Résultats de votre recherche

A VOS PANIERS…

Posté par eurekasophie le 31 août 2010

 

 

LA RONCE

 

 

EXCELLENTE POUR LE COEUR,

 

 

REDOUTABLE CONTRE L’ANGINE !

 

 

On en récolte les fruits, délicieux en gelée, et ses feuilles soignent les maux de gorge.

 

 

 


hebergeur d image

Jean Palaiseul, journaliste spécialisé en phytothérapie, rappelle à quel point la nature est bien faite et prend exemple sur la ronce qui  » est un exemple supplémentaire de la sagesse de la nature et de l’harmonie de la création : ses feuilles fraîches, écrasées entre les doigts et frottées sur la peau, arrêtent immédiatement le saignement des égratignures que peuvent faire ses épines.

 

Les mûres contre la goutte et les cystites

Les fruits ou leur jus ont été utilisés pour soigner la goutte et les cystites. On sait aujourd’hui que les baies de canneberge ( une grande airelle qui pousse en Amérique du Nord ) , sous forme de jus, donnent de meilleurs résultats pour cette dernière indication. Mais, à cette époque de l’année, il serait dommage de ne pas profiter de nos bonnes mûres ! Très indiquées pour soigner les muqueuses, elles peuvent aussi soulager les aphtes et accélérer leur cicatrisation. Pour cela, n’hésitez pas à en mettre une bonne dizaine dans votre bouche et à les mâcher longuement pour que leur suc soit en contact prolongé avec votre muqueuse buccale.

 

Des feuilles pour la bouche et la gorge

 

Par voie externe, les feuilles de ronce peuvent être employées en cas de blessures légères, mais c’est surtout en décoction qu’on les emploie pour soigner les maux de bouche et de gorge. En bains de bouche et en gargarismes, elle soigne l’angine, la gingivite, la glossite, la pharyngite, la laryngite, les névralgies dentaires, les plaies atones, tout cela grâce à leur astringence. Le Dr Valnet les considérait comme le meilleur moyen de se débarrasser d’une angine. Par ailleurs, la feuille du mûrier, comme celle du framboisier ou de la myrtille, est une alliée intéressante quand on veut lutter contre le diabète.

 

Une amie du coeur 

Les mûres contiennent des composés phénoliques qui pourraient peut-être expliquer leurs effets sur le système cardio-vasculaire. Dans une étude in vitro réalisée récemment des chercheurs ont étudié les effets de six fruits différents : celui de mûres est le plus efficace pour inhiber l’oxydation du cholestérol, autrement dit , pour faire baisser le taux de  » mauvais cholestérol  » . D’autres études récentes ont montré que des extraits de mûres pouvaient inhiber , in vitro, la croissance de certaines cellules cancéreuses ( foie, sein, côlon, poumon, bouche ). Bien entendu, il ne s’agit que d’études in vitro, mais ce sont des pistes intéressantes. Les chercheurs attribuent ces propriétés des mûres à leur teneur en différents anti-oxydants dont l’acide ellagique, la vitamine C , les anthocyanines……

                                                                                                                           hebergeur d image

 

La décoction

La préparation est très simple : il suffit de mettre une bonne poignée de feuilles dans un litre d’eau froide et de porter sur le feu. Laisser bouillir deux minutes puis retirer du feu et attendre dix minutes avant de filtrer. Buvez cette tisane dans la journée et faites en des gargarismes. Renouvelez pendant deux ou trois jours. Avec une décoction plus concentrée ( en doublant la dose de feuilles ), on peut soulager les maux de dents en faisant des bains de bouche. Le sirop de mûres est également conseillé contre les maux de gorge, mais n’en attendez pas un effet aussi radical.

 

A vos paniers !

Récoltez en ce moment des feuilles en quantité pour les faire sécher. Leur vertus seront ainsi encore plus concentrées ! Une fois séchées dans un endroit aéré, vous les conserverez simplement dans une boîte en carton ou un sac en papier et vous pouvez, ainsi, en disposer au besoin toute l’année.

 

Les indications 

En interne comme en externe, c’est donc sous forme de décoction qu’on emploie généralement la feuille de ronce. Ensuite, selon les besoins, on l’utilise en bain de bouche, en gargarismes, ou bien on en boit plusieurs tasses dans la journée.

Voici les principales indications :

 

decopunaise1.gifAngines, gingivite, glossite, pharyngite, douleurs dentaires

decopunaise1.gifBlessures légères, égratignures

decopunaise1.gifDiabète

decopunaise1.gifExcès de cholestérol

decopunaise1.gif Digestion difficile

Et les mûres, elles, sont recommandées en cas de :

decopunaise1.gifInfections urinaires

decopunaise1.gifGoutte

decopunaise1.gifPrévention des maladies cardio-vasculaires

decopunaise1.gif Aphtes

Faites votre gelée 

Vous l’avez sans doute remarqué : nombre d’enfants, mais aussi bien des adultes, n’apprécient pas les grains dans la confiture……d’où l’intérêt de faire plutôt de la gelée. De retour de votre promenade et de votre cueillette, équeutez bien les mûres, si ce n’est déjà fait, et écrasez-les dans un chinois ( récipient à petits trous) pour en recueillir le jus. Pesez le jus obtenu et versez le tout dans votre bassine à confiture ( ou une casserole émaillée ). Ajoutez le même poids de sucre. Mettez sur le feu et portez à ébullition. Laissez bouillir une vingtaine de minutes en écumant de temps en temps. Pour voir si votre gelée est  » prise  » , versez-en quelques gouttes sur une soucoupe préalablement mise au congélateur. Si elle fige immédiatement, c’est prêt ! Remplissez vos pots stérilisés au maximum puis retournez-les, le temps que la gelée refroidisse.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

PETIT JARDIN DE NOVEMBRE

Posté par eurekasophie le 2 novembre 2009

Ce qu’il faut faire en novembre
Travaux au jardin
Par Sébastien Jacquot

Si ces dernières semaines le froid n’était pas au rendez-vous, soyez certain qu’en ce mois de novembre il trouvera son chemin pour venir frapper à votre porte.

novembre1.bmp
C’est en novembre qu’il faut préparer son jardin, qu’il soit d’ornement, verger ou potager, pour l’aider à se parer contre les mauvaises aventures de l’hiver. Novembre est également ancré dans les mémoires de jardinage par un célèbre dicton : « A la Sainte Catherine tout bois prend racine », alors pour votre plus grand plaisir, n’y dérogez pas… plantez, plantez, plantez.
Au potager
Avant que l’hiver n’opère de ses froids les plus diables, récoltez tous les légumes restant encore dans le potager et
 novembre2.bmp

qui risqueraient de ne plus se conserver s’ils subissaient une gelée, ou pire ne plus être consommables. En novembre, au potager, il est tant de faire le grand ménage ! Nettoyer ainsi vos rangs des légumes qui ne donneront plus, car il est bien inutile de puiser les éléments de la terre sans que cela ne puisse vous apporter quelque chose dans votre assiette. Apportez à votre jardin fumier et compost, puis labourez votre sol laissant au grand froid le travail de la terre pour vos futures plantations. Plantez ail, échalote et oignon, semez épinard d’hiver et laitue de printemps.Au verger
Ha !! Ce mois de novembre où dit-on que tout nous est permis pour nos arbres ! Lancez-vous à cœur ouvert en choisissant vos arbres fruitiers en ayant en tête la période de récolte de vos fruits. Plus vous étalerez les mois de récolte concernant vos divers arbres fruitiers, plus vous serez certain d’en profiter ! Plantez aussi les petits arbustes à fruits tels que framboisier, groseillier, cassis… Vous pouvez tailler vos arbres fruitiers à pépins, tels que pommier, poirier, cognassier… Brossez le tronc de vos arbres pour y déloger les éventuels parasites qui s’y blottissent pour passer cette période de froid, puis appliquez un traitement d’hiver.

novembre3.bmp

Au jardin d’ornement
Nettoyez vos parterres de fleurs en enlevant les feuilles et tiges mortes. Si certaines de vos plantes d’ornement ne supportent pas les températures négatives, il est temps de les rentrer, sans pour autant négliger leur arrosage. Il en est de même pour vos bulbes et tubercules tels que glaïeul, dahlia et bégonia. Cependant vous pouvez laissez ces derniers en terre en les recouvrant de paille ou de feuilles. Le paillage qui protège les plantes des plus fortes gelées peut également être opéré sur vos autres plantes plus vivaces, elles ne pourront que vous en être reconnaissantes. En novembre vous pouvez encore planter vos bulbes de fleurs pour le printemps prochain et également mettre en terre les arbustes à fleurs tels que rosier et chèvrefeuille. Disposez également vos fleurs vivaces et vos bisannuelles de printemps tel que myosotis ou giroflée.

Plantes d’intérieur et de balcon
S’il vous reste encore quelques potées à l’extérieur, ne les oubliez surtout pas, vous risqueriez de les condamner et ainsi vous priver de l’émerveillement que vous procurent feuillage et floraison. Veillez aussi à ce qu’elles ne contiennent aucun parasite, vous pouvez pour cela les traiter avec un produit préventif. En novembre, réduisez nettement l’arrosage sans pour autant priver vos plantes de cet indispensable. Les jours étant moins longs en hiver qu’en été, vos potées ne profitent que de peu de lumière, rapprochez-les des fenêtres ou disposez-les dans un endroit lumineux tout en veillant à ne surtout pas les installer près d’une source de chaleur : radiateur ou cheminée. Elles risqueraient de ne pas du tout apprécier.

Les arbres, arbustes et haies
Novembre est le mois le mieux connu pour planter arbres et arbustes au jardin, mais sachez que vous pourriez le faire pendant toute la période de l’hiver. Il est donc inutile de vous précipiter. Prenez le temps nécessaire à la réflexion de l’agencement de votre jardin. La plantation d’un arbre n’est pas une chose anodine. Nous avons malheureusement tendance à oublier que le petit arbre qui ne dérange personne, deviendra peut-être un jour un arbre trop grand et trop volumineux qu’il faudra couper voire arracher pour cause de gêne occasionnée. En novembre, taillez vos haies de thuyas ainsi que tous les arbres qui ont fleuri cet été, surtout pas les autres sous peine de compromettre leur floraison du printemps prochain ! Vous pouvez élaguez vos grands arbres et procéder au nettoyage des branches mortes ou gênantes.

Petit jardin – Le petit magazine du jardinage et des plantes – www.graines-et-plantes.comPage 2

Publié dans JARDINAGE AUX FIL DU TEMPS | 6 Commentaires »

LE FRAMBOISIER

Posté par eurekasophie le 14 juin 2009

 

framboises1.jpg
Le framboisier (Rubus idaeus L.) ou ronce du mont Ida est un arbrisseau de la famille des Rosacées ( tribu des Rubae ), couramment cultivé pour ses fruits, les

Framboisier
 Rubus idaeus
Rubus idaeus
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Rosales
Famille Rosaceae
Genre Rubus
Nom binominal
Rubus idaeus
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Rosales
Famille Rosaceae
 FruitsFruits

framboises.

Nom commun : framboisier, ronce du mont Ida. de : Himbeere, en : raspberry, es : frambueso, chordón.

framboise2.jpg

 MIEUX CONNAITRE

Indigène en France, la framboise pousse toujours à l’état sauvage dans les sous-bois montagneux : Pyrénées, Massif Central… Sa culture est pourtant très récente puisqu’elle ne débuta qu’au XXe siècle. Tout comme les fraises, les framboises peuvent être remontantes : fournissant une première récolte en juin, elles continuent de fleurir et de fructifier jusqu’aux premières gelées, début octobre. En France, elles sont principalement cultivées dans les régions Rhône-Alpes, Val de Loire, Limousin et Ile de France.

UN PEU D’HISTOIRE

Selon la légende, la framboise, appréciée des dieux de l’Olympe, serait née sur les pentes du Mont Ida, d’où son appellation « Rubus idaeus » : ronce de l’Ida. Il est beaucoup plus probable qu’elle est originaire des zones montagneuses d’Europe (et il en existe encore à l’état sauvage dans les Alpes du Dauphiné, dans les Vosges ou le Massif Central). Dès la Renaissance, elle sera cultivée dans les jardins familiaux. Largement améliorée par des siècles de sélection, elle réjouit les gourmets les plus exigeants. Mais sa récolte exige beaucoup de soins et de main d’œuvre, elle est fragile et délicate : c’est pourquoi la framboise reste un fruit relativement coûteux, dont il ne faut pas manquer la (courte) saison. Selon la légende, la framboise, appréciée des dieux de l’Olympe, serait née sur les pentes du Mont Ida, d’où son appellation « Rubus idaeus » : ronce de l’Ida. Il est beaucoup plus probable qu’elle est originaire des zones montagneuses d’Europe (et il en existe encore à l’état sauvage dans les Alpes du Dauphiné, dans les Vosges ou le Massif Central). Dès la Renaissance, elle sera cultivée dans les jardins familiaux. Largement améliorée par des siècles de sélection, elle réjouit les gourmets les plus exigeants. Mais sa récolte exige beaucoup de soins et de main d’oeuvre, elle est fragile et délicate : c’est pourquoi la framboise reste un fruit relativement coûteux, dont il ne faut pas manquer la (courte) saison.

Petit fruit délicat et parfumé, la framboise nous séduit par ses grandes qualités gustatives. Mais aussi par ses atouts nutritionnels réels : une grande « discrétion » énergétique (38 calories aux 100 g), qui en fait un des fruits vedettes des menus minceur des beaux jours ; une haute densité minérale
(en particulier pour le magnésium, le calcium et le fer) ; une bonne teneur en vitamine C (25 mg aux 100 g). Ses fibres sont abondantes (près de 7 g aux 100 g) et efficaces pour lutter contre une tendance à la constipation. Mais en cas de fragilité intestinale, il est préférable de consommer la framboise sous forme de coulis tamisé (ce qui permet d’éliminer les « grains » indésirables).
Les framboises que nous connaissons le mieux sont rouge vif ou rouge violacé. Mais il en existe de couleur rouge-brun, d’autres jaune clair « Sucrée de Metz ». Certaines sont dorées « Surprise d’automne », et on trouve même des variétés de framboises blanches, pratiquement dépourvues de pigments colorés « Merveille des quatre saisons blanche ».
Jadis, on attribuait à la framboise des vertus toniques et fortifiantes : au XVIème siècle, on recommandait son sirop pour ses qualités « analeptiques » (propres à rétablir les forces). Un peu plus tard, son usage sera conseillé « à ceux dont l’estomac ne peut garder les aliments, et que tourmentent des vomissements » (G. Bauhin, Historia plantarum, 1651). Le « sirop de vinaigre framboisé » était traditionnellement utilisé pour soigner les angines, en boisson ou en gargarisme. Aujourd’hui, la framboise sert à l’obtention de suc et sirop officinaux (à vocation essentiellement aromatisante).

 

Ne vous laissez pas influencer par la couleur des framboises, celles-ci se nuancent de différentes teintes de rose et de pourpre en fonction des variétés.
La fraîcheur des fruits s’affichent mais vérifiez-la en observant le dessous des barquettes transparentes. Après les avoir achetées, vous veillerez à bien placer les barquettes de fruits sur le dessus de votre panier pour leur éviter les chocs.

Comment conserver


Si vous ne consommez pas les framboises aussitôt après les avoir achetées, vous pouvez les conserver, dans leur emballage et dans le bac à légumes du réfrigérateur, mais pas plus de 2 jours, délicatesse oblige. la congélation convient par contre très bien aux framboises, leur conservant tenue et qualité gustative. 

 

RECETTES

Une salade de fruits
Associez framboises et pêches, abricots, fruits rouges, agrumes…. À essayer avec quelques rondelles de kumquats. Salade de menthe, de framboises, de pêches, nappée d’un filet d’huile d’olive, agrémentée de morceaux de réglisse !
En soupes
Banyuls doucement chauffé avec de la cannelle, un zeste de citron, et versé chaud sur des framboises. À savourer glacé avec quelques feuilles de menthe poivrée pour parfumer.
Vin rouge sucré à la cassonade, mêlé d’eau de fleur d’oranger, versé sur les fruits.
Des soufflets
Purée de framboises (350 g) un peu citronnée mêlée de maïzena (2 cuillère. à soupe.),3 jaunes d’œufs, 100 g de sucre glace, 5 blancs d’œufs en neige. Cuisez 10 min au four à 220° C (th 6/7).
Des gelées, du coulis, du sirop
Framboises (1 kg) passées à la moulinette, grille fine, mélangée à 550 g de sucre en poudre, mises à cuire à petits bouillons 6 à 7 min.
Framboises (600 g), sucre en poudre (400 g), le tout mixé avec le jus de 2 citrons et légèrement chauffés .Framboises (350 g), sucre (500 g), 25 cl d’eau cuits 10 min. On les cuit encore 10 min avant de les laisser tiédir. Passez le tout dans un tamis et cuisez le sirop 5 min.
Et encore
Pastilla : framboises confites dans un demi verre de Chinon sucré et réduit, placées en alternance avec de la crème anglaise, entre des feuilles de brick.
Compote : oignons (1 kg) mixés, revenus , poudrés de vergeoise, nappés de 4 cuillère à soupe. de vinaigre, de vin (40 cl), mêlés de framboises (200 g), cuisson : 40 minutes.
Carpaccio de saumon frais et framboises.

 

Publié dans "F**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

PETIT JARDIN PAGE 2

Posté par eurekasophie le 27 mars 2009

Ce qu’il faut faire en Avril
Travaux au jardin
Par Sébastien Jacquot

Ha ! … Ce beau mois qu’est avril pour les passionnés des jardins et les attentifs à l’éveil de Dame Nature. Bourgeons, jeunes

avril10.jpg
pousses et premières fleurs printanières nous promènent sur les chemins de la douceur. Ne perdez cependant à l’esprit ce populaire dicton qui nous rappelle qu’en avril mieux ne vaut se dévêtir d’un fil. Prenez donc patiente… et appréciez cette première approche en semant directement en place fleurs annuelles et semences potagères sans pour autant oublier le semis sous châssis pour les plantes plus frileuses… car n’oubliez pas, le froid peut sévir encore par des gelées tardives.
Au potager
L’entretien du potager est de mise pour le mois d’avril, il va permettre à vos semences et jeunes plants de bien se développer, car comme vous
 avril11.jpg

avez pu le remarquer, les pluies de mars ont su donner bon train à la naissance de redoutables mauvaises herbes qui n’ont malheureusement que pour mauvais rôle de consommer les nourritures essentielles au développement de nos plantes potagères. Entretenez donc le sol en y bêchant la surface et en y apportant compost et nutriment. Semez sous châssis la plupart les légumes qui devront être replantés dans quelques semaines ; tels céleri, courgette, melon, aubergine, tomates et cornichon. Tandis que vous pourrez en pleine terre semer brocoli, choux et pois, poireau et carotte, navet, radis et salsifis, sans oublier épinard, salade et artichaut. Avril est également une bonne période pour les herbes aromatiques tel que le persil.Au verger
Les arbres fruitiers demandent de l’attention pour un bon démarrage ; ne lésinez pas sur l’enrichissement nutritif de leur terre en leur apportant fumier ou compost, protégez-les avec un insecticide contre les parasites qui nuiraientt à une belle production… bien triste serait de voir nos tables d’été dépourvues des savoureux et rafraîchissants fruits sucrés que sont pommes, pêches, raisins, poires et cerises… Sachez qu’il n’est pas trop tard pour la taille de ces derniers, ainsi, abricotier, pêcher et vigne apprécieront l’entretien que vous leur apporterez. Beaucoup se laisse prendre au jeu de la multiplication des plantes par bouture, laissant comme plaisir lors de leur réussite, la satisfaction d’être un jardinier à la main verte… pourquoi donc s’en priver… réjouissez-vous, car avril est une période propice aux boutures. Plantez les petits fruitiers tel que groseiller et framboisier, macros et myrtilles, n’oubliez pas que ceux-ci doivent être disposés en terre de bruyère.
avril12.jpg

Au jardin d’ornement
Comme pour le potager, les parterres et plates-bandes ont subi l’assaut des mauvaises herbes qui ont trouvé force par les pluies de fin d’hiver et de ce début de printemps. Il vous faudra donc procéder au binage de vos massifs, et ce, avant que nos chères redoutées ne prolifèrent, sans quoi ce travail, certes pénible mais rapide à la venue des jeunes pousses, se révélera être fastidieux une fois que celles-ci vous auront envahi. Apportez également nutriments à vos plantes qui s’en montreront plus belles et résistantes aux maladies. En ce mois d’avril semez immortelles, mufliers et nigelles, bleuets et soucis ainsi que pieds d’alouettes. C’est maintenant que vous pouvez planter les bulbes qui fleuriront au cours de l’été, ainsi laissez-vous tenter par les bégonias, glaïeuls et freesias, cannas et lys.Plantes d’intérieur et de balcon
En avril.. ce n’est pas le travail qui manque côté plantes d’intérieur ; il vous faudra les entretenir en éliminant tiges et feuilles malades ou mortes, puis leur apporter les nutriments nécessaires à leur bon développement. Elles n’en seront que plus belles et vigoureuses. Période idéale pour les plantations et les boutures, elle l’est aussi pour le rempotage des plantes qui se sentiraient trop à l’étroit dans leur pot. N’oubliez surtout pas d’arroser convenablement vos plantes, en effet, l’arrivée des jours ensoleillés assèche très rapidement ces plantes, la terre doit être légèrement humide en veillant à ce que ne stagne pas dans les pots… cela pourrait faire pourrir vos adorées.Les arbres, arbustes et haies
Avril est une bonne période pour planter vos arbres et vos haies, mais prenez soin néanmoins de ne planter que les arbres en conteneur. Ceux vendus en tant que racines nues ne sont plus vraiment favorables à la reprise. Taillez les arbres à floraison tels hibiscus et buddleias, althéa et forsythias. Tout comme les arbres du verger, plaisez-vous à bouturer ceux d’ornement ou de vos haies.

Petit jardin – Le petit magazine du jardinage et des plantes – www.graines-et-plantes.comPage 2

Publié dans JARDINAGE AUX FIL DU TEMPS | 5 Commentaires »

PETIT JARDIN page 2

Posté par eurekasophie le 2 mars 2009

Ce qu’il faut faire en Mars
Travaux au jardin
Par Sébastien Jacquot

Mars est le mois du début de la renaissance de nos jardins, après leurs sommeils hivernaux. C’est l’époque des semis qui nous donneront, dans quelques mois, les délicieuses saveurs

a9.jpg
gustatives des légumes et les jolies couleurs florales qui égaieront et enchanteront par leurs parfums les beaux jours qui nous arrivent.
Au potager
Pour ceux qui n’ont pu le faire les mois passés, le sol durci par les froideurs de l’hiver mérite que l’on s’y attarde une dernière fois avant
 a10.jpg

d’entreprendre les semis et plantations. C’est le moment pour retourner la terre en y apportant les nutriments nécessaires. Engrais, fumure et compost seront donc les bienvenus aux jardins, attention tout de même à ne pas enrichir là où vous allez planter oignons et échalotes… ils en seraient brûlés. Il faut dire que mars est bien le mois où les jardiniers retrouvent leurs plaisirs de la terre… allez-y… semez à volonté, c’est maintenant que la plupart des légumes doivent être mis en terre. Semez sous châssis aubergines, chicorées, choux et tomates, poivrons, concombres et céleris. Tandis que vous pourrez disposer en pleine terre oignons et échalotes, pommes de terre et poireaux. N’oubliez pas les aromatiques qui savent parfumer d’un goût généreux nos plats préférés ou nos vinaigrettes, semez persil, basilic et thym, ciboulette et cerfeuille.Au verger
Mois du printemps où la sève s’apprête à faire repartir les arbres par la sortie des premiers bourgeons, c’est en mars qu’il faut finir de tailler les arbres à pépins comme les poiriers et les pommiers. Pour les autres fruitiers, comme le pêcher ou l’abricotier, vous devez leur apporter une protection anti-cloque. Mettez en terre les petits arbustes à fruits tels que les groseilliers ou framboisiers et déposez au pied de vos arbres tous les nutriments qu’ils auront besoin pour se développer et vous fournir de délicieux fruits.
a11.jpg

Au jardin d’ornement
En règle générale, mars est le mois où l’on peut semer la plupart des fleurs annuelles et vivaces, en prenant soins de le faire à l’abri des froids qui sévicent encore. Prudence… des gelées de dernières minutes peuvent survenir et mettre à mal votre travail ! Vous pouvez néanmois disposer directement en plaine terre les fleurs les plus rustiques, comme les nigelles, les pieds d’alouettes ou encore les pois de senteur. Tout comme au potager et au verger, vous devrez apporter les nutriments nécessaires et aérez la terre de vos massifs de fleurs. Semez impatientes, œillets, et reine-marguerite, plantez les bulbes de bégonia, dahlia, glaïeul et canna. N’oubliez pas de tailler vos rosiers.Plantes d’intérieur et de balcon
Les plantes d’intérieur sont toujours attentives aux soins que vous leur prodiguerez en cette période, c’est bien en ce mois printanier qu’elles se plaisent à pousser. Leurs générosités à vous offrir leur plus belles fleurs dans quelques mois, ne sera sans dire qu’elle proviennent des efforts que vous leur apporterez. Leur croissance demande donc de fertiliser leur terre, de les rempoter si elles se trouvent à l’étroit sans oublier de bien les arroser. N’hésitez pas également à les bouturer… quel plaisir de voir ces plantes se multiplier !Les arbres, arbustes et haies
Tout comme les arbres fruitiers à pépins que nous devons tailler, il en est de même pour nos arbustes à fleurs tel que les althéa, millepertuis et buddleias, qui par cette opération vous garantiront une meilleure floraison. La glycine demande tout autant d’attention pour vous fournir leurs somptueuses grappes florales. Pour ceux qui ne l’aurait pas fait au début de l’hiver, profitez du mois de mars pour tailler vos haies et grands arbres.

Publié dans JARDINAGE AUX FIL DU TEMPS | 2 Commentaires »

ANTHYLLIS vulnéraire

Posté par eurekasophie le 26 février 2009

anthyllis.jpg

Anthyllide vulnéraire, Triolet, Trèfle jaune des sables, Thé des Alpes, Patte de chat…
• Anglais : Woundwort, Lady’s-finger, Kidney-vetch

Présentation
Famille : Légumineuses (Papillonacées)
• Le nom de Vulnéraire lui viendrait du latin “vulnerarius” : “relatif aux blessures”. Parfois cultivée comme une plante fourragère, la Vulnéraire a autrefois été considérée comme médicinale dans les campagnes. C’est une vivace, à tige simple d’environ 50 centimètres de haut. Ses fleurs sont de couleur variable en fonction du biotope de la plante. Parfois rose saumon, jaunâtre ou jaune orangé, il en existe également des blanches et des carmin foncé. La corolle papilionacée possède un calice velu qui n’aide pas les insectes pour la pollinisation. Elles sont agglutinées en épis terminaux ou axillaires et soulignées de bractées vertes. Les feuilles sont assez diverses. Les basales sont à une seule longue foliole, les supérieures en possèdent de trois à neuf.

Habitat
• La Vulnéraire est présente un peu partout en Europe,Afrique du Nord, Amérique du Nord, dans les plaines et sur les monts, jusque ± 3.000 m. d’altitude.
• Elle supporte les sols rudes, de préférence calcaires, bien ensoleillés.

Cueillette
• En été, la Vulnéraire est souvent présente en nombre, tapissant de larges étendues de pelouses sèches. C’est une Légumineuse appréciée par le bétail.
- Vous récolterez la plante entière que vous ferez sécher à l’ombre sur claie, en couche mince.
• A titre médicinal, on récolte les capitules, sans les pédoncules et en bon état.
• La floraison à lieu de mai à août.

Phytothérapie
• Propriétés : astringente, dépurative, légèrement laxatif, vulnéraire…
• Constituants : flavonoïdes, mucilage, pigments, saponides, sucres, tanin…
• L’infusion (2 cuillères à café pour 1/4 de litre d’eau) stimule l’organisme et facilite les échanges cellulaires.

Anecdote
• Les fleurs de vulnéraire entrent dans la composition du «thé suisse» qui est un dépuratif.
• Mélangé à des feuilles de Fraisier, de Framboisier et de fleurs de Prunellier, l’Anthyllis était consommé comme un thé.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 3 Commentaires »

LES TRAVAUX AU JARDIN , page 2

Posté par eurekasophie le 31 janvier 2009

Ce qu’il faut faire en Février
Travaux au jardin
Par Sébastien Jacquot

Belle saison d’hiver où es-tu ? Si parfois nous grimaçons sur le froid que tu nous envoies Il faut dire cette fois que son absence nous laisse sans voix.

fevrier9.jpg
Mais ne nous inquiétons pas tant, l’hiver aura février pour se refaire. Laissons-nous dire que nos yeux auront le plaisir de voyager sur nos paysages majestueusements embellis de blanc. De givre ou de neige l’hiver ne pourrait être autrement.
Au potager
Février est le mois où il faut commencer à penser à l’organisation de notre jardin pour les prochains mois. Ainsi, vers la fin du mois, commencer à semer en
 fevrier10.jpg

pleine terre différents légumes tel que fèves et petits pois. Sous châssis ou serre froide semez poireaux et choux, laitues et céleris, qui vous donneront ces jeunes plants qui feront votre plaisir d’ici mars, avril. Sous abri chauffé vous pouvez commencer les semences de tomates et aubergines.

Au verger
Février est le mois ou vous devez tailler vos arbustes à petits fruits, Ainsi groseilliers, framboisiers, prendrons plaisir à être façonnés. Mais n’est-ce-pas là un plaisir bien plus apprécié par le jardinier ? Pour prévenir de la cloque sur vos arbres fruitiers c’est la période ou vous devez pulvériser un traitement. Tous les arbres à noyaux peuvent être traités. Février se révèle être également un excellent mois pour bouturer figuiers, actinidias, groseilliers…

fevrier11.jpg

Au jardin d’ornement
Vous pouvez ce mois-ci procéder à la plantation de plantes vivaces, mais toujours en période hors gel. Par exemple, mettez en terre Asters et Campanules ou encore Emmérocalles, Primevères et Ancolies. Il est vrai que de tailler les rosiers en cette période permet de gagner du temps par la suite. Mais seulement dans le cas où les jours qui suivent ne se montrent pas vigoureux en froid. Janvier n’ayant pas été un mois à l’hiver sévère, je préfère vous conseiller d’attendre le mois de mars.Plantes d’intérieur et de balcon
Février est le mois idéal pour offrir à vos plantes un peu plus d’aise. Si elles se sentent à l’étroit dans leur pot, il est temps de procéder à un rempotage. Continuer à arroser vos plantes sans leur apporter un excès d’eau qui pourrait leur être néfaste. Tentez le bouturage de vos Chrysanthèmes, Dahlias, Fushias et Géraniums, vous aurez de grandes chances d’avoir un résultat.Les arbres, arbustes et haies
Les arbres et arbustes qui vont fleurir en été doivent être taillés en février. Vous pouvez donc, sécateur en main, procéder au rajeunissement de vos Buddleias, Céanothes, Althéas et Pérovskias, ainsi que certaines variétés de Clématites. Il est encore tant de procéder à la plantation de vos arbres et arbustes, toujours en veillant à ce que ce soit en période hors gel.

Petit jardin – Le petit magazine du jardinage et des plantes – www.graines-et-plantes.comPage 2

Publié dans JARDINAGE AUX FIL DU TEMPS | Pas de Commentaires »

LES PETITES « DROGUES » MAISON

Posté par eurekasophie le 12 janvier 2009

murierronceenfleurs1.jpgglands2.jpgpissenlit.jpg

FAI   MAISON

FAIT framboisier.jpg NATURE

Les petites « drogues »  maison : ce sont des succédanés de thé, de café, de tabac à partir de plantes sauvages, récoltées et transformées par vos soins.

Des boissons astringentes et des herbes à fumer beaucoup moins dangereuses (mais parfaitement légales) que les excitants officiellement autorisés.

A essayer absolument si vous aimez les goûts et les parfums étranges …..

LES CAFES SAUVAGES

Il est intéressant d’avoir quelques réserves de succédanés champêtres, qui valent bien les mauvais mélanges de cafés trop chers parfois, qui au moins ne troubleront pas votre sommeil et que même les enfants pourront boire.

Le café-pissenlit

On utilise la racine de cette plante à tout faire. Prévoyez une petite pioche car elle est dure à arracher et assez ramifiée sous terre. Brossez et lavez bien, puis coupez en petites rondelles et faites griller au four une demi-heure environ, pour bien éliminer l’eau et torréfier la racine. Mettez à four doux et surveillez que votre « café » ne brûle pas, il deviendrait très amer. La racine doit acquérir une jolie couleur brun-doré. Ensuite broyez au moulin à café ou au mixer et utilisez comme du café. C’est un peu amer, mais pas mauvais du tout: Le café-pissenlit a un bon goût de café corsé bien qu’un peu clairet ( c’est beaucoup moins foncé que que le vrai café). En plus la racine du pissenlit a de nombreuses propriétés précieuses pour les hépatiques et stimule la digestion. On peut faire de la même façon une espèce de chicorée avec des racines de bardane.

ligne24balai.gifligne24balai.gifligne24balai.gif

 

Le café de glands doux

Attention ! n’utilisez que des glands doux et surtout pas les glands amers que l’on trouve sous les chênes un peu partout (et tout juste bons pour la volaille). Les chênes qui produisent les glands doux ne se trouvent que dans le sud et l’ouest de la France: chêne vert, chêne de castille, chêne ballote et chêne grec.

Faites sécher puis torréfier au four pendant une demi-heure à trois quarts d’heure, toujours sans faire brûler. Puis broyez et utilisez comme du café. Le café de glands doux est très bon avec du lait.

ligne24balai.gifligne24balai.gifligne24balai.gif

Les thés de campagne

C’est le tanin qui donne au thé que l’on consomme habituellement sa saveur astringente et un peu âpre. Pour obtenir de bons succédanés de thé, il faut donc choisir de préférence les plantes à tanin, auxquelles on mêlera quelques plantes aromatiques. On fait fermenter le tout et on obtient un mélange au parfum inégalable.

Les plantes à thé

- Les feuilles de cassis :toniques et rafraîchissantes, diurétiques et astringentes;

- Les feuilles de fraisiers et de framboisiers : délicieusement parfumées, légèrement calmantes et astringentes également;

- Les feuilles et fleurs d’origan (ou de marjolaine), le thé des dieux, fin et délicat, assez stimulant;

- Les feuilles de ronce, assez astringentes;

- La menthe poivrée, pas seule, mais en mélange, de même que les feuilles de sauge.

La préparation du thé

Lavez les feuilles, égouttez-les, séchez-les légèrement, puis entassez-les encore humides dans un linge propre. Empaquetez le tout en un ballot bien serré et laissez vos feuilles fermenter ainsi pendant 4 ou 5 jours dans un endroit chaud, jusqu’à ce qu’elles aient pris une teinte un peu brun-noir. Ensuite, faites sécher les feuilles fermentées pendant encore 4 jours environ, puis réduisez-les en morceaux et enfermez-les dans une boîte bien close, pour que le parfum ne s’échappe pas.

Utilisez ces thés de campagne à raison d’une pincée par tasse en moyenne.

Les bons mélanges

Certains parfums forment ensemble des mélanges de premier choix:

  • Menthe + fraisier+ ronce;

  • Cassis + sauge;

  • Origan + menthe + framboisier;

  • Menthe + cassis + gingembre + écorce d’orange séchée (idéal comme petit thé d’après-midi).

ligne24balai.gifligne24balai.gifligne24balai.gif

LE TABAC RUSTIQUE

Les fanas de la brune nationale détesteront. Mais les amateurs de cigarettes exotiques devraient aimer ces tabacs au goût de fruits cueillis dans le petit bois d’à-côté.

La recette est simple: vous faites sécher les feuilles récoltées pendant quelques jours jusqu’à ce qu’elles s’effritent sous les doigts. Vous les froissez légèrement en morceaux ou filaments. Puis vous vous en « roulez une « , vous pouvez utiliser une machine spéciale achetée au bureau de tabac.

Les herbes à fumer

Ne choisissez pas n’importe quelle plante qui peut être toxique. De toute façon, n’abusez pas non plus des herbes inoffensives et n’avalez pas la fumée, car les plantes aromatiques, aspirées à hautes doses peuvent exciter, ou au contraire provoquer l’abattement, voire entraîner une intoxication. Exactement comme le vrai tabac qui est d’ailleurs classé parmi les plantes toxiques……

On peut fumer:

  • Des feuilles de noyer: âcre, corsé, légèrement enivrant;
  • Des feuilles de fraisier: fin, doux, fruité;
  • Des feuilles de cassis : délicieux;
  • Des feuilles de menthe: le parfum est connu;
  • Des feuilles d’origan ou de marjolaine: parfumé et tonique;
  • Des feuiles d’eucalyptus: très bon quand on a la grippe ou le rhume.
  • Des fleurs de tilleul: doux et calmant.

 

Publié dans NOURRITURES SAUVAGES, PETITES " DROGUES " MAISON | 9 Commentaires »

LES TUYAUX DU JARDINIER

Posté par eurekasophie le 20 novembre 2008

jardin14.gif

Arbres et arbustes

 

                                                                                                                            jardin15.gif  

Taillez les arbustes ayant fleuri cet été, ainsi que les haies de thuyas et de chamaecyparis. Elaguez les grands arbres.

Plantez les arbres vendus racines nues.

S’il ne gèle pas, plantez les espèces à feuillages caduc dans les trous que vous avez pratiqués 3 semaines au préalable.                      jardin024.gif

Plantez le Mahonia « Charity », un petit arbuste portant des grappes de fleurs jaunes d’or de novembre à février.

Il est encore temps de planter du bambou s’il fait doux : leur développement racinaire se fait jusqu’à fin novembre.

Rosier

 

NE JAMAIS OUBLIER QUE….

L’on doit travailler avec un SECATEUR bien aiguisé, désinfecté en permanence (alcool à brûler) et correctement utilisé (lame tranchante vers le pied du rosier.)

rosierscoupes.jpg                                                                                              jardin012.gif      

 

- La coupe doit être nette au-dessus d’un œil situé du côté extérieur du rosier (la branche qui sera émise doit pousser vers l’extérieur du rosier et non le contraire).
1 – Coupe trop verticale
2 – trop près du bourgeon
3 – trop loin du bourgeon
4 – coupe déchiquetée : porte ouverte aux parasites
5 – coupe convenable

Il est indispensable de BIEN CONNAITRE le rosier que l’on taille :
Remontant ou non remontant ?…
Arbuste, buisson ou grimpant ?…
Port souple ou érigé ? etc.

Un peu de bon sens !!

Rabattez les rosiers buisson à 40 cm du sol. Les transplantations sont envisageables.
C’est le moment de choisir vos rosiers pour l’année prochaine! La
plantation des rosiers à racines nues s’opère de la mi-octobre à la mi-mars.

Préparez vos trous de plantation 2 semaines avant la mise en place. Attendez un jour favorable pour planter (temps doux, pas de pluie, peu de vent).

En région froide, protégez la base de vos rosiers avec un paillis épais.

Pelouse

Arrêtez les tontes. Ne laissez pas les feuilles mortes se décomposer sur place: ramassez-les, elles garniront le tas de compost.

Scarifiez la pelouse et recouvrez-la d’une couche de 5 cm de terreau.                                       jardin032.gif                              

Après scarification, l’épandage d’une fine couche de sable calcaire limite un peu la prolifération des mousses.

Pour un effet naturel, jetez à la main et plantez à l’endroit de leur chute les bulbes qui naturalisent (crocus, perce-neige, narcisses, fritillaires… mais également tulipes botaniques).

Fleurs

plantation d'un bulbePlantation des bulbes

Semis

De façon générale, pas vraiment le moment, sauf si vous disposez d’une serre.                              

Plantation

Vivaces et bisannuelles dans les massifs.

Le mois de novembre est encore favorable à la plantation des bulbes.                                                    jardinier29.gif

Il est encore temps de planter les vivaces très rustiques, s’il ne gèle pas.

C’est le moment de planter une clématite, une vigne vierge, un chèvrefeuille et les grimpantes rustiques à feuillage caduc.

Entretien

En climat doux, les touffes d’arums passent l’hiver sans problème; ailleurs, protégez-les avec un pailli bien aéré.

Vers la fin du mois, taillez les tiges des chrysanthèmes.

Rentrez les plantes sensibles au froid : laurier-rose, bougainvillée

Rentrez les derniers bulbes d’été : cannas, glaïeuls, dahlias ont besoin de repos.

Fenêtres et balcon

Plantez les arbustes en bacs, les rosiers miniatures et les petits bulbes en jardinières.

Surfacez les bacs avec un terreau pour plantes de balcon.

Si vous comptez les laisser dehors, protègez vos arbustes d’orangerie (laurier-rose, citronnier, oranger…) en mettant en place autour de leurs bacs les protections hivernales.

Ornez vos balcons avec des potées de chrysanthèmes, qui réussissent aussi bien pot que dans les massifs. Faites votre choix dans des variétés pas trop hautes : ces plantes touffues sont facilement renversées lors d’un coup de vent.

Fruits

framboisier en conteneurPlantez les petits fruits

Entretien

Par beau temps (voir ci-dessus), plantez les arbres fruitiers: novembre est un mois favorable. Mais rien ne presse: vous avez tout l’hiver pour cela.

Vous pouvez planter les arbustes à petits fruits, comme les groseillers, que vous taillerez à 5 yeux.

Pulvérisez de la bouillie bordelaise sur les arbres à noyaux et sur les arbres à pépins, dès la fin de la chute des feuilles.

Soignez vos arbres en supprimant les branches mortes, malades ou cassées. Elaguez également les branches improductives, en veillant à mastiquer les grosses coupes.

Evitez la propagation des maladies en détachant des arbres les fruits momifiés qui pourraient y rester accrochés.

Récolte

Châtaignes et poires tardives (Passe-Crassane…). Pour les nèfles, attendez les premières gelées

Légumes

Semis

Carottes précoces sous abri chauffé (serre), si vous en disposez.                                        

Dans les régions à hiver doux, semez les petits pois à grains ronds.

Récolte                                                                                                                                             jardinier7.gif

Mâche, oseille, pissenlit.

Avant les fortes gelées, récoltez les légumes-racines: betterave, carotte, céleri-rave…

Plantations

En sol léger et perméable, plantez l’ail blanc et l’ail violet.

Entretien

Nettoyer vos carrés de culture en supprimant tout ce qui est fâné ou gelé.

Plantes d’intérieur

fleur de zygocactus Zygocactus

Rapprochez-les des fenêtres pour leur donner plus de lumière. Veillez à ne pas trop les arroser, mais suffisamment quand même, notamment si vous vivez dans un appartemment bien chauffé (l’air sec est très préjudiciable).
C’est le moment de
forcer les bulbes, si vous souhaitez en profiter à Noël.

Pensez à aérer régulièrement, quand il ne fait pas trop froid au dehors.

Offrez-vous un cactus de noël : appelée aussi épiphyllum, le zygocactus est une plante grasse dont la floraison vous accompagnera tout l’hiver, à condition de ne pas le déplacer.

L’éclairage diminuant, nettoyez avec de l’eau additionnée de bière les larges feuilles des philodendrons, caoutchoucs et autres plantes à feuillage lisse pour améliorer la photosynthèse.

Si vous possédez des potées de primevères, placez-les dans un endroit frais, et offrez-leur de temps à autres une nuit sur un rebord de fenêtre, qui les ravivera.

Taillez votre hibiscus, auquel vous donnerez en outre un peu de repos en réduisant les arrosages.

Brumisez régulièrement le feuillage des plantes dès la remise en route du chauffage.

Stoppez les apports d’engrais.

Ne rentrez pas brutalement vos plantes de l’extérieur dans les pièces chauffées. Si vous le pouvez, faites un passage temporaire par la cave ou le garage. Dans tous les cas, pratiquez ce déplacement en journée, quand l’écart de température est moindre.

Multiplication

En cette période, les boutures reprennent facilement. Au verger, vous pouvez essayer le bouturage des arbustes à petits fruits (groseillers, framboisiers). Au jardin, bouturez les forsythias, seringat, weigélia et autres deutzia.
Pour avoir de bonnes ramifications, plantez les tiges de 15cm de profondeur.

Entretien, récolte

Amendez le sol avec compost et fumier.                                                                         

Pensez à arracher les glaïeuls.                                                                                                                     jardinier4.gif

Il est temps de remiser la pompe et le programmateur de votre système d’arrosage intégré. Essayez de vidanger quelque peu l’installation pour la protéger du gel.

Ramassez les feuilles mortes et versez-les sur le tas de compost.

Publié dans JARDINAGE AUX FIL DU TEMPS | 1 Commentaire »

COLIQUES NEPHRETIQUES

Posté par eurekasophie le 11 novembre 2008

Tous les diurétiques. Particulièrement: Aigremoine eupatoire. Alchémille. Amandier. Aubépine. Bardane. Bouleau. Bruyère. Cassis. Chiendent. Eglantier. Fraisier. Framboisier. Frêne. Genêt à balais. Groseillier. Maïs. Mauve. Pissenlit. Prunier et prunellier. Reine-des-prés. Ronce. Rose. Sarriette. Sauge.

Mon conseil: bain de siège de la composition suivante: une poignée de racines de chiendent, une poignée de barbes de maïs et une poignée de fleurs de mauve, pour 2 litres d’eau. (2 à 3 bains par jour.)

Ou encore: infusion d’aubier de tilleul et de verveine, à 2 pincées de chaque par bol d’eau. (2 à 3 tasses par jour.)

Publié dans "C*", MON HERBIER DE SANTE | Pas de Commentaires »

12
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant