• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 23 août 2009

SI…LENE

Posté par eurekasophie le 23 août 2009

silene.jpg

Silène commun
 

( Silene vulgaris )

( Caryophillacées)

Synonyme(s) : Silène enflé, Claquet

Silène enflé
 Silene vulgaris
Silene vulgaris
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Caryophyllales
Famille Caryophyllaceae
Genre Silene
Nom binominal
Silene vulgaris

Ce silène se reconnaît principalement aux calices de ses fleurs. Ceux-ci sont renflés en forme de ballons plus ou moins ronds, glabres, à vingt nervures, souvent parcourus d’un réseau pourpre. Ses feuilles sont glabres ou ciliées, allongées et aiguës. Plante très commune sur l’ensemble du département à ne pas confondre avec la sous-espèce prostrata, plante plus petite qui ne se rencontre qu’en altitude

Utilisations culinaires : les feuilles peuvent être consommées en potages, salades ou légumes et incorporées dans des omelettes.

Il est communément appelé « pétard » au Québec puisqu’il est amusant de le faire éclater en pincant son orifice, pour emprisonner l’air, avant de le frapper brusquement sur le dos de l’autre main.En Italie orientale (Frioul/Vénétie)le ‘Silene inflata’ est appelé « SCLOPIT » ou « SCLUPIT » et considéré comme une herbe aromatique, ses feuilles sont consommées avant la formation des graines, finement hachées dans plusieurs plats traditionnels frioulans: minestra allo sclupit, avec les spaghettini, ou les fruits de mer _ Saint-Jacques & Langouste. Dans La Manche, région de l’Espagne, on préparait un gaspacho manchois veuf (gazpacho viudo) dont la base était constituée de feuilles de silène enflé.

silenevulgaris01.jpg

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 17 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

CHIENS FUGUEURS

Posté par eurekasophie le 23 août 2009

chienfugueur.jpg

 

Conflits entre voisins à cause du comportement d’un chien

Plutôt que de mettre l’accent sur l’intrusion des chiens sur votre propriété, vous devriez peut-être tenter de sensibiliser le propriétaire des chiens aux risques que leurs habitudes posent pour leur sécurité. Dans les régions rurales, les chiens libres d’aller où ils veulent courent un bien plus grand risque d’être frappés par un véhicule ou, pire encore, d’être abattus par un fermier qui les considère comme une menace pour son troupeau. Les chiens libres risquent aussi de venir en contact avec des animaux sauvages, comme des moufettes, des porcs-épics ou des coyotes, ou avec un animal porteur de la rage. Ce genre de rencontre peut donner lieu à des blessures et présenter un risque pour la santé des propriétaires des chiens. Le service de contrôle des animaux et la clinique vétérinaire de votre municipalité ont peut-être de la documentation utile sur le sujet.

Si votre voisin est réticent à attacher ses animaux, parlez-lui des clôtures électroniques. Il s’agit d’une barrière constituée par des signaux radio transmis au collier que portent les animaux. Quand les chiens s’approchent de la barrière électronique, le collier émet un signal d’alarme. Si les chiens s’approchent davantage, ils reçoivent une faible décharge électrique qui les dissuade d’avancer encore. Beaucoup de propriétaires qui utilisent ce type de barrière sont satisfaits de son rendement. Il existe de nombreux fabricants et distributeurs de ce produit; le propriétaire des animaux devrait demander l’avis de son vétérinaire sur le choix d’un fournisseur.

Si la négociation échoue et qu’il ne reste que les recours officiels, consultez les autorités locales pour déterminer s’il existe des règlements sur le ramassage des excréments des animaux de compagnie et sur les animaux en liberté. Ces règlements obligent les propriétaires à ramasser les excréments de leurs animaux pour des raisons d’hygiène publique, et l’omission de s’y conformer peut inciter la municipalité à prendre certaines mesures. Les règlements sur les animaux de compagnie en liberté stipulent que le propriétaire d’un animal doit en avoir la pleine maîtrise quand l’animal ne se trouve pas sur sa propriété. Le fait de fournir au service de contrôle des animaux des données précises sur la fréquence des visites indésirables, ainsi que des preuves de ces visites, peut aider la municipalité à régler le problème. À cet égard, il est préférable de produire des photographies datées et signées plutôt que des enregistrements vidéo, car les photographies sont admissibles en preuve.

chienquisegratte1.gif Cliquez sur l’image s’il-vous-plaît

Publié dans COMPORTEMENT DU CHIEN, NOS ZAMIS LES ZANIMAUX | 1 Commentaire »

CHENOPODE-BON-HENRI……..OU……

Posté par eurekasophie le 23 août 2009

chenopode.jpg

 Chénopode-Bon-Henri
 

( Chenopodium bonus-henricus )

( Chénopodiacées )

Chénopode Bon-Henri
 Chenopodium bonus-henricus
Chenopodium bonus-henricus
Classification classique
Règne Plantae
Sous-embr. Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Caryophyllidae
Ordre Caryophyllales
Famille Chenopodiaceae
Genre Chenopodium
Nom binominal
Chenopodium bonus-henricus

Epinard sauvage

Chenopodium bonus-henricus

CARACTÉRISTIQUES

Rusticité : rustique
Composition du sol : normal, riche en humus
Humidité du sol : normal
Exposition : soleil, mi-ombre
Utilisation en jardin : potager
Couleur feuille : vert
Feuillage : caduc
Période de plantation : toute l’année hors gel

Le nom vient du grec chên : oie et podion : patte en raison de la forme des feuilles. La personnification est due à la présence de ces plantes au voisinage de l’homme.
Ces plantes de 20 à 60 cm souvent regroupées en touffes drues. Les feuilles d’un vert franc ont une forme en fer de lance et sont alternes. Les fleurs forment des épis au sommet de la tige. Elles ont 5 sépales verdâtres. Le fruit contient des graines en forme de rein.
Elle est indiquée contre l’anémie car riche en fer. Les feuilles hachées et appliquées sur les abcès et les furoncles les font mûrir par l’action du mucilage. Les graines ont une action laxative légère et sans danger :
utiliser 10 g de semence par tasse en infusion.
Les cymes peuvent être consommées bouillies comme des épinards et assaisonnées au beurre ou à la crème. Les pousses peuvent se manger comme des asperges. Cette plante est contre-indiquée à ceux qui souffrent des reins et des rhumatismes.

 

chenopodiumbonushenricus1.jpg

Publié dans "C**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant