Résultats de votre recherche

LE FUCUS

Posté par eurekasophie le 9 février 2009

fucusspiralis.jpgfucus20vesiculeux.jpg

Fucus spiralis                                                                           Fucus vésiculosus

Nom latin : Fucus vesiculosus.

Origine : Atlantique Nord, Méditéranée Occidentale.

Partie utilisée : le thalle.

Description : Les algues, concentrés naturels des richesses de l’océan, sont de véritables cocktails d’éléments vitaux. En effet, elles mettent à notre disposition de nombreux oligo-éléments : cuivre, chrome, zinc (intervenant dans de nombreux mécanismes enzymatiques des cellules), sélénium, fer, manganèse et iode.

Le fucus est également riche en nombreuses vitamines, dont l’acide folique, la vitamine C, des vitamines du groupe B (B 1, B 2, B 6, B 12) favorisant le métabolisme des nutriments, en particulier des sucres. Le fucus intervient comme stimulant des échanges cellulaires grâce à son iode. Il favorise également l’élimination des déchets de l’organisme.

Riche en protéines végétales assimilables, il est pauvre en calories et en lipides. Il contient aussi des mucilages non assimilables, ayant la propriété de gonfler dans l’estomac au contact de l’eau, d’où un effet coupe-faim naturel, ainsi que des fibres végétales facilitant le transit intestinal. Les algues sont conseillées pour couper la faim et faciliter la perte de poids tout en apportant à l’organisme les éléments nécessaires à son tonus et à son équilibre.

LA TRADITION

Traditionnellement, on envoyait autrefois les enfants rachitiques ayant des problèmes de croissance au bord de la mer pour bénéficier des bienfaits de ces algues pourvoyeuses d’iode et de bien d’autres minéraux et vitamines.

On faisait de même avec les tuberculeux, à l’époque où cette maladie décimait la population, dans des sanatoriums tombés en désuétude, progressivement remplacés par des centres de thalassothérapie qui se multiplient depuis vingt ans, accueillant une clientèle pour bien des indications :

  • Remise en forme.
  • Amincissement.
  • Récupération après une grossesse.
  • Convalescence post-opératoire.
  • Traumatologie sportive.
  • Rééducation après un accident

On reconnaît au Fucus des vertus d’activateur de la glande thyroïde et des échanges métaboliques. Il permet également la reminéralisation et aide au transit. Le Fucus est souvent recommandé aux personnes en excès de poids, ou souffrant d’insuffisance thyroïdienne, de lymphatisme, de retard de croissance, de constipation ou de chute des cheveux.

Il est aussi recommandé par voie externe (cataplasme) pour lutter contre cellulite. On trouve le fucus sous forme de poudre, de gélule ou de solution hydro-alcoolique.

Publié dans ALGUES ET RECETTES | 1 Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LA BETTE ….mais non pas la Bête ….

Posté par eurekasophie le 2 février 2009

bette.jpg

PHYTOTHÉRAPIE

SPHÈRE DIGESTIVE

Nom courant : BETTE, BLETTE Nom latin : Beta vulgaris ciclaAutres Noms : Poirée blanche, bette à Famille : Chénopodiacées
côtes, bette à carde
Autres domaines : Spécifique : Foie/
Étymologie : Le mot poirée est une altération de porrum ou poireau

Parties utilisées : Les côtes et les feuilles

Propriétés : Emolliente (voie urinaire)
Rafraîchissante
Laxative

Indications : Interne
Inflammation des voies urinaires
Constipation
Congestion de la rate après tout problème infectieux (ganglions)
Personnes bilieuses (hépatiques)
Externe
Croûtes de lait du bébé
Mycoses interdigitales
Posologie : Interne
- Legumes :

Externe
- Cataplasme : feuilles fraîches écrasées

Et puisque vous êtes sympas, que c ‘est la chandeleur et surtout …..surtout parce que je suis au régime mouaiiiiiiiii ! que je ne peux pas manger de crêpes je vous donne quelques recettes………… si si j’insiste, à base de bette ou blette comme vous préférez!

Que savons-nous de la bette ?

betteLa bette ou blette (Beta vulgaris var. cicla), famille des chénopodiacées est  originaire du bassin méditerranéen.
Autres appellations : côtes de bette, blette, poirée, joutte, bette-épinard.

feuille de bettePlante potagère de la même espèce que la betterave.
Les feuilles, plus ou moins vertes selon les variétés, sont larges et longues, plus ou moins ondulées. Les côtes des feuilles sont épaisses, blanches ou rouges.

Remerciements à jocelyne pour ces belles photos
Bettes et cardons:

On consomme soit les côtes, soit les feuilles, soit les deux en même temps.
Cuisson: à l’eau bouillante salée.
Les côtes s’accommodent ensuite avec un peu de crème fraîche ou au gratin.
Les feuilles se traitent comme des épinards.Les bettes sont riches en carotènes Vitamine C (Oxydation) et aussi en acide oxalique: 600 mg
C’est un légume à fuir si l’on souffre de lithiase oxalique ou de cystite.

1) Les triangles blettes-rocamadour
 

Ingrédients :

- 1 botte de blettes
- 3 rocamadour (ou tout autre fromage que vous aimez)
- 3 cs de fromage frais
- sel, poivre
- une poignée de pignons
- feuilles filo

Préparation:

Pour commencer on rince bien les blettes, ensuite on enlève les côtes ou cardes à l’aide d’un couteau. On hache les feuilles au couteau.
Puis on fait chauffer un peu d’huile d’olive dans le wok et on fait suer les feuilles de blettes à la manière des épinards frais.
Quand elles ont bien rendu toute leur eau, on les met dans un bol. On ajoute dans ce bol 3 petits rocamadour, un peu de fromage frais, des pignons, du sel, du poivre, on mélange bien.
Ensuite on étale la pâte à filo, on coupe chaque feuille en deux, on huile au pinceau, on met le côté huilé dessous, on replie en deux. On met une cuillère de farce dans le coin et on replie en triangle jusqu’en haut. On peut aussi utiliser des feuilles de bricks, même procédé, pn huile au pinceau, on coupe en deux et on rabat le côté arrondi sur le côté droit, on forme le premier triangle et on replie jusqu’en haut.
Et cela jusqu’à épuisement des ingrédients (à peu près une douzaine de triangles).
Ensuite au four jusqu’à qu’ils soient bien dorés.
On peut les préparer à l’avance et les réchauffer.

2) Jarret de veau braisé, jus au foin, blettes au vieux vinaigre

Les jarrets des animaux sont des morceaux riches en collagène et nécessitent une cuisson longue pour rendre moelleuse la viande. La cuisson braisée est trés adaptée pour ce type de morceau.

Ingrédients:

Pour 4 personne(s)

  • Jarret :

- 1 jarret de veau

- 5 cl d’huile d’arachide

- 100 g d’oignons

- 50 g de carottes

- 50 g de céleri boule

- 5 cl de vin blanc

- 20 cl de fond brun de veau clair

- 30 g de foin

  • Blettes

- 1 botte de blettes

- Beurre

- 3 cl de vinaigre de vin vieux

Préparation:

  • Préparation du jarret :

Habiller le jarret de veau et le saler. Colorer le jarret avec l’huile dans une cocotte.

Ajouter l’oignon, les carottes, le céleri boule taillés en grosse mirepoix et faire suer.

Déglacer avec le vin blanc et réduire. Ajouter le fond brun de veau clair. Porter à frémissement et rectifier l’assaisonnement.

Cuire au four à 130°C pendant 2 heures en arrosant de temps en temps. Ajouter dans le jus de cuisson, le foin et laisser cuire 1 heure au four.

  • Préparation des blettes :

Préparer les blettes et cuire les côtes et le vert séparément à l’anglaise. Rafraîchir et égoutter.

Sauter au beurre les blettes et déglacer avec le vinaigre de vin vieux. Réduire et rectifier l’assaisonnement.

  • Dressage de l’assiette :

Décanter le jarret et passer le jus de cuisson au chinois. Réduire le jus et glacer le jarret.

Dresser dans une cocotte en fonte, les blettes mijotées avec le jarret au centre. La sauce est à part dans une saucière.

Publié dans "B**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

LE SUREAU

Posté par eurekasophie le 29 janvier 2009

sureau2.jpg                     sureau.jpg         

 

Fiche d’identité

• Famille : Caprifoliacées
• Origine : Europe.
• Habitat : forêts de feuillus, mais aussi décombres où les oiseaux déposent les graines de sureau.
• Taille : petit arbre de 2 à 7 m.
• Feuilles : opposées, avec 5 folioles ovales, dentées, pétiolées de 5 à 10 cm de long.
• Fleurs : petites et blanches, regroupées en ombrelles.
• Fruits : baies noires, appréciées des oiseaux… et des hommes

Ce petit arbre, qui atteint généralement les 2 mètres, mais peut aller jusqu’à 10 mètres et vivre plus de 100 ans, est de la famille des Caprifoliacées (au même titre que le chèvrefeuille par exemple). C’est une espèce dite héliophile, entendez qui a besoin de soleil ou de demi-ombre pour vivre, vous n’en trouverez donc pas au cœur de la forêt mais plus facilement en lisière de bois, et communément dans les haies et sur les berges des cours d’eau.
Pour le reconnaître, rien de plus simple, vous y parviendrez même, et surtout, les yeux fermés… en effet, si vous frottez les feuilles dans vos mains, elles dégagent un parfum âcre et désagréable. Autre particularité de cet arbre, ces branches sont creuses, ce qui en fait un refuge de prédilection pour de nombreux insectes. C’est à cette particularité également qu’il doit son nom venu du grec sambûke, la flûte : son bois tendre et déjà creux étant idéal pour confectionner le dit instrument.

Généreux et prolixe, entre juin et juillet, le sureau noir donne naissance à de petites fleurs blanches très parfumées et à des fruits ayant l’apparence de baies noires et arrivant à maturité fin août.

Le Sureau et l’homme

L’homme raffole également de cet arbre, et ce depuis des siècles. Les premières traces que l’on ait retrouvées de cette affection de l’homme pour le sureau remontent à l’âge de pierre ! Si, bien évidemment, la valeur gustative de ses baies est pour beaucoup dans cette histoire, ses vertus médicinales ne sont pas en reste. Preuve en est avec les multiples surnoms dont on l’affuble et qui se passent de commentaires : le protecteur du foyer, l’arbre aux fées, le pharmacien de la maison, etc.
Dès l’Antiquité, ses vertus thérapeutiques furent louées par Hyppocrate, le célèbre médecin grec. Il faut reconnaître que cet arbuste a un large spectre d’utilisation et que ces propriétés thérapeutiques se trouvent aussi bien dans son écorce que dans ses feuilles, ses fleurs et ses baies.

L’écorce :
Attention, il ne s’agit pas ici de l’écorce grise très structurée, visible à première vue, mais de la seconde écorce verte. Cette dernière est très riche en nitrate de potasse, en tanin et en acide valérianique. Autant de substances qui donnent à cette écorce des propriétés diurétiques et laxatives. Utilisée en décoction, cette partie de l’arbre est conseillée, entre autres, contre la rétention d’urine, les rhumatismes, la goutte et les coliques néphrétiques.

Les feuilles :


baiefleursureaunoir.jpg
Les feuilles fraîches sont très riches en acide cyanhydrique, ce qui, à forte dose, peut les rendre toxiques. Utilisées raisonnablement, elles offrent néanmoins une palette impressionnante de « services ». En cataplasme, elles apaisent les contusions et soulagent les maux de dents. Elles sont utilisées également en cas de brûlures. Seul inconvénient à leur décharge, les feuilles cuites dégagent une mauvaise odeur et sont amères. Un peu de miel dans la préparation permet néanmoins de passer outre. A noter enfin, qu’à peine récoltées sur l’arbre, les feuilles sont efficaces pour stopper les petites hémorragies nasales.
Les jardiniers retiendront que le purin de feuilles de sureau noir est également utile en jardinage biologique pour combattre mildiou et pucerons. Ce purin aurait également le pouvoir de repousser les rongeurs (souris, mulots et campagnols). Pour se faire, il suffit de laisser macérer 1 kg de feuilles pendant quelques jours, dans 10 l d’eau, et de le pulvériser dans son jardin.

Les fleurs :
Il y a deux manières de profiter des vertus de ces petites fleurs blanches et parfumées, soit en application externe, soit en les ingérant. Dans le premier cas, en décoction elles ont des propriétés émollientes, calmantes et adoucissantes pour la peau. En soin interne, les fleurs de sureau sont un parfait diaphorétique (elles favorisent la transpiration) et sont recommandées pour lutter efficacement contre les grippes, rhumes ou simple refroidissements.

baiesureaunoir.jpgLes baies :
Outre le fait que ces fruits soient appréciés en confiture, ils renferment nombre de substances actives : glucoside, tyrosine, nitrate de potassium, carotène, différents acides…
Le rob, entendez le concentré du jus des baies de sureau, est reconnu pour ses propriétés sudorifiques, idéal donc pour soigner grippe, bronchite et autres toux rebelles.

Si ces qualités en font un arbre apprécié, sa faculté de se disséminer, avec le concours des oiseaux qui répandent ses graines, fait qu’il est honni par les agriculteurs dans les régions d’agriculture intensive

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaires »

LES CATAPLASMES POUR CHEVEUX

Posté par eurekasophie le 2 janvier 2009

 

fleursiris.jpgcataplasmespourcheveux.jpg fleursiris.jpg

 

LES CATAPLASMES POUR CHEVEUX  

Si vous pouvez appliquer une fois par semaine un cataplasme sur vos cheveux, vous les vrrez rapidement devenir brillants, souples et reprendre de la vigueur. S’ils sont en très mauvais état, il est préférable de consulter un dermatologue.

Il suffit de pouvoir disposer de 2 ou 3 heures et de posséder un grand foulard dans lequel vous envelopperez vos cheveux (déjà entourés d’une serviette de toilette). Vous pouvez conserver le cataplasme seulement une demi-heure, mais l’idéal est qu’il sèche sur vous. Il est très important de rincer soigneusement après. Terminez par un shampooing naturel.

ATTENTION ! Les proportions sont indiquées pour des cheveux assez courts. Doublez les doses pour les cheveux longs.

POUR ASSOUPLIR LES CHEVEUX

2 jaunes d’oeufs; 1 cuillerée d’huile de ricin; 2 cuillerées de bière; 1 cuillerée de jus de citron.

Mélangez bien les divers ingrédients (vous pouvez éventuellement remplacer l’huile de ricin par de l’huile d’olive). Vous obtenez une pâte assez liquide, jaune et collante. Appliquez mèche par mèche, et laissez sécher sous une serviette.

Ce cataplasme convient à toutes les chevelures qui en ressortent souples et faciles à coiffer.

barrepapillon.gifbarrepapillon.gifbarrepapillon.gif

POUR REDONNER DE LA VIGUEUR AUX CHEVEUX

Le jus d’1/2 citron; 1 yaourt (bulgare de préférence); 1 cuillerée d’infusion de thym concentrée; 1 cuillerée de bière.

Mélangez bien le tout, puis étalez sur les cheveux et le cuir chevelu. Vous pouvez remplacer le yaourt par du fromage blanc. La caséine du lait est excellente pour les cheveux, qu’elle revitalise et renforce.

barrepapillon.gifbarrepapillon.gifbarrepapillon.gif

BAIN DE NUIT POUR CHEVEUX TERNES

1 verre d’huile d’olive.

Imprégnez vos cheveux d’huile d’olive et répartissez bien avec un peigne. Laissez agir toute la nuit si vous voulez que ce soit vraiment efficace. Vos cheveux ressortiront souples et brillants. Faites-le tous les soirs pendant une semaine pour une véritable cure de beauté.barrepapillon.gifbarrepapillon.gifbarrepapillon.gif

POUR NOURRIR LES CHEVEUX

Cataplasme aux huiles

1 cuillerée d’huile de ricin; 1 cuillerée d’huile d’amandes douces; 1 cuillerée d’huile d’olive; 2 jaunes d’oeufs.

Ce cataplasme étant assez gras, il est préférable de ne pas l’utiliser si a chevelure a déjà tendance à graisser.

Cataplasme a la moelle

1 gros os à moelle de boeuf ou de veau; 2 jaunes d’oeufs; 1 cuillerée de jus de citron; rhum (quelques gouttes).

Faites bouillir l’os 10 à 15 minutes, puis extrayez la moelle et mélangez-la avec les jaunes et le citron. Ce cataplasme est idéal pour tous types de cheveux, et en particulier pour les cheveux affaiblis. Si cela sent trop le pot-au-feu à votre goût, vous pouvez rajouter quelques gouttes de rhum.

barrepapillon.gifbarrepapillon.gifbarrepapillon.gif

POUR DONNER DES REFLETS AUX CHEVEUX

Pour cheveux clairs

1/2 citron; 1 verre d’eau; 1 poignée de fleurs de camomille.

Si vous avez les cheveux blonds ou châtain clair, des applications régulières de camomille peuvent vous donner des reflets lumineux et les éclaircir un peu.

Faites bouillir pendant 5 minutes 1 poignée de fleurs de camomille (ou plus si vous voulez forcer la teinte) dans 1 verre d’eau. Pressez les fleurs pour en extirper au maximum le jus, filtrez, puis ajoutez le jus de citron. Versez sur votre tête préalablement lavée. Ne rincez pas, laissez sécher, de préférence en plein soleil.

Pour cheveux foncés

Décoction de thé ou de noyer.

Faites bouillir pendant 5 minutes 1 poignée de feuilles de noyer ou de thé dans 1 litre d’eau. Puis procédez comme pour la camomille.

Vous pouvez aussi utiliser le brou de noix, c’est-à-dire les enveloppes (en les faisant bouillir une heure). Pour bien fixer la couleur, rajoutez une ou deux pincées d’alun dans votre teinture.

Ces décoctions donnent des reflets bruns et chauds. Le jus du poireau fait également briller les cheveux noirs.

barrepapillon.gifbarrepapillon.gifbarrepapillon.gif

 

CATAPLASME AU HENNE

Achetez du henné en poudre chez le pharmacien ou dans un magasin de diététique. Mélangez la poudre, un peu verdâtre, avec 1 ou 2 cuillerées d’eau our former une pâte épaisse (pas trop sinon elle durcit trop vite). Etendez sur la tête mèche par mèche; laissez sécher au moins une heure, si possible beaucoup plus (certaines femmes gardent le henné toute la nuit). Puis rincez soigneusement et terminez éventuellement par un shampooing léger (à la saponine par exemple).

ATTENTION ! Certains types de cheveux, surtout les cheveux clairs, réagissent mal: si le cataplasme est trop prolongé, ils deviennent rouges ! Au contraire sur les cheveux noirs ou foncés, le henné donne des reflets auburn et ravive la teinte. Faites un essai préalable de cinq à dix minutes et utilisez des gants car la paume des mains se colore vite.

Le henné est en même temps un traitement idéal pour les cheveux qu’il rend soyeux et vivants. Si on veut en bénéficier sans se teinter les cheveux, on peu acheter du henné naturel non colorant.

Publié dans CATAPLASMES POUR CHEVEUX, FAIT NATURE | 2 Commentaires »

LA BAUTE DES PRES

Posté par eurekasophie le 31 décembre 2008

 

fleurs24.jpgbeautedespres.jpgfleurs23.jpg

violette1.jpgbruyerefleurs.jpgviolette1.jpg

Voici un petit supplément beauté à utiliser lorsque vous vous trouvez  la campagne; vous pouvez alors confectionner des lotions, des bains et des shampooings avec les plantes sauvages que vous récoltez au cours de vos promenades. Les sentiers de nos villages ou de nos forêts regorgent de plantes bienfaisantes.

PLANTES DOUCES POUR PEAUX RAPEUSES ET FRAGILES

Si le soleil vous a tanné et durci l’épiderme, ou si votre peau s’écaille de nature, cueillez des violettes ou de la bruyère.

LA VIOLETTE :

Fleurs et feuilles ont des propriétés calmantes et adoucissantes pour la peau. Vous pouvez vous en servir comme lotion de toilette en en faisant infuser 1 poignée dans 1/2 litre d’eau bouillante. Conservez au frais cette eau parfumée et fragile.

L’HUILE DE VIOLETTE:

L’huile de violette est aussi très agréable à utiliser por les mains, la peau irritée, les lèvres gercées.

Déposez 1 poignée de violettes (de préférence les fleurs) dans 1/4de litre d’huile d’amandes douces (ou une autre huile végétale moins chère) et laissez macérer 8 jours en remuant de temps en temps. Les violettes deviennent marron, mais l’huile se charge peu à peu d’un parfum très délicat, à la fois doux et sucré. Filtrez au bout de 8 jours et conservez en flacon bouché.

LAIT DE VIOLETTE:

Rafraîchissant en tant qu’après-soleil . Faites chauffer 1 verre de lait jusqu’à ébullition, puis plongez-y 1 poignée de violettes et laissez infuser hors du feu pendant 10 minutes environ. Filtrez et utilisez dans la journée.

LA BRUYERE:

Les petites fleurs mauves de la bruyère sont à la fois calmantes et tonifiantes. Utilisez-les en décoction: vous en faites bouillir pendant 5 minutes 1 poignée dans 1/2 litre d’eau (avec quelques feuilles éventuellement). Vous obtenez une lotion un peu jaune qui sent bon la lande et les bois. Conservez au frais et utilisez comme lotion de toilette.

PLANTES ASTRINGENTES POUR PEAU LOURDE

Avec la ronce, le noyer,l’aubépine, faites des lotions champêtres qui vous resserreront les pores et vous stimuleront la peau en douceur, grâce à leurs vertus astringentes:

*** les feuilles de ronce (au parfum acidulé) ou de noyer ( à la forte odeur de noix fraîche): en infusion à raison d’1 poignée pour 1/2 litre d’eau, conservez au frais.

***les baies d’aubépine ou d’églantier: écrasez les fruits mûrs (à l’automne) et faites bouillir pendant 10 minutes à raison 1/2 tasse de fruits pour 1/2 litre d’eau. Conservez au frais.

lignelierre3.giflignelierre3.giflignelierre3.gif

SHAMPOOINGS ET BAINS SAUVAGES

Si vous avez les cheveux et la peau fragiles, lavez-vous avec des plantes à savon adoucissantes qui contiennent de la saponine et nettoient sans décaper.

LE LIERRE:

Faites bouillir durant une heure quelques poignées de feuilles de lierre dans 1 litre d’eau. Vous obtenez un liquide un peu vert; frottez-en vos cheveux ou versez dans l’eau du bain. Faites-en sécher des réserves au grenier.

LA SAPONAIRE:

J’ai eu l’occasion de vous parler de la saponaire dans « shampooings et cataplasmes ». Cette plante, reine des savons naturels.

Faites bouillir pendant 5 minutes un morceau de racine coupé en rondelles dans 1 litre d’eau. Conservez la racine en la faisant sécher en petits morceaux à four doux durant trois heures, ou tout simplement au soleil ou sur un radiateur. La saponaire lave en douceur les cheveux, mais aussi les tissus fragiles.

LES MARRONS D’INDE:

C’est moins appétissant que le lierre ou la saponaire: faites bouillir pendant 1 heure 1 poignée de marrons en morceaux dans 1 litre d’eau; l’eau devient brune,mais elle a les mêmes propriétés nettoyantes que les plantes précédentes.

lignelierre3.giflignelierre3.giflignelierre3.gif

 

LES LOTIONS CHAMPETRES POUR LES CHEVEUX A PROBLEMES

Si vous avez tendance à perdre vos cheveux, frottez-les avec du suc d’ortie ou de capucine:

Broyez les feuilles de ces plantes au mixer, mélangez-les avec un peu d’eau; filtrez et utilisez en friction sur le cuir chevelu.

lignelierre3.giflignelierre3.giflignelierre3.gif

LES ALGUES BRUNES

Les algues, largement utilisées en thalassothérapie, sont des alliées précieuses de la peau et de l’organisme. Ramassez sur une plage non polluée des laminaires (algues en longs rubans) ou du varech (algue remplie de petits flotteurs). Si vous voulez un bon fortifiant, faites-en une purée remplie d’éléments minéraux et de vitamines.

Sinon, utilisez votre cueillette dans le bain: laissez les algues s’enrouler autour de vous dans la baignoire bien chaude, ou faites-les bouillir une demi-heure avant, hachées en morceaux dans 2 ou 3 litres d’eau que vous filtrez avant de verser dans le bain.

 

Publié dans FAIT NATURE, LA BEAUTE DES PRES | Pas de Commentaires »

ELLES STIMULENT LES SENS…….

Posté par eurekasophie le 20 décembre 2008

coeur2.gifBeaucoup de légendes, venues parfois du fond des âges, et variant d’une région du monde à une autre, entourent le pouvoir

aphrodisiaque de certaines plantes. La sélection fait ici la part des mythes pour ne retenir que la présence des principes actifs, plus

ou moins concentrés, ayant une action reconnue sur la tonicité sexuelle et l’éveil du désir.

coeur.gif

LE CELERI

Le céleri contient des vitamines A, C, B, P, minerais et oligo-éléments. Il est excellent pour les muscles et liquéfie le sang, ce qui lui confère un pouvoir admis pour prolonger l’érection ( qu’il ne saurait toutefois déclencher). Il réduit aussi les niveaux de cholestérol et aide les artères à combattre le vieillissement. Les Romains ont consacré le céleri à leur dieu Pluton, le dieu du sexe et…….de l’enfer.

A noter: le céleri rave, à consommer cru et râpé, est beaucoup plus concentré en principes actifs que dans sa forme « branche ».

CLOUS DE GIROFLE

C’est un des plus puissants aphrodisiaques naturels. La poudre obtenue par le broyage de deux clous de girofle peut provoquer l’érection dans l’heure qui suit, et la prolonger. Cette épice fonctionne également, et peut-être mieux encore, chez les femmes, dont elle exhacerbe la sensibilité et l’éveil des sens, surtout sous forme d’huile essentielle (à diluer dans de l’huile de coco pour un massage sensuel). Il est également valide contre la fatigue mentale et physique et aussi pour la perte de mémoire.

GINGEMBRE

Ses principes actifs ont pour pincipales propriétés d créer de flux chauds dans l’organisme. Consommé dans une boisson chaude (du thé bouilli ou du lait pur par exemple) il peut provoquer l’érection chez l’homme et une grande exitation, avec effet quasi immédiat chez la femme. Attention: à doses excessives, il irrite les intestins.

RAIFORT

Les propriétés aphrodisiaques de cette racine sont soit fulgurantes, soit inexistantes selon les personnes. Il est recommandé, pour un effet immédiat , de mâcher un petit morceau sans l’avaler, et de placer le tout quelques secondes sous la langue, avant de l’ingérer.

CORIANDRE

C’est la graine sèche qu’on utilise, macérée dans du vin. Cette graine provoque un effet euphorique, particulièrement pour les femmes. Toutefois il est recommandé pour les hommes de ne pas abuser de la substance afin d’éviter les effets opposés.

JASMIN

Dans le jasmin, c’est le parfum de la fleur, essentiellement le jasmin espagnol, qui libère des principes actifs excitants les sens. Très efficace chez les femmes, il peut constituer la base d’une pommade de massage. En Inde, les jeunes filles en font des tresses qu’elles placent dans leur cheveux. Le thé au jasmin, à condition qu’il soit naturel et pas aromatisé de façon artificielle, est également un aphrodisiaque féminin reconnu.

MOUTARDE

Elle stimule directement et immédiatement l’action des glandes sexuelles. Elle peut être utilisée en cataplasme ou, pour une action renforcée, fortement diluée dans de l’huile de palme sous forme de massage. Il y a trois genres de moutarde: noir, blanche et jaune d’Inde. Les graines de moutarde jaune d’Inde font partie des principaux rituels d’amour du Kamasoutra.

SAFRAN

Le safran a des propriétés stimulantes, ayant une action comparable à celle des hormones. Il s’applique directement, en très petite quantité, sur les zones érogènes. Soyez prévenu d’un effet secondaire presque toujours observé: le fou rire incontrôlable !!

THYM

Tonique pour les nerfs, le thym est aussi un aphrodisiaque doux, provoquant la prolongation de l’érection chez l’homme et celle de l’orgasme chez la femme. C’est aussi un puissant purificateur pour le corps, qui participe au décuplement du plaisir sexuel chez les partenaires.

VANILLE

C’est surtout l’effet euphorisant qui est recherché avecla vanille, qui combat l’asthénie sexuelle et agit sur le système nerveux central. Par son odeur, elle intervient indirectement sur la stimulation sexuelle et participe à « débrider  » l’expression du plaisir chez la femme.

POIVRE DE CAYENNE

Avec un taux élevé de vitamine C, il est un agent excitant qui stimule la circulation et directement l’érection, qu’il renforce de façon très nette et prolongée. Les piments mexicains rouges et verts ont les mêmes propriétés.

Publié dans DES PLANTES NOMMEES DESIR | 3 Commentaires »

1) ARGILE…..TERRE DE BIENFAITS

Posté par eurekasophie le 20 décembre 2008

couchesdargiledansunecarriere3.jpg   Couches d’argile dans une carrière

Il n’est pas exagéré de dire que cela fait des millénaires que l’argile est utilisée comme agent thérapeutique. En effet, les égyptiens

l’utilisaient dans le procédé de momification comme élément purificateur mais également pour soigner les malades. Pline l’Ancien

en faisait également mention .

argileblanche.gifArgile blanche en poudre

Plus proche de notre époque l’argile est largement utilisée par les pionniers de la naturopathie allemande. Le curé Kneip popularisa le cataplasme à base d’argile et de vinaigre. Le mahatma Gandhi, féru de techniques de purifications, utilisait aussi régulièrement l’argile à cette fin. Durant la premierre guerre mondiale de 1914-18, les médecins allemands et autrichiens utilisèrent l’argile pour vaincre une épidémie de dysenterie qui faisait des ravages dans les armées. A notre époque, l’argile est toujours considérée comme une arme thérapeutique par de nombreux naturopathes. On l’utilise avec succès dans denombreux centres de santé holistiques et de nombreux spas l’utilisent à des fins de soins esthétiques ou pour contrer les effets du stress.

En fait, l’argile est une arme très puissante contre un nombre important de maladie, et elle n’occupe peut-être pas encore toute la place qui lui revient.

argileblanchekaolinite.jpg Argile blanche en morceaux                                           

Mais d’abord, qu’est ce que l’argile ?

L’argile est une roche sédimentaire meuble, provenant de la décomposition d’espèces minérales appelée « feldspaths » composés principalement de silicate d’alumine. Elle est imperméable, grasse au toucher et elle peut-être facilement façonnée lorsqu’elle est imbibée d’eau. On la retrouvegénéralement dans le sous-sol à un mètre de profondeur. Elle est composée de nombreux minéraux, tels que : silice, aluminium, magnésium, calcium, fer, phosphore, sodium, potassium, cuivre, zinc, sélénium, cobalt, manganèse, de la chaux.

argileverteenmorceaux.jpg  Argile verte concassée

L’efficacité thérapeutique de l’argile sera d’autant plus importante que celle-ci aura été exposée au soleil, à l’air et à l’eau des intempéries.

argileverte.jpg  Masque à l’argile verte

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | Pas de Commentaires »

3) COMMENT UTILISER L’ARGILE ?

Posté par eurekasophie le 20 décembre 2008

couchesdargiledansunecarriere1.jpg     Couches d’argile dans une carrière

Usage interne

L’usage interne devrait cependant être pratiqué sous supervision d’un praticien de santé qualiié dans ce genre de traitements. En effet, il y a certaines contre-indications et certaines précautions à suivre pour cette utilisation. Cependant, il y a un moyen d’utiliser l’argile sous forme interne de façon sûre: C’est de préparer une « eau d’argile ». Cette eau se prépare en faisant macérer une nuit:

1/2 à 1 cuillère à thé d’argile, dans un grand verre d’eau (250 cl).

Le matin, à jeun, boire l’eau sans mélanger, en prenant soin de ne pas consommer l’argile déposée au fond du verre.

PRECAUTIONS

Au début de la cure, commencez par 1/2 de cuillère à thé et augmentez progressivement jusqu’à 1 cuillère à thé.

La cure se fait normalement sur 10 jours. Durant cette cure il ne faut pas consommer d’huiles. S’il y a constipation, prendre une tisane laxative et augmenter la consommation d’eau. Au besoin, réduire la quantité d’argile utilisée dans la préparation.

Usage externe

Ce sera sous forme de cataplasmes ou d’enveloppements que l’argile sera le plus souvent utilisée.

Cataplasme: La préparation de la pâte constituant le cataplasme se fera au moyen d’argile en poudreou en morceaux. Ajouter à l’argile de l’eau de source, ou filtrée (ne pas utiliser d’eau du robinet, surtout lorsqu’elle est traitée). Pour obtenir une pâte homogène, il suffit généralement de couvrir l’argile d’eau. Si le résultat est une pâte trop liquide il suffira d’ajouter de l’argile pour épaissir la pâte. Si vous utilisez de l’argile en poudre, la pâte se prépare en moins de 2 minutes. Si vous utilisez des morceaux, cela peut prendre jusqu’à une heure, selon le type d’argile.

platdargileconcassee.jpgplatdargileentrempage.jpgplatdargilepourcataplasme.jpg

       Les 3 étapes pour faire un cataplasme

Le cataplasme aura une épaisseur de 1 à 2 centimètres. Il doit avoir une taille suffisante pour couvrir la zone corporelle à traiter.

Ne jamais traiter une zone couvrant plus d’un organe à la fois.

Par exemple: ne pas couvrir d’un même cataplasme la région du foie et de l’estomac, et de même pour tous les autres organes.

Un seul cataplasme à la fois, un seul organe à la fois !

S’il s’agit de traiter une douleur dont l’origine n’est pas clairement établie. Couvrir la zone de la douleur au moyen du cataplasme ( si la douleur persiste plusieurs jours, ou si elle est trop aigüe, il faut rapidement établir un dagnostic médical).

cataplasmepretaposer1.jpg  Cataplasme prêt à poser.

Le cataplasme peut-être placé directement sur la peau, ou encore enveloppé dans un linge propre ou des feuilles de papier tout usage. On laisse le cataplasme au minimum une heure, en moyenne deux heures et dans certains cas toute une nuit (si il est bien supporté).

Le cataplasme peut-être appliqué froid, tiède ou chaud dans certains cas. S’il s’agit de traiter une inflammation ou dans un cas de fièvre, l’argile sera appliquée froide. Pour traiter ou revitaliser un organe (foie, estomac, pancréas, coeur) on utilisera un cataplasme tiède ou chaud. Normalement c’est la température de l’eau qui déterminera la température du cataplasme. S’il est nécessaire de réchauffer celui-ci, le faire au bain-marie.

La compresse ou enveloppement: il est parfois préférable d’utiliser cette forme de traitement. Pour ce faire, on prépare une pâte beaucoup plus liquide, donc contenant plus d’eau et moins d’argile. On trempe une toile propre dans cette préparation et on place la compresse ou l’enveloppement sur la partie à traiter.

entorsedugenou.jpg             brulureaudoigt1.jpg                                

Entorse du genou                                                             Brûlure au doigt

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 3 Commentaires »

4) UTILITE DE L’ARGILE

Posté par eurekasophie le 20 décembre 2008

couchesdargiledansunecarriere.jpg  Couches d’argile dans une carrière

L’argile peut-être utilisée dans presque toutes les affections. Dans les cas de fièvres, placer un cataplasme d’argile froide sur le bas ventre. Cela aidera à soulager le malade et à garder la fièvre dans des limites thérapeutiques (rappelons-nous que la fièvre est un système de défense destiné à détruire les germes pathogènes dans l’organisme).

ATTENTION: ne jamais réutiliser un cataplasme d’argile. Le jeter après utilisation. Par contre, la pâte d’argile non utilisée, peut-être gardée et réutilisée. Si elle a séché, il suffit de rajouter de l’eau.

Il faut savoir aussi qu’il existe des argiles de différentes couleurs . Ces différences sont causées par les différences de composition minérale des argiles.

argile5couleurs.jpg

Différentes argiles de même couleur, mais de provenances différentes, peuvent donner des résultats thérapeutiques différents. Lorsque l’on n’obtient pas de résultats avec une argile, il sera utile d’essayer un nouveau traitement avec une argile d’une provenance différente.

Les couleurs les plus courantes, sont l’argile blanche, la grise et la verte. Certains auteurs recommandent la blanche pour l’usage interne et la verte pour l’usage externe. En fait, l’argile grise conviendra parfaitement pour l’usage interne et externe, tandis que la verte sera excellente pour les cataplasmes en usage externe.

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | Pas de Commentaires »

ABCES

Posté par eurekasophie le 25 novembre 2008

Tous les émollients. Particulièrement: Ail. Arnica. Bardane. Berce. Bourrache. Camomille. Chou. Cresson. Fenugrec. Fumeterre. Fenouil. Guimauve. Mauve. Navet. Oignon. Ortie. Rose. Sapin. Sauge. Souci. Verveine. Violette.

Mon conseil: cataplasme de feuilles de chou réchauffées au fer à repasser et appliquées directement. ( Les renouveler toutes les 15 minutes.)

Ou encore: bains de mauve, si la partie du corps où siège l’abcès peut être baignée.

Publié dans "A*", MON HERBIER DE SANTE | Pas de Commentaires »

123456
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant