indécision du père, le départ est fixé un matin d’octobre 1838. Pour la première fois Pasteur quitte Arbois et le berceau familial. Il n’a pas seize ans, le temps est maussade ; il doit en compagnie de son ami Jules Vercel se blottir sous la bâche derrière le conducteur, faute de places dans la diligence. Avec tristesse il regarde s’éloigner son jura natal. Loin de l’imposant clocher d’Arbois, Pasteur est alors atteint par le mal du pays « Si je respirais seulement l’odeur de la tannerie, disait‑il à Vercel, je sens crue je serais guéri ».   

    pasteuren1845.jpg

    Louis Pasteur en 1845

    En novembre son père le ramène à Arbois, où il retrouve ses crayons et ses estampes. En 1839 il réalise dans la cour du collège un cadran solaire qui subsiste encore. Pasteur décide de continuer ses études à Besançon où son père vient souvent vendre ses cuirs. Après avoir été reçu au baccalauréat ès lettres, il devient deux ans plus tard bachelier ès sciences mathématiques. Reçu quatorzième au concours de l’Ecole Normale, insatisfait de ce classement, il part pour Paris avec son ami Chappuis, afin de se présenter de nouveau l’année suivante. Sa place de quatrième lui permet d’intégrer l’Ecole Normale.   En décembre 1843, son père lui écrit « Dis à Chappuis crue j ‘ai mis en bouteille du 1834 acheté tout exprès pour boire à l’honneur de l’Ecole Normale… Il y a de l’ esprit au fond de ces cent litres plus que dans tous les livres de philosophie du monde. » En 1845 il est licencié ès sciences,puis reçu troisième à l’agrégation de sciences physiques. En 1847 il obtient son doctorat ès sciences. Alors qu’il est nommé professeur à la Faculté des Sciences de Strasbourg, Pasteur perd prématurément sa mère. Celle‑ci est inhumée dans l’ancien cimetière d’Arbois. 

    pasteurcadransolaire.jpg

    Cadran solaire réalisé par Louis Pasteur ( cour du collège Pasteur à Arbois )  

    pasteurlouisph75572.jpg

    Louis Pasteur au travail

    Premières découvertes 

      Ses premiers travaux sur la cristallographie et la dissymétrie moléculaire conduisent Pasteur à s’intéresser aux fermentations alcooliques.   Le 29 mai 1849, il épouse Marie Laurent, fille du Recteur de l’Université de Strasbourg. De cette union sont nés cinq enfants : Jeanne, Jean-Baptiste, Cécile, Marie-Louise, Camille. Administrateur de l’Ecole Normale depuis 1857, Pasteur n’oublie pas de retrouver sa famille à Arbois. Dans la salle à manger commune se retrouvent trois ménages : celui du père jean-joseph, du fils Louis et du gendre Gustave Vichot, époux de Virginie Pasteur. Selon un rite immuable, Pasteur prend place face à son épouse puis avec sa serviette, il essuyé son verre, son assiette et son couvert. Après avoir coupé le pain pour toute la famille, il réduit sa tranche en charpie afin de découvrir des fragments de bois ou des vers de farine. Cette minutie suit aussi le savant dans son travail.   Poursuivant ses recherches sur les fermentations, Pasteur s’interroge alors sur l’origine des ferments ; aussi s’attaque-t-il au problème des générations dites spontanées. Il avait constaté que des ballons contenant des liquides fermentescibles chauffés à 100°C et à l’abri de l’air s’altéraient différemment selon le lieu d’ouverture. Dans une ville l’altération était majorée par rapport à celle remarquée « à l’air pur ». Lors de l’été 1860, Pasteur ouvre 20 ballons tout près d’Arbois, sur le mont de la Bergère (270 m), 8 s’altèrent. Il réitère cette expérience au sommet du Mont Poupet (850 m), près de Salins les Bains, 5 ballons sont contaminés. Sur la Mer de Glace, dans le massif du Mont-Blanc, un seul est altéré. Le savant réfuta ainsi les théories sur les générations spontanées.    Les mois d’été 1864 ramènent comme de coutume Pasteur et sa famille en Arbois. Le savant décline l’offre du conseil municipal arboisien qui mettait un local à sa disposition. Avec l’aide de quelques collaborateurs, il installe dans une salle de café désaffectée un laboratoire de fortune. Duclaux décrit l’installation : « on avait laissé sur la devanture l’enseigne traditionnelle, de sorte qu’il nous arrivait quelquefois de voir entrer des clients demandant à boire ou à manger. Généralement, ils s’arrêtaient à la porte surpris de l’étrangeté du mobilier, et s’esquivaient sans mot dire… »   

       Déjà au mois de septembre 1858, en regardant au microscope des vins altérés, Pasteur avait observé la présence d’un ferment qui lui rappelait celui de l’acide lactique découvert l’année précédente. L’étude porte alors sur quatre maladies du vin, maladie de l’acescence, de l’amertume, de la graisse et de la tourne. Il démontre que les altérations des vins sont liées à la présence de microorganismes dès le début de la fermentation. Comme « remède préventif » il propose outre les conseils d’hygiène un procédé de chauffage du vin à 55‑60°C pendant une minute. Cette méthode de pasteurisation, baptisée ainsi pour la première fois par les Hongrois, permet la conservation des vins en préservant leur couleur et leur robe. Ses recherches sont couronnées de succès par la publication quelque temps après de l’ouvrage « Etudes sur le vin ».   

    Plongé dans la tristesse 

      Alors qu’il travaille sur les maladies du ver à soie à Alès en 1865, une dépêche l’appelle d’urgence auprès de son père malade à Arbois. Le souvenir de sa mère emportée subitement et de sa fille ainée Jeanne, décédée en 1859 d’une fièvre typhoïde, le hante. Mais il n’arrive que pour ensevelir le cercueil de son père au cimetière d’Arbois le 15 juin 1865. Le soir, il écrit « Ma chère Marie, mes chers enfants, le pauvre grand‑père n’est plus et nous l ‘avons conduit ce matin dans sa dernière demeure. Il est aux pieds de la pauvre Jeanne. Au milieu de ma douleur, j’ai été heureux de la bonne pensée de Virginie qui’ lavait fait placer là et î espère qu’un jour je pourrai les réunir à la tendre mère et à mes sœurs jusqu ‘au moment où j’irai moi-même les rejoindre (. . .) ».    Le malheur accable Pasteur. Il perd sa fille Camille, en septembre 1865, puis Cécile le 23 mai de l’année suivante, comme l’écrit le gendre de Pasteur, René Vallery Radot : « dans le cimetière d’Arbois, Pasteur connut là le fond de la douleur ».    Le 19 Octobre 1868, Pasteur est atteint d’une crise d’hémiplégie gauche. Croyant sa fin proche il déclare : « j e regrette de mourir, J’aurais voulu rendre plus de services à mon pays ». Certes, Pasteur se rétablit mais il conservera des séquelles toute sa vie, bras contracturé, jambe raide. Pendant la guerre de 1870, inutile à Paris, le savant se réfugie dans le Jura. C’est d’Arbois, le 18 janvier 1871, que, poussé par ses sentiments patriotiques, il renvoie outre-Rhin son diplôme décerné par la Faculté de Médecine de Bonn.   

    Vacances studieuses 

      

    Après ses recherches sur les maladies de la bière, Pasteur débute une étude sur les maladies virulentes. Mais en 1878 il doit répondre aux attaques des partisans de la génération spontanée. Il doit donc réaliser une nouvelle expérience afin de réfuter l’article posthume de Claude Bernard sur la fermentation alcoolique. Devant l’Académie des Sciences, il annonce qu’il part pour Arbois « où je possède, ajoute-t-il, une vigne de quelques dizaines de mètres carrés… En prenant, pour enfermer les pieds de vigne, des serres hermétiquement closes, au moment où il n’existe pas encore de germes de levure sur les grappes de raisin qui sont à l’état de verjus… j aurais en octobre, pendant les vendanges, des pieds de vigne portant des raisins mûrs, sans germes extérieurs de levure de vin… Ces raisins ne pourront nif rmenter, rai faire du vin… Je me donnerai le plaisir d’en rapporter à Paris, de les présenter à……»   

    En juillet il installe les serres dans la vigne de Rosières située sur la route de Besançon. Cette vigne, le savant en avait acheté une première moitié de 25 ares en 1874, elle fut agrandie par la suite. Pasteur patiente jusqu’au 10 octobre : les grappes laissées en plein air fermentent, au contraire, les grappes recouvertes de coton et même celles libres sous les serres ne fermentent pas. Pasteur regagne Paris heureux, en emportant, avec l’aide de sa femme et de sa fille, quelques ceps et leurs grappes encotonnées pour une communication à l’Académie. Il prouva ainsi que des levures sont à l’origine de la fermentation et que celles-ci ne se déposent sur le raisin qu’au moment de sa maturité.   

    pasteurvigne.jpg pasteurcarnettimbre.jpgpasteurvigne.jpg

    Vigne de Louis Pasteur

    VIN D’ARBOIS

    RÉCOLTE DE LA VIGNE
    DE
    PASTEUR

    CETTE VIGNE, CÉLÈBRE DANS L’HISTOIRE DES SCIENCES, EST SISE À MONTIGNY-LES-ARSURES, PRÈS D’ARBOIS. ELLE FUT ACQUISE EN 1874 PAR PASTEUR. IL Y PROCÉDA, EN 1878 À SES FAMEUSES EXPÉRIENCES SUR LA FERMENTATION DU RAISIN. EN 1935, ELLE A ÉTÉ DONNÉE PAR LE PETIT-FILS DU SAVANT, EN MÊME TEMPS QUE LA MAISON PATERNELLE DE PASTEUR (ARBOIS) À LA SOCIÉTÉ DES AMIS DE LA MAISON NATALE DE PASTEUR (DOLE), PUIS À L’ACADÉMIE DES SCIENCES.

    CONCESSIONNAIRE EXCLUSIF DU CLOS PASTEUR JE N’AI PAS VOULU QUE LE VIN DE CETTE VIGNE HISTORIQUE QUE JE SOIGNE ET ELEVE A ARBOIS DANS LA CAVE DU GRAND SAVANT, ENTRE DANS LE CIRCUIT COMMERCIAL.

    JE ME SUIS RESERVE LE DROIT DE L’OFFRIR SIMPLEMENT AUX SAVANTS QUI, DE PAR LE MONDE, CONTINUENT L’OEUVRE DE PASTEUR, AUX DIPLOMATES, ET A CEUX QUI, EMUS PAR CE PETIT COIN DE TERRE SACREE ET AMATEURS DE NOS CRUS, SAURONT APPRECIER DELICIEUSEMENT SON BOUQUET REMARQUABLE.

    Le vieillissement ponctuel du Vin de la Vigne de Pasteur est suivi, dans la cave même de la maison du Grand Savant, par HENRI MAIRE, vigneron du CLOS PASTEUR.

    HENRI MAIRE
    Vigneron du Clos Pasteur
    ARBOIS – JURA – FRANCE

    LOUIS PASTEUR ( Sa vie...son oeuvre ) ...... dans NOS GRANDS HOMMES henrimaire_sign

    N’ayant pas de laboratoire dans sa maison d’Arbois, il effectua ses travaux dans la demeure de ses amis d’enfance : les Vercel, située face à la sienne. Dès 1879, Pasteur achète la maisonnette voisine du tonnelier Gaidot, alors qu’en 1880 il acquiert les parts d’héritage de sa sœur Virginie décédée. Le savant conçoit lui-même les transformations de sa demeure. Celle-ci est surélevée d’un étage, des chambres sont aménagées pour sa famille, et il réserve la pièce où étaient décédés sa fille et son père. Il établit un modeste laboratoire dans lequel il passe beaucoup de temps. Avant de débuter une expérience, il n’omet jamais de se laver soigneusement les mains et répète souvent son mot favori « laboremus » « travaillons ». Le matin, au lever, il aime aussi s’écrier : « Allons chassons le démon de la paresse M. Pasteur ». Au second étage est aménagé le cabinet de travail éclairé par deux fenêtres d’où le savant aime à contempler le paysage familier et la rivière. Pasteur possède un bureau avec son sous-main, son porte-plume, son encrier. La grande bibliothèque renferme les volumes des comptes rendus scientifiques. Un peu en retrait, le petit bureau de René Vallery-Radot. Pasteur et son gendre travaillent souvent ensemble. Dès 1883, il se consacrent à la rédaction d’un ouvrage biographique « M. Pasteur – La vie d’un savant par un ignorant ».   Pasteur apprécie beaucoup sa demeure et si quelqu’un lui fait remarquer qu’il existe des résidences plus confortables, il rétorque « cela ne vaut pas ma rivière ».   

    Maladies virulentes, virus-vaccins 

    pasteurinsonlabo.jpg

    Louis Pasteur dans son laboratoire de l’École Normale Supérieure.

    Gravure d’Adrien Marie publiée dans l’Univers illustré du 2 décembre 1885.

      Pasteur entreprend des travaux sur la septicémie, la fièvre puerpérale et met au point des vaccins contre des maladies affectant les animaux : le charbon du mouton, le choléra des poules, le rouget du porc. Après de longues recherches sur la rage, Pasteur approche du but. Le 6 juillet 1885 arrive à Paris un jeune Alsacien mordu par un chien enragé. La vaccination est risquée mais sans traitement l’enfant va mourir. Pasteur qui n’est pas médecin, se résout à faire inoculer son vaccin antirabique par le docteur Grancher. Jusqu’à la mi-juillet les inoculations sont prodiguées à l’enfant, d’abord avec de la moelle infectée atténuée vieille de 14 jours pour finir avec de la moelle d’un jour. Pasteur attend le résultat avec anxiété, afin de se reposer, il part pour Arbois, où on lui annonce que le petit Alsacien est sauvé. Le traitement est pratiqué pour la deuxième fois sur un jeune jurassien, Jean-Baptiste Jupille. Evoquant le souvenir de la scène de son enfance « Ce mordu de 1831, dit-il, était comme jupille de Villers-Farlay ».    Un traitement trop tardif administré à Louise Pelletier qui décéda, déclenche à ce moment-là une violente polémique. Mais cette dernière se calme rapidement. Le père de la fillette écrit : « Parmi les grands hommes dont j’ai pu connaître la vie, aucun ne me paraît plus grand. je n’en vois pas uns seul comme dans le cas de notre chère petite fille, capable de sacrifier de longues années de travail, de mettre en péril unie réputation universelle de savant et marcher sciemment à uni douloureux échec, simplement par humanité ». Les malades viennent de très loin pour être soignés, tels des Russes de Smolensk. Ainsi en 1888, Pasteur inaugure l’Institut Pasteur fondé par souscription publique. Dans les bâtiments sont aménagés de nombreux laboratoires ainsi qu’un appartement pour le savant et sa famille.   

    pasteurvaccinantdesmoutons.jpg

    Vaccination des moutons contre le charbon

     Rejeté par ses collègues, Pasteur part s’installer avec sa femme et sa fille Annette dans un petit village où il poursuit ses recherches sur la bactérie responsable de l’anthrax.
    Lorsque l’on apprend que les moutons élevés dans son secteur rural ne sont plus atteints par ce mal, le savant doit une fois de plus affronter l’Académie de Médecine et, comme d’habitude, le Dr Charbonnet est le premier à l’attaquer. On propose alors un test: sur 50 moutons, la moitié seront vaccinés par le sérum de Pasteur. Seules les 25 bêtes traitées survivent.

     Ensuite, Pasteur se penche sur un remède contre la rage. Après des années de travail, il essaie son tout nouveau vaccin sur un jeune garçon, Joseph Meister, mordu par un chien enragé. Pendant ce temps, sa fille, mariée à son assistant Jean Martel, s’apprête à mettre au monde son premier enfant. L’accouchement est difficile et Charbonnet, seul médecin capable de le mener à bien, n’accepte de stériliser les instruments qu’à la condition que Pasteur renonce à communiquer les résultats de ses recherches. La mort dans l’âme, le savant se résigne.
    Mais le jeune Joseph se rétablit. Charbonnet reconnaît enfin ses torts et Pasteur reçoit les acclamations de l’Académie de Médecine.

    pasteurvaccination2.jpg                                                   pasteur.jpg      

    Vaccination contre la rage  

      Louis Pasteur (à gauche) faisant l’appel des mordus devant être vaccinés contre la rage par le docteur Granche. A droite, un jeune alsacien, Joseph reçoit une injection de vaccin contre la rage.

    pasteurinauguration.jpg 

    Inauguration de l’lnstitut Pasteur le 14 novembre 1888.

    pasteurinstitut.jpg

    Épisodes de la vie arboisienne 

       Lors de ses séjours en Arbois, Pasteur se rappelle de ses années de collégien. Il est souvent sollicité pour présider la remise de prix au collège et crée même le « prix Pasteur ». Il intervient aussi auprès du Ministère de l’Instruction Publique pour éviter la fermeture de l’établissement. Ses dons d’argent permettent l’achat de nouveaux manuels scolaires, et le collège bénéficie d’un matériel de laboratoire neuf.   

    Il revoit ses amis les vignerons, à qui il donne des conseils. Un vieil arboisien, ancien professeur, Ernest Girard, relate : « Ces braves gens n’ont pas été sans entendre dire que Monsieur Pasteur s’occupait des maladies des vins, et ne sont pas loin de le prendre pour une sorte de médecin des vins. A peine s aperçoivent-ils qu’un vint s’aigrit dans un fût, qu’ils s’en viennent, une bouteille à la main, frapper à la porte du savant. Cette porte nie leur est jamais fermée. Le paysans est peu précis dans son langage, il nie sait ni aborder, ni exposer le sujet. Monsieur Pasteur, toujours calme et toujours grave, écoute jusqu ‘au bout. Il prend le vins et l’étudie à loisir. Huit jours après le vina est guéri ».   Même à Arbois, le savant travaille, après le déjeuner il joue volontiers au croquet, ou monte dans sa chambre méditer. « Ici, écrit-il à sa fille Marie Louise, j’ai un grand calme crue je goûte surtout quand il pleut, vu que je puis res­ter dans la petite chambrette à rêver, à penser à mes projets d études, à toi aussi, à ton avenir, ma chère enfant ».   Presque chaque dimanche la famille Pasteur se rend à l’église Saint-Just pour assister à la messe, l’après-midi est consacré aux promenades. Un jour, Pasteur apprend qu’un de ses neveux est épris de la fille d’un ami, laquelle ne se déclare pas. Rapidement, il invite les familles inté­ressées à partager avec la sienne un déjeuner sur l’herbe à la reculée des Planches, aux sources de la Cuisance. II interpelle la jeune fille : « Vous savez, Mademoiselle, que les amoureux éconduits se précipitent du haut de ce rocher. Vous n allez pas permettre à Maurice de suivre cet exemple ». Au même instant, Pasteur recueille le consentement mutuel des futurs mariés.   Fidèle aux traditions, Pasteur participe souvent à la cérémonie du Biou – procession par laquelle les vignerons portent les prémices de la récolte à l’église. En septembre 1888, en raison de clivages politiques, la municipalité décide de ne pas s’associer à cette fête. Pasteur prend donc la tête du cortège. Comme de coutume ce jour-là les pompiers organisent un exercice de lutte contre l’incen­die. Après l’office religieux, le savant regagne sa demeure mais la pluie légère d’un jet de pompe l’éclabousse malen­contreusement. Aussitôt l’indignation éclate dans Arbois. Le soir, le lieutenant et son pompier, honteux et navrés vont s’excuser auprès de Pasteur qui les accueille cordiale­ment et se fait même inscrire comme membre honoraire de la société des Sapeurs-Pompiers.   En Arbois, Pasteur retrouve aussi son ami le peintre arboisien Auguste Pointelin. Le savant le reçoit volontiers à Paris et il l’a fait nommer professeur de mathématiques au Lycée Louis-le-Grand. « Le savant amateur de peinture et le peintre demeuré scientifique » sont liés d’une admi­ration mutuelle. Les deux hommes ont la même convic­tion spiritualiste, la même personnalité forte et entière, et le même caractère froid, secret, intransigeant mais bon et indulgent. Vers 1889, un différend éclate entre le conseil municipal peu scrupuleux, qui souhaite ôter le nom de Pasteur à une avenue, et le savant mal informé. La maison familiale garde alors les volets clos, et en septembre il est absent du traditionnel repas de l’association des anciens élèves du collège créée en 1880 qu’il avait coutume de présider. Aussi Pointelin prononce‑t‑il un discours adressé aux vignerons arboisiens afin que cesse cet incident… « pendant qu’il est temps encore, de ne pas laisser un tel héritage à leurs enfants ». Le soir même, le maire exprime ses regrets à Pasteur. Ce dernier peut revenir dans le jura et retrouver le plaisir de la vie en Arbois.  

    pasteurdanssonlabo.jpg

    Pasteur dans son laboratoire


    peinture d’Alfred EDELFELT, 1885, huile sur toile 154 X126

    Pasteur dans son laboratoire, rue d’Ulm. Louis Pasteur a été nommé directeur des études scientifiques de l’école Normale à Paris en 1857. Il installe son laboratoire dans le grenier de l’Ecole Normale en 1858.

    Pasteur tient dans sa main  un flacon contenant la moelle épinière d’un lapin rabique (contaminé par la rage). Ce flacon à double tubulure est utilisé pour la première fois par son collaborateur depuis 1878,  Emile Roux. Pasteur se sert de son idée pour atténuer  le virus des moelles de lapins touchés par la rage. Il provoque une « dessiccation » en déposant des fragments de potasse sur le fond du bocal, et en laissant pénétrer l’oxygène pour « atténuer » le virus.

    Il est à noter que le virus de la rage est si petit, que Pasteur ne pu jamais l’observer au microscope! Celui-ci pu être observé pour la première fois à l’aide d’un microscope électronique qu’ en 1962.

    Sur le tableau, il est donc âgé de 63 ans. C’est à cette date un savant reconnu. Edelfelt le peint l’année ou il triomphe de la rage, dont ses collaborateurs ont commencé l’étude dans les années 1880. La rage est une maladie du système nerveux, dont le mode de transmission ( la morsure) , les symptômes ( altération du comportement chez l’homme,hydrophobie), la mort inéluctable engendraient une peur irrationnelle. La rage était en recrudescence en Europe dans le dernier quart du 19ème siècle (le taux des décès du à cette maladie était de 2 pour 1000 en Angleterre en 1875). 12 personnes mourraient chaque année de la  » rage des rues « à Paris, en moyenne avant la découverte de Pasteur ( Aujourd’hui 36 000morts dans le monde par an suivant l’OMS; Le dernier cas humain en France date de 1924)

    Pasteur est accoudé à un livre : Son bras gauche est paralysé suite à une attaque à l’age de 46 ans.

    Le matériel utilisé par Pasteur et son équipe a souvent été mis au point par Pasteur et ses collaborateurs.

     Une journée en Arbois   

    pasteurfamille.jpg

    Pasteur entouré de sa famille

    En 1949, son petit-fils, le professeur Louis Pasteur Vallery-Radot évoqua une journée de Pasteur dans la petite ville : « Nous arrivions dans cette petite maison d’Arbois… et Pasteur restait silencieux, en pensant sans doute à tous ceux qui y étaient morts, à tous ceux qui lavaient fait lui-même, à tous ceux dont il tenait sou caractère et son coeur, à son père, un vieux soldat de l’Empire, à ses saurs, à sa mère, qui tous avaient rendu le dernier soupir dans cette maison… Et c’est seulement le lendemain qu il commentait à nous parler. Toutes les journées se passaient de la même façon. Il sortait de sa chambre vers les dix heures du matin et montait dans la petite bibliothèque au-dessus du laboratoire. Il entendait la Cuisance, cette vieille et bonne rivière qui passait au-dessous de la maison. Il travaillait à quelque compte-rendu de l’Académie des Sciences, ou préparait quelque note scientifique. Puis on déjeunait et on allait ensuite dans le jardin sous les cognassiers qui, hélas! ont disparu aujourd’hui. Il y avait là un banc où il s asseyait et nous prenait ma soeur et moi, sur ses genoux… Cet homme, qui était la bonté même, nous souriait avec une gentillesse et une émotion dont je me souviendrai toujours. Je crois qu’il n’y a jamais eu grand-père plus tendre avec ses petits enfants…    Il remontait ensuite dans la bibliothèque, y travaillait jusqu d cinq heures, puis nous appelait. Nous descendions et allions alors sur la route de Besançon. Il montait cette petite côte qui va vers la vigne où il avait fait ses découvertes sur la fermentation du raisin. Il marchait difficilement, appuyé sur le bras de ma grand-mère. Atteint dune hémiplégie du côté gauche, il traînait la jambe, ce qui ne dispensait pas ma grand-mère de l’interpeller parfois rudement, et les étrangers qui passaient ne se doutaient pas que c’était Pasteur et que c’était ce grand génie qu’on interpellait ainsi…   Donc, nous montions sur cette route, et il me montrait le Mont de la Bergère, où il avait fait des recherches sur les générations spontanées. Et nous allions jusqu d la vigne, lentement parce qu’il était fatigué et la vigne était à 2 kilomètres et demi… Des champs voisins, on l interpellait familièrement : « Eh bien Louis comment cela va-t-il ». Il connaissait tous les enfants du pays, et tous le connaissaient. Ces retours, le soir, vers le toit familial étaient très émouvants. Nous reprenions la route d ‘Arbois et nous dînions… avec de véritables « gaudes » que confectionnait ma grandmère. Pasteur ne les trouvait d’ailleurs pas toujours à son goût. « Elles sont trop épaisses, tes gaudes, lui disait-il souvent ». Mais il y avait aussi les truites merveilleuses de la Cuisance accompagnées de vin d ‘Arbois que Pasteur aimait beaucoup. Après dîner, il jouait au billard ; il tenait la queue bien en mains, s’arc-boutait sur sa jambe valide et gagnait presque toujours. Moi je jouais très mal. Quant à mon père, il perdait régulièrement mais surtout pour faire plaisir d Pasteur, car Pasteur, lorsqu’il perdait, était furieux… ».   

    pasteurpetitfils.jpg

    Louis Pasteur Vallery-Radot  ( petits-fils de Pasteur)

    Louis Pasteur Vallery-Radot, né le 13 mai 1886 à Paris et décédé le 9 octobre 1970 à Paris, était un médecin français, biographe de Louis Pasteur et éditeur de ses œuvres complètes.Il est le petit-fils de Louis Pasteur. Sa mère, Marie-Louise Pasteur, avait épousé René Vallery-Radot, collaborateur au journal Le Temps et à La Revue des Deux Mondes, secrétaire du président du conseil de la IIIe République Charles de Freycinet et petit neveu du romancier Eugène Sue.Il devient docteur en médecine en 1918, puis professeur de clinique médicale à la faculté de médecine de Paris. Il est élu membre de l’Académie de médecine en 1936 et de l’Académie française en 1944. A la Libération, le général de Gaulle le nomme, au sein du gouvernement provisoire, ministre de la Santé (1944). Sous la IVe République, il est député de Paris et, sous la Ve, membre du Conseil constitutionnel de 1959 à 1965.

    Dernières années 

    pasteurcarnot.jpg

                   1894 Sadi Carnot, président est assassiné par Jeronimo Caserio. Il a été le 5 ème président de la 3ème république de 1887 à 1894.

    En 1892, Pasteur au bras du Président Sadi Carnot est acclamé lors de son jubilé, mais affaibli, pâle, ses forces déclinent. En 1894, il passe ses dernières vacances en Arbois. Il descend du wagon brisé par la fatigue et la souffrance. Mais il reprend subitement des forces à la vue de paysages connus et d’une foule accueillante. Le 4 octobre, comme il regagne Paris, le temps maussade d’automne lui rappelle sans doute son premier départ vers la capitale à seize ans. Mélancolique, son regard se pose une dernière fois sur la maison familiale et ses yeux sont remplis de larmes.   Pasteur s’éteint le 28 septembre 1895 en fin d’aprèsmidi à Villeneuve l’Etang, près de Paris. Aussitôt la ville d’Arbois prend le deuil et envoie une délégation à Paris. Les vignerons arboisiens rendent un dernier hommage en emportant une couronne de raisins de 130 kilogrammes avec l’inscription « Arbois à Pasteur ».   La famille ayant refusé les honneurs du Panthéon, le savant est inhumé dans une crypte conçue pour lui à l’Institut Pasteur. A défaut d’être auprès de sa famille et de ses amis au cimetière d’Arbois, il repose auprès de ses collaborateurs et de ses continuateurs.   

    pasteurcrypte.gif 

    Crypte de Louis Pasteur à l’Institut Pasteur

    pasteuren1886.jpg

     Louis Pasteur en 1886

    La statue Les maisons de Dole et d’Arbois    

    A la mort du savant le collège d’Arbois prit effectivement le nom de collège Pasteur. En 1901 est inauguré le monument Pasteur élevé par souscription publique. Il est l’oeuvre du statuaire H. Daillion et de l’architecte G. Débrié, lesquels furent conseillés par la famille Pasteur et le paysagiste Pointelin. Pasteur est représenté dans une attitude simple et familière, souvenir de ses vacances en Arbois. De son piédestal il semble dominer la ville pour mieux la protéger. Le socle est orné de trois magnifiques bas-reliefs. Sur l’un d’eux figurent les portraits du père et de la mère du savant. Ce bas-relief n’est pas l’original, la famille Pasteur, ayant jugé les portraits trop réalistes, demanda une nouvelle fonte. « Ô mon père et ma mère, Ô mes chers disparus, c est à vous que je dois tout » sont les premières paroles d’un discours prononcé par Pasteur devant sa maison natale en 1883. Un autre bas-relief représente une scène paysanne qui symbolise les bienfaits des théories pasteuriennes appliquées à l’agriculture et à l’élevage. Au centre on discerne le clocher de l’église Saint Just, hommage discret de l’artiste à la terre natale. Le dernier représente une scène de vaccination prodiguée par Emile Roux, un collaborateur de Pasteur qui fut le second directeur de l’Institut Pasteur.   Madame Pasteur revint toujours passer ses vacances en Arbois. Elle offrit même un buste du savant qui subsiste encore dans la cour du collège. Elle décéda le 23 septembre 1910 dans sa chambre de la maison d’Arbois et fut inhumée auprès de son époux. Il est alors envisagé d’ouvrir un musée Pasteur à la maison natale à Dole. Pointelin écrit « Pour la question du musée Pasteur, Dole ne pourra y mettre en conscience qu ‘un berceau et une layette, pour tout le reste elle se parera une fois de plus des plumes de paon, car elle n’a jamais contribué en quoi que ce soit au développement de l’enfant, du jeune homme et de l’homme a aucun moment de sa carrière ».   Le musée de Dole conserve néanmoins une intéressante collection de documents sur la vie et l’oeuvre du savant ainsi que quelques objets personnels.   Les enfants et petit‑enfants de Pasteur passèrent encore leurs vacances en Arbois jusqu’en 1935. A cette date le petit fils Louis Pasteur Vallery‑Radot légua la vigne et la maison pour en faire un musée.   Ouvert en 1936, la demeure est restée inchangée depuis près d’un siècle avec son mobilier, ses tableaux, photographies et bibelots. Il est aisé d’imaginer Pasteur assis à son bureau en train d’écrire, ou quelques années plus tard jouant au billard avec son gendre. Le musée Pasteur d’Arbois est un « musée du souvenir ». La vie quotidienne y a laissé des traces encore visibles. A côté de la porte d’entrée figurent toujours la plaque émaillée au nom de « M’ L. Pasteur », elle semble attendre encore le visiteur. Devant la maison, classée monument historique, le petit-fils du savant s’écria en 1938 : « Grand‑père, vous pouvez revenir dans cette maison. Vous la trouverez telle crue vous lavez quittée. Vous pouvez entrer dans votre laboratoire. Vos éprouvettes, vos cornues, vos tubes sont là : il sont prêts pour les découvertes que vous n avez pas eu le temps de réaliser. Vous pouvez vous asseoir à votre table de travail vos livres sont ouverts à la page où vous les avez laissés, votre porte‑plume attend votre main pour le saisir, votre papier blanc espère les mots que vous y écrirez ».   La vigne quant à elle fut replantée en 1942, le vin produit vieillit dans la cave de la maison Pasteur et n’est pas présent dans le circuit commercial traditionnel : il est offert lors de manifestations pasteuriennes.    La descendance de Pasteur est aujourd’hui éteinte, le fils du savant, Jean-Baptiste, épousa Jeanne Boutroux et n’eut pas d’enfants. Sa fille Marie-Louise, épouse de René Vallery-Radot, eut trois enfants : Camille, Louis et Madeleine. Resté sans enfants, le professeur Louis Vallery-Radot, petit-fils du savant souhaita porter une dernière fois le nom de Pasteur. Il mourut en 1970 et fut inhumé au cimetière d’Arbois.   Pasteur a révolutionné la biologie et la médecine. Le monde avant Pasteur imaginait une vie spontanée, les hommes comprenaient mal leurs maladies. Des scientifiques comme Pasteur ont su les identifier et reconnaître les causes de certaines d’entre elles pour envisager un traitement. Le monde après Pasteur a vu la guérison de nombreuses maladies.   L’oeuvre incomparable du savant perdure grâce à ses continuateurs acharnés : Roux et la découverte du vaccin anti-dyphtérique, Calmette Guérin et la lutte contre la tuberculose, à l’heure actuelle l’équipe du professeur Montagnier et la recherche sur le sida.    A l’Institut Pasteur, le plus prestigieux établissements scientifique du monde, chaque jour, les manipulations minutieuses des chercheurs font progresser les sciences de la vie et les armes de la médecine. Le combat contre le cancer et le sida s’est substitué à l’ancien défi de la rage.   De vrais fléaux ont été proprement exterminés là où la vaccination a pu être pratiquée car tous les peuples du monde ne bénéficient pas encore des mêmes avantages en matière de santé. Mais l’avenir se doit d’être plein d’espoir, comme Pasteur l’avait envisagé avec confiance : « Je crois invinciblement que la science et la paix triompheront de l’ignorance et de la guerre, les peuples s’entendront non pour détruire mais pour édifier et l’avenir appartiendra à ceux qui auront le plus fait pour l’humanité souffrante »  

     Ce monument de pierre et de bronze a été érigé pour rendre hommage à l’enfant du pays en 1902.
    Nous pouvons lire gravé dans la pierre ‘l’humanité reconnaissante’.
    C’est l’architecte Léon Chifflot qui l’a réalisé et il est situé sur l’esplanage principale des jardins du Cours St Mauris, jardin public, lui même construit au XVIIIe siècle, sur les anciens remparts de la ville.

    pasteur22.jpg

    Cliquez donc sur la photo

       

     1. L’appartement tel qu’il était du vivant de Monsieur et Madame Pasteur constitue l’un des rares ensembles préservés. L’authenticité de cet appartement en fait un précieux lieu de mémoire avec tous les meubles, objets familiers, oeuvres d’art, livres, photographies, autant de souvenirs de l’intimité que de la gloire du savant

                              

    pasteurappart2.gif

    2. Une salle de souvenirs scientifiques (collection d’environ un millier de pièces) : ballons contenant les milieux de culture originaux , microscopes, polarimètres, autoclaves, etc… permettent d’illustrer avec la plus grande précision les travaux scientifiques de Louis Pasteur.pasteurappart3.gif

    Le grand salon évoque le Pasteur des dernières années, vainqueur de la rage et comblé d’honneurs. le chercheur aimait y recevoir ses amis, écrivains ou artistes célèbres, dans l’atmosphère d’un appartement de réception de la fin du siècle dernier.

                                                                                                             

                                                                               pasteurappart5.jpgpasteurappart4.jpg

                                                                                      La grande salle à manger                   La chambre de Pasteur

    pasteurappart6.jpg

    La salle de bain

                                   

                                                                                                           

    pasteurstatue22.jpg

                                                                                                                                 

    Statue de Louis pasteur à Arbois

    Je remercie tout particulièrement les personnes travaillant au musée  » La maison de Louis Pasteur  » pour leur prévenance.

    Sans leur aimable coopération, il m’aurait été plus difficile d’écrire cet article et j’espère qu’elles seront agréablement satisfaites de ma besogne.

    Si vous avez l’occasion de passer par Arbois, que ce soit pendant vos vacances ou parce que tout simplement vous habitez à proximité….

    N’hésitez surtout pas à aller visiter cette magnifique maison qu’est celle de Louis Pasteur.

    Vous y trouverez un accueil formidable et croyez moi, vous ne serez pas déçus par ce que vous y découvrerez.

    Tout comme moi, vous baignerez dans une atmosphère feutrée, empreinte de respect.

    Adresse :

    La Maison de Louis Pasteur
    83, rue de Courcelles
    39600 Arbois
    tél. 03 84 66 11 72
    fax 03 84 66 12 85
    Email :
    maisondelouispasteur@wanadoo.fr
    Site : http://www.academie-sciences.fr/pasteur.htm

    Horaire / Ouverture :

    • Toutes les visites (30 min) sont guidées.
    - Du 1er juin au 30 septembre à 9h45, 10h45, 11h45 toutes les heures de 14h à 18h.
    - Du 1er avril au 31 mai et du 1er au 15 octobre visite le matin pour groupes sur réservation et l’après-midi : 14h15, 15h15, 16h15, 17h15

    • Groupes toute l’année sur réservation
    - du 1er avril au 15 octobre : tous les jours
    - du 16 octobre au 31 mars : du lundi au vendredi.
    - sauf janvier et février (fermeture annuelle)

    Tarifs :

    Musée de l’Académie des Sciences
    • Individuels :
    - Adultes 6€
    - Enfants (7-15 ans) 3 €
    - Passeport Juramusées : 5€
    • Groupes (à partir de 20 personnes) :
    - Adultes 4,20 €
    - Enfants (7-15 ans) 2,50 €

    La Maison de Louis Pasteur possède une librairie— vous y trouverez différents ouvrages sur Louis Pasteur—

    et une boutique pourvue de divers articles à l’éffigie du grand homme.

    Voici la représentation d’une boîte que j’y avais achetée …..Mais cet article ne s’y vend plus.

    img1680.jpg

    (Diamètre : 10,5 cm .Hauteur : 3,5 cm)

    Vous remarquerez les initiales de Louis Pasteur sur la blancheur de la porcelaine

    Mon pot à pharmacie préféré, celui que j’ai déniché dans un magasin d’antiquités.

    Vous remarquerez sur le pot, peint de chaque côté du portrait de Pasteur, une grappe de raisin, un mouton et un renard en

    référence aux travaux du grand homme, sur le vin, le charbon des moutons et la rage bien sûr.

    sanstitre91.jpg

    img16781.jpgsanstitre12.jpg

    Hauteur du pot 20 cm

    Publié dans NOS GRANDS HOMMES, PASTEUR LOUIS ..sa vie...son oeuvre ... | 14 Commentaires »

    12345...7
     

    Quantum SCIO |
    Le Mangoustan |
    actumed |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
    | Psychothérapeute PAU
    | Soleil levant