Résultats de votre recherche

LE PSORIASIS

Posté par eurekasophie le 4 avril 2011

 

 

 

 

L’OBSERVANCE, UN PROBLÈME 

 

 

 

Maladie chronique , le psoriasis est une affection auto-immune inflammatoire, 

 

mais non contagieuse de la peau. 

 

 

Parce qu’il atteint l’intégrité corporelle de l’individu, 

 

le psoriasis se vit mal. Son traitement aussi.

 

 

 

Le  psoriasis est une dermatose inflammatoire qui touche deux millions de français.

 

Les lésions sont bénignes, mais peuvent aussi provoquer un réel handicap. La qualité de vie des personnes atteintes de psoriasis fluctue au gré des poussées…… Quarante pour cent des personnes touchées par le psoriasis souffrent régulièrement de perturbations sociales importantes dans leurs relations familiales , professionnelles, amicales et 30 % se voient exclus de certains lieux ( piscine, coiffeur ) à cause de leur maladie trop visible……La cause principale du psoriasis réside dans le fait que le renouvellement des cellules de l’épiderme est fortement accéléré par rapport à la normale ( 8 jours en cas de psoriasis contre 28 jours en cas normal ). Il en résulte une accumulation de cellules de l’épiderme ce qui forme des plaques et des squames. Si aucun traitement définitif n’est disponible, il existe de nombreux traitements, locaux et par voie orale, qui permettent d’agir sur les symptôme. Parmi eux, on trouve des soins à base de plantes et d’huile de Carapa Procera, comme la gamme Pso Natura des laboratoires Mascareignes, qui ont de bons résultats, à en croire les utilisateurs , sur le psoriasis léger et modéré. Sans résultats, les traitement biologiques, réservés aux formes sévères, prennent le relais.

 

 

Un traitement contraignant 

 

« Souvent, dès que vous arrêtez le traitement, le psoriasis revient, ce qui complique la vie des patients. On observe rarement des rémissions de très longue durée, explique Dalila Sid-Mohand, directrice de l’Association pour la Lutte Contre le Psoriasis ( APLCP ). A partir du moment où l’on a du psoriasis un peu sur les jambes, sur les coudes, dans le dos, ces traitements sont contraignants à mettre en place. » Pour les traitements topiques, la gestuelle quotidienne est chronophage. Les crèmes ne sont pas si faciles à appliquer. Même s’il y a des nouvelles formes, shampooing, gel, plus adaptées et un peu moins grasses. Le patient s’applique au début, mais les résultats ne sont pas visibles au bout d’un jour ou deux mais plutôt au bout d’un mois. C’est long et difficile, surtout lorsque le psoriasis récidive au bout de deux semaines après un mois de traitement !  » Les traitements locaux sont donc souvent contraignants , les pommades collent aux vêtements, tachent, et, seul ou non, pour dormir ce n’est pas vraiment agréable. C’est aussi le fait que ces traitements pourraient être plus efficaces s’ils étaient mieux prescrits. » 

 

Des règles de bons usages ? Impératives ! 

 

Il y a des règles de bon usage qui ne sont pas souvent délivrées chez le pharmacien ou chez le médecin. Elles sont essentiellement pour l’obtention de résultats. Il est, par exemple important de se laver avec des produits sans savon, de ne pas se gratter la peau , d’éviter les jeans slim ( si le psoriasis siège sur les jambes , les fesses ), et les matières synthétiques. Il est conseillé d’appliquer ses crèmes, du bout des doigts pour en mettre plus facilement sur les plaques du corps.  » Il est préférable de mettre sa crème une fois par jour en l’appliquant bien, si on ne peut pas le faire matin et soir , précise Dalila Sid- Mohand. L’arrêt d’un traitement par corticoïdes doit se faire de manière dégressive, comme indiqué par le dermatologue, de façon à éviter les effets rebonds dont les patients se plaignent régulièrement « .

 

 L’observance 

 

« On peut avoir  le traitement le plus efficace du monde, s’il n’est pas suivi, ça ne sert à rien  » explique Sana Zeguia du laboratoire LEO Pharma qui vient de lancer un nouveau produit, la même association que la pommade Daivobet mais sous forme de gel. Pour les cheveux et le corps. Les études faites ont montré que quatre semaines de traitement ne suffisaient pas toujours à enrayer l’inflammation qui se faisait au niveau physiologique . A ce stade, les symptômes, en apparence peuvent disparaître, et le patient arrête le traitement mais, au niveau des vaisseaux , l’inflammation est toujours active. Le feu n’est pas éteint. Il est donc recommandé de poursuivre le traitement jusqu’à 8 semaines pour espacer les rechutes.  » Les patients qui ont des plaques épaisses et squameuses, comment leur traitement avec la pommade pendant les deux à quatre premières semaines de traitement et ils peuvent continuer avec le gel . Ceux qui ont des plaques peu épaisses peuvent commencer directement par le gel. Celui-ci les aidera, grâce à la galénique qui permet une application facile, d’être observants ! ».

 

Parler à son médecin 

 

Le médecin doit expliquer que le psoriasis est une maladie chronique , raison pour laquelle il faut continuer le traitement, qu’il faut s’hydrater quotidiennement, faire attention à la façon dont on se lave. Dès la première consultation, il s’avère également nécessaire d’indiquer à son médecin, l’ensemble des parties atteintes de psoriasis sur tout son corps, y compris les parties intimes.  » Beaucoup ne le disent pas et restent dans une souffrance sans pareille, car il y a des traitements spécifiques à ces zones, et si l’on applique par exemple des crèmes pour le corps, sur les parties génitales qui ont des muqueuses beaucoup plus fines, le psoriasis se retrouve aggravé, rappelle Dalila Sid-Mohand. Expliquer que le psoriasis est une maldie à gérer et que, bien gérée, elle peut offrir des rémissions plus longues. » 

 

                                                                          hebergeur d'imagehebergeur d'image

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 31 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LA VALERIANE

Posté par eurekasophie le 29 novembre 2010

 

 

 

POUR BIEN DORMIR 

 

 

 

Dans l’antiquité grecque déjà, la plante était employée comme somnifère.

 

Elle a traversé les siècles sans jamais perdre de sa réputation ni de son efficacité

 

 

En latin, valere signifie  » bien se porter  » et a donné à la valériane son nom. Mais en grec ancien, la plante se nommait autrement …..

On l’appelait  » Phu  » , un mot dont la prononciation évoquait la sensation que ressentait celui qui approchait ses narines de la plante……particulièrement malodorante. Depuis l’Antiquité, la valériane tient une grande place dans la pharmacopée. Quasi  » panacée » dans les temps anciens, son champ d’action a été restreint là où elle a montré le plus d’efficacité et c’est désormais pour ses vertus naturellement soporifiques et anxiolytiques que l’on continue à l’utiliser.

 

 

 

                                                                            hebergeur d'imagehebergeur d'image

 

 Des racines précieuses 

 

La valériane est une grande herbe, élégante, aux jolies fleurs blanches ou rosées, qui aime les cours d’eau et les bois . Elle développe de longues racines, précieuses pour leurs vertus, plus riches en principes actifs que le reste de la plante. Pour préparer les remèdes apaisants, on cultive la valériane en plein champ, puis, la deuxième année, en automne car c’est le moment où les principes actifs  » descendent  » dans la plante, on arrache les racines que l’on nettoie et que l’on fait sécher ou que l’on prépare directement, dès la sortie du champ, sous forme de teinture-mère par exemple. Ses racines et radicelles ont une odeur très reconnaissable ( et peu agréable ) que les chats adorent ( d’où le surnom de la valériane : l’herbe aux chats ).

 

Ses vertus traditionnellement reconnues 

Considérée comme l’un des meilleurs sédatifs naturels, la valériane est recommandée à celles et ceux qui s’endorment difficilement ( souvent à cause de l’anxiété ) , mais aussi lorsque l’on se réveille au cours de la nuit. On peut également en tirer profit en cas de nervosité excessive, de maux d’estomac et comme modérateur de l’appétit .

 

Les études et les preuves d’efficacité 

 Bien entendu, l’utilisation avec succès de la valériane au cours des siècles et sa réputation suffisent à démontrer son efficacité. Mais, ces dernières années, des analyses plus précises et des expérimentations en milieu médical sont venues confirmer ses vertus. On a en effet découvert dans sa composition des substances sédatives et antispasmodiques qui expliquent ses propriétés. Et des études en France et en Allemagne effectuées sur des personnes qui dormaient mal et souffraient de névroses ont permis de confirmer encore les bienfaits de cette plante apaisante. 

 

 

                                                                                           hebergeur d'image

 

Ses principales indications 

Bien que l’on retienne et utilise surtout les effets apaisants de la plante, on peut tout à fait mettre à profit ses bienfaits pour nombre d’indications. 

Voici en résumé, les domaines où elle peut rendre service:

♦  Insomnies

♦  Anxiété

♦  Nervosité

♦  Surpoids ( car elle calme la faim )

♦  Maux d’estomac

♦  Spasmes

♦  Vertiges

♦  Migraines

♦  Palpitations

♦  Douleurs de la menstruation

 Macération, teinture-mère et infusion 

Pour utiliser la racine, il faut attendre l’automne avant de la prélever, de la laver, de la couper et, soit de la préparer en teinture-mère, soit de la faire sécher.

 

Teinture-mère : en automne, prélevez 200 g de racines et radicelles, nettoyez-les bien puis coupez-les en morceaux et mettez-les dans un bocal en verre avec un  litre d’alcool à 45 ° . Laissez macérer une semaine puis passez, au travers d’un linge fin, en exprimant bien les sucs de la plante. Prenez-en 30 gouttes matin et soir dans un demi-verre d’eau ou une tisane sucrée au miel ( le goût de la valériane n’est pas très agréable ).

 Macération: mettez 20 g de racine séchée dans 20 cl d’eau froide ( si vous n’êtes pas hypertendu, ajoutez quelques copeaux de réglisse pour atténuer le mauvais goût). Laissez macérer pendant 12 heures. Si vous êtes insomniaque, prenez cette  » potion  » en une fois, une heure avant de vous coucher ( vous pouvez faire tiédir et sucrer au miel ). Si vous la prenez pour d’autres raisons ( nervosité, maux d’estomac…) , avalez-la en deux fois, avant les repas.

 Infusion : on peut aussi préparer la plante entière en infusion, mais le goût est tellement détestable pour un effet moindre qu’il est bien rare et courageux de l’utiliser de la sorte.

Gélules, comprimés : suivre les indications du fabricant.

Source  » Belle Santé  » N° 130 article de Sophie Lacoste 

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 12 Commentaires »

PREMENOPAUSE

Posté par eurekasophie le 26 septembre 2010

 

 

Sueurs nocturnes, bouffées de chaleur, règles irrégulières et souvent

 

très abondantes ( et douloureuses ),  sautes d’humeur, troubles du sommeil ,

 

prise de poids, libido problématique, peau et cheveux qui  » changent « ,  crampes………….

 

voici quelques-unes des réjouissances possibles durant 

 

la préménopause.

 

On parle beaucoup de la ménopause, moment de la cessation totale des règles,mais peu de toute la période d’avant,parfois fort longue 

( 5 à 10 ans ! ) : la préménopause. L’anarchie hormonale y est pourtant à son comble , les ovaires fabriquant petit à petit, à leur rythme, moins d’oestrogènes . Les perturbations de la vie quotidienne sont d’autant plus difficiles à supporter que les médecins hésitent à proposer un traitement quel qu’il soit, puisque les hormones de Madame sont instables. Drôle de période, où les ovaires fonctionnent encore mais au ralenti: difficile de prescrire des hormones, fussent-elles d’origine naturelle, puisqu’elles risquent de se rajouter aux vôtres, sécrétées en  » pointillés  » par votre corps. Une fois encore, les huiles essentielles peuvent vous aider à passer le cap en douceur. Elles n’ont pas la prétention de remplacer un quelconque traitement substitutif, ni à réguler comme par magie des hormones capricieuses; mais elles possèdent de véritables propriétés hormonales aidant à atténuer les symptômes et à gommer les sautes d’humeur.

 

VOS HUILES ESSENTIELLES 

 

hebergeur d'image

La sauge sclarée est l’huile essentielle idéale durant toute cette période délicate. Elle aide à régulariser les règles et atténue les brusques  » hauts et bas  » des hormones.

Attention ! Ne la confondez pas avec la sauge officinale ( de toute façon délivrée uniquement sur ordonnance ou dans une préparation  magistrale réalisée par votre pharmacien ). Cette autre sauge est également intéressante , mais plus délicate à utiliser en l’absence de conseils personnalisés d’un  spécialiste en aromathérapie.

 

 

hebergeur d'image

La marjolaine est hautement anti-stress et anti-déprime. Des propriétés intéressantes pour chasser les idées noires, spécialement durant le syndrome prémenstruel( particulièrement long et pénible chez certaines femmes en préménopause.

 

PREMENOPAUSE dans PRENDRE SOIN DE SOIhebergeur d'image

L’ylang-ylang aide à retrouver le désir, l’envie, et même à le concrétiser. Oui, c’est une huile essentielle aphrodisiaque ! 

 

VOTRE MASSAGE 

 

Règles irrégulières

Appliquez 2 gouttes pures de sauge sclarée sur le bas-ventre ou le bas du dos. Massez lentement. Recommencez 3 fois par jour, en période de 2 mois. Arrêtez 1 semaine, puis recommencez si nécessaire.

                                                                                                                          hebergeur d'image

Humeur irrégulière 

Appliquez 2 gouttes pures de marjolaines sur le plexus solaire. Renouvelez 3 fois par jour, sans limitation de temps.

 

Libido perturbée 

Appliquez 2 gouttes pures de ylang-ylang en bas de la colonne vertébrale. Renouvelez 2 fois par jour, pendant 10 jours.

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 13 Commentaires »

L’HUILE D’ARGAN

Posté par eurekasophie le 24 septembre 2010

 

 

 

Sur la peau comme dans l’assiette 

 

 

L’huile d’argan provient d’un arbre qui pousse à l’état sauvage dans le sud-ouest du Maroc. Utilisée par les populations autochtones tant dans les soins de la peau que dans l’alimentation ou la médecine traditionnelle, l’huile d’argan a bien des vertus qui méritent que l’on s’y attarde.

 

 

                                                                                    hebergeur d'image

 

 

                                                                            hebergeur d'image

 

L’arganier est un arbre épineux qui a une très longue histoire. Il existe en effet depuis 80 millions d’années environ ! Il pousse sous le climat chaud de l’Afrique du Nord et résiste particulièrement bien à la sécheresse . Ses racines de 30 mètres de profondeur sont à même d’aller chercher l’eau profondément dans le sol.Son feuillage persiste engénéral toute l’année mais, en cas de longues périodes de sécheresse,il  » se débarrasse  » de ses feuilles afin de se protéger de la déshydratation. Lorsque la pluie réapparaît, il semble revenir à la vie et ses feuilles recommencent à pousser.

Les chèvres l’affectionnent à un point tel qu’on le surnomme  » l’arbre à chèvres « .

Le terme  » Argan  » proviendrait, quant à lui, du nom d’un village berbère du nord-est d’Agadir : Argana

Dans l’arganier, rien ne se perd ! Son bois sert de combustible, ses feuilles et ses fruits de nourriture pour les chèvres et son noyau à la confection de la précieuse huile. Par ailleurs, dans cette région où les arbres sont rares, l’arganier sert de rempart contre l’inquiétante avancée du désert.

Ses fruits ressemblent à de gosses olives et c’est de leur noyau qu’on extrait les amandons qui serviront à la fabrication de l’huile d’argan.

Si je vous dis que pour obtenir un litre d’huile d’argan, il faut les fruits de 7 arganiers, environ 100 kilos de fruits, vous comprendrez pourquoi cette huile est précieuse et très chère. On l’appelle d’ailleurs aussi  » l’or vert du Maroc  » .

Mais si elle a été baptisée ainsi, ce n’est pas seulement en raison de sa valeur marchande. C’est aussi en raison de sa valeur économique et sociale pour la population locale. L’or vert du Maroc, en effet, fait vivre à peu près trois millions de personnes dans le sud du pays, surtout des femmes. De nombreuses coopératives ont été créées par des femmes. Et certaines d’entre elles ne se contentent pas de les gérer sur le plan purement commercial mais veillent en outre à l’alphabétisation de leurs employées, ce qui contribue aussi indirectement au développement de la région. Tout le travail se fait à la main. Les fruits sont récoltés à terre de juin à août.Ils sont ensuite mis à sécher au soleil pendant plusieurs semaines. Après, les femmes retirent la pulpe et cassent les noix qui se trouvent à l’intérieur pour récolter les amandons. C’est un travail difficile car les noix d’arganier sont particulièrement résistantes. Après broyage des amandons à la meule de pierre, on obtient une pâte que les femmes vont malaxer longuement en y ajoutant régulièrement de l’eau jusqu’à ce que la précieuse huile se sépare de la pâte.

Vous vous en doutez, avec ses nombreues propriétés, l’huile d’argan est convoitée par des entreprises du monde entier qui ont bien compris l’immense potentiel économique de ce petit fruit du désert.

Rançon du succès, la surexploitation menace et risquerait de faire disparaître cet arbre merveilleux qui a pourtant survécu des millions  d’années. Une exploitation respectueuse et raisonnée est donc absolument nécessaire.

Pour protéger cet arbre, une arganeraie de 830 000 hectares entre Agadir et Assaouira a d’ailleurs obtenu de l’Unesco, depuis 1998, le statut de « réserve de la biosphère « .

 

                                                                                                          hebergeur d'image hebergeur d'image

 

 

L’huile d’argan et la santé

 

L’huile d’argan est un formidable  allié de votre santé et de votre beauté. Bien équilibrée en acides gras essentiels, elle est riche en acide oléique ( comme l’olive ) et en acide linoléique , appelés omégas 9 et 6.Elle est particulièrement concentrée en vitamine E.

 

Bien entendu, vous choisirez toujours une huile extra vierge, 100 % pure et naturelle et pressée à froid de la manière la plus artisanale possible. Elle conserve ainsi intactes toutes ses propriétés. Ne choisissez pas non plus votre huile au hasard. Regardez-la, humez-la. Elle doit être jaune pâle et quasiment inodore.

Maintenant que vous savez comment la choisir, vous allez voir que votre huile d’argan est une fantastique huile polyvalente. A elle seule, elle pourrait remplacer la quasi-totalité de vos produits de beauté et tenir une place de choix dans votre assiette. Quoi de plus pratique et écologique !


 

decopunaise1.gifL’huile d’argan a une action régulatrice sur le cholestérol en diminuant le taux de  » mauvais  » cholestérol et en augmentant le  » bon « . Elle réduit également l’hypertension et sa consommation régulière pourrait carrément réduire de 50 % votre risque de développer de l’hypertension.

 

decopunaise1.gifCette huile de santé améliore aussi le fonctionnement du foie , ce précieux organe souvent malmené par nos mauvaises habitudes.

 

decopunaise1.gifElle lutte contre les radicaux libres grâce à sa haute teneur en vitamine E. Cette action s’exerce tant en consommation interne qu’en application sur la peau.

 

decopunaise1.gifL’huile d’argan protège le système cardio-vasculaire et prévient le dépôt de plaques d’athérome dans les artères.

 

decopunaise1.gifElle est une véritable bénédiction pour la peau. Elle ne se contente pas de la protéger contre les agressions extérieures et les rayons du soleil. Grâce au bêta-carotène qu’elle contient, elle accélère et prolonge le bronzage, une qualité bien séduisante en période de vacances, ne trouvez-vous pas ! Et mieux encore, elle répare et régénère la peau, notamment en cas de dermatoses ou de brûlures, en raison de la présence d’un sténol : le schotténol. Au Maroc, elle est même utilisée en traitement naturel contre le psoriasis.

Elle fait merveille sur les peaux sèches, fragiles, dévitalisées. Elle les hydrate, les nourrit, les protège du vieillissement, leur redonne élasticité et souplesse et favorise le renouvellement des cellules. Sur votre peau, elle fera une excellente crème de nuit. Vous pouvez l’utiliser pure ou y ajouter quelques gouttes d’huiles essentielles adaptées à votre type de peau. Elle aide en outre à faire disparaître progressivement les cicatrices et la taches brunes. Et elle prévient même les vergetures. Que de vertus dans un petit flacon, n’est-ce-pas !

 

decopunaise1.gifL’huile d’argan est aussi l’amie des ongles et des cheveux. Elle soigne et nourrit les ongles et le cuir chevelu et redonne du tonus aux cheveux secs et fragilisés.

Pour fortifier vos ongles, massez-les avec de l’huile d’argan additionnée de quelques gouttes de jus de citron. Quant à vos cheveux, un  masque composé d’huile d’argan mélangée à du jaune d’oeuf leur rendra toute leur brillance.

 

decopunaise1.gifL’huile d’argan viendra aussi à votre secours si vous avez les lèvres gercées. Mélangée à du miel, par exemple, elle remplacera avantageusement votre baume pour les lèvres

 

decopunaise1.gifEn massage, elle soulage les rhumatismes et l’arthrose. Et si vous éprouvez des douleurs musculaires, elle vous fera également beaucoup de bien.

 

L’huile d’argan et l’alimentation

 

                                                                           hebergeur d'image

Au Maroc, l’huile d’argan a aussi une place de choix dans l’assiette. Elle est utilisée dans les salades, les semoules, les couscous, les tajines, avec les légumes grillés, etc… Faites donc de même. Agrémentez-en vos salades, par exemple. Vous leur donnerez ainsi un parfum de soleil et vous bénéficierez des bienfaits de l’or du Maroc

Vous le constatez, l’huile d’argan peut vous rendre de nombreux services, mais gardez à l’esprit que, comme toute denrée précieuse, elle est à consommer avec respect et parcimonie.

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 11 Commentaires »

J’AI DESCENDU DANS MON JARDIN………….

Posté par eurekasophie le 14 septembre 2010

 

 

avec aux lèvres, les paroles de la chanson populaire d’Anne de Bretagne.

Rappelez-vous:  » ……L’on vit trois beaux capitaines, avec des sabots….Offrir à leur souveraine….Un joli pied de verveine…S’il fleurit, tu seras reine….Elle a fleuri, la verveine…..Anne de France fut reine….. » . Herbe dédiée à Vénus, déesse de l’amour, tu m’inspires maints souvenirs, et du fond de mes abysses, bien des poèmes rejaillissent. Ecoute plutôt ! 

 

 » Sous ces arbres chéris, où j’allais à mon tour

- Pour cueillir, en passant, seul, un brin de verveine,

- Sous ces arbres charmants où votre fraîche haleine

-disputait au printemps tous les parfums du jour…. »

Une promenade au jardin des plantes, de A. de Musset.

 

 

 

 

LA VERVEINE OFFICINALE

 

 

                                                                                                             hebergeur d image

Nom commun : herbe sacrée, herbe de sang, herbe aux sorciers, guérit-tout

Genre et espèce : Verbena officinalis

Famille : VERBENACEAE: plantes herbacées ou arbustes; feuilles opposées; petites fleurs;800 espèces

Origine : Europe, Asie, Afrique du Nord

Hauteur : 30 à 75 cm.

 

jardinfleur.jpg La corolle est constituée de cinq pétales soudées à la base en un petit tube. La fleur s’étale ensuite en deux lèvres peu marquées, la supérieure composée de deux lobes et l’inférieure de trois lobes.Chaque fleur possède à son aisselle une petite bractée, petite feuille propre à l’inflorescence. Les fleurs se disposent en épi, grappe dont les fleurs sont sessiles ( insérées directement sur un rameau, sans petite  » queue « ). Les fleurs s’épanouissent de juin à octobre, la floraison débutant à la base de l’épi pour arriver progressivement jusqu’à son sommet.

jardinfleur.jpg La verveine officinale ne doit pas être confondue avec la verveine citronnelle ( lippia triphylla ) fortement aromatique et aux principes actifs différents. La verveine officinale, amère et très riche en tanins, a des propriétés toniques, fébrifuges et astringentes. Excellente pour le foie, elle équilibrerait également le taux d’oestrogène et de progestérone chez la femme.

Publié dans INFO....SANTE | Pas de Commentaires »

ATTENTION !

Posté par eurekasophie le 10 septembre 2010

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                        hebergeur d image

 

QUAND LES TIQUES ATTAQUENT

 

Les beaux jours sont là, et les envies de balades en nature sont bien légitimes…..

Attention aux tiques car c’est à partir de juin et jusqu’au mois d’octobre qu’elles vont sévir !

 

Saviez-vous que plus de 30 000 personnes sont piquées chaque années en France par des tiques ? 

Une piqûre à ne pas prendre à la légère, puisque si ces petits parasites, de la famille des acariens sont porteurs de la bactérie Borrelia Burgdorferi ( environ 20% des tiques en sont porteuses ), ils peuvent transmettre de nombreuses maladies comme la maladie de Lyme. La tique se fixe sur la peau et absorbe le sang de son hôte. En l’occurence, vous ou votre animal domestique.

microbe3.gif

alpha0639.gifOù les attrape-t-on ?

 

 Les tiques adorent les endroits chauds et humides…..On les retrouve dans les forêts, les sous-bois, dans les fougères, les buissons mais aussi dans les prairies où règnent les hautes herbes. Mais ne vous croyez pas à l’abri si vous restez en pleine ville car on en trouve également dans les jardins publics !

 

alpha0639.gifQuels sont les symptômes si on a été piqué ? 

 

Vous allez constater une région allergique ou une rougeur dans la zone piquée dans les heures qui vont suivre la piqûre. Vous pouvez aussi être atteint dans les trois mois qui suivent, de violents maux de tête, de fièvre, de courbatures et de fatigue inexpliquée.

 

alpha0639.gifC’est grave ?

 

Non si vous n’avez pas été piqué par une tique infectée. Le mieux est d’agir très vite après la piqûre. Si vous restez plusieurs semaines ou mois avec cette bestiole plantéedans votre chair c’est autre chose. Plus elle reste à votre contact, plus vous avez de risque de contracter une maladie susceptible de s’attaquer à votre système nerveux, cardiaque et à vos articulations.

 

 

Qu’est ce qu’on fait si on a été piqué ?alpha0639.gif

 

Commencez par retirer la tique avec une pince à épiler sans ajouter d’alcool ou d’éther. Saisissez le parasite au plus près de la peau et tirez d’un coup sec sans faire de torsion au risque de couper l’animal en deux et de laisser sa tête plantée dans votre peau. Si vous possédez un tire-tique, c’est encore plus simple. Désinfectez abondamment. Puis, direction le médecin pour vérifier que vous n’avez pas été piqué plusieurs fois à divers endroit du corps y compris dans la chevelure. Il pourra également repérer les bébés tiques dont la grosseur ne dépasse pas la tête d’une épingle. Par précaution surveillez votre comportement les jours qui suivent. Si les maux de tête et fièvre se déclarent, le médecin vous prescrira un traitement antibiotique d’urgence durant quelques semaines.

 

 

alpha0639.gifComment se protéger ?

 

Pensez avant votre promenade à bien choisir vos vêtements : exit les shorts portés en campagne, optez plutôt pour un pantalon long et bien couvrant. Même chose pour les tee-shirts toujours à manches longues. Préférez les vêtements clairs sur lesquels vous repérerez plus facilement les tiques qui se seraient hasardées sur vos jambes. Restez toujours sur les sentiers, évitez les siestes au bord des talus et recouvrez votre peau d’un répulsif. Il vous protégera durant quelques heures. N’hésitez pas à passer le reste de la famille au peigne fin dès votre retour de promenade. Examinez bien la région des aisselles, le derrière des genoux, l’intérieur des coudes. Bref tous les endroits où la peau est tendre et chaude. Les tiques en raffolent !

Publié dans INFO....SANTE | Pas de Commentaires »

MENTHE……..

Posté par eurekasophie le 8 septembre 2010

 

                                                                                              hebergeur d image

 

...........Fraîcheur menthe ! 

 

 

 

En cosmétologie, en phytothérapie, en dentisterie ou simplement en cuisine, la menthe dispense généreusement ses parfums et ses principes actifs.

 

Il existe, environ, 600 sortes de menthes. les plus employées sont la menthe poivrée et la menthe verte.

 

                                                                                              hebergeur d image

 

Rafraîchissante

Imparable pour masquer la mauvaise haleine et donner un bon coup de frais dans la bouche, elle est également très appréciée en friction ( associée à du camphre ) pour soulager les jambes lourdes. Une soirée prolongée s’annonce ? Trois gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée, de thym, de romarin dans un bain vous mettra d’attaque, surtout si vous terminez par un jet d’eau froide ! 

 

Respiratoire

En inhalation, les résultats sur les voies respiratoires, la protection des cordes vocales, la résistance au rhume, la décongestion du nez sont remarquables. L’infusion de menthe Pouliot est excellente contre la toux et les enrouements. Elle est également recommandée contre la grippe et le rhume. Evitez les applications de menthe sur la région nasale.

 

Antispasmodique 

L’huile essentielle de menthe poivrée a été largement étudiée dans le syndrome de l’intestin irritable. Son action antispasmodique serait due à un blocage de l’influx de calcium vers les muscles, empêchant ainsi le spasme. D’autres essais concernant la dyspepsie fonctionnelle non ulcéreuse, avec là aussi, des résultats probants et une efficacité équivalente aux médicaments de référence.

 

Revigorante

L’application, par massage, de cette huile essentielle atténue les sensations de fatigue et  » booste  » l’activité cardiaque. Les effets observés dans le cas de massages après une entorse ou un lumbago sont notoires. Dans tous les cas, l’utilisation de cette huile doit être limitée dans le temps car elle peut à la longue provoquer des irritations. Les naturopathes vous conseilleront de la mélanger à de l’huile végétale. D’autre part, les femmes enceintes doivent éviter des massages à cette huile ainsi que les femmes qui allaitent et les enfants de moins de 6 ans.

 

Digestive

Les Assyriens et plus tard les Hébreux avaient déjà reconnu ses vertus stimulantes sur l’appareil digestif. La menthe combat l’indigestion et rétablit les troubles gastriques comme les crampes, les gaz intestinaux ou les brûlures d’estomac. Le menthol, essence tirée de la menthe semble être le stimulant actif des vertus digestives de la plante. Au plan médical, il est recommandé de ne jamais abuser de la menthe dans la soirée car, contrairement à ce que l’on pense, une bonne infusion peut entraîner une insomnie, à moins que ce ne soit une verveine menthe ! 

 

Antiseptique

Les troubles des voies respiratoires et digestives peuvent être enrayés par les vertus antiseptiques de la menthe, les infusions de cette plante sont antispasmodiques et en médecine naturelle on utilise la menthe Pouliot pour traiter les colites spasmodiques. Comme bactéricides, aussi, surtout dans les pays chauds où l’on s’en sert pour purifier l’eau. Une poignée de menthe suffit pour enrayer la prolifération bactérienne et rendre l’eau désaltérante.

 

                                                                                    hebergeur d image

 

Cosmétique 

L’eau florale de menthe poivrée est toute indiquée pour apaiser les irritations, les démangeaisons, les rougeurs, le feu du rasoir et les coups de soleil. Tonifiante, elle resserre les pores de la peau et est souveraine pour redonner de l’éclat aux teints ternes et fatigués. Les peaux grasses apprécient ses vertus assainissantes, astringentes et purifiantes.Utilisée dans les shampooings, elle tonifie le cuir chevelu, apporte une fraîcheur apaisante en cas de « gratouilles  » et favorise l’élimination des pellicules.

 

                                                                                                               hebergeur d image

 Anti-plaque

Des tests parus dans International Journal of Dental Hygiene prouvent que l’utilisation d’un mélange d’huile essentielle de menthe poivrée et d’eucalyptus est plus efficace pour combattre la formation de plaque bactérienne qu’une solution de chlorhexidine à 2 % ( principe chimique actif de la majorité des bains de bouche vendus dans le commerce ). L’adjonction d’huile de sésame rend le produit menthe / eucalyptus encore plus efficace. Si vous souffrez d’une carie et que votre rendez-vous chez le dentiste est retardé, n’hésitez pas à mâcher de la menthe poivrée, elle a des propriétés anesthésiantes.

 

Insecticide

Des chercheurs indiens, cherchant un moyen de se débarrasser des moustiques propagateurs de malaria, ont découvert qu’en répandant de l’essence de menthe à la surface des mares infestées, ils détruisaient 85 % des larves . La menthone, un constituant de la menthe des champs, serait également efficace contre les charançons, grands dévoreurs de blé, de blé et de farine. Ne laissant aucun résidu toxique et n’altérant pas la qualité des grains, elle pourrait être une alternative aux fumigants chimiques. En pratique, associée à l’huile essentielle de géranium et d’eucalyptus, elle fait fuir les insectes ! 

 

 

Publié dans INFO....SANTE | 6 Commentaires »

TROP DE COLORANTS……….

Posté par eurekasophie le 6 septembre 2010

 

………DANS LES BONBONS ponctuation29.gif 

 

 

ligne21perles.gifligne21perles.gifligne21perles.gif

 

asticot.gif pointdexclamation.gif

 

                                                                                    hebergeur d imagehebergeur d imagehebergeur d image

 

 

L’emploi de colorants artificiels est fréquent dans les produits de confiserie.

Selon les résultats d’une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ( DGCCRF ), 42 % des bonbons vendus en France ( en boulangerie ou supermarché, par exemple ) ,ne respectent pas les normes en matière de colorants. Faisons le point sur le sujet.

Roses, jaunes, bleus ou rouges….les bonbons se déclinent dans de multiples couleurs. Fraises tagada, crocodiles, frites moelleuses et nounours sucrés ne doivent leurs couleurs acidulées qu’aux multiples colorants alimentaires utilisés par les confiseurs. Des colorants qui ne manquent pas d’attraits et font craquer petits et grands gourmands ! Chaque français consomme, ainsi, en moyenne près de quatre kilos de bonbons par an pour un marché d’une valeur de plus d’un milliard d’euros.

 

PRÈS D’UN BONBON SUR DEUX NON-CONFORME 

 

Or selon les études de la Direction générale de la concurrence , de la consommation et de la répression des fraudes ( DGCCRF) , les fabricants de bonbons ont tendance à avoir la main un peu lourde lorsqu’il s’agit de colorer leurs bonbons : 42 % des sucreries préférées des enfants ne respectent pas les normes en matière de colorants. D’après la DGCCRF , ce taux élevé de non-conformité montre que les fabricants de produits de confiserie, français ou étrangers, ne maîtrisent pas parfaitement l’emploi de ces substances. Par ailleurs, le surdosage fréquent de colorant s’explique par le fait que les couleurs vives attirent fortement les jeunes consommateurs. Et c’est la que le bât blesse: certains colorants peuvent avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention ( hyperactivité chez les enfants, notamment ) ou encore provoquer des allergies et favoriser la survenues de certains cancers.

 

DES CONTRôLES STRICTES ET RIGOUREUX 

 

Pour y remédier, l’Agence européenne de la sécurité des aliments ( AESA ) a lancé un processus de réévaluation des colorants utilisés dans l’Union européenne. De nouvelles dispositions seront prochainement adoptées. De son côté, la DGCCRF a récemment effectué des contrôles sur les colorants employés dans les produits de confiserie. Lors de cette enquête, 53 établissements ont été contrôlés au cours de 58 visites donnant lieu à 132 actions dont 13 font état d’anomalies. Dans un premier temps, 81 échantillons ont été transmis pour analyse: principalement des confiseries type gélifié, bonbons ( berlingots, caramels, bonbons acidulés, sucre d’orge ), gommes à mâcher, pates de fruits, nougats, dragées. Les 81 échantillons ont, ensuite, conduit à plus de 300 essais. Sur ces 81 échantillons, 43 ont été déclarés  » conforme  » ( 53% ), 34  » non conforme  » ( 42 % ) et 4  » à suivre  » ( 5 % ) .

 

GARE À L’ÉTIQUETAGE ET AU SURDOSAGE EN COLORANTS 

 

Toutefois, ce résultat doit être nuancé car le pourcentage de produits déclarés  » non conformes  » inclut environ deux-tiers de non-conformités liées à l’étiquetage: défaut de mention de certains colorants retrouvés à l’analyse ou, au contraire, absence dans le produit testé de colorants mentionnés. Les autres problèmes de non-conformité constatés étaient liés principalement à la présence de colorants à des taux non autorisés, pour les colorants ayant des doses journalières admissibles ( DJA ) peu élevées. Selon les auteurs de l’étude, les teneurs non conformes constatées étaient en général légèrement supérieures aux taux autorisés. De même, ce n’était pas forcément des produits allergènes et le risque était plutôt faible pour les consommateurs. Par ailleurs, les 5 %  d’échantillons classés  » à suivre  » présentaient des doses de colorants dont la teneur était supérieure aux limites réglementaires mais demeurait dans la fourchette d’incertitude de la méthode de dosage.Enfin, aucun échantillon analysé ne contenait d’amarante ( E 123 ) , colorant interdit dans les confiseries.

 

DES AVERTISSEMENTS POUR LES PRODUCTEURS NE RESPECTANT PAS LA LOI

 

Le syndicat national de la confiserie s’était  » étonné  » des résultats de cette étude. Selon son vice-président Didier Renou,  » les colorants sont dosés à très faibles quantités dans les bonbons. Il n’y a que des gros fabricants dans ce secteur, qui ont un respect du cahier des charges plus que rigoureux . » Par ailleurs, le syndicat des produits de confiserie sera informé de ces constats et il lui sera demandé de rappeler à ses adhérents ( fabricants, introducteurs ou importateurs ) leurs obligations en matière d’étiquetage des colorants et d’autocontrôles au regard de l’obligation de conformité et de sécurité ( articles L212-1 et L221-1 du code de la consommation). Enfin, les producteurs qui ne respecteront pas la réglementation recevront un avertissement de la DGCCRF , suivi d’une visite dans l’entreprise quelques mois plus tard pour un nouveau contrôle.

 

COLORANTS AUTORISÉS  :

E102, E104, E110, E122, E124, E129, E131 , E132 , E133, E142, E151 et E 155

 

COLORANTS NON AUTORISÉS 

E123 et E127. tous ces colorants sont des produits de synthèse, artificiels.

 

DES COLORANTS NOCIFS POUR NOTRE SANTÉ

Certains colorants utilisés dans les bonbons sont soupçonnés de provoquer des maladies et d’altérer notre santé. En voici quelques exemples :

Pour ce qui concerne les colorants jaunes, la tartrazine ( code européen : E102 ) pourrait provoquer des allergies : certains patients souffrant d’asthme ou d’urticaire peuvent être sensibles à cette substance.

Quant aux jaunes de quinoléïne ( code européen E104 ) et orangé sunset ( code européen : E110 ) , ils sont potentiellement cancérogènes.

Le rouge Ponceau ( code européen: E124 ) , également utilisé dans certaines confiseries, pourrait engendrer certains cancers.

Colorant bleu, l’indigotine ( code européen : E 132 ) est à éviter si l’on est sujet à des réactions allergiques.

 

Publié dans INFO....SANTE | 4 Commentaires »

LE THE,

Posté par eurekasophie le 3 septembre 2010

 

 

 

UNE MINE DE BIENFAITS

 

 

 

nourriture8.gif

 

faitnature5.jpg

 

Saviez-vous que le thé est la deuxième boisson la plus bue dans le monde après l’eau !

 

Mais quels sont ses bienfaits pour la rendre si populaire ?

 

Découverte …….

 

Noir, blanc ou vert, composé de vitamines C,E,B mais aussi de bêta-carotène, de polyphénols et de chlorophylle, le thé possède des vertus infinies qui permettent de lutter contre une multitudes d’affections. Il existe plus de 3 000 sortes de thés différents dans le monde !

 

BON POUR LE COEUR 

Tous à votre tasse de thé ! Le secret d’une santé en béton est peut-être au fond de la tasse ! Le thé contient en effet des polyphénols aux pouvoirs antioxydants. Ces derniers agissent contre l’obstruction des artères et la formation de plaques d’athérome. Ils réduisent aussi l’apparition de caillots responsables également des artères bouchées. Vous avez tout à y gagner à boire une tasse de thé !

tasse2.gif

 

BOURRÉ D’ANTIOXYDANTS 

Le thé serait aussi un excellent allié pour lutter contre l’apparition de certains cancers. Les études sont encore controversées dans le domaine, mais il semblerait que les pouvoirs antioxydants du thé encore une fois protègeraient du cancer notamment du sein pour les femmes et de la prostate pour les hommes. Ainsi des chercheurs ont pu mettre en évidence que le taux de cancer était moins élevé chez les chinois et les japonais ( au niveau du foie, de l’oesophage, du côlon et de l’estomac ) fervents consommateurs de thé vert.

 

tasse2.gif

 

CAFÉINE OU THÉINE ? 

Pour la petite histoire, la caféine a été découverte au début du 18 ème siècle sept années seulement avant que la théine ne soit à son tour identifiée. Quelques années plus tard, lorsque l’on constata qu’il s’agissait en réalité du même alcaloïde, il était trop tard et les deux noms sont restés. En revanche, la caféine du thé n’a pas le même effet que celle du café grâce aux autres composants qu’il contient.

 

tasse2.gif

 

UN BON REMÈDE CONTRE L’ANXIÉTÉ

L’effet relaxant du thé serait dû à la théanine ( ne pas confondre avec la théine ou caféine ) qu’il contient. Cet acide aminé régule dans votre cerveau en 30 à 60 minutes environ, le taux de sérotonine et de dépamine responsables de votre bonne humeur, et stimule la production d’ondes alpha dans le cerveau. Si l’on attribue à la théanine le goût umami du thé vert vert, on en trouve presqu’autant dans le thé noir Ceylon Pekoe du Sri Lanka que dans le Gyuokuro, célèbre thé vert japonais. La théanine tempère les effets excitants de la caféine, faisant du thé une boisson  stimulante, mais non irritante.

 

tasse2.gif

 

UN ALLIÉ CONTRE LES PETITS MAUX DE L’HIVER

 

Bu tous les jours durant l’hiver, le thé peut vous aider à garder la forme. Son tanin favorise la résistance des cheveux qui ont tendance à tomber lors du changement de saison. Il tue aussi les bactéries. Mieux encore, le thé facilite la digestion, arrête la diarrhée et semble donc idéal lors d’une gastro. Il peut aussi éliminer efficacement les mucosités. Le thé vert tout particulièrement est un excellent antigrippal, grâce à sa vitamine C qui stimule les défenses de l’organisme.

 

tasse2.gif

 

DU BALAI LES MAUVAISES ODEURS !

 

                                                                                        hebergeur d image

 

Le thé fait aussi des miracles en matière de transpiration ! Le tanin qu’il contient est un astringent qui permet de réguler la sudation. Si vous avez tendance à transpirer des pieds, n’hésitez pas à tremper matin et soir, vos petits petons échauffés dans un bain de thé noir. Vous aurez auparavant laissé infuser le thé durant 10 minutes dans l’eau bouillante. Après avoir versé le jus refroidi dans une bassine, glissez-y vos pieds durant 15 minutes. Séchez-les sans rincer.

 

 

IL NE FAIT PAS MAIGRIR !

 

Exact, mais il y contribue ! Lors d’un régime vous devez boire beaucoup d’eau afin de bien éliminer. Le thé peut être une variante à cette boisson d’autant plus qu’il augmente vos mictions et vous aide ainsi à éliminer d’avantage ! Et il contient 0 calorie ! C’est un excellent détoxifiant naturel. Idéal après des repas trop copieux et des lendemains de fêtes trop arrosées. De plus la théine ( ou caféine ) qu’il contient augmente le métabolisme de base ( nombre de calories brûlées au repos ) et consommé avant et pendant les repas, il favorise la sensation de satiété.

 

 

MOINS DE CAFÉINE QUE DANS LE CAFÉ

 

 

C’est vrai : il en contient environ 3 % soit deux fois moins que  le café. Le thé exciterait donc moins que le café ? Pas si sûr. Une seule tasse de thé peut provoquer une insomnie chez une personne très sensible à la caféine. Seulement la caféine du thé se libère avec effet retard sur 6 à 8 heures, donc avec plus de douceur alors que celle du café est relarguée en 2 à 3 heures provoquant un pic qui  » énerve « . Si vous êtes particulièrement sensible à la caféine, vous pouvez opter pour des thés qui en contiennent peu, ou comme l’expliquent Michèle Carles et Christine Dattner dans leur livre le thé et ses bienfaits ( Editions Flammarion ), placer des feuilles de thé dans le filtre de la théière puis verser l’eau frémissante sur les feuilles. Jeter ensuite la première eau filtrée puis recommencer en laissant les feuilles infuser le temps nécessaire. Dès le premier passage de l’eau 80 % de la théine a été éliminée.

 

 

LEQUEL CHOISIR ? 

 

Laissez-vous guider par votre palais s’il s’agit simplement d’une question de goût. Si vous recherchez en revanche le thé le plus performant retenez que les verts et blancs contiennent plus de polyphénols que les thés noirs. Tandis que ces derniers ne contiennent quasiment pas de vitamine C .

 

ATTENTION À NE PAS DÉPASSER LA DOSE 

Le thé c’est bien mais toujours avec modération. Un excès de thé peut en effet empêcher l’assimilation du fer par l’organisme et vous risquez alors l’anémie notamment si vous êtes enceinte. Il est conseillé alors de boire son thé en dehors des repas. Boire trop de thé peut engendrer plein d’autres petites gênes comme provoquer des palpitations, des maux de tête ou une constipation. Saviez-vous que le thé peut également réduire les effets de certains médicaments ? A éviter donc le temps de votre traitement. Exit le thé sous toutes ses formes si vous avez un ulcère qui peut alors empirer !

 

LE BON MOMENT DU THÉ

 

 
       hebergeur d image

Quel thé choisir et à quel moment de la journée le consommer ? Les thés noirs d’Inde peuvent être consommés toute la journée de préférence sans sucre et avec un quartier d’orange au petit-déjeuner, et l’après-midi. Les thés noirs de Ceylan sont bus le matin. Les thés verts se dégustent en début d’après-midi avant 16 heures. Les thés bleu-vert comme les Oolong se consomment jusqu’au soir car ils sont pauvres en caféine et les thés blancs conviennent plutôt l’après-midi car ils sont très désaltérants.

 

THÉ, MODE D’EMPLOI

Un bon thé, ça se prépare avec amour !Laissez infuser dans une eau frémissante 5 minutes maximum pour libérer tous les anti-oxydants. Pour le thé noir 4 à 5 minutes. Les thés verts, 3 minutes, les thés blancs 7 à 20 minutes. Inutile de passer la théière au lave-vaisselle….il suffit de la rincer à l’eau. Quant au thé dégusté froid, il est infusé à température ambiante durant 2 heures environ. Cette technique permet notamment de diminuer l’amertume du thé infusé à chaud. Peu importe la méthode choisie, pensez surtout à renouveler votre stock tous les deux mois car le thé ne se conserve pas éternellement.

 

nourriture8.gif

Publié dans INFO....SANTE | 2 Commentaires »

A VOS PANIERS…

Posté par eurekasophie le 31 août 2010

 

 

LA RONCE

 

 

EXCELLENTE POUR LE COEUR,

 

 

REDOUTABLE CONTRE L’ANGINE !

 

 

On en récolte les fruits, délicieux en gelée, et ses feuilles soignent les maux de gorge.

 

 

 


hebergeur d image

Jean Palaiseul, journaliste spécialisé en phytothérapie, rappelle à quel point la nature est bien faite et prend exemple sur la ronce qui  » est un exemple supplémentaire de la sagesse de la nature et de l’harmonie de la création : ses feuilles fraîches, écrasées entre les doigts et frottées sur la peau, arrêtent immédiatement le saignement des égratignures que peuvent faire ses épines.

 

Les mûres contre la goutte et les cystites

Les fruits ou leur jus ont été utilisés pour soigner la goutte et les cystites. On sait aujourd’hui que les baies de canneberge ( une grande airelle qui pousse en Amérique du Nord ) , sous forme de jus, donnent de meilleurs résultats pour cette dernière indication. Mais, à cette époque de l’année, il serait dommage de ne pas profiter de nos bonnes mûres ! Très indiquées pour soigner les muqueuses, elles peuvent aussi soulager les aphtes et accélérer leur cicatrisation. Pour cela, n’hésitez pas à en mettre une bonne dizaine dans votre bouche et à les mâcher longuement pour que leur suc soit en contact prolongé avec votre muqueuse buccale.

 

Des feuilles pour la bouche et la gorge

 

Par voie externe, les feuilles de ronce peuvent être employées en cas de blessures légères, mais c’est surtout en décoction qu’on les emploie pour soigner les maux de bouche et de gorge. En bains de bouche et en gargarismes, elle soigne l’angine, la gingivite, la glossite, la pharyngite, la laryngite, les névralgies dentaires, les plaies atones, tout cela grâce à leur astringence. Le Dr Valnet les considérait comme le meilleur moyen de se débarrasser d’une angine. Par ailleurs, la feuille du mûrier, comme celle du framboisier ou de la myrtille, est une alliée intéressante quand on veut lutter contre le diabète.

 

Une amie du coeur 

Les mûres contiennent des composés phénoliques qui pourraient peut-être expliquer leurs effets sur le système cardio-vasculaire. Dans une étude in vitro réalisée récemment des chercheurs ont étudié les effets de six fruits différents : celui de mûres est le plus efficace pour inhiber l’oxydation du cholestérol, autrement dit , pour faire baisser le taux de  » mauvais cholestérol  » . D’autres études récentes ont montré que des extraits de mûres pouvaient inhiber , in vitro, la croissance de certaines cellules cancéreuses ( foie, sein, côlon, poumon, bouche ). Bien entendu, il ne s’agit que d’études in vitro, mais ce sont des pistes intéressantes. Les chercheurs attribuent ces propriétés des mûres à leur teneur en différents anti-oxydants dont l’acide ellagique, la vitamine C , les anthocyanines……

                                                                                                                           hebergeur d image

 

La décoction

La préparation est très simple : il suffit de mettre une bonne poignée de feuilles dans un litre d’eau froide et de porter sur le feu. Laisser bouillir deux minutes puis retirer du feu et attendre dix minutes avant de filtrer. Buvez cette tisane dans la journée et faites en des gargarismes. Renouvelez pendant deux ou trois jours. Avec une décoction plus concentrée ( en doublant la dose de feuilles ), on peut soulager les maux de dents en faisant des bains de bouche. Le sirop de mûres est également conseillé contre les maux de gorge, mais n’en attendez pas un effet aussi radical.

 

A vos paniers !

Récoltez en ce moment des feuilles en quantité pour les faire sécher. Leur vertus seront ainsi encore plus concentrées ! Une fois séchées dans un endroit aéré, vous les conserverez simplement dans une boîte en carton ou un sac en papier et vous pouvez, ainsi, en disposer au besoin toute l’année.

 

Les indications 

En interne comme en externe, c’est donc sous forme de décoction qu’on emploie généralement la feuille de ronce. Ensuite, selon les besoins, on l’utilise en bain de bouche, en gargarismes, ou bien on en boit plusieurs tasses dans la journée.

Voici les principales indications :

 

decopunaise1.gifAngines, gingivite, glossite, pharyngite, douleurs dentaires

decopunaise1.gifBlessures légères, égratignures

decopunaise1.gifDiabète

decopunaise1.gifExcès de cholestérol

decopunaise1.gif Digestion difficile

Et les mûres, elles, sont recommandées en cas de :

decopunaise1.gifInfections urinaires

decopunaise1.gifGoutte

decopunaise1.gifPrévention des maladies cardio-vasculaires

decopunaise1.gif Aphtes

Faites votre gelée 

Vous l’avez sans doute remarqué : nombre d’enfants, mais aussi bien des adultes, n’apprécient pas les grains dans la confiture……d’où l’intérêt de faire plutôt de la gelée. De retour de votre promenade et de votre cueillette, équeutez bien les mûres, si ce n’est déjà fait, et écrasez-les dans un chinois ( récipient à petits trous) pour en recueillir le jus. Pesez le jus obtenu et versez le tout dans votre bassine à confiture ( ou une casserole émaillée ). Ajoutez le même poids de sucre. Mettez sur le feu et portez à ébullition. Laissez bouillir une vingtaine de minutes en écumant de temps en temps. Pour voir si votre gelée est  » prise  » , versez-en quelques gouttes sur une soucoupe préalablement mise au congélateur. Si elle fige immédiatement, c’est prêt ! Remplissez vos pots stérilisés au maximum puis retournez-les, le temps que la gelée refroidisse.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 2 Commentaires »

12345...51
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant