L’OSTEOPATHIE ….

Posté par eurekasophie le 17 février 2009

muscles.jpg

 

 

 

 

squelette.jpg

Quand la main fait du bien là où ça fait mal

Avec environ 15 millions de consulatations et 300 000 nouveaux patients chaque année, cette médecine manuelle et naturelle connaît un succès croissant. Son efficacité est réelle, à condition qu’elle soit pratiquée par des praticiens confirmés.

D’où vient l’ostéopathie ?

Dans l’antiquité, Egyptiens et Grecs la pratiquaient, les médecins chinois et indiens aussi. Elle est érigée en méthode en 1874 aux Etats-Unis par le Dr Andrew Taylor Still qui lui donne le nom d’ostéopathie (du grec osteon, os et pathos, souffrance). Officiellement reconnue en France depuis 2002, cette méthode thérapeutique est fondée sur la connaissance approfondie du corps humain et sur le rôle clé du système ostéo-musculo-ligamenteux.

 

 

muscles3.jpg

 

Quel en est l’intérêt ?

Elle vise à deceler et à soigner les déséquilibres et les pertes de mobilité des différentes structures composant notre corps: articulations, muscles, os, tissus, viscères, ligaments. L’ostéopathe n’utilise que ses mains, à la fois outil de diagnostic et de soins. Il perçoit tensions et dérèglements grâce à un toucher spécifique, minutieux, exact. L’ostéopathie est tout aussi préventive que curative. En effet, l’ostéopathe ne se contente pas de traiter le symptôme, il en cherche les causes pour éviter les récidives.

Sur quel principes repose-t-elle ?

Sur 3 concepts clés.

  • La structure gouverne la fonction. Autrement dit, là où  la stucture du corps humain est normale, la maladie ne peut pas se développer. En revanche, lorsqu’elle est perturbée par des tensions, blocages, déplacements…cela provoque des troubles fonctionnels, un déséquilibre de l’état de santé, que l’ostéopathe perçoit avec ses doigts.

  • L’homme est un tout . L’ostéopathie considère qu’il y a unité et interdépendance de toutes les parties du corps. Toute altération d’une zone se répercutant sur l’ensemble du corps, l’ostéopathe intervient parfois sur des zones éloignées de celles qui font souffrir.

  • La règle de l’artère absolue. Si la circulation sanguine s’effectue bien, la maladie ne peut pas se développer. L’ostéopathe cherche donc à ce que le corps et ses différents organes soient bien irrigués, il intervient alors sur d’éventuels blocages, libérant une artère comprimée..

Quelles sont ses indications ?

Très nombreuses! A l’exception des infections graves, des tumeurs, des torticolis et lumbago en phase aiguë, son champ d’intervention peut s’appliquer à tout le corps.

  • L’ostéopathie est efficace en cas de douleurs d’origine vertébrale (céphalée, lombalgie, sciatique), douleurs des articulations (épaule, coude, hanche, genou), des névralgies (cruralgie, tendinite). Elle peut également soulager des migraines, des troubles du sommeil, l’anxiété.
  • L’ostéopathie viscérale corrige les troubles circulmatoires (varices, hémorroïdes), digestifs (colite, reflux), respiratoires (sinusite, asthme), génito-urinaire (cystite), les séquelles de traumatismes (entorses, chutes).
  • Enfin l’ostéopathie crânienne est indiquée en cas e vertiges, de problèmes dentaires, de traumatismes de la tête et du cou.

Comment se déroule une séance ?

Le praticien effectue un diagnostic à l’aide d’un interrogatoire associé à l’examen des bilans biologique et radiologique. Puis il explore le corps en le palpant avec les mains, à la recherche des zones de tension et de perte de mobilité. Il les traite par des manipulations spécifiques faites de pressions douces, d’étirement. C’est indolore. Parfois il a recours à des manipulations vertébrales donnant l’impression que les os craquent, c’est une partie infime de sa pratique. Une séance dure de 45 minutes à 1 heure. Deux ou trois séances à huit jours d’intervalle suffisent. Au-delà, si aucune amélioration n’est ressentie, inutile d’insister.

Comment trouver un ostéopathe ?

Fiez-vous au bouche à oreille, c’est ainsi que se fait la réputation d’un bon (comme d’un mauvais) ostéopathe ! Il y aurait plus de 20 000 praticiens en France.

Pour trouver un praticien confirmé, tournez-vous vers les instances professionnelles:

www.osteofrance.com

Site de l’union fédérale des ostéopathes de France (Ufof);

www.medecins-osteo.org

Portail du Syndicat de médecine manuelle ostéopathie de France;

www.osteopathie.org

Registre des ostéopathes de France.

Publié dans MEDECINES DOUCES, OSTEOPATHIE | 22 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

QUAND LA MAIN FAIT DU BIEN là où ça fait mal……

Posté par eurekasophie le 2 février 2009

Avec environ 15 millions de consultations et 300 000 nouveaux patients chaque année, cette médecine manuelle et naturelle connaît un succès croissant. Son efficacité est réelle, à condition qu’elle soit pratiquée par des praticiens confirmés.

L’essentiel sur l’ostéopathie

Née aux Etats-Unis, l’ostéopathie existe depuis plus d’un siècle dans ce pays. En France, sa pratique s’est surtout étendue depuis une vingtaine d’années profitant de l’engouement pour les médecines douces. Zoom sur une profession bénéficiant d’un nouveau cadre légal.

QUAND LA MAIN FAIT DU BIEN là où ça fait mal...... dans MEDECINES DOUCES

Le mot d’ostéopathie dérive d’ostéon (os en grec) et de pathos (affection). Rien d’étonnant donc à ce que ce terme désigne une médecine manuelle, où le squelette joue un grand rôle.

Définition et principes de l’ostéopathie

osteopathie.jpgPour les ostéopathes, les différentes structures du corps ont la capacité de se mouvoir en toute liberté. Lorsqu’une perte de mobilité apparaît au niveau des muscles, des viscères, du crâne ou des enveloppes (fascia), des symptômes surviennent. L’ostéopathie est, selon ses adeptes, à la fois une science et un art. Elle part ainsi de la structure corporelle dont la mécanique est altérée pour corriger le désordre en cause et mener l’organisme à l’auto guérison. A la fois préventive et curative, cette médecine manuelle vise à rééquilibrer les structures ostéo-articulaires et viscérales qui ont perdu leur mobilité. Elle considère en effet que toutes les parties du corps sont reliées entre elles.

A noter aussi l’existence d’une ostéopathie crânienne, dont on doit la naissance à William Garner Sutherland. Cette forme particulière d’ostéopathie, dont la pratique repose sur la palpation des os du crâne, est parfois décriée par les autres ostéopathes.

Un peu d’histoire

L’ostéopathie a été fondée en 1874 par un médecin américain, le Dr Andrew Taylor Still, à partir de concepts tirés de la médecine antique grecque et égyptienne ainsi que de la médecine de la Renaissance. Le Dr Still formule le postulat selon lequel « la structure gouverne la fonction », l’idée étant que la conservation de la santé met en jeu un équilibre de la charpente osseuse, cette dernière assurant à son tour le bon fonctionnement des systèmes nerveux, musculaire et circulatoire.

L’école britannique d’ostéopathie sera ensuite créée en 1918 à Londres par un élève de Still, John Martin Littlejohn. En France, cette pratique restera confidentielle jusqu’aux années 1950 et 1960, années durant lesquelles le Syndicat national des ostéopathes sera fondé. L’engouement pour cette médecine manuelle débutera véritablement  dans les années 1970.

Comment se pratique l’ostéopathie ?

Pour établir son diagnostic, le praticien ostéopathe doit déceler où se situe la « lésion ostéopathique » en analysant la mobilité des différentes structures corporelles. Le traitement repose sur des techniques de pression et d’élongation, ainsi que sur des manipulations vertébrales et parfois crâniennes.

Les pathologies concernées sont variées et ne se limitent pas aux affections de la colonne vertébrale comme la sciatique, le lumbago, le torticolis, les douleurs d’épaules, de côtes, les maladies de l’appareil locomoteur comme l’arthrose, les conséquences des traumatismes… Les ostéopathes prennent, en effet, aussi en charge des problèmes aussi divers que les maux de tête ou les vertiges, l’anxiété, les troubles du sommeil, l’asthme, les colites, les “petits maux” liés à la grossesse…

De fait, comme les ostéopathes admettent eux-mêmes, cette médecine manuelle n’est pas adaptée aux maladies graves, purement organiques ou s’accompagnant d’états infectieux ou inflammatoires importants. Elle s’adresse plutôt à des pathologies fonctionnelles, où corps et psyché sont intriqués.

L’ostéopathie est aussi parfois employée chez des nourrissons pour régler des problèmes d’agitation ou du sommeil ou supprimer une déformation du crâne secondaire, par exemple, à la pose de ventouses ou à l’utilisation d’un forceps durant l’accouchement

Comment trouver un ostéopathe ?

Fiez-vous au ouche à l’oreille, c’est ainsi que se fait la réputation d’un bon (comme d’un mauvais) ostéopathe ! Il y aurait plus de 20 000 praticiens en France. Pour trouver un praticien confirmé, tournez-vous vers les instances professionnelles:

www.osteofrance.com

Site de l’Union fédérale des ostéopathes de France ( UFOP) ;

www.medecins-osteo.org

Portail du Syndicat de médecine manuelle-ostéopathie de France;

www.osteopathie.org

Registre des ostéopathes de FRance .

Publié dans MEDECINES DOUCES, OSTEOPATHIE | 9 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant