LE PSORIASIS

Posté par eurekasophie le 4 avril 2011

 

 

 

 

L’OBSERVANCE, UN PROBLÈME 

 

 

 

Maladie chronique , le psoriasis est une affection auto-immune inflammatoire, 

 

mais non contagieuse de la peau. 

 

 

Parce qu’il atteint l’intégrité corporelle de l’individu, 

 

le psoriasis se vit mal. Son traitement aussi.

 

 

 

Le  psoriasis est une dermatose inflammatoire qui touche deux millions de français.

 

Les lésions sont bénignes, mais peuvent aussi provoquer un réel handicap. La qualité de vie des personnes atteintes de psoriasis fluctue au gré des poussées…… Quarante pour cent des personnes touchées par le psoriasis souffrent régulièrement de perturbations sociales importantes dans leurs relations familiales , professionnelles, amicales et 30 % se voient exclus de certains lieux ( piscine, coiffeur ) à cause de leur maladie trop visible……La cause principale du psoriasis réside dans le fait que le renouvellement des cellules de l’épiderme est fortement accéléré par rapport à la normale ( 8 jours en cas de psoriasis contre 28 jours en cas normal ). Il en résulte une accumulation de cellules de l’épiderme ce qui forme des plaques et des squames. Si aucun traitement définitif n’est disponible, il existe de nombreux traitements, locaux et par voie orale, qui permettent d’agir sur les symptôme. Parmi eux, on trouve des soins à base de plantes et d’huile de Carapa Procera, comme la gamme Pso Natura des laboratoires Mascareignes, qui ont de bons résultats, à en croire les utilisateurs , sur le psoriasis léger et modéré. Sans résultats, les traitement biologiques, réservés aux formes sévères, prennent le relais.

 

 

Un traitement contraignant 

 

« Souvent, dès que vous arrêtez le traitement, le psoriasis revient, ce qui complique la vie des patients. On observe rarement des rémissions de très longue durée, explique Dalila Sid-Mohand, directrice de l’Association pour la Lutte Contre le Psoriasis ( APLCP ). A partir du moment où l’on a du psoriasis un peu sur les jambes, sur les coudes, dans le dos, ces traitements sont contraignants à mettre en place. » Pour les traitements topiques, la gestuelle quotidienne est chronophage. Les crèmes ne sont pas si faciles à appliquer. Même s’il y a des nouvelles formes, shampooing, gel, plus adaptées et un peu moins grasses. Le patient s’applique au début, mais les résultats ne sont pas visibles au bout d’un jour ou deux mais plutôt au bout d’un mois. C’est long et difficile, surtout lorsque le psoriasis récidive au bout de deux semaines après un mois de traitement !  » Les traitements locaux sont donc souvent contraignants , les pommades collent aux vêtements, tachent, et, seul ou non, pour dormir ce n’est pas vraiment agréable. C’est aussi le fait que ces traitements pourraient être plus efficaces s’ils étaient mieux prescrits. » 

 

Des règles de bons usages ? Impératives ! 

 

Il y a des règles de bon usage qui ne sont pas souvent délivrées chez le pharmacien ou chez le médecin. Elles sont essentiellement pour l’obtention de résultats. Il est, par exemple important de se laver avec des produits sans savon, de ne pas se gratter la peau , d’éviter les jeans slim ( si le psoriasis siège sur les jambes , les fesses ), et les matières synthétiques. Il est conseillé d’appliquer ses crèmes, du bout des doigts pour en mettre plus facilement sur les plaques du corps.  » Il est préférable de mettre sa crème une fois par jour en l’appliquant bien, si on ne peut pas le faire matin et soir , précise Dalila Sid- Mohand. L’arrêt d’un traitement par corticoïdes doit se faire de manière dégressive, comme indiqué par le dermatologue, de façon à éviter les effets rebonds dont les patients se plaignent régulièrement « .

 

 L’observance 

 

« On peut avoir  le traitement le plus efficace du monde, s’il n’est pas suivi, ça ne sert à rien  » explique Sana Zeguia du laboratoire LEO Pharma qui vient de lancer un nouveau produit, la même association que la pommade Daivobet mais sous forme de gel. Pour les cheveux et le corps. Les études faites ont montré que quatre semaines de traitement ne suffisaient pas toujours à enrayer l’inflammation qui se faisait au niveau physiologique . A ce stade, les symptômes, en apparence peuvent disparaître, et le patient arrête le traitement mais, au niveau des vaisseaux , l’inflammation est toujours active. Le feu n’est pas éteint. Il est donc recommandé de poursuivre le traitement jusqu’à 8 semaines pour espacer les rechutes.  » Les patients qui ont des plaques épaisses et squameuses, comment leur traitement avec la pommade pendant les deux à quatre premières semaines de traitement et ils peuvent continuer avec le gel . Ceux qui ont des plaques peu épaisses peuvent commencer directement par le gel. Celui-ci les aidera, grâce à la galénique qui permet une application facile, d’être observants ! ».

 

Parler à son médecin 

 

Le médecin doit expliquer que le psoriasis est une maladie chronique , raison pour laquelle il faut continuer le traitement, qu’il faut s’hydrater quotidiennement, faire attention à la façon dont on se lave. Dès la première consultation, il s’avère également nécessaire d’indiquer à son médecin, l’ensemble des parties atteintes de psoriasis sur tout son corps, y compris les parties intimes.  » Beaucoup ne le disent pas et restent dans une souffrance sans pareille, car il y a des traitements spécifiques à ces zones, et si l’on applique par exemple des crèmes pour le corps, sur les parties génitales qui ont des muqueuses beaucoup plus fines, le psoriasis se retrouve aggravé, rappelle Dalila Sid-Mohand. Expliquer que le psoriasis est une maldie à gérer et que, bien gérée, elle peut offrir des rémissions plus longues. » 

 

                                                                          hebergeur d'imagehebergeur d'image

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 30 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant