• Accueil
  • > Recherche : culture salsifis

Résultats de votre recherche

SALSIFIS DES PRES

Posté par eurekasophie le 14 août 2009

salsifisgraines.jpg               Salsifis des prés: graines

salsifisdespresmvc827f.jpg

Salsifis des prés
 

( Tragopogon pratensis )

( Composées ou Astéracées )

Synonyme(s) : Barbe de bouc, Barbouzet, Salsifis bâtard

Salsifis des prés
 Tragopogon pratensissubsp. minor
Tragopogon pratensis
subsp. minor
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Tragopogon
Nom binominal
Tragopogon pratensis

Le salsifis des prés (Tragopogon pratensis) est une plante herbacée appartenant à la famille des Asteraceae (ou Composées) et au genre Tragopogon. On l’appelle souvent barbe-de-bouc du fait que son capitule, presque toujours fermé, laisse simplement dépasser quelques poils blanchâtres ou brunâtres semblables à une barbiche.


DESCRIPTION :Le salsifis des prés est une plante herbacée bisannuelle, pouvant mesurer jusqu’à 60 cm de hauteur, dénuée de pubescence. La tige, dressée et généralement simple, est plus rarement rameuse. Les feuilles, étroites et lancéolées, sont disposées le long de la tige qui est gainée par la base élargie des feuilles elles-mêmes. En outre, elles sont longues, pointues et entières. Les fleurs sont réunies en inflorescences en capitule, de couleur jaune. Elles sont le plus souvent solitaires. Les fruits, allongés, ont une forme qui évoque un bec et ils se terminent par une touffe duveteuse.



CULTURE ET RÉCOLTE :Répandu dans le sud-est de l’Europe, elle est commune dans les prés humides, gras, et dans les pâturages alpins; elle peut se rencontrer jusqu’à 2 000 mètres d’altitude. Les feuilles se récoltent durant la floraison, les racines au printemps ou en automne.

ATTENTION :

 


Ne pas consommer les graines !
salsifis.jpg

Utilisations officinales : les racines contiennent des substances expectorantes, béchiques et dépuratives.

Utilisations culinaires : les jeunes tiges peuvent être consommées comme des asperges.

- racines crues hachées en salades,
- racines cuites taillées en lamelles (avec du vin blanc pour éviter qu’elles ne noircissent),
- jeunes feuilles en salades,
- feuilles cuites en légumes,
- boutons floraux en légumes.

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

La bardane

Posté par eurekasophie le 25 septembre 2008

bardane3.jpgbardane1.jpg

NOMS COMMUNS :
Bouillon noir, Napolier, Glouteron, Gratteau, Grateron, Grappon, Grippe copeau, Herbe à la teigne, Oreille de géant, Peignerolle, Pignet.CONSTITUANTS CHIMIQUES PRINCIPAUX :
polysaccharides dérivés du lévulose, substances insaturées antibacériennes.

PARTIES UTILISEES :
la racine

UN PEU D’HISTOIRE :Elle fait la joie des enfants qui se bombardent ou décorent leurs vêtements avec ses fruits, hérissés de petits crochets, qu’ils appellent « balles collantes » et « boutons de pompier » ou « de mendiant ». Elle fait aussi celle des grandes personnes lorsqu’elles savent les services qu’elle peut leur rendre.
Considérée à juste titre comme l’un des plus beaux spécimens de notre végétation indigène, la bardane est commune sous presque tous les climats (Virgile conseillait d’en débarrasser les prairies car elle est un mauvais fourrage) et s’accommode de tous les terrains.

Ce sont les feuilles et la racine qu’on utilise en thérapeutique ou… en gastronomie : en effet, dans le midi de la France, en Italie, dans les pays scandinaves et au Japon, on déguste ses jeunes feuilles en salade et on mange sa racine, bouillie puis passée au beurre comme les salsifis; ce qu’en dit Robert Landry : « une valeur discrètement cotée à la bourse des gastronomes » n’est cependant pas tellement encourageant…

En revanche, sa cote à la bourse des remèdes est confortable et ce depuis que le roi Henri III fut guéri, grâce à elle, de la syphilis disent les uns, d’une maladie de peau disent les autres, par son médecin Pena. Ce qui est certain, c’est que la bardane a permis au docteur Cazin de guérir effectivement un cas de syphilis tertiaire et qu’elle est un des meilleurs remèdes contre les affections cutanées.

DESCRIPTION :La Bardane est une plante bisannuelle ou vivace à racine fusiforme, charnue, longue, de la grosseur d’un doigt, blanchâtre en dedans, brune en dehors. La tige, dressée, haute de 1 mètre et plus, est cylindrique, strièe, rougeâtre, ferme, épaisse, rameuse. Les feuilles sont très larges, un peu cordiformes, plus petites en s’élevant vers le sommet, un peu dentées sur les bords, d’un beau vert dessus, cotonneuses dessous. Les fleurs, violet-pourpre, sont groupées en petits capitules constituant une panicule terminale. Elles sont entourées d’un grand nombre de petites bractées étroites, rudes, imbriquées, dirigées dans tous les sens, terminées au sommet par un petit crochet recourbé à l’extérieur.

CULTURE ET RÉCOLTE :Visible dans toute l’Europe, l’Asie, la Sibérie, le Japon, l’Amérique, la Bardane est absente de la région méditerranéenne. Sa culture se pratique à partir des graines dès leur maturité. N’attendez pas, semez-les tout de suite, en plein champ assez profondément, entre 30 et 40 centimètres. La racine de Bardane se récolte au printemps de la deuxième année, avant l’apparition des fleurs. Après l’avoir lavée et débarrassée des radicelles, coupez-la en rondelles, que vous mettez à sécher dans des endroits secs, aérés, chauffés si nécessaire.

USAGES :La racine très allongée, riche en polyènes et acides-alcools détermine l’activité thérapeutique de la bardane. La bardane a une action dépurative de la peau par son rôle de draineur. Les acides-phénols favorisent l’élimination des toxines au niveau du foie (cholèrètiques) et des reins (diurétiques). De plus, les polyénes présents sont des antibactèriens et antifongiques (contre les champignons cutanés), renforçant l’action dépurative. La racine de bardane est donc utilisée à juste titre en cas d’acné, d’eczéma, de furoncle et d’autres affections de la

peau. Son association avec la pensée sauvage permet une synergie d’action. La bardane est aussi utilisée en cas de diabète car on a constaté un effet normoglycémiant, permettant d’abaisser une glycémie trop élevé.

INDICATIONS :- ACNÉ,
- ECZÉMA,
- FURONCLES,
- STIMULATION DES FONCTIONS D’E’ LIMINATION DU FOIE ET DES REINS,
- TRAITEMENT ADJUVANT DU DIABÊTE.

Publié dans "B**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant