Résultats de votre recherche

FEMMES ENCEINTES……

Posté par eurekasophie le 13 novembre 2009

grossesseproprieteshut.jpg 

 

 

 

FAUT-IL AVOIR PEUR DE LA GRIPPE H1N1 ?

Au moment où j’écris cet article , un peu plus de 100 000 personnes, en France, ont été touchées par la

fameuse grippe A. Bien qu’elle ne semble pas redoutable, cette maladie fait grand bruit !

Et l’on parle chaque jour des vaccins tout prêts à surgir, avec en ligne de mire, la vaccination prioritaire des femmes enceintes.

La polémique est en route…..

Le vaccin prévu au départ devait contenir un dérivé de mercure, mais, pour les femmes enceintes,

cet excipient serait évité. Faut-il pour autant se faire vacciner ?

Il existe des stratégies naturelles de prévention, je vous les ai présentées dans des articles précédents.

Aujourd’hui, à la suite du courrier d’une internaute, nous nous intéressons plus particulièrement au cas des femmes enceintes....

 » Mon épouse est enceinte de 3 mois 1/2 , elle est enseignante ( prof. de sport ) en collège et nous sommes inquiets par rapport à la grippe A.

Vos conseils donnés dans les articles dans  » Prendre soin de soi  » sont-ils adaptés à une femme enceinte ?  »

Article de Didier Le Bail

pour le magasine  » Belle-Santé  »

gailuronanim.gif< Dis, Sosso, t’es toute pâlichichonne,  t’as l’air fatiguée, pas en forme quoi . Tu nous aurais pas caché quelque chose quand même, hein !!! Comme un p’tit polichinelle dans l’tiroir ???? D’où cet article ….D’abord, c’est qui ce Didier Le Bail ? Qu’est-ce-qu’y vient faire sur ton blog ? Ben quoi, qu’est-ce-que j’ai encore dit de pas convenableuu ?

                                           

                                                                  

                                                                         chien.gif <Tsss tssss, y’a qu’un abruti comme toi pour imaginer de telles choses. On commence par voir des cigognes , et on finit par voir des rats se balader sur l’édredon . Vas te faire empapaouter et tu devrais diminuer les doses de pastaga l’ahuri. Nan mais ! Pardon M’sieur Le Bail , j’vous laisse à votre clavier. Nan mais c’est vrai ça , j’peux pas laisser dire des choses comme ça .

decopunaise.gif1) Stratégie basique de prévention pour la femme enceinte :

Cure au long cours de spiruline des Andes ( Flamant vert), à raison de 4 à 5 comprimés matin et soir. Il est recommandé de bien mâcher les comprimés avant d’avaler, sauf si l’on n’apprécie guère le goût du produit. Augmenter les doses progressivement.

Application cutanée d’une lotion aromatique à faire préparer dans une pharmacie spécialisée en aromathérapie. En voici la formule:

- HE Cinnamomum camphora CT cinéole          3 ml

- HE Eucalyptus radiata ssp radiata                       1 ml

- HE Thymus vulgaris CT thujanol                        1 ml

- HE Laurus nobilis                                                      1 ml

- HE Melaleuca quinquenervia CT cinéole          1 ml

- HV Noisette                                                    QSP    15 ml

En prévention, 6 gouttes sur le thorax et 6 gouttessur le dos matin et soir pendant la période virale à risque.

decopunaise.gif 2) En curatif, dès l’apparition des premiers symptômes:

Démarrer un traitement à base de gélules préparées à l’avance en pharmacie. Formule de ces gélules:

- HE Cinnamomum camphora CT cinéole           25 mg

- HE Thymus vulgaris CT thujanol                         25 mg

- HE Laurus nobilis                                                      10 mg

- HE Eucalyptus radiata ssp radiata                        25 mg

- Excipient QS pour faire une gélule

Prendre 1 gélule 4 fois par jour pendant 5 jours, soit 20 gélules au total.

En cas de pathologie sous-jacente faisant craindre la survenue de complications respiratoires, il existe la possibilité de remplacer ces gélules par des capsules d’HE d’origan compact.

Précision d’importance :

Le traitement par voie orale n’est réalisable qu’à partir du 4 ème mois de grossesse, pas avant.

picture13.jpg< Bon, qu’est-ce-que je fais, j’en prends un pour taper sur l’autre ? C’est vraiment le gros binzzzss . Petite précision: j’ai cherché sur Internet le sens du mot  » empapaouter  » qu’utilise mon  ami et collaborateur Ralphy … C’est bien un mot existant dans le jargon français , en gros ça veut dire : va te faire voir chez les grecs  » .

Pour ce qui est du reste, je laisse l’illuminé du second étage patauger dans la choucroute ( et c’est dommage because j’ai une folle envie de choucroute) , imaginer des scénarios genre  » Cosette  » ou les  » Misérables  » , mais c’est son cinéma à lui !!!! Je voudrais juste, pour conclure dire  merci à Didier Le Bail pour sa précieuse collaboration .

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Ca te chatouille ou ça te gratouille ?

Posté par eurekasophie le 5 octobre 2009

chieninfos.gif

chienquisegratte2.gifchiencroixrouge.gifchienquisegratte2.gif

Beaucoup de raisons expliquent pourquoi les chiens se grattent le museau

Les chiens se grattent le museau pour une foule de raisons, qu’il s’agisse de problèmes de comportement ou de santé. Toutefois, sans information supplémentaire et sans examen du museau, il est difficile de déterminer la cause précise. Si le chien se gratte quand il joue, qu’il mâche un jouet ou après un repas et qu’il n’y a pas d’autre symptôme ni de changement dans la région faciale, le problème peut être comportemental et sans conséquence. Ainsi, après leur repas, beaucoup de chiens se servent de la moquette comme d’une serviette de table, au grand désespoir de leur maître.

Il faut examiner le museau du chien et y rechercher les signes d’abrasion, de croûte, de perte de poils, de changement de la coloration de la peau ou d’odeur. La présence de l’un de ces signes d’un problème cutané peut être symptomatique. L’animal peut être infesté par des parasites, comme dans le cas de la gale, ou être atteint d’une affection cutanée ou du système immunitaire. Un chien qui éternue ou dont le nez coule quand il se gratte peut avoir un problème nasal ou de sinus.

Enfin, il ne faut pas oublier d’examiner les dents de l’animal. Les maladies des gencives et des dents sont courantes chez les animaux et l’inconfort qu’elles causent se manifeste souvent par le grattage et le frottement du museau. Pour en avoir le cœur net, il suffit de soulever les lèvres du chien et d’examiner ses gencives pour voir si elles sont rouges ou s’il y a accumulation de tartre ou de plaque sur les dents (on voit alors des taches brunâtres sur la surface des dents ou près des gencives, surtout sur les molaires). Si l’examen révèle la présence de l’un de ces problèmes, une maladie dentaire peut être la cause du grattage et elle doit être soignée.

En fin de compte, quand un chien se gratte et se frotte le museau, il faut faire un examen de l’animal pour déterminer la cause de son comportement. Si certains des symptômes décrits ci-dessus accompagnent le grattage ou le frottement, il est préférable de faire examiner l’animal sans tarder par un vétérinaire, car les troubles de la santé sont beaucoup plus faciles à traiter dès les premiers symptômes que lorsqu’ils ont eu le temps de s’aggraver.

Publié dans COMPORTEMENT DU CHIEN, NOS ZAMIS LES ZANIMAUX | 9 Commentaires »

ON LE ( LA ) FAIT STERILISER …

Posté par eurekasophie le 18 septembre 2009

chien0.gif 

 

 

OU PAS ?

chiennequiallaite.jpg

Avoir des petits, ce n’est pas nécessaire à son équilibre psychique, comme on

l’entend souvent dire. Et, chez la femelle, une stérilisation avant la

puberté peut même lui éviter des maladies graves !

Alors forcément, ça mérite réflexion…..

Demandez à un français s’il accepte de castrer son chat ou son chien et d’office, il répond que non ! Les Américains, qui préfèrent parler de

 » neutralisation » , ne donnent pas dans l’anthropomorphisme. Chien ou chienne, chat ou chatte, la très grande majorité de ce petit monde y est opéré. Or, depuis que la stérilisation s’est généralisée Outre-Atlantique, les cancers des mamelles chez la chienne et la chatte ont quasiment disparu. Quant aux animaux abandonnés pour cause de portée non désirée, ils ont aussi cessé d’alimenter leurs refuges. Autant d’arguments en faveur de la stérilisation qui ne peuvent laisser insensibles les amoureux des animaux, même s’il est vrai que le premier réflexe serait de laisser faire la nature.

chatsgroupe.gifDANS LA GENTE FELINE chatsgroupe.gif

 

decopunaise3.gif Chez la chatte :

A moins d’avoir une chatte que vous destinez à la reproduction, par exemple, parce qu’il n’y a plus beaucoup de spécimens de sa race et que vous souhaitez préserver la biodiversité, la question question de la stéréliser ou pas ne devrait plus se poser. En effet, les avantages sont multiples. Déjà, si votre chatte a accès à l’extérieur, vous allez l’empêcher d’avoir des chatons non désirés. Vous allez aussi protéger votre chatte des métrites ( infections utérines graves ) , des tumeurs mammaires et même augmenter son espérance de vie, puisqu’un chat — mâle ou femelle— a moins de risque de s’éloigner de chez vous, une fois stérilisé. Enfin, vous allez vous assurer une certaine tranquillité, car il faut bien avouer que le défilé de chats prêts à se battre au beau milieu de la nuit pour votre dulcinée n’a rien d’une valse de Strauss !

La stérélisation d’une chatte consiste à lui retirer ses ovaires sous anesthésie générale. Pour prévenir les risques infectieux, le vétérinaire donne des antibiotiques avant l’intervention et parfois dans les jours qui suivent. Le plus souvent, il est possible de la récupérer dans la demi-journée : ayez le réflexe Arnica ( 3 granules en 4 CH , 3 fois par jour pendant 24 heures ) , vous faciliterez d’autant la cicatrisation ! Ensuite, il suffit de la garder chez vous, avec interdiction formelle de sortir pendant au moins 48 heures. Comptez de 100 à 180 € pour l’intervention. Les dispensaires des SPA proposent cette opération à moindre coût pour les personnes à revenus modestes.

decopunaise3.gif Chez le chat :

L’espérance de vie d’un chat non stérilisé étant trois fois moindre que celle d’un chat castré ( du fait des risques d’accidents de la voie publique, de bagarres, etc.), le stériliser est un bon moyen de le protéger. L’intervention est encore plus simple que pour la femelle: les testicules sont retirés après incision au niveau du scrotum. Là encore, pensez à l’Arnica dans les suites de l’opération. Il n’y a qu’à le laisser 48 heures au calme et le tour est joué. Comptez de 60 à 120 € pour l’intervention.

chiens5.jpgVERSION CANINE chiens5.jpg

decopunaise3.gifChez la chienne :

Comme pour la chatte, le but de l’opération est d’éviter que votre chienne ne fasse des tumeurs mammaires et des métrites quelques années plus tard, deux causes fréquentes de décès prématuré, de limiter les risques de grossesse nerveuse et d’éviter certaines nuisances, comme les pertes de sang et surtout, une meute de chiens à ses trousses! Seul bémol : de toutes les stérilisations, c’est la plus complexe. D’où l’intérêt d’une bonne préparation homéopathique. Donnez-lui le matin même de l’opération : Arnica 9 CH ( 1 dose ) . L’intervention dure environ 1 heure et le vétérinaire prescrit des antalgiques par voie orale, à donner pendant les 4-5 jours qui suivent. De votre côté , rajoutez Pyrogenium 9 CH ( 1 dose ) juste le soir de l’intervention pour prévenir aussi l’infection. Ensuite, pendant 10 jours, il faut vraiment tenir votre chienne au calme: seules les promenades hygiéniques, en laisse courte, sont autorisées. C’est important pour éviter que la suture ne lâche. Si vraiment votre jeune chienne ne tient pas en place, n’hésitez pas à lui donner un calmant homéopathique comme PVB Sédatif Nerveux ® ou Nervosyl ®. Le coût de l’opération est de 300 à 450 €. Cela peut sembler élevé, mais comme il n’y a pas de risque ultérieur de tumeurs mammaires et pas de risque de métrite en cas de stérilisation précoce, cela revient finalement moins cher, à long terme, que de ne rien faire.

decopunaise3.gif Chez le chien :

Finalement, c’est le seul pour qui une stérélisation avant l’âge adulte est sans intérêt pour la santé. Elle n’a pas non plus d’utilité dans la régulation des portées, car votre chien n’est pas censé vagabonder. Il n’y a donc pas lieu de l’opérer, sauf cas particulier où vous possédez une femelle que vous destinez à la reproduction, mais avec un autre que lui ! Pour les quelques chiens stérilisés, l’intervention repose sur une incision le long du pénis en avant du scrotum, afin de faire sortir les testicules. Les suites sont simples ( surtout avec Arnica ), comme pour les chats. Comptez entre 200 et 300 €.

LE TRAITEMENT HORMONAL,

 LA PIRE DES SOLUTIONS !

Il existe bien des comprimés ou des piqûres à base d’hormones progestatives, pour chiennes et chattes, mais leurs performances n’ont rien à voir avec la pilule utilisée par des millions de femmes ! Déjà avec un comprimé, le risque est grand que votre animal aille le recracher quelques mètres plus loin. Et comme comprimés et piqûres se donnent à des périodes bien précises de l’année ( à calculer en fonction de ses dernières chaleurs ), bon nombre de propriétaires y perdent leur latin. Enfin, la pilule semble augmenter les risques de diabète, d’infection graves de l’utérus et de tumeurs mammaires. Pire: si vous en donnez à une femelle gestante, vous mettez carrément sa vie en danger. Pour toutes ces raisons, la contraception orale ne doit vraiment être utilisée que comme solution de dépannage.

Publié dans NOS ZAMIS LES ZANIMAUX, On le ( la ) fait steriliser ? | 6 Commentaires »

LETTRE D’UNE MAMAN BLONDE…..

Posté par eurekasophie le 5 septembre 2009

humour00.gifsamedi1.gif humour01.gif

 

 

 

à son fils.

 

Cher fils,

Je t’écris ces lignes pour que tu saches que je t’écris. Alors, si tu reçois cette lettre, c’est qu’elle est bien arrivée. Si tu ne la reçois pas, tu me préviens pour que je te la renvoie. Je t’écris lentement parce que je sais que tu ne lis pas très vite.

L’autre jour, ton père a lu que selon les enquêtes la plupart des accidents arrivent à 1 km de la maison, ainsi nous nous sommes décidés à déménager plus loin. La maison est superbe; elle a une machine à laver, mais je ne suis pas sûre qu’elle fonctionne. Hier, j’ai mis le linge dedans, j’ai tiré la chasse et je n’ai plus vu le linge depuis, mais bon. Le temps ici n’est pas trop mauvais. La semaine dernière il a plu seulement deux fois. La première fois, la pluie a duré 3 jours, la deuxième 4.

A propos de la veste que tu voulais, ton oncle Pierre m’a dit que si nous te l’envoyions avec les boutons, comme ils sont lourds, ça coûterait plus cher; alors, nous avons enlevé les boutons et les avons mis dans la poche.

Nous avons enfin enterré ton grand-père; nous avons trouvé son corps lors du déménagement. Il était dans l’armoire depuis le jour où il a gagné jouant à cache-cache.

Je te raconte que l’autre jour, il y a eu une explosion à gaz dans la cuisine, et ton père et moi sommes sortis propulsés dans l’air au dehors de la maison; quelle émotion! c’est la première fois que ton père et moi sortons ensemble depuis des années.

Le médecin est venu à la maison pour voir si nous étions bien et il m’a mis un tube en verre dans la bouche. Il m’a dit de la fermer pendant 10 minutes, ton père lui a proposé de lui racheter le tube.

Et puisqu’on parle de ton père, je t’annonce qu’il a du travail, il en est fier, il travaille au-dessus d’à peu près 500 personnes. Il l’ont pris pour couper le gazon dans le cimetière.

Ta soeur Julie, celle qui s’est mariée avec son mari, elle a enfin mis au monde, mais on ne sait pas encore le sexe, je ne saurais pas te dire si tu es oncle ou tante.

Ton père a demandé à ta soeur Lucie si elle est enceinte, elle lui a dit que oui, de 5 mois déjà; mais là, ton père a demandé si elle était sûre qu’il était d’elle. Lucie lui a dit que oui. Quelle fille solide, quelle fierté, tel père telle fille.

Ton cousin Paul s’est marié et il prie tous les jours devant sa femme, parce qu’elle est vierge.

Par contre, on n’a plus revu l’oncle Isidore, celui qui est mort l’année dernière.

Ton chien Pouky nous inquiète, il continue à poursuivre les voitures à l’arrêt.

Mais ton frère Jeannot, c’est pire. Il a fermé la voiture et il a laissé les clefs à l’intérieur. Il a dû aller chez lui chercher le double pour pouvoir nous sortir tous de là.

Bon, mon fils, je ne t’écris pas l’adresse sur la lettre, je ne la connais pas. En fait, la dernière famille qui a habité ici est partie avec les numéros pour les remettre dans leur nouveau domicile. Si tu vois Marguerite, passe lui le bonjour. Si tu ne la vois pas, ne lui dis rien.

Ta mère qui t’adore

Antoinette

P.S. J’allais te mettre quelques sous, mais j’ai déjà fermé l’enveloppe.

humour05.gifhumour03.gifhumour021.gif

 

 

 

POUR LE PETIT-FILS D’ANNE

 

samedi8.gif

samedi4.gifsamedi7.jpgsamedi4.gif

 

samedi8.gifsamedi9.gifhumour00.gif

 

humourchat.gifsamedi10.gifchatordi.jpghumourchat.gif

 

chatsligne1.gifsamedi6.gifchat.gifchat.gif

 

 

Je sais que certaines de ces images te plaisent beaucoup …..elles sont pour toi .

Bon samedi avec mamie Anne

Sois bien sage .

samedi2.gif

Sophie

Publié dans HISTOIRE D'EN RIRE | 9 Commentaires »

…UN SAVOIR SUR LES VERTUES MEDICINALES DES PLANTES ……

Posté par eurekasophie le 3 septembre 2009

aubepin2.jpgpanoramix.jpg alkkenge.png

 

 

logoaromathrapie4.gif

Au cours des siècles, les anciens ont accumulé un véritable savoir sur les vertues médicinales des plantes. Tout le monde a entendu parler des remèdes de santé de nos grand-mères : ail, choux,… sous forme de cataplasme ou de décoction.

Mais il existe aussi une antique tradition de soins par les fleurs ; ceux-ci sont moins connus car ils nécessitent une manipulation et un dosage extrêmement précis. Je vous indique dans cet article d’une manière générale les effets thérapeutiques des fleurs sauvages en vous mettant particulièrement en garde contre une utilisation non avertie. Certaines de ces plantes peuvent être extrêmement dangereuses, même à des doses infinitésimales, aussi ne jouez pas à l’apprenti-sorcier !

lignebettyboop.gif

CIRCULATION DU SANG logophyto.jpg

Antihémorragiques – antihémorroïdales – antivariqueuses
Aigremoine, Bistorte (ou Serpentaire rouge), Bourse-à-pasteur, Marronnier d’Inde, Prêle, Consoude, Githago (vénéneux), Limaire, Millefeuille, Myrtille, Lamier blanc, Petit plantain, Salicaire, Pimprenelle.

Hipotensives (qui font baisser la tension artérielle).
Ail,
Alliaire, Bourse-à-pasteur, Fumeterre officinale, Chiendent, Citron, Olivier, Groseillier rouge, Gui.

Sédatives de l’activité cardiaque.
Aubépine, Genêt, Mélisse,
Lamier blanc, Valériane.

Stimulatrices et toniques cardiaques.
Aconit, Adonis,
Arnica, Digitale jaune, Digitale pourpre , Hellébore fétide, Fumeterre, Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Muguet, Rose de Noël.

APPAREIL DIGESTIF logophyto.jpg

Antispasmodiques et carminatives (contre les spasmes de l’estomac et de l’intestin, les flatulences gastriques et les gaz intestinaux).
Ail, Angélique sauvage, Belladone (vénéneuse), Camomille, Gentiane,
Pissenlit, Genévrier, Jusquiame (vénéneuse), Mélilot blanc, Thym Serpolet, Stramoine Métel (vénéneuse), Tanaisie, Thym, Valériane.

Antiulcéreuses (de l’estomac).
Chou,
Consoude, Chiendent, Grande Ortie, Lamier blanc, Thym Serpolet, Thym, Pensée sauvage.

Antiémétiques (qui arrêtent les vomissements).
Menthe, Primevère, Citronnier.

Astringentes (par voie interne, contre les diarrhées et les dysenteries).
Aigremoine, Alchémille vulgaire, Bïstorte (ou Serpentaire rouge), Bourse-à-pasteur, Capillaire, Marronnier d’Inde, Fraisier des bois, Citronnier, Myrtille, Airelle rouge, Nénuphar, Grande Ortie, Lamier blanc, Parnassia, Pervenche, Petit Plantain, Prunellier, Chêne rouvre, Eglantier, Ronce, Salicaria, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Pimprenelle, Busserole.

Bouche et dents.
Guimauve, Consoude, Iris d’Allemagne, Mauve,
Mauve Alcée, Menthe, Thym Serpolet, Thym, Ronce (ou Mûrier sauvage).

Cholérétiques et cholagogues (qui stimulent la sécrétion biliaire et en facilitent l’évacuation dans l’intestin).
Absinthe, Bourrache, Buis,
Chardon Roland, Eupatoire, Chélidoine, Petite Centaurée, Chicorée sauvage, Oignon, Cuscute, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fougère royale, Fumeterre, Chiendent, Menthe, Bugrane épineuse, Romarin, Sauge officinale, Sauge des près, Sauge visqueuse, Thym, Liseron des champs.

Digestives, stomachiques, stimulatrices de l’estomac.
Ail, Aigremoine, Angélique sauvage,
Arnica, Armoise vulgaire, Camomille, Chardon argenté, Petite Centaurée, Chicorée sauvage, Pissenlit, Achilée musquée, Grand-Taconnet, Génépi des Alpes, Gentiane, Genévrier, Laurier noble, Citronnier, Houblon, Menthe, Mille-feuille, Parnassia, Pervenche, Rhubarbe des moines, Romarin, Sauge, Sauge des près, Sauge visqueuse, Thym Serpolet, Tanaisie, Thym, Véronique officinale, Trèfle d’eau (ou Ményanthe), Verveine commune.

Laxatives.
Guimauve,
Chardon Roland, Eupatoire, Petite Centaurée, Alkékenge, Oignon, Cuscute, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fumeterre, Mauve, Pêcher, Rhubarbe des moines, Sureau noir, Pensée des Alpes, Pensée sauvage.

Purgatives.
Buis, Bryone (ou Vigne blanche) (dangereuse), Eupatoire, Chélidoine, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fusain (dangereux), Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Pêcher, Ricin (vénéneux), Sureau noir, Raisin d’Amérique, Baguenaudier, Liseron des champs.

Emétiques (qui provoquent les vomissements).
Bryone ou Vigne blanche (dangereuse),
Cyclamen, Fusain (dangereux), Narcisse, Saponaire officinale, Sceau-de-Salomon, Raisin d’Amérique, Varaire (ou Ellébore blanc) (vénéneux), Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

APPAREIL RESPIRATOIRE logophyto.jpg

Antiasthmatiques.
Ail,
Aigremoine, Angélique sauvage, Belladone, Aubépine, Chélidoine, Lierre terrestre, Ephédra (dangereux),Jusquiame (vénéneuse), Millepertuis perforé, Hysope, Mélisse, Menthe, Pin sylvestre, Polygala commun, Coquelicot, Romarin, Sauge officinale, Sauge des près, Sauge visqueuse, Bouillon-Blanc, Tussilage, Thym, Valériane.

Antiseptiques et balsamiques (qui désinfectent et calment les inflammations des voies respiratoires).
/

Expectorantes, Béchiques (qui favorisent l’expulsion des catarrhes bronchiques et calment la toux).
Bouleau,
Bruyère incarnate, Ephédra (dangereux), Achillée musquée, Génépi des Alpes, Genévrier, Millepertuis perforé, Hysope, Myrtille, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Thym, Angélique sauvage, Guimauve, Bourrache, Polygala faux-buis, Capillaire, Oignon, Consoude, Cresson, Lierre terrestre, Hysope, Mauve, Origan (ou Marjolaine sauvage), Coquelicot, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Polygala vulgaire, Pulmonaire, Pâquerette, Primevère, Saponaire officinale, Bouillon-blanc, Véronique officinale, Tussilage, Pensée des Alpes.

Pectorales (contre les affections de poitrine, c’est-à-dire des voies respiratoires).
Bourrache, Guimauve, Oignon,
Consoude, Cresson, Polypode (ou Réglisse des bois), Chiendent, Millepertuis perforé, Achillée musquée, Vipérine (ou Langue d’oie), Génépi des Alpes, Mauve, Pariétaire, Petit Plantain, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Sureau noir, Tussillage, Bouillon blanc, Pensée des Alpes, Anthyllide vulnéraire.

SYSTEME NERVEUX logophyto.jpg

Antispasmodiques (contre les spasmes, c’est-à-dire les contractions musculaires excessives et persistantes soit des muscles, soit des fibres contractiles internes).
Aconit napel, Anémone des Alpes (dangereuse), Angélique sauvage, Arnica, Aubépine, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Marronnier d’Inde, Fumeterre, Jusquiame (vénéneuse), Mélilot blanc, Mélisse, Menthe, Achillée millefeuille, Morelle noire, Sclarée, Narcisse, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Véronique officinale, Tussilage, Valériane, Gui.

Excitantes.
Ail, Angélique sauvage, Armoise vulgaire, Absinthe, Basilic, Cresson,
Genévrier, Laurier noble, Menthe, Berce, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Thym serpolet, Tanaisie, Thym.

Sédatives.
Aristoloche (dangereuse), Basilic,
Belladone, Aubépine, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Ellébore fétide (vénéneuse), Fumeterre, Jusquiame (vénéneuse), Houblon, Mélilot blanc, Morelle noire, Nénuphar, Coquelicot, Bouillon blanc, Valériane.

VICES DU SANG – APPAREIL GENITO-URINAIRE logophyto.jpg

Antidiabétiques.
Aigremoine, Bardane, Oignon, Cresson, Géranium sanguin, Genévrier, Myrtille, Olivier, Pervenche, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse.

Antilithiasiques (contre les calculs des reins et de la vessie).
Bruyère, Bugrane, Bugrane épineuse,
Chardon Roland, Alkékenge, Maïs, Millepertuis perforé, Hysope, Myrtille, Airelle rouge, Sureau noir.

Antirhumatismales.
Aconit (vénéneux), Ail, Alliaire, Aigremoine, Anémone des Alpes (dangereuse), Aristoloche (dangereuse), Bouleau, Buis, Bruyère, Colchique (vénéneux),
Digitale pourpre, Digitale jaune, Douce-Amère, Lierre terrestre, Prêle, Bruyère incarnate, Fraisier, Genévrier, Maïs, Citronnier, Myrtille, Bugrane épineuse, Grande Ortie, Primevère, Reine des prés, Groseillier rouge, Romarin, Saponaire officinale, Thym Serpolet, Verveine, Pensée sauvage.

Antiseptiques (qui désinfectent les voies urinaires).
Camomille,
Genévrier, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Ephédra (dangereux), Busserole, Bruyère, Sclarée, Hysope, Airelle rouge, Linaire, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Verge-d’Or.

Dépuratives.
Alliaire, Angélique sauvage, Bardane, Bruyère, Eupatoire, Chicorée sauvage, Corydale (dangereuse), Cresson, Cresson des prés, Douce-Amère, Pissenlit, Raisin d’Amérique, Fraisier, Fumeterre, Chiendent, Houblon, Bugrane épineuse, Lamier blanc, Pariétaire, Rhubarbe des moines, Groseillier rouge, Sureau noir, Saponaire officinale, Pensée sauvage.

Diurétiques (qui stimulent la fonction des reins).
Oseille, Alléluia, Ail,
Alliaire, Alchémille vulgaire, Aristoloche (dangereuse), Bardane, Basilic, Bouleau, Aubépine, Bourrache, Bryone (ou Vigne blanche) (dangereuse), Bruyère, Caille-Lait (ou Gaillet), Chardon Roland, Eupatoire, Chardon argenté, Chélidoine, Chicorée sauvage, Oignon, Prêle, Cresson. Cresson des prés, Cuscute, Pissenlit, Douce-Amère, Bruyère incarnate, Fougère royale, Bleuet, Fraisier, Géranium sanguin, Iris d’Allemagne, Geniévre, Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Chiendent, Maïs, Mélèze, Laurier noble, Citronnier, Pâquerette, Myrtille, Airelle rouge, Muguet, Olivier, Bugrane épineuse, Grande Ortie, Pariétaire, Parnassia, Epicéa (ou Pesse), Pi!oselle, Pervenche, Pêcher, Petit Plantain, Pin sylvestre, Prunellier, Rhubarbe des moines, Reine-des-Prés, Groseillier rouge, Eglantier, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Sureau noir, Saponaire officinale, Joubarbe, Busserole, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

Emménagogues (qui favorisent les règles et en augmentent le volume).
Armoise vulgaire, Aristoloche (dangereuse), Capillaire, Petite Centaurée, Fraxinelle, lmpératoire, Douce-Amère, Gentiane, Romarin, Sauge officinale,
Sauge des prés, Sauge visqueuse, Lamier blanc, Mélisse, Hysope, Séneçon Jacobée, Achillée millefeuille.

Sudorifiques (qui stimulent la transpiration).
Arnica (dangereuse), Bardane,
Bourrache, Buis, Corydole (dangereuse), Douce-Amère, Achillée musquée, Bruyère incarnate, Grand-Taconnet, Fumeterre, Genièvre, Githago (vénéneux), Génépi des Alpes, Impératoire, Hysope, Laurier noble, Origan (ou Marjolaine sauvage), Coquelicot, Pêcher, Reine-des-Prés, Sureau noir, Saponaire officinale, Véronique sauvage (ou Thé d’Europe), Tussilage, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

MALADIES DE LA PEAU logophyto.jpg

Astringentes (en applications externes).
Bouleau, Guimauve, Bruyère, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Petite Centaurée, Consoude, Cresson, Bruyère incarnate, Hysope, Mille-feuille,
Myrtille, Bugrane épineuse, Pariétaire, Pervenche, Petit Plantain, Chêne rouvre, Salicaire, Sauge, Thym Serpolet, Thym.

Cicatrisantes.
Bardane, Basilic, Bugle, Chou,
Consoude, Grand-Taconnet, Géranium sanguin, Mille-feuille, Pariétaire, Petit Plantain, Romarin, Salicaire, Thym, Bouillon blanc, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Vulnéraire.

Rubéfiantes, révulsives.
Anémone des Alpes, Ail,
Alliaire, Arnica, Bryone, Chélidoine, Oignon, Genièvre, Laurier noble, Mélèze, Narcisse, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Sabine.

MALADIES DES YEUX logophyto.jpg

Collyres.
Guimauve, Camomille,
Bleuet des champs, Linaire, Mauve, Mélilot blanc, Petit Plantain.

PARASITES INTESTINAUX logophyto.jpg

Ail, Alliaire, Armoise, Absinthe, Camomille, Fraxinelle, Tanaisie, Thym.

                                                                                                                                                                       

D’après A. Poletti, « Fleurs et plantes médicinales », Delachaux & Niestlé 1982

Publié dans CLASSEMENT PAR INDICATIONS THERAPEUTIQUES, MON HERBIER DE SANTE | 6 Commentaires »

EUX AUSSI…..

Posté par eurekasophie le 27 août 2009

chieninfos1.gif

 

Les animaux peuvent eux aussi souffrir d’angoisse de séparation

Il n’est pas inhabituel que les animaux de compagnie soient angoissés dans certaines circonstances, par exemple lors d’une visite chez le vétérinaire ou de l’immersion dans un nouveau milieu. Cependant, lorsqu’un animal laissé seul affiche une angoisse ou une détresse excessive, il s’agit d’angoisse de séparation, la forme d’angoisse la plus fréquente chez les chiens.

 

Peu importe les manifestations de l’angoisse de séparation, vous devriez consulter votre vétérinaire. Cette condition peut généralement être traitée avec succès grâce à la modification du comportement jumelée à l’administration d’anxiolytiques. Le vétérinaire voudra établir les antécédents médicaux de votre chien, se renseigner sur son comportement et procéder à un examen médical complet pour s’assurer de tenir compte de tous les facteurs possibles.

Pour corriger l’angoisse de séparation, les propriétaires devraient demander l’aide d’un gardien qui peut s’occuper de leur chien et le distraire en leur absence. Le chien ne se concentrera plus sur ses comportements destructeurs et se désensibilisera progressivement à l’absence de ses maîtres.Les chiens qui souffrent d’angoisse de séparation devraient aussi suivre un cours de dressage afin d’augmenter leur confiance en eux et en leur maître. Il faut éviter à tout prix de punir le chien. Cependant, il faut aussi éviter de récompenser le chien angoissé en le réconfortant et en le rassurant une fois de retour à la maison. Le retour devrait être
paisible et calme.

 

Les propriétaires devraient aussi réduire le temps qu’ils passent avec leur chien jusqu’à ce que celui-ci dépende moins d’eux pour sa stimulation. Ils peuvent, par exemple, demander à des amis ou des voisins de participer aux activités quotidiennes du chien. Ces personnes pourront jouer plus souvent avec le chien, lui faire faire des marches qui l’éloignent de la maison et passer du temps avec lui afin qu’il devienne plus indépendant.

Enfin, il faut apprendre au chien qui souffre d’angoisse de séparation à être à l’aise dans différents environnements, avec ou sans son maître. En l’accoutumant à toutes sortes de situations, on peut le dresser à accepter celles qui se présenteront en l’absence du maître.

En dernier recours, votre vétérinaire peut prescrire des anxiolytiques que vous pourrez utiliser en combinaison avec la modification du comportement.

Le but ultime de la modification du comportement est de permettre de réduire ou de supprimer progressivement les médicaments une fois corrigé le comportement anormal du chien.

chienpsy1.gif Cliquez sur l’image: un article à lire .

Publié dans COMPORTEMENT DU CHIEN, NOS ZAMIS LES ZANIMAUX | Pas de Commentaires »

NOS ENFANTS ET NOS ANIMAUX ………

Posté par eurekasophie le 22 août 2009

animauxetenfants3.gif

animauxetenfants.jpg

Il faut enseigner aux enfants comment se conduire avec les animaux

Beaucoup d’enfants, surtout les plus jeunes, ne se rendent pas compte que les animaux sont des êtres vivants et non des jouets. Omettre d’enseigner aux enfants comment se conduire avec les animaux risque de causer des souffrances à l’animal et, parfois, des blessures aux enfants.

Pour prévenir les blessures, il est sage d’enseigner aux enfants à bien traiter les animaux. Quand un animal de compagnie fait son entrée dans une famille qui compte de jeunes enfants, la surveillance des parents est primordiale, jusqu’à ce qu’ils sachent que les enfants sont capables de se conduire avec l’animal de manière responsable et sans lui faire mal. La surveillance permet aussi aux parents de s’assurer que l’animal est inoffensif pour les enfants, surtout ceux âgés de moins de cinq ans.

animauxetenfants3.gif

Il faut enseigner aux enfants comment montrer leur affection aux animaux. La plupart des enfants ont tendance à rudoyer les animaux plutôt qu’à les caresser, et certains animaux ne peuvent le supporter. On doit leur montrer à faire preuve de douceur et à éviter de pousser, de donner des coups et d’agacer l’animal de quelque façon que ce soit. Ils doivent aussi apprendre comment le caresser et le prendre.

Quand c’est possible, les enfants devraient contribuer à donner des soins à l’animal, à le nourrir, à le brosser et à le dresser. La participation des enfants aux soins quotidiens d’un animal leur inculque le sens des responsabilités, tout en leur montrant que la santé de l’animal dépend d’eux. Les parents peuvent dresser une liste de tâches quotidiennes que les enfants peuvent cocher une fois qu’elles sont accomplies. Par ailleurs, les parents doivent veiller à ce que les tâches soient bel et bien exécutées, sinon c’est l’animal qui en souffrirait. Le vétérinaire peut appuyer ces efforts en expliquant aux enfants l’importance des soins de santé, du brossage et d’une bonne alimentation.

Il faut aussi inculquer aux enfants le respect de l’intimité de l’animal. Les animaux de compagnie devraient avoir leur « oasis » dans la maison, où ils peuvent s’isoler des enfants de temps à autre. Les enfants doivent respecter ce besoin d’isolement et l’espace privé de l’animal.

Les enfants doivent savoir que les mouvements brusques ainsi que les bruits intenses et les cris risquent de surprendre ou d’effrayer les animaux. Il faut leur enseigner que les animaux préfèrent être traités avec douceur et calme. Autrement, ils peuvent être effrayés et ne pas vouloir se laisser approcher ou toucher, ou pire, ils risquent de mordre.

animauxetenfants3.gif

Les enfants doivent apprendre qu’avant de toucher un animal inconnu, ils doivent demander la permission à un parent. Tous les animaux ne sont pas nécessairement amicaux et certains peuvent considérer les enfants comme menaçants. De fait, la plupart des incidents de morsures mettent des enfants en cause. Dans le cas des chiens, il faut montrer aux enfants à ne pas les fixer dans les yeux, car l’animal peut interpréter cette attitude comme une menace.

Les animaux de compagnie s’avèrent un outil précieux pour enseigner aux enfants le respect, l’empathie, le sens des responsabilités et la douceur. Ces qualités leur seront utiles toute leur vie durant. Le lien qui unit un enfant et un animal dure toute la vie et il est le plus riche qui soit.

animauxenfants6.gif

Publié dans NOS ZAMIS LES ZANIMAUX | 1 Commentaire »

L’HOMEOPATHIE …la pharmacie Desmet

Posté par eurekasophie le 6 août 2009

 J’y viens enfin à cette médecine très douce qu’est l’homéopathie.

Qui n’a pas au moins une fois dans sa vie, eu besoin de ces petites granules blanches, à faire fondre sous la langue, comme 

ARNICA MONTANA  ou bien OSCILLOCOCCINUM ….

Étymologiquement, “homéopathie” signifie souffrance semblable. Non pas parce que cette médecine fait souffrir ses patients mais parce qu’elle est fondée sur la loi de similitude. Hahnemann dans le 24e chapitre de l’ORGANON DE L’ART DE GUÉRIR définit ainsi l’homéopathie: “c’est une thérapie qui vise à chercher parmi tous les médicaments dont l’action pharmacodynamique sur l’homme sain est bien établie, celui qui possède la faculté de produire une maladie artificielle la plus ressemblante à la maladie naturelle qu’on a sous les yeux. Ce médicament est dirigé contre l’ensemble des symptômes d’un malade déterminé en tenant compte de la cause si elle est connue et des circonstances concomitantes de l’affection dont il souffre.” Pour ce faire, Hahnemann expérimenta méthodiquement toutes les substances pouvant devenir des médicaments. Il fut ainsi le premier à expérimenter l’action pharmacodynamique des médicaments. Avant l’homéopathie, tout cela était fait empiriquement, pour ne pas dire au petit bonheur malchance!

homeoint07.jpg

 

Homéopathie – Médecine globale

L’homéopathie accorde une importance essentielle à l’homme dans sa globalité, dépassant ainsi le simple cadre de la maladie. Le malade est considéré dans sa totalité par l’homéopathe, qui intégrera l’ensemble de ses symptômes physiques et psychiques.

Homéopathie – Médecine personnalisée

Dans une maladie donnée, deux individus peuvent présenter des symptômes spécifiques différents. Ainsi, deux enfants atteints d’une même maladie infectieuse avec un état fébrile auront parfois des signes d’accompagnement différents suivant leur propre réaction individuelle (soif ou non, transpiration ou non, abattement ou agitation). L’homéopathie tient compte de ces réactions personnelles: à chaque individu, son remède pour un moment donné.

Homéopathie – Médecine de terrain

Chaque individu malade possède un terrain pathologique permanent à soigner. Ce terrain est particulier à chacun et s’étudie par la recherche de signes précis bien spécifiques. L’homéopathie prend donc en charge le passé personnel et héréditaire du malade, sa morphologie, son tempérament, enfin son comportement.

Nature des médicaments

L’homéopathie utilise des substances de diverses origines appartenant aux trois règnes de la nature et ayant fait l’objet d’une expérimentation précise.
En voici quelques exemples:


Origine végétale:La BELLADONE, l’ACONIT

Origine animale: APIS (abeille), SEPIA (encre de seiche)

Origine minérale:Simple: SOUFRE – PHOSPHORE ou Complexe: SULFATE DE SOUDE – CARBONATE DE CHAUX
Ces substances sont macérées dans l’alcool ou réduites en poudre (pour celles d’origine minérale), puis diluées et
dynamisées. Elles sont disponibles pour le patient sous forme de granules, de doses-globules ou de gouttes. La forme la plus courante et la plus pratique est le tube de
granules.

homeoint03.jpghomeoint11.jpg
LOIS ET PRINCIPES1. Principe de SimilitudeToute substance, susceptible de provoquer chez un individu sain un ensemble de symptômes caractéristiques, est capable, à faible dose (ou infinitésimale) de faire disparaître ces mêmes troubles chez un individu malade.
Exemple: Coffea cruda, nom latin du café.
Le café, à forte dose, provoque chez le sujet sain une insomnie avec excitation intellectuelle. Cette même substance, une fois diluée, devient un remède d’insomnie.


Le principe de similitude reste le fondement de la théorie homéopathique. Il consiste à trouver chez un malade le remède qui, donné à un homme sain lors de l’expérimentation pathogénésique, provoquerait les mêmes symptômes que ceux constatés chez le malade. Exemple: L’IPECA est un vomitif. En dilution homéopathique, il sert à soigner les vomissements chez un malade qui présente des nausées persistantes, une salivation abondante.
 

2. Principe de globalité ou d’individualisation

Là où la médication traditionnelle s’arrête, à savoir le traitement symptomatique, l’homéopathie va plus loin et considère pour un individu donné, l’ensemble des trois éléments suivants:

  • la constitution ou morphologie de l’individu
  • la diathèse : mode réactionnel ou la façon dont la maladie évolue dans le temps
  • le tempérament: la manière d’agir

3. Principe d’infinitésimalité

.Administration d’une substance à très faible dose.
Parmi ces trois principes, le principe de similitude apparaît comme le plus important. La recherche du “Similimum” est primordiale

DISCIPLINES LIÉES A L’HOMEOPATHIE  

1. Biothérapie (nosodes)Produits non chimiquement définis (sécrétions, excrétions pathologiques ou non, certains produits d’origine microbienne), préparés à l’avance (Pharmacopée française, Xe édition).
Les biothérapiques sont délivrés à partir de la 4e CH et se retrouvent dans les catégories suivantes: vaccin, champignons et souches d’origine virale ou bactérienne. Certains biothérapiques constituent de grands remèdes de terrain.

 

2. IsothérapieLes isothérapiques sont des biothérapiques, mais ils sont préparés extemporanément à partir de souches fournies par le malade lui-même (Pharmacopée française, VIIIe édition).
Hétéro-Isothérapiques ou Allergènes. Prélèvement d’un allergène dans l’environnement proche de l’individu, comme la peinture, le vernis, les savons, les textiles synthétiques, la poussière de maison, les poils d’animaux, les médicaments, etc.

3. Lithothérapie

Les souches lithothérapiques sont constituées par des roches et des minerais d’origine naturelle.

Thérapeutique de drainage, les dilutions lithothérapiques sont prescrites habituellement en gouttes. On utilise par exemple le grès rose pour la constipation, le calcaire de Versailles pour l’ostéoporose et le conglomérat pour les problèmes de peau.

Il ne faut pas confondre lithotérapie et oligothérapie, cette dernière n’ayant n’a rien à voir avec l’homéopathie, même si les doses d’oligo-éléments prescrites sont extrêmement faibles, elles sont tout de même pondérables et loin d’être infinitésimales. Mais, malgré leurs conceptions théoriques et leurs applications pratiques bien différentes, ces deux disciplines thérapeutiques sont parfaitement compatibles et souvent complémentaires.

Pour en savoir plus sur l’oligothérapie et les oligo-éléments, cliquez sur le bouton ci-dessous :

button23.jpg

4. Organothérapie

L’organothérapie consiste à administrer de faibles doses d’organe total, après dilution et dynamisation. L’organe animal agit sur l’organe homologue humain dont le fonctionnement est perturbé.
Les matières premières sont constituées par des organes frais, des glandes et des tissus prélevés chez l’animal sain. Les organes sont broyés et lyophylisés (congélation de la solution ou de la substance hydratée puis élimination complète de l’eau par sublimation sous vide poussé). Les prélèvements d’organes se font sur différentes espèces animales telles que le cheval, le mouton etc. Des contrôles pharmaceutiques sont réalisés tout au long de la fabrication.

5. Sels de Schuessler

Les sels de Schuessler sont des substances chimiques, individualisées par Schuessler comme indispensable à la minéralisation du corps humain.

6. Fleurs de Bach

En phytothérapie, les fleurs de Bach ou fleurs guérisseuses sont considérées comme un outil de haute valeur pour tout individu cherchant à la fois le bien être du corps et de l’esprit.

Nous avons développé un dossier spécial consacré aux Fleurs de Bach dans la zone conseil de ce site. Pour le consulter, cliquez sur le bouton ci-dessous :

button3b.jpg

7. Gemmothérapie

La gemmothérapie est une thérapeutique qui utilise des extraits de bourgeons végétaux ou autres tissus embryonnaires en voie de croissance (radicelles, jeunes pousses, jeunes feuilles). Ces jeunes organes sont plus riches en principes actifs et font apparaître de nouvelles indications.

Fabrication :
Macération pendant 21 jours dans un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine.
 La masse des macérats de base ainsi obtenue est égale à 20 fois celle de la matière première utilisée (masse de matière première sèche). Le macérat est ensuite dilué au 1/10e dans un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine.

Prescription/conseil :
La gemmothérapie est une thérapeutique de drainage, qu’il faut faire plusieurs fois par jour, pendant plusieurs semaines ou même plusieurs mois.

Posologie habituelle: de 30 à 75 gouttes par prise. Diluer les gouttes dans un peu d’eau et les garder sous la langue avant d’avaler.(Unique dilution délivrée: 1DH)

Produits courants en gemmothérapie :

Abies Pectinata
Acer Campestre
Aesculus Hippocastanum
Alnus Glutinosa
Alnus Incana
Ampelopsis Weitchi
Betula Pubescens
Betula Pubescens (plante)
Betula Verrucosa (bourgeons)
Carpinus Betulus
Castanea Vesca
Cedrus Libani
Cercis Siliquastrum
Citrus Limonum
Cornus Sanguinea
Corylus Avellana
Crataegus Oxyacantha
Fagus Silvatica
Ficus Carica
Fraxinus Excelsior
Ilex Aquifolium
Juglans Regia
Juniperus Communis
Ligustrum Vulgare
Lonicera Nigra
Olea EuropaOlea Europa
Pinus Montana
Platanus Orientalis
Populus Nigra
Prunus Amygdalus (plante)
Prunus Amygdalus (bourgeons)
Quercus Pedonculata
Ribes Nigrum
Rosa Canina
Rosmarinus Officinalis
Rubus Fructicosus
Rubus Idaeus
Secale Cereale
Sequoia Gigantea
Seve de Bouleau
Sorbus Domestica
Syringa Vulgaris
Tamarix Gallica
Tilia Tomentosa
Ulmus Campestris
Vaccinum Vitis Idaea
Viburnum Lantana
Viscum Album
Vitis Vinifera
Zea Mais

 

       

  Je vous présente la pharmacie Desmet :

Nous sommes situés à Wezembeek-Oppem sur la chaussée de Malines entre Zaventem et Tervuren à proximité des Quatre Bras et de la ville de Bruxelles.

Nous avons décidé de privilégier des aspects pour nous essentiels du métier de pharmacien : l’écoute, le conseil, le service et l’information.

Notre pharmacie fait également partie de DYNAPHAR, le premier groupement belge de pharmaciens indépendants.

DYNAPHAR poursuit les mêmes buts que les nôtres, mais à l’échelon national.
 

Ses membres s’engagent à se former régulièrement, à sélectionner pour vous des produits de qualité et à fournir un conseil approprié pour que votre pharmacien soit toujours votre partenaire santé.

pharmacie.jpgdynalogo85.jpg


Coordonnées

 

 

 

 

  • Adresse : Chaussée de Malines, 157
                  1970 Wezembeek-Oppem
     
  • TEL : 02/731.04.76
  • FAX : 02/731.69.70
  • Mail : info@healthcenter.be 
Heures d’ouverture
 
  • Van lundi au vendredi :
    9H00 – 12H30 en 14H00 – 19H00

 
 
 

desmet.jpg

 

 
 
  Responsables
 

desmet2.jpg
 

Philip Desmet

Notre équipe

desmet0.jpg

DESMET Philip

Pharmacien titulaireHoméopathie
Phyto- & aromathérapie Préparations magistrales

desmet00.jpg

TILLEUIL Caroline

PharmacienCosmétiques
Phyto- & aromathérapie
Préparations magistrales

desmet000.jpg


DE MEERLEER Christel

PharmacienCosmétiques
Phytothérapie
Aromathérapie
Préparations magistrales

desmet0000.jpg


EUPHROSINE Nathalie

PharmacienHoméopathie
Phytothérapie
Aromathérapie
Préparations magistrales

 


POSOLOGIE, REGLES ET FORMES D’ADMINISTRATION

1. Règles générales de posologie:

Pour les maladies aigües, les prises du médicament seront répétées 2 à 6 fois par jour. On espacera les prises dès l’amélioration des symptômes.
On continuera les prises 2 fois par jour 24 heures après l’arrêt des symptômes.
Pour les maladies chroniques, la posologie sera indiquée par le thérapeute
.

2. Règles générales de prescription:

L’homéopathie a son efficacité dans les maladies les plus diverses. Les troubles fonctionnels sont justiciables de cette approche médicale. Seules les lésions irréversibles ou dégénératives ne peuvent être guéries par l’homéopathie. Mais même dans ces derniers cas, elle aura un rôle non négligeable à jouer. En permettant un soutien tant physique que psychique, elle aide l’organisme dans sa défense contre la maladie.

Les remèdes dilués utilisés par l’homéopathie ne peuvent pas occasionner des troubles de nature toxique ou allergique. Mais dans certains cas, il est possible d’observer une aggravation passagère des symptômes pouvant durer un maximum de deux ou trois jours, mais qui sont d’ailleurs des signes bénéfiques en faveur d’une bonne réaction.

Précaution: Ni les granules, ni les globules ne doivent être touchés avec les doigts. Utilisez le bouchon doseur qui ferme les tubes pour compter visuellement le nombre de granules à prendre!!!

3. Différents types de dilutions et leurs indications:

Les teintures-mères (TM) et les dilutions de 1CH à 3CH sont utilisées comme remèdes d’élimination; les dilutions de 4CH à 6CH (basses dilutions) sont utilisées pour traiter les symptômes locaux et les maladies aigües. Les dilutions de 7CH à 12CH (moyennes dilutions) sont utilisées lors de signes généraux (exemples: fièvre avec frissons, la fatigue). Les dilutions de 15CH à 30CH (hautes dilutions) sont prescrites pour traiter les symptômes psychiques et les maladies chroniques.

  • Les médicaments homéopathiques (granules et globules), doivent rester quelques secondes sous la langue. Cette zone fortement irriguée, favorise le transport rapide de la substance active à travers l’organisme. Les gouttes sont prises dans un peu d’eau.
  • Pour une meilleure efficacité du traitement, il faut prendre les médicaments un quart d’heure avant ou une heure et demi après le repas.
  • Lors d’un traitement, il est préférable de réduire la consommation de café, de tabac ou d’alcool. Toute substance fortement mentholée présente l’inconvénient de diminuer l’effet de certains médicaments homéopathiques.

On définit par dilution le procédé de fabrication des médicaments, particulier à l’homéopathie, qui consiste  à déconcentrer des principes actifs, végétaux, minéraux ou animaux. Les divisions successives se font selon la méthode hahnemannienne: au 1/10ème ou Décimale (DH); au 1/100ème ou Centésimale (CH). Chaque médicament homéopathique comporte le nombre de dilutions successives dans sa dénomination. Exemple: Arnica 5CH ou 7CH signifie que le produit de base a été déconcentré 5 ou 7 fois au centième.

On définit par élimination la méthode thérapeutique qui consiste à relancer le fonctionnement des organes ou  des systèmes en favorisant l’élimination des toxines.

homeoint09.jpg homeoint10.jpg

4. Les formes posologiques excipients:

Les médicaments homéopathiques se présentent souvent sous des formes posologiques différentes des médicaments allopathiques traditionnels:

  • GRANULES: Petites sphères blanches de saccharose et de lactose. Les granules neutres
     deviennent médicamenteux par imprégnation du principe actif à la dilution choisie.
     Ils sont présentés en tubes de 80 granules. La posologie habituelle est de 3 ou 5 granules par prise à laisser fondre sous la langue.
  • GLOBULES : Les globules sont de plus petites sphères également constitués d’un mélange de lactose et de saccharose. Un tube = 1 g environ. Les granules et les globules sont constitués d’un agglomérat de microparticules dans les interstices desquelles la dilution peut pénétrer jusqu’au cœur.
  • COMPRIMÉS : Mélange de lactose et de saccharose ou de dextrine et saccharose. Les comprimés ont une masse de 250 mg.
  • GOUTTES BUVABLES : Les gouttes buvables, de la 1CH à la 30CH, sont délivrées dans l’alcool (20%).
  • TEINTURES MERES : Les teintures-mères végétales sont obtenues par macération pendant 21 jours
     de la plante fraîche dans un mélange d’eau et d’alcool. La teinture-mère est filtrée
     et conservée dans des conditions particulières de températures.
  • CRÈMES ET POMMADES : Les excipients utilisés sont la CÉTALINE pour les crèmes et la LANOVASELINE pour les pommades (beaucoup plus gras que la cétaline). 

 


HISTOIRE DE L’HOMEOPATHIE

470-400 A.C : Hippocrate :

Le père de la médecine qui écrit qu’il y a deux méthodes pour guérir: les semblables et les contraires. Il développe aussi l’idée d’une médecine globale.

1493-1541 : Paracelse :

Médecin allemand qui met l’emphase sur la loi de similitude et  l’expérience pratique.

1790 : Samuel HAHNEMANN (1755-1843)

Hahnemann naquit à Meissen (Saxe) le 10 avril 1755. Son père était peintre à la manufacture royale de porcelaine.  C’est un enfant studieux.
Il s’attire l’estime de son maître Muller, qui  lui fait obtenir une bourse à l’École royale
 de Saint-Afra. Diplômé, il part en 1775 pour Leipzig, où il fera ses études de médecine. Pour les payer, il fait déjà des travaux de traductions scientifiques d’ouvrages anglais et français. Un peu déçu par la faculté de Leipzig, il fait un stage de 9 mois à Vienne chez un célèbre médecin, le professeur Quarin, puis, devient bibliothécaire chez le baron Von Bruckenthal à Hermannsdadt.
Il va profiter abondamment de la richesse  des livres qui sont à sa disposition. C’est en 1779, à Erlanger, qu’il soutient sa thèse de doctorat: “Considérations sur les causes et le traitement des états spasmodiques”.

En 1780, Hahnemann exerce à Hettstadt, puis à Dessau utilisant les moyens du temps, très “moliéresques”: saignées, clystères, purges, qui ne lui donnent guère de satisfaction. Il étudie également l’alchimie et s’initie même à la préparation des remèdes en fréquentant l’officine du pharmacien Haeseler. Il gardera toujours un certain scepticisme sur la façon dont sont préparés les médicaments. En 1783, il épouse la fille d’Haeseler, Henriette Kuchler avec qui il aura 11 enfants. C’est alors que déçu par la médecine  de son temps, il interrompt l’exercice de sa profession. Pour faire vivre sa famille, parlant couramment français, il reprend un travail de traduction scientifique.

Mais, c’est en 1799, pleine époque de la Révolution, que travaillant sur le livre “Materia Medica” d’un médecin écossais alors réputé, Cullen, que son attention fut attirée par l’article sur le quinquina dans les fièvres: “l’écorce de quinquina agit par la vertu fortifiante qu’elle exerce sur l’estomac”. Or, Hahnemann avait contracté en Transylvanie où il avait séjourné, une fièvre pernicieuse. Il s’était soigné par des quantités importantes de poudre de quinquina, déjà utilisé à l’époque comme fébrifuge. Loin de lui fortifier l’estomac, la drogue lui avait occasionné de violentes brûlures. Cullen s’était donc trompé. Hahnemann se résout à refaire l’expérience sur lui-même. Pendant plusieurs jours, il prit matin et soir un peu de poudre de quinquina. Il éprouva une série de malaises bien typés: refroidissement des extrémités, fatigue profonde, angoisse, tremblements et surtout soif et sensation de chaleur brûlante interne évoluant par cycle. Tous ces symptômes évoquent une fièvre intermittente dont le diagnostic sera posé sans le secours du thermomètre, à peine inventé, et pas encore d’usage courant. Donc le quinquina déclenchait sur Hahnemann, bien portant, une fièvre analogue aux fièvres paludéennes contre lesquelles il était utilisé avec succès.

Hahnemann est frappé de cette coïncidence: “des substances qui provoquent une sorte de fièvre coupent les diverses sortes de fièvres intermittentes”. Autrement dit: “la fièvre guérit la fièvre”. Similia similibus curentus. “Les semblables sont guéris par les semblables”. Hahnemann continue son auto-expérimentation sur de nouvelles substances, et s’élevant du particulier au général, conçoit combien ce nouveau principe est de portée universelle. Dès 1796, il énonce: “pour guérir radicalement certaines affections chroniques, on doit chercher des remèdes qui provoquent ordinairement dans l’organisme humain une maladie analogue et le plus analogue qui est possible”.  

Les élèves d’Hahnemann exporteront l’homéopathie dans le monde entier, à commencer par les Etats-Unis. Dans l’Europe en guerre, les médecins militaires de l’armée autrichienne diffusèrent l’homéopathie en Autriche, mais aussi en Italie et en France. Mais c’est surtout l’épidémie de choléra, venue des Indes via la Russie, qui fit la réputation de l’homéopathie.
De Saint-Petersbourg à Londres, de Berlin à Paris, tous se demandent quel est cet homme de 77 ans qui bat la campagne, quelle est cette médecine qui guérit les cholériques? Hahnemann avait sauvé l’homéopathie du néant, elle pouvait dorénavant vivre sa vie …

1870 : Constantine Hering :

Médecin qui essaya de démontrer la fausseté de l’homéopathie et qui, en étudiant le sujet, se trouva fort intéressé et devint un homéopathe renommé. C’est à lui que l’on doit le développement de l’homéopathie en Amérique. Il fit plusieurs pathogénésies telles Lachesis, le venin d’un serpent. Il établit la loi de la guérison.

1877 : James Tyler Kent :

Un grand homéopathe qui développe l’utilisation des hautes dilutions et qui fut l’auteur du Répertoire de matière médicale publié en 1877.
 

homeoint02.jpg
Hippocrate
homeoint04.jpg
Paracelse
homeoint05.jpg
Hahnemann
homo.jpg
Hering

 

 


TROUSSE D’URGENCE

1. Remèdes préventifs (Immunostimulation

  • Echinacea T.M.(teinture-mère) 30 gouttes 3x/jour (5 jours sur 7).

  • Oligo Cu-Au-Ag (cuivre-or-argent) 1 tablet/jour sucer sous la langue.

2. Remèdes curatifs
 

Aphtes  Borax  5CH    Aesculus 5CH  Hémorroïdes 
Crampes  Cuprum metal 5CH    Allium cepa 5CH  Rhume 
Céphalées  Iris versicolor 5CH    Aloe 5CH  Diarrhée 
Constipation  Alumina 5CH    Alumina 5CH  Constipation 
Diarrhée  Aloe 5CH    Apis 5CH  Piqûres d’insectes 
Douleurs dentaires  Chamomilla 5CH    Arnica 5CH  Traumatismes 
Douleurs rhumatis.  Rhus tox. 5CH    Arum triph. 5CH  Enrouements 
Enrouement  Arum triph. 5CH    Belladona 5CH  Fièvre 
Fatigue  Phosphoric acid 5CH    Borax 5CH  Aphtes 
Fièvre  Belladona 5CH    Chamomilla 5CH  Douleurs dentaires 
Hémorroïdes  Aesculus 5CH    Cuprum metal 5CH  Crampes 
Indigestion  Nux vomica 5CH    Drosera 5CH  Toux sèches 
Insomnies  Passiflora 5CH    Euphrasia 5CH  Irritations oculaires 
Irritations oculaires  Euphrasia 5CH    Gelsemium 5CH  Trac 
Jambes lourdes  Hamamelis 5CH    Hamamelis 5CH  Jambes lourdes 
Maux de gorge  Mercurius sol. 5CH    Ignatia amara 5CH  Nervosité 
Nervosité  Ignatia amara 5CH    Ipeca 5CH  Toux grasses 
Piqûres d’insectes  Apis 5CH    Iris versicolor 5CH  Céphalées 
Rhume  Allium cepa 5CH    Nux vomica 5CH  Indigestion 
Toux grasses  Ipeca 5CH    Mercurius sol. 5CH  Maux de gorge 
Toux sèches  Drosera 5CH    Passiflora 5CH  Insomnies 
Trac  Gelsemium 5CH    Phosphoric acid 5CH  Fatigue 
Transport (mal)  Tabacum 5CH    Rhus tox. 5CH  Douleurs rhumatis. 
Traumatismes  Arnica 5CH    Tabacum 5CH  Transports (mal) 
Verrues  Thuya 5CH    Thuya 5CH  Verrues 

 

 


CONSEILS PAR PATHOLOGIE

LES MALADIES INFANTILES

La plupart des maladies infantiles présentent des manifestations éruptives. Il s’agit de réactions d’éliminations toxiniques; dans certains cas, le médecin peut souhaiter favoriser la sortie de l’éruption.Nous nous limiterons à vous donner quelques conseils.
Coqueluche
Oreillons
Rougole
Rubéole
Scarlatine
Varicelle
Vaccinations
 

COQUELUCHE
La coqueluche est une maladie sévère et contagieuse, surtout chez le nourrisson. Il y a lieu d’être également attentif aux petites quintes de toux à répétition que l’on peut observer chez des enfants vaccinés : consulter le médecin pour le traitement adéquat.

 

OREILLONS
La phase éruptive est remplacée par une inflammation des glandes salivaires et des parotides. Consulter le médecin.
En attendant, alterner toutes les deux heures 3 à 5 granules des unitaires suivants:
MERCURIUS SOLUBILIS 5CH,
PULSATILLA PRATENSIS 5CH, et
PHYTOLACCA DECANDRA 5CH.
Ajouter
OLIGEtherapie CUIVRE.
Pour un enfant de moins de trois ans, donner une unidose par jour.
Pour un enfant au-delà de trois ans, donner une unidose matin et soir.

 

ROUGEOLE
Cette maladie très contagieuse peut être traitée par homéopathie. Le médecin a, en effet, à sa disposition des médicaments destinés à favoriser la sortie de l’éruption, mais aussi à faire face aux suites possibles.
Retenons pour le catarrhe oculo-nasal,
EUPHRASIA OFFICINALIS 5CH : si l’écoulement oculaire est brûlant et les conjonctives rouges, l’écou-lement nasal, lui, n’ irrite pas;
ALLIUM CEPA 5CH : si l’écoulement nasal est irritant.
Ajouter
OLIGO CUIVRE.
Pour un enfant de moins de trois ans, donner une unidose par jour.
Pour un enfant au-delà de trois ans, donner une unidose matin et soir.

 

RUBEOLE
Cette maladie serait sans problème si elle n’était responsable de malformations du foetus lorsqu’elle est contractée au cours de trois premiers mois de la grossesse. L’isolement du malade est à assurer, les personnes ayant été en contact avec l’enfant, sont à prévenir et le personnel scolaire sera informé. Consulter le médecin.

 

SCARLATINE
Cette maladie est sévère, elle relève de la seule compétence de votre médecin.

 

VARICELLE
C’est une maladie éruptive de type herpétique. Son virus étant commun au zona, les adultes seront bien intentionnés de prendre les précautions d’usage en matière de contagion. L’éruption est marquée par l’apparition de petites vésicules, le plus souvent à la face, avant de gagner tout le corps. Le contenu des vésicules, transparent au départ, s’opacifie pour céder ensuite la place à une petite croûte. Les démangeaisons sont intenses; si l’enfant se gratte, les vésicules s’infectent et laissent, après guérison, de petites cicatrices. Veiller à éviter tout grattage intempestif et consulter le médecin.
En attendant,
alterner :
RHUS TOXICODENDRON 5CH et
MEZEREUM 5CH, 3 à 5 granules, deux à quatre fois par jour de chaque. 
Ajouter
Oligo CUIVRE
Si, suite à un grattage intempestif, on observe de petites cicatrices, prendre sans tarder ANTIMONIUM TARTARICUM 5CH; 3 à 5 granules matin et soir jusqu’à amélioration, et masser les lésions avec la Pommade au CALENDULA
.

 

VACCINATIONS
La vaccination consiste à injecter l’agent responsable de la maladie sous forme atténuée. Le sujet étant controversé, vous vous en remettrez à votre médecin pour établir un calendrier des vaccinations.
Pour réduire le plus possible les effets secondaires de ces injections, prendre LEDUM PALUSTRE 5CH, 3 à 5 granules le soir, au cours des dix jours qui suivent la vaccination.
Après cette période de dix jours et sur l’avis du médecin, une dose-globule du vaccin en 200K peut être administrée afin d’assurer l’élimination des toxines injectées, l’immunisation étant, à ce moment, acquise.
Il y a également lieu d’être très attentif à tout ce qui survient au cours du mois qui suit une vaccination, qu’il s’agisse d’une modification de l’appétit, de tout épisode infectieux ou d’autres manifestations. Avertir sans tarder le médecin.
La toux grasse
En cas de toux grasse, la première mesure est d’ordre préventif : c’est la suppression du tabac, facteur d’inflammation. La seconde sert à stimuler la défense immunitaire :
MUCOCOCCINUM, un comprimé-dose à sucer de douze en douze heures, pendant au moins trois jours, associé à IPECA composé, à raison de 2 à 5 gouttes selon l’âge, trois à quatre fois par jour.
En l’absence de ce draineur, à MUCOCOCCINUM, vous ajoutez parmi les unitaires de votre trousse, les deux remèdes qui correspondent le mieux aux modalités, à raison de 3 à 5 granules deux à trois fois par jour de chaque. 
Espacer les prises avec l’amélioration.
KALIUM BICHROMICUM 5CH : si la toux favorise l’expectoration d’un mucus épais, collant, filant, jaune-vert, avec sensation d’écoulement dans l’arrière-gorge le matin et besoin de détacher les mucosités adhérentes par une toux volontaire;
IPECA 5CH : si la toux est spasmodique avec difficultés d’expectorer les mucosités accumulées dans les bronches, présence de nausées réflexes et d’une langue peu chargée;
COCCUS CACTI 5CH : si la toux est coqueluchoïde avec émission le matin au réveil, de mucosités et de glaires accumulées au cours de la nuit, le brossage des dents peut déclencher la toux;
ANTIMONIUM TARTARICUM 5CH : si la toux est très grasse, la poitrine est encombrée de mucus, la langue est chargée et le malade est affaibli;
MERCURIUS SOLUBILIS 5CH : si la toux est aggravée la nuit à la chaleur du lit, avec émission d’un mucus jaune-vert, irritant. Par atteinte de la base du poumon droit, le sujet ne peut se coucher sur ce côté. La langue porte sur ses bords l’empreinte des dents. L’haleine est fétide.
Dans tous les cas, le recours au médecin s’impose mais, en cas de bronchite asthmatiforme, on peut en l’attendant, alterner toutes les dix minutes 3 à 5 granules d’ IPECA 5CH et d’ ANTIMONIUM TARTARICUM 5CH.

FIEVRE ET GRIPPELa fièvre est un symptôme à ne pas négliger : elle correspond à la période d’invasion d’une maladie, qu’il s’agisse d’une maladie infantile, d’une affection respiratoire ou de la grippe.
A chaque fois que les modalités sont identiques, la fièvre appelle les mêmes remèdes.
Nous verrons donc successivement « les remèdes de fièvre et d’invasion de la grippe sans douleurs généralisées » et « les remèdes de fièvre et d’état de la grippe avec douleurs généralisées ».
La FIEVRE est un symptôme qui témoigne d’une réaction de l’organisme à une agression d’origine virale ou bactérienne. Elle reflète la mobilisation glandulaire et l’augmentation des combustions métaboliques. La fièvre est donc un bon signe qui est à surveiller et qu’il y a lieu de respecter tant qu’elle reste dans les limites du raisonnable.
Sachons :
- qu’une température de 38°C favorise la réaction de défense. En effet, l’organisme en augmentant sa température, empêche le virus de se multiplier;
- qu’une très forte température doit être maîtrisée car elle provoque maux de tête, sueurs abondantes, fatigue. Cela peut aller jusqu’à la défaillance cardio-vasculaire;
- qu’une brusque montée de température chez le jeune enfant peut être responsable de convulsions;
- que la fièvre prolongée peut entraîner de la déshydratation liée à la transpiration et à la perméabilité de la peau à l’évaporation.
En conséquence, nous recommandons :
- de donner beaucoup à boire et plus que la soif ne l’exige car la boisson est avant tout destinée à compenser l’eau transpirée mais aussi à assurer une fonction satisfaisante des reins, voie privilégiée d’élimination des toxines métaboliques et microbiennes;
- de maintenir la température dans des limites raisonnables en veillant à ce que la température de la chambre soit proche de 20°C, en donnant des bains d’un quart d’heure à une température inférieure d’un degré à celle du corps et en refroidissant l’eau progressivement jusqu’à 37°C;
- de placer des humidificateurs aux radiateurs et d’ajouter à l’eau d’ AROMA: aromatherapie (eucalyptus rad, pinus sylvestris).
- de recourir à l’avis du médecin, ainsi qu’aux médicaments fébrifuges en cas de nécessité.
La GRIPPE est due à des virus contre lesquels notre organisme s’immunise momentanément car ces virus ont la particularité de se modifier au cours du temps.
Les remèdes de fièvre et d’invasion de la grippe sans douleurs généralisées:
Dès les premiers symptômes,
Prendre :
OSCILLOCOCCINUM, sucer une dose-globules, répéter éventuellement deux à trois fois à six heures d’intervalle, puis de douze en douze heures pendant deux à trois jours.
Espacer les prises avec l’amélioration.
ACONITUM NAPELLUS 5CH : si la fièvre est élevée, à début brusque avec frissons, peau sèche et soif, le vent du nord et les gelées doivent y faire penser. L’angoisse du malade peut être communicative au point de justifier l’appel au médecin vers minuit. Si le malade se réchauffe et que des sueurs surviennent, l’indication d’
ACONITUM NAPELLUS cesse au profit le plus souvent de BELLADONNA;
BELLADONNA 5CH : si la fièvre est élevée, à début brusque avec transpiration des parties couvertes, la figure congestionnée irradie la chaleur; le mal de tête est battant. Le sujet réclame le calme car il est hypersensible au bruit, à la lumière, aux secousses. Présence d’abattement et de petits spasmes;
APIS MELLIFICA 9CH : si la fièvre est à début rapide, vers 15 heures, la peau sèche et chaude alterne avec des transpirations. Absence totale de soif. C’est le remède des maladies aiguës survenant au retour d’un séjour à la mer. En cas de céphalées intenses, de douleurs à la nuque, appeler le médecin sans tarder;
FERRUM PHOSPHORICUM 5CH : si l’apparition de la fièvre est insidieuse, en général chez un enfant pâle, fatigué, l’enfant poursuit ses jeux et ce sont des rougeurs passagères aux joues qui alertent la maman. La température oscille aux environs de 37,5°C – 38,5 °C, au plus. Ce sont des enfants sujets aux otites, aux saignements de nez. Possible récidive passagère d’énurésie qu’une petite toux sèche peut provoquer.
Autres remèdes de fièvres, selon la périodicité ou la cause:
CHINA SUCCIRUBRA 7CH : ce remède reproduit la fièvre du paludisme; indiqué si la fièvre est intermittente souvent un jour sur deux et jamais la nuit. Frissons, chaleur, sueurs avec soif se succèdent;
NUX VOMICA 5CH : si en se découvrant, la fièvre est accompagnée de frissons donnant la chair de poule; indiqué aussi en cas d’indigestion fébrile;
CHAMOMILLA 5CH : si la fièvre est à la période de la dentition et pour autant qu’une joue rouge et l’autre pâle soient observées au lever et que l’agitation soit calmée si l’enfant est bercé, porté.
Les remèdes de fièvre et d’état de la grippe avec douleurs généralisées:
En période d’état, si le traitement homéopathique n’a pas encore été instauré, prendre :
OSCILLOCOCCINUM, sucer une dose-globules, répéter éventuellement deux à trois fois à six heures d’intervalle, puis de douze en douze heures pendant trois jours, et
OLIGO Cuivre, 3 unidoses réparties sur la journée pendant trois jours. Le goût métallique assez prononcé résulte de la teneur en oligo-élément Cuivre, teneur nécessaire à l’activité antigrippale.
Pour les douleurs et les courbatures, sucer un comprimé d’ ANTI GRIPPE Unda, toutes les deux heures. Au fur et à mesure de l’amélioration, espacer les prises à 3 ou 4 comprimés par jour, pour terminer par un comprimé par jour pendant deux jours.En l’absence de ces remèdes, si vous disposez d’unitaires dans votre trousse d’urgence, vous ajoutez à OSCILLOCOCCINUM l’unitaire ou en alternance, les deux unitaires qui correspondent le mieux aux modalités, à raison de 3 à 5 granules deux à trois fois par jour de chaque.Espacer les prises avec l’amélioration.

EUPATORIUM PERFOLIATUM 30K : si les courbatures sont généralisées, musculaires et osseuses. Sensation que les os sont douloureux. Le mouvement des yeux fait mal et la pression aggrave. Le sujet a soif;
GELSEMIUM SEMPERVIRENS 7CH : s’il y a sensation d’abattement, d’abrutissement, les jambes sont flageolantes. Des tremblements sont ressentis à l’intérieur du corps. Mal de tête et absence de soif caractérisent ce remède;
RHUS TOXICODENDRON 30K : s’il y a des douleurs aux articulations que le mouvement améliore un court moment, le malade se tourne et se retourne dans son lit. La soif est vive et il frissonne dès qu’il se découvre. L’apparition de boutons de fièvre recommande son utilisation, indiqué également pour les suites d’humidité dues au temps, dues aux vêtements imprégnés de sueur refroidie;
BRYONIA 30K : si la fièvre est d’apparition progressive avec soif de grands verres d’eau froide espacés, le malade se couche sur le côté douloureux; il reste immobile. La céphalée est frontale;
ARNICA MONTANA 30K : si le lit paraît trop dur, le malade cherche sa place comme s’il avait des courbatures, mais rien ne l’améliore. Il a le corps froid, le nez froid, mais la tête est chaude. Il demande à être seul et préfère ne pas parler.

En cas de complications au niveau des voies respiratoires, se reporter aux rubriques adéquates et consulter le médecin
 

 

 

METHODE DE FABRICATION Depuis l’adoption par la CEE d’es directives européennes  92/73/EEC and 92/74/EEC en 1992, les producteurs de médicaments homéopathiques sont soumis à des règles de fabrication (GMP (Good Manufacturing Practices)) que nous respectons dans notre unité de production.1. HOMEOFLOW  A côté du design du produit fini et du respect des règles d’hygiène, la qualité de l’air ambiant dans l’aire de préparation est d’une importance capitale.Nous utilisons pour cela , dans notre officine, un flux laminaire « Homeoflow » qui respecte les spécifications  » US Fed.Std. 209E-class 100″. Ce flux laminaire contient un système LAF-BCR exclusif (Laminair Flow-Based Clean Room System). 

En placant un collecteur spécifique au sommet de l’Homeoflow, nous obtenons un système de tri d’aspiration qui collecte une fraction réglable de l’air aspiré à partir d’une pièce adjacente ou de l’intérieur du labo. Cet afflux d’air extérieur crée une surpession réglable (+- 20 Pa) maintenant ainsi un niveau de très bas de petites particules dans les fractions d’air circulantes.


homeo01.jpg

Laminar Flow « Homeoflow »

L’inté de préfiltration possède une capacité de rétention de 98 % à 5µm. Le filtre te  très haut niveau (HEPA) a une efficacité de 99,997% pour des particules de 0,3µm. 
2. DYNAMISATION Le dynamiseur agite cent fois les dilutions en exactement deux secondes.

homeo02.jpg

homeo03.jpg
3. IMPRÉGNATION « Impregmat I-Tronic »
Nous utilisons un appareillage de petite taille qui peut imprégner les grains de sucre neutres, comprimés et autres poudre de lactose via des procédure manuelles incluant : Boîtes de Petri, Micropipettes, balance de précision, remplisseurs de tubes de verre pour les conditionnements de granules, etc… L’imprégnation des granulés homéopathiques par l’IMPREGMAT I-TRONIC est une opération complètement automatique dont la caractéristique principale est l’utilisation d’un système de contrôle électronique assisté par un puissant micro-processeur  couplé à une configuration hardware-software. Une attention toute particulière est aussi apportée au respect des GMPs standarts.
L’imprégnation des dilutions (ex. ARNICA MONTANA 5 CH) sur les granulés est réalisée à l’aide d’un atomiseur en téflon, DILU-JET auquel sont attachés les flacons contenant les dilutions spécifiques. Afin de préparer les utilisations suivantes, le Dilu-Jet est neutralisé après chaque imprégnation dans un four tournant à une température de 120 °C. (Passivation)Après atomisation et répartition des dilutions sur le lot de granules incriminés, la préparation est séchée automatiquement par un flux d’air thermostatique.Ce processus (atomisation -  impregnation – séchage) est répété autant de fois que nécessaire puis est arrêté automatiquement. homeo05.jpg

homeo04.jpg      homeo07.jpg  

4. PASSIVATION « Thermocenter ». La passivation est opérée sous un four tournant élaboré selon un concept résolument neuf et s’opère à 120°C
 

 

Je remercie infiniment la pharmacie Desmet pour m’avoir permis de poster cet article .

Publié dans HOMEOPATHIE, MEDECINES DOUCES | 14 Commentaires »

DENTS BLANCHES ET HALEINE FRAICHE :

Posté par eurekasophie le 27 juillet 2009

brossagededentschezlechien.jpg

 

TOUT POUR UN SOURIRE DE STAR !

 

 

chienquisourit.jpg

 

Oui oui, ce sont bien les miennes ! Superbes non ?

Pour en finir avec le tartre , il n’y a même plus besoin de frotter leurs crocs après les repas. Toutes

sortes de produits ludiques et efficaces ont été créés, rien que pour leurs quenottes !

Chiens et chats ne sont pas sujets aux caries, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’ils n’ont jamais besoin de soins dentaires. Moins vous vous préoccupez de leur hygiène et plus ils risquent un jour d’être confrontés au problème de tartre, de la mauvaise haleine ( un motif de plainte fréquent !) , de l’inflammation des gencives, voire de l’infection. Et comme un problème n’arrive jamais seul, c’est leur santé général qui risque d’en pâtir. En effet, en cas de salive de mauvaise qualité, un chat n’arrive plus à se toiletter, d’où un poil terne et sale. Et un foyer infectieux dentaire peut vite gagner un autre organe ( coeur ) ou la circulation générale ( septicémie ). Or, il est bien plus facile de prévenir le tartre que de le retirer quand il est là. A ce stade, le vétérinaire n’a d’autre choix que d’endormir votre animal : si une légère sédation peut suffire pour retirer un peu de tartre à la curette sur quelques dents, il faut tout de même une anesthésie générale pour déloger ( par ultrasons ) du tartre présent un peu partout. Autant de raisons pour vous intéresser à la question de leur hygiène dentaire, dès leur plus jeune âge……

asterix22.gif Plus de choix pour les chiens que pour les humains !

Une fois n’est pas coutume, nos amis les chiens sont mieux lotis que leurs maîtres. Comme pour nous, on peut leur nettoyer les dents avec une brosse ou un doigtier et un dentifrice ( goût viande ). Mais ils ont encore bien d’autres possibilités, comme les lamelles et les os en peau de buffle ( jamais d’os véritable en revanche, car ils sont très mal tolérés sur le plan digestif ). Certains sont enrichis en enzymes et en désinfectant : de quoi retrouver des dents blanches et une bonne haleine.

 

osenpeaudebuffle.jpg

A côté de ces  » os intelligents  » , on trouve encore des dentifrices  » sans frotter « . Ils se présentent sous la forme de comprimés à avaler, de patch à coller, de sprays à pulvériser ou de compléments alimentaires à mélanger à l’eau ou aux aliments. Là encore, ils contiennent des enzymes qui n’ont pas leur pareil pour débarrasser les dents des petits débris alimentaires qui font le lit des bactéries et du tartre. Dernière solution, enfin : des croquettes abrasives conçues pour frotter la dent lorsque le chien les croque. Le nettoyage est purement mécanique, mais le résultat est bien là.

Il ne reste plus qu’à choisir ce que vous allez proposer à votre chien. Le choix dépend certes des goûts de votre ami, mais aussi de votre budget ! Plus votre chien est grand, plus les os à mâchouiller ou les croquettes abrasives reviennent cher ( jusqu’à 4 € par jour pour un os destiné à un molosse ). La solution la moins coûteuse reste celle de la brosse à dents et du tube de dentifrice ( environ 9 € par mois), mais encore faut-il l’y avoir habitué étant jeune. A défaut, les dentifrices à croquer ou à coller sont aussi abordables : leur prix de revient est de 0,30 à 0,40 € par jour. En contrepartie, votre chien garde les dents blanches et une bonne haleine. C’est donc nettement plus agréable pour toute la famille !

 

chatdrle.jpg Solutions spéciales pour les chats

Contrairement à une idée reçue, ils ne sont pas davantage épargnés que les chiens. Simplement, certains chats font moins de tartre que d’autres. Le problème, c’est que, même habitués petits et très gentils, les chats acceptent rarement qu’on leur passe quotidiennement du dentifrice à l’aide d’une brosse ou d’un doigtier. Ils ont plutôt tendance à fuir à la simple vue de ces objets ! C’est pourquoi les industriels ont redoublé d’imagination pour leur brosser les dents sans en avoir l’air. Les croquettes abrasives ( car riches en fibres ) remportent la palme d’or de la simplicité car on peut leur en donner à vie, à la place de leur aliment ( prix de revient d’un aliment haut de gamme ). Grâce à leur forme et surtout, à leur texture particulière, elles exercent un nettoyage mécanique tandis que votre chat les croque.

Autre solution très simple d’utilisation : le boudin ou le rouleau aromatisé au poisson, à condition que votre chat l’accepte ( il a plus de chances d’aimer si vous l’habituez petit ). Là encore, le fait de le mâchouiller longuement assure un nettoyage mécanique efficace. Certains contiennent en outre des enzymes qui détruisent les débris alimentaires et donc assurent une hygiène irréprochable. Pour le reste ( compléments alimentaires à mettre dans son repas, comprimés de dentifrice à croquer ou à avaler ), la partie n’est pas gagnée d’avance : un chat n’est pas du genre patient et ne se laisse pas soigner facilement !

ASTUCE POUR UNE HALEINE SANS REPROCHE…….

Les chiens aimant mâchouiller les végétaux, des Britanniques ont immaginé de leur offrir un carré de plantes médicinales capables de régler leurs petits soucis digestifs. Et ça marche !

A planter d’office : du fenouil, de la menthe poivrée, du pissenlit, du persil. En revanche, pas question d’y mettre des plantes piquantes ( risques de blessures ) ou toxiques comme les lauriers roses, les arums, le muguet, les étoiles de Noël, le houx, les rhododendrons, les tulipes, l’if………Si votre ami ne comprend pas le message ( il ne touche guère à vos plantes), rien ne vous empêche de récolter un peu de fenouil et de menthe poivrée pour rajouter à ses croquettes et ainsi faciliter sa digestion. S’il est sujet aux flatulences, son alimentation est peut-être mal adaptée ( parlez-en au vétérinaire ). En attendant, un peu de charbon végétal peut le soulager. Phytocroq ® Haleine, un complément alimentaire pour chien disponible dans le commerce, apporte d’ailleurs du charbon végétal, avec en prime, du pisselit, de l’artichaut et de la bourdaine ( pour la digestion ), sans oublier les huiles essentielles de girofle, menthe, carvi et citron aux propriétés antiseptiques, bactéricides et désodorisantes, mais interdites aux chats ( environ 12 € la boîte de 60 Phytocroq ® ).

Publié dans NOS ZAMIS LES ZANIMAUX, SOINS PARTICULIERS | 9 Commentaires »

URGENCES……….

Posté par eurekasophie le 15 juillet 2009

randonnes.jpg

 

N’oubliez pas de vous hydrater !

 

POUR ÉVITER LA FRACTURE DE FATIGUE

 

 

Gare à la première séance de course à pied ou à la première journée de randonnée en 

montagne !!!!

 

Avec les beaux jours, la tentation de faire un sport ou une activité de plein air est grande. Ne vous en privez pas ! Mais attention à la fracture de fatigue, où l’os trop sollicité par cet effort soudain et inhabituel risque de se fissurer.

Le terme de fracture peut prêter à confusion, car il ne s’agit pas d’une fracture à proprement parler comme on peut en observer après une chute. D’ailleurs, une radiographie pratiquée dans les jours qui suivent l’apparition des premières douleurs ne montrera pas de trait de fracture. Il s’agit en réalité d’une hypersollicitation osseuse sur un os sain, normal, c’est-à-dire indemne de toute lésion métabolique ou traumatisme qui pourrait expliquer une fracture, soumis à de fortes contraintes mécaniques. La fissure peut survenir à cause d’un effort répété ( sportif assidu), inhabituel ( augmentation de la charge d’entraînement ) ou survenir parfois lors d’une première séance chez un néophyte ! 

 

REMODELAGE OSSEUX INSUFFISANT 

 

On parle parfois  » d’overdose  » mécanique ou de  » fracture de stress « . Il s’agit d’un véritable surmenage osseux qui entraîne une exagération de remodelage de l’os. Schématiquement, la congestion sanguine liée à l’effort active de façon physiologique et réflexe les phénomènes de résorption de l’os qui devient alors plus fragile. La reconstruction osseuse est longue avant d’être véritablement efficace. En d’autres termes, la construction osseuse prend du retard par rapport à la destruction. Le risque principal de la fracture de fatigue est le déplacement osseux, autrement dit l’apparition d’une véritable fracture, synonyme parfois d’intervention chirurgicale. Gare à la poursuite de l’effort en serrant les dents ! 

 

 LE PIED SURTOUT

 

Une fracture de fatigue peut concerner n’importe quel os pourvu qu’il soit sollicité par un effort inhabituel : vertèbre, humérus, bassin, sacrum, col du fémur et même clavicule. Un os long peut être touché à plusieurs endroits différents, le tibia par exemple où la fracture peut siéger au niveau du genou et à quelques centimètres au-dessus de la malléole interne de la cheville. Pour autant et pour des raisons évidentes liées au poids du corps, le pied est le plus exposé aux fractures de fatigue. Par ordre de fréquence décroissante, on en retrouve surtout au niveau du calcanéum ( talon ) , des métatarsiens ( le deuxième surtout ) , du scaphoïde tarsien, de l’astragale et des sésamoïdes ( os situés sous le gros orteil ). 

 

OUHHHHHH    lAAAAAAA !!! C’est où tous ces os dont tu parles ?  chien2.gif

Tu devrais mettre un p’tit schéma ma chère Sophie….

 

osdupied.jpg

Voilà le schéma mon cher Ralphy . Dis au fait, quand je te donne un os à ronger, tu ne me demandes pas si c’est un péroné ou un astragale . Bref, passons….

 

 UNE DOULEUR LOCALISÉE

La fracture de fatigue se manifeste par une douleur sourde et localisée. Il n’y a pas de notion de traumatisme ou de choc direct. Cette douleur doit mettre la puce à l’oreille. Modérée d’abord, ou plus rarement brutale d’emblée, elle provoque une impotence fonctionnelle progressive, avec une boiterie qui empêche toute activité sportive. La douleur disparaît au repos. A la palpation de la zone douloureuse, on retrouve parfois une petite tuméfaction chaude, voire inflammatoire. 

 

PAS DE RADIO MAIS UNE SCINTIGRAPHIE ! 

La radiographie est inutile lorsqu’on suspecte une fracture de fatigue. En effet, du fait même de sa discrétion, la fissure est indécelable radiographiquement, au tout début en tout cas. Dans 50 % des cas en revanche, la radiographie montre les séquelles de la fracture, autrement dit du cal osseux, plusieurs semaines après le début des douleurs. En réalité, c’est la scintigraphie osseuse qui demeure l’examen de référence. La fracture de fatigue y est décelée très précocement, de façon constante, et permet parfois de retrouver plusieurs foyers de fractures, en  » sommeil  » ! Reste la possibilité de pratiquer une IRM dans les cas douteux.

 

scintigraphietibiast800.jpg

 

Les taches noires au niveau des tibias sont les fractures de fatigue

 

 

REPOS 

Sauf cas particuliers ( fracture instable, zone à risque….), une fracture de fatigue ne se plâtre pas. L’utilisation de cannes anglaises permet de soulager le foyer de fracture. Seul un arrêt de l’activité responsable pendant 4 à 6 semaines en moyenne permet la guérison ( reconstitution osseuse au sein de la fissure ) et évite que la fracture ne se déplace. Gare sinon à la pseudarthrose, autrement dit à une absence de consolidation ( la fracture  » bouge  » en permanence ). L’intervention chirurgicale est alors nécessaire pour consolider le foyer de fracture.

 

PRÉVENTION 

 

A défaut de changer la morphologie de ses pieds ou de ses jambes, plusieurs précautions permettent de limiter le risque: 

 

  • Choisissez des chaussures adaptées à l’activité choisie et faites-vous conseiller par un technicien chaussuresdemarche.jpg
  •  changez de chaussures dès que des signes d’usure ou d’inconfort apparaissent : perte de l’amorti ou de la stabilité au niveau du talon, en sachant que l’usure de la semelle est souvent plus tardive
  • soyez prudent lors des premières  » sorties « . Toute activité débutante doit être progressive, en durée comme en intensité. S’il s’agit de la course à pied, il est recommandé de choisir un terrain souple plutôt que le bitume. Sur route, veillez à changer de côté de temps en temps pour soulager le pied extérieur
  • utilisez des semelles ou des talonnettes intérieures amortissantes ( Sorbothane, Noene…..)
  • perdez du poids en cas de surcharge pondérale
  • ne vous lancez pas dans une activité technique sans un coach averti qui pourra corriger un geste défectueux
  • hydratez-vous correctement et ne faites pas un régime trop pauvre en calcium ou en protéines.

 

 

 

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 13 Commentaires »

12
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant