• Accueil
  • > Recherche : fleur sent bon

Résultats de votre recherche

HIBISCUS ROSA-SINENSIS

Posté par eurekasophie le 5 juillet 2010

 

 

Les hibiscus sont d’admirables arbustes dont la période de floraison peut s’étendre sur presque toute l’année

 

Les fleurs elles-mêmes, aux couleurs splendides, sont éphémères.

 

                                                                     Hebergement d'images

 

Venant de l’Asie tropicale, hibiscus rosa-sinensis a besoin de chaleur pour fleurir. Cet arbuste persistant présente des rameaux qui deviennent ligneux après un an ou deux. Les feuilles ovales et brillantes sont décoratives.

La plante fleurit de la fin du printemps à la fin de l’été avec des nuances très variées-blanc,rose, rouge jaune ou orange. Les fleurs persistent de 1 à 3 jours et mesurent de 8 à 15 cm de diamètre. Elles sont simples, doubles ou semi-doubles.

 

DIMENSIONS 

Si cet hibiscus est généralement vendu assez petit, entre 15 et 30 cm , sa croissance est vigoureuse et il atteint 1,50 m. On peut cependant le tailler annuellement.

CROISSANCE CONTINUE

On peut négliger la période de repos si l’on dispose de suffisamment d’espace et que l’on souhaite une floraison hivernale. En ce cas, continuer à arroser et à bassiner, et maintenir à la chaleur et à la lumière.

PRÉSENTATION

Hibiscus rosa-sinensis est très élégant et peut être placéen isolé, dans un cache-pot mettant en valeur le feuillage et la floraison.

CALENDRIER

FÉVRIER-MARS

Si l’on désire obtenir un bel arbuste et, à condition de disposer d’un espace suffisant, placer cet hibiscus dans un grand pot, dans un mélange fertile. Augmenter peu à peu les apports d’eau, mais maintenir au frais, autour de 12 °.

MARS-AVRIL

Rabattre si nécessaire. Placer à une température de 20 à 24 °. Arroser fréquemment et engraisser toutes les 3 ou 4 semaines.

MAI À OCTOBRE 

Effectuer des bassinages fréquents et maintenir à température constante. Ajouter de l’engrais liquide à chaque arrosage. Eliminer les fleurs fanées.

NOVEMBRE

Réduire les arrosages. Abaisser la température de manière à préparer la plante pour l’hiver. Conserver en pleine lumière.

DÉCEMBRE-JANVIER

Les mois d’hiver correspondent à la période de repos de la plante. Maintenir à une température de 10 à 15 °, en situation très lumineuse.

 

                         Hebergement d'images

SOINS SPÉCIAUX

1 ) Les feuilles se déforment en cas d’attaque de pucerons.

Prévention : examiner les pousses nouvelles à chaque arrosage. Combattre à l’aide d’un insecticide adapté.

2)  Les araignées rouges ( acariens ) s’installent en cas de sécheresse.

Prévention : effectuer des bassinages fréquents pour les chasser ou appliquer un acaricide.

3 ) Les feuilles jaunissent en cas de manque d’eau. Il peut s’agir aussi d’un excès d’engrais.

Prévention : arroser plus fréquemment et espacer les apports d’engrais.

4 ) Les boutons floraux tombent par manque de lumière ou d’arrosage. 

Prévention : placer en plein soleil et arroser abondamment durant toute la belle saison.

 

LES CLÉS DU SUCCÈS

 

 

Hebergement d'images

ENTRETIEN

Cet hibiscus doit bénéficier d’un repos hivernal afin d’éviter un développement trop important. Pour contrôler la forme, rabattre en mars

Empotage : installer dans un mélange de terreau et de terre et rempoter en mars. La multiplication est facile par boutures de tête, dans un compost léger.

 

 

Hebergement d'imagesARROSAGE

Arroser fréquemment et abondamment en période de croissance et effectuer des bassinages. Réduire peu à peu les apports en automne et arroser modérément en hiver.

Nutrtion : en période de végétation, effectuer des apports d’engrais liquides très dilués. Cesser en hiver.

 

 

Hebergement d'images

MILIEU

Lumière : cette espèce a besoin de lumière et de soleil toute l’année, y compris en hiver pendant la période de repos

Température: durant la belle saison, la chaleur est bénéfique; maintenir au-dessus de 18 °Pendant la période de dormance, conserver entre 10 et 15 °.

Publié dans PLANTES A FLEURS, Soins et Beaute des Plantes | Pas de Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LA BALLOTE …

Posté par eurekasophie le 1 juillet 2010

 

 

La ballote 

 

 

Plante apaisante

 

 

 

Une plante trop longtemps mal aimée

 

qui vous offre de longues nuits sereines

 

 

Hebergement d'images Hebergement d'images

Elle porte le nom savant de Ballota nigra ( Ballote noire ) mais on la connaît plus souvent sous ceux de marrube fétide ou ballote puante. 

Il faut dire que fraîche, elle dégage une forte odeur de moisi qui a fait fuir les phytothérapeutes jusqu’à l’aube du XVII è siècle. A tort puisque c’est une plante irremplaçable pour calmer les angoisses, la nervosité et lutter contre l’insomnie.

 

Un sosie de l’ortie 

La ballote est une plante vivace de 30 à 80 cm qui affectionne particulièrement les rues des villages, les décombres, les bords des chemins et les haies. On la confond souvent avec les orties dont elle se différencie pourtant par l’odeur. Elle fleurit du printemps à l’automne et ses grandes fleurs fournissent un bon nectar aux abeilles. 

Originaire du Sud de l’Europe et de l’Asie du Sud-Ouest, la ballote a très vite gagné la totalité de l’Europe pour s’implanter plus récemment sur le continent américain. Incommodés par son odeur, les Anciens en faisaient peu de cas. IL fallut attendre le botaniste Ray et le début du XVII è siècle pour que l’on découvre son efficacité dans le traitement des névroses, de l’hypocondrie et de l’hystérie.

Dans les premières années du XX è siècle, le Dr Leclerc, chef de file de l’Ecole Française de Phytothérapie, confirmait son activité dans tous les troubles du nervosisme, les phobies et les états anxieux. En concentré c’est aussi un bon remède de la goutte et des crises rhumatismales.

 

Etudes scientifiques à l’appui 

Au cours des dernières années, la ballote a fait l’objet de véritables essais cliniques destinés à prouver son activité. 

Des tests menés chez la souris et le rat montrent un allongement significatif de la durée du sommeil ainsi qu’un pouvoir sédatif important, avec des effets souvent supérieurs à ceux des tranquillisants chimiques. D’autres études effectuées chez l’homme, prouvent que la ballote réduit notablement l’anxiété et qu’elle peut souvent se substituer aux benzodiazépines lors d’un sevrage progressif.

 

Gélules ou alcoolature 

Dans le temps, les médecins ne juraient que par l’alcoolature de ballote, mais elle existe aujourd’hui sous forme de gélules , et on retrouve la plante dans certaines préparations complexes,en association avec d’autres extraits végétaux apaisants ( valériane, aubépine, passiflore….), pour lutter contre les insomnies et la nervosité. Si vous la prenez sous forme de gélules, respectez la posologie indiquée par le fabriquant.


Sous forme d’alcoolature, le Dr Valnet conseille
une à deux cuillerées à café par jour. Pour les enfants, où on la conseillait surtout en cas de coqueluche, il recommandait 20 gouttes par jour et par année d’âge.

 

En tisane aussi 

Bien sûr, on peut prendre la ballote en tisane ! Mais vous êtes prévenu : ce ne sera pas une dégustation de rêve ! Cependant, il est possible d’atténuer le mauvais goût et de rendre le breuvage tout à fait supportable en associant d’autres plantes aromatisées à notre fétide amie ! Choisissez pour cela de la menthe, de la mélisse, de l’anis, du fenouil ou de la sauge.

  Pour l’infusion ( avec des plantes sèches ), mélangez moitié ballote et moitié menthe ou anis ou fenouil ou sauge ( selon vos goûts ). Prélevez une cuillerée à soupe du mélange, faites chauffer 20 cl d’eau. Aux premiers frémissements, versez l’eau sur les plantes, couvrez et attendez 10 minutes avant de filtrer et de boire. Recommencez 2 à 3 fois par jour.

♣  En cas de crise de goutte ou de rhumatismes, vous pouvez utiliser les grands moyens : la décoction concentrée ! Il faut, pour cela, mettre 30 à 60 g de ballote dans un litre d’eau froide, puis porter à ébullition et laisser bouillir jusqu’à réduction de moitié. Un conseil : sucrez avec du miel !

                                                                                Hebergement d'images

 

Bientôt la récolte……

C’est en juillet ou en août que vous la récolterez ( la plante entière ), avant ou pendant la floraison. Puis vous la ferez sécher dans un endroit sec, à l’ombre, et vous la stockerez dans un sac en papier pour l’avoir à disposition toute l’année.
                                                                                                              Hebergement d'images

Publié dans INFO....SANTE | 5 Commentaires »

LA FLEUR QUI SENT BON LA PROVENCE………

Posté par eurekasophie le 22 juin 2010

 

 

La  lavande 

 

 

pour les petits maux quotidiens 

 

 

 

 

 

                                                                                 papillons7.gif                              Hebergement d'imagesguepe.gif   guepe.gifHebergement d'imagesabeille03.gifabeille03.gif

 

papillon8.gif

 

Nombreux sont mes articles où je vous cite la lavande au parfum frais et léger comme plante médicinale appréciée depuis l’Antiquité pour ses vertus antiseptiques et apaisantes. Je vous le rappelle, la lavande a toute sa place dans votre pharmacie familiale.

Retour sur la lavande pour quelques précisions.

Toutes les lavandes ne sentent pas la lavande ! Certaines ont plutôt l’odeur du camphre, d’autres celle de la vanille…. Il en existe vingt-cinq espèces dans le monde. Mais pour un  usage thérapeutique, la lavande  » vraie  » ou  » fine « , qui pousse entre 800 et 1500 mètres d’altitude, est la plus indiquée, car c’est la plus riche en principes actifs ( linalol et acétate de linalyle ) et la mieux tolérée. Ses  » cousines  » , les lavandes aspic et stéchade, tout comme le lavandin sauvage, ont aussi leur place dans la pharmacopée. Mais leur emploi demande des précautions. Toutes contiennent en effet du camphre, qui est un tonique nerveux et cardiaque. A forte dose, il peut être dangereux pour les femmes enceintes, les enfants en bas âge, les épileptiques, les hypertendus et les cardiaques.

medecine.gifElle lutte contre l’anxiété

 

C’est au linalol, un anxiolytique, que la plante doit son pouvoir apaisant. En infusion ( une cuillère à café de fleurs par tasse), elle combat la fatigue, l’anxiété et les maux d’origine nerveuse, comme les migraines, les crampes d’estomac, les palpitations cardiaques. Sous forme d’huile essentielle, elle agit en profondeur sur le stress, la déprime, les troubles du sommeil……

medecine.gif Elle facilite la digestion

Pour lutter contre les ballonnements et l’aérophagie ou améliorer une digestion paresseuse, prenez après le repas une infusion de lavande qui stimule le foie. En cas d’hyperacidité gastrique ou d’inflammation digestive, associez-la à la mélisse et aux fleurs de mauve ( 1 cuillerée à café de chaque ). Si vous avez des spasmes intestinaux, utilisez l’HE de lavande en massage ( préalablement diluée avec de l’huile de tournesol ).

medecine.gifElle soulage les douleurs 

Antalgique, anti-inflammatoire et antispasmodique, elle est indiquée dans les douleurs musculaires et articulaires. On peut l’employer en infusion ou en massage ( 10 gouttes d’HE avec 30 ml d’huile de tournesol ), associée à l’HE de génévrier ( 10 gouttes) elle réchauffe les muscles avant l’effort.

medecine.gifElle apaise les démangeaisons 

Elle est connue pour calmer les piqûres d’insectes et l’érythème fessier ( rougeurs ) des bébés. Dans ce cas, appliquez-la en baume ( voir recette en fin d’article ). Vous pouvez l’enrichir en lui ajoutant 10 gouttes de teinture de plantain.

medecine.gifElle assainit et purifie l’haleine 

Dans le monde romain, ses vertus antiseptiques étaient mises à profit dans les bains. Et les prostituées s’en servaient pour garder  une bonne haleine. L’hydrolat ( eau florale ) est parfait pour les gargarismes. En massage ( quelques gouttes d’HE dans de l’huile de tournesol ), elle prévient les rhumes et les infections ORL .

medecine.gifElle aide à cicatriser 

Egratignures, ampoules, coups de soleil…..Ici aussi, on l’applique sous forme de baume sur la peau bien nettoyée. Chez l’adulte, l’HE est intéressante pour désinfecter et cicatriser les lésions provoquées par l’acné ou l’eczéma.

medecine.gif Elle éloigne les insectes

C’est un répulsif naturel qui fait fuir les petites bêtes : poux, mites, moustiques, tiques. En prévention comme en traitement des piqûres.

 

 

panoramix.jpg

 

UN BAUME DE LAVANDE-CALENDULA

♦  10 g de beurre de karité non raffiné

♦  10 g d’huile de tournesol

♦  2 g de cire d’abeille

♦  10 gouttes de teinture de calendula

♦  7 gouttes d’huile essentielle de lavande

Dans un bol, faites fondre au bain-marie le beurre de karité, l’huile de tournesol et la cire d’abeille. 

Mélangez et laissez refroidir.

Ajoutez la teinture de calendula et l’huile essentielle de lavande, mélangez et versez dans un pot de 30 ml.

A employer dans les six mois.

 

Où acheter votre lavande ? 

Dans les magasins de bio ou même chez le producteur. Privilégiez les labels, gages de qualité : Demeter, Nature et progrès, Syndicat des simples.

Vente en ligne sur www.lavandesetcompagnie.com

 

La bonne huile essentielle ( HE ) 

Il existe une appellation d’origine contrôlée ( AOC) depuis 1981. Elle garantit la qualité de l’huile essentielle de lavande fine de Haute-Provence. 

Il existe des millésimes, comme pour le vin !! 

Publié dans INFO....SANTE | 5 Commentaires »

2) BEGONIA D’APPARTEMENT

Posté par eurekasophie le 3 mai 2010

 

 

BEGONIA HIEMALIS

 

 

 

                                                  Hebergement d'images

 

Les bégonias d’appartement offrent une profusion de fleurs très colorées, en automne et en hiver.

 

Les bégonias à un genre comportant environ 900 espèces. Le bégonia d’appartement fait partie du groupe Hiemalis obtenu par le botaniste allemand Otto Rieger, après de nombreuses hybridations.

 

Cette espèce de bégonias à l’avantage de bien résister à l’oïdium et d’offrir des fleurs plus grandes et plus abondantes ainsi qu’une longue période de floraison.

Le bégonia d’appartement fleurit en automne et en hiver mais on en trouve maintenant à n’importe quelle période de l’année.

Il a de grandes feuilles vertes et ses fleurs, d’un diamètre de 5 à 8 cm, peuvent être simples, doubles ou semi-doubles, rouges roses, rose saumon ou blanches. Il offre une profusion de fleurs pendant de longs mois.

DIMENSIONS 

C’est une plante compacte, d’aspect buissonnant. Pour conserver cet aspect, tailler soigneusement les pousses les plus longues chaque année.

PRÉSENTATION

Les bégonias produisent à eux seuls un si bel effet qu’il serait dommage de les marier avec d’autres plantes. Les placer près d’une fenêtre, à la lumière indirecte.

Conseils particuliers 

Ne rempoter que si cela est nécessaire, après la floraison et la taille. Cette opération est  délicate car les tiges sont fragiles et se cassent facilement. Une tige endommagée peut pourrir ou favoriser l’apparition de l’oïdium.

1)  Retirer la plante de son pot d’origine, sans abîmer les racines.

2) Mettre du compost à base de tourbe, sans trop le tasser, dans le nouveau pot après l’avoir humidifié. Placer la plante à l’intérieur en faisant attention à ses racines.

 3) Mettre la plante à l’ombre, pendant quelques jours. Ne pas l’arroser au début pour qu’elle s’établisse bien et que ses racines partent à la recherche de l’humidité.

 

Soins spéciaux

* taches brunes sur les feuilles: la plante n’a pas été régulièrement arrosée ou bien elle a souffert du soleil.

Prévention: arroser régulièrement et maintenir un degré d’humidité suffisant.

* jaunissement et chute des feuilles: excès de fraîcheur et d’humidité.

Prévention: mettre la plante dans un local plus chaud.

* taches blanches d’aspect farineux sur les feuilles et les tiges: la plante est atteinte d’oïdium

Traitement: isoler la plante, retirer les parties affectées et pulvériser un fongicide.

* petites taches sur les feuilles: présence d’araignées rouges.

Traitement: si l’attaque est sérieuse, jeter la plante. Sinon, l’isoler et traiter avec un fongicide qui convient.

* pucerons 

Traitement: vaporiser une solution d’eau savonneuse ou d’autres produits organiques contenant du pirèthre ou de la roténone, en se conformant aux indications de l’emballage.

 MULTIPLICATIONMULTIPLICATIONMULTIPLICATIONMULTIPLICATIONMULTIPLICATIONMULTIPLICATIONMULTIPLICATIONMULTIPLICA

On peut multiplier le bégonia par bouturage.

1) détacher un rameau en ne gardant juste que la paire de feuilles la plus haute ou bien couper une jeune pousse à l’aisselle d’une feuille.

2) planter la pousse dans un mélange de tourbe et de sable, à part égale, et maintenir à une température de 22°. Ne pas la placer en plein soleil pour éviter le dessèchement.

3) recouvrir d’un plastique perforé pour empêcher le pourrissement.

4) quand les boutures sont enracinées, les transférer dans de petits pots; pincer les extrémités de temps à autre pour donner à la plante un aspect buissonnant…………La plante fleurira 4 mois après bouturage. Après la floraison, rabattre les nouvelles pousses pour qu’elles restent buissonnantes. Eviter les excès d’eau.

 

                            Hebergement d'images

abeille2.gif

ENTRETIEN

Peu difficiles à entretenir, les bégonias sont cependant des plantes fragiles qu’il faut rempoter avec précaution.( Ne rempoter que si le volume de la plante est trop important. Utiliser un compost à base de tourbe.

Rabattre après la floraison et pincer pincer l’extrémité des jeunes pousses pour conserver à la plante son aspect buissonnant.

 

ARROSAGE
Hebergement d'images

Arroser modérément en période de croissance. Attendre que la surface du terreau soit sèche avant d’arroser. En dehors des périodes de croissance et de floraison, arroser peu, le terreau doit rester légèrement humide. Pendant la floraison, ajouter de l’engrais liquide à chaque arrosage, en se conformant aux indications.

MILIEU

 

 

Hebergement d'images

Lumière: cette plante a besoin de beaucoup de lumière mais craint le plein soleil.

Température: pas de températures supérieures à 22 ° pour éviter la chute des boutons et des fleurs. En hiver, 15 ° environ.

Publié dans PLANTES A FLEURS, Soins et Beaute des Plantes | 2 Commentaires »

LE CHARDON-MARIE

Posté par eurekasophie le 17 février 2010

 

 

 

LE CHARDON-MARIE

UNE PLANTE POUR LE FOIE !

                                                                             Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

C‘est la silymarine, une substance extraite des graine de ce chardon, qui soigne les maladies du foie.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit Le chardon-Marie est une plante haute de 50 cm à 1,50 m qui pousse un peu partout, avec une préférence pour les terrains en friche bien ensoleillés.

Ses fleurs pourpres attirent les amateurs de bouquets. Mais ses feuilles épineuses repoussent ceux qui ne prennent pas de gants ! Ce sont les garines de cette plante, allant du marron clair au noir, que l’on récolte en fin d’été, bien mûres, pour en extraire la précieuse silymarine, une substance qui protège le foie de toutes les toxines qui le menacent et en régénère les cellules ……

PROTÉGER ET RÉPARER LES CELLULES HÉPATIQUES

En prenant de la silymarine avant d’ingérer des champignons vénéneux, on peut en annuler les effets nocifs ( ce n’est pas une raison pour ne pas être vigilant lors des cueillettes !). Lors des empoisonnements à l’amanite, c’est d’ailleurs un dérivé de silymarine que le médecin injecte pour traiter l’intoxication.

Car la silymarine est l’une des substances hépatoprotectrices les plus puissantes et son usage n’est pas réservé aux médecines dites alternatives !

En effet, même en médecine conventionnelle et sur prescription médicale, on l’emploie pour prévenir et traiter différentes maladies hépatiques :

hépatites, cirrhose, calculs biliaires, mais aussi pour réparer les dommages hépatotoxiques.

Non seulement la silymarine protège les tissus du foie, mais elle est capable de les régénérer lorsqu’ils sont abîmés. A ce titre, elle est couramment utilisée pour limiter les effets secondaires de la chimiothérapie. Par ailleurs, le chardon-Marie aurait un effet préventif contre certains types de cancers: prostate, peau et cancer colorectal. Il serait également intéressant de l’employer conjointement avec les traitements anti-cancéreux, car il pourrait en potentialiser les effets. Plusieurs études sont en cours.

                                                                                                                          Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 

EN CAS D’HYPOTENSION

Au début du XX ° siècle, on préconisait surtout le chardon-Marie pour stimuler le système cardiovasculaire à la suite

d’infections ou d’une opération, mais aussi en cas d’asthme ou de rhume des foins, pour combattre la migraine ou encore en cas d’urticaire.

Le Dr Leclerc indiquait par ailleurs le chardon-Marie pour lutter contre l’hypotension permanente, et pour prévenir le mal des transports.

En outre les vertus hémostatiques de la plante la faisaient conseiller pour lutter contre les saignements du nez, les règles abondantes et les hémorroïdes. Selon la tradition, la plante serait également une arme contre la dépression et elle améliorerait la sécrétion de lait chez la femme allaitante.

MIEUX DIGÉRER

Le chardon-Marie dispose d’une autre corde à son arc.

En effet, ses vertus digestives ont elles aussi été reconnues et ses graines se révèlent utiles dès que la digestion devient pénible, souvent à cause d’un dysfonctionnement du foie ou de la vésicule biliaire.

CHOLESTÉROL ET DIABÈTE

Plusieurs essais ont montré que la prise régulière de chardon-Marie faisait baisser les taux de cholestérol et de triglycérides et améliorait le contrôle de la glycémie chez les personnes diabétiques.

TOUTES SES INDICATIONS

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

On emploie la plupart du temps le chardon-Marie pour soulager son foie, prévenir les intoxications et traiter

les troubles hépatiques, mais aussi dans bien d’autres cas dont voici un petit rappel :

mauvaise digestion

excès de cholestérol et/ ou de triglycérides

diabète

hypotension

migraine

saignements de nez, règles abondantes

hémorroïdes

asthme

rhume des foins

urticaire

dépression

allaitement difficile

ET SURTOUT EN CAS DE :

maladies hépatiques

chimiothérapie

calculs biliaires…….

 

                                                                                                              Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 18 Commentaires »

UNE BRASSEE DE MIMOSA …

Posté par eurekasophie le 6 février 2010

 

                                               Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Pour vous ..Pour vous remercier de m’avoir apporté beaucoup de bonheur par vos visites et  vos commentaires.

Je veux vous offrir, avant de partir pour un p’tit moment, une brassée de mimosa.

C’est la fleur du Sud, celle qui s’épanouit dès les premiers rayons de soleil.

Elle est couleur or et son parfum est suave.

Profitez-en chaque fois que vous en aurez un bouquet, car sa fleur est éphémère comme bien des choses ….

Bonne continuation à vous.. Prenez soin de votre santé.

Je reviendrai un jour, je ne sais pas quand, mais je reviendrai mais si , mais si , pour continuer avec vous un p’tit bout d’chemin .

Bien à vous

Sophie

Le mimosa est une fleur qui dure très peu de temps    .
A la chaleur votre bouquet s’ouvrira et se refermera dans la journée. Il existe un conservateur qui va le faire durer un peu plus longtemps, mais en l’achetant il faut bien savoir que c’est une fleur très éphémère une fois coupée. La seule façon de le garder un peu plus longtemps est de le mettre à l’extérieur , sur la terrasse ou sur le bord e la fenêtre, avec ou sans eau cela ne change pas beaucoup. Mais acheter un bouquet pour le laisser à l’extérieur et ne pas profiter de son odeur  n’est ce pas dommage …..
Lorsque vous l’achetez son feuillage doit être bien vert et non gris vert, secouez le un petit peu, rien ne doit tomber. Les premières boules doivent être ouvertes, mais il doit rester des boutons.
Chez vous, après l’avoir recoupé (au sécateur), mettez le dans un vase avec de l’eau additionnée du produit conservateur, dans une pièce pas trop chauffée, mais près de vous pour en profiter.
Sortez le à l’extérieur la nuit pour le prolonger un petit peu, si vous êtes absent la journée, laissez le à l’extérieur, ne le rentrez que lorsque vous arrivez.
Le mimosa est une fleur, bien sûr, mais c’est surtout du rêve, du soleil, la côte d’Azur !

Publié dans DEDICACES | 8 Commentaires »

VIOLETTE TRICOLORE

Posté par eurekasophie le 6 janvier 2010

 

violettetricolore3.jpg 

Violette tricolore
 

( Viola tricolor )

( Violacées )

Synonyme(s) : Pensée sauvage, Pensée tricolore, Petite pensée, Herbe de la Trinité

violettetricolore.jpg

On la nomme encore Pensée des champs, Petite pensée, Violette sauvage ou Fleur de la Trinité.C’est est une petite plante herbacée annuelle, bisannuelle ou vivace selon la clémence du climat, de 10 à 30 cm de haut, à feuilles ovales et lobées, et aux fleurs tricolores panachées : blanc, jaune et violet. La floraison s’étale du printemps à l’automne en un délicieux mélange coloré.
Elle est originaire d’Europe, d’Afrique du Nord et des régions tempérées d’Asie. On la trouve actuellement en Amérique où elle s’est acclimatée.
Elle pousse de préférence sur les terrains sablonneux aussi bien dans les herbages de montagne qu’en plaine.
On utilise les parties aériennes fleuries. La récolte se fait en été.
Certaines espèces ont pratiquement disparu du fait d’une cueillette abusive (Pensée des Vosges). Elles sont désormais protégées par la loi.

Composants: Elle contient des flavonoïdes, des saponines, du salicylate de méthyle (action sur la peau), des mucilages, des résines et du tanin.

violettetricolore2.jpg

Commentaires : ramifiée, extrêmement variable, comprenant de nombreuses sous-espèces et variétés.
Cette fleur est à l’origine des pensées cultivées dans les jardins pour leurs grandes fleurs aux couleurs vives.

Utilisations officinales : la plante contient des substances dépuratives du sang, diurétiques, adoucissantes, expectorantes, béchiques et diaphorétiques.

Utilisations autres : la plante a donné, par hybridation, beaucoup de variétés ornementales.

Précis élémentaire de
Matière Médicale Homéopathique.
Professeur Timothy Field Allen

Traduction : Dr Robert Séror.

VIOLA TRICOLOR

Tête : (Viola tricolor)
Céphalée avec des douleurs pressives, de l’intérieur vers l’extérieur.
Tête lourde, > en se baissant.

Clinique :
(Viola tricolor)
Eczéma du cuir chevelu, avec gros ganglions et cheveux collés, emmêlés.

Organes urinaires : (Viola tricolor)
Mictions abondantes et fréquentes, d’odeur très désagréable, comme de l’urine de chat (énurésie nocturne).
Extrémités : (Viola tricolor)
Douleurs lancinantes dans les membres et les articulations.
Peau : (Viola tricolor)
Éruptions, surtout sur la face et la tête, avec démangeaisons , brûlures, < la nuit, formation de croûtes épaisses, qui se fissurent et laissent couler un pus jaune tenace, qui ensuite durcit.

Clinique :
(Viola tricolor)
Eczéma de type impétigo sur le visage.

Publié dans "V**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 10 Commentaires »

ON S’AMUSE ?

Posté par eurekasophie le 13 décembre 2009

bonsoir01.gif

 

C’est dimanche, y fait pas trop chaud dehors,  je me suis dit :

 » Tiens, si je restais à la maison et que je propose aux internautes une énigme ..ou deux, voire trois à résoudre  »

 

Est-ce-que cela vous tente ?

Allez , c’est parti !

Première énigme

A votre avis, c’est quoi ça ?

gratteronfruit2.jpg

Vous avez trouvé ? betty005bravo.gif

Deuxième énigme

Ceci est un mini rébus …

G a

Vous avez trouvé ? betty005bravo.gif

Troisième énigme

Anagramme facile.gifAvec les lettres de mon nom on peut écrire celui de ma maison
Qui suis je ?

 Vous avez trouvé ? betty005bravo.gif

Bon, je donne les réponses aux énigmes…

Mes amis, j’en ai lu des vertes et des pas mûres !

La prochaine fois, je ferai plus facile, promis .

1) énigme

C’est le fruit du gratteron

 Le Gratteron est le plus commun de ces plantes grimpantes qui s’accrochent à tout ce qui se présente : aux végétaux pour s’élever ; aux animaux et aux vêtements pour sa dispersion. Moins amusant que la Bardane, il est plus tenace puisque ses fruits, ses feuilles mais aussi sa tige sont munis de crochets. Rameuse dès la base, cette tige, qui peut atteindre un mètre de long, porte des verticilles de 6 à 8 feuilles allongées qui se terminent par une pointe. Pédonculées, les petites fleurs blanches ont des corolles à quatre pétales et se rangent en cymes. Le Gratteron est une plante annuelle si envahissante que les Anciens l’avaient déjà remarquée, d’où son nom latin d’“aparine”, signifiant “qui s’agrippe”.

2) énigme : mini rébus

G a = G grand a petit = ( j’ai grand appétit )

3) énigme : anagramme

Chien et niche

Valà valà…

Merci à toutes celles et ceux qui ont participé

Publié dans JEUX A PIEGES | 22 Commentaires »

LUTTER CONTRE LA GOUTTE

Posté par eurekasophie le 12 décembre 2009

gouttemaladie1.jpg

 

 

LA CUISINE ANTI-GOUTTE

Ceux qui en ont déjà souffert comprendront: tout plutôt que cette douleur !

Et si, pour éviter une nouvelle crise, il suffit de bien choisir les aliments qui composent l’assiette quotidienne, en y ajoutant une goutte

de principes Seignalet pour préserver la santé en général, franchement, ça vaut le coup, non ?

L‘ hiver peut être froid et gris, les étals des primeurs n’en sont pas moins bien garnis et colorés.

lgumes1.jpgfruits.jpglgumes.jpg

 

 

Razzia d’abord sur les fruits si protecteurs: les exotiques de saison ( mangues, papayes, fruits de la passion, goyaves….) et les grands

pourvoyeurs de vitamines C ( kiwis, pomelos et pamplemousses, clémentines, citrons, oranges….) .

Le panier se remplit ensuite de légumes, garants d’une assiette légère et promoteurs de santé: on trouve ces temps-ci beaucoup de choux qu’on peut tous goûter, à l’exception du chou-fleur, et en laissant toujours une place aux brocolis, pour de belles endives et des betteraves, de la mâche, des salsifis et des topinambours, au mieux de leurs formes biscornues.

On passe aussi chez le poissonnier pour y choisir quelques poissons blancs, chez l’épicier pour le riz, le quinoa, le thé vert et la tisane d’aubier de tilleul. Et on est prêt à passer en cuisine et à se régaler en toute sérénité, sans crainte de la crise du lendemain !

UNE JOURNÉE DE MENUS

AU RÉVEIL verredeau.jpg

Pas le choix, il faut boire et boire beaucoup. Le verre d’eau matinal n’est pas une option, c’est une obligation, et comme il faut aussi alcaliniser le terrain, on l’agrémentera volontiers d’un jus de citron. Réveil tonique et vitaminé garanti, et pas désagréable qui plus est !

AU PETIT DÉJEUNERpetitdejeunerlarge.jpg

Restons léger

Pas question de sauter le petit déjeuner, premier repas de la journée et important s’il en est. Mais s’il doit être complet, il ne doit être ni trop gras ni trop lourd. L’option protéines = charcuteries + fromages à l’allemande, est à oublier. La solution continentale s’adapte bien mieux à notre cas.

Les bons choix

Petit déjeuner continental ne veut pas forcément dire viennoiseries ou pain blanc. On leur préférera les mueslis de céréales complètes, les tartines ou les crackers de sarrasin, surmontés ( pourquoi pas, puisqu’on y a droit) d’un peu de miel ou de confiture, comme la délicieuse et inattendue confiture de clémentine.

Anne dufour recommande un agrume à chaque repas. Le pamplemousse traditionnel  ( ou le pomelo plus doux à déguster sans sucre ) se sert ainsi dès le matin. Si on hésite devant sa saveur acidulée, on peut aussi prendre la direction d’une salade de fruits mélangés ( en insistant sur les agrumes et les kiwis si riches en vitamine C ), ou se les servir en petits cocktails délicieux.

Bien arrosé

Il va falloir les boire, ces 1,5 à 3,5 litres ( en temps de crise ) préconisés pour éviter les ennuis. Le thé vert, ou mieux, la tisane d’aubier de tilleul avec ses remarquables propriétés drainantes, ne se boivent pasau mug,mais au bol. Si on ne peut pas se passer de café, on se le gardera raisonnablement dans sa petite tasse…mais on le gardera pour la bonne bouche, après le bol réglementaire !

AU DÉJEUNER dejeuner.jpgdejeuner2.jpg

Restons léger                                                                                     Clique sur les images pour connaître la recette

Pas d’excès, pas de cuisson dans des litres de graisses: on préfèrera la vapeur, les pochages ou le cru recommandé par le Dr Seignalet. Au menu, point de viandes, ni de gibiers ou d’abats, mais des protéines végétales ( céréales + légumes secs, tofu…) et quelques poissons parmi les moins gras. Et puis surtout, des légumes. En entrée, en plat principal, crus et cuits. Leur teneur en fibres et leur pauvreté en calories, en plus de leurs apports vitaminés, font d’eux vos meilleurs alliés santé et minceur. Le fromage n’est pas conseillé, loin de là, et le dessert n’est pas une obligation.

Les bons choix

Pensez systématiquement à des crudités ou à une salade en entrée. Arrosées d’une vinaigrette à base d’huile de colza pour ses apports en  » bons  » acides gras et avec un jus de citron à la place du vinaigre ( c’est pour  » l’agrume à chaque repas  » et en plus, c’est très bon ). Prévoyez de façon aussi automatique d’agrémenter votre plat principal d’une très généreuse ration de légumes. Ne pensez plus :  » Je vais faire un / nom d’une viande / aux / nom d’un légume/ » mais inversez l’ordre des choses et dites:  » je vais me régaler en toute tranquillité avec des / nom d’un légume / et un tout petit peu de / nom d’un poisson ou d’une céréale / « . Car oui, les gros appétits peuvent compléter leur repas avec ces céréales qui calent, comme le riz, le quinoa, le sarrasin.

Bien arrosé

Bien sûr, ici, on ne parle pas de vin, ni de bière….On arrose d’eau, d’eau et encore d’eau ! Trop plate, trop fade pour vous plaire ? Ajoutez-y un filet de jus de citron, ou plus doux, d’orange ou de clémentine…ce sera toujours un peu d’alcalinisation en plus, et ça passera beaucoup mieux, vous verrez !

En fin de repas, on complète ce bel arrosage avec une boisson chaude, thé vert ou aubier de tilleul en priorité. Vous allez avoie envie d’aller aux toilettes tout l’après-midi ? Tant pis ! Ou plutôt non : tant mieux ! Parce qu’alors, vous éliminez et vous évacuez ce qui pourrait vous faire tant de mal ….Alors ? A la vôtre !

AU DÎNER soupeauchou.gif

Restons léger

S’il est un repas qui doit rester léger, c’est bien celui du soir. Vous n’avez pas besoin de beaucoup d’énergie pour aller vous coucher et dormir et, sachez-le, toutes les calories  » en trop  » avalées au dîner sont en grande partie stockées….Donc, toutes les règles de la cuisson du midi restent valables ici, les conseils pour la fin du repas encore plus.

Les bons choix

Deux options principales: la soupe suivie d’une salade ou d’un plat de légumes léger, ou le plat unique.

La soupe vous convient admirablement: un plat à base d’eau ( c’est encore ça de bu !), plein de légumes, pauvre en calories, et diversifiable à l’infini. Et quel meilleur plat pour réchauffer les fraîches ambiances hivernales ? Allez, à la soupe !

Autre solution: le plat unique, chaud et réconfortant lui aussi, mais qu’on veillera à composer de légumes en priorité et / ou de céréales. Relevé d’épices et d’herbes en associations elles sont aussi très variées, voilà de quoi vous régaler tous les jours….

Bien arrosé

Pour ce chapitre, vous connaissez les règles…Ah, je vous entends déjà !  » Mais alors, on va avoir envie d’aller aux toilettes toute la nuit ? « . D’accord. Si vous avez la certitude d’avoir atteint votre  » quota  » , allez-y avec plus de modération. Et faites comme les enfants: dînez tôt, et n’oubliez pas de prendre vos précautions juste avant d’aller dormir !

seignalet.jpg  Clique sur l’image s’il-te-plaît

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 5 Commentaires »

DANS VOTRE TASSE …..

Posté par eurekasophie le 7 décembre 2009

deco.gifPENDANT LA MÉNOPAUSE deco.gif

La ménopause correspond à l’arrêt du fonctionnement des ovaires. Elle survient en général vers la cinquantaine.

On peut diviser cette période en trois phases:

La pré-ménopause, la ménopause et la post-ménopause.

La pré-ménopause dure entre 3 et 4 ans. Elle se manifeste par des menstruations irrégulières, conséquence d’une ovulation plus laborieuse,

induisant un déficit de progestérone. Un déséquilibre entre progestérone et œstrogènes intervient alors, entrainant des troubles comme le gonflement des seins et de l’abdomen, ainsi qu’une prise de poids. Petit à petit,le taux d’œstrogènes chute également, provoquant progressivement l’arrêt des règles. C’est sans doute la période la plus difficile à vivre, avec, pour certaines, l’apparition des bouffées dechaleur, une perturbation du sommeil, des troubles de l’humeur, une baisse de la libido et une sécheresse vaginale.

Bien qu’il y ait une absence de règles, l’arrêt définitif du fonctionnement des ovaires peut prendre de six mois à un an. S’ensuit alors la dernière phase, celle qui accompagne la femme jusqu’à la fin de sa vie, la post-ménopause .

PLANTES PHYTOPROGESTATIVES :

phase de pré-ménopause

L’ALCHEMILLE

Alchemilla vulgaris

alchmille.jpgPetite plante des prés, elle éclaire les pâturages frais et humides de ses feilles vert bleuté. Ses fleurs vert-jaune passent quelque peu inaperçues. Elle possède des propriétés semblables à celles de la progestérone ( progestérone-like) et soulage congestions, jambes lourdes, problèmes de circulation du sang…… Ne la prenez pas plus de 10 jours, car l’alchémille, astringente, peut provoquer une constipation. A alterner avec la salsepareille.

deco.gif INFUSION : versez 1 litre d’eau bouillante sur 20 à 30 g de feuilles et fleurs sèches. Couvez, laissez infuser 15 minutes et buvez 3 tasses par jour loin des repas.

LA SALSEPAREILLE

Smilax aspera

 

salsepareille1.jpg Plante vivace des terrains incultes de la région méditerranéenne, ce liseron épineux envahit les plantes alentours et le sol de ses lianes grimpantes et acérées, d’un à deux mètres de long. Ses feuilles sont persistantes et ses fleurs dont disposées en ombelles jaunes, vertes ou blanches. Sa racine renferme des composants qui stimulent la production de progestérone.

deco.gif DÉCOCTION À JEUN : faites bouillir l’équivalent d’une tasse à thé d’eau avec une cuillerée à soupe de racine. Réduisez de moitié, à feu doux, en n’oubliant pas de couvrir. Sucrez et buvez le liquide obtenu le matin à jeun.

deco.gif DÉCOCTION: versez 50 à 60 g de racine dans 1 litre d’eau froide. Portez à ébullition, couvrez, réduisez votre feu et continuez la cuisson jusqu’à évaporation de moitié. Buvez le liquide obtenu en 3 fois, entre les repas.

PLANTES PHYTOœSTROGÉNIQUES :

Phase de ménopause

LA SAUGE

Salvia officinalis

sauge.jpg La sauge fait partie des plantes les plus riches en phytoœstrogènes. Elle est particulièrement préconisée pour les troubles suivants: bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, palpitations, gonflements divers…..

deco.gif INFUSION: dans 1 litre d’eau bouillante, versez 20 g de feuilles. Couvrez, patientez une dizaine de minutes, filtrez et buvez une tasse après chaque repas et, en cas de sueurs nocturnes, une tasse avant de vous coucher.

deco.gif TEINTURE: dans un récipient en verre, versez un volume de feuilles de sauge pour deux volumes d’alcool à 40 °. Fermez et laissez macérer, à l’abri de la lumière et de l’humidité, une quinzaine de jours, tout en remuant tous les 2 jours. Filtrez, pressez afin d’exprimer le jus contenu dans les feuilles et conservez dans de petites bouteilles opaques en verre. Prenez une cuillère à café dans un peu d’eau 2 à 3 fois par jour.

LUZERNE ET TREFLE ROUGE

Medicago sativa et Trifolium pratense

mdicago.jpgtrflerouge.jpg

Luzerne                                                                            Trèfle rouge

Eh bien non,ce n’est pas une blague, ces deux plantes ne sont pas réservées uniquement aux vaches, moutons, lapins, chevaux que l’on trouve dans le beau pays Normand d’où est issue notre chère amie Farandoles pour qui les bestiaux n’ont aucun secret … » crévindiou  » dixit Farandoles … » Crévindiou  » Altération de sacrés vingt dieux avec aphérèse; L’altération de la prononciation permet d’éviter le blasphème, tout en créant un juron plaisant imitant les anciens jurons par euphémisme.

Rhumm rhummm ! Revenons à notre luzerne !

Ces deux plantes contiennent des isoflavones qui ont la particularité d’augmenter le taux d’œstrogènes dans le sang. De plus, la luzerne est très riche en protéines, vitamines A, B, C, E, calcium, potassium, fer et zinc, de quoi pallier tous les déficits dont vous souffrez.

moutonsdanspr.jpg

Donc, cet été, vous savez ce qu’il vous reste à faireemoticone

Plus sérieusement ,

deco.gif INFUSION: mélangez à part égale des fleurs séchées de trèfle rouge et des sommités fleuries séchées de luzerne. Versez 3 cuillerées à soupe du mélange dans 1 litre d’eau bouillante, couvrez et patientez une bonne vingtaine de minutes. Filtrez et buvez une tasse à chaque repas.

PLANTES REMINÉRALISANTES

Phase de post-ménopause

LA PRÊLE

Equisetum arvense

prele.jpg Plante colonisatrice des lieux humides et argileux, la prêle dresse fièrement ses tiges, brun rougeâtre avec un épi de sporanges au sommet en hiver, et vertes avec des anneaux emboités les uns sur les autres en été. Extrêmement riche en silice, elle est efficace contre  cystite, arthrite, rhumatisme, ostéoporose…..Ce sont les tiges d’été, stériles, qui sont utilisées.

deco.gif DECOCTION: faites tremper 50 à 60 g de plantes sèches dans 1 litre d’eau froide pendant quelques heures, puis portez le tout à ébullition. Laissez cuire à petit feu pendant une demi-heure, laissez refroidir une dizaine de minutes et filtrez. Prenez l’équivalent d’un  petit verre à moutarde trois fois dans la journée avant chaque repas.

L’ORTIE PIQUANTE

Urtica dioica

ortiepiquante.jpgLes feuilles de l’ortie sont riches en protéines et elle contient des vitamines, sels minéraux et oligo-éléments: 2,5 fois plus de fer que les épinards, 6 fois plus de vitamine C que les oranges.

deco.gif INFUSION: versez sur 60 g de feuilles 1 litre d’eau bouillante. Couvrez, laissez infuser un bon quart d’heure, filtrez et buvez une tasse avant chaque repas.

deco.gif INFUSION-SOUPE : préparez une soupe de pomme de terre légère, ajoutez-y une infusion concentrée d’ortie ( 1/4 de litre d’eau bouillante pour 60 à 100 g de feuilles ). Vous pouvez soit filtrer l’infusion, soit garder les feuilles, celles-ci ayant perdu leur piquant à la cuisson. L’ortie se consomme d’ailleurs depuis des siècles, crue ou cuite. Prenez des jeunes pousses, surtout pas celles montées en graine.

 

 

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 11 Commentaires »

12345...20
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant