• Accueil
  • > ETUDES, CHIFFRES ET FAITS....

HEPATITE C

Posté par eurekasophie le 29 septembre 2009

 

 

FEUILLES DE MYRTILLES CONTRE L’HÉPATITE C

myrtilles.jpg

Le virus de l’hépatite C, localisé dans le foie, peut mener à une cirrhose ou un cancer du foie.

Des chercheurs japonais se sont intéressés aux meilleurs soins pour soulager la population de Miyazaki, dans le Sud du Japon, victime d’un nombre élevé de cas d’hépatite C.

Ils ont étudié près de 300 plantes: ce sont les feuilles de vaccinium virgatum ou  » myrtille oeil-de-lapin « , variété du sud-est des USA , qui présentent les meilleurs résultats.

Ces feuilles contiennent de la proanthocyanidine, un polyphénol présent aussi dans le raisin et le vin.

L’excès de proanthocyanidine peut parfois se révéler dangereux, mais l’équipe du Dr Kataoka a déterminé que la concentration efficace était 100 fois inférieure au seuil toxique.

Ce dosage pourrait alors être pris sous forme de complément alimentaire.

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

VITAMINE C

Posté par eurekasophie le 28 septembre 2009

 

 

VITAMINE C

orangegif.gif

orangegif.gifET TROUBLES NEURO-MUSCULAIRESorangegif.gif

La vitamine C pourrait devenir un médicament pour une mAladie orpheline. L’acide ascorbique vient en effet d’être testé pour la première fois avec succès chez l’homme, dans le cas de la maladie de Charcot-Marie-Tooth.

Cette maladie génétique neuromusculaire – à ne pas confondre avec la maladie de charcot ou sclérose latérale amyotrophique- entraîne une atrophie musculaires, des crampes et des douleurs. Elle concerne environ 30 000 personnes en France .

Les travaux du Dr Joëlle Micaleff-Roll ( CHU de la Timone, Marseille) montrent que  » l’administration quotidienne de 3 g de vitamine C pendant 1 an est liée à une amélioration des symptômes. » Ces résultats encourageants doivent être confirmés sur une période de prise plus longue.

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | Pas de Commentaire »

FAIRE POUSSER SES CHAMPIGNONS

Posté par eurekasophie le 17 septembre 2009

logochampi.gif

 champignon.jpg 

Cliquez sur l’image pour avoir un aperçu des champignonnières

MAIS

Faire pousser ses champignons de Paris (même sans habiter à Paris).

Peut-on faire pousser des champignons à la maison ? Oui ! Facile, amusant à faire avec les enfants

100 % naturel , expérience à ne pas rater.

Surprise de découvrir chez le pépiniériste un « kit de jardinage » pour faire pousser ses champignons de Paris à la maison, un peu sceptique aussi, Anne Dufour a testé pour vous la culture sylvestre dans un petit appartement au cœur de la ville. Ça marche, et c’est garanti sans pesticides ! Autre avantage : on ne risque pas de s’intoxiquer, le champignon de Paris n’ayant rien d’une amanite phalloïde. Enfin, le coquin se laisse désirer avant de pointer son bout de nez tout blanc : une école de patience pour redécouvrir que la nature prend du temps pour produire, et l’occasion d’enseigner aux enfants apprentis jardiniers que les aliments se respectent, les végétaux obéissent à des cycles de vie, etc.

Vous voulez savoir à quelle vitesse les choses progressent ? lisez la progression pas à pas !

JOUR 1

champicom2.jpg

 

J’ouvre la boîte en polystyrène, très légère odeur de champignon ( très agréable ), je verse la terre au fond du seau, j’ajoute l’équivalent d’une tasse d’eau, je couvre le seau d’un sac plastique. Bonne nuit !

 

JOUR 2

La terre s’est bien imprégnée de l’eau, je la répartis sur le compost. Et hop ! Je range la boîte dans un coin, chez moi, pour respecter les 22 °C requis. Dehors, il commence à faire frais. La boîte est très propre, aucun problème .

JOUR 5

J’asperge la terre d’eau. Un peu déprimant: il ne se passe rien, sinon quelques petites moisissures ici et là, sans aucun rapport avec le moindre  » vrai  » champignon…..

JOUR 7

Statut quo. Je sais qu’il faut être patient, mais je ne peux pas m’empêcher de me demander si, par hasard je n’aurais pas raté quelque chose, une étape. Mais vraiment, je ne vois pas bien quoi. Vu qu’il n’y a rien à faire ou presque, sinon attendre ! Ah, voilà, ça doit être ça que je ne sais pas faire !

JOUR 12

Mon ami passe chez moi .  » C’est ça tes champignons ? ! « . Moqueur, il me fait miroiter ironiquement une récompense qu’il imagine que je n’obtiendrai jamais .  » Si tu arrives à obtenir ne serait-ce qu’un seul champignon, je t’offre un déjeuner au restaurant « . Le challenge vaut le coup ! Rien que pour lui faire regretter son air narquois, je décide de persévérer, malgré effectivement quelques doutes sur mes aptitudes à faire pousser des champignons. Mais ils précisent bien sur la notice qu’avant le jour 19, il ne faut rien espérer. Nous en sommes encore loin ! Laissons faire la nature.

JOUR 17

champignon1.jpg

Hourra ! il est assez petit, mais tout simplement magnifique. Chapeau blanc immaculé, petit pied tout doux. Une spendeur. J’ose à peine le regarder plus de 2 minutes, je referme le couvercle pour le laisser grandir en paix, dans l’obscurité. J’ai gagné haut la main mon déjeuner au restaurant. Je prendrai un plat du jour avec des champignons, s’il vous plaît…..

JOUR 22

champignon.jpg

Alors là, chapeau ! Petit champi est devenu grand, géant ! De joie, je le cueille sans réfléchir. Il est 16 heures, mais je ne résiste pas, il faut que je le mange tout de suite, comment attendre ne serait-ce que jusqu’à l’heure du dîner ? Un goûter au champignon, original ! Un pur délice. Quand je pense que c’est moi qui l’ait fait ! Enfin, presque …..Je remets sagement la boîte en place. C’était ce qu’on appelle  » la première portée  » . J’attends la suite avec curiosité, mais moins d’impatience. Je sais désormais le rythme imposé par la nature. Je sais aussi que les conditions sont réunies pour une seconde  » portée  » , il n’y a plus qu’à patienter tranquillement…..

champignoncoup.jpg

JOUR 30

Deuxième récolte. Deux beaux spécimens, avec des petits bébés qui pointent le bout de leur nez…. ça devient routine !

champignonsennombre.jpg

Et ainsi de suite pendant 4, 5 portées, les champignons étant à chaque fois plus nombreux. Puis ils se sont raréfiés: mycélium fatigué, sans doute.

Où se procurer un

 » Kit à champignons  » ?

Il existe plusieurs marques de kits pour faire pousser ses champignons à la maison. Renseignez-vous dans les jardineries, toutes ou presque en proposent désormais.

Coup de : logochampi.gif cliquez sur la vignette ..

Un kit facile d’utilisation, inratable grâce à un système breveté, sans pesticide ni produit chimique quelconque.

L’assurance d’avoir des champignons sains.

gifchampi.gif

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 7 Commentaires »

On en parle ….LA STEVIA

Posté par eurekasophie le 10 septembre 2009

stevia1phd.jpgstevia.jpg

 

A gauche, Stévia fraîche. A droite, Stévia sèchée

 

steviaresizel.jpg

 

Stévia en poudre

 

Qu’est-ce qui a un pouvoir sucrant 200 fois supérieur au sucre, tout en affichant zéro calorie et qui pousse dans les forêts d’Amérique du Sud ? Une plante originaire de la vallée du Rio Monday dans les hauts plateaux du Paraguay, non loin des chutes d’Iguazu dans la région transfrontalière entre le Brésil, l’Argentine et le Paraguay. Aussi appelée herbe douce ou Ka’a-He’e c’est une plante médicinale connue par les indiens Guarani depuis bien avant la colonisation des Amériques, ils l’utilisent pour adoucir les aliments et notamment le maté.

La Stevia rebaudiana.

Inoffensive en apparence, cette petite plante dispose de tous les atouts pour faire trembler le marché très prisé des édulcorants. L’une de ses applications industrielles est la feuille séchée réduite en poudre, à utiliser comme du sucre classique. Une autre est l’extraction des molécules qui donnent le goût sucré : les steviol, les stéviosides et les rebaudiosides. Le produit fini sert alors d’édulcorant.

Comme ses concurrents de synthèse, ses applications dans le gargantuesque monde du «light» sont innombrables : sauces, confiseries, boissons, plats cuisinés, produits lactés, pâtisseries… Les géants américains du soda ne s’y sont pas trompés et s’apprêtent à utiliser l’un des composés de la plante dans leurs boissons sucrées. Tandis qu’au Japon, elle est consommée depuis 1975, au point d’avoir raflé 40 % du marché des édulcorants. En France, elle est totalement méconnue. Et sa vente soumise à une régulation casse-tête.

 En matière d’aliments, la législation européenne est indigeste. Et selon qu’on utilise la plante entière ou ses extraits, on ne tombe pas sous le coup de la même réglementation. Pour utiliser une plante en Europe, il faut qu’au moins un des pays de l’Union la consomme. Ce qui n’est pas le cas, la plante poussant en Amérique du Sud. «Stevia rebaudiana est un aliment qui n’était pas consommé de façon significative en Europe avant 1997. A ce titre elle dépend du règlement européen Novel Food, relatif aux nouveaux aliments et aux nouveaux ingrédients alimentaires. Elle doit faire l’objet d’une autorisation de mise sur le marché», explique-t-on à la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes. Ainsi, une plante utilisée depuis des millénaires par les Amérindiens est considérée comme nouvelle en Europe. C’est ce que dénonce Claudie Ravel, patronne de Guayapi Tropical, société spécialisée dans les plantes amazoniennes et condamnée début décembre pour «tromperie». Sa faute ? Avoir vendu de la poudre de feuilles comme «complément alimentaire à fort pouvoir sucrant». Cela fait dix ans que Guayapi Tropical souhaite enregistrer la plante comme complément alimentaire et non comme nouvel aliment. «Hors de question d’enregistrer cet ingrédient traditionnel dans la catégorie Novel food, dans laquelle on retrouve les OGM», dit-elle.

Autre obstacle majeur à sa commercialisation, les doutes sur l’innocuité de la plante. Les différentes autorités françaises et européennes ont argué de son potentiel contraceptif pour interdire sa mise sur le marché. Depuis quinze ans, les études contradictoires s’enchaînent. «En juin 2008, le comité d’experts de l’OMS a enfin défini une dose journalière admissible. Si la Commission européenne met des bâtons dans les roues de la stevia c’est parce qu’elle est achetée par le lobby du sucre», prétend Jan Geuns, professeur à l’université de Louvain et président de l’Association européenne de la stevia.

ALORS QUE ……

- La totale absence de toxicité de cette substance et l’absence d’effet hypoglycémiant ont été démontrées lors d’expérimentations répétées de 1931 à 1982.
- Son pouvoir sucrant est supérieur à celui du saccharose.
- Plante très appréciable en cas de régime alimentaire et pour les personnes ne pouvant consommer de sucre.
Conseils d’utilisation: le Stévia peut être saupoudré dans les liquides ou sur les aliments. 1/4 ou 1/2 cuillère à café selon les goûts et la saveur désirée.
Il peut être cuisiné à volonté et possède un léger arôme de réglisse.
Feuille de plante issues de la cueillette sauvage au sud du Mato Grosso (Brésil) et Paraguay.
Principaux composant: Stéviosides, Rebaudiosides, Sélénium, Magnésium, Calcium et vitamine C.


 Enjeux économiques


Enormes évidemment.
Des pays s’y investissent totalement : Japon, Corée, Israël, tandis que d’autres commence à s’y intéresser : pays asiatiques, Chine, le nouveau Pandore, le Liban, la Suisse…
Les Etats-Unis et l’Europe «font la grimace», car évidemment, il y a beaucoup d’intérêts financiers en jeu et les sociétés concernées ne sont pas prêtes.
Seul, le Professeur belge Geuns étudie à l’Université de Louvain le dossier d’agrément au sein de Communauté européenne.
Nos centres de recherches français n’ont pas officiellement de programmes de recherches sur la stévia, même si en réalité tout le monde se prépare à cette révolution, que les grosses multinationales s’efforcent de retarder…

 
EN DÉPIT DES EMBÛCHES…..En dépit des embûches, de nombreux initiés consomment la Stevia rebaudiana en cachette. On en trouve dans les rayons cosmétiques des boutiques bio, et même telle quelle en pot. «Elle est vendue comme plante d’ornement, mais officieusement, elle est consommée à la place du sucre», explique Patrick Merland, patron de la Maison du stevia, qui vend 4 000 à 5 000 plants par an. Certains pâtissiers ou cuisiniers la commandent sur Internet en provenance du Canada. «Les choses bougent, souligne Patrick Merland. La plante n’a pas changé, mais les gens qui déposent les dossiers, eux, ont changé.»Si Coca-Cola se met à la stevia, les barrages administratifs ne devraient en effet pas tarder à céder.

Voici le commentaire d’Aurore, une sympathique internaute

aurore a dit:
10 septembre 2009 à 11:27 éditer
Bonjour et merci pour ce petit récapitulatif, toutefois il est a noter que la Stevia vient enfin de recevoir une autorisation de mise sur le marché (en date du 6 septembre 2009, cf le journal officiel) et il est assez probable que la pression des gros industriels y soit pour quelque chose. Reste a savoir si les extraits industriels sont aussi sains que la plante elle même, si vous êtes comme moi adeptes de produits 100% naturel vous prefererez probablement utiliser des feuilles fraiche ou sechée que vous aurez cultivés vous même. Si vous voulez en apprendre plus sur la culture de la Stevia vous pouvez visiter Wikipédia ou le site de cette asso : .En revanche pour les extraits type sucre blanc/sucre en poudre il va falloir attendre encore un peu ou alors acheter sur des sites Internet étrangers. allez, miam a tous !

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 7 Commentaires »

POLYARTHRITE…….

Posté par eurekasophie le 8 septembre 2009

 

 

 

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE ,

plus grave en hiver

Une équipe de l’hôpital Lapeyronie de Montpellier montre que la POLYARTHRITE RHUMATOÏDE  ( PR ) évolue plus ou moins

favorablement selon la saison, l’hygiène bucco-dentaire et le tabagisme. Les chercheurs ont constaté que la progression des lésions articulaires est plus lente au printemps et en été. Par ailleurs, les inflammations gingivales et le tabagisme favorisent les formes sévères de PR. L’arrêt du tabac, une bonne hygiène bucco-dentaire et la prise régulière de probiotiques ( qui limite les infections parodontales ) sont donc des solutions simples pour ralentir la progression de cette maladie.

Infections parodontales

En tant que femme, savez-vous que vos besoins en santé parodontale sont spécifiques ? A chaque étape de votre « vie hormonale » – puberté, menstruation, contraception, grossesse, ménopause votre état nécessitera des soins adaptés. La parodontite étant souvent une maladie « silencieuse », de nombreuses femmes ignorent qu’elles sont atteintes d’infection parodontale, avant que celle-ci n’atteigne un stade avancé. Pourtant, à chaque étape de votre vie, vous pouvez et vous devez protéger votre santé bucco-dentaire.

Une bonne hygiène bucco-dentaire est impérative pour contrebalancer l’influence négative des changements hormonaux . Consultez un professionnel de la santé bucco-dentaire deux fois par an.Adressez-vous à votre dentiste ou à un parodontiste si vous remarquez que :

 

vos gencives saignent au brossage,

 

vos gencives sont rouges ou gonflées,

vos dents se déchaussent.

Les probiotiques en question…

Les probiotiques sont des micro-organismes qui, lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent un effet théoriquement bénéfique sur la santé de l’hôte. Les probiotiques sont des bactéries ou levures, ajoutées comme compléments à certains produits alimentaires, comme les yaourts ou les céréales par exemple, et qui aident à la digestion des fibres, stimulent le système immunitaire et préviennent ou traitent la diarrhée.

Pour que les probiotiques aient un effet bénéfique sur la santé, il faut que plusieurs conditions soient réunies.

probiotiquesps1.jpg Cliquez sur l’image pour en savoir plus ….


 

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 2 Commentaires »

UNE PESTE VEGETALE

Posté par eurekasophie le 8 septembre 2009

 

Véritable calamité dans la région Rhône-Alpes, l’ambroisie à feuilles d’armoise ( Ambrosia artemisiifolia L . ) remonte

vers le Jura, la Champagne et le reste de la France.

Très léger, son pollen pénètre les bronches et s’accroche avec ses picots. Il reste en place, provoquant eczéma, yeux larmoyants, rhinites, problèmes pulmonaires avec surinfection rapide à la mauvaise saison. Les autorités sanitaires appellent à des actions collectives de destruction, avant que les pollens ne se disséminent dans l’environnement.

Selon la DGS ( Direction Générale de la Santé ),  » pour éviter la production de pollen et limiter la reproduction et l’expansion de cette plante, les plants d’ambroisie doivent être systématiquement détruits, en priorité avant la floraison  » . Pour distinguer les feuilles de l’Ambrosia artemisiifolia ( qui ressemblent à celles de l’Artemisia annua , plante utilisée contre le paludisme, mais qui ne présente pas les mêmes risques de dissémination ni d’allergies ), il suffit de visiter le site http://www.ambroisie.info/ .

Pour tout savoir sur l’Artemisia annua et le paludisme, rendez-vous sur http://www.grainesdelespoir.org/

ambroisie1.jpg

Ambrosia artemisiifolia L .

artemisiaannua.jpg

Artemisia annua

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | Pas de Commentaire »

INFO….DE DERNIERE MINUTE !

Posté par eurekasophie le 20 août 2009

 

 Chers internautes,

Il y a quelques mois de cela, j’ai écrit dans la catégorie  » Etudes, chiffres et faits  » un article

—s’appuyant sur des sources que je jugeais fiables —

 

visant à informer que les cactus …..

Mais lisez plutôt ce dont il était question….

 

 Vous travaillez sur un écran ? Evitez les maux de tête !

 Des chercheurs américains ont constaté que plus de 80 % des personnes travaillant devant un écran d’ordinateur se sentaient moins fatiguées et souffraient moins de maux de tête si elles plaçaient un cactus à proximité.

Ils pensent que le cactus contient des substances qui neutralisent la pollution électromagnétique, une qualité développée en vivant sous le soleil brûlant du désert.

Il semblerait d’après un article écrit par Grassieralain, que le cactus ne neutraliserait pas la pollution électromagnétique !!

Voici sa source : cliquez sur le cactus s’il-vous-plaît .

cactusgif2.gif

 

Bref ! Rien ne vous empêche de mettre un cactus sur votre bureau à proximité de votre ordinateur, ne serait-ce que parce que vous trouvez ça joli !

Mais il ne vous débarrassera peut-être pas de vos maux de tête !

Comme quoi il est intéressant de se pencher sur les articles des amis blogueurs.

Merci Arsène !

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 2 Commentaires »

PATHOLOGIES : LES LYMPHOMES

Posté par eurekasophie le 29 juillet 2009

scannersite1.jpg

 

 

 

lymphome.gif

 

 

LES LYMPHOMES

DES CANCERS SANGUINS QU’ON PEUT VAINCRE

 

lymphomes.jpg

Les lymphomes correspondent à une famille d’une trentaine de cancers sanguins caractérisés par une atteinte du tissu lymphoïde, c’est à dire des organes qui comportent des lymphocytes B et T, les cellules de l’immunité. Depuis une vingtaine d’années, le nombre des lymphomes augmente régulièrement dans les pays développés sans que l’on sache vraiment pourquoi ( il a pratiquement doublé en 20 ans ). 6 ème cancer en matière de fréquence en France ( 3 ème chez l’enfant ), les lymphomes touchent 200 000 personnes et concernent 12 000 nouveaux malades chaque année. Il s’agit de la forme de cancer du sang la plus répandue.

ATTEINTE DE L’ADN

 

adn.gif

 

Les lymphomes peuvent survenir à tout âge, quel que soit le sexe. On n’en connaît pas encore précisément la cause si ce n’est qu’il existe une lésion de l’ADN des lymphocytes. Dans certains cas, le lymphome est lié à une infection virale ( virus d’Epstein-Barr).

C’est le cas du lymphome dit de  » Burkitt » qu’on rencontre surtout chez les enfants en Afrique. Enfin, tout déficit immunitaire peut faciliter l’apparition d’un lymphome ( sida, traitement immunosuppresseur….).

 

 

lymphomedeburkitt2.jpg

Enfant atteint du lymphome dit de  » Burkitt »

DEUX FAMILLES ….

Les lymphomes se développent dans le tissu lymphoïde, autrement dit dans les organes qui abritent des lymphocytes B et T, les cellules de l’immunité, comme les ganglions. Plus exactement, on distingue deux familles de lymphomes, les lymphomes dits  » hodgkiniens », ou  » maladie de Hodgkin » qui représentent un lymphome sur 7 environ et, par oppostion, les lymphomes dits  » non hodgkiniens » ( LNH ). 

On en décrit une trentaine, d’évolution et de gravité diverses, selon les organes touchés- poumons, plèvre, ORL ( amygdales), cerveau, peau, système digestif…… Au cours de leur évolution, les cellules anormales peuvent envahir le sang et la moelle osseuse.

….ET DEUX FORMES  

Lors d’un LNH, il est important de déterminer de quelle forme et de quel type de lymphocyte touché ( B ou T ) il s’agit afin d’établir le pronostic et de mettre en route le traitement.

ON DÉCRIT DEUX FORMES DE LNH:

la forme dite  » indolente  » , à croissance lente, peu sensible à la chimiothérapie et qui concerne plutôt les personnes de 50 à 60 ans. La survie des malades peut être prolongées.

la forme dite  » agressive » , à croissance rapide, très sensible à la chimiothérapie. Elle touche les patients plus jeunes.

DES GANGLIONS…..

Tout comme dans la maladie de Hodgkin, les LNH se manifestent par une augmentation de volume des ganglions superficiels ( petites tuméfactions arrondies enchâssées sous la peau), ou adénopathies, peu douloureux et peu inflammatoires. D’autres symptômes doivent alerter, comme la fièvre, une altération de l’état général ( des signes souvent prédictifs d’une atteinte viscérale ), une fatigue, des sueurs, des démangeaisons ( prurit), une augmentation de la taille de la rate ( splénomégalie), ou encore un amaigrissement rapide. Enfin, du fait de la grande variété des organes touchés, d’autres symptômes peuvent apparaître en fonction du volume de la tumeur ( masse abdominale ou thoracique, lésion cutanée, signes neurologiques….).

……..QUE LE MEDECIN VA ANALYSER

Qui dit ganglion dit ponction. La ponction à l’aiguille sous anesthésie locale ( ou une biopsie ganglionnaire sous anesthésie générale ) permet de mettre en évidence l’envahissement du ganglion par des cellules anormales. Une biopsie sous endoscopie ou guidée par scanner permet de son côté d’explorer certaines lésions viscérales accessibles. D’autres examens sont nécessaires afin d’évaluer l’envahissement général ou de surveiller l’évolution de la maladie sous traitement: ponction lombaire en cas de lymphome agressif, radiographie ou scanner du thorax, scanner abdominal, tomographie par émission de positions ( TEP), examen de sang ou biopsie de la moelle osseuse. De son côté, le dosage de l’enzyme LDH ( lactate déshydrogénase) est un facteur pronostic dans les LNH.

DES TRAITEMENTS PERSONNALISÉS

Le traitement et le pronostic diffèrent en fonction de la forme exacte du lymphome concerné ( indolent ou agressif….), du type de cellules rencontrées ( lymphocytes B ou T ), de son extension ( existence d’atteintes ganglionnaires de part et d’autre du diaphragme, au niveau des viscères, de la moelle osseuse….), de son évolution, de l’existence de certains paramètres sanguins ( LDH) et bien entendu de l’âge du patient. Le traitement comporte, seules ou en association, la chimiothérapie, la radiothérapie ( formes localisées), les autogreffes de cellules souches et l’immunothérapie ( utilisation d’anticorps monoclonaux anti CD-20).

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 1 Commentaire »

UN LIT POUR DEUX

Posté par eurekasophie le 27 juillet 2009

humourlit.gif 

 

 

 

 

LE PHÉNOMÈNE RESTE MARGINAL, mais de plus en plus de couples tentent, si l’espace le permet, d’avoir chacun leur chambre.

Combien, à l’opposé, dorment ensemble par habitude ou par manque de place ?

Pas tant que ça, puisque la plupart trouvent inconcevable de ne pas s’endormir dans le ……..

MÊME LIT .

Chez nous, en France, l’affaire est claire, c’est un lit pour deux. Ce pays de tradition catholique prône la fusion des corps !

A l’opposé, c’est une habitude protestante que les Anglo-Saxons ont conservé de dormir chacun dans son lit. Autour du bassin Méditerranéen, en Grèce, en Turquie, les amoureux doivent, dans les hôtels, rapprocher les lits jumeaux, bricoler draps et couvertures pour, finalement, se coincer en pleine nuit entre les deux matelats. Pour les Orientaux, c’est chacun sa natte ou son matelas.

MAIS POURQUOI DORMENT-ILS ENSEMBLE ?

ils sont plutôt du genre fusionnel et vivre avec quelqu’un, c’est évident, c’est dormir avec lui, le bonheur c’est de sentir l’autre en permanence à côté de soi. Alors, pour eux, faire chambre à part, c’est le commencement de la fin ! On commence par ne plus dormir ensemble, puis on s’éloigne émotivement et cela mène à la rupture: si on ne se supporte plus la nuit, comment se supporter la journée toute une vie !

ils sont traditionnels et pensent que c’est bien de dormir ensemble, mais que si l’un des deux est malade, ou après une soirée trop arrosée, c’est indispensable de pouvoir squatter la chambre d’amis, ou, le cas échéant, le canapé.

ils ont un caractère foncièrement individuel et pensent qu’il faut vivre et dormir selon ses envies et ses horaires. Un lit pour le meilleur, pas pour le pire ! Pour eux, des chambres séparées, c’est le garant d’une bonne entente et d’une libido au top : leur vie de couple se passe mieux depuis qu’ils passent de bonnes nuits séparés : le sommeil est une denrée trop rare pour le mettre en péril.

VOUS ÊTES FUSIONNEL, IL ( ELLE ) EST INDIVIDUEL (LE):

ÇA SE GÂTE !

Vous êtes de ceux qui aimeraient bien dormir seuls dans son lit de temps en temps. Mais le hic, c’est que votre conjoint ne l’entend pas de cette oreille. Dès que vous abordez le sujet la suspicion s’installe : ne vous aimerait-il pas moins, vous trouverait-il moins désirable ? Vous avez beau expliquer que vous adorez vous endormir contre elle ( lui ) mais que vous avez juste parfois besoin d’intimité, d’espace vital, il ( elle ) considère cela comme une trahison: si vous l’aimez, vous devez dormir avec elle ( lui ).

VIVRE AU LIT

Nous passons un tiers de notre vie à dormir, mais dans un lit, qu’est-ce qu’on fait d’autre ? L’amour, bien sûr ! Pas seulement puisque certains y travaillent sur leur ordinateur portable, y lisent ( avec une lampe orientale pour ne pas gêner le dormeur ), y regardent la télé ( un tue l’amour pour beaucoup d’interrogés ), y écoutent de la musique ( en duo ou avec un casque ) , ou y mangent au grand dam du conjoint maniaque.

ET LA LIBIDO DANS TOUT ÇA ?

L’appétit vient en mangeant disent les fusionnels, c’est le contact des corps qui déclenche le désir. Ils ont besoin de sentir l’odeur, la peau de l’autre qui suscitent une envie à n’importe quel moment de la nuit. Pas question de planifier leurs ébats. Et puis, si on ne partage le même lit que pour l’amour, cela ressemble à une relation amant/maîtresse. Justement ! Clament les individuels qui pensent que la libido est tuée par la proximité permanente des corps. Sans compter la télé, les chaussettes sales, les ronflements, les nuisances des péteurs. Faire chambre à part apporte une dose supplémentaire de séduction. Il ne suffit plus d’étendre le bras pour caresser une cuisse : l’escapade nocturne qui vous amène dans une tenue sexy avec un sourire coquin jusqu’à la chambre de votre conjoint est une façon de faire monter le désir !

Qu’est-ce qui les fait dormir sur le canapé ?

dormirsurcanap.jpg  Une engueulade, un coup dans le nez, un enfant malade, un boulot

charrette, les ronflements, les grincements de dents, une poussée de fièvre ou une toux  compulsive, mais en

dehors de ces circonstances exceptionnelles, ce n’est pas concevable.

 

A quand le lit pivotant suivant nos besoins ?

Pour un sommeil profond placez la tête de votre lit au Nord.

Pour un sommeil tonique, en période d’examens ou de créativité, c’est la tête à l’Est qui stimulera votre activité cérébrale.

Attention à la tête à l’Ouest : mélancolie et cauchemars garantis !

Enfin le Sud, c’est le pire, puisque c’est nuisible à la santé en général.

TÉMOIGNAGES

•••Lamant

 » je ne peux partager mon sommeil qu’avec quelqu’un avec qui j’ai une très grande intimité. Impossible donc de dormir avec un amant de passage. Le sommeil est pour moi un état de grande vulnérabilité et je déteste l’idée qu’on me regarde dormir. Alors, je me suis toujours arrangée pour partir vers quatre heures du matin après l’amour ou pour prier le chéri du jour de regagner ses pénates. Et puis quelle horreur de partager ce moment si intime du réveil où l’on est pas toujours au mieux de sa beauté. Quant aux petits-déjeuners pendant lesquels on découvre qu’on n’a rien à se dire: je préfère rester sur l’extase de l’amour !  »

•••L’amour de ma vie

 » Le bonheur , c’est de pouvoir s’imbriquer parfaitement quand on ferme les yeux, de sentir la chaleur et l’odeur de l’autre, de rouvrir un oeil dans la nuit et de nouveau se coller contre le dos qu’il nous offre, et inversement, se retourner et qu’il vienne nous enlacer….Il y a aussi l’oreiller qui garde son odeur: je le serre en m’endormant dans mon lit vide quand il ne dort pas avec moi. »

•••Un territoire grand comme un mouchoir de poche

 » Les manies nocturnes et les pathologies du sommeil sont parmi les principales sources de conflit dans le couple, constate Fabrice Jurysta sexologue clinicien et médecin psychiatre au Labo du sommeil de l’hôpital Erasme, à Bruxelles. Des partenaires aux habitudes très différentes ont parfois du mal à trouver un terrain d’entente. »

•••Il ronfle, mais je tiens bon !

«  On travaille ensemble, et, en plus, il faut passer ses nuits ensemble, s’exclame Isabelle. Gilles se couche vers une heure du matin alors que je dors depuis 10 heures du soir. Je peux m’estimer heureuse s’il n’allume pas le plafonnier pour retrouver ses lunettes. Il est gelé et je fais office de radiateur en plein sommeil. Réveil garanti au moment où il sombre dans les bras de Morphée avec force ronflements: ça me donne des envies de meurtre. Le repli sur le canapé est obligatoire si je veux me rendormir, car, dès qu’il arrête de ronfler, j’ai peur qu’il ne soit mort ! Inconcevable pour lui, néanmoins de faire chambre à part, ses parents qui se détestaient n’ont jamais dormi dans le même lit. »

•••J‘aime, il ( elle) n’aime pas

 » Couvert ou découvert: il a toujours trop chaud, j’ai toujours froid alors pas question de laisser la fenêtre ouverte avec toutes les bestioles qui peuvent rentrer. Mais dormir la fenêtre fermée, ça le rend claustro ! »

•••Dormir collés

 » Moi j’ai besoin de mon doudou vivant, je m’endors la tête sur lui ! Mais il n’aime pas être collé, être sollicité sans arrêt, devoir assurer. »  » Elle n’arrête pas de bouger, je m’éloigne pour avoir la paix ! »

CHACUN SA PLACE

A droite ou à gauche, la plupart d’entre nous sont des maniaques du côté de la fenêtre ou de celui du mur, ou, au contraire ne supporte que de dormir du côté de la porte ( pour pouvoir fuir plus vite en cas de danger ? ) . Ceux-là, vous les trouverez toute leur vie, quel que soit le lieu où ils dorment et le partenaire du moment, squattant le même côté du lit. Quand ils sont seuls, c’est à peine s’ils se recentrent, se contentant de s’étaler les bras en croix et les jambes écartées, ou s’installent en travers, mais la tête de LEUR côté….Un bon moyen pour ne pas se retrouver par terre quand il ( elle ) prend toute la place et pouvoir, le cas échéant, se faire la gueule chacun à un bout en se tournant le dos sans se toucher : un lit King Size, ( à partir de 200 x 220 ). Cela permet d’accueillir les cauchemars du petit dernier sans être tassés comme des saucisses Herta. Et pourquoi pas avec deux matelas si on dort avec un agité, et avec deux couettes pour éviter le tirage ou l’enroulement façon rouleau de printemps pendant que le perdant se transforme en glaçon.

 

 

humourlit2.jpg

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 4 Commentaires »

MAIS QU’EST-CE DONC ?

Posté par eurekasophie le 25 juillet 2009

 

mer.jpg quinton.gifmer.jpg

René Quinton ( 1866-1925)  

 

Le plasma de Quinton

René Quinton (1866-1925), physiologiste et biologiste français, a démontré l’analogie entre le plasma sanguin de l’être humain et l’eau de mer, milieu dans lequel la vie a pris naissance sur terre. Le corps humain est constitué de 70% d’eau. Les liquides vitaux que sont la lymphe, le plasma sanguin et le liquide interstitiel ont la même composition et la même structure minérale vivante que l’eau de mer.C’est ce que l’on appelle «le milieu intérieur» ou encore «le terrain». La notion de terrain, dérivée de l’agriculture, met en évidence le fait que les maladies, comme les parasites, ne se développent qu’à la faveur d’un terrain déséquilibré. Pour maintenir sa santé, il faut préserver l’équilibre du milieu intérieur, c’est-à-dire du terrain.

Expériences biologiste.gifMême si René Quinton estimait que le plasma marin pouvait être bénéfique pour régénérer les tissus et les cellules du corps humain, il lui fallut d’abord s’assurer de l’innocuité de son produit en le testant sur des animaux.A un premier chien, il injecta du plasma marin à une vitesse comparable à celle de l’élimination rénale de l’animal. Le chien reçut une quantité de liquide égale au poids de son corps, sans que son organisme en souffre.Quinton répéta la même expérience avec un second chien, mais en ne respectant pas la vitesse d’élimination des reins de l’animal. Cette fois, le chien eut le ventre distendu par le liquide. Son organisme était surchargé de plasma. Une fois la transfusion terminée, le chien élimina un volume de liquide 60 fois supérieur à la normale, sans que ses reins ne témoignent d’aucune fatigue.

Finalement, il injecta du plasma marin isotonique, c’est-à-dire dont la salinité avait été ramenée au même taux que celle du sang, à un troisième chien qui avait été saigné à blanc. Le chien inconscient était sur le point de mourir. Le plasma injecté n’occasionna aucune agression supplémentaire. Au contraire, il permit une reconstitution rapide du tissu sanguin.

Après l’injection, le chien fut de nouveau sur ses pattes. Quinze jours plus tard, les résultats des prises sanguines démontrèrent que le sang était normal et plus riche qu’avant l’expérience.

Une fois l’absence de toxicité de son produit prouvée, Quinton commença ses essais sur les humains. La première personne fut un malade au stade final de la typhoïde. Il injecta par voie sous-cutanée du plasma isotonique. Le lendemain, le malade se sentait beaucoup mieux et mangeait de bon appétit. Quelques jours plus tard, il était bel et bien sauvé.
Fort de ce succès, Quinton poursuivit pendant quatre ans ses essais cliniques et ses recherches, dont les résultats parurent dans différentes publications scientifiques.Ses expériences, ainsi que celles de plusieurs médecins intéressés par la méthode, prouvèrent qu’en régénérant avec du plasma isotonique le milieu intérieur appauvri d’un patient, milieu dont se nourrissent ses cellules, le malade reconstruisait globalement son terrain, c’est-à-dire que les cellules pouvaient à nouveau puiser dans le corps les éléments qui leur sont nécessaires.
La première Thalasso C’est le Dr Louis Bagot, qui avait travaillé avec René Quinton, qui eut l’idée de chauffer l’eau de mer et de la redistribuer dans des baignoires.

L’institut qu’il a créé à Roscoff, Rock Roum, est depuis ses débuts spécialisé dans la rééducation fonctionnelle, sur prescription médicale pratiquée par des kinésithérapeutes diplômés.

En 1906, le biologiste ouvre à Paris le premier dispensaire marin Quinton. et sauve alors d’une mort certaine des milliers de bébés atteints de gastro-entérite et de choléra infantile. Il s’intéresse aussi au traitement prénatal des femmes enceintes et, en injectant à certaines d’entre elles du plasma isotonique par voie sous- cutanée, réduit non seulement dans de grosses proportions le nombre des fausses-couches à répétition, mais permet aux bébés de naître en pleine santé. D’autres dispensaires s’ouvrent par la suite en France, en Belgique et en Egypte. Mais, en 1914, la guerre éclate et l’œuvre de Quinton tombe temporairement dans l’oubli. Le biologiste meurt à Paris en 1925 et ce n’est qu’en 1980 que des médecins français s’intéressent de nouveau à son approche thérapeutique.
Le pouvoir de reconstruire nos défenses naturelles Au Québec, de nombreux thérapeutes ont choisi de travailler avec le plasma de Quinton. Tous les naturopathes interrogés s’entendent sur le fait que la majorité de leurs clients, sinon tous, souffrent de déminéralisation à cause du café, de la cigarette, de la pollution, du stress et de la piètre qualité des aliments.

Dans l’ensemble, la vie moderne engendre de l’hyperacidité chronique et, quand le PH est trop acide au niveau cellulaire, la membrane de la cellule se ferme, elle devient hermétique. On peut prendre tous les suppléments disponibles en pharmacie et en diététique, les cellules ne les absorbent pas. Le plasma marin aide à rétablir l’équilibre acido-basique du corps. Il rééquilibre la charge électrique des cellules qui agissent comme de véritables piles et leur rend leur pouvoir d’assimilation.Les organes ont besoin de minéraux pour fonctionner. S’il n’y a pas de minéraux disponibles dans l’alimentation, le corps va aller les chercher dans les os et les muscles. Ceci explique en partie pourquoi il y a tant de cas d’ostéoporose. Le corps s’acidifie et la vitalité baisse. Le plasma de Quinton contient 92 éléments, tous assimilables, et le corps n’absorbe du produit que ce dont il a besoin.

Le plasma de Quinton a le pouvoir de reconstruire nos défenses naturelles en renforçant les bases de notre terrain, quelles que soient les maladies. Ceci explique les étonnantes palettes d’affections pour lesquelles il est indiqué : problèmes digestifs, déminéralisation, allergies, troubles psychiques…
La préparation Comment est recueillie et préparée l’eau de mer Après plusieurs années de recherche, le biologiste s’aperçut que l’eau de mer ne pouvait pas être prélevée n’importe où et que sa composition variait selon la distance par rapport à la côte, selon le climat et selon la végétation marine.
L’eau de mer qui sert actuellement à la fabrication du plasma est prélevée dans des zones tourbillonnaires (vortex), à 10 mètres du fond et 30 mètres de la surface, avec des précautions spéciales, en des lieux et à des moments où la pureté de l’eau est parfaite. Ces lieux ne sont connus que des laboratoires Quinton.Le transport s’effectue ensuite en véhicule isothermique, en moins de 48 heures, jusqu’au laboratoire de conditionnement. La mise en ampoules est faite au cours des 24 heures suivantes, dans des conditions de stérilité absolue, sans contact métallique, sans élévation de température, selon le protocole original du biologiste.

Le plasma conserve ainsi en tout temps son équilibre moléculaire, son caractère de milieu vivant ainsi que la totalité de ses oligo-éléments et de ses micro-nutriments cellulaires biodisponibles.

Quinton démontra que l’eau de mer, solution colloïdale, était totalement différente de la solution artificielle eau + sel. De plus, le savant s’aperçut qu’en asséchant l’eau de mer, le potentiel du liquide était détruit de manière irréversible ; la dissolution de l’extrait sec ne pouvait reconstituer le liquide initial et n’avait plus aucune action thérapeutique valable. Pour garder toutes ses vertus, l’eau de mer doit être conservée dans des conditions très précises.

La composition de l’eau de mer a beaucoup changé au fil des temps. Au moment où apparurent les premiers organismes vivants, la concentration en sels minéraux des océans était de 9 grammes par litre. Aujourd’hui, elle est en moyenne de 33 grammes, pour atteindre jusqu’à 339 g/litre dans la Mer Morte.
L’augmentation de la concentration de sels minéraux dans les mers et les océans s’explique par l’érosion et la formation des continents. La concentration moyenne actuelle de l’eau de mer en sels minéraux et oligo-éléments est donc supérieure à celle de notre plasma sanguin.
Un potentiel thérapeutique exceptionnel Quinton mit au point trois formes de plasma : l’hypertonique, l’isotonique (dont nous avons déjà parlé) et le duplase. Le Quinton hypertonique (commercialisé sous le nom de PMH) est de l’eau de mer océanique complète. On peut en faire une cure pendant un mois, quatre fois par an. Sa concentration est supérieure à celle du plasma sanguin,
c’est pourquoi il est recommandé d’absorber un demi-verre d’eau pure après avoir bu une ampoule.

Le duplase est de l’hypertonique partiellement dilué tandis que l’isotonique possède la même concentration en minéraux et oligo-éléments que le plasma sanguin. Sa teneur en sels minéraux est de 9g/litre. C’est un produit de synergie naturelle, parfaitement assimilable, contenant tous les oligo-éléments utilisés par l’organisme dans les mêmes proportions que le milieu interne du corps humain.
Dans bien des cas, le plasma isotonique de Quinton pourrait être utilisé pour les transfusions sanguines, éliminant les problèmes de compatibilité sanguine.Quinton a démontré que, non seulement l’eau de mer n’était pas toxique, mais qu’elle pouvait remplacer l’intégralité du milieu intérieur puisque les globules blancs du sang, que seuls les liquides naturels de l’organisme maintiennent en vie, y survivent sans problème.Le plasma de Quinton est reconsidéré aujourd’hui, il met à disposition un potentiel thérapeutique exceptionnel. Notons également ici qu’un sérum isotonique ou physiologique, de même concentration moléculaire que le sérum sanguin, mais qui n’est pas issu de l’eau de mer, est utilisé dans les hôpitaux.

http://www.quinton.ch/vidal.htm

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | Pas de Commentaire »

123456...8
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant