• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 3 septembre 2009

RENFORCEZ ….

Posté par eurekasophie le 3 septembre 2009

 

VOTRE SYSTEME IMMUNITAIRE

 

AVEC L’ACUPRESSION

Acupression du visage

 

reflexologievisage1.jpg

Schéma N° 1

reflexologievisage2.jpg

 Schéma N° 2

acupression2.jpg

Schéma  N° 3

1 ) Pour donner un coup de pouce à votre organisme, massez doucement les points de part et d’autre de la ligne inférieure des lèvres, dans l’alignement vertical de la pupille. Attention, ne stimulez pas ces points si vous souffrez d’hypertension. ( points légèrement situés en-dessous des zones 3 sur le schéma n° 1 .)

2 ) Pressez ensuite les points entre le centre des narines et la lèvre supérieure ( points 4 sur le schéma N°1 ), ou massez simplement toute la zone entre les narines et la lèvre supérieure. Ces points stimulent le système immunitaire et aident le corps à éliminer les toxines.

3 ) Appuyez sur les sillons naso-géniens,  ( Pli naso-génien / nasogénien: les deux plis qui partent des ailes du nez et descendent obliquement vers les commissures des lèvres ) plus précisément à mi-distance entre la bouche et la base du nez, dans l’alignement vertical des commissures des lèvres. Ces points aident à lutter contre les infections . ( Points 13 sur le schéma N° 2 .)

4)Toujours pour accroître vos défenses contre les agents pathogènes, stimulez le point juste en-dessous du creux du menton.(Point 8 sur le shcéma N°1)

5 ) Massez également le point situé sur la joue gauche, à hauteur du milieu de la partie charnue du nez, dans l’alignement vertical de la pupille. ( Point 4 sur le schéma N° 3. )

6 ) Stimulez aussi le point qui se trouve sur la joue droite, à hauteur de la base du nez, dans l’alignement vertical de la pupille ( point 1 situé sur le schéma N° 3 ) Attention, ne stimulez pas ce point si vous souffrez d’hypertension.

7 ) Pour faire baisser la fièvre, massez les points en dessous des tempes, de part et d’autre du visage, au niveau de l’os de la pommette. ( Points 1 sur le schéma N° 1 ) Pour éviter les difficultés pour localiser précisément ces points, le plus simple consiste à masser horizontalement toute la zone allant des ailes du nez à ce point .

8 ) Stimulez ensuite les points dans le creux des ailes du nez, au-dessus des narines( point 5 situé sur le schéma N° 3 ) ou pour plus de facilité, frictionnez de haut en bas toute la zone le long des ailes du nez.

9 ) Appuyez au-dessus du milieu de la lèvre supérieure. Ce pont , ainsi que les deux points suivants, donnnent un sacré coup de pouce à vos défenses immunitaires. ( Point 3 sur le schéma  N°3 ) Attention : ne stimulez pas ce point si vous êtes enceinte, car il accélère les contractions utérines.

10 ) Poursuivez en stimulant les points qui se trouvent dans l’alignement vertical des bords du nez, à mi-distance entre la bouche et la base du nez ( point 13 , légèrement décalé vers l’intérieur sur le schéma N° 2 ).

11 ) Massez maintenant les points de part et d’autre de la ridule en arc de cercle coiffant le haut de la partie bombée du menton(point 2 sur le schéma N°2) ou pour plus de facilité, massez horizontalement toute cette zone du menton.

12 ) Pour un effet tonifiant sur l’ensemble de l’organisme, appuyez dans le creux du menton, à hauteur du centre de la lèvre inférieur ( point 2 sur le schéma N° 3 ).

13 ) Terminez votre séance d’acupression en massant les points situés dans les creux devant les oreilles ( point 8 sur le schéma N° 3).

Acupression du bras

 

acupressionbras.jpg

Photo 1

 

 

acupressiondubras2.jpg

Photo 2

14 ) Pour quoi ? Ce point  est efficace contre la constipation, les problèmes gastriques du type diarrhées ou crampes à l’estomac, la fièvre , le mal de gorge et les problèmes au coude. Il aide également à équilibrer le système immunitaire.

Pliez le bras ( photo 1 ) et observez la pliure au niveau du coude. GI11 se situe à la pliure au niveau du coude ( voir le point rouge sur la photo ). Comme tous les points d’acupression, ce point est bi-latéral: on le trouve sur chaque bras.

Comment stimiler ce point ? Prenez votre coude dans la main de l’autre bras, et utilisez votre pouce pour appuyer sur GI11. On peu utiliser une pression légère, ou masser fermement le point dans le sens des aiguilles d’une montre. Ne pas hésiter à stimuler le point sur les deux bras. N’oubliez pas de relâcher bras et épaules. Pour calmer la fièvre et pour équilibrer le système immunitaire, touchez légèrement le point pendant quelques minutes. Recommencez plusieurs fois par jour.

 

Acupression de la main

acupressionmain.jpg

 

15 ) Massez le point qui se trouve sur la paume de la main dans le creux de l’os entre l’index et le majeur ( voir photo ).

Acupression du pied

 

acupressionpied.jpg

16 ) Sur la plante du pied, appuyez sur le ponit situé dans l’alignement entre le second orteil et le troisième orteil, à 1/3 du pied en partant de la pointe vers le talon. Ce point se repère facilement si vous appuyez sur la pointe du pied, car il forme un creux.

Acupression du thorax

acupressioncotes.jpg

17 ) Massez en douceur le point qui se trouve sur le flanc droit du thorax, à 6 travers de doigt— l’étendue d’un corps considéré dans sa largeur — sous le creux de l’aisselle, entre la cinquième et sixième côte.

Source  » Belle santé  » N° 118

Merci à Murielle Toussaint, journaliste nathuropathe

Publié dans ACUPRESSION-REFLEXOLOGIE | 7 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

MIROIR DU TEMPS OU……

Posté par eurekasophie le 3 septembre 2009

mouronrouge.jpg

 

 

Mouron rouge
 

 ( Anagallis arvensis , Anagallis phoenicea )

( Primulacées )

Synonyme(s) : Mouron des champs, Faux mouron, Morgeline, Ménuchon, Miroir du temps

Le mouron rouge (Anagallis arvensis) est une plante annuelle de la famille des Primulaceae, selon la classification classique, ou des Myrsinaceae, selon la classification phylogénétique.

C’est une plante rampante à fleurs rouges ou bleues qui pousse dans les cultures, les jardins… Les fruits sont des Pyxides produisant de nombreuses graines.

Le mouron rouge n’appartient pas à la même famille que le mouron des oiseaux (Stellaria media, qui est une Caryophyllaceae). Seule une similitude dans le port de la plante et la forme des feuilles rapproche ces deux espèces.

 

mouronrouge2.jpg

 Description botanique

Sa tige carrée, glabre, très rameuse, peut mesurer de 10 à 30 cm. Elle est diffuse ou étalée, puis ascendante à la floraison. Ses feuilles opposées sont sessiles, de forme ovale ou lancéolée. Elles sont ponctuées de noir sur la face inférieure et possèdent 3 à 5 nervures principales.
Les fleurs d’ Anagallis arvensis sont solitaires sur des pédoncules opposés. Ces pédoncules filiformes égalent ou dépassent légèrement les feuilles. Le calice est lancéolé à bords membraneux. La corolle, assez petite, de 6 à 10 mm de largeur, présente 5 pétales soudés à la base, à sommet finement crénelé ou cilié-glanduleux. Anagallis arvensis fleurit de mai à novembre. Le fruit est une pyxide globuleuse égalant le calice.

Localisation et comportement

Anagallis arvensis, mauvaise herbe commune des jardins et des cultures exondées, se rencontre sur les chemins et les lévadons.

Utilisations officinales : la plante contient des substances expectorantes et vulnéraires.
Elle est très appréciée par les volailles.

mouronrougeetbleu.jpg  Certains individus de Anagallis arvensis peuvent spontanément présenter des fleurs bleues. Cela donne alors des touffes mélant fleurs rouges et fleurs bleues. Ces individus ont parfois été regroupées dans la forme Anagallis arvensis f. azurea. Cette forme n’est plus reconnue, la variation n’étant pas stable du tout.

Ces mourons bleues peuvent être facilement confondus avec Anagallis foemina

mouronbleu.jpg

Anagallis foemina 

Cette petite plante se rencontre dans les cultures et les friches. Elle est généralement très petite et couchée. Ses fleurs sont d’un beau bleu vif, à pétales denticulés en haut, et relativement étroits laissant nettement apparaitre le calisse. Ses pédicelles floraux sont généralement plus courts que les feuilles.Cette plante est très toxique et peut provoquer la mort d’animaux d’élevage si elle est incorporée à du fourrage.

 

Publié dans "M**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

…UN SAVOIR SUR LES VERTUES MEDICINALES DES PLANTES ……

Posté par eurekasophie le 3 septembre 2009

aubepin2.jpgpanoramix.jpg alkkenge.png

 

 

logoaromathrapie4.gif

Au cours des siècles, les anciens ont accumulé un véritable savoir sur les vertues médicinales des plantes. Tout le monde a entendu parler des remèdes de santé de nos grand-mères : ail, choux,… sous forme de cataplasme ou de décoction.

Mais il existe aussi une antique tradition de soins par les fleurs ; ceux-ci sont moins connus car ils nécessitent une manipulation et un dosage extrêmement précis. Je vous indique dans cet article d’une manière générale les effets thérapeutiques des fleurs sauvages en vous mettant particulièrement en garde contre une utilisation non avertie. Certaines de ces plantes peuvent être extrêmement dangereuses, même à des doses infinitésimales, aussi ne jouez pas à l’apprenti-sorcier !

lignebettyboop.gif

CIRCULATION DU SANG logophyto.jpg

Antihémorragiques – antihémorroïdales – antivariqueuses
Aigremoine, Bistorte (ou Serpentaire rouge), Bourse-à-pasteur, Marronnier d’Inde, Prêle, Consoude, Githago (vénéneux), Limaire, Millefeuille, Myrtille, Lamier blanc, Petit plantain, Salicaire, Pimprenelle.

Hipotensives (qui font baisser la tension artérielle).
Ail,
Alliaire, Bourse-à-pasteur, Fumeterre officinale, Chiendent, Citron, Olivier, Groseillier rouge, Gui.

Sédatives de l’activité cardiaque.
Aubépine, Genêt, Mélisse,
Lamier blanc, Valériane.

Stimulatrices et toniques cardiaques.
Aconit, Adonis,
Arnica, Digitale jaune, Digitale pourpre , Hellébore fétide, Fumeterre, Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Muguet, Rose de Noël.

APPAREIL DIGESTIF logophyto.jpg

Antispasmodiques et carminatives (contre les spasmes de l’estomac et de l’intestin, les flatulences gastriques et les gaz intestinaux).
Ail, Angélique sauvage, Belladone (vénéneuse), Camomille, Gentiane,
Pissenlit, Genévrier, Jusquiame (vénéneuse), Mélilot blanc, Thym Serpolet, Stramoine Métel (vénéneuse), Tanaisie, Thym, Valériane.

Antiulcéreuses (de l’estomac).
Chou,
Consoude, Chiendent, Grande Ortie, Lamier blanc, Thym Serpolet, Thym, Pensée sauvage.

Antiémétiques (qui arrêtent les vomissements).
Menthe, Primevère, Citronnier.

Astringentes (par voie interne, contre les diarrhées et les dysenteries).
Aigremoine, Alchémille vulgaire, Bïstorte (ou Serpentaire rouge), Bourse-à-pasteur, Capillaire, Marronnier d’Inde, Fraisier des bois, Citronnier, Myrtille, Airelle rouge, Nénuphar, Grande Ortie, Lamier blanc, Parnassia, Pervenche, Petit Plantain, Prunellier, Chêne rouvre, Eglantier, Ronce, Salicaria, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Pimprenelle, Busserole.

Bouche et dents.
Guimauve, Consoude, Iris d’Allemagne, Mauve,
Mauve Alcée, Menthe, Thym Serpolet, Thym, Ronce (ou Mûrier sauvage).

Cholérétiques et cholagogues (qui stimulent la sécrétion biliaire et en facilitent l’évacuation dans l’intestin).
Absinthe, Bourrache, Buis,
Chardon Roland, Eupatoire, Chélidoine, Petite Centaurée, Chicorée sauvage, Oignon, Cuscute, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fougère royale, Fumeterre, Chiendent, Menthe, Bugrane épineuse, Romarin, Sauge officinale, Sauge des près, Sauge visqueuse, Thym, Liseron des champs.

Digestives, stomachiques, stimulatrices de l’estomac.
Ail, Aigremoine, Angélique sauvage,
Arnica, Armoise vulgaire, Camomille, Chardon argenté, Petite Centaurée, Chicorée sauvage, Pissenlit, Achilée musquée, Grand-Taconnet, Génépi des Alpes, Gentiane, Genévrier, Laurier noble, Citronnier, Houblon, Menthe, Mille-feuille, Parnassia, Pervenche, Rhubarbe des moines, Romarin, Sauge, Sauge des près, Sauge visqueuse, Thym Serpolet, Tanaisie, Thym, Véronique officinale, Trèfle d’eau (ou Ményanthe), Verveine commune.

Laxatives.
Guimauve,
Chardon Roland, Eupatoire, Petite Centaurée, Alkékenge, Oignon, Cuscute, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fumeterre, Mauve, Pêcher, Rhubarbe des moines, Sureau noir, Pensée des Alpes, Pensée sauvage.

Purgatives.
Buis, Bryone (ou Vigne blanche) (dangereuse), Eupatoire, Chélidoine, Pissenlit, Polypode (ou Réglisse des bois), Fusain (dangereux), Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Pêcher, Ricin (vénéneux), Sureau noir, Raisin d’Amérique, Baguenaudier, Liseron des champs.

Emétiques (qui provoquent les vomissements).
Bryone ou Vigne blanche (dangereuse),
Cyclamen, Fusain (dangereux), Narcisse, Saponaire officinale, Sceau-de-Salomon, Raisin d’Amérique, Varaire (ou Ellébore blanc) (vénéneux), Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

APPAREIL RESPIRATOIRE logophyto.jpg

Antiasthmatiques.
Ail,
Aigremoine, Angélique sauvage, Belladone, Aubépine, Chélidoine, Lierre terrestre, Ephédra (dangereux),Jusquiame (vénéneuse), Millepertuis perforé, Hysope, Mélisse, Menthe, Pin sylvestre, Polygala commun, Coquelicot, Romarin, Sauge officinale, Sauge des près, Sauge visqueuse, Bouillon-Blanc, Tussilage, Thym, Valériane.

Antiseptiques et balsamiques (qui désinfectent et calment les inflammations des voies respiratoires).
/

Expectorantes, Béchiques (qui favorisent l’expulsion des catarrhes bronchiques et calment la toux).
Bouleau,
Bruyère incarnate, Ephédra (dangereux), Achillée musquée, Génépi des Alpes, Genévrier, Millepertuis perforé, Hysope, Myrtille, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Thym, Angélique sauvage, Guimauve, Bourrache, Polygala faux-buis, Capillaire, Oignon, Consoude, Cresson, Lierre terrestre, Hysope, Mauve, Origan (ou Marjolaine sauvage), Coquelicot, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Polygala vulgaire, Pulmonaire, Pâquerette, Primevère, Saponaire officinale, Bouillon-blanc, Véronique officinale, Tussilage, Pensée des Alpes.

Pectorales (contre les affections de poitrine, c’est-à-dire des voies respiratoires).
Bourrache, Guimauve, Oignon,
Consoude, Cresson, Polypode (ou Réglisse des bois), Chiendent, Millepertuis perforé, Achillée musquée, Vipérine (ou Langue d’oie), Génépi des Alpes, Mauve, Pariétaire, Petit Plantain, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Sureau noir, Tussillage, Bouillon blanc, Pensée des Alpes, Anthyllide vulnéraire.

SYSTEME NERVEUX logophyto.jpg

Antispasmodiques (contre les spasmes, c’est-à-dire les contractions musculaires excessives et persistantes soit des muscles, soit des fibres contractiles internes).
Aconit napel, Anémone des Alpes (dangereuse), Angélique sauvage, Arnica, Aubépine, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Marronnier d’Inde, Fumeterre, Jusquiame (vénéneuse), Mélilot blanc, Mélisse, Menthe, Achillée millefeuille, Morelle noire, Sclarée, Narcisse, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Véronique officinale, Tussilage, Valériane, Gui.

Excitantes.
Ail, Angélique sauvage, Armoise vulgaire, Absinthe, Basilic, Cresson,
Genévrier, Laurier noble, Menthe, Berce, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Thym serpolet, Tanaisie, Thym.

Sédatives.
Aristoloche (dangereuse), Basilic,
Belladone, Aubépine, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Ellébore fétide (vénéneuse), Fumeterre, Jusquiame (vénéneuse), Houblon, Mélilot blanc, Morelle noire, Nénuphar, Coquelicot, Bouillon blanc, Valériane.

VICES DU SANG – APPAREIL GENITO-URINAIRE logophyto.jpg

Antidiabétiques.
Aigremoine, Bardane, Oignon, Cresson, Géranium sanguin, Genévrier, Myrtille, Olivier, Pervenche, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse.

Antilithiasiques (contre les calculs des reins et de la vessie).
Bruyère, Bugrane, Bugrane épineuse,
Chardon Roland, Alkékenge, Maïs, Millepertuis perforé, Hysope, Myrtille, Airelle rouge, Sureau noir.

Antirhumatismales.
Aconit (vénéneux), Ail, Alliaire, Aigremoine, Anémone des Alpes (dangereuse), Aristoloche (dangereuse), Bouleau, Buis, Bruyère, Colchique (vénéneux),
Digitale pourpre, Digitale jaune, Douce-Amère, Lierre terrestre, Prêle, Bruyère incarnate, Fraisier, Genévrier, Maïs, Citronnier, Myrtille, Bugrane épineuse, Grande Ortie, Primevère, Reine des prés, Groseillier rouge, Romarin, Saponaire officinale, Thym Serpolet, Verveine, Pensée sauvage.

Antiseptiques (qui désinfectent les voies urinaires).
Camomille,
Genévrier, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Ephédra (dangereux), Busserole, Bruyère, Sclarée, Hysope, Airelle rouge, Linaire, Romarin, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Verge-d’Or.

Dépuratives.
Alliaire, Angélique sauvage, Bardane, Bruyère, Eupatoire, Chicorée sauvage, Corydale (dangereuse), Cresson, Cresson des prés, Douce-Amère, Pissenlit, Raisin d’Amérique, Fraisier, Fumeterre, Chiendent, Houblon, Bugrane épineuse, Lamier blanc, Pariétaire, Rhubarbe des moines, Groseillier rouge, Sureau noir, Saponaire officinale, Pensée sauvage.

Diurétiques (qui stimulent la fonction des reins).
Oseille, Alléluia, Ail,
Alliaire, Alchémille vulgaire, Aristoloche (dangereuse), Bardane, Basilic, Bouleau, Aubépine, Bourrache, Bryone (ou Vigne blanche) (dangereuse), Bruyère, Caille-Lait (ou Gaillet), Chardon Roland, Eupatoire, Chardon argenté, Chélidoine, Chicorée sauvage, Oignon, Prêle, Cresson. Cresson des prés, Cuscute, Pissenlit, Douce-Amère, Bruyère incarnate, Fougère royale, Bleuet, Fraisier, Géranium sanguin, Iris d’Allemagne, Geniévre, Genêt à balai, Genêt d’Espagne, Chiendent, Maïs, Mélèze, Laurier noble, Citronnier, Pâquerette, Myrtille, Airelle rouge, Muguet, Olivier, Bugrane épineuse, Grande Ortie, Pariétaire, Parnassia, Epicéa (ou Pesse), Pi!oselle, Pervenche, Pêcher, Petit Plantain, Pin sylvestre, Prunellier, Rhubarbe des moines, Reine-des-Prés, Groseillier rouge, Eglantier, Sauge officinale, Sauge des prés, Sauge visqueuse, Sureau noir, Saponaire officinale, Joubarbe, Busserole, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

Emménagogues (qui favorisent les règles et en augmentent le volume).
Armoise vulgaire, Aristoloche (dangereuse), Capillaire, Petite Centaurée, Fraxinelle, lmpératoire, Douce-Amère, Gentiane, Romarin, Sauge officinale,
Sauge des prés, Sauge visqueuse, Lamier blanc, Mélisse, Hysope, Séneçon Jacobée, Achillée millefeuille.

Sudorifiques (qui stimulent la transpiration).
Arnica (dangereuse), Bardane,
Bourrache, Buis, Corydole (dangereuse), Douce-Amère, Achillée musquée, Bruyère incarnate, Grand-Taconnet, Fumeterre, Genièvre, Githago (vénéneux), Génépi des Alpes, Impératoire, Hysope, Laurier noble, Origan (ou Marjolaine sauvage), Coquelicot, Pêcher, Reine-des-Prés, Sureau noir, Saponaire officinale, Véronique sauvage (ou Thé d’Europe), Tussilage, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Pensée des Alpes.

MALADIES DE LA PEAU logophyto.jpg

Astringentes (en applications externes).
Bouleau, Guimauve, Bruyère, Caille-Lait (ou Gaillet), Camomille, Petite Centaurée, Consoude, Cresson, Bruyère incarnate, Hysope, Mille-feuille,
Myrtille, Bugrane épineuse, Pariétaire, Pervenche, Petit Plantain, Chêne rouvre, Salicaire, Sauge, Thym Serpolet, Thym.

Cicatrisantes.
Bardane, Basilic, Bugle, Chou,
Consoude, Grand-Taconnet, Géranium sanguin, Mille-feuille, Pariétaire, Petit Plantain, Romarin, Salicaire, Thym, Bouillon blanc, Verge-d’Or, Pensée sauvage, Vulnéraire.

Rubéfiantes, révulsives.
Anémone des Alpes, Ail,
Alliaire, Arnica, Bryone, Chélidoine, Oignon, Genièvre, Laurier noble, Mélèze, Narcisse, Epicéa (ou Pesse), Pin sylvestre, Sabine.

MALADIES DES YEUX logophyto.jpg

Collyres.
Guimauve, Camomille,
Bleuet des champs, Linaire, Mauve, Mélilot blanc, Petit Plantain.

PARASITES INTESTINAUX logophyto.jpg

Ail, Alliaire, Armoise, Absinthe, Camomille, Fraxinelle, Tanaisie, Thym.

                                                                                                                                                                       

D’après A. Poletti, « Fleurs et plantes médicinales », Delachaux & Niestlé 1982

Publié dans CLASSEMENT PAR INDICATIONS THERAPEUTIQUES, MON HERBIER DE SANTE | 6 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant