• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 21 juillet 2010

ARRETEZ DE FUMER…………….

Posté par eurekasophie le 21 juillet 2010

                                                              Hebergement d'imagesHebergement d'imagesHebergement d'images

 

GRÂCE À L’HOMÉOPATHIE

 

Le sevrage tabagique, c’est un peu comme la quête du Graal, tout le monde s’y attaque avec plus ou moins de bonheur et plus ou moins de réussite.

Si vous avez tout essayé sans succès ou si vous êtes déjà adepte de l’homéopathie, pourquoi ne pas essayer d’arrêter de fumer à coup de petites granules.

Lhoméopathie présente des avantages certains par rapport aux autres méthodes de sevrage, elle n’est jamais toxique, n’expose à aucun effet secondaire et ne présente pas de contre-indications.

Mais le vrai point fort du sevrage tabagique à l’aide de l’homéopathie est qu’elle propose aussi des solutions qui prennent en compte toutes les conséquences de l’arrêt du tabac, comme la prise de poids, la constipation, la nervosité due au manque, les troubles de la concentration et la déprime. La volonté ne suffit pas, en général, à s’arrêter de fumer. Il faut élaborer une véritable stratégie sur le long terme pour dépasser la dépendance physique mais aussi la dépendance comportementale.

 

LES BASES DU SEVRAGE HOMÉOPATHIQUE

Lors d’un sevrage effectué à l’aide de substituts nicotiniques, patchs ou gommes, ces derniers commencent par accroître les apportsde nicotine dans l’organisme, puis, c’est la diminution progressive de la dose qui permet d’envisager la désaccoutumance. 

A l’inverse, l’homéopathie va amorcer le processus d’élimination de la nicotine que notre corps contient. Dans un premier temps, on observe que le taux de nicotine reste stable dans le sang et les urines, permettant de ne pas sentir le manque et de résister à l’envie de fumer. Peu à peu, au fur et à mesure de l’élimination de la substance, le fumeur va s’habituer à s’en passer totalement. L’homéopathie n’entretient donc pas l’addiction en augmentant les doses de nicotine, elle évite les effets secondaires liés aux anxiolytiques et aux antidépresseurs utilisés à fis de sevrage qui peuvent créer une autre sorte de dépendance, et bien sûr elle échappe aux aléas des  » nouveaux  » médicaments souvent onéreux et pour lesquels, on n’a souvent peu de recul.

 

J’ARRÊTE COMMENT ET QUAND ? 

Faut-il s’arrêter d’un seul coup ou peu à peu ? 

Dans l’absolu, il faudrait éviter de fumer dès le début du traitement. Le principe étant d’éliminer la nicotine contenue dans l’organisme, il serait impensable de lui en rajouter quotidiennement ! Mais si vous flanchez sans excès, une cigarette de plus ne constituera ni un drame ni un échec. Au pire, le traitement devra durer un peu plus longtemps……………

Faut-il  s’arrêter seul ou en groupe ? 

Là encore, cela dépend beaucoup du caractère de chacun. Sachez tout de même qu’il est de toute façon plus difficile d’arrêter si une personne de votre entourage proche continue de  » griller  » son paquet par jour ! La date ou vous décidez d’arrêter est primordiale. Il faut se placer dans les meilleures conditions, une période de détente psychologique, vacances, long week end, exempt de stress semble l’idéal. Une fois la décision prise, il faut aussi aménager votre environnement. Rien ne doit évoquer votre ancien statut de fumeur, plus de cendriers, plus de briquets…..Il faudra aussi ruser avec les habitudes du style,  » Je téléphone et je fume « ,  » je démarre et je fume « , en inventant des parades alternatives,  » Je caresse mon chat  » ou  » Je bois un verre d’eau « .

 

COMMENT ςA MARCHE ? 

Le principe de base de l’homéopathie repose sur le principe de similitude ( voir dans ma rubrique  » Nos grands hommes  » C.S.Hahnemann fondateur de l’homéopathie )

En résumé, une maladie peut être guérie par des quantités infinitésimales d’un produit provoquant les symptômes de cette maladie chez une personne saine.

Pour le sevrage tabagique, c’est le même principe qui agit et les remèdes les plus couramment utilisés sont :

Anacardium orientale ( fève de Malac),

Gelsemium sempervirens ( jasmin de Virginie ),

Nux Vomica ( noix vomique ),

Tabacum ( plante fraîche du tabac ).

Mais le docteur Albert-Claude Quemoun propose un traitement beaucoup plus spécifique sur la base de l’isothérapie, une branche de l’homéopathie qui utilise pour traiter un trouble, la substance directement responsable de ce trouble.

Ainsi, la cigarette brune ou blonde,  » light » ou riche en nicotine, impliquera alors un traitement différent. Pour obtenir votre  » isothérapique  » , il vous faudra donc porter une cigarette à la pharmacie, qui la fera parvenir à un laboratoire afin d’analyser les substances nocives et de fabriquer l’isothérapique adapté.

Le prix de cette opération étant inférieur à celui d’un paquet de patchs. Vous disposerez, alors, de sept tubes;  marqués CH ou DH, CH indique une dilution à 1 /100, DH une dilution à 1/10( donc plus concentrée). Et c’est parti pour 10 semaines, selon un calendrier et une posologie précise adaptés à votre dépendance.

 

UN TRAITEMENT GLOBAL

 

En plus de ce traitement de fond,le docteur Quemoun préconise des traitements annexes sous forme de draineurs qui vont accélérer la désintoxication de l’organisme, en stimulant ses éliminations. Sous la forme d’Artium lappa ( pour la peau ) de Fucus vesiculosus ( pour la ligne ) ou de lobelia ( poumons et toux du fumeur ), ces draineurs, pris en complément du traitement de base, ont pour but de nous aider et de faciliter la réussite globale du sevrage. La nicotine est un coupe-faim naturel, mais surtout, elle augmente le métabolisme de base du corps et fait brûler des calories ( environ 15 kcal par mg inhalé), si on estime qu’une cigarette contient entre 6 et 17 mg de nicotine et qu’un fumeur en absorbe 1 à 2 mg, faites le calcul si vous fumez entre 10 et 30 cigarettes par jour ! L’homéopathie, peut vous aider à ne pas transformer ces calories manquantes en centimètres supplémentaires en tour de taille avec Hypophysea joint à Hypotalamus. De la même façon, les troubles occasionnés lors du sevrage comme l’irritabilité, l’agressivité, le manque de concentration ou la constipation, peuvent trouver dans la panoplie des granules, celles qui vont atténuer les effets indésirables. Demandez conseil à votre médecin homéopathe.

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 9 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant