ELTON…..J’AIME BIEN .

Posté par eurekasophie le 26 août 2009

note014.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gifpartition16.gif

 

 

Image de prévisualisation YouTube

note019.gif                                                                               note014.gif                                          note031.gif

 

Image de prévisualisation YouTube

note71.gif                                                    note031.gif

Image de prévisualisation YouTube

                                                                                                                  note019.gif     note031.gif       note019.gif

Image de prévisualisation YouTube

 

note031.gifpartition3.gifnote031.gif

Publié dans MES VIDEOS........ | 4 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

RESEDA JAUNE

Posté par eurekasophie le 26 août 2009

papillons7.gifresedalutea1.jpg         papillons7.gif                                                                        

 

 

papillon8.gifRéséda jaune papillon57.gif

 ( Reseda lutea )

( Résédacées )

Synonyme(s) : Réséda sauvage, Faux réséda, Réséda bâtard, Herbe d’amour, Herbe maure

Du latin resedare, calmer : les anciens attribuaient au Réséda des propriétés vulnéraires (Coste)

Noms communs dans d’autres pays : DE : Gelber Wau ; ES : gabarro ; FR : réséda jaune ; IT : reseda comune ; PT : minhonete ; EN : wild mignonette ;

 Description de la plante adulte :

- Hauteur: 20 à 70 cm. Plante plus ou moins poilue, très variable.

- Tige souvent couchée à la base, puis ascendante, striée, marquée de ponctuations blanchâtres et saillantes.

- Feuilles inférieures obovales, oblongues, entières, ou tripartites. Feuilles rudes, un peu frisées ou ondulées sur les bords. Feuilles supérieures de 1 à 3 fois pennatipartites.

- Fleurs jaunâtres ou verdâtres, irrégulières, profondément divisées, petites, en grappes portent 6 pétales et 6 sépales d’ un jaune verdâtre, chacun divisé en 3 lobes. Le lobe du milieu et plus étroit que les 2 autres. Étamines: au nombre de 20, filet non en forme de spatule vers le haut.

- Fruits: capsules arrondies à la base, dressées, à angles sur les côtés, coupées au sommet.

- Plante à propriétés médicinales diurétiques et sudorifiques.

Type biologique : annuelle à vivace

resedaluteae75.jpg

Utilisations officinales : la plante contient des substances vulnéraires, diurétiques et sudorifiques.

 

reseda20luteacap240806.jpg

Capsules de la plante

Publié dans "R**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

SOLIDAGE

Posté par eurekasophie le 26 août 2009

solidado2.jpg

 

Verge d’or


( Solidago virgaurea )

( Composées ou Astéracées )

Synonyme(s) : Solidago verge d’or, Solidage, Herbe aux juifs

 

Solilage ou Verge d’or
 Solidago virgaurea
Solidago virgaurea
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Asteridae
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Solidago
Nom binominal
Solidago virgaurea

 

Les plantes du genre Solidago sont appelées solidages, verges d’or ou gerbes d’or. Ce sont des plantes à fleurs de la famille des Asteraceae. Il existe près de 125 espèces de ce genre qui pousse en Amérique du Nord aussi bien en Europe où elles ont été introduites depuis environ 250 ans pour les premières (Localement, elles peuvent y devenir envahissante).

Solidago est couramment utilisé par les homéopathes afin de drainer l’organisme à la sortie de l’hiver. Elle est prescrite en homéopathie, et en phytothérapie.
Les jardiniers connaissent bien sa cousine, Solidago Goldemosa dont la floraison en fin d’été et en automne illumine nos jardins.

C’est une plante vivace, de la famille des Asteraceae, pouvant atteindre 70 centimètres de haut. Originaire des régions tempérées d’Europe et d’Asie, la verge d’or s’est acclimatée en Amérique du Nord. On la retrouve volontiers dans les étages sub-alpins et alpins, dans les gazons, les prairies et les pâturages. La tige, souvent violacée porte des feuilles lancéolées, et velues. Les fleurs, jaune d’or, apparaissent en juillet août.

 

solidagovirgaurea2.jpg

USAGE ET PROPRIETES:

Son utilisation traditionnelle aurait débuté chez les populations nordiques. Elle était connue pour ses propriétés diurétiques, et son action sur les infections de l’arbre urinaire. On recueille les parties aériennes de la plante.

Elle renferme :

· Une huile essentielle, surtout présente dans les fleurs.
· Des flavonoïdes.
· Des saponosides.
· Des tanins.
· Des acides phénols

phytotherapieplantesmedicinales7.jpg

Propriétés :

· Elle est diurétique, antioxydante et astringente, ce qui en fait un excellent remède contre les affections de l’arbre urinaire. Elle constitue un appoint non négligeable dans le traitement des cystites, par exemple.
· Elle est active dans les oedèmes et l’oligurie.
· Elle est légèrement anti-inflammatoire, diminue la perméabilité vasculaire, ce qui favorise la circulation veineuse.
· Le cumul de ces différentes propriétés en fait un complément de traitement des calculs biliaires et rénaux très intéressant.
· Les saponosides qu’elle contient sont actifs contre le Candida albicans, responsable de mycoses vaginales et vulvaires.
· Par ses propriétés anti-inflammatoires, elle est active sur les rhinites chroniques, notamment les rhinites allergiques.

Posologie :

En teinture mère, 40 gouttes matin et soir.

vergedorteinturemere250.jpg Cliquez sur l’image s’il-vous-plaît….

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

POMMES….POMMES…POMMES !

Posté par eurekasophie le 25 août 2009

pommes012.gifpommesbonjourcj2.gifpommes012.gif

 

Voici pour vous, mes cher(e)s ami(e)s, la recette d’une cure

que vous pourrez faire à tout moment de l’année. 

Cette recette, je l’ai empruntée à Maurice Mességué …Hé voui !

pommes012.gif 

CURE DE POMMES 

«  Je ne saurai trop vous recommander  une cure annuelle de pommes; c’est un capital-santé bien facile à amasser.

Choisissez pour cela des fruits très mûrs, si possible juste cueillis sur l’arbre; ôtez-en le trognon et les pépins, et râpez très finement la pulpe

et la peau dans un saladier; ne mangez que cela ( sans sucre, en buvant de l’eau claire ) pendant deux jours ( 1kg à 1,5 kg par jour ).

Le troisième jour, recommencez à y mêler quelques aliments légers.

Votre appareil digestif, votre foie, vos reins, votre sang seront comme remis à neuf.

Grâce à cette cure, j’ai sauvé un enfant atteint d’entérite aiguë , et j’ai soulagé nombre de malades affligés de constipation chronique,

de dysenterie, de diarrhées catastrophiques ou de fièvre typhoïde. »

Maurice Mességué

Il va sans dire que les pommes ne doivent pas avoir été aspergées de pesticides en tout genre, car la peau ne serait pas consommable, et c’est fort dommage !

 

pommes1.jpg

Publié dans RECETTES SPECIALES | 7 Commentaires »

NARCISSE DES POETES

Posté par eurekasophie le 25 août 2009

narcisse2.jpg

narcissuspoeticus.jpg

Narcisse des poètes
 

( Narcissus poeticus )

( Amaryllidacées )

Synonyme(s) : Jeannette, Herbe à la vierge

Narcisse des poètes
 Narcissus poeticus
Narcissus poeticus
Classification classique
Règne Plantae
Classe Liliopsida
Ordre Liliales
Famille Amaryllidaceae
Genre Narcissus
Nom binominal
Narcissus poeticus

Le Narcisse des poètes (Narcissus poeticus) est une plante de la famille des Amaryllidacées

Le narcisse (Narcissus poeticus) est une plante ornementale à bulbe qui est plantée à l’extérieur comme plante vivace et occasionnellement à l’intérieur pour le forçage d’hiver. Les parties aériennes contiennent des allergènes qui produisent une dermatite chez les personnes sensibles. L’ingestion des bulbes peut provoquer une intoxication chez les humains et a aussi empoisonné des bovins. Les animaux de compagnie sont également exposés s’ils ingèrent cette plante. Les cas d’empoisonnement grave sont rares. Chez les humains, l’intoxication ne s’est produite que dans des cas où on avait confondu les bulbes avec des oignons.

narcisse3.jpg

Narcisse poétique (dans les « language des fleurs »)

Ce nom est d’origine savante plutôt que vernaculaire mais est universellement employé.
Se référant à Pline, Mathioli écrit que le narcisse « a pris son nom de narce, non de Narcissus duquel il est parlé aux fables des poètes. » Peut-être le nom de narcisse des poètes qui semble être apparu à cette époque (1570 selon Blanchard) témoigne t-il d’une prise de position opposée dans cette éternelle querelle
étymologique.

Utilisations officinales : le bulbe contient des substances émétiques (c’est-à-dire qu’ils provoquent des vomissements, et, à petites doses, l’expectoration) ; ses fleurs peuvent être utilisées contre la fièvre (surtout contre les fièvres intermittentes), antispasmodiques et anticonvulsives.

potpharmacie3.jpgnarcisse.jpgpotpharmacie3.jpg

Publié dans "N**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 3 Commentaires »

J’AURAIS VOULU ……ETRE UNE ARTIIIIIISTE…..

Posté par eurekasophie le 24 août 2009

emoticone3d2031.gifnote7.gif

 

note7.gif

                                                                                                                                                                                                           

croquis006color.jpgcyclamenpersicum.jpg

 

crayon.gifcrayon.gifcrayon.gif

 

 

 

rosacentifolia1.jpgcroquis2.jpg

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

note7.gif

 

note7.gifemoticone3d2031.gif

Publié dans MES IMAGES | 6 Commentaires »

ANEMONE PULSATILLE

Posté par eurekasophie le 24 août 2009

anemone20puls.jpg

Anémone pulsatille

( Pulsatilla vulgaris , Anemone pulsatilla )

( Renonculacées )

Synonyme(s) : Pulsatille des Alpes, Anémone des Alpes

Anémone pulsatille
Pulsatilla vulgaris
Pulsatilla vulgaris
Classification classique
Règne Plantae
Classe Magnoliopsida
Ordre Ranunculales
Famille Ranunculaceae
Genre Pulsatilla
Nom binominal
Pulsatilla vulgaris
Mill., 1754
Classification phylogénétique
Ordre Ranunculales
Famille Ranunculaceae

 

 

L’Anémone pulsatille ou coquerelle (Pulsatilla vulgaris) est une plante herbacée vivace de la famille des Ranunculaceae.

L’origine du nom provient du grec anémos (vent). Les fleurs s’agitent au vent et les arêtes plumeuses en indiquent la direction

 

anmonepulsatille.jpg

Plante de 10 à 25 cm à tige herbacée couverte de longs poils et pourvue à quelque distance de la fleur d’un involucre très découpé, violet noir.
Feuilles 2 à 3 fois pennées,feuilles en rosette sont argentées, velues et pétiolées

Fleur en cloche assez grande, penchée en début de floraison, formée de 6 sépales couverts extérieurement de longs poils argentés, d’un grand nombre d’étamines, et de carpelles dont le style s’accroît en une longue aigrette.

Plante peu fréquente, se trouve sur les pentes ensoleillées des montagnes granitiques au-dessus de 300 m, dans les prés ou les clairières jusque vers 1000 m. Rare dans le nord et en région méditerranéenne.

Utilisations officinales : la plante entière contient des substances analgésiques, mais aussi antispasmodiques et sédatives du système nerveux.
Les fleurs séchées au four et pulvérisées, permettent l’élaboration d’une poudre à éternuer réputée pour chasser les
migraines.

Toux de la coqueluche, Asthme (antispasmodique) – Aménorrhées, Dysménorrhées – Spasmes gastro-intestinaux – Règles douloureuses (d’origine utérine) – Homéopathie 18 Médecine vétérinaire ancienne : compose la liqueur de fowler Médecine vétérinaire moderne : contre la stase veineuse Médecine vétérinaire homéopathique : – action sur le système veineux, les organes génitaux – caractérisé par la frilosité, grande variabilité des symptomes, état catarrhal des muqueuses, type lymphatique, peureux, à robe claire – pour la grossesse nerveuse de la chienne peureuse aux symptomes instables, les mammites interstitielles des bovins, l’alternance de diarrhée et de constipation, les bronchites à gros râles épais

Fraîche, cette plante est toxique, caustique et irritante, mais  la dessiccation la rend inoffensive ( action de dessécher ).

La plante apparaît parfois sous le nom Pulsatilla radix, dans certains documents liés à la phytothérapie mais n’est pas un nom scientifique reconnu.

potpharmacie0071.jpg

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

SI…LENE

Posté par eurekasophie le 23 août 2009

silene.jpg

Silène commun
 

( Silene vulgaris )

( Caryophillacées)

Synonyme(s) : Silène enflé, Claquet

Silène enflé
 Silene vulgaris
Silene vulgaris
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Caryophyllales
Famille Caryophyllaceae
Genre Silene
Nom binominal
Silene vulgaris

Ce silène se reconnaît principalement aux calices de ses fleurs. Ceux-ci sont renflés en forme de ballons plus ou moins ronds, glabres, à vingt nervures, souvent parcourus d’un réseau pourpre. Ses feuilles sont glabres ou ciliées, allongées et aiguës. Plante très commune sur l’ensemble du département à ne pas confondre avec la sous-espèce prostrata, plante plus petite qui ne se rencontre qu’en altitude

Utilisations culinaires : les feuilles peuvent être consommées en potages, salades ou légumes et incorporées dans des omelettes.

Il est communément appelé « pétard » au Québec puisqu’il est amusant de le faire éclater en pincant son orifice, pour emprisonner l’air, avant de le frapper brusquement sur le dos de l’autre main.En Italie orientale (Frioul/Vénétie)le ‘Silene inflata’ est appelé « SCLOPIT » ou « SCLUPIT » et considéré comme une herbe aromatique, ses feuilles sont consommées avant la formation des graines, finement hachées dans plusieurs plats traditionnels frioulans: minestra allo sclupit, avec les spaghettini, ou les fruits de mer _ Saint-Jacques & Langouste. Dans La Manche, région de l’Espagne, on préparait un gaspacho manchois veuf (gazpacho viudo) dont la base était constituée de feuilles de silène enflé.

silenevulgaris01.jpg

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 17 Commentaires »

CHIENS FUGUEURS

Posté par eurekasophie le 23 août 2009

chienfugueur.jpg

 

Conflits entre voisins à cause du comportement d’un chien

Plutôt que de mettre l’accent sur l’intrusion des chiens sur votre propriété, vous devriez peut-être tenter de sensibiliser le propriétaire des chiens aux risques que leurs habitudes posent pour leur sécurité. Dans les régions rurales, les chiens libres d’aller où ils veulent courent un bien plus grand risque d’être frappés par un véhicule ou, pire encore, d’être abattus par un fermier qui les considère comme une menace pour son troupeau. Les chiens libres risquent aussi de venir en contact avec des animaux sauvages, comme des moufettes, des porcs-épics ou des coyotes, ou avec un animal porteur de la rage. Ce genre de rencontre peut donner lieu à des blessures et présenter un risque pour la santé des propriétaires des chiens. Le service de contrôle des animaux et la clinique vétérinaire de votre municipalité ont peut-être de la documentation utile sur le sujet.

Si votre voisin est réticent à attacher ses animaux, parlez-lui des clôtures électroniques. Il s’agit d’une barrière constituée par des signaux radio transmis au collier que portent les animaux. Quand les chiens s’approchent de la barrière électronique, le collier émet un signal d’alarme. Si les chiens s’approchent davantage, ils reçoivent une faible décharge électrique qui les dissuade d’avancer encore. Beaucoup de propriétaires qui utilisent ce type de barrière sont satisfaits de son rendement. Il existe de nombreux fabricants et distributeurs de ce produit; le propriétaire des animaux devrait demander l’avis de son vétérinaire sur le choix d’un fournisseur.

Si la négociation échoue et qu’il ne reste que les recours officiels, consultez les autorités locales pour déterminer s’il existe des règlements sur le ramassage des excréments des animaux de compagnie et sur les animaux en liberté. Ces règlements obligent les propriétaires à ramasser les excréments de leurs animaux pour des raisons d’hygiène publique, et l’omission de s’y conformer peut inciter la municipalité à prendre certaines mesures. Les règlements sur les animaux de compagnie en liberté stipulent que le propriétaire d’un animal doit en avoir la pleine maîtrise quand l’animal ne se trouve pas sur sa propriété. Le fait de fournir au service de contrôle des animaux des données précises sur la fréquence des visites indésirables, ainsi que des preuves de ces visites, peut aider la municipalité à régler le problème. À cet égard, il est préférable de produire des photographies datées et signées plutôt que des enregistrements vidéo, car les photographies sont admissibles en preuve.

chienquisegratte1.gif Cliquez sur l’image s’il-vous-plaît

Publié dans COMPORTEMENT DU CHIEN, NOS ZAMIS LES ZANIMAUX | 1 Commentaire »

CHENOPODE-BON-HENRI……..OU……

Posté par eurekasophie le 23 août 2009

chenopode.jpg

 Chénopode-Bon-Henri
 

( Chenopodium bonus-henricus )

( Chénopodiacées )

Chénopode Bon-Henri
 Chenopodium bonus-henricus
Chenopodium bonus-henricus
Classification classique
Règne Plantae
Sous-embr. Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Caryophyllidae
Ordre Caryophyllales
Famille Chenopodiaceae
Genre Chenopodium
Nom binominal
Chenopodium bonus-henricus

Epinard sauvage

Chenopodium bonus-henricus

CARACTÉRISTIQUES

Rusticité : rustique
Composition du sol : normal, riche en humus
Humidité du sol : normal
Exposition : soleil, mi-ombre
Utilisation en jardin : potager
Couleur feuille : vert
Feuillage : caduc
Période de plantation : toute l’année hors gel

Le nom vient du grec chên : oie et podion : patte en raison de la forme des feuilles. La personnification est due à la présence de ces plantes au voisinage de l’homme.
Ces plantes de 20 à 60 cm souvent regroupées en touffes drues. Les feuilles d’un vert franc ont une forme en fer de lance et sont alternes. Les fleurs forment des épis au sommet de la tige. Elles ont 5 sépales verdâtres. Le fruit contient des graines en forme de rein.
Elle est indiquée contre l’anémie car riche en fer. Les feuilles hachées et appliquées sur les abcès et les furoncles les font mûrir par l’action du mucilage. Les graines ont une action laxative légère et sans danger :
utiliser 10 g de semence par tasse en infusion.
Les cymes peuvent être consommées bouillies comme des épinards et assaisonnées au beurre ou à la crème. Les pousses peuvent se manger comme des asperges. Cette plante est contre-indiquée à ceux qui souffrent des reins et des rhumatismes.

 

chenopodiumbonushenricus1.jpg

Publié dans "C**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

12345...9
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant