Résultats de votre recherche

ATTENTION !

Posté par eurekasophie le 10 septembre 2010

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                        hebergeur d image

 

QUAND LES TIQUES ATTAQUENT

 

Les beaux jours sont là, et les envies de balades en nature sont bien légitimes…..

Attention aux tiques car c’est à partir de juin et jusqu’au mois d’octobre qu’elles vont sévir !

 

Saviez-vous que plus de 30 000 personnes sont piquées chaque années en France par des tiques ? 

Une piqûre à ne pas prendre à la légère, puisque si ces petits parasites, de la famille des acariens sont porteurs de la bactérie Borrelia Burgdorferi ( environ 20% des tiques en sont porteuses ), ils peuvent transmettre de nombreuses maladies comme la maladie de Lyme. La tique se fixe sur la peau et absorbe le sang de son hôte. En l’occurence, vous ou votre animal domestique.

microbe3.gif

alpha0639.gifOù les attrape-t-on ?

 

 Les tiques adorent les endroits chauds et humides…..On les retrouve dans les forêts, les sous-bois, dans les fougères, les buissons mais aussi dans les prairies où règnent les hautes herbes. Mais ne vous croyez pas à l’abri si vous restez en pleine ville car on en trouve également dans les jardins publics !

 

alpha0639.gifQuels sont les symptômes si on a été piqué ? 

 

Vous allez constater une région allergique ou une rougeur dans la zone piquée dans les heures qui vont suivre la piqûre. Vous pouvez aussi être atteint dans les trois mois qui suivent, de violents maux de tête, de fièvre, de courbatures et de fatigue inexpliquée.

 

alpha0639.gifC’est grave ?

 

Non si vous n’avez pas été piqué par une tique infectée. Le mieux est d’agir très vite après la piqûre. Si vous restez plusieurs semaines ou mois avec cette bestiole plantéedans votre chair c’est autre chose. Plus elle reste à votre contact, plus vous avez de risque de contracter une maladie susceptible de s’attaquer à votre système nerveux, cardiaque et à vos articulations.

 

 

Qu’est ce qu’on fait si on a été piqué ?alpha0639.gif

 

Commencez par retirer la tique avec une pince à épiler sans ajouter d’alcool ou d’éther. Saisissez le parasite au plus près de la peau et tirez d’un coup sec sans faire de torsion au risque de couper l’animal en deux et de laisser sa tête plantée dans votre peau. Si vous possédez un tire-tique, c’est encore plus simple. Désinfectez abondamment. Puis, direction le médecin pour vérifier que vous n’avez pas été piqué plusieurs fois à divers endroit du corps y compris dans la chevelure. Il pourra également repérer les bébés tiques dont la grosseur ne dépasse pas la tête d’une épingle. Par précaution surveillez votre comportement les jours qui suivent. Si les maux de tête et fièvre se déclarent, le médecin vous prescrira un traitement antibiotique d’urgence durant quelques semaines.

 

 

alpha0639.gifComment se protéger ?

 

Pensez avant votre promenade à bien choisir vos vêtements : exit les shorts portés en campagne, optez plutôt pour un pantalon long et bien couvrant. Même chose pour les tee-shirts toujours à manches longues. Préférez les vêtements clairs sur lesquels vous repérerez plus facilement les tiques qui se seraient hasardées sur vos jambes. Restez toujours sur les sentiers, évitez les siestes au bord des talus et recouvrez votre peau d’un répulsif. Il vous protégera durant quelques heures. N’hésitez pas à passer le reste de la famille au peigne fin dès votre retour de promenade. Examinez bien la région des aisselles, le derrière des genoux, l’intérieur des coudes. Bref tous les endroits où la peau est tendre et chaude. Les tiques en raffolent !

Publié dans INFO....SANTE | Pas de Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

CERFEUIL D’âne

Posté par eurekasophie le 21 novembre 2009

cerfeuildane2.jpg

 

ane2.gifCerfeuil d’âneane1.gif
 

( Anthriscus sylvestris , Chaerophyllum sylvestre )

( Ombellifères ou Apiacées )

Synonyme(s) : Cerfeuille sauvage, Anthrisque sauvage, Anthrisque des bois, Persil d’âne

Cette espèce est commune dans presque toute la France, en bordure des routes et des chemins, dans les prés, les haies et les bois clairs. Elle apprécie les sols frais et humides. La tige creuse, cannelée, porte des feuilles deux à trois fois complètement divisées. Les segments terminaux sont aigus et dentés. Les ombelles de cinq à quinze rayons n’ont pas d’involucre. Les involucelles sont composés de cinq à sept bractées réfléchies, larges et ciliées sur les bords. Les pétales sont entiers, parfois terminés par une petite pointe recourbée vers le haut, ou très légèrement échancrés. Les fruits étroits sont lisses et mesurent moins de dix millimètres. Anthriscus nitida (Wahlenb.) Hazlinsky est une espèce très voisine.

cerfeuil1.jpg

 

FEUILLAGE


forme alterne, limbe 2 à 3 fois penné, pubescent en-dessous, pétiole engainant partiellement la tige. Les feuilles ont l’apparence des fougères
couleur vert    

couleur blanches

période: du 05 au 08

fruits lisses, ovoîdes à oblongs (7 à 10 mm) à bec très court,
formés deux
akènes se séparant à maturité

parfum Non

 

Utilisations officinales : sa racine contient des substances abortives.

 

 

ane1.gifane3.gif

ane3.gifane2.gif

 

Publié dans "C**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaires »

…UN SAVOIR SUR LES VERTUES MEDICINALES DES PLANTES ……

Posté par eurekasophie le 3 septembre 2009

aubepin2.jpgpanoramix.jpg alkkenge.png

 

 

logoaromathrapie4.gif

Au cours des siècles, les anciens ont accumulé un véritable savoir sur les vertues médicinales des plantes. Tout le monde a entendu parler des remèdes de santé de nos grand-mères : ail, choux,… sous forme de cataplasme ou de décoction.

Mais il existe aussi une antique tradition de soins par les fleurs ; ceux-ci sont moins connus car ils nécessitent une manipulation et un dosage extrêmement précis. Je vous indique dans cet article d’une manière générale les effets thérapeutiques des fleurs sauvages en vous mettant particulièrement en garde contre une utilisation non avertie. Certaines de ces plantes peuvent être extrêmement dangereuses, même à des doses infinitésimales, aussi ne jouez pas à l’apprenti-sorcier !

lignebettyboop.gif

CIRCULATION DU SANG logophyto.jpg

Antihémorragiques – antihémorroïdales – antivariqueuses
Aigremoine, Bistorte (ou Serpentaire rouge), Bourse-à-pasteur, Marronnier d’Inde, Prêle, Consoude, Githago (vénéneux), Limaire, Millefeuille, Myrtille, Lamier blanc, Petit plantain, Salicaire, Pimprenelle.

Hipotensives (qui font baisser la tension artérielle).
Ail,
Alliaire, Bourse-à-pasteur, Fumeterre officinale, Chiendent, Citron, Olivier, Groseillier rouge, Gui.

Sédatives de l’activité cardiaque.
Aubépine, Genêt, Mélisse,
Lamier blanc, Valériane.

Stimulatrices et toniques cardiaques.
Aconit, Adonis,
Arnica, Digitale jaune, Digitale pourpre , Hellébore fétide, Fumeterre, Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Muguet, Rose de Noël.

APPAREIL DIGESTIF logophyto.jpg

Antispasmodiques et carminatives (contre les spasmes de l’estomac et de l’intestin, les flatulences gastriques et les gaz intestinaux).
Ail, Angélique sauvage, Belladone (vénéneuse), Camomille, Gentiane,
Pissenlit, Genévrier, Jusquiame (vénéneuse), Mélilot blanc, Thym Serpolet, Stramoine Métel (vénéneuse), Tanaisie, Thym, Valériane.

Antiulcéreuses (de l’estomac).
Chou,
Consoude, Chiendent, Grande Ortie, Lamier blanc, Thym Serpolet, Thym, Pensée sauvage.

Antiémétiques (qui arrêtent les vomissements).
Menthe, Primevère, Citronnier.

Astringentes (par voie interne, contre les diarrhées et les dysenteries).
Aigremoine, Alchémille vulgaire, Bïstorte (ou Serpentaire rouge), Bourse-à-pasteur, Capillaire, Marronnier d’Inde, Fraisier des bois, Citronnier, Myrtille, Airelle rouge, Nénuphar, Grande Ortie, Lamier blanc, Parnassia, Pervenche, Petit Plantain, Prunellier, Chêne rouvre, Eglantier, Ronce, Salicaria, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Pimprenelle, Busserole.

Bouche et dents.
Guimauve, Consoude, Iris d’Allemagne, Mauve,
Mauve Alcée, Menthe, Thym Serpolet, Thym, Ronce (ou Mûrier sauvage).

Cholérétiques et cholagogues (qui stimulent la sécrétion biliaire et en facilitent l’évacuation dans l’intestin).
Absinthe, Bourrache, Buis,
Chardon Roland, Eupatoire, Chélidoine, Petite Centaurée, Chicorée sauvage, Oignon, Cuscute, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fougère royale, Fumeterre, Chiendent, Menthe, Bugrane épineuse, Romarin, Sauge officinale, Sauge des près, Sauge visqueuse, Thym, Liseron des champs.

Digestives, stomachiques, stimulatrices de l’estomac.
Ail, Aigremoine, Angélique sauvage,
Arnica, Armoise vulgaire, Camomille, Chardon argenté, Petite Centaurée, Chicorée sauvage, Pissenlit, Achilée musquée, Grand-Taconnet, Génépi des Alpes, Gentiane, Genévrier, Laurier noble, Citronnier, Houblon, Menthe, Mille-feuille, Parnassia, Pervenche, Rhubarbe des moines, Romarin, Sauge, Sauge des près, Sauge visqueuse, Thym Serpolet, Tanaisie, Thym, Véronique officinale, Trèfle d’eau (ou Ményanthe), Verveine commune.

Laxatives.
Guimauve,
Chardon Roland, Eupatoire, Petite Centaurée, Alkékenge, Oignon, Cuscute, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fumeterre, Mauve, Pêcher, Rhubarbe des moines, Sureau noir, Pensée des Alpes, Pensée sauvage.

Purgatives.
Buis, Bryone (ou Vigne blanche) (dangereuse), Eupatoire, Chélidoine, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fusain (dangereux), Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Pêcher, Ricin (vénéneux), Sureau noir, Raisin d’Amérique, Baguenaudier, Liseron des champs.

Emétiques (qui provoquent les vomissements).
Bryone ou Vigne blanche (dangereuse),
Cyclamen, Fusain (dangereux), Narcisse, Saponaire officinale, Sceau-de-Salomon, Raisin d’Amérique, Varaire (ou Ellébore blanc) (vénéneux), Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

APPAREIL RESPIRATOIRE logophyto.jpg

Antiasthmatiques.
Ail,
Aigremoine, Angélique sauvage, Belladone, Aubépine, Chélidoine, Lierre terrestre, Ephédra (dangereux),Jusquiame (vénéneuse), Millepertuis perforé, Hysope, Mélisse, Menthe, Pin sylvestre, Polygala commun, Coquelicot, Romarin, Sauge officinale, Sauge des près, Sauge visqueuse, Bouillon-Blanc, Tussilage, Thym, Valériane.

Antiseptiques et balsamiques (qui désinfectent et calment les inflammations des voies respiratoires).
/

Expectorantes, Béchiques (qui favorisent l’expulsion des catarrhes bronchiques et calment la toux).
Bouleau,
Bruyère incarnate, Ephédra (dangereux), Achillée musquée, Génépi des Alpes, Genévrier, Millepertuis perforé, Hysope, Myrtille, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Thym, Angélique sauvage, Guimauve, Bourrache, Polygala faux-buis, Capillaire, Oignon, Consoude, Cresson, Lierre terrestre, Hysope, Mauve, Origan (ou Marjolaine sauvage), Coquelicot, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Polygala vulgaire, Pulmonaire, Pâquerette, Primevère, Saponaire officinale, Bouillon-blanc, Véronique officinale, Tussilage, Pensée des Alpes.

Pectorales (contre les affections de poitrine, c’est-à-dire des voies respiratoires).
Bourrache, Guimauve, Oignon,
Consoude, Cresson, Polypode (ou Réglisse des bois), Chiendent, Millepertuis perforé, Achillée musquée, Vipérine (ou Langue d’oie), Génépi des Alpes, Mauve, Pariétaire, Petit Plantain, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Sureau noir, Tussillage, Bouillon blanc, Pensée des Alpes, Anthyllide vulnéraire.

SYSTEME NERVEUX logophyto.jpg

Antispasmodiques (contre les spasmes, c’est-à-dire les contractions musculaires excessives et persistantes soit des muscles, soit des fibres contractiles internes).
Aconit napel, Anémone des Alpes (dangereuse), Angélique sauvage, Arnica, Aubépine, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Marronnier d’Inde, Fumeterre, Jusquiame (vénéneuse), Mélilot blanc, Mélisse, Menthe, Achillée millefeuille, Morelle noire, Sclarée, Narcisse, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Véronique officinale, Tussilage, Valériane, Gui.

Excitantes.
Ail, Angélique sauvage, Armoise vulgaire, Absinthe, Basilic, Cresson,
Genévrier, Laurier noble, Menthe, Berce, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Thym serpolet, Tanaisie, Thym.

Sédatives.
Aristoloche (dangereuse), Basilic,
Belladone, Aubépine, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Ellébore fétide (vénéneuse), Fumeterre, Jusquiame (vénéneuse), Houblon, Mélilot blanc, Morelle noire, Nénuphar, Coquelicot, Bouillon blanc, Valériane.

VICES DU SANG – APPAREIL GENITO-URINAIRE logophyto.jpg

Antidiabétiques.
Aigremoine, Bardane, Oignon, Cresson, Géranium sanguin, Genévrier, Myrtille, Olivier, Pervenche, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse.

Antilithiasiques (contre les calculs des reins et de la vessie).
Bruyère, Bugrane, Bugrane épineuse,
Chardon Roland, Alkékenge, Maïs, Millepertuis perforé, Hysope, Myrtille, Airelle rouge, Sureau noir.

Antirhumatismales.
Aconit (vénéneux), Ail, Alliaire, Aigremoine, Anémone des Alpes (dangereuse), Aristoloche (dangereuse), Bouleau, Buis, Bruyère, Colchique (vénéneux),
Digitale pourpre, Digitale jaune, Douce-Amère, Lierre terrestre, Prêle, Bruyère incarnate, Fraisier, Genévrier, Maïs, Citronnier, Myrtille, Bugrane épineuse, Grande Ortie, Primevère, Reine des prés, Groseillier rouge, Romarin, Saponaire officinale, Thym Serpolet, Verveine, Pensée sauvage.

Antiseptiques (qui désinfectent les voies urinaires).
Camomille,
Genévrier, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Ephédra (dangereux), Busserole, Bruyère, Sclarée, Hysope, Airelle rouge, Linaire, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Verge-d’Or.

Dépuratives.
Alliaire, Angélique sauvage, Bardane, Bruyère, Eupatoire, Chicorée sauvage, Corydale (dangereuse), Cresson, Cresson des prés, Douce-Amère, Pissenlit, Raisin d’Amérique, Fraisier, Fumeterre, Chiendent, Houblon, Bugrane épineuse, Lamier blanc, Pariétaire, Rhubarbe des moines, Groseillier rouge, Sureau noir, Saponaire officinale, Pensée sauvage.

Diurétiques (qui stimulent la fonction des reins).
Oseille, Alléluia, Ail,
Alliaire, Alchémille vulgaire, Aristoloche (dangereuse), Bardane, Basilic, Bouleau, Aubépine, Bourrache, Bryone (ou Vigne blanche) (dangereuse), Bruyère, Caille-Lait (ou Gaillet), Chardon Roland, Eupatoire, Chardon argenté, Chélidoine, Chicorée sauvage, Oignon, Prêle, Cresson. Cresson des prés, Cuscute, Pissenlit, Douce-Amère, Bruyère incarnate, Fougère royale, Bleuet, Fraisier, Géranium sanguin, Iris d’Allemagne, Geniévre, Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Chiendent, Maïs, Mélèze, Laurier noble, Citronnier, Pâquerette, Myrtille, Airelle rouge, Muguet, Olivier, Bugrane épineuse, Grande Ortie, Pariétaire, Parnassia, Epicéa (ou Pesse), Pi!oselle, Pervenche, Pêcher, Petit Plantain, Pin sylvestre, Prunellier, Rhubarbe des moines, Reine-des-Prés, Groseillier rouge, Eglantier, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Sureau noir, Saponaire officinale, Joubarbe, Busserole, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

Emménagogues (qui favorisent les règles et en augmentent le volume).
Armoise vulgaire, Aristoloche (dangereuse), Capillaire, Petite Centaurée, Fraxinelle, lmpératoire, Douce-Amère, Gentiane, Romarin, Sauge officinale,
Sauge des prés, Sauge visqueuse, Lamier blanc, Mélisse, Hysope, Séneçon Jacobée, Achillée millefeuille.

Sudorifiques (qui stimulent la transpiration).
Arnica (dangereuse), Bardane,
Bourrache, Buis, Corydole (dangereuse), Douce-Amère, Achillée musquée, Bruyère incarnate, Grand-Taconnet, Fumeterre, Genièvre, Githago (vénéneux), Génépi des Alpes, Impératoire, Hysope, Laurier noble, Origan (ou Marjolaine sauvage), Coquelicot, Pêcher, Reine-des-Prés, Sureau noir, Saponaire officinale, Véronique sauvage (ou Thé d’Europe), Tussilage, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

MALADIES DE LA PEAU logophyto.jpg

Astringentes (en applications externes).
Bouleau, Guimauve, Bruyère, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Petite Centaurée, Consoude, Cresson, Bruyère incarnate, Hysope, Mille-feuille,
Myrtille, Bugrane épineuse, Pariétaire, Pervenche, Petit Plantain, Chêne rouvre, Salicaire, Sauge, Thym Serpolet, Thym.

Cicatrisantes.
Bardane, Basilic, Bugle, Chou,
Consoude, Grand-Taconnet, Géranium sanguin, Mille-feuille, Pariétaire, Petit Plantain, Romarin, Salicaire, Thym, Bouillon blanc, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Vulnéraire.

Rubéfiantes, révulsives.
Anémone des Alpes, Ail,
Alliaire, Arnica, Bryone, Chélidoine, Oignon, Genièvre, Laurier noble, Mélèze, Narcisse, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Sabine.

MALADIES DES YEUX logophyto.jpg

Collyres.
Guimauve, Camomille,
Bleuet des champs, Linaire, Mauve, Mélilot blanc, Petit Plantain.

PARASITES INTESTINAUX logophyto.jpg

Ail, Alliaire, Armoise, Absinthe, Camomille, Fraxinelle, Tanaisie, Thym.

                                                                                                                                                                       

D’après A. Poletti, « Fleurs et plantes médicinales », Delachaux & Niestlé 1982

Publié dans CLASSEMENT PAR INDICATIONS THERAPEUTIQUES, MON HERBIER DE SANTE | 6 Commentaires »

POLYPODE

Posté par eurekasophie le 19 juillet 2009

phytotherapieplantesmedicinales2.jpgpolypode.jpgphytotherapieplantesmedicinales2.jpg 

Polypode

Fiche technique du Polypode

Nom latin : Polypodium vulgare

Noms usuels : Polypode du chêne, Fougère douce, Fougère réglisse, Réglisse des bois, Tripe de roche


Famille :
Polypodiacées

Le Polypode est une plante vivace qui peut mesurer jusqu’à 50 cm de haut. Il est connu pour ses vertus médicinales depuis l’Antiquité et celles-ci ne se sont pas démenties à notre époque.

Il s’agit d’une fougère qui est courante dans les régions tempérées et on peut la rencontrer assez facilement. Le Polypode est constitué de tanin, de sels minéraux, de mucilage, de lipides, d’huile essentielle, de sucre.  En phytothérapie, la partie utilisée est le rhizome qui doit être récolté au printemps et à la fin de l’été. On le trouve en Europe jusqu’à 2000 m d’altitude.

Propriétés et utilisations du Polypode

PROPRIÉTÉS DU POLYPODE

Expectorant, laxatif doux, vermifuge, cholagogue, diurétique.

UTILISATIONS DU POLYPODE

Constipation, parasites, bronchite, toux.

AROMATHÉRAPIE

Consultez votre pharmacien ou votre médecin pour toute médication

PHYTOTHÉRAPIE

Consultez votre pharmacien ou votre médecin pour toute médication

polypode2.jpgpotpharmacie004.jpg

Publié dans "P**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

GINKGO

Posté par eurekasophie le 11 juillet 2009

ginkgobiloba0.jpgginkgo.png

 

Famille unique des Ginkgoacées

Étymologie : du japonais Gin Yyo, dérivé du chinois Ya Tchio, « patte de canard » (forme de sa feuille), ou peut-être du mot chinois yin kuo, « fruit d’argent » (fruit clair). Biloba évoque la forme « à deux lobes » de la feuille. Il a été surnommé  »
arbre aux 40 écus », car un plant fut acheté pour 40 écus, en 1788, somme importante pour l’époque, par un botaniste de Montpellier, M. de Pétigny, à un botaniste anglais.
Origine : Chine. Le Ginkgo est le plus vieil arbre reconnu : il existe depuis 200 millions d’années (on dit qu’il est un « fossile vivant », unique témoin d’une époque très éloignée). Inconnu du monde occidental, il fut «  découvert  » au Japon, vers 1700, par Engelbert Kaempfer, médecin de la Compagnie des Indes néerlandaises. Planté pour la première fois en Europe à Utrecht en 1730, puis à Kew Gardens, en 1754.

Taille maximale : 40 m.
Croissance : rapide.
Durée de vie : 1000 ans.
Port pyramidal. Ses branches au feuillage peu dense partent du tronc à angle droit.
Écorce fissurée. GINKGO  dans
Sa feuille est primitive, sans nervure centrale, en forme d’éventail («  patte de canard  »). Elle jaunit à l’automne. dans Mon repertoire des plantes les moins usitees
Sa reproduction est également primitive. Le Ginkgo fait partie de la classe des gymnospermes, comme les conifères, apparus les premiers sur terre : la graine n’est pas protégée par un ovaire. Mais chez le Ginkgo, l’ovule nu grossit préalablement, pour atteindre une forme de boule (qu’on pourrait prendre pour un fruit). Les spermatozoïdes venant de pieds distincts (espèces dioïque) sont transportés par un liquide pollinique vers l’oosphère ce qui rappelle la pollinisation archaïque de la fougère. La plantule se développe immédiatement après la germination, sans passer par le stade de la graine.

Utilisations : le Ginkgo, qui a su traverser les siècles, résiste bien à la pollution. Aussi est-il planté en ville, mais les ovules à maturité dégagent une odeur particulièrement nauséabonde s’ils pourrissent au sol : on évite de planter des arbres femelles. Le fruit contient une amande qui est comestible grillée (d’où le nom chinois). La médecine chinoise a repéré depuis longtemps un extrait des feuilles stimulant pour la circulation artérielle et les poumons, et efficace contre l’asthme. En Extrême-Orient, le Ginkgo est un arbre sacré, planté près des pagodes.

Ginkgo biloba – 120 gélules

Amélioration de la circulation du sang, de la fonctionnalité cérébrale, amélioration de la mémoire, puissant anti-oxydants, dysfonction sexuelle ( masculine et féminine ).

Noms communs : Ginkgo, arbre aux 40 écus.
Nom botanique : Ginkgo biloba, famille des ginkgoacées.
Autres noms : Noms anglais : Ginkgo, Maidenhair Tree. – Noms chinois : Bai Guo Ye, Ginkyo, Yin-Kuo, Yinhsing.

 

 

Partie utilisée : les feuilles.

 

 

Les propriétés et capacités du ginkgo biloba sont vaso-dilatatrices ce qui permet de traiter les problèmes de mémoire, la sénilité, les problèmes de peau, et aussi les hémorroïdes, varices, jambes lourdes.
Le ginkgo biloba permet aux personnes atteintes du Syndrome de Raynaud de
mieux supporter le froid.
Il est riche en flavonoïdes (Biflavones : ginkgolides et bilobalide), un
puissant antioxydant ( comme la myrtille ), agissant sur la capacité cognitive, la circulation, la guérison des maladies cardio-vasculaires.

    • Amélioration de la circulation du sang et de la fonctionnalité cérébrale :

    • L’extrait de feuilles de ginkgo améliore la circulation sanguine grâce à un effet régulateur sur la dilatation et la contraction (vaso-dilatateur), de la circulation veineuse des vaisseaux sanguins, c’est un ensemble de substances actives (quercétine, bilobalides, ginkgolides) qui réduit la viscosité du sang et protège les cellules nerveuses grâce à leurs effets antioxydants, et donc les troubles de la circulation cérébrale. Aussi il va être d’une aide précieuse du fait de sa capacité vasodilatatrice pour les varices, hémorroïdes et jambes lourdes.
    • Le Ginkgo Biloba améliore l’insuffisance circulatoire cérébrale, en augmentant le flux du sang au cerveau ce qui réduit les troubles de la mémoire, de l’attention, de la concentration, les confusions, la dépression, l’anxiété, les étourdissements, les acouphènes (bourdonnements d’oreille), prévient du mal des montagnes et maux de tête en augmentant les facultés cognitives à court terme. Dans de nombreuses thérapies le ginkgo biloba est utilisé dans le stade précoce de la maladie d’Alzheimer, pour réduire et ralentir la progression de la démence sénile.

      Anti-oxydant puissant

    • Anti-oxydant puissant, le ginkgo biloba protège le cerveau en contrôlant l’action délétère des radicaux libres due au vieillissement. Il favorise la capture des radicaux libres au niveau cérébral et rétinien. Ainsi ils ralentissent le vieillissement de la rétine et contribuent à diminuer les troubles liés à la sénescence.

      Dysfonction sexuelle masculine et féminine.

    • Chez l’ hommes souffrant d’une dysfonction érectile causée par un trouble ou une mauvaise circulation sanguine, le Ginkgo biloba améliore, rétablit la fonction et les performances sexuelles. Chez la femme et l’homme il traite la dysfonction sexuelle causée par les antidépresseurs (baisse du désir, difficultés d’érection, difficultés à parvenir à l’orgasme). L’extrait de ginkgo biloba peut corriger ce problème.
    • Le Ginkgo biloba stimule les fonctions sexuelles, le désir sexuel, il est largement connu pour ses propriétés aphrodisiaques.

    • Présentation : Boîte de 120 gélules de 275 mg.
    • Informations nutritionnelles Composition pour 5 gélules :· Extrait de feuilles de ginkgo 1000 mg

    • Composition : extrait de ginkgo biloba 200 mg, gélule 75 mg.

    • Conseils d’utilisation : Prendre 4 à 5 gélules par jour avant les repas avec un grand verre d’eau.
      La durée:
      Le ginkgo peut être pris en cure de 3 à 6 mois renouvelables, en fonction des troubles à traiter et de leur importance.
      Il faut consommer du ginkgo de façon très régulière pour de bon résultats.
       

    • Utilisées pour : la circulation du sang, la fonctionnalité cérébrale, l’amélioration de la mémoire, pour se préserver naturellement des radicaux libres(antioxydants), améliore la réactivité cérébrale, réduire les symptômes et ralentir la progression de la démence sénile et de la maladie d’Alzheimer (stade précoce), réduire les troubles de la circulation cérébrale, améliorer les fonctions cognitives après 50 ans, prévenir le mal des montagnes, traiter les vertiges, traiter les acouphènes, traiter les maux de tête d’origine vasculaire, dysfonction sexuelle, stimuler les fonctions sexuelles, dysfonction érectile, performances sexuelles, ces propriétés aphrodisiaques.
    • Précaution : Le ginkgo fluidifie le sang, ne pas en prendre en cas d’hémophilie. Les femmes enceintes avant leur accouchement et les personnes qui s’apprêtent à subir une intervention chirurgicale devraient éviter d’en prendre.

ginkgoenautomne.jpg       Très beau ginkgo en automne potpharmacie.jpg

 

Publié dans "G**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 9 Commentaires »

LES BAINS

Posté par eurekasophie le 1 juillet 2009

bain1.gif                                                                                                                                        bain3.gif

 

 

decobain.gifAVERTISSEMENTdecobain.gif
Les préparations de plantes médicinales de ce site sont données pour information, en cas de doute consultez votre médecin.

flurlines.gif

Un bain se prépare en deux temps : tout d’abord, l’infusion ou la décoction concentrée de la plante dans 3 ou 4 litres d’eau, puis le tamisage de cette préparation, qui sera versée dans le bain au moment de l’emploi. Pour un bain complet d’adulte, 500 g de plantes sont nécessaires, 250 g pour un grand enfant.

 

flurlines.gif

 

Bain sédatif

 


Infusion de fleurs d’aubépine, de fleurs de grande camomille, de feuilles de cognassier, de feuilles de mauve, de feuilles de mélisse, de feuilles de noyer, de sarriette vivace en fleur, de fleurs de tilleul, de plante entière de valériane.

 

flurlines.gif

 

Bain révulsif

 


500 g pour un bain général ou 150 g pour un bain local de farine de graines de moutarde délayée dans l’eau froide ; à ajouter au bain.

 

flurlines.gif

 

Bain rééquilibrant nerveux

 


Infusion d’angélique, 200 g de plante entière pour un bain de 5 mn Infusion de fleurs et de feuilles de myrte, excellent après un grand ébranlement nerveux, une chute, un accident.

 

flurlines.gif

 

Bain stimulant tonique

 


Infusion de plante entière : de lavande, de menthe, de romarin, de sauge, de serpolet

 

Bain mélangé: lavande, 185 g, menthe, 125 g, romarin, 185 g, serpolet, 125 g.

 

flurlines.gif

 

decobain.gifBain d’hiver, antibronchitedecobain.gif

 

 

 

Infusion : de feuilles d’eucalyptus, de bourgeons de pin sylvestre, de bourgeons de sapin, de plante entière de thym.

 

flurlines.gif

 

Bain anticellulitique

 


Décoction de feuilles de lierre grimpant fraîches : bouillir doucement à couvert dans 3 litres d’eau pendant 2 h, passer, verser dans le bain.

 

flurlines.gif

 

Bain tonique musculaire

 


Décoction de bruyère, plante entière.

 

flurlines.gif

 

Bain antirhumastismal

 


Bain complet de décoction de rhizome de fougère mâle ; ou bain local en cas de goutte.
Bain complet composé de majolaine, 150 g, serpolet, 150 g, sauge, 150g.

 

flurlines.gif

 

Bain antirachitique et fortifiant

 


Infusion de fleurs de grande camomille
Infusion de majolaine, plante entière.
Décoction d’écorce de chêne
Décoction de laminaires
Décoction de varech vésiculeux.

 

flurlines.gif

 

Bain tonifiant pour la circulation

 


Bain complet d’achillée millefeuille, décoction concentrée de sommités fleuries, 50 g pour 1 litre d’eau, faire bouillir 10 mn, filtrer.
Bain complet de marronnier d’Inde, décoction d’écorce.
Bain de pieds, de feuilles de vigne rouge.

 

flurlines.gif

 

decobain.gifBain amaigrissantdecobain.gif

 


Bain complet de décoction de varech vésiculeux, auquel on ajoute 1 kg de sel marin Bain de saule blanc et de reine-des-prés mélangés.

 

flurlines.gif

 

Bain pour la peau

 


Tonifiant :
Infusion de sommités fleuries et de feuilles de millepertuis.

 

Antiacnéique :
Infusion de sauge.

 

Antiséborrhéique:
Bain de citron, 1,5 kg de fruits hachés pour 2 litres d’eau bouillante à verser dans l’eau du bain.

 

Assouplissant, adoucissant :
Bain : d’avoine, de blé, de son, 2 kg dans 1 sachet de mousseline.

 

Bain complet ou de pieds. Déodorant :
Décoction d’écorce de chêne Infusion : de lavande, de feuilles de noyer, de prêle des champs, de romarin, de sauge, de thym.

 

Antisudoral :
Infusion mélangée de prêle des champs et de sauge.

lignesalledebain.gifbain2.gif lignesalledebain.gif

Publié dans "B*", MON HERBIER DE SANTE | 4 Commentaires »

DANS VOTRE TASSE…………….

Posté par eurekasophie le 31 mai 2009

 

 

CONTRE LA CONSTIPATION

 

humour3.gif GGrrrrrrrrrrrrrrrrrr ! Unblog m’a lâchée pendant que j’écrivais cet article…Faut que je le retape . pppfffff

 

vache3.jpg

 

humour05.gif

 

Ok , d’accord . C’est pas d’un haut niveau mais bon…hum hum…

 

 

Aller c’est parti………………………………………………………………emoticonequilvelepouce.gif

 Trouble couramment répandu, la constipation semble être pour certains un véritable fléau. ( Tu m’étonnes…!)

Elle est due a un mauvais fonctionnement de la motricité des voies intestinales. Les causes sont multiples: insuffisance hépatique, alimentation trop riche en viandes ou en produits laitiers, sédentarité……Les tisanes vous aideront, mais les cures ne doivent pas dépasser une dizaine de jours au maximum pour les plantes les plus douces et quelques jours pour les plantes les plus drastiques. Il faudra agir sur votre équilibre alimentaire et prendre de nouvelles habitudes comme celle de consommer un verre d’eau le matin au réveil, ou un verre de jus de tomate, ou bien une cuillerée à café d’huile d’olive au petit déjeuner, ou encore l’eau dans laquelle vous avez laissé macérer pendant la nuit quelques figues sèches ou quelques pruneaux. Consommez des fruits frais chaque jour et des légumes verts, évitez l’excès de féculents, buvez en quantité suffisante et surtout, bougez.

 

 

LA CHICORÉE SAUVAGE 

 

 Cichorium intybus

 

chicore2.jpgsituveuxunconseil.bmp

Le long des fossés, dans les prés, la chicorée est une plante commune que l’on reconnaît à ses fleurs en languette d’un bleu soutenu, unique et caractéristique, à ses feuilles semblables à celles du pissenlit et à sa tige longue et frêle. Déjà utilisée 1 600 ans av. J.C., elle n’a cessé depuis de déployer ses vertus thérapeutiques. Dioscoride, Pline et Sainte Hildegarde l’employaient pour ses effets digestifs. Prise en début de repas, elle aide à l’évacuation du bol alimentaire et se montre déconstipante.C’est un laxatif doux.

 

phytotherapieplantesmedicinales2.jpg

decopunaise.gif Infusion n°1 : dans 1 litre d’eau bouillante, laissez infuser 15 g de feuilles sèches pendant 15 minutes. Filtrez, sucrez et buvez une tasse le matin à jeun et les autres tasses en début de repas.

decopunaise.gif Infusion n°2 : dans une tasse d’eau bouillante, versez une cuillerée à café de racine, couvrez et laissez infuser 10 à 20 minutes. Prenez une tasse après chaque repas.

decopunaise.gif Décoction n°1 : faites bouillir  dans 1 litre d’eau 10 à 15 g de racine de chicorée pendant une quinzaine de minutes. Filtre, et buvez un verre le matin à jeun.

decopunaise.gif Décoction n°2 : dans 750 ml d’eau froide, ajoutez 3 cuillerées à café de réglisse. Portez à ébullition pendant 10 minutes, filtrez, sucrez et buvez une tasse après chaque repas.

decopunaise.gif  Sirop : prenez de la plante fraîche, feuilles et racine. Exprimez le tout jusqu’à l’obtention d’un demi-litre de jus. Ajoutez 500 g de sucre, mettez à feu doux sans laisser bouillir. Lorsque le liquide a la consistance d’un sirop, arrêtez tout, laissez refroidir et conservez le sirop dans un flacon en verre opaque. Prenez 2 à 4 cuillerées à café le matin à jeun. Recommandé pour les enfants.

Si vous constatez des brûlures d’estomac lors de l’ingestion de tisanes ou de décoctions, ajoutez à ces deux préparations une cuillerée à café de racine de guimauve.

 

 LE LISERON 

 

Convolvulus sepium

 

liseron.jpg                                                                                      phytotherapieplantesmedicinales2.jpg

Ah ! ce fameux liseron qui n’arrête pas de nous envahir, rendant fous les jardiniers qui ne cessent d’essayer de l’exterminer. Ses tiges longues et sarmenteuses s’attachent à tout ce qui se présente à elles, grimpant à n’en plus finir à l’aide de leurs vrilles. Pourtant, si on a la patience de laisser ses fleurs s’épanouir, le liseron, c’est vrai, possède de jolies corolles blanches en forme de clochettes. Alors, au lieu de nous acharner sur cette herbe avec désespoir, récoltons ses racines et ses feuilles. Dioscoride l’utilisait à des fins purgatives et les siècles confirmèrent cet usage. C’est une matière résineuse présente dans la plante qui provoquerait cette action. A utiliser surtout si la constipation a pour origine une insuffisance hépatique. 

decopunaise.gif Infusion purgative puissante : Versez un quart de litre d’eau bouillante sur 15 g de racines séchées. Laissez infuser jusqu’à complet refroidissement. Filtrez et buvez un verre le matin à jeun. Cette tisane doit être prise occasionnellement et ne doit pas constituer un traitement à long terme.

decopunaise.gif Infusion laxative plus douce: dans un quart de litre d’eau bouillante, versez une cuillerée à soupe de feuilles de liseron, patientez une dizaine de minutes et buvez une tasse de cette tisane le matin avant toute autre prise d’aliment.

 

LE PLANTAIN PSYLLIUM 

 

Plantago psyllium

 

 

plantain1.jpg                                                                            phytotherapieplantesmedicinales2.jpg

 Appelé aussi l’herbe aux puces ou pucilaire, ce plantain possède des graines dont la forme évoque celle des puces. Doucement laxatif, il est conseillé aux personnes à l’intestin fragile.

decopunaise.gif Macération: laissez tremper 2 cuillerées à café de semences dans un petit peu d’eau pendant 15 minutes et avalez plusieurs fois dans la journée.

 

 

LE POLYPODE

 

Polypodium vulgare

 

polypodiumvulgare.jpgphytotherapieplantesmedicinales2.jpg

 

 

Fougère des lieux ombragés, elle est commune en Europe et en France. On l’appelle aussi fougère réglisse ou polypode de chêne. C’est un rhizome aromatique que l’on récolte en été qui possède des propriétés thérapeutiques grâce à deux de ses constituants, une huile, la glycyrrhizine (ouhhhh j’ai fais gaffe à l’orthographe ) et une saponide, la polypodine. Prescrite surtout dans le cas d’insuffisance hépatique, elle vient à l’aide des constipations chroniques. Elle peut également être utilisée comme laxatif pour les enfants (en diminuant les doses évidemment , à voir dans « recommandations »).

decopunaise.gif Décoction : dans 1/2 litre d’eau froide, ajoutez 20 g de rhizome séché, une pincée de réglisse et portez à ébullition. Lors des premiers bouillons, baissez votre gaz et laissez reposer une dizaine de minutes. Filtrez, sucrez avec du miel et buvez un  verre le matin à jeun et le reste au goûter.

decopunaise.gif Décoction n°2 : dans 1 litre d’eau bouillante, versez 50 g de racine sèche de polypode avec un brin de fenouil et laissez mijoter 15 minutes. Filtrez, sucrez et buvez une tasse le matin à jeun.

 

RECOMMANDATIONS

 

  Les dosages sont prévus pour des adultes ou enfants de plus de 12 ans. De 7 à 12 ans, divisez les doses par 2, et pour les enfants de moins de 7 ans, par 4. Pas de tisanes pour les moins d’un an sans prescription médicale.

♣  Les femmes enceintes doivent faire preuve de prudence, surtout dans les 3 premiers mois. Il vaut mieux consulter un médecin.

  Ne jamais dépasser les doses prescrites, ni la durée d’une cure de 10 jours ( certaines plantes doivent être prises sur un temps très court).

♣  Si vous prenez un traitement médicamenteux, demandez conseil à votre médecin (risque d’interaction).

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaires »

TOUT EN VERT: TEST POUR LES AMATEURS

Posté par eurekasophie le 26 mai 2009

 

 

 

jeux.jpg

 

 

 

 

 

test.jpg

 

 

Testez vos connaissances…

 

Question n°1 : 

Parmi ces trois choix, lequel caractérise la cellule végétale par rapport à la cellule animale ?

  TOUT EN VERT: TEST POUR LES AMATEURS  dans TESTS EN TOUT GENRE cellule elle ne possède pas de noyau 

elle est entourée d’une paroi relativement épaisse et rigide

elle possède un nombre plus faible de mitochondries

Question n°2 :

Parmi ces plantes, laquelle n’est pas une ombellifère ?

  millefeuille dans TESTS EN TOUT GENRE   carotte_sauvage   angelique  
 

le millefeuille

 

la carotte sauvage

 

l’angélique

 

Question n°3 :

Quelle autre couleur peut prendre le compagnon ?

  compagnon_blanc le bleu 

le rouge

le jaune

Question n°4 :

Quel est le nom moderne actuellement donné aux papillonacées ?

  gesse_des_montagnes les Fabacées 

les Apiacées

les Gallinacées

Question n°5 :

Quelle plante fleurit toute l’année, même en hiver ?

  imagevide le pissenlit 

la pâquerette

le lierre

Question n°6 :

Dans l’histoire de la terre, les graminées …

  imagevide sont les premiers végétaux apparus. 

sont les derniers végétaux apparus.

apparaissent en même temps que les fougères.

Question n°7 :

Comment se reproduit l’arum tacheté ?

  photo_arum_maculatum grâce aux moucherons 

grâce aux araignées

grâce au vent

Question n°8 :

Comment s’appelle l’ensemble des sépales ?

  imagevide le calice 

le bol

le récipient (ou la coupe)

Question n°9 :

Le fraisier a des tiges rampantes qui lui permettent de se développer. Ce sont…

  fraisier des rampants 

des lianes

des stolons

Question n°10 :

Autrefois, on utilisait la fibre des orties pour faire…

  ortie des fouets 

des tissus

de la liqueur

 

 

Publié dans TESTS EN TOUT GENRE | 2 Commentaires »

RESULTAT DU TEST « AMATEUR »

Posté par eurekasophie le 26 mai 2009

Vous avez répondu bien à 10 questions sur 10

Bravo ! Vous connaissez déjà beaucoup de choses…

Regardons ensemble les réponses :

Question n°1 :

Parmi ces trois choix, lequel caractérise la cellule végétale par rapport à la cellule animale ?


RESULTAT DU TEST elle ne possède pas de noyau 

elle est entourée d’une paroi relativement épaisse et rigide

elle possède un nombre plus faible de mitochondries

Vous avez répondu : elle est entourée d’une paroi relativement épaisse et rigide

Ce qui est vrai : c’est une paroi pecto-cellulosique ou lignifiée qui confère à la plante sa tenue.

Question n°2 :

Parmi ces plantes, laquelle n’est pas une ombellifère ?


millefeuille dans TESTS EN TOUT GENRE
carotte_sauvage
angelique

le millefeuille


la carotte sauvage


l’angélique


Vous avez répondu : le millefeuille

Ce qui est vrai : le millefeuille (ou achillée millefeuille) est une Composée (ou Astéracée).

Question n°3 :

Quelle autre couleur peut prendre le compagnon ?


compagnon_blanc le bleu 

le rouge

le jaune

Vous avez répondu : le rouge

Ce qui est vrai : il existe le compagnon blanc et le compagnon rouge.

Question n°4 :

Quel est le nom moderne actuellement donné aux papillonacées ?


gesse_des_montagnes les Fabacées 

les Apiacées

les Gallinacées

Vous avez répondu : les Fabacées

Ce qui est vrai :

Question n°5 :

Quelle plante fleurit toute l’année, même en hiver ?


imagevide le pissenlit 

la pâquerette

le lierre

Vous avez répondu : la pâquerette

Ce qui est vrai : bien que son nom vienne de ‘Pâques’, période où la floraison est la plus abondante.

Question n°6 :

Dans l’histoire de la terre, les graminées …


imagevide sont les premiers végétaux apparus. 

sont les derniers végétaux apparus.

apparaissent en même temps que les fougères.

Vous avez répondu : sont les derniers végétaux apparus.

Ce qui est vrai : ils sont apparus en même temps que les mamifères. En effet, ils supportent très bien le piétinement ainsi que la coupe périodique.

Question n°7 :

Comment se reproduit l’arum tacheté ?


photo_arum_maculatum grâce aux moucherons 

grâce aux araignées

grâce au vent

Vous avez répondu : grâce aux moucherons

Ce qui est vrai : les moucherons se font emprisonner puis libérer.

Question n°8 :

Comment s’appelle l’ensemble des sépales ?


imagevide le calice 

le bol

le récipient (ou la coupe)

Vous avez répondu : le calice

Ce qui est vrai :

Question n°9 :

Le fraisier a des tiges rampantes qui lui permettent de se développer. Ce sont…


fraisier des rampants 

des lianes

des stolons

Vous avez répondu : des stolons

Ce qui est vrai :

Question n°10 :

Autrefois, on utilisait la fibre des orties pour faire…


ortie des fouets 

des tissus

de la liqueur

Vous avez répondu : des tissus

Ce qui est vrai : étonnant non ?

 

betty005bravo.gif

Publié dans TESTS EN TOUT GENRE | Pas de Commentaires »

SCOLOPENDRE ….OUI MAIS LAQUELLE ?

Posté par eurekasophie le 6 mai 2009

Tout d’abord, rectifions une faute couramment commise : on ne dit pas pas « UN » scolopendre, mais « UNE » scolopendre. Eh oui, ce charmant myriapode est du genre féminin… Même les grands auteurs s’y sont trompé :

« Il prit enfin la parole en ces termes : « le scolopendre ne manque pas d’ennemis ; la beauté fantastique de ses pattes innombrables, au lieu de lui attirer la sympathie des animaux, n’est, peut-être, pour eux, que le puissant stimulant d’une jalouse irritation. » ( Les Chants de Maldoror – Chant IV )

Le Littré nous en donne cette définition :

« s.f. Terme d’entomologie. Genre des mille-pieds qui forment à présent une classe séparée de celle des insectes. La scolopendre mordante, qui habite la France méridionale, a parfois 8 centimètres de longueur ; certaines espèces de l’Inde atteignent 20 à 25 centimètres, Legoarant . » ( Littré )

La scolopendre qu’on rencontre à Mayotte mesure couramment plus de vingt centimètres et représente la seule « menace » du monde animal. Menace plus psychologique que sanitaire, d’ailleurs. Si sa morsure est très douloureuse, elle n’est absolument pas mortelle. En revanche, son aspect et son agilité la rende particulièrement repoussante, et le mot est faible!

scolopendre3.jpg druide.gif    Je ne sais pas ce que vous pensez de tout ça vous qui êtes derrière votre écran….mais moi j’ai l’impression  que cette Sophie perd un peu la tête….hi hi! Mettre une de ces bestioles dans mon chaudron !!! hi hi!!!  C’est pour ça qu’il n’y a jamais eu de femme druide. Qu’est-ce-que vous croyez, on ne s’improvise pas guérisseur comme ça. Je crois que je vais lui préparer une de mes potions pour la faire revenir à la raison .

 

gifoblix.gifastrix2.gifastrix.gif Bon, on se calme!! Ce n’était pas la peine de réunir tout le village pour une histoire de fougère …..par Toutatis !

Et oui, les amis , ce n’est pas de ce mille-pattes dont je veux parler mais de la plante qui porte le même nom .Dixit Sophie …nan mais !

scolopendre.jpg

DESCRIPTION

La scolopendre est une plante vivace à rhizome grêle, irrégulier, rameux, rougeâtre. Les feuilles, ou plutôt frondes, sont longues, pétiolées, entières, cordi formes à la base, d’un très beau vert, elles sont disposées en touffes. Sous les feuilles, se trouvent des Bores, genre de tiges poilues, qui apparaissent de juin à septembre. Comme chez la fougère à laquelle elle ressemble par sa forme, si ce n’est qu’elle a les feuilles entières , les sporanges situés sous les feuilles sont les organes reproducteurs de la plante. Elle ne fait pas de fleurs.

CULTURE ET RECOLTE

Commune en Europe dans les endroits humides, la scolopendre ne pousse pas en altitude. Sa multiplication s’opère par division du rhizome, à l’automne ou au printemps. Les feuilles se récoltent à la fin de l’été, réunies en bouquets, on les suspend jusqu’à séchage complet.

USAGES

Expectorante, la scolopendre soulage les bronches, calme la toux, facilite la respiration des asthmatiques. Diurétique, elle s’utilise contre les calculs rénaux, pour soulager les rhumatismes, l’arthrite. Mais c’est surtout pour décongestionner le foie et la rate que l’on en fait usage avec succès. Préparez la en décoction pendant 2 minutes en mettant une cuillerée à soupe de feuilles coupées par tasse. Prenez en deux ou trois tasses par jour.

 

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

1234
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant