LE PSORIASIS

Posté par eurekasophie le 4 avril 2011

 

 

 

 

L’OBSERVANCE, UN PROBLÈME 

 

 

 

Maladie chronique , le psoriasis est une affection auto-immune inflammatoire, 

 

mais non contagieuse de la peau. 

 

 

Parce qu’il atteint l’intégrité corporelle de l’individu, 

 

le psoriasis se vit mal. Son traitement aussi.

 

 

 

Le  psoriasis est une dermatose inflammatoire qui touche deux millions de français.

 

Les lésions sont bénignes, mais peuvent aussi provoquer un réel handicap. La qualité de vie des personnes atteintes de psoriasis fluctue au gré des poussées…… Quarante pour cent des personnes touchées par le psoriasis souffrent régulièrement de perturbations sociales importantes dans leurs relations familiales , professionnelles, amicales et 30 % se voient exclus de certains lieux ( piscine, coiffeur ) à cause de leur maladie trop visible……La cause principale du psoriasis réside dans le fait que le renouvellement des cellules de l’épiderme est fortement accéléré par rapport à la normale ( 8 jours en cas de psoriasis contre 28 jours en cas normal ). Il en résulte une accumulation de cellules de l’épiderme ce qui forme des plaques et des squames. Si aucun traitement définitif n’est disponible, il existe de nombreux traitements, locaux et par voie orale, qui permettent d’agir sur les symptôme. Parmi eux, on trouve des soins à base de plantes et d’huile de Carapa Procera, comme la gamme Pso Natura des laboratoires Mascareignes, qui ont de bons résultats, à en croire les utilisateurs , sur le psoriasis léger et modéré. Sans résultats, les traitement biologiques, réservés aux formes sévères, prennent le relais.

 

 

Un traitement contraignant 

 

« Souvent, dès que vous arrêtez le traitement, le psoriasis revient, ce qui complique la vie des patients. On observe rarement des rémissions de très longue durée, explique Dalila Sid-Mohand, directrice de l’Association pour la Lutte Contre le Psoriasis ( APLCP ). A partir du moment où l’on a du psoriasis un peu sur les jambes, sur les coudes, dans le dos, ces traitements sont contraignants à mettre en place. » Pour les traitements topiques, la gestuelle quotidienne est chronophage. Les crèmes ne sont pas si faciles à appliquer. Même s’il y a des nouvelles formes, shampooing, gel, plus adaptées et un peu moins grasses. Le patient s’applique au début, mais les résultats ne sont pas visibles au bout d’un jour ou deux mais plutôt au bout d’un mois. C’est long et difficile, surtout lorsque le psoriasis récidive au bout de deux semaines après un mois de traitement !  » Les traitements locaux sont donc souvent contraignants , les pommades collent aux vêtements, tachent, et, seul ou non, pour dormir ce n’est pas vraiment agréable. C’est aussi le fait que ces traitements pourraient être plus efficaces s’ils étaient mieux prescrits. » 

 

Des règles de bons usages ? Impératives ! 

 

Il y a des règles de bon usage qui ne sont pas souvent délivrées chez le pharmacien ou chez le médecin. Elles sont essentiellement pour l’obtention de résultats. Il est, par exemple important de se laver avec des produits sans savon, de ne pas se gratter la peau , d’éviter les jeans slim ( si le psoriasis siège sur les jambes , les fesses ), et les matières synthétiques. Il est conseillé d’appliquer ses crèmes, du bout des doigts pour en mettre plus facilement sur les plaques du corps.  » Il est préférable de mettre sa crème une fois par jour en l’appliquant bien, si on ne peut pas le faire matin et soir , précise Dalila Sid- Mohand. L’arrêt d’un traitement par corticoïdes doit se faire de manière dégressive, comme indiqué par le dermatologue, de façon à éviter les effets rebonds dont les patients se plaignent régulièrement « .

 

 L’observance 

 

« On peut avoir  le traitement le plus efficace du monde, s’il n’est pas suivi, ça ne sert à rien  » explique Sana Zeguia du laboratoire LEO Pharma qui vient de lancer un nouveau produit, la même association que la pommade Daivobet mais sous forme de gel. Pour les cheveux et le corps. Les études faites ont montré que quatre semaines de traitement ne suffisaient pas toujours à enrayer l’inflammation qui se faisait au niveau physiologique . A ce stade, les symptômes, en apparence peuvent disparaître, et le patient arrête le traitement mais, au niveau des vaisseaux , l’inflammation est toujours active. Le feu n’est pas éteint. Il est donc recommandé de poursuivre le traitement jusqu’à 8 semaines pour espacer les rechutes.  » Les patients qui ont des plaques épaisses et squameuses, comment leur traitement avec la pommade pendant les deux à quatre premières semaines de traitement et ils peuvent continuer avec le gel . Ceux qui ont des plaques peu épaisses peuvent commencer directement par le gel. Celui-ci les aidera, grâce à la galénique qui permet une application facile, d’être observants ! ».

 

Parler à son médecin 

 

Le médecin doit expliquer que le psoriasis est une maladie chronique , raison pour laquelle il faut continuer le traitement, qu’il faut s’hydrater quotidiennement, faire attention à la façon dont on se lave. Dès la première consultation, il s’avère également nécessaire d’indiquer à son médecin, l’ensemble des parties atteintes de psoriasis sur tout son corps, y compris les parties intimes.  » Beaucoup ne le disent pas et restent dans une souffrance sans pareille, car il y a des traitements spécifiques à ces zones, et si l’on applique par exemple des crèmes pour le corps, sur les parties génitales qui ont des muqueuses beaucoup plus fines, le psoriasis se retrouve aggravé, rappelle Dalila Sid-Mohand. Expliquer que le psoriasis est une maldie à gérer et que, bien gérée, elle peut offrir des rémissions plus longues. » 

 

                                                                          hebergeur d'imagehebergeur d'image

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 30 Commentaires »

MASSAGES AUX HUILES ESSENTIELLES

Posté par eurekasophie le 9 décembre 2010

 

 

EN CAS DE TRAITEMENT ANTICANCER 

 

( RADIOTHÉRAPIE ) 

 

 

L’huile essentielle de niaouli est une protectrice cutanée de premier ordre. Elle apaise, calme la douleur, renforce l’immunité locale. Faites appel à ses talents pour mieux supporter vos séances de radiothérapie.

 

 

La radiothérapie est un traitement à base de rayons. Le but est de détruire ou de faire réduire la tumeur. S’ils sont totalement indolores en eux-mêmes, les rayons agressent au passage les tissus sains et provoquent des inflammations douloureuses. Ces dernières finissent généralement par disparaître après plusieurs semaines, mais il n’y a aucune raison de les subir sans réagir. D’autant que, malheureusement, ces douleurs aiguës peuvent céder la place, bien plus tard, à des douleurs chroniques, lorsque le corps ne parvient finalement pas à surmonter cette épreuve, par exemple lorsque des nerfs ont été touchés. Les médecins les appellent des séquelles tardives. Elles sont alors lancinantes, et peuvent apparaître plusieurs mois après la fin du traitement, ce qui les rend d’autant plus déroutantes et pénibles.

 

Le but de l’aromathérapie dans ce cas est simple : limiter au maximum les dégâts sur les cellules saines, en réduisant le risque d’inflammation pendant la période où vous êtes  » sous rayons « .

VOTRE HUILE ESSENTIELLE 

 

                                                                                                                               hebergeur d'image

 

Le niaouli

                                                                             hebergeur d'image

Le millepertuis 

Le niaouli est anti-inflammatoire et empêche ( ou réduit fortement ) les sensations de brûlures. Appliqué dans les heures qui suivent les séances de radiothérapie, il procure un confort et un apaisement immédiat.

 

VOTRE MASSAGE 

 

Appliquez 1 à 2 gouttes pures d’huile essentielle de niaouli directement sur la zone concernée. Si vous avez la peau particulièrement sensible, mélangez votre niaouli dans autant de gouttes d’huile végétale de millepertuis , elle aussi anti-brûlures et antidouleur. Renouvelez l’application 1 à 3 fois dans la journée, selon vos réactions.

ATTENTION !

L’huile essentielle de niaouli ne remplace en aucun cas votre traitement anticancer, quel qu’il soit. Elle aide simplement à apaiser les effets secondaires agressifs pour la peau.

Source  » Belle Santé  » N°130 article de Anne Dufour

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 31 Commentaires »

LA LUXATION ……

Posté par eurekasophie le 6 décembre 2010

 

 

…CONGÉNITALE DE HANCHE

 

3 à 6 nouveau-nés sur mille présentent une luxation congénitale de la hanche, ou dysplasie de hanche, une pathologie dont l’origine exacte demeure inconnue. Le dépistage précoce est essentiel car, en l’absence de traitement, gare à la boiterie, aux douleurs et à l’arthrose précoce de la hanche !

 

L‘image de la bretonne forcément boiteuse a bien vécu. Effet du dépistage précoce et des traitements oblige, rares sont désormais les adultes jeunes, adolescents ou enfants qui souffrent des complications d’une luxation congénitale de hanche ( LCH ) passée inaperçue ou non traitée à la naissance, une maladie dont l’origine demeure encore bien mystérieuse. En effet, le dépistage de la  LCH est devenu obligatoire dans les premiers jours de la vie depuis longtemps. Une pathologie aux conséquences suffisamment graves à l’âge adulte pour qu’on s’y intéresse de façon précoce, et ce d’autant qu’elle concerne beaucoup d’enfants en France.

 

L’ARTHROSE EN BOUT DE COURSE 

 

En cas de diagnostic tardif, la LCH devient plus difficile à soigner  ( la hanche va se déformer durablement, notamment lors de l’apprentissage de la marche ) et peut déboucher sur une boiterie. Chez le grand enfant, une LCH non traitée peut rester longtemps indolore, même en cas de boiterie ( démarche  » en canard » ). Chez l’adulte, la boiterie devient progressivement douloureuse( douleur dans l’aine ). En l’absence de traitement, la LCH évolue vers une arthrose précoce ( coxarthrose ) et donc une raideur de l’articulation. L’aboutissement final de l’évolution de la LCH est donc la pose d’une prothèse de hanche !

 

                                                                                                                   hebergeur d'image

 

LUXATION OU DYSPLASIE ?

 

Plutôt que de LCH, les médecins  emploient parfois le terme de  » dysplasie de hanche « lorsque l’anomalie  » luxante  » de la hanche est présente mais s’avère plus discrète ou difficile à mettre en évidence. Car la luxation de hanche à proprement parler, facilement dépistable à l’examen clinique, correspond déjà à un stade plus important de la pathologie où la tête du fémur est déjà sortie de son emplacement habituel, à savoir sous le cotyle, le » toit  » de l’articulation de la hanche. D’ailleurs , les médecins parlent souvent de  » défaut de couverture  » de la tête fémorale par le cotyle.

 

DÉPISTAGE PRÉCOCE …

L’examen clinique dans les 48 premières heures après la naissance est essentiel. En cas de normalité, il doit être réitéré avant l’âge d’un mois. Le médecin va rechercher un  » ressaut  » au niveau d’une hanche ( les deux sont testées car la LCH est souvent bilatérale ) en manipulant l’articulation. C’est la manipulation dite  » d’Ortolani » . Elle témoigne d’une tendance de la hanche à se luxer facilement . Les médecins parlent donc de hanche  » luxable « . Parfois, un simple coup d’oeil permet déjà de repérer des signes d’une LCH avérée: fesse  » gonflée « , raccourcissement du membre concerné.

 

… ET EXAMENS DE CONFIRMATION 

Pratiquée dans les 8 à 10 jours après la naissance, l’échographie est un examen indispensable au diagnostic de LCH en cas de doute à l’examen clinique. La radiographie n’est pas utile dans le premier mois du fait d’un risque de méconnaître une authentique LCH. En effet, à cet âge là, la tête fémorale et le rebord du cotyle sont transparents aux rayons X. Rappelons que le noyau osseux de la tête du fémur n’apparaît que vers le 4 ème mois.

 

DU COUSSIN CHEZ LE NOUVEAU-NÉ …

 

                                                                                                                        hebergeur d'image

 

Le coussin de Becker, ou  » culotte d’abduction « , est le traitement le plus fréquemment prescrit par les médecins. Ce coussin en matière plastique recouvert d’une couche est placé entre les cuisses. Il permet de repositionner durablement la tête du fémur sous le cotyle. On le pose pour une durée de 4 mois. D’autres, en revanche, préfèrent utiliser un harnais.

 

… À L’INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ L’ADULTE 

 

Plusieurs techniques sont possibles. Tout dépend de l’âge du patient, de la gêne occasionnée ( douleur, handicap…) et de la sévérité de l’atteinte :

◊  Les interventions qui visent à redonner à la hanche une anatomie fonctionnelle acceptable en agissant soit sur le fémur ( ostéotomie ) soit sur le cotyle ( butée ) voire sur les deux . Plusieurs interventions peuvent être nécessaires .

  La prothèse de la hanche, chez la personne âgée surtout, lorsque tous les traitements ont échoué ou lorsqu’il existe une coxarthrose douloureuse.

 

UN TRAITEMENT À LA CARTE À LA NAISSANCE 

 

Le traitement dépend de la lésion exacte, dépistée par l’examen clinique ou les examens complémentaires. 3 situations peuvent être observées à la naissance :

  L’enfant paraît normal mais il s’agit d’un nouveau-né à risque ( voir ci-dessous ). Le coussin n’est pas indispensable mais une grande prudence et une surveillance s’imposent ( bilan échographie et/ou radiographique indispensable).

  L’enfant présente déjà une luxation. La réduction de la hanche ( repositionnement ) est pratiquée immédiatement . Un coussin d’abduction est posé par le praticien.

  La manoeuvre d’Ortolani retrouve un ressaut. La hanche est donc instable et nécessite la pose d’un coussin d’abduction ou d’un langeage approprié.

 

ENFANTS À RISQUE 

  Fille ( 7 filles pour un garçon )

  Origine bretonne, vendéenne ou auvergnate

  Parents touchés eux-mêmes par une LCH

  Accouchement par le siège

♦  Gémellité

  Gros poids de naissance

  Enfant dormant toujours la tête du même côté ( hanche saine ). Une position qui favorise la luxation de la hanche située de l’autre côté.

 Source  » Belle Santé  » N°130 article de Daniel Gloaguen 

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 20 Commentaires »

LE ZONA

Posté par eurekasophie le 22 octobre 2010

 

 

Brûlures, cloques douloureuses, grosse fatigue :

 

le zona nous met à plat.

 

Adoptez les huiles essentielles antivirales, antiseptiques et antalgiques, 

 

qui calment les symptômes comme nul autre traitement !

 

 

 

Il s’invite au pire moment : lorsqu’on est fatigué, stressé, surmené. Des picotements et brûlures annoncent la sortie de cloques, comme un herpès, mais en bien plus douloureux puisque siégeant le long d’un nerf. Le zona  » sort  » plutôt dans le haut du corps ( thorax, tronc….) même si, théoriquement, il peut s’installer à n’importe quelle extrémité d’une terminaison nerveuse. Une fois son  » cycle  » commencé,rien ne peut l’arrêter. Le zona, infection d’un nerf qui s’exprime par des symptômes à fleur de peau, profite d’une baisse de vos défenses immunitaires pour venir vous harceler. Il est plus ou moins pénible, mais rarement dangereux. Aucune raison cependant de subir la douleur, type  » piqûres d’ortie  » : épargnez-vous cela et accélérez le retour à la normale grâce à l’aromathérapie.

 

 

hebergeur d'image

Niaouli

 

hebergeur d'image

Ravintsara 

 

VOS HUILES ESSENTIELLES 

 

Le niaouli est l’huile essentielle reine dans tous les cas de manifestations cutanées infectieuses de type herpès ou zona. Elle renforce  l’immunité générale et locale ( peau ) . Excellent antiviral, elle est la solution aroma type contre le zona.

Le ravintsara est exceptionnel pour renforcer l’immunité et améliorer la  » réponse  » du corps. C’est aussi l’huile essentielle la plus puissante contre les virus ( et le zona en est un ). Anti-infectieuse remarquable, elle prévient les risques de surinfection cutanée. Antidouleur et antispasmodique, elle lutte, en plus, contre la déprime qui peut s’installer en cours de zona.

 

MÉLANGEZ 

 

HE niaouli                        2 gouttes 

HE ravintsara                 1 goutte

HV millepertuis               3 gouttes

 

VOTRE MASSAGE 

 

Massez légèrement la zone concernée par les brûlures à l’aide de votre préparation aux huiles essentielles. La zone varie selon les individus. Chez certaines femmes, elle semble faire exactement le tour du soutien-gorge.

 

Répétez toutes les heures, voire plus souvent si nécessaire. Dès que la douleur s’atténue, limitez vos applications à 6 par jour, pendant 10 à 20 jours, c’est à dire jusqu’à la guérison totale.

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 21 Commentaires »

DANS VOTRE TASSE …..

Posté par eurekasophie le 20 octobre 2010

 

 

POUR VOTRE PROSTATE

 

 

La prostate est une glande du système reproducteur masculin. Elle sécrète et emmagasine le liquide séminal qui entre dans la composition du sperme. Située sous la vessie, elle entoure l’urètre. Sa taille normale est celle d’une noix, mais, en vieillissant, elle a tendance à grossir. Elle comprime alors l’urètre, provoquant des troubles urinaires ( envies trop fréquentes, fuites, cystite). Les plantes présentées ont une incidence sur l’hypertrophie bénigne de la prostate et apportent un soulagement et une solution aux infections urinaires découlant de cette pathologie. Si vous êtes jeunes ( adultes, bien sûr ) et que tout cela vous semble bien lointain, je vous conseille quand même de faire régulièrement des cures ( pépins de courge, ortie, oignon, poirier ) afin de ralentir l’hypertrophie consécutive à la prise d’âge.

 

PÉPINS DE COURGE 

Cucurbita

 

 

                                                                                                              hebergeur d'image

Les graines de courges ainsi que leur huile sont conseillées lors de l’hyperplasie de la prostate. Les pépins contiennent des acides gras insaturés, de la cucurbitine, des stérols et de la vitamine E. L’idéal est de faire une cure d’une dizaine de jours quatre fois dans l’année en préventif et une dizaine de jours une fois par mois, en curatif, lors d’une hypertrophie bénigne de la prostate.

♣  Boisson: broyez 50 g de semences avec 10 g de sucre. Délayez dans une tasse d’eau chaude. Ajoutez une goutte de fleur d’oranger et buvez en une seule fois. Vous pouvez remplacer le sucre  par du miel et la tasse d’eau par une tasse de lait végétal, d’amande ou de noisette, par exemple.

 

LA GRANDE ORTIE 

Urtica dioica

 

 

                                                                                       hebergeur d'image

Les feuilles de l’ortie sont utilisées contre l’inflammation des voies urinaires et les racines dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

♣  Infusion : versez un litre d’eau bouillante sur 60 g de feuilles d’ortie. Couvrez, et laissez infuser un quart d’heure, filtrez et buvez une tasse avant chaque repas.

♣  Décoction : dansun demi-litre d’eau froide, ajoutez 20 g de racines d’ortie. Portez à ébullition et, au premier bouillon, réduisez votre gaz. Laissez mijoter 10 minutes puis stoppez votre feu, patientez encore 5 minutes, filtrez et buvez la quantité obtenue dans la journée.

 

LA FAUSSE BRUYERE OU CALLUNE 

Calluna vulgaris

 

 

 

 

                      hebergeur d'image


 

Les propriétés diurétiques, antiseptiques et sédatives de cet arbrisseau ne sont plus à démontrer. Poussant en terrain siliceux, il est présent en Europe, en Afrique du Nord et en Asie. Ce sont les sommités fleuries s’épanouissant de juillet à octobre que l’on emploie. La plante est riche en tanins, flavonoïdes et arbutoside ( constituant actif, puissant antiseptique intestinal et urinaire ). L’arbutoside combat les inflammations infectieuses associées à l’hypertrophie de la prostate. La callune est tout à fait adaptée à ce genre de cystite. On la prend en cure d’une semaine.

♣  Infusion :versez une cuillerée à soupe de sommités fleuries dans une tasse d’eau bouillante. Couvrez, laissez infuser 20 minutes, filtrez et buvez trois tasses dans la journée. Vous pouvez sucrer avec un miel…..de bruyère, par exemple.

♣  Décoction : dans un litre d’eau froide, ajoutez 30 g de sommités fleuries. Portez à ébullition et laissez réduire au tiers. Filtrez, sucrez avec du miel et buvez trois à quatre tasses dans la journée.

 

LA BUSSEROLE

Arctostaphylos uva-ursi 

 

Du Jura aux Pyrénées, cet arbrisseau, de 20 à 50 cm de haut, colonise le sol des forêts plutôt sèches. Ses feuilles sont toujours vertes et ses fleurs blanchâtres à petites clochettes deviennent,à l’automne, de petites billes rouges qui font concurrence à celles du houx. Des études récentes ont réhabilité ce  » raisin d’ours  » prisé par Rabelais mais devenu obsolète depuis le XVIII ème siècle.Les feuilles de la busserole contiennent beaucoup d’arbutoside, ce qui lui confère une action antiseptique puissante. L’ ESCOP ( European Scientific Cooperative on Phytotherapy ) en conseille l’utilisation lors des infections urinaires des prostatiques. Sa forte teneur en tanin peut entraîner une constipation chez les personnes sujettes à cette pathologie. Les cures ne doivent pas dépasser une semaine et ne peuvent être renouvelées que quatre à cinq fois dans l’année.





                                                                                                     hebergeur d'image

♣  Infusion : jetez 20 g de feuilles sèches dans un litre d’eau bouillante. Laissez infuser 15 à 20 minutes en couvrant, filtrez et buvez deux tasses dans la journée.

♣  Décoction : dans un litre d’eau froide, incorporez 30 g de feuilles sèches. Portez à ébullition et laissez réduire au quart. Filtrez et buvez la quantité obtenue dans la journée.

 

L’OIGNON 

Allium cepa 

 

Eh oui, toujours et encore l’oignon , ce que viennent confirmer ces deux proverbes:  » Où entre l’oignon, n’entre pas le médecin  » et  » Ail le soir, oignon le matin, est le malheur du médecin » . Au siècle dernier, l’oignon était indiqué dans le traitement des maladies liées à une hypertrophie de la prostate en raison de son action antibactérienne, anti-infectieuse et diurétique. Pour tout ce qui touche le système urinaire, l’oignon doit être consommé cru. Alors, ou vous décidez d’en manger au moins un par jour, cru , bien entendu, ou bien vous vous préparez une petite mixture alcoolisée ( un peu plus sympathique, encore que…..).

♣  Vin d’oignon : dans un récipient en terre, versez 60 cl de vin blanc, 100 g de miel et 300 g d’oignons préalablement coupés en petits morceaux. Remuez bien. Ne fermez pas le pot hermétiquement. Posez une compresse pour protéger le vin de la poussière et aussi des éventuels insectes kamikazes qui voudraient y goûter. Laissez macérer 24 heures puis filtrez. Prenez quatre cuillerées à soupe de ce breuvage par jour.

♣  Alcoolature : broyez un kilo d’oignons. Ajoutez l’équivalent de son poids en alcool ( eau-de-vie ). Transvasez dans un récipient en terre, protégez l’ouverture avec une gaze et laissez macérer une quinzaine de jours à l’abri du soleil et de l’humidité. Filtrez en exprimant bien les pelures d’oignons et versez l’alcoolature dans des flacons opaques. Prenez-en une cuillerée à café avant le repas du soir et une autre avant de vous coucher. En cure de 10 jours par mois, pendant quatre à six mois.

 

 

LE POIRIER 

Pyrus communis 

                                                                                    hebergeur d'image

 

Les feuilles du poirier ont des propriétés diurétiques. Riches en arbutoside ( comme la callune et la busserole ), elles ont des vertus anti-inflammatoires, désinfectantes et sédatives. Elles ralentissent le rythme des mictions et atténuent les douleurs de l’appareil urinaire.

♣  Infusion : dans un litre d’eau bouillante,déposez 100 g de feuilles de poirier. Couvrez et laissez infuser une demi-heure. Filtrez et buvez dans la journée

 

RECOMMANDATIONS 

 

  Ne jamais dépasser les doses prescrites, ni la durée d’une cure de 21 jours ( certaines plantes doivent être prises sur un temps très court ).

Si vous prenez un traitement médicamenteux, demandez conseil à votre médecin ( pour éviter tout risque d’interaction ).

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 17 Commentaires »

PREMENOPAUSE

Posté par eurekasophie le 26 septembre 2010

 

 

Sueurs nocturnes, bouffées de chaleur, règles irrégulières et souvent

 

très abondantes ( et douloureuses ),  sautes d’humeur, troubles du sommeil ,

 

prise de poids, libido problématique, peau et cheveux qui  » changent « ,  crampes………….

 

voici quelques-unes des réjouissances possibles durant 

 

la préménopause.

 

On parle beaucoup de la ménopause, moment de la cessation totale des règles,mais peu de toute la période d’avant,parfois fort longue 

( 5 à 10 ans ! ) : la préménopause. L’anarchie hormonale y est pourtant à son comble , les ovaires fabriquant petit à petit, à leur rythme, moins d’oestrogènes . Les perturbations de la vie quotidienne sont d’autant plus difficiles à supporter que les médecins hésitent à proposer un traitement quel qu’il soit, puisque les hormones de Madame sont instables. Drôle de période, où les ovaires fonctionnent encore mais au ralenti: difficile de prescrire des hormones, fussent-elles d’origine naturelle, puisqu’elles risquent de se rajouter aux vôtres, sécrétées en  » pointillés  » par votre corps. Une fois encore, les huiles essentielles peuvent vous aider à passer le cap en douceur. Elles n’ont pas la prétention de remplacer un quelconque traitement substitutif, ni à réguler comme par magie des hormones capricieuses; mais elles possèdent de véritables propriétés hormonales aidant à atténuer les symptômes et à gommer les sautes d’humeur.

 

VOS HUILES ESSENTIELLES 

 

hebergeur d'image

La sauge sclarée est l’huile essentielle idéale durant toute cette période délicate. Elle aide à régulariser les règles et atténue les brusques  » hauts et bas  » des hormones.

Attention ! Ne la confondez pas avec la sauge officinale ( de toute façon délivrée uniquement sur ordonnance ou dans une préparation  magistrale réalisée par votre pharmacien ). Cette autre sauge est également intéressante , mais plus délicate à utiliser en l’absence de conseils personnalisés d’un  spécialiste en aromathérapie.

 

 

hebergeur d'image

La marjolaine est hautement anti-stress et anti-déprime. Des propriétés intéressantes pour chasser les idées noires, spécialement durant le syndrome prémenstruel( particulièrement long et pénible chez certaines femmes en préménopause.

 

PREMENOPAUSE dans PRENDRE SOIN DE SOIhebergeur d'image

L’ylang-ylang aide à retrouver le désir, l’envie, et même à le concrétiser. Oui, c’est une huile essentielle aphrodisiaque ! 

 

VOTRE MASSAGE 

 

Règles irrégulières

Appliquez 2 gouttes pures de sauge sclarée sur le bas-ventre ou le bas du dos. Massez lentement. Recommencez 3 fois par jour, en période de 2 mois. Arrêtez 1 semaine, puis recommencez si nécessaire.

                                                                                                                          hebergeur d'image

Humeur irrégulière 

Appliquez 2 gouttes pures de marjolaines sur le plexus solaire. Renouvelez 3 fois par jour, sans limitation de temps.

 

Libido perturbée 

Appliquez 2 gouttes pures de ylang-ylang en bas de la colonne vertébrale. Renouvelez 2 fois par jour, pendant 10 jours.

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 13 Commentaires »

L’HUILE D’ARGAN

Posté par eurekasophie le 24 septembre 2010

 

 

 

Sur la peau comme dans l’assiette 

 

 

L’huile d’argan provient d’un arbre qui pousse à l’état sauvage dans le sud-ouest du Maroc. Utilisée par les populations autochtones tant dans les soins de la peau que dans l’alimentation ou la médecine traditionnelle, l’huile d’argan a bien des vertus qui méritent que l’on s’y attarde.

 

 

                                                                                    hebergeur d'image

 

 

                                                                            hebergeur d'image

 

L’arganier est un arbre épineux qui a une très longue histoire. Il existe en effet depuis 80 millions d’années environ ! Il pousse sous le climat chaud de l’Afrique du Nord et résiste particulièrement bien à la sécheresse . Ses racines de 30 mètres de profondeur sont à même d’aller chercher l’eau profondément dans le sol.Son feuillage persiste engénéral toute l’année mais, en cas de longues périodes de sécheresse,il  » se débarrasse  » de ses feuilles afin de se protéger de la déshydratation. Lorsque la pluie réapparaît, il semble revenir à la vie et ses feuilles recommencent à pousser.

Les chèvres l’affectionnent à un point tel qu’on le surnomme  » l’arbre à chèvres « .

Le terme  » Argan  » proviendrait, quant à lui, du nom d’un village berbère du nord-est d’Agadir : Argana

Dans l’arganier, rien ne se perd ! Son bois sert de combustible, ses feuilles et ses fruits de nourriture pour les chèvres et son noyau à la confection de la précieuse huile. Par ailleurs, dans cette région où les arbres sont rares, l’arganier sert de rempart contre l’inquiétante avancée du désert.

Ses fruits ressemblent à de gosses olives et c’est de leur noyau qu’on extrait les amandons qui serviront à la fabrication de l’huile d’argan.

Si je vous dis que pour obtenir un litre d’huile d’argan, il faut les fruits de 7 arganiers, environ 100 kilos de fruits, vous comprendrez pourquoi cette huile est précieuse et très chère. On l’appelle d’ailleurs aussi  » l’or vert du Maroc  » .

Mais si elle a été baptisée ainsi, ce n’est pas seulement en raison de sa valeur marchande. C’est aussi en raison de sa valeur économique et sociale pour la population locale. L’or vert du Maroc, en effet, fait vivre à peu près trois millions de personnes dans le sud du pays, surtout des femmes. De nombreuses coopératives ont été créées par des femmes. Et certaines d’entre elles ne se contentent pas de les gérer sur le plan purement commercial mais veillent en outre à l’alphabétisation de leurs employées, ce qui contribue aussi indirectement au développement de la région. Tout le travail se fait à la main. Les fruits sont récoltés à terre de juin à août.Ils sont ensuite mis à sécher au soleil pendant plusieurs semaines. Après, les femmes retirent la pulpe et cassent les noix qui se trouvent à l’intérieur pour récolter les amandons. C’est un travail difficile car les noix d’arganier sont particulièrement résistantes. Après broyage des amandons à la meule de pierre, on obtient une pâte que les femmes vont malaxer longuement en y ajoutant régulièrement de l’eau jusqu’à ce que la précieuse huile se sépare de la pâte.

Vous vous en doutez, avec ses nombreues propriétés, l’huile d’argan est convoitée par des entreprises du monde entier qui ont bien compris l’immense potentiel économique de ce petit fruit du désert.

Rançon du succès, la surexploitation menace et risquerait de faire disparaître cet arbre merveilleux qui a pourtant survécu des millions  d’années. Une exploitation respectueuse et raisonnée est donc absolument nécessaire.

Pour protéger cet arbre, une arganeraie de 830 000 hectares entre Agadir et Assaouira a d’ailleurs obtenu de l’Unesco, depuis 1998, le statut de « réserve de la biosphère « .

 

                                                                                                          hebergeur d'image hebergeur d'image

 

 

L’huile d’argan et la santé

 

L’huile d’argan est un formidable  allié de votre santé et de votre beauté. Bien équilibrée en acides gras essentiels, elle est riche en acide oléique ( comme l’olive ) et en acide linoléique , appelés omégas 9 et 6.Elle est particulièrement concentrée en vitamine E.

 

Bien entendu, vous choisirez toujours une huile extra vierge, 100 % pure et naturelle et pressée à froid de la manière la plus artisanale possible. Elle conserve ainsi intactes toutes ses propriétés. Ne choisissez pas non plus votre huile au hasard. Regardez-la, humez-la. Elle doit être jaune pâle et quasiment inodore.

Maintenant que vous savez comment la choisir, vous allez voir que votre huile d’argan est une fantastique huile polyvalente. A elle seule, elle pourrait remplacer la quasi-totalité de vos produits de beauté et tenir une place de choix dans votre assiette. Quoi de plus pratique et écologique !


 

decopunaise1.gifL’huile d’argan a une action régulatrice sur le cholestérol en diminuant le taux de  » mauvais  » cholestérol et en augmentant le  » bon « . Elle réduit également l’hypertension et sa consommation régulière pourrait carrément réduire de 50 % votre risque de développer de l’hypertension.

 

decopunaise1.gifCette huile de santé améliore aussi le fonctionnement du foie , ce précieux organe souvent malmené par nos mauvaises habitudes.

 

decopunaise1.gifElle lutte contre les radicaux libres grâce à sa haute teneur en vitamine E. Cette action s’exerce tant en consommation interne qu’en application sur la peau.

 

decopunaise1.gifL’huile d’argan protège le système cardio-vasculaire et prévient le dépôt de plaques d’athérome dans les artères.

 

decopunaise1.gifElle est une véritable bénédiction pour la peau. Elle ne se contente pas de la protéger contre les agressions extérieures et les rayons du soleil. Grâce au bêta-carotène qu’elle contient, elle accélère et prolonge le bronzage, une qualité bien séduisante en période de vacances, ne trouvez-vous pas ! Et mieux encore, elle répare et régénère la peau, notamment en cas de dermatoses ou de brûlures, en raison de la présence d’un sténol : le schotténol. Au Maroc, elle est même utilisée en traitement naturel contre le psoriasis.

Elle fait merveille sur les peaux sèches, fragiles, dévitalisées. Elle les hydrate, les nourrit, les protège du vieillissement, leur redonne élasticité et souplesse et favorise le renouvellement des cellules. Sur votre peau, elle fera une excellente crème de nuit. Vous pouvez l’utiliser pure ou y ajouter quelques gouttes d’huiles essentielles adaptées à votre type de peau. Elle aide en outre à faire disparaître progressivement les cicatrices et la taches brunes. Et elle prévient même les vergetures. Que de vertus dans un petit flacon, n’est-ce-pas !

 

decopunaise1.gifL’huile d’argan est aussi l’amie des ongles et des cheveux. Elle soigne et nourrit les ongles et le cuir chevelu et redonne du tonus aux cheveux secs et fragilisés.

Pour fortifier vos ongles, massez-les avec de l’huile d’argan additionnée de quelques gouttes de jus de citron. Quant à vos cheveux, un  masque composé d’huile d’argan mélangée à du jaune d’oeuf leur rendra toute leur brillance.

 

decopunaise1.gifL’huile d’argan viendra aussi à votre secours si vous avez les lèvres gercées. Mélangée à du miel, par exemple, elle remplacera avantageusement votre baume pour les lèvres

 

decopunaise1.gifEn massage, elle soulage les rhumatismes et l’arthrose. Et si vous éprouvez des douleurs musculaires, elle vous fera également beaucoup de bien.

 

L’huile d’argan et l’alimentation

 

                                                                           hebergeur d'image

Au Maroc, l’huile d’argan a aussi une place de choix dans l’assiette. Elle est utilisée dans les salades, les semoules, les couscous, les tajines, avec les légumes grillés, etc… Faites donc de même. Agrémentez-en vos salades, par exemple. Vous leur donnerez ainsi un parfum de soleil et vous bénéficierez des bienfaits de l’or du Maroc

Vous le constatez, l’huile d’argan peut vous rendre de nombreux services, mais gardez à l’esprit que, comme toute denrée précieuse, elle est à consommer avec respect et parcimonie.

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 11 Commentaires »

LA RENTREE

Posté par eurekasophie le 21 septembre 2010

 

 

Petits bobos de la rentrée 

 

 

Le retour des activités et leurs dangers !

 

 

Pour la majorité d’entre nous, la rentrée est synonyme de reprise de l’activité professionnelle. D’autres vont en profiter pour continuer leur activité sportive ou se ( re) mettre au sport.Certains, enfin, vont se plonger dans leur jardin pour les travaux d’automne.

 

Finies la plage et les soirées barbecue entre amis ! La vie  » normale  » va reprendre son cours et avec elle, l’activité professionnelle , sportive ou de loisir ( bricolage, jardinage ….). Dans tous les cas, des répétitions de gestes ou de mouvements en perspective qui risquent de saisir vos muscles, tendons et articulations  » endormis  » ( et reposés ) par quelques semaines de vacances. Car reprendre une activité physique après une période d’arrêt expose aux blessures, qu’il s’agisse de troubles musculo-squelettiques professionnels ( TMS ), de tendinites sportive ( tendinite d’Achille, du genou, du coude….) et autres blessures musculaires ( claquage, élongation…), si l’on ne respecte pas quelques règles de précaution.

 

Les conséquences de l’inactivité 

 

Passer de l’inactivité, régénératrice certes, à une activité physique ne plaît jamais à l’organisme, reposé,mais pas encore préparé à l’effort. Car, lors d’un arrêt, les muscles  » fondent  » à vitesse grand V. L’effet est notable après une dizaine de jours. Sans parler de la perte de tonicité qui va de pair. Les articulations, elles, s’ankylosent et perdent de leur souplesse. Les tendons et ligaments sont comme  » rétractés  » par le manque de sollicitations et ne permettent plus à l’articulation de travailler sur de larges amplitudes. Côté os, toute activité répétitive inhabituelle, brutale ou trop intense fait craindre une fracture de fatigue ( marche à pied dans le cadre du travail ou dans les sports de course ) notamment au niveau des os du pied. Enfin, nombreux sont ceux qui ont pris quelques kilos pendant les vacances…….Un excès de poids que le dos ( lombalgie, tensions au niveau des reins ) et les articulations ( surcharge articulaire ) risquent de ne pas apprécier.

 

Reprendre en douceur

La sanction d’une reprise professionnelle ou sportive trop rapide est toujours la même : courbatures, sensation de ne pas avoir de force, douleurs articulaires, voire tendinites.  Pour reprendre une activité sans risque, il faut donc amener progressivement l’appareil locomoteur à accepter de nouveaux efforts ou, plus exactement, à lui faire retrouver les  » sensations  » perdues. En matière d’activité professionnelle et si vous en avez la possibilité, travaillez au début  » à l’économie  » en évitant la répétition de mouvements trop intenses.

 

S’échauffer

Quelle que soit l’activité, échauffez-vous avant, en faisant travailler vos articulations et vos tendons quelques minutes avant l’activité.Les craquements ne sont pas dangereux en l’absence de douleur, dès lors que les amplitudes sont modérées et les mouvements bien contrôlés. Bannissez tous les mouvements rapides et / ou désordonnés.

 

point21.gif Pour les épaules, quelques moulinets lents, bras tendus, d’amplitude modérée et progressivement croissante, vont réveiller vos articulations. Une préparation importante pour ceux qui travaillent souvent bras levés.

 

point21.gif Pour les coudes et les poignets, quelques rotations vont redonner de l’amplitude et préparer vos articulations. Les craquements sont fréquents.

 

point21.gif Pour les cuisses, les jambes et les genoux, faites quelques accroupissements en douceur, en contrôlant bien la descente.

 

point21.gif Dans le même esprit, travaillez votre colonne cervicale en remuant doucement la tête dans toutes les positions. Augmentez les amplitudes progressivement.

 

point21.gif Pour le dos, quelques flexions prudentes en avant et rotations sur les côtés, mains sur les hanches, vont réveiller votre colonne vertébrale ankylosée.

 

Les petits plus 

point21.gif Soignez votre alimentation. Une alimentation pauvre en anti-oxydants expose aux blessures musculaires, osseuses ou tendineuses, surtout en cas d’activité intensive.Une bonne raison pour consommer des aliments riches en zinc ( huîtres, germes de blé, boeuf, foie, cacao, crabe, dinde……) , en sélénium ( viande, poisson, volaille, foie, céréales complètes….) et en cuivre ( abats, fruits de mer, noix, céréales, laitages…..).

 

point21.gif Buvez plus. Une hydratation insuffisante est une porte d’entrée pour les tendinites, les blessures musculaires et autres fractures de stress. Un bon indice pour savoir si êtes correctement hydraté est d’observer vos urines : elles doivent toujours être claires.

 

point21.gif Protégez-vous du froid et de l’humidité. Le froid et l’humidité fragilisent vos muscles et vos tendons, notamment les cuisses ( claquage des ischio-jambiers à l’arrière des cuisses), les adducteurs ( à l’aine ), les genoux ( tendinite rotulienne ), le tendon d’Achille ( tendinite ). En cas d’activité à l’extérieur, couvrez-vous bien !

 

Sport

Quel que soit le sport, le maître mot de la reprise est la progressivité ! Reprenez votre entraînement sur des bases modestes, en intensité comme en durée lors des premières séances. Privilégiez l’endurance. Il s’agit plus de séances de décrassage que d’un entraînement à proprement parler. La forme ne va pas tarder à revenir. Augmentez progressivement l’intensité et la durée de vos séances pour retrouver vos  » allures de croisière  » au bout de 1 à 2 mois, période nécessaire pour atteindre à nouveau le niveau de performance antérieur après un mois d’arrêt.

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 1 Commentaire »

FRUITS ET LEGUMES

Posté par eurekasophie le 1 septembre 2010

 

 

COMMENT ATTEINDRE SON QUOTAT pointd4interro.gif

 

 

raisins1.giffruitsdivers6.gifpamplemousse.gifraisins3.giffruitsdivers7.giffruitsdivers9.gif

 

 

brocoli.gifnavet002.gifcarotte.giftomates003.gifsalade.gifcourgettes003.gif

 

 

Mettre à ses menus cinq fruits et légumes par jour n’est pas si difficile ! 

Il  faut des réflexes, un peu de temps, mais pas tant que cela, de la gourmandise donc du plaisir, et..quelques astuces.

 

Parce qu’ils sont riches en vitamines, minéraux, fibres et eau, indispensables au maintien d’une bonne santé, les fruits et légumes doivent  être impérativement inscrits à chaque repas. Tous sont bons pour la santé et les quatre occasions de manger dans la journée doivent être saisies pour penser légumes ou / et fruits. C’est aussi une excellente habitude pour faire des enfants de futurs mangeurs de légumes et de fruits….

raisins1.gifDes idées reçues

Elles peuvent vous aider dans vos achats et vous éviter des erreurs. Le docteur Plumey – médecin nutritionniste, Hôpital Necker ( Paris ) – Rappelle que :

decopunaise1.gifLes légumes en conserve ou surgelés apportent autant de vitamines dans l’assiette que du frais maison.

decopunaise1.gifLes fruits au sirop ne sont pas des sources intéressantes de vitamines et au demeurant sont trop sucrés

decopunaise1.gifAux jus de fruits, sources de sucres certes naturels mais néanmoins caloriques, ( un à deux verres par jour sont très suffisants ), donnez la préférence aux jus d’agrumes, plus light. Attention aux nectars, ils contiennent du sucre ajouté.

decopunaise1.gifOubliez les compotes industrielles, des sources non négligeables de sucre, à condition de privilégier les versions sans sucre ou une version maison.

 

fruitsdivers7.gifDes astuces

decopunaise1.gifElles commencent au moments des courses. Mettez-vous en condition, courses = fruits et légumes. Commencez par ces rayons !

decopunaise1.gifSoyez efficace, choisissez des légumes et des fruits de saison ( ils sont moins chers ) et pleins de talent, ceux qui boostent : préférez les salades vertes à base de cresson, épinard, mâche qui sont particulièrement riches en carotène et en oméga 3, les légumes et fruits les plus riches en vitamine C, les poivrons crus, les choux crus et le radis noir, les agrumes ( oranges, clémentines, pamplemousse, citron) et les fruits exotiques ( kiwis, litchies frais, papaye ).

decopunaise1.gifFaire une soupe demande un temps de préparation de 10 minutes maximum. Pour aller plus vite, choisissez des légumes bio, vous les rincez et enlevez le minimum, il est inutile de les éplucher en totalité. Mélangez pêle mêle carottes, pommes de terre, navets, courgettes……le tout coupé en morceaux pour une cuisson rapide, avec un bouillon cube ( existe en bio ) et vous avez le temps d’aller baigner bébé ou de vous relaxer pour 15 minutes.

decopunaise1.gifMême chose pour une bonne compote maison en ?? d’heure. Pommes, bananes, poires, selon les fruits de saison, n’hésitez pas à mélanger et à ajouter une pincée de cannelle, de gingembre, quelques pruneaux ou des raisins secs et oubliez le sucre….

decopunaise1.gifOubliez aussi la vinaigrette et surtout celle toute prête, aucun intérêt. Faites-la avec des citrons frais, des herbes et l’huile de votre choix. En entrée, testez les courgettes crues ( 5 minutes ), que vous découpez en fines tranches sur la longueur( utilisez l’épluche légumes, c’est rapide et vous n’avez pas besoin de sortir une mandoline ou de faire appel à un robot ), inondée de citron et d’un peu d’huile d’olive, ajoutez-y des champignons de Paris, des rondelles de concombre, un peu de ciboulette ou du basilic et, l’été, des tomates jaunes et noires.

decopunaise1.gifVous faites une quiche lorraine ? Introduisez des rondelles de courgettes, c’est coloré et c’est bon. Tout comme une pizza aux légumes : prenez la boule de pâte à pizza de chez Picard, lorsqu’elle a décongelé dans un moule huilé, nappez-la d’une sauce tomate, ajoutez des rondelles ou lamelles de courgettes, d’aubergines, de champignons ( choisissez vos légumes ) , la mozzarella, saupoudrez d’origan et au four 20 minutes. Servez avec une salade. Le résultat plaît beaucoup et pas seulement aux enfants…

decopunaise1.gifVous ne pouvez vous passer de la pasta ? Faites-la à l’italienne, décorez votre plat de pâtes avec des légumes, courgettes, carottes…..Toujours taillés avec l’épluche légumes et passés 5 minutes à la poêle dans l’huile d’olive. C’est très décoratif et vous ajoutez deux légumes à votre repas…

decopunaise1.gifAutre astuce, introduisez des fruits à votre plat principal : boudin ou rôti de porc aux pommes, magret de canard aux poires, aux raisins aux pêches……Les fruits et les légumes ? Une cuisine inventive qui, c’est promis, donne beaucoup de plaisir.

 

brocoli.giffruitsdivers6.gif salade.gif

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 1 Commentaire »

ARRETEZ DE FUMER…………….

Posté par eurekasophie le 21 juillet 2010

                                                              Hebergement d'imagesHebergement d'imagesHebergement d'images

 

GRÂCE À L’HOMÉOPATHIE

 

Le sevrage tabagique, c’est un peu comme la quête du Graal, tout le monde s’y attaque avec plus ou moins de bonheur et plus ou moins de réussite.

Si vous avez tout essayé sans succès ou si vous êtes déjà adepte de l’homéopathie, pourquoi ne pas essayer d’arrêter de fumer à coup de petites granules.

Lhoméopathie présente des avantages certains par rapport aux autres méthodes de sevrage, elle n’est jamais toxique, n’expose à aucun effet secondaire et ne présente pas de contre-indications.

Mais le vrai point fort du sevrage tabagique à l’aide de l’homéopathie est qu’elle propose aussi des solutions qui prennent en compte toutes les conséquences de l’arrêt du tabac, comme la prise de poids, la constipation, la nervosité due au manque, les troubles de la concentration et la déprime. La volonté ne suffit pas, en général, à s’arrêter de fumer. Il faut élaborer une véritable stratégie sur le long terme pour dépasser la dépendance physique mais aussi la dépendance comportementale.

 

LES BASES DU SEVRAGE HOMÉOPATHIQUE

Lors d’un sevrage effectué à l’aide de substituts nicotiniques, patchs ou gommes, ces derniers commencent par accroître les apportsde nicotine dans l’organisme, puis, c’est la diminution progressive de la dose qui permet d’envisager la désaccoutumance. 

A l’inverse, l’homéopathie va amorcer le processus d’élimination de la nicotine que notre corps contient. Dans un premier temps, on observe que le taux de nicotine reste stable dans le sang et les urines, permettant de ne pas sentir le manque et de résister à l’envie de fumer. Peu à peu, au fur et à mesure de l’élimination de la substance, le fumeur va s’habituer à s’en passer totalement. L’homéopathie n’entretient donc pas l’addiction en augmentant les doses de nicotine, elle évite les effets secondaires liés aux anxiolytiques et aux antidépresseurs utilisés à fis de sevrage qui peuvent créer une autre sorte de dépendance, et bien sûr elle échappe aux aléas des  » nouveaux  » médicaments souvent onéreux et pour lesquels, on n’a souvent peu de recul.

 

J’ARRÊTE COMMENT ET QUAND ? 

Faut-il s’arrêter d’un seul coup ou peu à peu ? 

Dans l’absolu, il faudrait éviter de fumer dès le début du traitement. Le principe étant d’éliminer la nicotine contenue dans l’organisme, il serait impensable de lui en rajouter quotidiennement ! Mais si vous flanchez sans excès, une cigarette de plus ne constituera ni un drame ni un échec. Au pire, le traitement devra durer un peu plus longtemps……………

Faut-il  s’arrêter seul ou en groupe ? 

Là encore, cela dépend beaucoup du caractère de chacun. Sachez tout de même qu’il est de toute façon plus difficile d’arrêter si une personne de votre entourage proche continue de  » griller  » son paquet par jour ! La date ou vous décidez d’arrêter est primordiale. Il faut se placer dans les meilleures conditions, une période de détente psychologique, vacances, long week end, exempt de stress semble l’idéal. Une fois la décision prise, il faut aussi aménager votre environnement. Rien ne doit évoquer votre ancien statut de fumeur, plus de cendriers, plus de briquets…..Il faudra aussi ruser avec les habitudes du style,  » Je téléphone et je fume « ,  » je démarre et je fume « , en inventant des parades alternatives,  » Je caresse mon chat  » ou  » Je bois un verre d’eau « .

 

COMMENT ςA MARCHE ? 

Le principe de base de l’homéopathie repose sur le principe de similitude ( voir dans ma rubrique  » Nos grands hommes  » C.S.Hahnemann fondateur de l’homéopathie )

En résumé, une maladie peut être guérie par des quantités infinitésimales d’un produit provoquant les symptômes de cette maladie chez une personne saine.

Pour le sevrage tabagique, c’est le même principe qui agit et les remèdes les plus couramment utilisés sont :

Anacardium orientale ( fève de Malac),

Gelsemium sempervirens ( jasmin de Virginie ),

Nux Vomica ( noix vomique ),

Tabacum ( plante fraîche du tabac ).

Mais le docteur Albert-Claude Quemoun propose un traitement beaucoup plus spécifique sur la base de l’isothérapie, une branche de l’homéopathie qui utilise pour traiter un trouble, la substance directement responsable de ce trouble.

Ainsi, la cigarette brune ou blonde,  » light » ou riche en nicotine, impliquera alors un traitement différent. Pour obtenir votre  » isothérapique  » , il vous faudra donc porter une cigarette à la pharmacie, qui la fera parvenir à un laboratoire afin d’analyser les substances nocives et de fabriquer l’isothérapique adapté.

Le prix de cette opération étant inférieur à celui d’un paquet de patchs. Vous disposerez, alors, de sept tubes;  marqués CH ou DH, CH indique une dilution à 1 /100, DH une dilution à 1/10( donc plus concentrée). Et c’est parti pour 10 semaines, selon un calendrier et une posologie précise adaptés à votre dépendance.

 

UN TRAITEMENT GLOBAL

 

En plus de ce traitement de fond,le docteur Quemoun préconise des traitements annexes sous forme de draineurs qui vont accélérer la désintoxication de l’organisme, en stimulant ses éliminations. Sous la forme d’Artium lappa ( pour la peau ) de Fucus vesiculosus ( pour la ligne ) ou de lobelia ( poumons et toux du fumeur ), ces draineurs, pris en complément du traitement de base, ont pour but de nous aider et de faciliter la réussite globale du sevrage. La nicotine est un coupe-faim naturel, mais surtout, elle augmente le métabolisme de base du corps et fait brûler des calories ( environ 15 kcal par mg inhalé), si on estime qu’une cigarette contient entre 6 et 17 mg de nicotine et qu’un fumeur en absorbe 1 à 2 mg, faites le calcul si vous fumez entre 10 et 30 cigarettes par jour ! L’homéopathie, peut vous aider à ne pas transformer ces calories manquantes en centimètres supplémentaires en tour de taille avec Hypophysea joint à Hypotalamus. De la même façon, les troubles occasionnés lors du sevrage comme l’irritabilité, l’agressivité, le manque de concentration ou la constipation, peuvent trouver dans la panoplie des granules, celles qui vont atténuer les effets indésirables. Demandez conseil à votre médecin homéopathe.

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 9 Commentaires »

12345...10
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant