• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 6 septembre 2010

TROP DE COLORANTS……….

Posté par eurekasophie le 6 septembre 2010

 

………DANS LES BONBONS ponctuation29.gif 

 

 

ligne21perles.gifligne21perles.gifligne21perles.gif

 

asticot.gif pointdexclamation.gif

 

                                                                                    hebergeur d imagehebergeur d imagehebergeur d image

 

 

L’emploi de colorants artificiels est fréquent dans les produits de confiserie.

Selon les résultats d’une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ( DGCCRF ), 42 % des bonbons vendus en France ( en boulangerie ou supermarché, par exemple ) ,ne respectent pas les normes en matière de colorants. Faisons le point sur le sujet.

Roses, jaunes, bleus ou rouges….les bonbons se déclinent dans de multiples couleurs. Fraises tagada, crocodiles, frites moelleuses et nounours sucrés ne doivent leurs couleurs acidulées qu’aux multiples colorants alimentaires utilisés par les confiseurs. Des colorants qui ne manquent pas d’attraits et font craquer petits et grands gourmands ! Chaque français consomme, ainsi, en moyenne près de quatre kilos de bonbons par an pour un marché d’une valeur de plus d’un milliard d’euros.

 

PRÈS D’UN BONBON SUR DEUX NON-CONFORME 

 

Or selon les études de la Direction générale de la concurrence , de la consommation et de la répression des fraudes ( DGCCRF) , les fabricants de bonbons ont tendance à avoir la main un peu lourde lorsqu’il s’agit de colorer leurs bonbons : 42 % des sucreries préférées des enfants ne respectent pas les normes en matière de colorants. D’après la DGCCRF , ce taux élevé de non-conformité montre que les fabricants de produits de confiserie, français ou étrangers, ne maîtrisent pas parfaitement l’emploi de ces substances. Par ailleurs, le surdosage fréquent de colorant s’explique par le fait que les couleurs vives attirent fortement les jeunes consommateurs. Et c’est la que le bât blesse: certains colorants peuvent avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention ( hyperactivité chez les enfants, notamment ) ou encore provoquer des allergies et favoriser la survenues de certains cancers.

 

DES CONTRôLES STRICTES ET RIGOUREUX 

 

Pour y remédier, l’Agence européenne de la sécurité des aliments ( AESA ) a lancé un processus de réévaluation des colorants utilisés dans l’Union européenne. De nouvelles dispositions seront prochainement adoptées. De son côté, la DGCCRF a récemment effectué des contrôles sur les colorants employés dans les produits de confiserie. Lors de cette enquête, 53 établissements ont été contrôlés au cours de 58 visites donnant lieu à 132 actions dont 13 font état d’anomalies. Dans un premier temps, 81 échantillons ont été transmis pour analyse: principalement des confiseries type gélifié, bonbons ( berlingots, caramels, bonbons acidulés, sucre d’orge ), gommes à mâcher, pates de fruits, nougats, dragées. Les 81 échantillons ont, ensuite, conduit à plus de 300 essais. Sur ces 81 échantillons, 43 ont été déclarés  » conforme  » ( 53% ), 34  » non conforme  » ( 42 % ) et 4  » à suivre  » ( 5 % ) .

 

GARE À L’ÉTIQUETAGE ET AU SURDOSAGE EN COLORANTS 

 

Toutefois, ce résultat doit être nuancé car le pourcentage de produits déclarés  » non conformes  » inclut environ deux-tiers de non-conformités liées à l’étiquetage: défaut de mention de certains colorants retrouvés à l’analyse ou, au contraire, absence dans le produit testé de colorants mentionnés. Les autres problèmes de non-conformité constatés étaient liés principalement à la présence de colorants à des taux non autorisés, pour les colorants ayant des doses journalières admissibles ( DJA ) peu élevées. Selon les auteurs de l’étude, les teneurs non conformes constatées étaient en général légèrement supérieures aux taux autorisés. De même, ce n’était pas forcément des produits allergènes et le risque était plutôt faible pour les consommateurs. Par ailleurs, les 5 %  d’échantillons classés  » à suivre  » présentaient des doses de colorants dont la teneur était supérieure aux limites réglementaires mais demeurait dans la fourchette d’incertitude de la méthode de dosage.Enfin, aucun échantillon analysé ne contenait d’amarante ( E 123 ) , colorant interdit dans les confiseries.

 

DES AVERTISSEMENTS POUR LES PRODUCTEURS NE RESPECTANT PAS LA LOI

 

Le syndicat national de la confiserie s’était  » étonné  » des résultats de cette étude. Selon son vice-président Didier Renou,  » les colorants sont dosés à très faibles quantités dans les bonbons. Il n’y a que des gros fabricants dans ce secteur, qui ont un respect du cahier des charges plus que rigoureux . » Par ailleurs, le syndicat des produits de confiserie sera informé de ces constats et il lui sera demandé de rappeler à ses adhérents ( fabricants, introducteurs ou importateurs ) leurs obligations en matière d’étiquetage des colorants et d’autocontrôles au regard de l’obligation de conformité et de sécurité ( articles L212-1 et L221-1 du code de la consommation). Enfin, les producteurs qui ne respecteront pas la réglementation recevront un avertissement de la DGCCRF , suivi d’une visite dans l’entreprise quelques mois plus tard pour un nouveau contrôle.

 

COLORANTS AUTORISÉS  :

E102, E104, E110, E122, E124, E129, E131 , E132 , E133, E142, E151 et E 155

 

COLORANTS NON AUTORISÉS 

E123 et E127. tous ces colorants sont des produits de synthèse, artificiels.

 

DES COLORANTS NOCIFS POUR NOTRE SANTÉ

Certains colorants utilisés dans les bonbons sont soupçonnés de provoquer des maladies et d’altérer notre santé. En voici quelques exemples :

Pour ce qui concerne les colorants jaunes, la tartrazine ( code européen : E102 ) pourrait provoquer des allergies : certains patients souffrant d’asthme ou d’urticaire peuvent être sensibles à cette substance.

Quant aux jaunes de quinoléïne ( code européen E104 ) et orangé sunset ( code européen : E110 ) , ils sont potentiellement cancérogènes.

Le rouge Ponceau ( code européen: E124 ) , également utilisé dans certaines confiseries, pourrait engendrer certains cancers.

Colorant bleu, l’indigotine ( code européen : E 132 ) est à éviter si l’on est sujet à des réactions allergiques.

 

Publié dans INFO....SANTE | 4 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant