• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 4 novembre 2009

NON, NON, LA BACOPA …..

Posté par eurekasophie le 4 novembre 2009

 

CE N’EST PAS UNE DANSE……

 

salsa.jpg 

MAIS UNE PLANTE .

En avez-vous entendu parler ?

Depuis 5 000 ans, la médecine ayurvédique utilise cette plante pour traiter divers états affectant l’intellect. Les scientifiques ne s’y sont intéressés que dans les années 60 et ont confirmé dès cette date : la bacopa stimule bien la mémoire, favorise la vigilance et la concentration. Depuis, ils lui ont découvert de nombreuses autres propriétés.

Selon la conception hindoue, le cerveau est le centre de l’activité créatrice. C’est la raison pour laquelle les Indiens ont dédié la bacopa, qu’ils appellent aussi Brahmi… à Brahma, créateur mythique du panthéon hindou, comme d’ailleurs tous les remèdes qui traitent les troubles mentaux.
Traditionnellement, les feuilles et les tiges étaient pressées pour en tirer le jus où elles étaient séchées et réduites en poudre. Ces matières premières étaient sucrées pour masquer le goût amer de la plante et utilisées ensuite pour la confection de décoctions, de boissons, de sirops. Les anciens écrits ayurvédiques la recommandaient pour l’anxiété, les troubles de la cognition, de l’attention, les troubles neurologiques, les convulsions épileptiques… Dans les années 60, les scientifiques indiens s’intéressent d’un peu plus près à ce tonique ayurvédique.

La bacopa en pratique

Les résultats de quatre essais publiés en Inde, indiquent que la bacopa peut améliorer les facultés cognitives et la mémoire chez des écoliers en bonne santé, des personnes atteintes de dysfonction intellectuelle et des enfants souffrant de trouble de déficit dû à l’hyperactivité. Au cours de l’un de ces essais, on a donné du sirop de bacopa à trente cinq sujets souffrant d’anxiété (un dosage équivalent à 12 g par jour de bacopa séchée) sur une durée de quatre semaines. Les auteurs ont rapporté une atténuation significative du degré de l’anxiété et de fatigue mentale ainsi qu’une augmentation de la mémoire.

En 2001, des chercheurs australiens ont montré, qu’au bout de douze semaines de traitement, l’extrait de bacopa (300 mg par jour) avait augmenté la vitesse de traitement de l’information, de même que la capacité d’apprentissage et la mémoire des patients traités, tout en atténuant leur anxiété. Dans un autre essai australien, les effets de la bacopa ont été comparés à ceux d’un placebo chez 76 adultes de 40 à 65 ans. On a noté une amélioration très significative de leur mémoire. D’autres études, toujours en cours, semblent aussi montrer une diminution de la fréquence des crises épileptiques chez certains patients.

Selon le prix Nobel de médecine/ physiologie 1998, Robert F. Furchott, la bacopa agit en accroissant la production de monoxyde d’azote (NO), un messager chimique d’une importance essentielle, car présent un peu partout dans l’organisme, à tel point qu’en 1992, le magazine américain Science a élu le NO, molécule de l’année… Dans des conditions de stress associées à la privation de sommeil, l’administration de bacopa permet de réduire les concentrations de glutamate et d’accroître celle de Gaba (acide gamma aminobutyrique) dans différentes zones cérébrales. Les niveaux d’anxiété seraient ainsi réduits d’environ 20 %, la fatigue mentale, diminuée et les niveaux de sérotonine (le neuromédiateur du sommeil) accrus.

Le fait que la bacopa permette d’influencer les fonctions psycho-neurologiques associées au comportement intellectuel ouvre des perspectives passionnantes. D’ailleurs, l’ancien Premier ministre indien Inder K. Gujral et le grand maître d’échecs Vishwanathan Anand ne s’y sont pas trompés : ils ont reconnu être des utilisateurs prosélytes de bacopa…

Adresse:


TANDEM SANTÉ
177, rue de Paris
95680 Molignon
Tél : 01 39 59 97 34
Email :
info@tandem-sante.com
Site : www.tandem-sante.com

Publié dans "B**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

EPERVIERE PILOSELLE

Posté par eurekasophie le 4 novembre 2009

 

pilosselle.jpg 

Épervière piloselle
 

( Hieracium pilosella )

( Composées ou Astéracées )

Synonyme(s) : Oreille de souris, Oreille de rat, Herbe à l’épervier, Petite auricule, Piloselle

La Piloselle (Hieracium pilosella) est une plante vivace du genre des Épervières et de la famille des Astéracées (ex Composées-Chicoracées). Elle est aussi appelée Épervière piloselle, « Oreille de souris », « Oreille de rat », « Piloselle de rat », « Herbe à l’épervier » ou Veluette.

Elle est commune sur les sols arides et pauvres. Elle contient des substances antibiotiques et diurétiques.

Hieracium dérive du grec ancien Hierax, épervier, en raison d’une croyance populaire qui voulait que ces oiseaux en buvaient le suc afin de fortifier leur vue. Selon G. Bauhin, le nom de Pilosella remonte à la fin du Moyen Âge et se rapporte aux nombreux poils dont la plante est revêtue.

Dans son livre « Traditions et propriétés des plantes médicinales », Loïc Girre rapporte que c’est sainte Hildegarde, abbesse bénédictine du monastère de Saint-Rupert, près de Bingen, qui a fait au xiie siècle la promotion de la piloselle. Avec brio : depuis cette époque, feuilles et fleurs sont traditionnellement prescrites comme antigrippal et diurétique

Description

 Plante de taille modeste (30cm au plus), à pédoncule dressé issu directement de la base. Feuilles entières oblongues-lancéolées ou ovales élargies dans le haut, feutrées de blanc sur le revers, hérissées de soies sur les 2 faces, toutes en rosette à la base. Stolons allongés et munis de feuilles plus ou moins espacées rapidement décroissante. Involucre à bractées velues souvent glanduleuses, étroites (0.5-1.5mm de large), aiguës. Floraison de mai à septembre, ligules jaunes, les extérieures lavées de pourpre sur le revers.
La fleur reste mi-close par temps de pluie – les graines restent sur la plante jusqu’à la fin de l’hiver

Comment elle agit

La présence de flavonoïdes et d’acides organiques expliquerait un effet diurétique, qui est retrouvé dans plusieurs études.

piloselle2.jpg

Utilisations officinales : la plante contient des substances diurétiques, dépuratives du sang (uricémie et azotémie).

Publié dans "E**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant