L’AMI RABEL….Ho ma pauvre Sophie !

Posté par eurekasophie le 2 septembre 2009

mirabelle01.jpg Cliquez sur la photo s’il-vous-plaît

 

LA MIRABELLE

Une belle petite  » prunette »

 

mirabelle.jpg

 

Valeurs nutritionnelles
pour 100 g

Protéines 0.5 g
Glucides 15 g
Lipides 0.1 g
Calories 60 kcal

Du latin mirabilis, qui signifie  » Belle à voir « , de l’italien  » myrobolan « , ou encore du nom d’un maître-échevin

de Metz appelé  » Mirabel « , la plus petite des prunes garde le secret de son étymologie véritable.

Originaire de Chine, la mirabelle aurait été rapportée en France au XV è siècle par René d’Anjou, mais c’est en Lorraine qu’elle se développe. Reconnue par l’Académie Française en 1762, elle traverse vaillamment deux guerres mondiales, mais ne résiste pas à l’essor industriel et à l’intensification des cultures. Aujourd’hui, grâce à la volonté de quelques Lorrains qui ont décidé de replanter 200 000 mirabelliers dans les années 1980, la mirabelle a retrouvé les étals des marchés. 90 % de la production nationale et 70 % de la production mondiale de mirabelles sont récoltées dans la région !

Un petit fruit doré, gorgé de bienfaits

Riches en fibres, surtout en pectine, régulatrice du transit, et en sorbitol, qui stimule le fonctionnement de la vésicule biliaire, la mirabelle participe au bon fonctionnement intestinal. Source importante de provitamine A et de vitamines du groupe B, la mirabelle a une action bénéfique sur la peau. Les minéraux et oligo-éléments qu’elle contient ont la particularité d’être nombreux et diversifiés : potassium, calcium, phosphore, magnésium, cuivre, manganèse, zinc, cobalt, molybdène, iode, fluor et sélénium. Ses sucres naturels abondants et équilibrés en font un des fruits les plus énergétiques sans pour autant mettre notre ligne en péril ( 65 kcal pour 15 mirabelles ). un concentré de bienfaits dans ce petit fruit doré, que vous pouvez emporter facilement dans votre sac à dos pour les randonnées de cette fin d’été……

A vos paniers, c’est la saison !

La mirabelle se récolte pendant 6 semaines , de la miaou miaou ! — non je n’imite pas le chat, je fais encore un jeu de mots.  Sorry ! — donc de la mi-août à fin septembre.

Traditionnellement, on  » hochet  » — mais non ! lol! — hochait  les fruits, c’est-à-dire  que l’on secouait les mirabelliers avec des gaules en bois pour faire tomber les fruits arrivés à maturité sur des toiles posées sur le sol. ( Hochait vient du verbe hocher attribué à la tête : hocher la tête, la secouer en signe d’assentiment …etc….Et un hocheur n’est pas celui qui hoche les prunelliers ou bien encore la tête…C’est, dans le domaine de la zoologie, un cercopithèque d’Afrique équatoriale. Pour cercopithèque cherchez donc dans votre dico…sinon dans deux heures je suis encore dans les prunes emoticone )

Aujourd’hui, des vibreurs ont remplacé les gaules. ( Pourquoi j’en vois qui ricanent ???? ) emoticoneMais certains producteurs font encore appel à des cueilleurs qui, très classiquement, grimpent à l’échelle pour cueillir les mirabelles . C’est plus fatigant mais tellement moins prosaïque ….

Les mirabelles se choisissent bien mûres, gorgées de soleil . Leurs éphélides, comprenez par-là leurs taches de rousseur et un noyau qui se détache facilement sont des indices de maturité. Délicates, elles doivent être consommées sans trop attendre, mais peuvent aussi être congelées : lavées, séchées, dénoyautées ou non, emballées dans des sachets hermétiques, elles se cuisinent sans décongélation.

mirabelles01ey2.jpg

Cette année, en Lorraine , les producteurs de mirabelles sont optimistes : la cueillette s’annonce excellente !

Profitons-en, ça ne dure que 6 semaines …..

 

lorraine.giflorraine.jpglorraineblason.jpg

 

En passant par

 la Lorraine avec mes sabots……….

 

 

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

FIGUIER DE BARBARIE

Posté par eurekasophie le 15 juillet 2009

 

J‘ai descendu dans mon jardin …….

 

 

Mon Lou, je veux te reparler maintenant de l’amour………

…….Ma volonté se confond avec ton désir et ta beauté.

Ah ! Ah ! te revoilà devant moi toute nue

Captive adorée, toi la dernière venue.

Tes seins ont le goût pâle des kakis et des figues de Barbarie.

 

APPOLINAIRE,  » Poème à Lou  » .

 

 

LE FIGUIER DE BARBARIE 

 

  Nom commun: figuier d’Inde, figuier du Chrétien, cactus raquette, nopal, opuntia, oponce.

  Genre et espèce: Opuntia ficus indica.

♥  Famille: CACTACEAE: plante presque toutes succulentes; feuilles réduites; aréoles sur les feuilles; fleurs sessiles; ovaire infère; fruit, une baie; plus de 2300 espèces.

  Origine : Amérique centrale et Mexique.

Hauteur: 3 à 5 m de hauteur. Port arborescent.

 

figuierdebarbarie2.jpg

 

emoticone Le figuier de Barbarie était inconnu en nos contrées et en Afrique avant les voyages de Christophe Colomb. Il est décrit précisément pour la première fois en 1535 dans  » Histoire des Indes occidentales «   par un espagnol, Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdès. Ce furent les Espagnols qui l’introduisirent en Afrique du Nord à l’époque de la glorieuse Andalouse. Pour cette raison, les Arabes lui donnèrent le nom de  » Figue du chrétien« .

figuier.jpg

emoticone Ces cladodes assurent la fonction chlorophyllienne à la place des feuilles, et sont recouvertes d’une cuticule céreuse (la cutine), qui limite la transpiration et les protège contre les prédateurs.

 

FIGUIER DE BARBARIE dans LA PLANTE DU MOIS 230px-Hoja_de_tuna_silbestre_de_los_andes_venezolanos

 

magnify-clip dans LA PLANTE DU MOIS

Raquette (Cladode)

Les feuilles ont une forme conique et ont seulement quelques millimètres de long. Elles apparaissent sur les cladodes jeunes et sont éphémères.

 

230px-Opuntia_ficus-indica_3

 

magnify-clip

Fleur d’Opuntia ficus-Indica

À la base des feuilles se trouvent les aréoles (environ 150 par cladode) qui sont des bourgeons axillaires modifiés, typiques des Cactacées. Leur méristème, selon les cas, produisent des épines et des glochides, ou bien émettent des racines adventives, de nouveaux cladodes ou des fleurs. À noter que même l’ovaire et donc le fruit est couvert d’aréoles susceptibles d’émettre à nouveau des fleurs ou des racines.

Les épines proprement dites, blanchâtres, sclérifiées, solidement implantées, sont longues de 1 à 2 cm. Il existe des variétés inermes, sans épines.

 

 

 

 

230px-Opuntia_ficus-indica_fruit9

 

magnify-clip

Fruit, ou figue de Barbarie

Les glochides, fines épines de quelques millimètres, de couleur brunâtre, se décrochent facilement, mais munis de minuscules écailles en forme d’hameçons s’implantent solidement dans la peau et sont très difficiles à retirer. Ils se cassent facilement quand on cherche à les enlever. Ils sont toujours présents y compris dans les variétés inermes.

L’appareil racinaire est superficiel, se concentrant dans les 30 premiers centimètres du sol, mais en revanche très étendu.

Les fleurs sont à ovaire infère, uniloculaire. Le pistil est surmonté d’un stigmate multiple. Les étamines sont très nombreuses. Les sépales peu apparents et les pétales bien visibles de couleur jaune orange.

 

Les fleurs se différencient en général sur des cladodes âgés d’un an, le plus souvent sur les aréoles situées au sommet du cladode ou sur la face la plus exposée au soleil. En principe, une seule fleur apparaît dans chaque aréole. Les jeunes fleurs portent des feuilles éphémères caractéristiques de l’espèce. Un cladode fertile peut porter jusqu’à une trentaine de fleurs, mais ce nombre varie énormément selon la position du cladode sur la plante, son exposition, et aussi selon des facteurs physiologiques (nutrition).


Le fruit, ou figue de Barbarie, est une baie charnue, uniloculaire, à nombreuses graines (polyspermique) dont le poids peut varier de 150 à 400 g. Il dérive de l’ovaire infère adhérent au réceptacle floral. Certains auteurs le considèrent comme une fausse arille. Sa couleur est variable selon les variétés : jaune, rouge, blanc… La forme est également très variable, non seulement selon les variétés mais aussi selon l’époque de formation : les premiers sont arrondis, les plus tardifs ont davantage une forme allongée de pédoncule. Le nombre de graines est très élevé ; de l’ordre de 300 pour un fruit de 160g.

 

 

emoticone Les jeunes tiges dont on a ôté les épines peuvent être consommées. Au Mexique, elles sont un légume courant appelé  » nopales. Les fleurs sont astringentes et adoucissantes. Elles sont employées lors des diarrhées et irritations intestinales. Elles peuvent également endiguer les petites hémorragies. 

Attention pour les personnes dotées d’un transit intestinal lent, une dégustation abusive de figue de Barbarie peut entraîner une constipation. emoticone

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 2 Commentaires »

LA CUSCUTE CHINOISE

Posté par eurekasophie le 22 juin 2009

homme.gifHa non, pas lui……..                       personnagerigoloquiserelaxe.gif                    De pire en pire ….z’avez pas autre chose sous la main ?

……..Sous la main, euhh  j’ sais pas. Mais bougez pas, j’ vais voir en réserve …..vous en faut combien d’ beaux mâles ? 

 

personnages3emeage5.gifBon ben voilà, me reste qu’ çui là …Hé bé voui ma pôve dame mais y’a m’dame Sophie qu’est déjà passée par là….

 

POUR LES MESSIEURS EN PRIORITÉ !

 

 

Un homme épanoui et sûr de lui fait le bonheur de sa compagne: c’est une évidence ! 

 

Et nul doute que la cuscute va contribuer au bonheur des couples.

 

Cette plante médicinale, un peu particulière, nous arrive de Chine avec une redoutable

 

réputation  d’aphrodisiaque.

tritriva.gif Nananèèèèèèreuuuuuuuu 

cuscuta.jpg La cuscute (Cuscuta sinensis), appelée aussi Chinese dodder, est une herbe orientale assez particulière….Sorte de liane parasite, sans feuille ni chlorophylle, elle aspire les nutriments de la plante hôte sur laquelle elle se fixe. Elle se présente sous forme de longues fibres, comme des cheveux, qui viennent s’enrouler autour des feuilles et des tiges. Son nom chinois, Tu Si Zi, signifie  » graine de soie de lapin », ses fibres ressemblant à la fourrure soyeuse du petit mammifère. En Occident, il existe aussi plusieurs cuscutes aux propriétés différentes: son surnom est beaucoup moins flatteur, on l’appelle  » cheveux du diable » parce que cette  » mauvaise herbe  » envahit tout ! La cuscute chinoise est très commune en Chine ( ben tiens donc ? ) et en Asie du Sud-Est. Elle pousse en bord de mer et dans les champs, à l’orée des forêts, car elle apprécie la lumière. On ramasse les plantes entières en automne. Rassemblées en tas, elles sont battues (SOS Cuscutes battues) pour en récolter les graines mûres.

PETITE PARENTHÈSE SUR LA CUSCUTE D’EUROPE 

La cuscute d’Europe (Cuscuta europea), encore appelée grande cuscute, parasite la luzerne. La cuscute du lin (Cuscuta epilinum) s’intéresse au lin. La cuscute du thym (Cuscuta epithymum), de taille plus petite, s’attaque au………Y’en a qu’un qui lève le doigt ..les autres regardent les mouches voler…..je retiens les noms …voui Marius la cuscute du thym s’attaque au thym et se plaît sur certaines landes à bruyère ou à genêts. Très utilisées en médecine populaire il y a une centaine d’années, les cuscutes sont complètement oubliées par la phytothérapie.

Cholagogue, hépatique, hémostatique et carminative, la cuscute soigne les problèmes de foie, de vésicule biliaire et de gaz intestinaux. Dans les anciens écrits, j’ai relevé que la cuscute prend aussi les propriétés médicinales de la plante à laquelle elle s’attache: c’est la raison pour laquelle la cuscute de thym était considérée comme la meilleure. Si vous ne connaissez pas les nombreuses vertus fabuleuses du thym rendez-vous dans  » Mon répertoire des plantes les moins usitées  » à la lettre « T » comme………..euh ben comme « tartare » , ou « tonton » , ou bien encore thym tiens! 

ET LA CUSCUTE EN MÉDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE …..

Le QI, c’est l’énergie. Hé non, dans ce cas précis ce n’est pas le quotient intellectuel !!!! Qui vient de dire que j’avais le QI d’une huître ??? Aller que le ou la coupable se lève et prenne la porte …..Ha c’est malin Abdou ! remets cette porte ou tu l’as prise …nan mais !!!! Bon j’en étais où ? Alors donc la cuscute est employée depuis toujours pour renforcer le Qi des reins, c’est-à-dire qu’elle est conseillée aux personnes dont l’énergie au niveau rénal est défaillante, ce qui se traduit par les symptômes suivants: impuissance, envie fréquente d’uriner, troubles digestifs, maux de dos, mais aussi faiblesse hépatique et troubles visuels. La cuscute est donc indiquée comme stimulant de toute la sphère uro-génitale et comme aphrodisiaque: elle figure parmi les toniques sexuels les plus reconnus de la pharmacopée traditionnelle chinoise. On peut également tester ses effets en cas de maux de dos ou de transit intestinal irrégulier. En médecine ayurvédique, Cuscuta relaxa ( une variété proche) est, quant à elle, utilisée pour les mictions difficiles, la jaunisse et les courbatures: éloignées par des milliers de kilomètres, deux traditions médicales très différentes se rejoignent.

LES ÉTUDES MÉDICALES SE MULTIPLIENT 

Les traditions, c’est bien, mais les preuves scientifiques, c’est encore mieux. Les chercheurs ne pouvaient pas laisser échapper une telle plante sans essayer d’en savoir plus!  Ce n’est qu’il y a une dizaine d’années que les chimistes de l’Université de Pékin ont pu isoler les principaux composants de la cuscute: flavonoïdes , quercétine, astragaline, galactosides, stérols, vitamine A et la cuscutine, une substance qui lui est propre, comme son nom l’indique. Au cours d’une étude se déroulant sur 50 jours, 76 % des hommes qui avaient pris un mélange de cuscute et d’autres plantes aphrodisiaques ont pu guérir leur impuissance; une enquête, réalisée 2 ans plus tard sur ces mêmes patients , a montré l’absence totale de rechute. En chine et au Japon, les études des phytochimistes, expérimentales ( sur des rats de laboratoire) ou cliniques se sont multipliées au cours de ces dernières années.

INFERTILITÉ, CANCER ET DÉFENSES IMMUNITAIRES

En voulant démontrer l’efficacité de la plante dans tous les domaines où elle est utilisée traditionnellement — et notamment l’infertilité masculine, l’impuissance, le prostatisme ou le risque d’avortement spontané —, les chercheurs ont découvert que la cuscute possède une réelle activité phytohormonale. Elle stimule certaines glandes, ce qui augmente ou régule — selon les cas — la production de progestérone, d’œstrogène, de testostérone et d’autres hormones. En conséquence, la cuscute limiterait la prolifération des cellules cancéreuses dans le cas du cancer du sein; elle ralentirait le processus de l’hypertrophie de la prostate; et elle augmenterait la spermatogénèse (production de spermatozoïdes). Même sa réputation d’aphrodisiaque ne serait pas usurpée !

 

DE A à Y , LES INDICATIONS PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE 

  Avortement (risque d’avortement spontané)

◊  Bronchite chronique

  Cancer du sein

  Cataracte

  Diarrhée et autres troubles du côlon

◊  Dorsalgies

 Éjaculation précoce

  Faiblesse hépatique

  Hépatisme

  Hypertrophie de la prostate

  Impuissance

  Infertilité masculine

  Insuffisance de sperme

  Miction difficile

  Vision déficiente

◊  Yeux (illumine le regard).

 

COMMENT LA PRENDRE 

Difficile de faire soi-même ses récoltes de graines de cuscute, mais on trouve des extraits standardisés, sous forme de compléments alimentaires, dans les magasins de produits naturels et parapharmacies. En comprimés ou en gélules, elle est parfois associée avec des plantes aux propriétés comparables, comme le tribulus. Je rappelle que le Tribulus terrestris est un remède réputé contre les dysfonctionnements érectiles et les problèmes circulatoires.

Avant de consacrer la cuscute chinoise comme  » reine des aphrodisiaques » , attendons d’autres études, menées dans d’autres pays, pour confirmer ses propriétés exceptionnelles. Les recherches sont récentes et réalisées dans des pays qui ont un intérêt économique à sa commercialisation. Mais, en cas de  » baisse de régime » et d’insuccès avec des plantes spécialisées ( ginseng, gingembre, cardamone, schisandra….), n’hésitez pas à essayer la cuscute.

 

humoursperme.jpg

 

 

 

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 13 Commentaires »

LA NOIX DE KOLA

Posté par eurekasophie le 10 avril 2009

kola2.jpg 

 

 

kola3.jpgLA NOIX DE KOLA kola3.jpg

Digestive et stimulante

kola.jpg

Noms communs : kola, cola, noix de kola, noix de cola.
Noms botaniques :
Cola nitida, Cola acuminata, famille des sterculiacées.
Noms anglais :
cola, cola nut.

Partie utilisée : la graine, débarrassée de son enveloppe.
Habitat et origine :
arbre originaire de l’Afrique de l’Ouest, aujourd’hui naturalisé en Amérique du Sud, en Amérique centrale, dans les Caraïbes, au Sri Lanka et en Malaisie.

Les plantes aphrodisiaques

Les plantes et les suppléments censés stimuler la vigueur sexuelle ont toujours été populaires, mais les données scientifiques probantes manquent souvent pour documenter leur efficacité. Voilà pourquoi il est important de donner l’heure juste sur ces produits. D’autant plus que le marché regorge de cocktails qui contiennent trois, quatre et parfois même jusqu’à dix ou douze ingrédients différents : l’innocuité et l’efficacité de telles préparations sont impossibles à déterminer.

En ce qui concerne la noix de kola, sa réputation d’aphrodisiaque repose essentiellement sur son effet stimulant, qui est attribuable à sa teneur en caféine, qui varie de 1,5 % à 3,5%.

Indications

troisetoiles.gif Améliorer la vigilance à court terme.
deuxtoiles.gif Améliorer les performances cognitives, en particulier l’attention.
deuxfeuilles.gif Combattre la fatigue mentale et physique à court terme.
unefeuille.gif Soulager le mal de tête, augmenter la tension artérielle.
flcheenbas.gif Effet aphrodisiaque.

Posologie

Vigilance et performances cognitives

  • Il faut généralement une dose d’au moins 60 mg de caféine (l’ingrédient actif principal du kola) pour obtenir un effet notable sur la vigilance et les performances cognitives qui peut durer quelques heures. Cependant, les grands consommateurs de caféine pourraient avoir besoin de doses plus importantes (200 mg et plus) en raison du phénomène d’accoutumance.

Note. Les dosages ci-dessous sont ceux que recommande la Commission E pour la fatigue physique et mentale. Ils correspondent à 50 mg à 150 mg de caféine par jour (teneur moyenne de 2,5 %).

Fatigue physique et mentale

  • Poudre séchée en capsules ou comprimés. Prendre de 2 g à 6 g par jour, en deux ou trois doses.
  • Infusion. Infuser de 1 g à 3 g de poudre séchée dans 150 ml d’eau bouillante pendant cinq à dix minutes. Boire une à trois tasses par jour.
  • Extrait fluide (alcoolique, 1:1). Prendre de 1,25 ml à 2,5 ml, une à trois fois par jour.
  • Teinture (5:1). Prendre de 2 ml à 7,5 ml, une à quatre fois par jour.

Historique

Durant des millénaires, les Africains ont mâché des graines de kola pour combattre la fatigue physique et intellectuelle et pour contrer la dépression. De plus, ils leur attribuaient, comme au café et au chocolat, des vertus aphrodisiaques. Cela explique peut-être pourquoi, aujourd’hui, elle fait partie des ingrédients de certaines préparations vendues comme « toniques sexuels ».

La poudre de kola fit l’objet d’un important commerce dès le XIVe siècle. Les voyageurs l’échangeaient même contre de la poussière d’or avant d’entreprendre la traversée du Sahara. Cela leur permettait de mieux tolérer la fatigue, la faim et la soif durant le long voyage.

Les musulmans, dont la religion interdit de consommer de l’alcool, appréciaient particulièrement le kola dont ils tiraient une boisson stimulante favorisant les contacts sociaux. Plus près de nous, le Coca-Cola renfermait à l’origine du kola, aujourd’hui remplacé par de la caféine de synthèse. La noix de kola est approuvée comme additif alimentaire par le Conseil de l’Europe et la Food and Drug Administration des États-Unis.

Remarque. L’industrie pharmaceutique moderne tire de la noix de kola, en raison de sa richesse en méthylxanthines – dont la caféine –, divers médicaments d’ordonnance pour le traitement de l’apnée des enfants prématurés, des maladies pulmonaires obstructives chroniques et de l’asthme.

Recherches

 deuxfeuilles.gif

troisetoiles.gif Vigilance. La caféine contenue dans la noix de kola stimule le système nerveux central, ce qui fait augmenter l’attention tout en contribuant à lutter contre la somnolence et l’endormissement. L’expérience quotidienne en témoigne et les résultats des essais cliniques les plus récents ne laissent pas beaucoup de doute    même si aucune méta-analyse n’a été publiée à ce sujet.

deuxtoiles.gif Cognition (mémorisation, perception, apprentissage, etc.). La caféine que renferme la noix de kola excite l’intellect, si bien qu’elle peut effectivement contribuer à améliorer les performances cognitives tel qu’en font foi les résultats de plusieurs essais cliniques

deuxfeuilles.gif La Commission E reconnaît l’usage du kola pour combattre la fatigue physique et mentale. La caféine qu’il contient est responsable de ces effets.

unefeuille.gif Usages traditionnels. Il est admis que le kola peut stimuler le système nerveux central, augmenter la tension artérielle et soulager un mal de tête résultant d’une mauvaise circulation périphérique en raison de sa teneur en caféine, légèrement supérieure à celle du café.

flcheenbas.gif Aphrodisiaque. Cette réputation prêtée à la noix de kola n’est ni plus ni moins justifiée que celle qu’on pourrait attribuer à la caféine, qui, en fait, a principalement un effet stimulant.

Perte de poids
Caféine/éphédra : une association dangereuse.
Au cours de deux essais à double insu, l’association
éphédra/kola a été plus efficace que le placebo pour réduire le poids de sujets obèses ou en surcharge pondérale. Cependant, l’utilisation de ce type de produits n’est pas recommandée. En effet, non seulement l’éphédra et l’éphédrine ont de puissants effets stimulants potentiellement dangereux, mais la caféine les augmente.

En mai 2006, Santé Canada a émis une mise en garde contre la consommation de produits amaigrissants contenant de la caféine et de l’éphédrine (cette dernière peut aussi être mentionnée sous les noms de ma huang, éphèdre ou éphédra sur l’étiquette).

À noter que la vente de produits contenant à la fois un stimulant comme de la caféine (guarana, thé vert, yerba maté, noix de cola) et de l’éphédra ou de l’éphédrine est interdite au Canada.

Précautions

kola3.jpg

Attention

  • Avis aux sportifs et aux personnes qui cherchent à perdre du poids en abusant des suppléments contenant beaucoup de caféine : une intoxication à la caféine risque d’entraîner la rhabdomyolyse, un trouble qui peut causer des lésions musculaires graves et irréversibles14,15.

Contre-indications

  • La caféine est généralement déconseillée aux personnes qui souffrent de maladie cardiaque, d’insomnie, de troubles anxieux, d’ulcères gastriques ou duodénaux ou d’hypertension artérielle.
  • On ne dispose pas de suffisamment de données pour conclure à l’innocuité du kola chez les enfants et chez les femmes enceintes ou qui allaitent.
  • Pour en savoir plus sur les dosages quotidiens maximaux de caféine fixés par Santé Canada pour les enfants (2,5 mg par kilo de poids corporel), les femmes enceintes (300 mg) et les adultes (400 mg à 450 mg), consulter notre fiche sur la caféine.

Effets indésirables

  • La caféine que contient le kola peut causer de l’insomnie, de la nervosité, de l’agitation et de l’irritation gastrique.
  • Prise en grandes quantités, la caféine peut provoquer des nausées, des vomissements, de l’hypertension artérielle, des palpitations cardiaques, de l’arythmie, une accélération de la respiration, des crampes musculaires et des maux de tête.
  • La consommation prolongée de caféine provoque une dépendance. Le sevrage peut entraîner des maux de tête, de l’irritabilité, de la nervosité, de l’anxiété, de la somnolence, des étourdissements et de la confusion.
  • Mastiquer de grandes quantités de noix de kola peut induire un cancer de la bouche

Interactions

deuxfeuilles.gif

Avec des plantes ou des suppléments

  • L’éphédra peut exacerber les effets stimulants indésirables de la caféine, ce qui pourrait provoquer, en cas d’abus, des évanouissements et même un arrêt cardiaque. Les produits qui combinent ces deux substances sont interdits au Canada, mais l’association caféine/extraits d’orange amère (la plante qui a remplacé l’éphédra dans les cocktails amaigrissants) est permise et peut avoir les mêmes effets indésirables.
  • Les effets du kola s’ajoutent à ceux des aliments, boissons et autres produits qui contiennent de la caféine.

Avec des médicaments

  • La caféine contenue dans le kola peut :
    - augmenter les effets d’analgésiques comme l’acétaminophène et l’acide acétylsalicylique, mais aussi en augmenter sensiblement l’absorption (de l’ordre de 40 %), ce qui peut être dangereux dans le cas de l’acétaminophène (toxicité hépatique);
    - diminuer les effets des sédatifs et des calmants comme les benzodiazépines;
    - augmenter les effets indésirables, notamment les effets cardiaques, de la théophylline et des bronchodilatateurs;
    - augmenter les effets indésirables associés aux stimulants du système nerveux central comme l’éphédrine.
  • Cimétidine. Ce médicament prescrit aux patients souffrant d’ulcères gastroduodénaux a pour effet de ralentir considérablement l’élimination de la caféine par l’organisme, ce qui peut augmenter les effets indésirables de cette dernière.
  • Clozapine. La caféine peut exacerber les effets et la toxicité de ce neuroleptique.
  • Antiacides. La caféine peut contrer l’effet des antiacides parce qu’elle stimule la production d’acide par l’estomac.
  • Alendronate. La caféine peut inhiber l’absorption de ce médicament prescrit pour prévenir et traiter l’ostéoporose. Éviter de prendre de la caféine deux heures avant et après la prise du médicament.
  • Anticoagulants/antiplaquettaires. La caféine peut augmenter le risque d’hémorragie chez les personnes traitées avec des anticoagulants.
  • Nicotine. La caféine peut augmenter le risque de dépendance à la nicotine.
  • Autres. Parce qu’ils font augmenter le taux de caféine dans le sang, l’alcool, les contraceptifs oraux, l’oestrogène et certains antibiotiques (disulfiram, riluzole, terbinafine, verapamil, fluvoxamine) peuvent en accroître les effets indésirables.

Sur les tablettes

Ne pas confondre le kola avec le gotu kola, une plante qui ne renferme pas de caféine et qui n’a pas les mêmes usages thérapeutiques.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 8 Commentaires »

L’AVOINE

Posté par eurekasophie le 31 mars 2009

avoine.jpg

L’AVOINE,

amie de vos artères

En Finlande, c’est un produit à base d’avoine qui a reçu, le premier, le statut « d’aliment fonctionnel », le nouveau terme pour dire « alicament ». Car l’avoine a de telles propriétés qu’elle pourrait presque figurer dans le Vidal !

Non seulement la richesse en fibres de l’avoine en fait un aliment exceptionnel pour passer au travers des ennuis cardiovasculaires, mais l’extrait d’avoine peut aider les fumeurs à laisser tomber la cigarette ! Bref, cette céréales vous aide à vivre mieux et plus vieux !

Demain j’arrête !

Plus facile à dire qu’à faire…..j’en connais des fumeurs qui rêvent de laisser tomber une fois pour toute leur habitude tabagique ! Et ils vivent une période difficile: on les culpabilise plus que jamais…..Là n’est pas le lieu pour écrire un plaidoyer et prendre la défense des accros à la cigarette, je me contenterai donc de leur donner un « truc » pour un sevrage plus facile: la teinture mère d’avoine (Avena sativa, en pharmacie). Vous en prenez 50 gouttes matin et soir. Avec ça, vous êtes beaucoup moins énervé et vous avez donc plus de chances de résister à l’appel de la cigarette !

Si vous n’êtes pas fumeur, c’est dans votre assiette que je vous propose de mettre l’avoine (et si vous êtes fumeur aussi !).

Une céréale très nutritive

L’avoine est composé d’amidon, de lipides, de cellulose, d’oligo-éléments (silice et calcium), de vitamines A, PP, D, B1, B2.

Mais plus intéressant encore, l’avoine contient une hormone naturelle proche de la folliculine (hormone féminine), des flavonoïdes et des alcaloïdes comme l’avénine, un stimulant du système nerveux. L’avoine est aussi riche en lysine, un acide aminé que l’on trouve rarement dans les autres céréales. Cette composition complexe en fait un aliment à la fois sédatif et stimulant. Elle est recommandée pour lutter contre la fatigue physique, sexuelle ou intellectuelle, elle a des propriétés digestives et permet de lutter contre la constipation. Elle est conseillée en cas de rhumatismes, de problèmes urinaire, de fatigue bien sûr, mais aussi de stress, d’insomnies, de difficultés de concentration, de troubles digestifs et, en usage externe, si vous avez des problèmes de peau ( eczéma, psoriasis, etc.).

Une excellente fibre !

Grâce au bêta-glucane, une fibre soluble qu’elle contient en grande quantité, l’avoine contribue à normaliser les taux de cholestérol, de glucose et d’insuline ( elle est donc conseillée en cas de diabète de type 2). C’est une alliée du système cardiovasculaire et du transit intestinal !

Comment ?

Aujourd’hui, on consomme principalement l’avoine sous formes de flocons pour le petit déjeuner. Choisissez-la avec un label AB et complète pour bénéficier de tous ses nutriments. Il existe aussi une boisson au « lait d’avoine » vendue en boutiques diététiques.

Les bains à l’avoine

Non seulement les bains à l’avoine adoucissent la peau, mais ils permettent de lutter contre l’eczéma ou le psoriasis; ils éloignent aussi les douleurs rhumatismales, les affections de la vessie, les problèmes rénaux et certaines affections urinaires.

Laissez macérer 150 g d’avoine dans 3 litres d’eau durant 1 heure, faites bouillir, versez directement dans votre baignoire si vous ne craignez pas de boucher l’évacuation, sinon filtrez auparavant.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 7 Commentaires »

L’ORTIE, PLANTE DU MOIS

Posté par eurekasophie le 5 mars 2009

urticaurens.jpg

L’ORTIE, UNE VERITABLE AMIE !

Sous ses dehors piquants, elle cache une mine de nutriments et des bienfaits thérapeutiques nombreux, faites-lui confiance !

Je vous ai déjà parlé de l’ortie dans « mon répertoire des plantes les moins usitées » voici un complément.

Vous la connaissez bien, l’ortie….Enfants, vous distinguiez sans doute l’ortie blanche de la piquante… En effet, si leurs feuilles se ressemblent, elles sont pourtant bien différentes….Et ici, nous parlons bien de celle qui n’aime pas se laisser approcher par les vantards qui ne prennent pas de gants! Eh oui, la mettre dans la soupe ou la prendre en tisane se mérite…

De belles feuilles vertes

ortie.jpg

Les feuilles de l’ortie, opposées par deux, d’un beau vert, sont attachées à une tige de section quadrangulaire. Elles sont ovales, plus ou moins allongées selon les espèces, fortement dentelées et munies de poils, les fameux poils qui piquent ! Car ces poils sont, en réalité, de minuscules et fragiles ampoules qui renferment des acides, comparables à ceux contenus dans le venin de certains insectes ou serpents…..Des substances particulièrement efficaces pour lutter contre de nombreux maux.

Les principes actifs

Les scientifiques ont découvert de nombreux principes actifs: acides gallique, acétique et formique; flavonoïdes, histamine, sérotonine, tanins et phytostérols, acétylcholine (vasodilatateur puissant des capillaires)….Inutile d’être bien savant pour constater que les orties concentrent de la chlorophylle à l’état brut ! Or, la chlorophylle n’est pas seulement un colorant, c’est un reconstituant et un antibactérien. Les orties sont aussi très riches en oligo-éléments: potassium, manganèse, soufre, silice, calcium, fer……..

D’innombrables indications

Dans l’ortie, les concentrations en vitamine A, C et du groupe B sont particulièrement intéressantes pour les problèmes de peau, de stress ou de déprime, de fatigue sexuelle ou intellectuelle, de chute de cheveux……Tonique et astringente, dépurative et anti-infectieuse, diurétique et antirhumatismale, l’ortie prévient la plupart des maux courants et les soulage: goutte, arthrose, anémie, troubles circulatoires et digestifs, transit intestinal irrégulier, infections urinaires, ulcères gastriques…..Fournier, l’auteur du  » Livre des Plantes Médicinales et Vénéneuses de France », ouvrage de référence des phytothérapeutes, précise que l’ortie est antidiabétique et que, de plus, elle  » compte parmi les meilleurs stimulants connus des sécrétions stomacale, pancréatique, biliaire et intestinale ».  En outre, l’ortie active la production de lait des jeunes mères et elle est souvent efficace contre l’énurésie des enfants (pipi au lit) ! Cela fait quand même un joli palmarès, pour une herbe considérée à tort comme une ennemie !!!

Des études probantes

L’ortie a fait l’objet de nombreux tests cliniques et d’études pharmacologiques qui ont permis, ces dernières années, d’évaluer scientifiquement ses bienfaits. Ainsi, les résultats en cas d’arthrite et de rhinite allergique sont très satisfaisants.

Ménopause et prostatisme

Conseillée pour lutter contre les rhumatismes, la fatigue, la baisse du désir sexuel, les problèmes digestifs et pour lutter contre la déminéralisation et l’ostéoporose — grâce à sa richesse en silice et en calcium —, l’ortie pourrait donc être considérée comme l’une des plantes à consommer régulièrement dès qu’apparaissent ces troubles, c’est-à-dire dès l’âge de 45 ans. Mais les vertus de l’ortie ne s’arrêtent pas là. Certains auteurs la recommandent pour lutter contre les troubles de la ménopause: bouffées de chaleur, maux de tête, baisse de la libido. Cela s’explique par ses principes actifs connus, mais aussi par une possible action sur le système hormonal féminin. Et les hommes, quant à eux, ne devraient pas non plus hésiter à en faire régulièrement des cures de tisanes. Plusieurs études récentes, les premières remontant aux années 1980, montrent qu’elle se révèle d’une grande utilité en cas d’hypertrophie de la prostate. Pour cette indication, c’est la racine d’ortie qui est utilisée, sous forme d’extrait. Souvent, on l’associe avec un extrait de palmier nain.

Mode d’emploi

  • L‘infusion d’orties : dans 1 litre d’eau qui vient de bouillir, versez 60 g de feuilles. Laissez infuser 10 à 15 minutes. Filtrez. Réchauffez sans bouillir avant de servir. Pour lutter contre tous les maux décrits précédemment, sauf l’hypertrophie bénigne de la prostate pour laquelle la racine est plus indiquée.

  • La décoction de racines: dans 1 litre d’eau bouillante, versez 60 g de racines. Laissez bouillir 10 minutes. Filtrez. Pour lutter contre les problèmes de la prostate et les rhumatismes, il est possible de faire cette décoction avec des feuilles et des racines. Buvez-en entre les repas, pendant au moins 2 jours.

  • L‘usage externe: contre les rhumatismes: frottez les parties douloureuses avec un  » bouchon  » d’orties (boule d’orties fraîches) .

  • En gargarisme : la décoction est efficace contre le muguet, les aphtes, les saignements de gencives.

  • La macération alcoolisée :dans 1 litre d’eau de vie, laissez macérer pendant 15 jours, près d’une source de chaleur (soleil) , 60 g de racines et 60 g de marjolaine (ou de romarin). Agitez tous les jours. Filtrez. Cette lotion s’utilise en frictions sur le cuir chevelu pour stimuler la repousse des cheveux. Elle serait aussi efficace contre les cheveux gras et les pellicules.

  • L‘ortie à table

 Les jeunes pousses printanières, celles qui surgissent très tôt en saison, sont les meilleures! Trempez -les dans l’eau, trempez-les dans l’huile quelques minutes, ou laissez-les pendant une demi-journée à l’air libre pour ramollir leurs piquants. Coupez-les finement et assaisonnez-les (avec de la bonne huile d’olive bien sûr !) comme une salade. Ou bien vous pouvez les mélanger à une laitue, ou mieux encore à des pissenlits. Cuite, elle se cuisine comme l’oseille, le cresson ou les épinards qui l’ont supplantée il y a moins de 400 ans. On l’associe donc à des pommes de terres, éventuellement à des pissenlits (comme dans la recette de la salade au lard), on ajoute quelques épices (marjolaine, basilic ou coriandre…)..

  •  médicaments et compléments alimentaires à base d’ortie.

-On trouve de la poudre de plante sèche en gélules sous différentes marques, mais il y a bien d’autres préparations pharmaceutiques qui utilisent les orties.

- C’est sans doute les homéopathes qui font le plus appel aux orties puisque Urtica urens est un remède très utilisé en interne (granules) et en externes ( crèmes). Les médecins homéopathes la prescrivent pour tous les problèmes de peau, notamment dus à l’allergie. Urtica urens soigne aussi l’eczeéma, les brûlures, les intoxications alimentaires suite à une ingestion de fruits de mer. Autres champs d’application: les rhumatismes, les névralgies et, chez la femme, certains troubles génitaux ou urinaires ainsi que l’allaitement.

Le purin d’ortie

Le purin d’ortie est utilisé non seulement comme engrais, mais aussi comme insecticide.

Il est très facile à obtenir: il suffit de laisser trempée une brassée d’orties dans un arrosoir pendant une semaine, puis de filtrer. Il a un seul inconvénient: l’odeur. Surtout quand on le pulvérise. Mais la puanteur de purin disparaît au bout d’un quart d’heure.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | Pas de Commentaire »

LA PLANTE SAUVAGE DU MOIS

Posté par eurekasophie le 21 février 2009

boursepasteur4.jpgboursepasteur.jpg

 

Dans mon « Répertoire des plantes les moins usitées » je vous ai longuement parlé de cette plante qu’est la bourse à pasteur aussi appelée  Capselle bourse-à-pasteur, Bourse de capucin.  Je ne reviendrai pas sur les vertus thérapeutiques de cette « mauvaise herbe » fréquente dans les jardins, les champs et les prés, mais pour vous donner une recette que je viens de découvrir. Vous m’en direz des nouvelles …..

Légumes velours

350 g de rosettes de bourse à pasteur

100 g de feuilles de primevère

2 cuillerées à soupe d’huile d’olive

2 cuillerées à soupe de farine

1 verre d’eau, 1 verre de lait

Sel, muscade, cerfeuil et 75 g de beurre.

  • Faites cuire à l’eau les rosettes de bourse à pasteur accompagnées de jeunes feuilles de primevère. Egouttez-les et hachez finement.

  • Préparez une béchamel épaisse avec l’huile d’olive, la farine, l’eau et le lait. Salez et aromatisez d’un soufle de muscade.

  • Mélangez la sauce et les légumes, parfumez de cerfeuil frais haché et versez dans un plat creux.

  • Parsemez la surface de petits morceaux de beurre et faites réchauffer au bain-marie à four moyen.

  • Servez lorsque le beurre a fondu. Vous pouvez remplacer les feuilles de primevère par un autre légume vert.

Il n’y a plus qu’à déguster.

bonapptit2.gifbonapptit2.gifbonapptit2.gifbonapptit2.gifbonapptit2.gifbonapptit2.gif

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | Pas de Commentaire »

LA FLEUR DU MOIS ….LA VIOLETTE

Posté par eurekasophie le 14 février 2009

violette3.jpgviolette2.jpg

Balades gourmandes en FranceLA FLEUR DU MOIS ....LA VIOLETTE  dans LA PLANTE DU MOIS pix_vide

Toulouse

        […]  Le rose des tuiles et les briques de ses murs lui ont valu le surnom de «Ville Rose». […]      toulouse.gifOn ne présente plus Toulouse et son accent chantant, son amour des arts et du bel canto, son riche patrimoine historique et architectural, son Canal du Midi, son industrie aéronautique, son rugby et son cassoulet.

Mais les boutiques de souvenirs peintes en violet rappellent au visiteur que Toulouse est aussi la cité des violettes ; en effet, la jolie petite fleur si odorante appartient à la culture de la Ville rose depuis le Moyen Âge : au XIVe siècle déjà, les sept troubadours de la compagnie du Gai Savoir offraient une violette d’or à la plus belle œuvre lyrique présentée aux Jeux floraux. 

    toulouse2.gif

Mais, c’est sous le Second Empire qu’on assista à un véritable engouement pour la violette; le succès atteint vite l’Europe et, c’est par wagons, que les petits bouquets partent vers les capitales fleurir le corsage des princesses ou celui des cousettes. Et voici que la violette devient un mets recherché ! Ses pétales cristallisés sont offerts en bonbons aux gourmands de la Belle Époque, tout comme la liqueur, tirée des fleurs distillées, inventée par Benoît Serres.

Et, de nos jours, pour la violette, les cuisiniers, les confiseurs et les pâtissiers qui rivalisent d’inventivité pour créer d’originaux plats, gâteaux ou cocktails à base de fleur de violettes.

                        
Recette : Glace et madeleines aux violettes de Toulouse 

    toulouse3.gifPour 4 personnes
Préparation 20 mn Cuisson 40 mn au four 
Sorbetière 30 mn

Glace aux violettes de Toulouse
750 g de crème liquide
750 g de lait
10 violettes cristallisées
16 jaunes d’œufs
200 g de sucre semoule

Madeleines aux violettes de Toulouse
400 g de beurre
480 g de sucre semoule
400 g de farine
8 œufs
12 g de levure chimique
15 violettes cristallisées
Préparer la glace dans une casserole, sur feu vif, porter à ébullition la crème et le lait. Retirer du feu, ajouter les violettes, mélanger. Laisser reposer quelques minutes.

Dans un bol, mettre les jaunes d’œufs, le sucre et les blanchir avec un mixer ; puis, ajouter le mélange lait-crème encore chaud. Remettre sur feu moyen et laisser cuire, en remuant sans arrêt, jusqu’à ce que le mélange épaississe et nappe la cuillère en bois. Retirer du feu, laisser refroidir et mettre dans une sorbetière pour environ 30 minutes.

Préparer les madeleines: dans un saladier mettre les œufs, le sucre et battre au fouet pour obtenir une pâte blanche.Ajouter la farine, la levure, mélanger puis ajouter le beurre fondu et les violettes grossièrement écrasées. Verser la pâte dans des moules à madeleines bien beurrés et mettre four, préchauffé à 180 °C, pendant 7 minutes. Démouler et laisser refroidir sur une grille.

Servir la glace onctueuse et les madeleines tièdes, en les présentant selon votre goût ou en s’inspirant de la photographie.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | Pas de Commentaire »

L’ALOE VERA

Posté par eurekasophie le 22 janvier 2009

aloevera.gif

 


Une plante aux immenses bienfaits…

Cette plante aurait le pouvoir de diminuer le taux de cholestérol, soigner les ulcères gastriques, soulager les piqures d’insectes, les coupures légères, les petites brulures et coups de soleil… Aujourd’hui, les vertus de l’Aloe vera sont reconnus universellement et scientifiquement.

L’homme a toujours utilisé l’aloès depuis les temps les plus reculés pour soulager bons nombres de ses maux. Utilisé par toutes les grandes civilisations, de nombreux écrits témoignent de ses richesses médicinales et de ses vertus sur le plan cutané. Cléopâtre se servait dit-on de l’aloe vera pour ses soins de beauté. Surnommé « plante divine », « élixir de jouvence », « guérisseur silencieux » ou encore « remède d’harmonie », cette plante a toujours fait l’objet de nombreuses études scientifiques. Grâce aux résultats des recherches, les vertus et la réputation de l’aloès sont aujourd’hui reconnus scientifiquement et adoptés par notre médecine contemporaine ainsi que par l’industrie cosmétique.

Le  » lys du désert » est l’une des plantes les plus anciennes et les mieux considérées…

L’aloès est une plante grasse tropicale aux longues feuilles épaisses vert foncé. Elle appartient à la famille des Liliacées comme le lys, l’oignon, l’ail, l’asperge, le muguet, la tulipe… On répertorie plus de 300 espèces d’aloes dans le monde, toutes ne sont pas médicinales, l’aloe vera est le plus connu et le plus utilisé.
L’aloes pousse naturellement dans les régions semi-désertiques au climat chaud et sec sur des terrains sablonneux et calcaires. Il est originaire d’Afrique équatoriale et mesure de 60 à 80 cm de haut. L’aloès est facile à cultiver et est planté industriellement dans de nombreux pays sur des grandes surfaces (Etats Unis, Amérique Latine, Caraibes…) Chez soi, sa place est conseillée dans la cuisine car son jus apaise coupures et petites brûlures…

L’aloe vera est par excellence la plante des « premiers soins »

L’aloe vera est très riche en vitamines A, B, C, E, en minéraux (calcium, cuivre, fer, lithium, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, sodium, zinc…) en enzymes et en acides aminés essentiels…

L’aloe vera a des vertus digestives, laxatives et cholagogues. Cette plante possède également une action antiseptique, anti-inflammatoire, hémostatique, anti-virale, fongicide et bactéricide. Elle combat la fièvre, favorise la cicatrisation, régénère les cellules, réhydrate et nourrit les peaux sèches. L’aloe vera a en outre des propriétés rafraichissantes.

Bien que la feuille puisse être employée entière, c’est le gel incolore, matière active de la plante, se trouvant au coeur des feuilles, qui est le plus utilisé.

Principales indications : Par Voie INTERNE :

L’aloe vera est conseillé en cas de :

- Fatigue physique, psychique
- Troubles de la mémoire
- Surmenage, stress
- Troubles de la digestion
- Ulcères de l’estomac
- Ballonnements, flatulences

Conseils d’utilisation :

Traitement d’attaque : en cure de 3 mois à raison de 2 à 3 cuillères à soupe par jour. Traitement d’entretien : en cure d’un  mois à chaque changement de saison. L’aloe vera peut être consommé soit pur, soit mélangé à du miel ou à un jus de fruits. Dans tous les cas, reportez-vous aux notices d’information accompagnant les produits.

A noter :

L’aloe vera est un bon complèment alimentaire « tonique » et « vivifiant » en cas de carences ou de diminution des défenses immunitaires.
Attention, à ne pas utiliser par voie interne, pendant la grossesse, chez les enfants ou les personnes agées.

Où le trouver ?

L’aloe vera est vendu sous forme de jus, de capsules dans les pharmacies, les parapharmacies et les magasins bios. Pour que le produit soit efficace, il doit contenir au minimum 90% de principes actifs. L’efficacité dépend avant tout de la pureté du produit, de la méthode de conditionnement et de sa conservation.

aloeveracoupedunefeuile.png Coupe d’une feuille d’aloé vera

Principales indications : Par Voie EXTERNE :

L’aloe vera est conseillé en cas de :

- Brûlures, coups de soleil
- Piqures d’insectes
- Coupures, écorchures
- Irritations de la peau
- Eczema, psoriasis, acné, démangeaisons
- Foulures, entorses, tendinites, articulations douloureuses
- Engelures, gerçures
- Affections du cuir chevelu
- Prévention du vieillissement de la peau

A noter :

L’aloe vera est l’un des meilleurs hydratants qui soit pour le visage et le corps. Il est en effet réputé pour nourrir le derme en profondeur et en fonction de ses besoins… Très prisé en cosmétologie pour ses qualités nutritives, régénératrices, revitalisantes, hydratantes et lissantes, il stimule la régénération cellulaire, la synthèse du collagène et de l’élastine, atténue les ridules et permet la cicatrisation. Ses remarquables vertus et sa non-toxicité en font un agent cosmétique universel…

Où le trouver ?

L’aloe vera est vendu sous forme de gel dans les pharmacies, les parapharmacies et les magasins bios. Faites très attention à la composition et au pourcentage d’aloe vera contenu dans la préparation. Celui-ci devant être le plus elévé possible afin d’obtenir des résultats efficaces.

Recettes naturelles :

** En cas de coupures : faites une entaille en haut d’une des feuilles de l’aloès et laisser couler le gel directement sur la peau. Le gel va stopper l’écoulement de sang et favoriser la cicatrisation. Vous verrez, l’entaille formée sur la plante après le prélèvement, se refermera d’elle même en quelques heures.

** Pour éviter de se ronger les ongles : appliquez un peu de suc jaune extrait à la base des feuilles. Ce liquide au gout très amer empechera de vous ronger les ongles…

Usages multiples :

ACNE, POINTS NOIRS, ECZEMA, PSORIASIS :

Appliqué sur la peau le gel d’aloe vera est très efficace contre les dematoses. II convient aussi bien pour l’entretien des peaux normales que pour le traitement des peaux sèches, grasses et fragiles. Protégeant le pH naturel de la peau, il stimule le renouvellement cellulaire, favorise la desquamation des cellules mortes, adoucit, raffermit et protège. L’épiderme est souple et le teint plus lumineux.

PELLICULES, CHUTE DES CHEVEUX :

L’aloe vera traite les démangeaisons du cuir chevelu, les états pelliculaires, la chute anormale des cheveux. Il convient aussi bien aux cheveux secs qu’aux cheveux gras, fragiles ou abimés. Les cheveux deviennent plus solides, souples, brillants et le cuir chevelu est assaini. Vous trouverez aujourd’hui dans le commerce de nombreux shampooings et soins à base d’aloe vera.

PIQURES D’INSECTES, DEMANGEAISONS:

Le gel d’aloe vera arrête les démangeaisons et soulage les piqûres d’insectes. Il sert également à éloigner les insectes.

EPILATION, RASAGE :

Le gel d’aloe vera calme les irritations, les petites coupures, les rougeurs dûes à l’épilation ou au rasage… Il assouplit et adoucit la peau.

COUPURES, EGRATIGNURES, ECORCHURES :

Le gel d’aloe vera est souverain pour les coupures, les égratignures et les écorchures. Après avoir nettoyé soigneusement la plaie, appliquez le gel afin de stopper le saignement et éviter la formation d’une cicatrice.

BRULURES LEGERES, COUPS DE SOLEIL :

Le gel d’aloe vera apaise, rafaichit et soulage les brulures légères quelles qu’en soient les causes (liquide bouillant, feu, electricité…).

VERGETURES :

Appliqué régulièrement, le gel d’aloe vera préserve de façon efficace la peau des vergetures.

COURBATURES, MAL DE DOS :

Massez légèrement les régions douloureuses avec du gel d’aloe vera.

FOULURES, ENTORSES :

De nombreux athlètes utilisent l’aloe vera pour prévenir et soigner les foulures, les entorses, les tendinites… En cas de claquage ligamentaire, posez une poche de glace sur la région douloureuse puis appliquez du gel d’aloe vera.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 21 Commentaires »

LE SAFRAN

Posté par eurekasophie le 18 janvier 2009

safran.jpgSaviez-vous qu’une plante connue de tous, le Safran, présente dans notre alimentation depuis des siècles, avait des propriétés bénéfiques pour la santé ?

safranfleur2.jpg safranfleur.jpg

La fleur de safran: le crocus sativus

LE SAFRAN

L’ANTI-KILO, L’ANTI-DEPRIME

Ce qu’Eric FAVRE soupçonnait sur les vertus du safran, avant d’entamer de longues recherches, lui donna raison. En effet pour ce passionné des plantes, l’étude qu’il a menée pendant plusieurs années se confirma scientifiquement. Dans ce dernier livre, il dévoile le secret, si bien gardé depuis des millénaires, de cette fleur à la robe délicate, surnommée l’Or des Perses. Un voyage extraordinaire à travers les siècles, et des découvertes scientifiques prouvant les effets spectaculaires du safran sur notre santé.

L’ouvrage est un mélange subtil de botanique, d’histoire et de pharmacopée basée sur les stigmates du précieux crocus lui donnant une dimension pratique et culturelle.

Un livre enchanteur qui vous accompagnera sur le chemin de la santé.

« Selon les Romains, le safran serait né, en effet, des étreintes charnelles de Jupiter et de Junon. En tous lieux où ils s’aimèrent, de

la semence mâle se répandit sur le sol, donnant ensuite naissance à des crocus générant le « safran« .

Les vertus du safran sur la dépression.

100% des gens ne sont plus déprimés après 14 jours .

bouton0053.gifLes Français consomment 4 fois plus d’antidépresseurs que les Italiens, et 5 fois plus de somnifères que les Allemands. Or, ces médicaments ont de multiples effets secondaires: somnolence diurne, risques accrus d’accidents de voiture, manque de concentration…..

C’est la raison pour laquelle Eric FAVRE a formulé des produits naturels, à base de safran, sans effets secondaires ni accoutumance, pour des résultats scientifiquement prouvés sur les dépressions.

Les vertus du safran sur la minceur.

80% des gens perdent du poids

78% de diminution de l’envie de sucre

bouton0053.gifL’action coupe-faim du safran avec diminution de l’appétit pendant les repas et suppression du grignotage entre les repas, sont accompagnés de conséquences bénéfiques sur la gestion du comportement alimentaire. La prise de conscience que l’on peut ainsi contrôler sa faim encourage naturellement à poursuivre cette voie sur le long terme dans un processus continu de régulation pondérale maîtrisée, source de bien-être, d’équilibre, d’harmonie corporelle et mentale.

flche12.gif                 http://www.placedeslibraires.fr/detaillivre.php?gencod=9782917764015

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 3 Commentaires »

123
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant