Résultats de votre recherche

ACHILLEE …………..Aaaaaaaaatchoum !

Posté par eurekasophie le 27 janvier 2010

 

 

                                                                                                          Hebergement d'images

Achillée sternutatoire

(Achillea ptarmica)

(Composées ou Astéracées)

Dans un précédent article, je vous ai parlé longuement de l’achillée millefeuille ( comme le gâteau ) ,

voici un article sur l’achillée sternutatoire ….Aaaaaaaatchoum ! s’cusez moi siou plaît !

L’achillée sternutatoire (Achillea ptarmica L.) (aussi appelée achillée des marais, bouton d’argent, herbe à éternuer, achillée ptarmique ou passe-pierre) est une plante vivace appartenant à la famille des Astéracées (ou Composées) et au genre Achillea, dont le représentant le plus répandu est l’achillée millefeuille (Achillea millefolium).

Achillée sternutatoire
 Achillea ptarmica
Achillea ptarmica
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Achillea
Nom binominal
Achillea ptarmica

Difficile de dire si cette plante fait vraiment éternuer comme l’indique son nom, les avis divergent sur ce point : sans doute provoque-t-elle des allergies chez certains, alors que d’autres y sont totalement insensibles. C’est une plante assez commune dans toute l’Europe occidentale, à l’exception des régions méditerranéennes.

 

Habitat : prairies humides, au bord des ruisseaux et des fossés. Aime les sols argileux à eaux souterraines.

 

 

Hebergement d'images

 DESCRIPTION:

Plante herbacée vivace, hermaphrodite (30-80 cm).

Souche ligneuse, rampante.

Tige dressée, raide, anguleuse, simple ou ramifiée dans le haut, glabre ou pubescente supérieurement.

Feuilles toutes caulinaires, alternes, sessiles, à limbe linéaire-lancéolé aigu, à marge régulièrement et finement dentée en scie, à dents rapprochées, mucronées et cartilagineuse.

Inflorescence : corymbe de capitules longuement pédicellés, larges de 12 à 18 mm ; réceptacle garni d’écailles ; involucre hémisphérique, velu, à bractées pourvues d’une marge bleuâtre ; fleurs du pourtour ligulées par 8-10 (rarement 5-13), à ligule blanche égalant au moins la longueur de l’involucre, fleurs centrales nombreuses et serrées, à corolle blanche, tubulée, terminée par 5 lobes triangulaires, réfléchis.

Fruit : akène sans pappus.

Commentaires : comme l’achillée millefeuille, la plante peut provoquer des allergies sur des épidermes sensibles.
Le goût de sa racine est âpre.

Utilisations officinales : la plante contient des substances qui font éternuer.

Aaaaatchoum , s’cusez moi siou plaît

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

ANEMONE SYLVIE…

Posté par eurekasophie le 9 janvier 2010

gailuronsouris.gifgailuronanim3.gif< Bon, ben, c’est Anémone ou c’est Sylvie ? Faudrait savoir ..on s’y perd

 

papillons7.gifanemonenemorosa1.jpg papillons7.gif

 

Anémone Sylvie
 

( Anemone nemorosa )

     ( Renonculacées )

Synonyme(s) : Anémone des bois, Coqueret blanc, Fleur de Pâques, Anémone sanguinaire, Grenouillette blanche

Cette anémone forestière est très commune dans certains bois frais où elle forme de larges groupes. Ses feuilles très découpées aux lobes étroits sont très caractéristiques. Chaque plante ne porte qu’une unique fleur, généralement de couleur blanche.

Géophyte rhizomateux, l’Anémone sylvie peut atteindre une hauteur de 10 à 25 cm.

Anemone nemorosa
 Anémone sylvie
Anémone sylvie
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Ranunculales
Famille Ranunculaceae
Genre Anemone
Nom binominal
Anemone nemorosa

La floraison a lieu de mars à mai. Les fleurs sont de couleur blanches, parfois rosées, à 5 – 10 tépales glabres, hermaphrodites, pollinisées par les insectes 

La tige florale est grêle et légèrement pubescente. Les anthères sont jaunes.

L’involucre est composé de 3 bractées verticillées.Les bractées sont divisées et écartées de la fleur.

Les feuilles sont basilaires (une à deux par rhizome). Le rhizome est cylindrique, horizontal.

Commentaires : souvent très abondante, forme de véritables tapis.
Plante poilue.

Utilisations officinales : réservée à un usage externe, la plante contient des substances vésicantes utilisées contre la teigne.

anemone.jpg                                            potpharmacie0001.jpg

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

L’ AUBEPINE A UN STYLE…

Posté par eurekasophie le 8 janvier 2010

 

Pour sûr que l’aubépine a un  style….Manquerait plus que le contraire !!

Voyez vous-même …

aubpine2.jpg

Aubépine à un style
 

( Crataegus monogyna )

( Rosacées )

Synonyme(s) : Aubépine monogyne

Crataegus monogyna
 Aubépine monogyne ou Noble épine
Aubépine monogyne ou Noble épine
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Rosales
Famille Rosaceae
Sous-famille Maloideae
Genre Crataegus
Nom binominal
Crataegus monogyna

L’aubépine monogyne (Crataegus monogyna), aussi appelée aubépine à un style, est une plante du genre Crataegus et de la famille des Rosaceae.

Le terme Monogyna provient de monogunus, « à un seul ovaire » (= « à un seul style »)

Couramment, le patois la nomme Aubespin, avec évidemment des divergences d’une région à l’autre.

Arbre à couronne arrondie, épineux, à feuilles découpées. Corymbes plats de fleurs blanches à anthères roses, parfumées, suivies de fruits rouge foncé brillant. Idéal en haie.
l’Aubépine à un style est un arbuste pouvant atteindre une hauteur de 5 à 10 m et vivre plusieurs centaines d’années.

La floraison a lieu en mai – juin. Les fleurs sont hermaphrodites à symétrie radiaire, en corymbes. Les fleurs sont ont des corolles blanches, à un style. Les étamines ont des anthères rosées. Crataegus monogyna est pollinisée par les insectes et dispersée par les oiseaux.

aubpine3.jpg
 Les fruits sont charnus, ovoïdes, rouges, à un seul noyau: les cenelles. Ils mûrissent vers septembre-octobre.

aubpine1.jpg

Les feuilles sont alternes, simples, lobées (3 à 7 lobes) à limbe denté, pennatipartites avec des sinus profonds. Les rameaux sont épineux, lisses. Les bourgeons sont isolés, globuleux.

Commentaires : contrairement au Prunellier (Épine noire), les aubépines ne fleurissent qu’après la sortie des feuilles.
On la plante pour former des haies. Il existe parfois des intermédiares (hybrides) entre les deux aubépines.
Un mutant aux fleurs rose-rouge, est cultivé comme plante d’ornement.

Utilisations officinales : l’écorce est fébrifuge et les feuilles sont astringentes et antidiarrhéiques. Les fleurs ont des propriétés toniques pour le coeur, antispasmodique et légèrement hypnotiques. Les fruits sont astringents, antidiarrhéiques et antiscorbutiques.
On emploie l’aubépine comme sédatif et
antispasmodique du système nerveux car elle régularise les mouvements du coeur et la pression artérielle. Elle est recommandée contre l’angine-de poitrine, la névrose cardiaque, les troubles de la circulation accompagnés de tension élevée et contre les varices. Elle est encore efficace contre l’artériosclérose, les troubles de la ménopause ainsi que contre les insomnies d’origine nerveuse, les vertiges, les palpitations et les bourdonnements d’oreilles.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

CAREX DES SABLES

Posté par eurekasophie le 23 octobre 2009

carexarenaria.jpg

Laîche des sables
 

( Carex arenaria )

( Cypéracées )

Synonyme(s) : Salsepareille d’Allemagne, Carosse, Carex des sables, Salsepareille des pauvres

Laîche des sables
 Carex arenaria
Carex arenaria
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Liliopsida
Sous-classe Commelinidae
Ordre Cyperales
Famille Cyperaceae
Genre Carex
Nom binominal
Carex arenaria

 

En anglais :  Sand Sedge 

La laîche des sables (Carex arenaria) est une espèce de plantes de la famille des Cyperaceae qui pousse dans les dunes et les pelouses sablonneuses du littoral européen (plante psammophyte). Elle est naturalisée en Amérique du Nord.

Taille : 10 à 40 cm.

Floraison : de mai à juin.

Cycle de vie : vivace.

Répartition : france : Manche, Atlantique, rare en Méditerranée.

Habitat : sables maritimes, dunes fixées, interdunes sèches, pelouses rases, landes, souvent sur sols nus et remaniés.

Fleurs : fleurs réunies en un épi terminal constitué d’épillets écailleux.

Feuilles : feuilles alternes, étroites (3 mm), rugueuses. La base de la feuille est insérée dans une gaine brunâtre.

Commentaires : plante traçante.
Cette plante possède sur le même
épi 3 types de fleurs ; au sommet des épillets à fleurs staminées (mâles), des épillets hermaphrodites au milieu et à la base des épillets à fleurs pistilées (femelles).

carexinflorescence.jpg

                                    Inflorescence

Utilisations officinales : la souche contient des substances diurétiques et sudorifiques

Publié dans "C**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

GOUTTE DE SANG

Posté par eurekasophie le 22 octobre 2009

 Meuuuuuuu nan, j’vais pas vous faire un remake de  » massacre à la tronçonneuse  »

 gouttesang.gif

Goutte de sang
 

( Adonis annua )

( Renonculacées )

adonisannua5.jpg

L’adonis d’automne, adonis annuelle ou Adonis goutte-de-sang (Adonis annua) est une plante de la famille des Ranunculaceae.

Adonis d’automne
 Adonis annua
Adonis annua
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Magnoliidae
Ordre Ranunculales
Famille Ranunculaceae
Genre Adonis
Nom binominal
Adonis annua

Origine du nom

Dans la fable grecque, le bel Adonis fut tué à la chasse par un sanglier. Chaque goutte de son sang versé sur la terre fut remplacée par une fleur grâce à Aphrodite.

Description

Plante dressée de 20 à 50 cm.
Fleurs isolées et longuement pétiolées de 2 à 3 cm de diamètre.
La corolle plane est rouge sang foncé. Son centre est noir.
5 sépales rabattus sur la corolle.
5 à 8 pétales étalés.
Nombreuses étamines noires isolées.
Nombreux carpelles à bec.
Cette espèce ressemble beaucoup à l’Adonis d’été et à l’Adonis flamboyante (différence de position des sépales et de couleur).

adonisannuagouttedesangcd210.jpg

Habitat

Plante adventice des céréales de plaine, assez rare à l’heure actuelle. Rare dans l’est et le nord. 

Les plantes messicoles comme les Adonis ou la Nielle des blés sont menacées d’extinction, l’utilisation d’herbicides dans les cultures céréalières, mais aussi les méthodes modernes de nettoyage des semences sont grandement responsables de leur raréfaction.

Utilisations officinales : la plante entière contient des substances régulant les battements du coeur tout comme la digitale. C’est aussi un bon diurétique.

Publié dans "G**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

LIS MARTAGON

Posté par eurekasophie le 8 octobre 2009

liliummartagon.jpg

Clique sur la tite photo siou plaît

Lis martagon


( Lilium martagon )

( Liliacées )

Synonyme(s) : Lis turban, Petit lis du calvaire

 Origine du nom français : lis : vient du latin lilium ou bien du mot celtique « li » qui signifie blanc.

Ceci est le Lis martagon mauve, l’un des Lis parmis les plus populaires. Cette vivace est aussi appelée Lis du Cape Turque. Elle est originaire de l’Europe et peut atteindre de 2-3 pieds de haut.La plante fleurie tard au Printemps jusqu’au milieu de l’Été. Les fleurs sont mauves, pendantes, et parfois jusqu’à 20 sur une tige. Les fleurs atteignent 2″ de diamètre. Les fleurs sont hermaphrodites, elles ont chacunes les organes mâles et femelles. Le feuillage, d’un vert moyen, meurt en Hiver. Les minces feuilles peuvent atteindre 6″ de long.

 Ce grand lis est emblématique des Alpes. Ses fleurs à six pétales sont roses, mouchetées de pourpre. A maturité, les pétales se recourbent vers le haut et laissent pendre six belles étamines orangées. Il pousse dans les prairies, les broussailles et les alpages. Il n’est pas rare de le rencontrer en compagnie de lis orangés. Cette fleur est rare bien que ponctuellement très présente.

 

Bois et prairies des montagnes, dans l’Est, le Centre et le Midi. Europe centrale et méridionale ; Caucase, Sibérie, Japon.

GERMINATION:

La germination est hypogée; les semences se développent en un bulbe à une température chaude, requérant par la suite une période de froid pour voir naître les premieres feuilles. Les bulbes ne sont jamais complètement dormant, ils doivent être manipulés délicatement. Plantez les semences à 1/4″ de profondeur dans un sol humide. Recouvrez le dessus du pot d’un sac de plastique transparent, de sorte à ce que l’humidité demeure élevée. Conservez au chaud, 70-75°F, pendant 9-12 semaines. Placez ensuite le pot au froid, au réfrigérateur, -4°C à 4°C, pendant 3 mois, pour ensuite le replacer à la chaleur. Les premières feuilles vont apparaître en 1-2 semaines. Les semences de Lys ne sont pas difficiles à cultiver à l’intérieur dans un bon éclairage. Le plus important est de choisir un sol procurant un bon drainage, mais retenant tout de même l’humidité. Utilisez une combinaison de sable, terreau, vermiculite, perlite, dans le but de créer un sol léger qui retient l’humidité.
elfe.gif

Légende:

Selon les légendes nordiques, chaque lis abrite un elfe qui naît et meurt avec lui.
Au Moyen Age, le lis Martagon, aux bulbes jaune d’or, était fréquemment utilisé en alchimie ; porté en talisman étroitement serré contre la poitrine, celui-ci déviait également les coups d’épée et les chevaliers avertis avaient pour habitude d’en emporter avec eux quand ils partaient guerroyer loin de leur belle.

Lis martagon
 Lilium martagon
Lilium martagon
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Liliopsida
Sous-classe Liliidae
Ordre Liliales
Famille Liliaceae
Genre Lilium
Nom binominal
Lilium martagon

Utilisations officinales : le bulbe contient des substances anti-rhumatismales.

Utilisations autres : on attribuait autrefois des pouvoirs magiques au bulbe.

 

liliummartagondieppe.jpg

 

Je voudrais rajouter ceci, c’est un commentaire de Tendresse et je vous invite à aller visiter son blog

http://douceurintemporel.unblog.fr/

“Nécessité pour cette fleur de trouver des endroits frais, abrités et peu ombragés, et surtout un sol calcaire. On prétend que les bulbes jaunes de ce lis jaunissent le lait et le beurre en les posant à côté !.
Dans la Suisse romande, on donnait ces bulbes à manger aux vaches pour obtenir une graisse jaune.Le terme Martagon vient de Mars.”

Merci Tendresse

Publié dans "L**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 9 Commentaires »

BUGLE DE GENEVE

Posté par eurekasophie le 17 septembre 2009

bugle6.jpgbugle.jpg bugle6.jpg

 

 

                                     Bugle de Genève 
                                                               

                                                                  ( Ajuga genevensis )
                                                                 

                                                                 ( Labiacées ou Lamiacées )

 

bugle2.jpg

Hauteur de la plante : 10 à 40 cm.
Fleur : 12 à 15 mm.
Floraison : avril à juillet.
Altitude : 0 à 1500 m
.

Plante herbacée vivace, hermaphrodite, sans stolons (10-40 cm).

 C’est une plante assez commune dans le Centre et l’Est, mais rare ailleurs. Elle apprécie la lumière et les sols secs. La tige dressée, simple, est velue tout autour, de même que les feuilles qui sont dentées à trilobées dans l’inflorescence. Les fleurs, d’un bleu vif, sont groupées en épi. Les étamines sont très saillantes. Il ne faut pas confondre cette espèce avec le bugle rampant, Ajuga reptans Linné, qui possède des stolons, une tige velue sur deux faces opposées, des feuilles glabrescentes, des fleurs de couleur moins vive et des étamines moins saillantes.

Fruit : tétrakène.

bugle3.jpg

Utilisations officinales : astringentes, vulnéraires et cicatrisantes.

Utilisations culinaires : la plante, jeune et tendre, est comestible et on la met dans la soupe avec les orties et le alIène.

Publié dans "B**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaires »

GAZON D’OLYMPE

Posté par eurekasophie le 12 août 2009

gazondolympe2.jpggazondolympe3.jpg

 

Armérie maritime

( Armeria maritima )

( Plombaginacées )

Synonyme(s) : Jonc marin, Oeillet marin, Gazon d’Olympe, Arméria marine

L’armérie maritime (Armeria maritima), œillet marin, gazon d’Olympe ou gazon d’Espagne, est une espèce de plantes herbacées vivaces de la famille des Plumbaginaceae. Sa répartition est au niveau du littoral de l’hémisphère nord.

En France, elle est rencontrée sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique (Vendée, Bretagne), sur les rochers et pelouses de bords de mer, battu par les embruns.

Vivace en touffe ressemblant à de l’herbe d’un bleu-vert sombre. En été, pour une longue période, têtes sphériques de fleurs roses à l’extrémité de tiges rigides.

pelouseaerohaline.jpg

Plante herbacée vivace, hermaphrodite, en touffe (5-30 cm).

Feuilles toutes radicales, à limbe linéaire-obtus, large de 1 à 3 mm, à une seule nervure, glabre ou pubescent.

Hampe florale dressée, plus ou moins pubescente ; gaine haute de 8 à 15 mm, plus courte ou égalant le capitule. 

Inflorescence : cyme capituliforme globuleuse, large de 2 cm ; fleurs longuement pédicellées, chacune munie d’une bractée ; involucre à bractées scarieuses, sur 3 ou 4 rangs, les externes ovales, acuminées ou mucronées ; lobes du calice ovales, surmontés d’une arête beaucoup plus courte qu’eux ; corolle rose, rarement blanche.

Fruit : capsule.

Exposition au soleil. Sol léger, pauvre, pas trop sec à frais. Rustique, au moins jusqu’à -20°C.
Feuillage persistant. Port etalé. Intérêt estival. Couvre-sol.

potpharmacie007.jpg

Armérie maritime
 Armeria maritima
Armeria maritima
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Caryophyllidae
Ordre Plumbaginales
Famille Plumbaginaceae
Genre Armeria
Nom binominal
Armeria maritima

Utilisations officinales : plante irritante qui possède des substances antibiotiques.

Utilisations autres : plante utilisée en décoration.

gazondolympe4.jpg

Petit Nacré (Issoria lathonia) butinant sur des inflorescences de Gazon d’Olympe (Armeria maritima)

Publié dans "G**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaires »

PIMPRENELLE

Posté par eurekasophie le 19 juillet 2009

pimprenelleetnicolas.jpg

Non, il ne s’agit pas de cette Pimprenelle là, pour ceux qui se souviennent de la chouette émission de  » Bonne nuit les petits »

pimprenelle1.jpg     Mais de celle-ci…………

Pimprenelle
 Sanguisorba minor
Sanguisorba minor
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Rosales
Famille Rosaceae
Genre Sanguisorba
Nom binominal
Sanguisorba minor
Scop., 1771
Classification phylogénétique
Ordre Rosales
Famille Rosaceae

 

 

 

Sanguisorba officinalis L. (grande pimprenelle, sanguisorbe officinale)

Les pimprenelles sont des plantes appelées aussi « sanguisorbes » et appartenant au genre Sanguisorba, de la famille des rosacées. Ce sont des plantes vivaces à feuilles imparipennées portant de 5 à 25 folioles dentées. Leur principale caractéristique est liée aux fleurs, qui ne possèdent pas de corolle et sont groupées en une sorte de capitule très dense. Elles peuvent être hermaphrodites (S. officinalis), ou bien polygames (S. minor, avec dans la même inflorescence des fleurs hermaphrodites, mâles et femelles). Les fruits sont des akènes tétragones.

Le nom scientifique du genre est lié aux propriétés hémostatiques de la grande pimprenelle (elle « absorbe le sang »). Le mot « pimprenelle » est plus incertain. Issu du latin médiéval pipinella, il pourrait venir de piper (= le poivre). À noter que le mot pipinella, puis pimpinella, a désigné deux genres différents : d’une part Sanguisorba, de l’autre Pimpinella, ombellifère connue sous le nom vernaculaire de « boucage ».

La pimprenelle surtout apéritive et tonique.
Egalement : Favorise la lactation, diarrhée, hématurie.
Et en usage externe : Hémorragie, plaie, brulure.
En Décoction de 50 g par litre d’eau à boire dans la journée

potpharmacie01.jpg

Publié dans "P**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

MILLE-FEUILLE

Posté par eurekasophie le 19 juillet 2009

 

 

MILLE-FEUILLE

 

lignetisanes3.gif

Achillea Millefolium (Composées)

MILLE-FEUILLE dans NOMS COMMUNS :
Herbe aux charpentiers, Herbe de saint-jean, Herbe aux militaires, Herbe à la coupure, Sourcils de Vénus.
 CONSTITUANTS CHIMIQUES PRINCIPAUX :
Huile essentielle (Oleum millefolli), alcaloïdes, achilléine, stychydrine, tanins et sucs amers.

PARTIES UTILISEES :
La sommité fleurie et la feuille.

UN PEU D’HISTOIRE :Achillea vient du nom grec d’Achille, Achillelos, qui apprit par le centaure Chiron les vertus de la plante et en fit usage; millefolium, la plante a de nombreuses découpures.

On dit que joseph le Charpentier s’étant blessé, son fils Jésus alla quérir des feuilles dAchillée Millefeuille et pansa la blessure qui se cicatrisa rapidement.

Lorsque le bouillant Achille, au siège de Troie, fut mortellement blessé au talon par la flèche empoisonnée du beau Pâris, la déesse Aphrodite, en larmes, lui conseilla d’utiliser cette plante pour calmer ses souffrances. Ainsi naquit l’achillée, souveraine contre les blessures à l’arme blanche. De là viennent certains noms populaires de l’espèce – achillée et sourcils (ou souris, ou sourire) de Vénus.

Ces tendres parasols de fleurs blanches ou rosées, sur une sorte d’escalier de feuilles bleu-vert taillées en peignes (on dirait qu’il y en a mille…), forment pour ainsi dire le pansement individuel à la portée du militaire en campagne. Un ancien infirmier de la guerre de 1914-1918 a rapporté comment, faute de pharmacie, il avait soigné avec de l’achillée les blessures légères de dizaines de « poilus ».

DESCRIPTION : Le Millefeuille est une plante vivace à racines fusiformes, petites, blanchâtres. La tige, qui peut atteindre 1 mètre de hauteur, est sillonnée dans la longueur, un peu velue, rameuse vers le haut. Les feuilles, alternes, sessiles, longues et étroites, sont divisées en segments étroits, très fins, ce qui lui a valu son nom. Les fleurs, blanches, visibles de juin à octobre, sont disposées en capitules, l’ensemble forme un corymbe terminal. Le fruit est blanc, comme coupé à son sommet, un peu comprimé.

CULTURE ET RÉCOLTE :

Commun dans toute l’Europe, le Millefeuille peut pousser jusqu’à 2500 mètres d’altitude. Il aime les terrains secs ou sablonneux. Sa multiplication s’effectue par semis après l’été ou au printemps. Récoltez les sommités fleuries en pleine floraison, réunissez-les en bouquets, suspendez-les dans des endroits secs et aérés.

millef2 dans Mon repertoire des plantes les moins usitees
millef3 USAGES : Stimulant de la circulation du sang, le Millefeuille est utile contre les varices, les hémorroïdes, pendant la période de ménopause, associé à d’autres plantes contre l’obésité et la cellulite.
Diurétique, il élimine les boues et le calculs rénaux.
Emménagogue, il facilite la venue des règles et en calme les douleurs, il active la digestion, lutte contre les gaz intestinaux.
Astringent, il facilite la cicatrisation des plaies de toute nature.

INDICATIONS :

- PREVENTION DES HEMMORRAGIES INTERNES,
- DIGESTION DIFFICILE, AEROPHAGIES,
- TROUBLES DE LA CIRCULATION SANGUINE,
- AIDE À LA CICATRISATION DES PLAIES EXTERNES.

 

potpharmacie032.jpg

Publié dans "M**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

12
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant