• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 4 octobre 2010

TESTEZ VOTRE FORME

Posté par eurekasophie le 4 octobre 2010

 

 

A la rentrée, un petit  » check-up  » s’impose pour repartir

 

du bon pied !

 

 

 

                                                                                                               hebergeur d'image

 

Pour beaucoup, la rentrée est l’occasion de prendre une bonne résolution: se mettre au sport ou continuer à pratiquer l’activité sportive commencée pendant les vacances. Mais avant de chausser les baskets, d’enfiler son maillot de bain ou de taper dans une balle de tennis, quelques examens peuvent s’avérer nécessaires. Le sport est bon pour la santé, mais il peut aussi être à l’origine de blessures, sérieuses parfois ! La pratique d’un sport ne s’improvise pas , qu’il s’agisse d’une initiation ou de la reprise d’une activité après de nombreuses années d’arrêt, a fortiori en cas de sédentarité ou passé 40 ans. Nombreux sont ceux qui veulent retrouver les mêmes sensations qu’auparavant en reprenant le sport au niveau où ils l’avaient arrêté. Les statistiques montrent qu’ils se blessent plus souvent que les autres. Plus que jamais, l’avis d’un médecin s’impose, même lorsque la pratique sportive va s’effectuer hors club ( jogging du dimanche ) et sans objectif de compétition.

 

MESUREZ VOTRE IMC

 

L’Indice de Masse Corporelle, ou IMC, est égal au rapport du poids exprimé en kilos sur le carré de la taille exprimé en mètre. L’IMC normal doit être compris entre 18,5 et 25 . On parle de surcharge pondérale, ou de surpoids, lorsque l’IMC est supérieur à 25 mais inférieur à 30. Entre 30 et 35, il s’agit d’une obésité modéré. Entre 35 et 40, il s’agit d’une obésité sévère. Au-delà de 40, l’obésité est dite morbide ou massive. Supérieur à 30, l’IMC doit inciter à la prudence quant à son état cardio-vasculaire ( toute surcharge pondérale s’accompagne d’une altération des capacités fonctionnelles cardiaques ). Gare à une pratique sportive en charge ( course à pied ) ou à un sport intense ( squash, tennis….). Une perte de poids est nécessaire avant d’envisager de telles activités.

 

RECHERCHEZ DES SIGNES D’ANÉMIE

 

Rien de tel qu’une anémie pour manquer de force ou se fatiguer rapidement. Quelques signes doivent mettre la puce à l’oreille : essoufflement inhabituel, fatigue, pâleur cutanée ou conjonctivale ( blanc des yeux ). Un petit bilan de sang peut être utile, notamment en cas de régime alimentaire strict ( carence alimentaire en fer ), lors d’une grossesse, chez la femme ( les règles font perdre des quantités importantes de fer ), ou lorsque la pratique sportive pendant l’été a été intense, notamment en cas de sport d’endurance ( course à pied, vélo…….).

 

PRENEZ VOTRE FRÉQUENCE CARDIAQUE DE REPOS 

 

Le coeur est en première ligne  lors de la pratique sportive du fait de son rôle de pompe sanguine. D’où l’intérêt de consulter un médecin,  à partir de 40 ans, en cas de tabagisme, de surcharge pondérale, de sédentarité pendant plusieurs années, d’un facteur de risque cardio-vasculaire ( diabète, hypertension artérielle, hypercholestérolémie….) N’hésitez pas non plus à consulter votre médecin si votre rythme cardiaque matinal est élevé, supérieur à 75 battements par minute, traduisant l’existence d’un risque cardiaque. Car les hommes dont le pouls matinal est supérieur à 75 ont 4 fois plus de risques de mort subite. Dans le même ordre d’idée, une diminution de 25 battements par minute après l’effort double le risque de mort subite. Vous l’aurez compris, prendre son pouls avant de vous lever peut vous sauver la vie !

 

CALCULEZ VOTRE CAPACITÉ DE RÉCUPÉRATION 

 

Mesurez votre capacité de récupération grâce au test de Ruffier-Dickson. Ce test est un bon test pour évaluer vos possibilités de récupération après l’effort et votre tolérance cardio-respiratoire. Pour le pratiquer, il suffit d’effectuer 30 flexions des membres inférieurs en 45 secondes, les bras tendus, buste droit et les pieds joints. Plus le coeur récupère vite, meilleure est la condition physique.

♦  Avant les flexions, prenez votre pouls de repos sur 1 minute ( P1).

♦  Puis faites les 30 accroupissements en 45 secondes.

♦  A la fin des flexions, reprenez votre pouls sans attendre pendant 15 secondes ( P2) et multipliez le tout par 4 pour avoir une idée de votre pouls à la minute.

♦  Puis reprenez votre pouls une minute après la fin de l’effort pendant 15 secondes ( P3) et multipliez le à nouveau par 4.

 

RÉSULTATS 

P3 doit être inférieur à P2 et s’approcher de P1.

P3 inférieur à P1 indique une très bonne récupération après l’effort.

 

 

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 5 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant