LE BOURGEON DE FIGUIER

Posté par eurekasophie le 5 mars 2009

ovation.gifovation.gifovation.giffiguepanache.jpg ovation.gifovation.gifovation.gif

 

Un allié de premier choix:

Le bourgeon de figuier (Ficus Carica)

Recommandé en cas de problème d’estomac

Le bourgeon de figuier est un remède très recommandé en cas de hernie hiatale, de crampes d’estomac, de gastrite, d’oesophagite, de difficultés de déglutition souvent consécutives à l’existence d’une hernie hiatale ou de reflux. De plus, il régule les sécrétions stomacales. Les RGO sont souvent associés à un terrain spasmophile. Il a donc la capacité d’agir favorablement en amont. Ne pas s’attendre à des résultats immédiats, le produit agit lentement, mais sûrement.

En traitement d’attaque, prendre le bourgeon de figuier sous forme de macérat concentré, à raison de 5 gouttes dans un peu d’eau 3 fois par jour pendant 1 mois, puis en traitement de fond, dilué au dixième (1 DH ) , à raison de 25 gouttes dans un verre d’eau 3 fois par jour pendant 2 mois (à renouveler si nécessaire après 1 mois d’arrêt). Pause de 10-15 jours entre traitement d’attaque et traitement de fond.

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

HERNIE HIATALE …….

Posté par eurekasophie le 5 mars 2009

 

 

…ET REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN  

Voici une photo de l’estomac  

 

 

estomaccoupeannote.gif

 

 

Voici comment se schématise la hernie hiatale 

 

On parle de hernie lorsqu’un organe ou une partie d’organe sort par un orifice de la cavité qui le contient.

aestomac.gif

 

bestomac.gif

 

Comment ne plus en souffrir ?

La hernie hiatale de l’adulte

 Qu’est-ce que c’est ?

C’est le passage permanent ou intermittent d’une portion de l’estomac à travers l’orifice oesophagien (ou hiatus) du diaphragme. Ce passage de l’extrémité supérieure de l’estomac dans l’orifice hiatal survient lorsque les moyens de fixation de l’estomac et du bas oesophage sont défaillants.

Dans 90 % des cas, il y a glissement vers le haut du cardia (partie haute de l’estomac) qui quitte ainsi l’abdomen et se trouve dans le thorax. Les causes en sont par exemple une augmentation de la pression dans l’abdomen, une obésité, un raccourcissement congénital de l’oesophage.

Dans 10 % des cas, il y a roulement de la grosse tubérosité de l’estomac qui passe à travers l’orifice diaphragmatique alors que le bas oesophage et le cardia restent en place. La cause en est le plus souvent un défaut congénital du hiatus du diaphragme, il peut s’agir aussi d’un traumatisme.

La hernie hiatale est la plus fréquente des lésions du tube digestif.

 Les signes de la maladie

Le reflux gastro-oesophagien est le symptôme le plus évocateur(brulure derrière le sternum) surtout s’il est postural (la douleur augmente quand on augmente la pression sur l’abdomen).

Mais d’autres signes peuvent orienter le diagnostic :

  • Une douleur en avalant (dysphagie qui fait craindre une oesophagite) ;
  • Une douleur dans le creux de l’estomac ;
  • Une discrète anémie avec pâleur et fatigue due à de micro-saignements digestifs ;
  • Une thrombose veineuse des membres inférieurs (phlébite) ;
  • Des vomissements de sang (hématémèse).

D’autres atteintes du tube digestif sont souvent associées et doivent être recherchées systématiquement : lithiase vésiculaire, ulcères, gastrites, diverticulose colique. De même, il est habituel de rechercher une hernie hiatale au cours de ces dernières.

Examens et analyses complémentaires

Déjà sur la radiographie pulmonaire de face et de profil, le praticien peut parfois noter l’absence de poche à air gastrique.

C’est surtout le transit oesogastroduodénal (T.O.G.D.), suivi sur un écran de radioscopie, qui va montrer la hernie hiatale et l’éventuel reflux gastro-oesophagien.

La fibroscopie confirme le diagnostic et recherche des complications (oesophagite par reflux gastro-oesophagien).

Traitement

Les règles d’hygiène et de diététique sont les mêmes que celles du reflux gastro-oesophagien :

  • Maigrir en cas de surcharge pondérale ;
  • Fractionner les prises alimentaires et faire plutôt 5 ou 6 petits repas légers que 2 repas abondants ;
  • Eviter les boissons gazeuses, les épices, le café, les graisses et l’alcool, la vinaigrette, les fruits acides ;
  • Eviter les aliments à digestion lente comme les plats gras ;
  • Eviter le tabac ;
  • Prendre le repas du soir longtemps avant de se coucher et éviter la sieste après le déjeuner ;
  • Eviter de porter des gaines, des corsets ou des ceintures trop serrées ;
  • Surélever la tête du lit ;
  • Eviter les postures penchées en avant.

Dans les hernies par glissement, le traitement chirurgical n’est indiqué que s’il existe un reflux important et gênant malgré un traitement bien conduit ou en cas d’oesophagite grave.

Les hernies par roulement sont opérées le plus souvent. L’intervention consiste en une gastropexie (fixation de la grosse tubérosité de l’estomac à la face inférieure du diaphragme).

Remèdes naturels

Action anti-acide:

è le jus de pommes de terre crues, très alcalinisant, à raison de 3 cuillerées à soupe avant les 2 principaux repas. Produit peu évident à trouver en magasin bio, si ce n’est sous la marque Schoenenberger.

è la poudre micronisée d’une petite algue calcaire: le lithothamne. Il calme les brûlures gastriques en neutralisant l’excès d’acidité grâce à sa richesse en carbonate de calcium. 2 gélules à 400 mg à chaque repas.

è l’argile blanche permet également de limiter l’acidité.

è après un reflux, boire un peu d’eau très alcaline comme l’eau de Vichy pour réduire l’acidité.

Action anti-reflux:

è l’acide alginique et les alginates forment un gel au contact du suc gastrique acide. Le gel flotte ensuite à la surface du contenu de l’estomac, empêchant les remontées acides. L’action protectrice de ce gel soulage donc des  brûlres de reflux. A prendre après les repas.

è l’ase fétide et le robinier, sous forme de dilutions homéopathiques: Asa foetida 4 CH ; Robinia 4CH : 3 granules de chaque, 3 fois par jour entre les repas.

Action anti-érosive (protection de la paroi oesophagienne):

èle gel buvable d’aloe vera bio: 1 à 2 cuillerées à soupe après ou entre les repas. A avaler lentement, par petites gorgées.

èl’huile d’argousier , sous forme de capsules à 500 mg à croquer, afin que l’huile puisse s’écouler dans l’oesophage ( recracher la capsule vide). 3 capsules par jour. Un seul produit de ce type existe, sous la marque Flore Alpes ( en magasin bio ou sur commande).

èle plantain (plantago major), sous forme de décoction. 30 g de feuilles pour 1 litre d’eau. Boire une tasse après chaque repas. Utile pour son action anti-inflammatoire et cicatrisante.

Action antispasmodique:

è l’huile essentielle d’estragon (Artemisia dracunculus) excerce un effet fortement antispasmodique dans les spasmes digestifs, surtout hauts. A prendre de préférence sous forme d’oléocapsules (capsules huileuses). Il n’existe qu’un seul produit de ce type, distribué par Pranarôm (en magasin bio ou sur internet). 1 capsule 2 fois par jour du lundi au vendredi pendant 4 semaines maximum.

èla teinture mère d’angélique archangélique (Angelica archangelica) peut aussi s’avérer précieuse en cas de spasmes digestifs, mais également en cas d’hyperacidité gastrique, de gastrite, d’oesophagite. Les personnes stressées, hypersensibles, ayant tendance à somatiser facilement au niveau digestif, gagneront à l’utiliser, à raison de 20 à 30 gouttes 3 à 4 fois par jour (possibilité de prise le soir au coucher).

èle bourgeon de tilleul (Tilia tomentosa) est un antispasmodique efficace, notamment conseillé en cas de hernie ou de reflux avec spasmes. Il agit également sur tout le tube digestif par une action sédative calmante.Il accompagne et complète l’action du bourgeon de figuier. Macérat concentré de tilleul: 5 gouttes 2 à 3 fois par jour. Tilleul 1DH : 30 gouttes 2 à 3 fois par jour.

Autres solutions

L’ostéopathie

Grâce à cette technique manuelle, il est possible d’obtenir une réduction des hernies hiatales, à condition qu’elles ne soient pas devenues trop importantes. Pour les ostéopathes, la hernie hiatale est surtout favorisée par un dos courbé, des abdominaux faibles et une perte de tonicité. Pour lutter contre le reflux gastrique, l’ostéopathe Pascal Pilate propose de réaliser soi-même l’exercice suivant, dont l’objectif est de redescendre l’estomac pendant que le diaphragme remonte:

 » Penchez-vous en avant. Positionnez l’extrémité de vos deux pouces l’un sur l’autre de manière à pouvoir exercer une poussée vers le bas. Enfoncez-les en douceur sous la pointe du sternum.

Inspirez en sortant le ventre. L’estomac descend. Vous êtes toujours penché en avant.

A l’expiration, le diaphragme remonte. redressez le tronc.

Vos pouces glissent pour bien rester sur place en position basse. De cette façon ils ont tendance à maintenir la partie supérieure de l’estomac en position basse afin de la dégager.

Recommencez cette manoeuvre 3 à 4 fois. Une bonne coordination de ces mouvements assure le succès de la parade contre le reflux gastrique ».

Commentaires :

Stephanie a dit:
27 janvier 2010 à 15:43 éditer

Bonjour,

Je souffre aussi de reflux gastro-osophagiens et d’une boule dans l’estomac par intermittence. J’ai une hernie hiatale par glissement.

Suivez les conseils de Sophie et si vos brulures sont insupportables, prenez du “slippery elm”. Ca n’enleve pas les reflux mais au moins ca protege l’estomac et l’oesophage des brulures. Evitez le stress a tout prix et lisez un livre qui vous aidera a apprendre a mieux respirer, c’est a dire par le ventre. Le livre s’intitule “et si ca venait du ventre” de “Pierre Pallardy”. En apprenant la respiration detente et meditation abdominale, pleins de maux (pas seulement du ventre) peuvent etre gueris.

Comme je fais une colopathie aussi et que par moment, j’ai le ventre gonfle, je me demande si le gonflement des intestins fait remonter l’estomac dans l’oesophage. Je vais faire un nettoyage des intestins a l’aide de graines de psyllium.

Avec une bonne hygiene de Vie et les conseils de Sophie ainsi que ceux que je vous ai procures, nous devrions etre sur la voie du succes et de la guerison.

Bon courage et bonne chance a tous et a toutes.
Stephanie

Merci Stéphanie

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 44 Commentaires »

NAET , UNE NOUVELLE THERAPIE TRES PROMETTEUSE

Posté par eurekasophie le 2 mars 2009

naet.jpgchinoisenfantetdame1.jpg naet.jpg

 

naet2.jpg

Dr Devi S. Nambudripad

NAET signifie  » Nambudripad’s Allergy Elimination Techniques « , en référence

au Dr Devi Nambudripad qui a mis au point dans les années 80 cette méthode très efficace contre les

manifestations allergiques.

 vaincre.jpg

http://www.amazon.fr/Vaincre-allergies-environnementales-solution-naturelle/dp/2874610208

ET le site du Dr Devi S. Nambudripad ( à consulter absolument)

http://www.naeteurope.com/composite-136.htm

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaire »

QUE FAUT-IL MANGER POUR EVITER LES CRAMPES ?

Posté par eurekasophie le 1 mars 2009

crampes02.jpgcrampes03.jpgcrampe1.jpg

 

De l’eau (pas n’importe laquelle!), des légumes, des fruits…..

Ce n’est pas bien compliqué d’éviter les crampes musculaires liées au sport.

Mais les crampes nocturnes, c’est une autre histoire ……

Une crampe, ça fait très mal ! Mais ce n’est pas grave. Heureusement. Sauf que lorsqu’elle empêche de marcher ou réveille la nuit, elle peut devenir très gênante. Pour mieux combattre l’ennemi, il faut mieux le connaître. Une crampe est une contracture musculaire involontaire: les fibres se crispent alors que le sang ne les irrigue plus. Généralement, elle ne dure que quelques minutes, et  » lâche  » lorsque l’on étire le muscle au maximum tout en douceur. Mais si vous ne changez rien à votre vie, à votre alimentation et à votre environnement, rien ne l’empêchera de revenir…Mais changer quoi ?

Sportive ou circulatoire ?

  • Il faut d’abord bien distinguer l’origine du problème. Il existe deux grandes catégories de crampes. Celle due à la fatigue musculaire, typique chez les soprtifs, et celle due à une mauvaise circulation, typique la nuit chez les seniors.

  • Il faut ensuite apporter la bonne réponse.

q Crampes  » sportives »

Un muscle qui travaille produit de l’acide lactique, responsable des célèbres courbatures et de bien d’autres inconforts musculaires. Evacuer cet acide est absolument primordial:

  • en buvant des boissons adaptées,

  • en évitant une alimentation trop acidifiante (mal courant, hélas),

  • et, bien sûr, regaine connue, les sportifs doivent s’échauffer , boire suffisamment –ce qui ne veut pas forcément dire des litres — pendant l’effort et après, et savoir que le froid peut provoquer de mémorables crampes. Si vous n’avez jamais fait de course à pied dans la neige ou de longueurs en brasse dans un bassin frisquet, ça ne vous évoque rien, mais tous les sportifs ayant déjà vécu cette situation comprendront.

Récapitulons . Les 3 grands facteurs de crampes sont:

1) le froid,

2) la déshydratation,

3) le manque de minéraux (notamment le magnésium).

Comprenons-nous bien: les non sportifs peuvent parfaitement souffrir de ce type de crampe ! Marcher brusquement un peu trop vite alors que dehors il fait très froid, déménager un meuble sans avoir échauffé ses muscles….un mauvais traitement musculaire, c’est vite arrivé !

r Crampes  » seniors »

La maladie veineuse chronique se traduit souvent, en stade 1 , par des crampes nocturnes accompagnées de sensations de jambes lourdes et de gonflements. Il faut y prêter attention car, sans traitement efficace (à base de plantes surtout), la maladie poursuit son chemin. Tout doit être mis en oeuvre pour une bonne circulation du sang.

Notez bien que l’une n’empêche pas l’autre: on peut très bien souffrir à la fois d’une mauvaise circulation veineuse ET d’un manque de minéraux ET d’une légère déshydratation ET, etc., des situations banales.

CERVEAU-MUSCLES

Une mauvaise communication

C’est notamment par le biais du calcium, du potassium, du magnésium et du sodium que le cerveau communique avec les muscles,leur intimant l’ordre de se contracter ou de se détendre, selon les besoins.

Sans un apport suffisant en ces minéraux, la communication ne s’effectue pas: le muscle continue à travailler alors qu’il pourrait arrêter, et ce jusqu’à épuisement, et crampe.

Cela dit, parfois, heureusement que le muscle se contracte et « fait mal » : en nous interdisant tout mouvement, l’immobilité nous protège. Mais il s’agit de cas ponctuels, la plupart du temps, nous aimerions pouvoir bouger à notre guise !!

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 3 Commentaires »

LA CUISINE ANTI-CRAMPES

Posté par eurekasophie le 1 mars 2009

kiwis.jpg

 

Des fruits et des légumes sous toutes leurs formes, frais, secs, verts ou de toutes les couleurs…..

Pas trop de protéines animal, ni de sel, ni de  » mauvaises  » graisses….. de l’eau plutôt que de l’alcool ou du café, une alimentation

plus alcalinisante qu’acidifiante…..

Encore une fois, la cuisine santé rime avec Seignalet (faut-il s’en étonner ? ).Avec un axe fort pour éviter les crampes: il faut minéraliser le terrain !

Mars n’est pas le mois le plus généreux sur les marchés….Cette intersaison voit les productions naturelles se ralentir, légumes et fruits sont comme en hibernation, entre hiver et printemps. On trouve quelques kiwis bien verts, des oranges et des pomelos bien fournis en vitamine C, quelques pommes et, bien sûr, tous les légumes qu’on trouve toute l’année (pommes de terre, carottes, salades, herbes aromatiques), et encore quelques choux, mais à part cela….. A part cela, on a toujours la solution des surgelés, qui conservent aux végétaux la plus grande partie de leurs propriétés nutritionnelles, pour peu qu’ils soient nature et congelés dès leur cueillette: à nous les épinards, brocolis, haricots (verts), châtaignes, fruits en cubes pour les salades, les mueslis et les coulis ! Et puis, les fruits et les légumes secs n’ont pas de saison, et ils sont fortement recommandés dans le cas qui nous occupe: amandes, pistaches, noisettes, abricots et raisins secs, pruneaux , figues, haricots secs, lentilles et pois chiches…..On fait le plein ! On n’oublie pas la bouteille d’eau salvatrice, on rend tout de même une petite visite au poissonnier (avec une préférence pour le saumon), et l’on est prêt à passer en cuisine….

 

Au réveil  

verre2.gif 

Cela faisait quelque temps qu’on ne vous conseillait plus le verre d’eau traditionnel au commencement de la journée. L’hiver bien froid est moins propice à l’eau fraîche dès potron-minet. Vous avez continué malgré tout ? Bravo ! Mais si vous avez un peu perdu l’habitude, c’est le moment de vous y remettre, avec, au choix, Salvetat, Hépar ou Contrex, et Vichy Saint-Yorre pour les sportifs. Tous les jours, dès le matin, et toute la journée. On rappelle le cahier des charges: une bouteille pleine le matin doit être vidée le soir !

Au petit déjeuner

crales.jpg

Comment prendrez-vous vos magnésium et potassium ce matin ? Pas forcément en comprimés, ni même (l’heure s’y prête assez mal) sous forme de légumes…Ce sont donc les fruits qui auront la vedette, avec quelques céréales en guise de protéines végétales pour nourrir les muscles et les neurones jusqu’à midi.

  • Céréales et fruits frais.

Première option: on croque. Dans le fruit frais de saison (pomme, orange, kiwi…) et dans la tartine de pain (ou le cracker) de sarrasin. Et si, décidément, le matin, vous préférez le liquide au solide, pensez au lait de soja (très bien aussi en guise de protéines végétales), éventuellement mixé avec un ou deux fruits, en  » milk-shake »nourrissant mais léger.

  • Céréales et fruits secs

Deuxième option: on croque encore. Mais une vraie tartine cette fois. A base toujours de pain de sarrasin ou de brioche sans gluten. On évite toutefois le beurre ou la confiture pour la garnir: on préfère ( et de loin !) les pâtes d’oléagineux nature et bio (amande, noisette…) qui constituent une autre façon bien gourmande de déguster des fruits secs.

  • Céréales et fruits frais et secs

Troisième option: un peu moins croquante mais tout aussi craquante, le muesli. Idéal, car complet et savoureux, il permet de réunir dans un même bol tous les aliments les plus recommandés pour prévenir les crampes: quelques flocons de quinoa ou sarrasin, un fruit frais découpé en cubes, une poignée de fruits secs (raisins, abricots, figues, coupés en petits morceaux, quelques amandes ou pistaches…), le tout attendri d’un peu de lait d’amande. On ne fait pas mieux !

  • Et ça s’arrose !

D’une boisson chaude, bien sûr, thé vert léger ou tisane (passiflore, prêle, marjolaine sont particulièrement indiquées dans le cas des crampes) plutôt que café, on le sait.

brocoli22.jpgAu déjeuner papaye31.jpg

Comment prendrez-vous vos magnésium et potassium ce midi ? En suivant un programme en trois temps: des légumes, encore des légumes, et des fruits ! Le tout agrémenté d’herbes fraîches et accompagné d’un peu de protéines, en quantité modérée et en apport de préférence végétal ou  » maritimement  » animal …..

  • Des légumes en entrée

On ne zappe pas les crudités, qui sont de toutes saisons. On s’attache seulement à ce que son assiette ait une  belle dominante verte, puisque les légumes de cette couleur sont aussi les plus riches en minéraux protecteurs. Haricots verts (surgelés), tièdes ou froids, arrosés d’un filet d’huile d’olive et d’un jus de citron, copieusement parsemés de persil, sont particulièrement bienvenus. Quelques tranches d’avocat ne sont pas de refus, tout comme des bouquets de mâche et des feuilles de roquette, ou encore une salade de brocolis…. En version légumes secs, très bien aussi, on pensera au houmous libanais, à la salade de lentilles (bien persillée, elle aussi !) ou des fèves…. ET en version un peu plus consistante, les taboulés à base de quinoa ou de kasha de sarrasin peuvent aussi s’ agrémenter de légumes, d’herbes et de fruits (ça vaut le muesli du matin !). Idée recette: Quinoa à la libanaise que vous trouverez dans ma rubrique « recettes spéciales occasions ».

  • Des légumes autour des protéines

Un peu de saumon (en carpaccio, tartare, ou juste saisi à la vapeur et arrosé de jus de citron) ou une portion de tofu sont toujours un bon choix en matière de protéines (en version 100% végétale, une association de céréales et de légumes secs est aussi un excellent choix, on le rappelle). Plutôt que de les noyer sous des sauces grasses et indigestes, on peut les relever d’épices et de condiments, comme ces Chutneys faits maison, qui représentent souvent également un apport complémentaire intéressant, surtout s’ils sont préparés à base de fruits secs ou de légumes….Autour d’eux, légumes verts de rigueur, pour leurs apports en minéraux et leur caractère alcalinisant qui vient contrebalancer le potentiel acidifiant des protéines. Là encore, c’est la cuisson à la vapeur qui respecte le mieux leur richesse nutritionnelle, comme d’ailleurs leur saveur. Pensez aussi à cuisiner des légumes moins usités, comme les précieux coeurs de palmier, pour varier les menus et satisfaire les gourmandises… Idées recettes: Chutney aux pruneaux, coeurs de palmier aux amandes que vous trouverez dans ma rubrique  » Recettes spéciales occasions ».

  • Des fruits aussi

En entrée, en plat principal (voire en apéritif !), on a déjà eu quelques occasions d’incorporer des fruits (frais et secs) dans le menu. Ce sont les pistaches à grignoter en attendant les repas, les cubes de pommes dans la salade, les amandes concassées sur les crudités, les chutneys autour des plats chauds, les associations salées/ sucrées à toutes les occasions…Cela peut suffire, et il n’est pas forcément besoin d’y ajouter un fruit en dessert. Sauf si vous y tenez absolument et si vous le digerez sans problème à ce moment du repas.

  • Et ça s’arrose !

Avec de préférence de l’eau pendant le repas (issue de la même bouteille que celle utilisée au réveil) et un thé léger ou une tisane (avec les mêmes plantes qu’au petit déjeuner) après.

fruitssecs.jpg 

Au goûter

Il n’est pas forcément indispensable, mais peut s’avérer fort utile. Il permet de s’offrir une petite pause reconstituante alors qu’on a déjà utilisé beaucoup d’énergie pour arriver à ce stade de la journée, et d’attendre le dîner sans fringale. Entendons-nous bien : il ne s’agit pas de faire un festin, mais de s’accorder un petit encas, c’est-à-dire une poignée de fruits oléagineux (amandes, pistaches, noisettes….), quelques fruits secs (abricots, figues, raisins, pruneaux…) et une boisson (eau, thé, tisane…) Et ça suffit pour repartir au boulot bien regonflé !

lignetisanes.giflignetisanes.giflignetisanes.gif

Au dîner

haricotssecs.jpg

Comment prendrez-vous vos magnésium et potassium ce soir ? Mais oui, vous le savez maintenant. Avec des légumes et …des légumes , frais, secs verts, crus, cuits , épicés herbés et peu salés, en fait comme vous voulez, et un peu de fruits aussi…..

  • Des légumes en entrée

Encore et toujours, oui, comme tous les soirs, et aussi comme ce midi, encore que ….pas tout à fait . Car ce soir, c’est la soupe qui garde la cote, et d’autant plus qu’on peut la préparer avec de multiples variétés de légumes, des herbes, des fruits, et même dans une eau minérale riche en magnésium et potassium : un vrai concentré de bienfaits ! Alors, faites-vous plaisir, variez les goûts et les apports, videz votre bac à légumes dans la cocotte, testez les épices pour elever les saveurs, ou la petite cuillère de tamari . Ajoutez-y quelques cubes de tofu, une poignée ou deux de flocons de céréales, des légumes secs pour faire de l’assiette fumante un plat complet ou encore, à l’occasion, épaississez-la en purée avec de la crème de riz ou de soja . Renouvelez votre soupière chaque jour d’une petite touche de ceci ou d’une pincée de cela, et vous ne lasserez jamais vos convives !

  • Des légumes en plat principal

Après une bonne soupe, ils peuvent se suffire à eux-mêmes, et comme le soir se prête particulièrement aux plus secs d’entre eux, n’hésitez pas à les mettre au menu régulièrement (pour quelques-uns d’entre eux, il faut seulement prévoir de les faire tremper dès le matin, puis les mettre à cuire en rentrant du travail et se détendre ensuite en attendant l’heure du dîner). Pour les gros appétits, ils s’associent parfaitement aux céréales ou aux légumes verts (en a-t-on jamais assez ? ), et comme ils accueillent volontiers d’être parsemés d’herbes aromatiques, ils font vraiment figure de choix parfaits!

Idée recette : haricots secs à la tomate  » que vous trouverez dans ma rubrique « recettes spéciales occasions ».

  • Et ça s’arrose !

  • Comme d’habitude, d’eau et de tisane, rien de plus, rien de mieux. Tiens vous avez remarquer ? Oui on a « oublié » le dessert ! Mais il faut dire qu’au dîner, qui doit toujours rester léger pour assurer un sommeil paisible (et sans crampes si possible !) , il est encore moins indispensable qu’à l’ordinaire …….Si vraiment vous ne pouvez pas rester sans un petit goût sucré pour finir la journée , préférerez une petite cuillère de miel dans la tiasne, ou alors un  fruit frais, ou gourmandise raisonnée , craquez pour le carré de chocolat ( noir ,et toujours au singulier , s’il vous plait) et justifiez-vous en vous rappelant que lui aussi est plein de magnésium !!!

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaire »

ENVIRONNEMENT

Posté par eurekasophie le 20 février 2009

lamaisonchampignon.jpg

AIR INTERIEUR

STOP!

A LA POLLUTION SOURNOISE !

72 % des Français sont conscients des dangers de la pollution atmosphérique sur la santé.

ATTENTION!

Non traité, l’air intérieur peut être jusqu’à 50 fois plus pollué que la pollution extérieure (bactéries, virus, allergènes, pollens, poussières, etc).

De la maison au bureau en passant par les transports, 90 % de l’air que nous respirons chaque jour est un air confiné.

Plus pollué que l’air extérieur, l’air intérieur renferme des milliers de microparticules polluantes à l’origine de diverses affections: allergies, bronchites, asthme, difficultés respiratoires, irritations oculaires….

POLLUANTS: QUI SONT-ILS  ?

Ames sensibles, s’abstenir lol!!

Point noir du confort moderne dans l’habitat, thermique en particulier, son amélioration grandissante induit des conditions favorables à la prolifération d’organismes vivants indésirables, responsables des maladies allergiques de 15 à 20 % de la population:

Les acariens.

acarien.jpg

Avec une implication maintenant établie dans l’origine et la sévérité de l’asthme, en particulier chez les enfants, ces petits arachnides, dont la taille est de l’ordre du quart de millimètre, se nourrissent de résidus de peau et de matière végétale. Leur multiplication est optimale entre 20 ° C et 28° C . Ils apprécient l’humidité et l’obscurité. Et sachez que nous ne sommes pas tant allergiques aux acariens qu’à leurs déjections et leurs débris accumulés sur les canapés, tapis, moquettes et surtout sur les matelas !!

Les animaux familiers

animauchat.jpg

Attention aux chats, chiens, hamsters, souris et autres bêtes de compagnie, dont les poils véhiculent des protéines très allergisantes provenant des fragments de peau ou de salive, qui peuvent déclencher des crises plus ou moins fortes chez l’asthmatique.

Les blattes

blatte.jpg

Appelées aussi cafards, elles aiment le noir et l’humidité. Très friandes de denrées alimentaires, elles colonisent les cuisines, les gaines du vide-ordure et se cachent le jour dans les placards, les fentes des murs, sous les tapisseries, les moquettes. Elles véhiculent des allergènes et près de 5% de la population y sont sensibles !

Les moisissures

moisissuregrosse2.gif

Des problèmes d’humidité peuvent favoriser le développement de moisissures (tâches sur les murs ou les papiers peints), souvent à l’origine d’allergies respiratoires. Elles peuvent se développer à partir de poussières, de papier, de tissus, des climatiseurs, des plantes d’intérieur, etc…

En parallèle de ces polluants sournois, qui dégradent l’air intérieur et peuvent être à l’origine d’allergie, d’autres polluants chimiques comme le tabac, le monoxyde de carbone, le dioxyde d’azote……

peuvent également les aggraver ou les favoriser.

Combinés aux allergènes de l’environnement, ils peuvent provoquer ou aggraver des maladies respiratoires.

Pour obtenir un air intérieur plus sain deux stratégies complémentaires s’imposent:

diminuer les sources intérieures de pollution et assurer un renouvellement de l’air suffisant.

Prévention: Quelques gestes simples

Le premier réflexe consiste à diminuer le nombre d’allergènes et de polluants dans l’environnement. Pour cela quelques règles s’imposent:

  • Eviter les moquettes épaisses, les doubles rideaux et préférer les fibres synthétiques. Aérer quotidiennement les lits, housses de matelas, oreillers..

  • Lutter contre l’humidité par une aération suffisante en respectant les règles de ventilation. Dans un logement trop petit éviter les plantes en surnombre et les animaux familiers et par un nettoyage des bouches d’éaération et de ventilation.

  • Utiliser les produits de nettoyage et de bricolage en aérant les pièces pendant leur utilisation et même parfois les jours qui suivent et en privilégiant les produits bio ou au moins dont la composition est la plus naturelle possible.

Traitement: Assurer le renouvellement de l’air

Il existe des solutions « nomades » auxquelles on peut avoir recours pour un problème passager d’humidité: les purificateurs d’air. Si la solution la plus efficace pour régler un problème de moisissure est d’en trouver les causes et de les éliminer, un purificateur d’air peut contribuer à réduire le nombre de spores de moisissure présents dans l’air, mais il ne peut vraiment être efficace que s’il les capte plus rapidement qu’ils ne sont produits et si la zone à traiter est peu étendue. En revanche, ce type d’appareil ne pourra rien ou presque en présence d’une moquette moisie ou d’une importante source cachée de moisissure de la maison.

La ventilation a pour but d’évacuer l’humidité, la vapeur d’eau et la pollution liée à l’occupation des bâtiments, ce qui garantit l’hygiène des lieux et la santé des occupants. Les déperditions liées au renouvellement d’air peuvent représenter entre 15 et 20% des déperditions totales d’un logement.

Isolation et ventilation toujours associées

La ventilation assure un renouvellement d’air hygiénique.
Une bonne ventilation est primordiale :

- pour lutter contre les pollutions visibles ou non :

  • émanations diverses (colle, vernis, peinture, aggloméré et autres matériaux, parfums d’intérieur, produits chimiques)
  • CO2(respiration, cuisine, bougies)
  • acariens, microbes
  • végétaux, animaux
  • odeurs, fumées, tabac
  • moisissures, humidité
  • poussières…

- pour évacuer l’humidité sous forme de vapeur d’eau contenue dans l’air ambiant et pour garantir une bonne qualité de l’air intérieur et un habitat sain

Sachez qu’une famille de 4 personnes (2 adultes + 2 enfants) peut produire jusqu’à 12 litres d’eau par jour sous forme de vapeur (respiration, cuisson, lavages, linge, utilisation d’appareils électroménagers…).

maitrisepermeabilite2medium.jpg

Comment ventiler ?

Pour que la ventilation soit efficace, il est tout d’abord essentiel que l’isolation et l’étanchéité à l’air des parois soient parfaites. Dès lors que les parois ne sont pas étanches à l’air, ventiler avec un système performant peut s’avérer en effet totalement contre-productif en termes de renouvellement d’air et d’économies de chauffage.

Il est conseillé d’installer un système de ventilation performant et « intelligent » : choisir un système facilement utilisable privilégiant une ventilation asservie à l’utilisation, par exemple : une ventilation simple flux hygroréglable, un système asservi à la présence ou à la qualité de l’air (en tertiaire) ou encore un système double flux avec échangeur permettant de récupérer les calories pour réchauffer l’air entrant.
Dans ce cas, optez pour un système dont l’efficacité de l’échangeur est supérieure à 80%, avec ventilateurs puissants à faible consommation électrique. L’entretien et la gestion de l’échangeur sont indispensables en saison chaude.
La récupération de chaleur peut également être assurée via une pompe à chaleur sur l’air extrait.

La VMC est l’équipement idéal pour ventiler un logement, sous réserve qu’elle soit régulièrement et correctement entretenue. Il n’y a pas d’isolation performante sans ventilation maîtrisée essentielle pour assurer le renouvellement d’air indispensable à la salubrité des lieux et à la santé des occupants.

A savoir

En été, pensez à l’utilisation possible de la ventilation en augmentant les débits d’air la nuit pour rafraîchir le bâtiment. Si le bâtiment est à double exposition et qu’il n’y a pas de risque d’intrusion, on peut aussi ouvrir les fenêtres sur les façades opposées de manière à créer une ventilation traversante.

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaire »

Aïe , Aïe, çA PIQUE !

Posté par eurekasophie le 18 février 2009

Envie obsédante et continuelle d’uriner, même en faible quantité, brûlures mictionnelles, tiraillements dans le ventre,…… voici un panel des symptômes clairement identifiés de la cystite, infection que subira une femme sur deux au cours de sa vie. La fréquence de ces infections urinaires peut varier, d’occasionnelle ou à répétition. Dans tous les cas, il faut agir dès les premiers troubles.

Aïe, Aïe, çA PIQUE !

Mécanisme de l’infection

Une cystite est une inflammation de la vessie, le plus souvent d’origine bactérienne, la principale responsable étant la bactérie intestinale Escherichia Coli. Cette infection est plus fréquente chez la femme. En cause ? L’anatomie de son système urinaire. En effet, le canal d’évacuation de l’urine depuis la vessie jusqu’à l’extérieur de l’organisme, l’urètre, est bien plus court chez la femme. Sa colonisation par les bactéries intestinales est donc facilitée. Il s’agit le plus souvent d’une contamination par les bactéries de son propre corps.

Des gestes simples et préventifs

  • Boire de l’eau en quantité suffisante (1,5 L par jour) pour que les urines soient moins concentrées.

  • Pour les femmes, lors du passage aux toilettes, s’essuyer d’avant en arrière, pour que les bactéries intestinales ne viennent pas dans l’urètre.

  • Il est recommandé également d’uriner après chaque rapport sexuel, favorisant également la remontée des germes dans l’urètre.

  • Uriner toutes les 3 heures

  • Les vêtements larges sont plus adaptés. Les pantalons moulants favorisent la transpiration et donc la macération, et à ce titre, entraînent la multiplication des germes.

  • Les dessous synthétiques favorisant des environnements chauds et humides, il est recommandé de privilégier le coton qui favorise un environnement plus sain.

lacranberryarticle.jpg

La cranberry : remède naturel contre les cystites

Connue depuis des décennies Outre-Atlantique, la Cranberry (parfois appelée canneberge, bien qu’il ne s’agisse pas exactement de la même plante) est une petite baie rouge au jus amer et acidulé à la fois. Les Américaines la consomment comme remède traditionnel contre les infections urinaires sous forme de jus ou de comprimés. Une propriété qui a été reconnue en France par l’Agence de sécurité sanitaire des aliments.

En France, près de deux millions de femmes sont chaque année victimes d’infections urinaires récidivantes. Malgré les douleurs et le handicap qu’elles suscitent, les moyens dont disposent les médecins restent minces. Le traitement de référence repose sur la prise d’antibiotiques, qui diminue le taux de récidive. Cependant, les phénomènes de résistance des bactéries aux antibiotiques sont de plus en plus fréquent et la prise en charge peut alors relever du casse-tête. Aux Etats-Unis, le jus de fruits de cranberry (Vaccinium macrocarpon) est consommé depuis plusieurs décennies comme remède traditionnel de ces infections urinaires.

CYSTINAT: une solution naturelle et efficace contre les cystites.

cystinat.jpg

http://www.paraprice.fr/minceur-forme-vitalite/menopause-circulation-metabolisme/confort-urinaire/3-chenes-cystinat.html

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 2 Commentaires »

CHOUCHOUTEZ-VOUS A L’EAU DE ROSE

Posté par eurekasophie le 17 février 2009

  • roses.jpgroses2.bmpmardi4.jpg

LA Recette de l’eau de rose …..

Si le coeur vous en dit, vous pouvez fabriquer votre propre eau de rose. Il suffit defaire infuser une poignée de pétales de rose dans de l’eau bouillante pendant un 1/4 d’heure et la filtrer.

Celle-ci ne se gardera qu’une semaine au réfrigérateur !! Passer ce délai, cette eau florale s’altère, il faut la jeter.

Un peu de douceur au coeur de l’hiver ..

Pour souhaiter la bienvenue à leurs invités, les Marocaines les aspergent d’eau de rose. Pour aromatiser leurs gâteaux, elles l’ajoutent à leur recette.

Comme elles, profitez des bienfaits de cette eau si délicate !

  • Pour adoucir des lèvres desséchées: un baume apaisant

Vos lèvres sont sèches et irritées? Dès que vos lèvres commencent à picoter, appliquez un baume au miel et à l’eau de rose qui ont un effet cicatrisant.

Pour préparer ce baume: Mélangez 2 c. à soupe de miel avec 1 c. à soupe d’eau de rose. Versez cette préparation dans un petit pot et conservez le tout au frais

  • Pour éclaircir le contour des yeux: des compresses d’eau de rose

Parce qu’elle resserre les petits vaisseaux sanguins, l’eau de rose est indiquée pour lutter contre la couperose. Utilisez-la comme tonique après le démaquillage. Mais son effet circulatoire ne s’arrête pas là: vos cernes vont aussi s’éclaircir .

  • Pour délasser vos pieds: Un gommage aux graines

Vos pieds sont abîmés d’avoir trop marché? Faites un gommage aux graines végétales qui supprimera les callosités tout en adoucissant la peau de vos pieds.

Pour préparer ce gommage: mélangez 4 c. à soupe de graines de sésame ou de lin avec 2 c. à soupe de miel. Ajoutez un filet d’eau de rose. Appliquez sur les pieds et massez doucement.

  • Pour estomper les marques du temps: Une huile réparatrice

L’huile de bourrache et l’eau de rose ont un point commun: une action antirides, car ces deux ingrédients disposent de propriétés hydratantes et réparatrices. Associez-les et votre peau sera plus ferme et plus tendue.

Pour préparer cette huile: mélangez 1c à café d’huile de bourrache avec 1 c. à café d’eau de rose en émulsifiant avec le doigt. Appliquez cette préparation le soir sur un visage bien démaquillé.

  • Pour une action dynamisante, une cure de glaçons

Des difficultés à vous lever le matin ? Faites une cure dynamisante en passant un glaçon aromatisé sur votre visage, le matin. Rincez avec de l’eau de rose que vous vaporiserez sur le visage.

Pour préparer vos glaçons: mixez 6 feuilles de menthe fraîche. Mélangez-les avec 30 ml d’eau de rose, 30 ml d’eau de fleur d’oranger, 3 c. à soupe de miel.

  • Pour retrouver le teint de rose de vos 20 ans: un masque à la fraise et à l’eau de rose

Ce soir, vous avez besoin d’un coup d’éclat avant de sortir en amoureux ? Faites ce masque ravivant: écrasez 5 fraises, mélangez-les à 2 c. à soupe d’eau de rose. Montez un blanc en neige. Incorporez-le aux fraises écrasées. Appliquez cette crème rose sur le visage, le cou et le décolleté. Laissez sécher. Rincez avec de l’eau minérale douce et finissez en pulvérisant de l’eau de rose sur tout le visage.

 

  • Pour matifier votre peau: une lotion douce comme un pétale

Vous avez la peau qui brille ? Matifiez-la avec cette lotion dont la recette remonte à la Perse ancienne: mélangez trois parts d’eau de rose à une part de jus de citron. Tapotez votre visage nettoyé avec un coton imbibé de cette lotion, le matin, avant de vous maquiller.

Et en cuisine ?

Dans la cuisine orientale, l’eau de rose tient une place d’honneur. Mais ce sont les desserts qu’elle parfume le plus souvent. Pâtisseries feuilletées ou fourrées aux amandes, loukoums, crèmes….. Si vous avez envie d’apporter cette note d’exotisme à vos douceurs, ne vous en privez pas ! Vous pouvez ainsi ajouter 1 à 2 cuillerées à soupe d’eau de rose dans une salade de fruits ou des pêches au sirop. Une soupe de fraises peut également voir son goût relevé d’un filet d’eau de rose. Si vous avez envie de parfumer vos crêpes et vos gâteaux, mélangez de l’eau de rose avec le lait ou la matière grasse qui sert à leur composition. L’arôme floral en sera alors démultiplié.

Au Liban, une crème à l’eau de rose et aux pistaches est souvent proposée en dessert. Voici sa recette pour 4 personnes:

1 litre de lait, 1 tube de lait concentré sucré, 7 c. à café de Maïzena, 2 c. à soupe d’eau de rose, quelques pistaches. Mélangez le litre de lait et le tube de lait concentré sucré. Ajoutez la Maïzena. Faites chauffer jusqu’à épaississement. Retirer du feu. Ajoutez les 2 c. à soupe d’eau de rose. Faites encore chauffer à feu doux jusqu’à obtention d’une crème. Versez dans des ramequins. Laissez refroidir au réfrigérateur. Saupoudrez de pistaches concassées.

Où trouver de l’eau de rose  ?

Vous préférez acheter l’eau de rose toute faite ? Vous en trouverez dans les magasins bio, les supermarchés, les pharmacies et parapharmacies. Si vous l’utilisez en cuisine, vérifiez qu’elle convienne à cet usage et qu’elle ne comprenne pas d’autres ingrédients tels que des conservateurs (parabens). La véritable eau de rose est conditionnée en flacon opaque (souvent bleu). Elle se conserve 6 mois après ouverture à condition d’être entreposée au frais.

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 1 Commentaire »

UN PETIT COUP DE BLUES ?

Posté par eurekasophie le 10 février 2009

personnagequidortdevantsoncran.gif

 

SAVOUREZ  CES ALIMENTS DE BONNE HUMEUR

Le bonheur vient en mangeant ! Des études montrent que certains aliments influencent notre joie de vivre et font du bien à notre santé.

Une raison de plus pour ne pas vous priver !

Essayez la cure de chocolat

Pour combattre le stress et la déprime

Des chercheurs britanniques ont trouvé dans le chocolat plus de 300 substances bénéfiques pour la santé, dont plusieurs stimulants qui nous rendent plus alertes et plus heureuses. La concentration de ces substances est plus élevée dans le chocolat noir, c’est donc le meilleur choix si vous vous sentez abattue. Mais si vous préférez le chocolat au lait, ne vous en privez pas: quel que soit le chocolat, sa saveur et le plaisir de le laisser fondre dans la bouche le transforment en une expérience bienfaisante !

Démarrez en forme ! Ajoutez un peu de poudre de cacao à votre café du matin: il contient les substances bénéfiques du chocolat, avec du fer en plus, ce qui est important, car une carence en fe peut entraîner une légère déprime !

Pimentez vos plats pour atténuer le stress

Pourquoi certaines personnes sont-elles accros aux plats épicés ? Il y a une bonne raison à cela: l’excitation que provoque le contact de la langue avec le piment entraîne une surproduction d’endorphines, molécules étonnantes, capables de réduire le stress, d’atténuer la sensation de douleur et de stimuler l’éveil et l’attention.

Vous n’aimez pas manger épicé ? Il existe d’autres moyens de stimuler la production d’endorphines: l’exercice d’endurance, de grands éclats de rire et la méditation.

Cassez des oeufs pour effacer les pensées négatives

Les oeufs sont très riches en acide folique, une substance de groupe des vitamines B et un des nutriments qui ont le plus d’influence sur notre humeur. Des études ont montré que près d’une femme sur deux souffrant d’une dépression nerveuse a un taux d’acide folique bas, et que les plus déprimées sont celles dont le taux d’acide folique est le moins élevé! La bonne nouvelle: corriger une déficience en acide folique peut diminuer les pensées négatives, l’angoisse et la fatigue !

Vous n’aimez pas les oeufs ? Certains légumes à feuilles vert foncé – les petits pois, les lentilles, les pois chiches et les papayes – sont également de bonnes sources d’acide folique !

Ouvrez une boîte de thon pour renforcer votre optimisme

Selon les études scientifiques, une consommation plus élevée des oméga-3 contenus dans le poisson diminue les tendances dépressives et combat l’anxiété. Elle aide certaines molécules au pouvoir apaisant, comme la sérotonine ou l’acétylcholine, à pénétrer les membranes des cellules et à nous rendre plus calmes et plus sereines. Autre bénéfice: 100 g de thon en boîte contiennent 95 % de nos besoins quotidiens en sélénium, oligoélément nécessaire à l’équilibre de notre humeur !

Votre bonus Les chercheurs ont constaté que manger du poisson deux fois par semaine peut diviser par deux le risque d’un cancer de l’estomac ou de l’intestin ! Ils supposent que les oméga-3 empêchent la croissance des cellules cancéreuses.

Croquez des noix : deux fois plus puissantes que les antidépresseurs

Alors que les antidépresseurs ont besoin d’au moins 10 jours pour agir, l’action des noix est immédiate, selon les chercheurs de la célèbre université américaine de Harvard. Le secret du pouvoir des noix sur notre moral ? un mélange particulier d’acide gras oméga-3 et d’une substance appelée uridine. Chacun de ces éléments a des effets antidépresseurs prouvés et, ensemble, leur action est décuplée.

Vous êtes allergique aux noix ? Mangez des betteraves rouges: la même étude de l’université de Harvard a constaté qu’elles aussi délivrent la combinaison magique oméga-3 + uridine ! Optimisez leur effet en vous préparant une salade de betteraves arrosées d’huile de colza, très riche en oméga-3.

Savourez du pop-corn pour stimuler l’hormone du bien-être

Les hydrates de carbone contenus dans ces graines de maïs grillées et éclatées stimulent la production de sérotonine, qui aide à prévenir l’angoisse, la déprime, l’insomnie et les fringales. De plus, les sucres contenus dans le maïs sont complexes et préservent un bon équilibre psychologique plus longtemps que les sucres simples (ou rapides) des aliments sucrés. Les haricots secs, pâtes et riz complets contiennent aussi des sucres complexes qui améliorent l’humeur.

Votre bonus en plus : Les sucres complexes (ou sucres lents) stimulent l’énergie, augmentent la concentration et stabilisent le taux de sucre dans le sang, ce qui contribue à rééquilibrer votre humeur pendant plusieurs heures.

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaire »

QUAND UN ENFANT VA MAL ….

Posté par eurekasophie le 7 février 2009

vendredi010.jpg

Un rythme de sommeil anarchique, une tristesse permanente, des troubles du comportement …..Richard Horowitz, pédopsychiatre, nous aide à y voir plus clair.

Tous les enfants ne grandissent pas de la même manière et au même rythme que les autres. Mais alors comment repérer un éventuel mal-être? Et où se situe la limite entre un enfant qui va bien et un en difficulté?

Décryptage

Il existe de vrais signes de souffrance et de mal-être à prendre au sérieux. Ainsi, un enfant qui ne dort plus (ou trop) , qui ne mange plus (ou trop), qui s’isole, qui n’a plus de copains ou qui, subitement, a de mauvais résultats scolaires, qui est abattu, replié sur lui-même sont des signes qui doivent alerter parents, famille et entourage.

Des questions à se poser  » Avant tout, demandez-vous s’il a le même comportement à la maison qu’à l’extérieur » , conseille le docteur Richard Horowitz. Renseignez-vous auprès des responsables de l’école, de ceux du centre aéré, chez la nounou ou auprès des grands-parents. « Si les signes sont uniquement présents à la maison, il vous faudra en discuter avec l’enfant. Sinon, consultez votre médecin traitant, un généraliste ou un pédiatre. C’est lui qui vous orientera vers un pédopsychiatre en cabinet ou vers un centre de consultation, type CMP- Centre Médico-Psychologique- ou CMPP- Centre Médico-Psychopédagogique- (prise en charge à 100% ). Mais il ne faut pas oublier les cas où l’enfant présente des signes de souffrance psychique car il peut être pris dans une situation familiale compliquée « , ajoute le Dr Horowitz.

Nouveaux troubles ou problèmes d’adaptation ?

Les enfants d’aujourd’hui sont-ils différents ? Il n’y a pas, àproprement parler, de nouvelles difficultés, mais c’est la manière d’exprimer ses souffrances qui a changé. On a aujourd’hui plus d’enfants qui sont dans l’exitation plutôt que dans l’inhibition. Ainsi, les CMPP et les CMP recoivent des patients à un âge plus précoce et prennent en charge les difficultés d’adaptation, les troubles psychomoteurs et les troubles du comportement. L’enfant peut ainsi être suivi par un pédopsychiatre, un psychologue, un psychomotricien et/ ou un orthophoniste selon les besoins, de manière individuelle et/ ou par petits groupes.

Un adulte en miniature?

De nombreux psychiatres s’opposent à l’idée d’étiqueter les enfants en « victimes » ou en « délinquants potentiels ». « Il est totalement faux de considérer l’enfant comme un adulte miniature qui serait susceptible de devenir un futur délinquant. De même, la parole d’un enfant n’est pas celle d’un adulte », souligne le docteur Tristan Garcia-Fons, de Montreuil. « Avant de considérer certains comportements comme pathologiques, peut-être faudrait-il donner suffisamment de temps et d’espace aux enfants sans attendre des résultats immédiats. »

Truchis, Chantal De : L'éveil De Votre Enfant - Le Tout-Petit Au Quotidien (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et venteBonnes feuilles

Dans cette troisième édition, l’auteur met l’accent sur la préoccupation grandissante de ces enfants agités et exigeants, qualifiés trop rapidement d’hyperactifs. Manuel de puériculture devenu un classique, il met en application le respect du tout-petit en tant que personne. L’Eveil de votre enfant, de chantal de Truchis, Albin Michel, 17,50 €.

 

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaire »

123456
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant