SURELLE

Posté par eurekasophie le 16 mai 2009

Quel est le nom de cette fleur d’appartement ?

     
SURELLE dans oxalis_5512 dans Mon repertoire des plantes les moins usitees oxalis_surelle_fleur_belgique_6028
 Surelle 

Nom latin: oxalis

Couleur de la fleur: blanche

Floraison : avril

 

Surelle 

Nom latin: oxalis

Couleur de la fleur: blanche

Floraison : avril

Fleur de l’Oxalis 
oxalis_regnell_p1250769 oxalis_regnell_birgit_p1320574 oxalis_regnell_birgit_p1320572
  Surelle 

Nom latin: oxalis regnell ‘birgit’

Couleur de la fleur: blanc rose

Floraison : juin

 
oxalis_4527   oxalis_deppei_8699
  Surelle 

Nom latin: oxalis

Couleur de la fleur: blanche rose

Floraison : avril

 

 
phytotherapieplantesmedicinales.jpg   

spourplantes.jpg

Elle sera utilisée fraîche.

 

Elle soigne les aigreurs d’estomac, les troubles hépatiques et digestifs légers.

En cas d’hépatite, néphrite, exanthèmes et vers, cancer de l’estomac, tumeurs, ulcères cancéreux et maladie de parkinson.

 

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LE Séneçon

Posté par eurekasophie le 8 mai 2009

DESCRIPTION

Le séneçon est une plante annuelle à racine pivotante courte qui émet de nombreuses radicelles blanchâtres. La tige, de 20 à 40 centimètres, un peu fistuleuse, arrondie, striée, dressée, est très rameuse. Les feuilles, alternes, épaisses, sont irrégulièrement découpées en lobes anguleux. Les fleurs, jaunes, visibles pratiquement toute l’année, sont groupées en capitules très nombreux au sommet des rameaux. Le fruit est un arène brun surmonté de poils, l’ensemble donne une touffe blanche.

CULTURE ET RECOLTE

Commun en Europe, le séneçon est une mauvaise herbe pour le jardinier, il peut pousser jusqu’à 2 000 mètres d’altitude. Sa multiplication se réalise par semis des graines au printemps. La récolte des plantes s’effectue avant l’ouverture complète des fleurs. Réunissez les en bouquets, suspendez les ou étalez les à plat dans des endroits secs et aérés.

USAGES

Le séneçon a toutes les qualités d’une plante emménagogue : il favorise l’apparition des règles, les régularise, calme les inconvénients qui les accompagnent, spasmes, douleurs pelviennes et lombaires. Il a également des propriétés vermifuges non négligeables. On le prépare en légère décoction pendant 2 minutes, en mettant une cuillerée à soupe de plantes coupées par tasse. Prenez en une à trois tasses par jour.

Le séneçon est une plante annuelle à racine pivotante courte qui émet de nombreuses radicelles blanchâtres. La tige, de 20 à 40 centimètres, un peu fistuleuse, arrondie, striée, dressée, est très rameuse. Les feuilles, alternes, épaisses, sont irrégulièrement découpées en lobes anguleux. Les fleurs, jaunes, visibles pratiquement toute l’année, sont groupées en capitules très nombreux au sommet des rameaux. Le fruit est un arène brun surmonté de poils, l’ensemble donne une touffe blanche.


Jacobaea vulgaris
Jacobaea vulgaris
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Asteridae
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Jacobaea
Nom binominal
Jacobaea vulgaris
Gaertn., 1791
Classification phylogénétique
Ordre Asterales
Famille Asteraceae

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

SCEAU DE SALOMON

Posté par eurekasophie le 7 mai 2009

seau.gifsalomon1fa4.jpg

 

Non,je ne vous parlerai pas du seau du roi Salomon, il avait autre chose à faire que de repeindre sa cuisine en rouge 

Ni de celui-ci, quoiqu’il y aurait bien des choses à en dire……aller, je vous en touche deux mots quand même…

couverture14.jpg
Dans les légendes médiévales Juives, islamiques et chrétiennes, le Sceau de Salomon était un anneau magique que le Roi Salomon (Sulaymân dans la version islamique) était sensé avoir possédé, et qui lui donnait simultanément le pouvoir de commander les démons (shaytan) et les génies (jinn) ou de parler avec les animaux. Le Coran, sans citer explicitement le Sceau, fait une large part à ces légendes concernant les pouvoirs de Salomon. Dans un des Contes des Mille et Une Nuits, un mauvais génie a été emprisonné pendant 1800 ans dans une bouteille de cuivre scellée d’un bouchon de plomb estampillé par l’anneau.

Dans certaines versions de l’histoire, l’anneau était fait de fer et de laiton, serti de quatre joyaux, avec le nom de Dieu gravé sur lui.

Dans des versions plus tardives, l’anneau porte simplement ce qu’on appelle maintenant l’étoile de David (ou hexagramme), souvent à l’intérieur d’un cercle, habituellement avec les deux triangles entrelacés (par conséquent asymétrique) plutôt qu’entrecroisés. Souvent les intervalles contiennent des points ou d’autres symboles. D’autres versions le voient comme un pentagramme, ou comme d’autres figures plus compliquées. Les travaux sur la démonologie, comme Les Clavicules (les petites clefs) de Salomon, dépeignent typiquement le Sceau comme constitué de deux cercles concentriques, avec un certain nombre de signes mystiques entre les deux cercles, et des formes géométriques variées, plus ou moins compliquées, dans le cercle interne.

…. mais de celui-là, plus relatif au thème de mon blog 

sceaudesalomon.jpg

Le sceau de Salomon odorant ou polygonatun odoratum est une plante vivace qui pousse en sol calcaire dans les lieux rocheux ou boisés ; il appartient à la famille des liliacées.

Dans le sol se développe un rhizome horizontal sur lequel sont visibles les cicatrices de la fixation des anciennes tiges ; l’aspect de ces cicatrices fait penser à des sceaux de cire, d’où le nom de la plante. Le nom scientifique dérive du grec : poly signifie plusieurs et gonum genoux par allusion aux nœuds du rhizome.
Les tiges qui meurent en hiver sont anguleuses et arquées, elles atteignent 30 à 70 cm de haut.
Les feuilles lancéolées, d’un vert un peu glauque, sont sessiles, alternes et disposées sur deux rangées opposées ; leurs nervures dites parallèles sont bien marquées.

La floraison a lieu en avril-mai et se montre relativement discrète puisque les fleurs sont en partie cachées sous l’abondant feuillage.
Ces fleurs sont fixées, solitaires ou par 2 à 4, par un pédoncule à l’aisselle des feuilles ; leur corolle blanche est en forme de tube terminé par 6 dents verdâtres. Elles dégagent un parfum agréable et attirent les butineurs munis d’une longue trompe capable de prélever le nectar au fond de la corolle.

Les fruits sont des baies bleu-noirâtres.

La multiplication s’effectue par semis ou division du rhizome.

Cette plante possède des vertus médicinales, elle a une action adoucissante, astringente, tonique et fébrifuge.
Les jeunes pousses peuvent être consommées bouillies et les matières féculentes du rhizome ont été utilisées par temps de disette.
Cependant, il ne faut pas abuser de cette plante qui est dangereuse à dose importante et surtout ne pas consommer ses baies toxiques pouvant être mortelles pour un enfant.

Il existes différentes variétés cultivées de polygonatum odoratum dont une à fleurs doubles et une à feuilles panachées.
Il existe aussi d’autres espèces de polygonatum parmi lesquelles
- polygonatum multiflorum dont les fleurs inférieures sont groupées par 3 à 6 et dont la corolle est rétrécie au milieu
- polygonatum verticillatum dont les feuilles sont groupées par 3 à 8 et les corolles en cloche.

sceaudesal.jpg

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

LE SORBIER DES OISELEURS

Posté par eurekasophie le 6 mai 2009

Sorbier des oiseleurs – Sorbus aucuparia


Le Sorbier des oiseleurs
Il est de la même famille que l’alisier,il pousse dans les forêts et les pâturages de moyenne altitude.
Ses feuilles son formées de cinq ou six paires de petites feuilles  allongées accrochées au même pédoncule (tige).
Ses fleurs forment comme une ombelle blanche et donnent des petits fruits rouges persistant longtemps en hivers fournissant ainsi une réserve de nourriture pour les oiseaux. Son bois est utilisé en ébenisterie. Il peut atteindre jusqu’à 20 mètre de hauteur et100 ans d’existance.

Ses feuilles

 

LE SORBIER DES OISELEURS  dans

 

 

Très grand sorbier des oiseleurs

91881826sorbier-oiseleurs-grand-063-jpg dans Mon repertoire des plantes les moins usitees


à gauche un noisetier à droite un sorbier des oiseleurs 

599418noisetier-et-sorbier-oiseleurs-062-jpg

 

 

Ses fleurs

1840063sorbier-oiseleurs-fleur-002-jpg

 

 

ses branches

52804659sorbier-oiseleurs-branches-057-jpg

 

 

dessous le sorbier des oiseleurs

 

75252632sorbier-dessous-066-jpg

 

 

Ses baies

51417010sorbier-des-oiseleurs-n1-jpg


Légendes et traditions : Pour les Celtes et les Germains, le sorbier est un arbre sacré qui protège le bétail contre la foudre. Les Écossais lui attribuaient le pouvoir de chasser les mauvais esprits près des maisons. Dans la tradition campagnarde, le sorbier, comme le sureau, porte bonheur aux amoureux.
Utilisations : les oiseleurs attrapaient, au filet, les grives attirées par les baies rouges. L’aubier rougeâtre est apprécié pour la sculpture. Son bois dur était utilisé pour fabriquer des rabots. Ses baies sont comestibles en « sorbet » et liqueur. La confiture est un antidiarréhique. Ses feuilles constituent un bon fourrage.

 

PROPRIETES DU SORBIER DES OISELEURS

Astringent, diurétique, emménagogue, antihémorragique, antiscorbutique, laxatif.

UTILISATIONS DU SORBIER DES OISELEURS

Diarrhée

CONTRE-INDICATIONS

Attention ! Les fruits ne sont pas consommables lorsqu’ils sont crus !!!

PHYTOTHÉRAPIE

Consultez votre pharmacien ou votre médecin pour toute médication

 

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 3 Commentaires »

SCOLOPENDRE ….OUI MAIS LAQUELLE ?

Posté par eurekasophie le 6 mai 2009

Tout d’abord, rectifions une faute couramment commise : on ne dit pas pas « UN » scolopendre, mais « UNE » scolopendre. Eh oui, ce charmant myriapode est du genre féminin… Même les grands auteurs s’y sont trompé :

« Il prit enfin la parole en ces termes : « le scolopendre ne manque pas d’ennemis ; la beauté fantastique de ses pattes innombrables, au lieu de lui attirer la sympathie des animaux, n’est, peut-être, pour eux, que le puissant stimulant d’une jalouse irritation. » ( Les Chants de Maldoror – Chant IV )

Le Littré nous en donne cette définition :

« s.f. Terme d’entomologie. Genre des mille-pieds qui forment à présent une classe séparée de celle des insectes. La scolopendre mordante, qui habite la France méridionale, a parfois 8 centimètres de longueur ; certaines espèces de l’Inde atteignent 20 à 25 centimètres, Legoarant . » ( Littré )

La scolopendre qu’on rencontre à Mayotte mesure couramment plus de vingt centimètres et représente la seule « menace » du monde animal. Menace plus psychologique que sanitaire, d’ailleurs. Si sa morsure est très douloureuse, elle n’est absolument pas mortelle. En revanche, son aspect et son agilité la rende particulièrement repoussante, et le mot est faible!

scolopendre3.jpg druide.gif    Je ne sais pas ce que vous pensez de tout ça vous qui êtes derrière votre écran….mais moi j’ai l’impression  que cette Sophie perd un peu la tête….hi hi! Mettre une de ces bestioles dans mon chaudron !!! hi hi!!!  C’est pour ça qu’il n’y a jamais eu de femme druide. Qu’est-ce-que vous croyez, on ne s’improvise pas guérisseur comme ça. Je crois que je vais lui préparer une de mes potions pour la faire revenir à la raison .

 

gifoblix.gifastrix2.gifastrix.gif Bon, on se calme!! Ce n’était pas la peine de réunir tout le village pour une histoire de fougère …..par Toutatis !

Et oui, les amis , ce n’est pas de ce mille-pattes dont je veux parler mais de la plante qui porte le même nom .Dixit Sophie …nan mais !

scolopendre.jpg

DESCRIPTION

La scolopendre est une plante vivace à rhizome grêle, irrégulier, rameux, rougeâtre. Les feuilles, ou plutôt frondes, sont longues, pétiolées, entières, cordi formes à la base, d’un très beau vert, elles sont disposées en touffes. Sous les feuilles, se trouvent des Bores, genre de tiges poilues, qui apparaissent de juin à septembre. Comme chez la fougère à laquelle elle ressemble par sa forme, si ce n’est qu’elle a les feuilles entières , les sporanges situés sous les feuilles sont les organes reproducteurs de la plante. Elle ne fait pas de fleurs.

CULTURE ET RECOLTE

Commune en Europe dans les endroits humides, la scolopendre ne pousse pas en altitude. Sa multiplication s’opère par division du rhizome, à l’automne ou au printemps. Les feuilles se récoltent à la fin de l’été, réunies en bouquets, on les suspend jusqu’à séchage complet.

USAGES

Expectorante, la scolopendre soulage les bronches, calme la toux, facilite la respiration des asthmatiques. Diurétique, elle s’utilise contre les calculs rénaux, pour soulager les rhumatismes, l’arthrite. Mais c’est surtout pour décongestionner le foie et la rate que l’on en fait usage avec succès. Préparez la en décoction pendant 2 minutes en mettant une cuillerée à soupe de feuilles coupées par tasse. Prenez en deux ou trois tasses par jour.

 

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

SCROFULAIRE NOUEUSE

Posté par eurekasophie le 5 mai 2009

Chère Internaute et Cher Internaute,

Obtenez le meilleur pour votre santé et bien-être.

scropu2.jpg scropu.jpg

La scrofulaire noueuse peut vous aider:

  • Pour soulager les symptômes d’affections cutanées chroniques, l’eczéma, le psoriasis et le pruritDémangeaison..
  • Comme analgésique (antalgique).
  • Comme laxatif léger.
  • Comme diurétique.

Les informations suivantes ont été vérifiées par notre pharmacien.

La scrofulaire noueuse pour soulager les symptômes d'affections cutanées chroniques, l'eczéma, le psoriasis et le prurit.chien2.gif  Non, non, moi je ne suis pas le pharmacien, mais je fais partie des grosses têtes …………….


Malgré un nom qui rappelle plus une maladie qu’une plante et un goût plutôt rébarbatif, la scrofulaire jouit d’une réputation enviable comme agent de traitement des affections de la peau. Déjà au Moyen Âge, on la considérait comme le traitement de choix des écrouelles, maladie tuberculeuse heureusement disparue, ce qui a valu à la scrofulaire le sobriquet de « herbes aux écrouelles. » Aujourd’hui, on lui reconnaît des vertus dépuratives qui aident au soulagement des maladies de peau.

PSN 051 No NPN 80002198 contient:
Extrait de SCROFULAIRE NOUEUSE, Scrophularia nodosa L.
Noms communs : scrofulaire des bois.

Utilisé traditionnellement en phytothérapie :

  • Comme diurétique.
  • Comme analgésique (antalgique).
  • Pour soulager les symptômes d’affections cutanées chroniques, l’eczéma, le psoriasis et le pruritDémangeaison..
  • Comme laxatif léger.

insomniaque1.gif Elle a dit que c’était pas sensas à boire mais que c’était bon pour ce que j’ai…voilà! de quoi j’me mêle

Monographie – Scrofulaire noueuse

Posologie (adultes):

Prendre 1 capsule, 3 fois par jour.
Diurétique : Pour usage occasionnel seulement.

Ingrédient médicinal par capsule:

Scrofulaire noueuse (extrait 4:1)…..166,67 mg (Scrophularia nodosa L.)
E.P 4:1 équivalent à 666,7 mg de parties aériennes.

Ingrédients non médicinaux:
Gélatine (capsule), stéarate de magnésium végétal, cellulose microcristalline.

scropu3.jpg

Précautions :

Consulter un praticien de soins de santé:

  • Si les symptômes persistent ou s’aggravent.
  • Avant d’en faire l’usage si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.
  • Avant d’en faire l’usage si vous souffrez de maladie du coeur.

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

SCABIEUSE

Posté par eurekasophie le 3 mai 2009

scabieuse.jpg

Qui ne connaît pas cette jolie petite fleur qui parsème les chemins et colore de sa teinte bleutée les herbes folles …

Fiche technique de la Scabieuse

Nom latin : Succisa praemorsa

Noms usuels : Herbe de St Joseph, Tête-de-loup, Scabieuse des bois, Mors-du-Diable

Famille : Dipsacacées

Le nom de la Scabieuse vient du latin « scabies » qui signifie « gale », ce qui s’explique car c’est une plante qui possède des vertus médicinales pour les maladies de peau.

La plante n’était pas connue dans l’Antiquité mais sa renommée s’installa à la Renaissance car toute ses parties étaient considérées comme utiles. De nos jours, la Scabieuse est employée en phytothérapie et en homéopathie.

La Scabieuse est une plante vivace qui peut mesurer jusqu’à 1.25 m de haut. La tige est glabre ou pubescente. Les feuilles opposées sont en ovale allongé avec une pointe bien marquée. Les fleurs sont bleues avec une nuance de violet et s’épanouissent du mois de Juillet jusqu’en Octobre. Le rhizome est brunâtre et tronqué près du collet.

L’odeur de cette plante est agréable mais elle n’a pas de goût.

La Scabieuse est constituée d’amidon, de sels minéraux, de tanin, de saponoside.

 

En phytothérapie, les parties utilisées sont les feuilles, les racines séchées, le capitule et le suc frais.

On la trouve en Europe jusqu’à 2000 m d’altitude. Elle apprécie les endroits humides

 PROPRIÉTÉS DE LA SCABIEUSE

Expectorant, stomachique, vulnéraire, tonique, sudorifique, dépuratif, astringent, digestif

UTILISATIONS DE LA SCABIEUSE

Asthme, bronchite, dartre, prurit, aphte

Utile contre les affections des bronches, la trachéite et autres toux persistantes, elle facilite la salivation. Elle se prépare en décoction pendant 2 minutes, en mettant une cuillerée à soupe de feuilles par tasse. Prenez en une tasse à jeun et une le soir.  

 

 

 

 

 

 


Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 9 Commentaires »

SASSAFRAS

Posté par eurekasophie le 3 mai 2009

sassafras.jpg        Feuilles du sassafras en automne
Nom : Sassafras

Nom scientifique : Sassafras officinale albidum

Autres noms : Saxifras, saloop.

Parties utilisées : Racines.

Constituants : Safrole

Historique : Depuis des centaines d’années, les Amérindiens ont utilisé le Sassafras dans plusieurs traitements

Usages : . Traitement de la constipation, des flatulences et d’autres problèmes gastro-intestinaux. Il a également été utilisé comme tonique général et employé pour traiter les rhumatismes et les inflammations des voies urinaires. Le sassafras est aussi très utile pour arrêter de fumer car il en diminue l’envie. De façon externe, le Sassafras a servi dans les cas de douleurs rhumatismales, de goutte, de sumac vénéneux, et pour les problèmes de peau tels, le psoriasis et l’eczéma.

Mises en garde : Contre-indiqué durant la grossesse.
La consommation prolongée peut être dangereuse.

Informations : A très forte dose, le sassafras peut induire des sueurs et des agitations.

Préparation : En infusion ou teinture alcoolique.

L’usage de plante médicinale n’est recommandée qu’avec avis professionnel et personnalisé.

 

Huile essentielle de sassafras

Sassafras officinalis

sassafras

Pures huiles essentielles en litre

Propriétés : Anti-infectieux, anti-parasitaire, antiseptique. Diurétique. Tonique général. Antalgique, antirhumatismal.

Recommandations : Dermatoses parasitaires, calculs rénaux, douleurs néphrétiques, goutte, douleurs rhumatismales, arthrite, lombalgies

Usages : Les massages, frictions, onctions conviennent au sassafras. Contre les dépendances (tabagisme, boulimie) une goutte de sassafras et une goutte de géranium dans un agent dispersant, dans un verre d’eau à siroter doucement. Pour favoriser l’élimination, préparer une friction ou un sel de bain avec sassafras, genévrier de Virginie et citron zeste en parts égales

Synergies : avec pin, sapin, épinette, genévrier de Virginie, citron zeste, géranium.

Diffusion anti-tabac : 40% de pin sylvestre, 50% d’eucalyptus à feuilles radiées et 10% de sassafras pour éliminer le besoin de fumer et les odeurs si désagréables aux non-fumeurs.

En pratique : massage, friction, onction, bain, diffusion

Précautions : pas d’usage interne. Interdit aux femmes enceintes, à celles qui allaitent et aux enfants de moins de 12 ans

 

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

LA SALSEPAREILLE

Posté par eurekasophie le 2 mai 2009

 

salsepareille2.jpg
Nom : Salsepareille

Nom scientifique : Smilax spp.

Autres noms : Smilax, Zarzaparilla, sarsapirilla, liseron piquant.

Résumé : Tonique sexuel et dépuratif


Description : Plante sarmenteuse grimpante à feuilles ovales et à petites fleurs verdâtres.


Habitat et culture : Originaire du Mexique, elle pousse dans les forêts tropicales humides. Aujourd’hui, on la cultive, en Amérique centrale, en Asie et en Australie.

Parties utilisées : Racine

Constituants : Saponines stéroliques, phytostérols, amidon, résine, acide sarsapique et sels minéraux.

Historique : Au Mexique on l’utilisait pour de nombreux maux, elle fut importée en Europe suite à la découverte du Nouveau Monde.

Usages : La salsepareille traite très bien les affections cutanées (eczéma, psoriasis, syphilis, herpès, démangeaisons…), et complète les traitements des rhumatismes et de l’arthrose. D’autre part, c’est un puissant tonique sexuel. Elle aide la circulation sanguine, dans les organes sexuels et augmente les plaisirs sexuels et les orgasmes. Chez l’homme, elle favorise la production d’hormone sexuelles, tout en favorisant l’augmentation de la masse musculaire et soigne l’impuissance. Chez la femme, la salsepareille stimule la production de progestérone, traite le syndrome prémenstruel et les troubles de la ménopause. On dit qu’elle serait l’un des plus puissants aphrodisiaques féminins. Elle s’utilise aussi contre les excès d’urées et les troubles associés (vomissement, céphalées, soif, vertiges…).

Effets : Dépuratif, diurétique, tonique sexuel, aphrodisiaque.

Préparation : Décoction : 50 à 100g par litre d’eau. Bouillir 10mn et infuser 10mn.

Mode d’emploi : 3 tasses par jour avant les repas.

L’usage de plante médicinale n’est recommandée qu’avec avis professionnel et personnalisé.

 

LA SALSEPAREILLE EST AUSSI UNE HISTOIRE DE SCHTROUMPFS

salsepareilledegargamel.jpg

 

3 histoires de Schtroumpfs, tome 6 : La Salsepareille de Gargamel (Cartonné)

de Peyo (Auteur)


 

 

Lutinerie

30 janvier 2006

Les schtroumpfs et la salsepareille

A l’heure où il faut être rapide, citadin, grand, beau, fort et aux dents longues pour survivre, qui se soucie encore de ces petits infra-nains bleus dépourvus (ou presque) de dentition, à la diction fort imprécise, à la démarche improbable et aux idées fixes ?
Moi, et j’espère vous aussi !
LA SALSEPAREILLE dans Après la recette de la dinde au whisky et celle du gloubiboulga, voici comme il se doit la recette de la salsepareille. Ah bah non schtroumpf alors, je trouve nulle part la recette, bouh, je suis toute schtroumpfu !

Mais tout de même quelques infos :
-le système digestif des schtroumpfs :
Le schtroumpf est herbivore. Il est connu des biologistes que les herbivores se caractérisent en particulier par la possession d’un tube digestif nettement plus long que celui des carnivores (la digestion des végétaux est plus complexe que celle des animaux).
Donc, dans le petit corps d’un Schtroumpf, il nous faut caser un très long tube digestif… Il ne reste alors presque plus de place, et en particulier pas assez de place pour des poumons performants.
Conclusion logique : les Schtroumpfs respirent essentiellement par la peau. Ceci n’est pas étonnant, de nombreux animaux ne se servent que peu de leurs poumons (en particulier certaines salamandres et grenouilles). Scientifiquement, on parle de respiration cutanée.
Cette respiration cutanée implique un fort réseau capillaire sous-cutané, c’est beaucoup de petits vaisseaux sanguins juste sous la peau. Le sang des Schtroumpfs étant bleu, si, en plus, il y a beaucoup de vaisseaux juste sous la peau, ceci explique parfaitement une coloration bleue de leur peau.

En dépit de sa petite taille, le Schtroupmf est un véritable goinfre. Il semble pouvoir se nourir de préférence de tout ce qui sent bon, ou apparaît alléchant et attirant. Cette faiblesse (parmis tant d’autres) de leur caractère les a conduit à de nombreux revers de par le passé, lorsqu’une personne hostile (Gargamel la plupart du temps) su l’exploiter avec succès. Il est à noter que les goûts culinaires des Schtroumpfs sont centrés sur les plats à base de Salsepareille (une plante assez commune qui pousse dans la grande foret, autour du village Schtroumpf).
En effet, c’est le Schtroumpf paysan qui cultive la salsepareille, une plante que les Schtroumpfs doivent pouvoir reconnaître les yeux fermés.
Le champs de salsepareille est une parcelle immense mesurant au moins plusieurs centimètres carrés !
La salsepareille faisant partie des herbes de provence, pitêtre bien que les schtroumpfs vivaient dans le monde parrallèle de cette région. Il faut demander à Homnibus, l’enchanteur ami de Johan et pirlouit (cf la flute à six schtroumpfs).


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

LA SANTOLINE

Posté par eurekasophie le 30 avril 2009

accueil1.gif

 

PLANTE: la santoline

santoline

Une plante de la famille des composées.

Elle est originaire du pourtour méditerranéen.

Nom botanique: santolina chamaecyparissusou santoline petit cyprès.
L’origine du nom santo ne veut pas dire que la plante sent mais vient du grc « xantho » qui veut dire jaune.

C’est un arbrisseau dont le feuillage est persistant.
Les feuilles sont grises, longues et découpées et bien sûr très parfumées.
Il en existe une quinzaine de variétés dont une à feuillage plus vert: la santoline rosmarinifolia.

La santoline résiste à des gels forts en bonnes exposition et en terrain très sec.

Elle mesururera une cinquantaine de centimètres.

Cette plante trouvera sa place au jardin en rocaille ou bordure. Elle conviendra très bien à la culture sur balcon en pot ou jardinières.

santoline

La fleur

Elles apparaissent en Juin de couleur blanc ou jaune.
On peut utiliser les fleurs de santoline en bouquets secs.

Plantation et multiplication

Elle adore les terrains pauvres, très secs, très bien drainés composées essentiellement de sable ou de cailloux.
Comme beaucoup de plantes de la famille des composées ou asteracées, elles aiment le soleil direct.
En région fraîche, il faudra si possible la placer le long d’un mur chaud.
La multiplication est très délicate par semis.
Le plus simple est le marcottage sur place avec une pierre ou la bouture de jeunes branches dans du sable presque pur.
Cette méthode est a réaliser en Août.

 coccinelle1.gif

 

santoline
santoline-rosmarinifolia

Culture et entretien

L’entretien consiste à tailler la santoline en forme de boule.
On peut le faire dès la fin de floraison ou juste avant le redémarrage de la végétation (climat froid).

En pot, l’arrosage sera réduit au strict minimum.

Ennemis et maladies

Elle a la particularité d’éloigner les insectes.
On l’utilise comme anti-mites naturel.
elf.gifC’est bien la peine de faire le fanfaron …et qui est-ce qui fait le travail ici ? 

En médecine

La santoline est avant tout une plante médicinale dont on extrait une huile essentielle vermifuge.
Les tisanes à base de fleurs sont expectorantes, stimulantes et digestives.
Il ne faut pas en abuser, c’est aussi un neurotoxique.
L’huile essentielle peut-être aussi utilisée comme parfum d’ambiance.

 

 

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 14 Commentaires »

123
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant