LE SYNDROME DE LYELL

Posté par eurekasophie le 29 avril 2010

 

 


UNE MALADIE IATROGÈNE

 

 

 

A mi-chemin entre la maladie rare et l’urgence, le syndrome le Lyell se distingue par sa particularité:

 

on en connaît souvent la cause, à savoir une intolérance gravissime à une substance médicamenteuse.

 

 

 

 


Hebergement d'images

 

 

On estime le syndrome de Lyell ( SL) * à un cas pour un million d’habitants. Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes. Il n’y a pas de limite d’âge. Le SL entre dans le cadre des maladies rares, à ceci près qu’il n’est pas certain qu’il soit lié à une susceptibilité génétique, comme le sont la grande majorité des maladies rares. En effet, un SL peut se déclarer après une prise d’un médicament le plus souvent anodin, ou dans les suites d’une greffe ( de moelle surtout ), d’un déficit immunitaire grave ( sida…..), d’un lupus et, chez l’enfant, après une infection à staphylocoques. Dans 25 à 30 % des cas, aucune cause n’est retrouvée. Le SL demeure mortel dans 30 % des cas. D’où l’intérêt de l’indentifier dans les premières heures et d’arrêter le médicament ou l’ensemble du traitement si plusieurs médicaments sont utilisés simultanément.

* Le SL est parfois appelé nécro-épidermolyse toxique ou aiguë

 

MÉDICAMENTS À RISQUE 

Tous les médicaments ou presque peuvent induire un SL ! 

Pour autant, le SL reste plus fréquent avec certaines classes de médicaments, comme certains anti-inflammatoires non stéroïdiens, des antiépileptiques ( Di-Hydan, Tégrétol, Dépakine ), les antibiotiques de la famille des sulfamides surtout, mais aussi des pénicillines et des quinolones, l’allopurinol ( Ziloric ) ou encore les barbituriques. Ce syndrome fait partie de la grande famille des toxidermies d’origine allergique, autrement dit des atteintes cutanées consécutives à une prise médicamenteuse.

 

gailuronsouris.gifgailuronanim3.gif<Décidemment Sosso, tu nous en écris de belles pour ta semaine de vacances 

T’as vu dans quel état t’as mis ma copine qui se choutte au paracétamol ? T’as pas d’quoi nous rassurer un ch’tit peu ? 

 

picture08.jpg <Elle a de la température ta Lolotte, un bon 40 °C, des manifestations cutanées genre nécrose de la peau ? Non….Bon alors tant mieux ! mais dis lui d’arrêter de s’agiter comme ça dans tous les sens, elle me déconcentre. Et puis qu’elle arrête de sucer du paracétamol comme si c’était des cachous……..Bon, j’ai du pain sur la planche alors vous m’excuserez si j’arrête là la p’tite conversation….

 

UNE NÉCROSE GÉNÉRALISÉE……..

 

Le SL est une urgence allergique qui se manifeste par une nécrose de la peau et des muqueuses, qui s’apparente à un  » ébouillantage  » massif, comme chez le grand brûlé. Toute la peau se décolle rapidement, prenant l’aspect de linges mouillés plaqués sur la peau. L’attaque est brutale, touchant l’ensemble du corps, exception faite du cuir chevelu, de 7 à 20 jours après la prise médicamenteuse ou la cause déclenchante lorsqu’elle existe.

 

…………..PRÉCÉDÉE PAR UN SYNDROME D’ALLURE GRIPPALE

 

Tout commence par une manifestation d’allure grippale, avec une fièvre à 40 °C et un malaise, suivis 2 ou 3 jours après par les manifestations cutanées. Plus précisément, la peau devient rouge, douloureuse, comme après un fort coup de soleil. ( Voir photo ci-dessous ). Apparaissent ensuite des cloques emplies de sérum (phlyctènes ) qui ne tardent pas à se rompre. Le SL touche également les muqueuses oculaire, les lèvres, la bouche et l’intérieur des joues, le fond de la gorge, les organes génitaux externes, provoquant des douleurs intenses, identiques à des brûlures. Une déshydratation, une prostration et des petites hémorragies viennent » compléter le tableau « .Et pour couronner le tout, le SL peut s’accompagner de graves complications, comme des hémorragies digestives, une pancréatite, une atteinte hépatique, une insuffisance rénale, une septicémie ou une surinfection pulmonaire.

 

 

                                                                                                                   Hebergement d'images

 

ÉVITER LES SURINFECTIONS 

 

Le traitement s’apparente à celui des grands brûlés. Tout commence d’abord par un transfert rapide et médicalisé vers l’hôpital. Il faut donc appelé le SAMU (15 ). L’hospitalisation en réanimation, en milieu stérile, est essentielle. Comme chez le grand brûlé, il faut lutter contre la surinfection des lésions par des soins locaux d’antisepsie et la mise sous antibiotiques en cas d’infection initiale à staphylocoques. Car les surinfections font toute la gravité du Lyell. Du fait de la déshydratation, une réhydratation intense par voie intraveineuse est mise en route tout de suite par les médecins. De la même façon, l’alimentation artificielle va permettre de recharger l’organisme en ses nutriments perdus.

 

 70 % DE GUÉRISON !

 

Encore fatal dans 30 % des cas, le SL guérit donc dans 70 % des cas ! En l’absence de complications, l’hospitalisation dure une quinzaine de jours. Complète chez certains, la guérison s’accompagne de séquelles plus ou moins invalidantes chez d’autres ( cécité, perte des ongles, taches cutanées…). Enfin, si la survenue d’un SL est difficilement prévisible lors de la prise initiale d’un médicament, il faut bien entendu s’abstenir ensuite de toute nouvelle prise du médicament suspecté et éviter les médicaments de la même classe ou proche pharmacologiquement ( attention à l’automédication !). Dans le doute, on peut recourir à des tests cutanés qui permettent de faire un diagnostic de responsabilité.

 

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 5 Commentaires »

1 ) VIOLETTE DU CAP

Posté par eurekasophie le 29 avril 2010

 

 

 

                                                 Hebergement d'images

 

La violette du Cap, communément appelée Saintpaulia, offre une grande variété de formes et de couleurs.

D’entretien facile, elle fleurit une grande partie de l’année

 

Elle est originaire de Tanzanie, à l’Est de l’Afrique.

Ses feuilles velues et charnues, portées par de longues tiges fragiles, forment des rosettes sur lesquelles reposent des groupes de fleurs.

 

Dimensions

D’une hauteur de 10 à 15 cm, l’étalement de la violette du Cap atteint 38 cm ou même davantage. Il existe cependant des variétés naines d’un diamètre de 18 cm environ. Bien que moins florifère de novembre à mars, c’est une plante qui fleurit toute l’année.

 

Variétés 

Il existe aujourd’hui de nombreux hybrides. les fleurs – simples ( 5 pétales ) , semi-doubles ou doubles – peuvent être blanches, ou roses, rouges, bleues, mauves ou pourpres, de toutes nuances.

Hebergement d'imagespapillons09.gif

 

 

 

                                                                                                              Hebergement d'imagespapillons09.gif

Les variétés bicolores sont très à la mode, ainsi que celles à fleurs à bords plissés, à feuilles panachées ou au pourtour froissé. Il existe des variétés naines, semi-naines et à tiges rampantes.

 

                                                                               Hebergement d'images

Présentation

La violette du Cap sera à son avantage dans un bac contenant d’autres plantes d’intérieur.

MULTIPLICATION

Le plus simple est d’effectuer des boutures de feuilles. On connaîtra ainsi d’avance le type de plante et le coloris que l’on obtiendra puisqu’ils seront identiques à ceux de la plante mère. C’est seulement au bout de 8 à 10 mois que la plantule portera de belles fleurs et deviendra adulte.

1) Détacher de la plante mère une feuille avec son pétiole.

2) La planter de façon que la moitié du pétiole soit recouvert de compost et maintenir la température à 18-21° . Au bout d’un mois, des racines se formeront.

3) Maintenir 8 à 14 jours à même température: de petites plantes apparaîtront alors. Lorsque leur diamètre atteindra 5 cm environ, les mettre dans de petits pots séparés.

4) Après que les plantes aient redémarré, administrer de l’engrais liquide tous les 15 jours. Placer les pots sur un lit de gravillons humides.

 

Soins spéciaux 

Les feuilles peuvent se flétrir et des taches brunes apparaître si la plante a été trop exposée au soleil ou si l’on a versé de l’eau froide sur celle-ci.

Prévention: De mars à octobre, éviter d’exposer la plante au soleil. Arroser avec précaution.

La pourriture du collet est fréquente chez la violette du Cap

Traitement: retirer la plante et traiter la zone infectée

L’oïdium peut se développer si l’air est trop humide ou la pièce mal aérée

Traitement : placer la plante sur un lit de gravillons humides

Des taches brunes en creux, sur le revers des feuilles indiquent la présence de thrips et de tarsotèmes

Traitement: retirer les sujets les plus affectés

Les clés du succès
Hebergement d'images

ENTRETIEN 

 Plante exigeant peu de soins, qui fleurit toute l’année si elle bénéficie d’une attention régulière. Retirer les fleurs fanées et veiller à ce qu’il n’y ait pas plus de 3 à 4 épaisseurs de feuilles à la base de la plante.

Empotage: utiliser un compost aéré mais riche, comme le terreau à base de tourbe que l’on trouve dans le commerce. Rempoter au printemps ou en été lorsque les racines occupent tout le pot. Diviser les plantes à pieds multiples.

 

Hebergement d'images

ARROSAGE

Les feuilles et le collet de la violette du Cap n’aiment pas l’eau froide. Verser de l’eau tiède dans la soucoupe. Vider l’eau qui resterait une demie-heure après. Placer la plante sur un lit de cailloux humides

Nutrition: en période de croissance, administrer de l’engrais liquide tous les 15 jours

 

Hebergement d'images

MILIEU

Lumière: bien qu’aimant la pleine lumière, cette plante supporte mal les rayons directs du soleil, de mars à octobre en particulier. L’hiver, veiller à ce qu’elle profite le plus possible de la lumière du jour.

Température: en été, la température idéale est de 15 à 22 ° ; en hiver, pas de températures inférieures à 13 °.

Publié dans PLANTES A FLEURS, Soins et Beaute des Plantes | 3 Commentaires »

Hé bé oui…c’est la sainte Valérie

Posté par eurekasophie le 28 avril 2010

                                                                                                                            Hebergement d'images

 

Ma petite Val, je ne suis pas encore de retour mais vois-tu, je ne t’ai pas oubliée.

 

En ce beau jour qui est celui de ta fête, je te fais de gros bisous tout plein…

 

Je suis avec toi par la pensée 

 

Bien affectueusement 

 

Sophie

 

 

 

Seulement pour toi ….

 

                                                                                  Hebergement d'images

Publié dans DEDICACES | 4 Commentaires »

28 – 10 = 18 Coucou Val …….

Posté par eurekasophie le 18 avril 2010

 

 

                                                                                                             Hebergement d'images

 

Et en plus, elle est parfaite 

 

 

 

                                                                                        Hebergement d'images

Publié dans DEDICACES | 3 Commentaires »

Y’EN A DES TRUCS ET DES MACHINS EN AVRIL …PEUCHERE !!!!!

Posté par eurekasophie le 3 avril 2010

Hebergement d'images

                                                                                                                                                                        gailuronanim3.gif<  Peuchère…..ben y’a les jours, les dates, pis les fêtes. Y’a vraiment pas d’quoi en faire un plat, hein Sophie ! T’es sûre que t’es sur le chemin de la guérison ?????

 

 

 

Hebergement d'images                                                imagepapillonescargot.jpg

 

 

 

Ha voui, je savais bien que j’avais quelque chose à vous dire ….

Joyeuses fêtes de Pâques !

 

 

Sophie

 

sophiebettyboop.gif

Publié dans DEDICACES | 6 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant