DOUCE SOIREE ……………..

Posté par eurekasophie le 11 juillet 2010

Hebergement d'images                                       Hebergement d'images                                   Hebergement d'imagesHebergement d'images

Publié dans MES IMAGES | Pas de Commentaire »

BON WEEK END A TOUT L’MONDE

Posté par eurekasophie le 10 juillet 2010

 

 

                                                                                     Hebergement d'images

 

 

                                                                               Hebergement d'images

Publié dans MES IMAGES | 2 Commentaires »

FABRIQUER SA COSMETIQUE BIO…….

Posté par eurekasophie le 7 juillet 2010

 

 

POURQUOI PAS !

 

 

                                                                          Hebergement d'images

 

Crème , sérum, baume, brillant à lèvres, beurre de massage, masque bonne mine, blush…

Vous pouvez fabriquer tous vos cosmétiques bio à la maison.

Votre seul impératif, utiliser des matières premières de qualité et dans de bonnes conditions.

 

Fabriquer ses cosmétiques, son maquillage, est une démarche beaucoup moins compliquée que vous ne pouvez le penser ! C’est une façon de prendre conscience des ingrédients que vous vous mettez sur la peau, un moyen aussi de minimiser votre impact sur l’environnement en réutilisant les contenants. Un moment de créativité plaisir. Selon les cosmétiques que vous désirez, vous avez besoin, bien entendu, d’ingrédients particuliers mais vous devez avoir les bases.

 

HUILES VÉGÉTALES, HUILES ESSENTIELLES

Véritables actifs concentrés, les huiles végétales ( HV) servent de base à des préparations telles que les crèmes, les baumes mais elles peuvent également être employées pures, ce qui n’est pas de la plupart des ingrédients de base de la cosmétique industrielle. Nourrissantes, protectrices et adoucissantes, réparatrices, traitantes, antioxydantes et antiradicalaires, elles sont le principal ingrédient des soins de beauté maison. Pour la cosmétique maison, il faut distinguer leshuiles de base ( abricot, amande douce, jojoba ( 100ml /9,90€) macadamia, olive…), fluides, polyvalentes, que vous allez utiliser comme base pour les huiles de soin, les laits, les baumes, et les huiles riches ( argan ( 100 ml / 17 € ), germe de blé, bourrache, onagre, rose musquée….), plus onéreuses, à intégrer à des préparations et plus particulièrement à ceux du visage pour peaux matures, ou encore pour traiter des cheveux secs. Elles s’achètent en magasins de produits naturels t, en GMS, , où vous pouvez trouver des huiles de base de qualité bio. Concentrées et surpuissantes, les huiles essentielles ( HE) sont à manier avec précaution. Elles se comptent en gouttes et une goutte de trop peut tout changer ! Les HE s’achètent en pharmacie, parapharmacie, magasins de produits naturels ou sur internet ( HE bois de rose 10 ml / 5,90 € ).

 

LES ARGILES

Blanche, jaune, rose, rouge ou verte, l’argile est riche en silicium et magnésium, en minéraux et en oligo-éléments. Base idéale pour les soins du visage et en particulier pour les masques, elle décongestionne, minéralise à nouveau et fortifie la peau, resserre les pores de la peau et traite les cheveux gras. Utilisez l’argile en poudre ( avec un ustensile en porcelaine ) et diluez la avec de l’eau peu minéralisée ou avec une eau florale ou encore avec une infusion de plante tiédie. Vous trouverez les différentes argiles en pharmacie ou en magasins de produits naturels ( 500 g / 5 € ).

 

FABRICATION, DES PRÉCAUTIONS 

Achetez biologique ! Attention aux possibles allergies et évitez les produits pour lesquels vous n’êtes pas sur de la fraîcheur ( oeufs, yaourts…). et ceux auxquels vous êtes allergique ( fruits rouges, pollen….) Pour les bases des lotions, utilisez de l’eau filtrée, de l’eau de source ou de l’eau florale.

 

COMMENT CONSERVER ? 

Les savons, les argiles, les préparations à base d’alcool, peuvent se conserver sans problème à température ambiante. Pour les autres, baume, crèmes, la conservation peut aller lusqu’à deux mois maximum, les préparations à base d’HE, plusieurs mois.Vous pouvez utiliser des conservateurs antioxydants qui prolongent la durée de vie des préparations. Une petite pincée de vitamine C dans des solutions à base d’eau ou une à deux capsules de vitamine E dans les produits àbase d’huile, des HE comme le petit grain, le romarin, la sauge sclarée, aux propriétés antioxydantes, prolongent la durée de conservation de vos produits. Côté matériel, détournez celui de la cuisine, bol, fouet, mixeur mais achetez une balance lettre, plus précisepour les petites quantités. Pour le conditionnement, optez pour la récup à condition de faire bouillir les contenants du produit.Etiquetez-les avec la date de fabrication et conservez-les au frais. Prenez du temps et beaucoup de plaisiret à vos pots !!

 

 RECETTE

Blush bonne mine  » rosée du matin « 

Matériel : un poudrier 40 ml + 1 houpette +mini fouet +cuillères doseuses inox + pelle de dosage 5 ml + mortier + pilon

 Ingrédients : 10,6 g d’argile blanche, 3,1 g de châtaignier en poudre, 4,5 g d’ocre rose, 0,4 g de mica, 13 gouttes d’extrait aromatique de pêche bio.

Dans un mortier, mettez toutes les poudres sauf le mica et écrasez avec le pilon. La couleur doit être homogène. Plus vous mélangez longtemp, plus la couleur se développera. Ajoutez ensuite  l’extrait aromatique puis mélangez à nouveau. Ajoutez enfin le mica et mélangez quelques secondes à l’aide du mini fouet afin d’éviter de casser la nacre Transférez la préparation dans le poudrier. Stockez la préparation à l’abri de la lumière et de la chaleur. Bien conservé et fabriqué dans des conditions d’hygiène optimales, votre produit se conservera au moins trois mois.

Des kits pour les premiers pas 

Une dizaine de coffrets avec plusieurs recettes et deux grands coffrets, un de soins, un de maquillage de 18,50 € à 49 € sur www.aroma-zone.com

 

 

                                                                         Hebergement d'images

Publié dans MES PETITES INFOS | 11 Commentaires »

MERCI VAL…………

Posté par eurekasophie le 6 juillet 2010

                                        Hebergement d'images

 

                                             Hebergement d'images

Publié dans MES IMAGES | 2 Commentaires »

STOP ……..

Posté par eurekasophie le 6 juillet 2010

 

 

À LA TRANSPIRATION 

 

 

 

                                                                                                            Hebergement d'images

La transpiration a beau être un processus physiologique et indispensable, il n’en demeure pas moins que les sensations d’humidité et les mauvaises odeurs qu’elle génère, ne sont guère agréables pour soi-même comme pour les autres. Ainsi pour la combattre efficacement sans nuire à notre santé, les marques de cosmétique naturelle- encouragées par les doutes et l’inquiétude des consommateurs face aux sels d’aluminium- proposent une offre de plus en plus étoffée de déodorants sous forme de sprays, de sticks ou de bille, tout aussi performants et agréables désormais que les déodorants classiques.

 

TRANSPIRER NATURELLEMENT

Avant tout, il faut savoir qu’il existe classiquement deux grands types de produits : les anti-transpirants, qui agissent en bloquant la transpiration grâce aux sels d’aluminium et les déodorants, qui neutralisent ou masquent les bactéries responsables des mauvaises odeurs. Dénués de sels d’aluminium, la plupart des produits bio sont des déodorants puisqu’ils n’agissent pas sur le processus naturel de la transpiration. Cela étant, ce qui différencie un déo classique d’un déo bio, c’est évidemment sa composition. La majorité des produits naturels utilisent les propriétés déodorantes de certaines plantes comme la sauge , l’eucalyptus, la cannelle…, auxquelles sont associées des huiles essentielles, reconnues pour leurs vertus antibactériennes mais aussi pour leurs parfums. Ces actifs naturels améliorent le fonctionnement des cellules sans le modifier. Côté parfums, ils sont nombreux : rose de Damas, hamamélis, aloe vera, jojoba…, du plus subtil au plus fort, il y en a pour tous les goûts ! De plus, pour obtenir le label bio, ces produits ne doivent pas contenir certains conservateurs de synthèse, jugés nocifs, comme les parabens, le phénoxyethanol…Ils sont évidemment aussi sans parfums ou colorants de synthèse, souvent sans alcool…..Afin de préserver autant que possible l’environnement, les flacons et les emballages sont aussi souvent biodégradables et les fabricants mettent un point d’honneur à ne pas tester leurs produits sur des animaux.

 

QUELQUES TRUCS ET ASTUCES 

 

pour combattre naturellement la transpiration

  En cas de transpiration excessive, sachez que les poils des aisselles ont le désavantage de retenir toute l’humidité et de favoriser la macération. Pour faciliter vos soins d’hygiène, optez donc pour une épilation à la cire en évitant autant que possible le rasoir qui peut générer des microcoupures.

La douche tiède restant le premier et le meilleur moyen de supprimer les mauvaises odeurs, adoptez une bonne hygiène quotidienne. Utilisez de préférence un savon à ph acide qui respecte l’équilibre de la peau plutôt qu’un savon fantaisie, parfumé mais qui n’aura pas de réel pouvoir sur les odeurs à long terme. Et puis avant d’appliquer votre déodorant, portez un soin tout particulier au séchage de vos aisselles !

  Privilégiez, surtout durant les saisons chaudes, des vêtements en fibres naturelles ( coton, lin….) et bannissez bien entendu les matières synthétiques ou polyester et tous les tissus épais comme le denim. Choisissez également des vêtements amples qui laissent la peau respirer et la sueur s’évacuer. De plus, sachez que les couleurs sombres emmagasinent la chaleur. Le mieux est donc de réserver votre charmante petite robe noire ou votre jean préféré pour le soir et de porter des tons clairs dans la journée.

♣  Et pour garder vos pieds au frais, il est vivement recommandé de choisir des chaussures pas trop serrées avec des semelles en cuir, qui offrent un plus grand confort et limitent les mauvaises odeurs. Pensez également à porter vos chaussures, un jour sur deux : l’humidité engendrée par la transpiration n’a pas le temps de se résorber en une nuit.

  Buvez beaucoup d’eau tout au long de la journée surtout lorsque la température est élevée. Sans attendre d’avoir la sensation de soif pour s’hydrater car cela signifie qu’à ce moment, le corps accuse déjà un déficit d’un litre. Côté alimentation, sachez aussi que le sel, l’alcool, les boissons gazeuses, les mets épicés, l’ail, l’oignon et le curry contribuent à l’odeur désagréable dégagée par la transpiration.

♣  Enfin en toute circonstance, essayez de rester calme et relaxez-vous : le stress est un facteur déclenchant ou aggravant de la transpiration.

Publié dans MES PETITES INFOS | 2 Commentaires »

HIBISCUS ROSA-SINENSIS

Posté par eurekasophie le 5 juillet 2010

 

 

Les hibiscus sont d’admirables arbustes dont la période de floraison peut s’étendre sur presque toute l’année

 

Les fleurs elles-mêmes, aux couleurs splendides, sont éphémères.

 

                                                                     Hebergement d'images

 

Venant de l’Asie tropicale, hibiscus rosa-sinensis a besoin de chaleur pour fleurir. Cet arbuste persistant présente des rameaux qui deviennent ligneux après un an ou deux. Les feuilles ovales et brillantes sont décoratives.

La plante fleurit de la fin du printemps à la fin de l’été avec des nuances très variées-blanc,rose, rouge jaune ou orange. Les fleurs persistent de 1 à 3 jours et mesurent de 8 à 15 cm de diamètre. Elles sont simples, doubles ou semi-doubles.

 

DIMENSIONS 

Si cet hibiscus est généralement vendu assez petit, entre 15 et 30 cm , sa croissance est vigoureuse et il atteint 1,50 m. On peut cependant le tailler annuellement.

CROISSANCE CONTINUE

On peut négliger la période de repos si l’on dispose de suffisamment d’espace et que l’on souhaite une floraison hivernale. En ce cas, continuer à arroser et à bassiner, et maintenir à la chaleur et à la lumière.

PRÉSENTATION

Hibiscus rosa-sinensis est très élégant et peut être placéen isolé, dans un cache-pot mettant en valeur le feuillage et la floraison.

CALENDRIER

FÉVRIER-MARS

Si l’on désire obtenir un bel arbuste et, à condition de disposer d’un espace suffisant, placer cet hibiscus dans un grand pot, dans un mélange fertile. Augmenter peu à peu les apports d’eau, mais maintenir au frais, autour de 12 °.

MARS-AVRIL

Rabattre si nécessaire. Placer à une température de 20 à 24 °. Arroser fréquemment et engraisser toutes les 3 ou 4 semaines.

MAI À OCTOBRE 

Effectuer des bassinages fréquents et maintenir à température constante. Ajouter de l’engrais liquide à chaque arrosage. Eliminer les fleurs fanées.

NOVEMBRE

Réduire les arrosages. Abaisser la température de manière à préparer la plante pour l’hiver. Conserver en pleine lumière.

DÉCEMBRE-JANVIER

Les mois d’hiver correspondent à la période de repos de la plante. Maintenir à une température de 10 à 15 °, en situation très lumineuse.

 

                         Hebergement d'images

SOINS SPÉCIAUX

1 ) Les feuilles se déforment en cas d’attaque de pucerons.

Prévention : examiner les pousses nouvelles à chaque arrosage. Combattre à l’aide d’un insecticide adapté.

2)  Les araignées rouges ( acariens ) s’installent en cas de sécheresse.

Prévention : effectuer des bassinages fréquents pour les chasser ou appliquer un acaricide.

3 ) Les feuilles jaunissent en cas de manque d’eau. Il peut s’agir aussi d’un excès d’engrais.

Prévention : arroser plus fréquemment et espacer les apports d’engrais.

4 ) Les boutons floraux tombent par manque de lumière ou d’arrosage. 

Prévention : placer en plein soleil et arroser abondamment durant toute la belle saison.

 

LES CLÉS DU SUCCÈS

 

 

Hebergement d'images

ENTRETIEN

Cet hibiscus doit bénéficier d’un repos hivernal afin d’éviter un développement trop important. Pour contrôler la forme, rabattre en mars

Empotage : installer dans un mélange de terreau et de terre et rempoter en mars. La multiplication est facile par boutures de tête, dans un compost léger.

 

 

Hebergement d'imagesARROSAGE

Arroser fréquemment et abondamment en période de croissance et effectuer des bassinages. Réduire peu à peu les apports en automne et arroser modérément en hiver.

Nutrtion : en période de végétation, effectuer des apports d’engrais liquides très dilués. Cesser en hiver.

 

 

Hebergement d'images

MILIEU

Lumière : cette espèce a besoin de lumière et de soleil toute l’année, y compris en hiver pendant la période de repos

Température: durant la belle saison, la chaleur est bénéfique; maintenir au-dessus de 18 °Pendant la période de dormance, conserver entre 10 et 15 °.

Publié dans PLANTES A FLEURS, Soins et Beaute des Plantes | Pas de Commentaire »

ENCORE UN BEAU WEEK END EN PERSPECTIVE

Posté par eurekasophie le 3 juillet 2010

 

 

 

 

               Hebergement d'imagesHebergement d'imagesHebergement d'images

                                                                                                      Hebergement d'images

Publié dans MES IMAGES | 2 Commentaires »

PLUS DE MICROBES…………………

Posté par eurekasophie le 2 juillet 2010

 

 

………………DANS LE SABLE QUE DANS L’EAU 

 

 

 

 

                                                                          Hebergement d'imagesHebergement d'images

Une équipe de chercheurs américains a mesuré les quantités de bactéries Escherichia coli sur les mains des personnes qui venaient de manipuler le sable d’une plage durant 1 minute. 

Les résultats, publiés dans le Journal of Water Health , montrent que le risque de souffrir de gastro-entérite est plus important sur le sable que dans l’eau de baignade. 

Analyser l’eau pour déterminer si une plage est autorisée est insuffisant et il faudra sans doute, un jour, lier l’interdiction de baignade à la  propreté bactériologique du sable.

Mais inutile de s’inquiéter : les chercheurs précisent qu’un simple rinçage des mains a permis d’éliminer jusqu’à 98,9 % des coliformes fécaux sur les mains étudiées.

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 2 Commentaires »

LA BALLOTE …

Posté par eurekasophie le 1 juillet 2010

 

 

La ballote 

 

 

Plante apaisante

 

 

 

Une plante trop longtemps mal aimée

 

qui vous offre de longues nuits sereines

 

 

Hebergement d'images Hebergement d'images

Elle porte le nom savant de Ballota nigra ( Ballote noire ) mais on la connaît plus souvent sous ceux de marrube fétide ou ballote puante. 

Il faut dire que fraîche, elle dégage une forte odeur de moisi qui a fait fuir les phytothérapeutes jusqu’à l’aube du XVII è siècle. A tort puisque c’est une plante irremplaçable pour calmer les angoisses, la nervosité et lutter contre l’insomnie.

 

Un sosie de l’ortie 

La ballote est une plante vivace de 30 à 80 cm qui affectionne particulièrement les rues des villages, les décombres, les bords des chemins et les haies. On la confond souvent avec les orties dont elle se différencie pourtant par l’odeur. Elle fleurit du printemps à l’automne et ses grandes fleurs fournissent un bon nectar aux abeilles. 

Originaire du Sud de l’Europe et de l’Asie du Sud-Ouest, la ballote a très vite gagné la totalité de l’Europe pour s’implanter plus récemment sur le continent américain. Incommodés par son odeur, les Anciens en faisaient peu de cas. IL fallut attendre le botaniste Ray et le début du XVII è siècle pour que l’on découvre son efficacité dans le traitement des névroses, de l’hypocondrie et de l’hystérie.

Dans les premières années du XX è siècle, le Dr Leclerc, chef de file de l’Ecole Française de Phytothérapie, confirmait son activité dans tous les troubles du nervosisme, les phobies et les états anxieux. En concentré c’est aussi un bon remède de la goutte et des crises rhumatismales.

 

Etudes scientifiques à l’appui 

Au cours des dernières années, la ballote a fait l’objet de véritables essais cliniques destinés à prouver son activité. 

Des tests menés chez la souris et le rat montrent un allongement significatif de la durée du sommeil ainsi qu’un pouvoir sédatif important, avec des effets souvent supérieurs à ceux des tranquillisants chimiques. D’autres études effectuées chez l’homme, prouvent que la ballote réduit notablement l’anxiété et qu’elle peut souvent se substituer aux benzodiazépines lors d’un sevrage progressif.

 

Gélules ou alcoolature 

Dans le temps, les médecins ne juraient que par l’alcoolature de ballote, mais elle existe aujourd’hui sous forme de gélules , et on retrouve la plante dans certaines préparations complexes,en association avec d’autres extraits végétaux apaisants ( valériane, aubépine, passiflore….), pour lutter contre les insomnies et la nervosité. Si vous la prenez sous forme de gélules, respectez la posologie indiquée par le fabriquant.


Sous forme d’alcoolature, le Dr Valnet conseille
une à deux cuillerées à café par jour. Pour les enfants, où on la conseillait surtout en cas de coqueluche, il recommandait 20 gouttes par jour et par année d’âge.

 

En tisane aussi 

Bien sûr, on peut prendre la ballote en tisane ! Mais vous êtes prévenu : ce ne sera pas une dégustation de rêve ! Cependant, il est possible d’atténuer le mauvais goût et de rendre le breuvage tout à fait supportable en associant d’autres plantes aromatisées à notre fétide amie ! Choisissez pour cela de la menthe, de la mélisse, de l’anis, du fenouil ou de la sauge.

  Pour l’infusion ( avec des plantes sèches ), mélangez moitié ballote et moitié menthe ou anis ou fenouil ou sauge ( selon vos goûts ). Prélevez une cuillerée à soupe du mélange, faites chauffer 20 cl d’eau. Aux premiers frémissements, versez l’eau sur les plantes, couvrez et attendez 10 minutes avant de filtrer et de boire. Recommencez 2 à 3 fois par jour.

♣  En cas de crise de goutte ou de rhumatismes, vous pouvez utiliser les grands moyens : la décoction concentrée ! Il faut, pour cela, mettre 30 à 60 g de ballote dans un litre d’eau froide, puis porter à ébullition et laisser bouillir jusqu’à réduction de moitié. Un conseil : sucrez avec du miel !

                                                                                Hebergement d'images

 

Bientôt la récolte……

C’est en juillet ou en août que vous la récolterez ( la plante entière ), avant ou pendant la floraison. Puis vous la ferez sécher dans un endroit sec, à l’ombre, et vous la stockerez dans un sac en papier pour l’avoir à disposition toute l’année.
                                                                                                              Hebergement d'images

Publié dans INFO....SANTE | 5 Commentaires »

J’AI DESCENDU DANS MON JARDIN……………………….

Posté par eurekasophie le 30 juin 2010

 

                                                 Hebergement d'images

…pour méditer au sens d’une expression rencontrée dans la fable de Jean de La Fontaine  » La chauve-souris et les deux belettes « . 

C’est l’histoire d’une chauve-souris qui, malencontreusement,  » piqua de la tête  » respectivement dans le nid d’une belette, hostile aux souris,et dans l’antre d’une belette opposée aux oiseaux. Pour sauver  » sa peau  » , la chauve-souris les convainc selon leur aversion, d’être tantôt oiseau, tantôt souris.

Jean de La Fontaine en conclut par :  » Plusieurs se sont trouvés qui, d’écharpe changeant, Aux dangers, ainsi qu’elle, ont souvent fait la figue  » .

Que vient faire la figue ici, pourquoi lui donne-t-on cette réputation moqueuse ? Certainement en raison de sa particularité de fleur-fruit !! 

Penchons-nous quelques instants sur ce sujet, en étudiant

 

Le figuier commun

 

  Nom commun : figuier de carie, arbre à cariques.

 ♦ genre et espèce : Ficus carica.

  Famille : MORACEAE : arbres, arbustes et lianes à latex; feuilles généralement alternes et simples; fleurs unisexuées; 1500 espèces.

  Origine : supposéede la Carie, ancienne province d’Asie mineure; présent dans tout le bassin méditerranéen.

  Hauteur : de 3 à 4 mètres, 8 mètres dans les conditions idéales.

 

 

                                                                                                               Hebergement d'images

 

Le figuier se caractérise par un type d’inflorescence particulier: les sycones. Les minuscules fleurs mâles et femelles se développent à l’intérieur d’un réceptacle ( peau externe de la figue) qui s’est replié sur lui-même, formant une cavité presque entièrement fermée. Les fleurs femelles tapissent la paroi interne du sycone et les fleurs mâles se disposent à l’entrée de l’orifice. Lorsque les fleurs femelles sont fécondées ( généralement grâce à l’intervention d’un figuier sauvage proche qui permet d’obtenir des figues de meilleure qualité ), leur ovaire se développe et s’entoure de chair constituant la partie charnue des futurs fruits. C’est le réceptacle doté de fleurs à maturité qui constitue la partie comestible de la figue. La figue est en fait une inflorescence refermée sur elle-même, elle deviendra fruit lorsque les fleurs auront terminé leur processus de maturation. C’est ainsi que l’expression  » faire la figue  » prend pour moi tout son sens : une fleur déguisée en fruit cachant des centaines de futurs fruits ( akènes, petits grains qui croquent sous la dent ). C’est du moins mon explication. D’autres existent, sous forme d’histoires quelque peu paillardes.

 

                                                 Hebergement d'images

Les figues ont la réputation d’être laxatives. Elles adoucissent les irritations de la gorge. Le suc laiteux présent dans toute la plante s’utilise pour faire disparaître les taches brunes parsemant la peau vieillissante, les cors et les verrues.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 2 Commentaires »

1...34567...222
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant