• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 20 août 2009

INFO….DE DERNIERE MINUTE !

Posté par eurekasophie le 20 août 2009

 

 Chers internautes,

Il y a quelques mois de cela, j’ai écrit dans la catégorie  » Etudes, chiffres et faits  » un article

—s’appuyant sur des sources que je jugeais fiables —

 

visant à informer que les cactus …..

Mais lisez plutôt ce dont il était question….

 

 Vous travaillez sur un écran ? Evitez les maux de tête !

 Des chercheurs américains ont constaté que plus de 80 % des personnes travaillant devant un écran d’ordinateur se sentaient moins fatiguées et souffraient moins de maux de tête si elles plaçaient un cactus à proximité.

Ils pensent que le cactus contient des substances qui neutralisent la pollution électromagnétique, une qualité développée en vivant sous le soleil brûlant du désert.

Il semblerait d’après un article écrit par Grassieralain, que le cactus ne neutraliserait pas la pollution électromagnétique !!

Voici sa source : cliquez sur le cactus s’il-vous-plaît .

cactusgif2.gif

 

Bref ! Rien ne vous empêche de mettre un cactus sur votre bureau à proximité de votre ordinateur, ne serait-ce que parce que vous trouvez ça joli !

Mais il ne vous débarrassera peut-être pas de vos maux de tête !

Comme quoi il est intéressant de se pencher sur les articles des amis blogueurs.

Merci Arsène !

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

UNE BIEN BELLE HISTOIRE

Posté par eurekasophie le 20 août 2009

 

teleph10.gif

 

Lorsque j’étais très jeune, mon père a eu l’un des premiers téléphones dans notre voisinage. Je me rappelle très bien la vieille boîte en bois, bien polie fixée au mur et le petit récepteur noir, bien lustré, accroché sur son côté.

J’étais trop petit pour atteindre le téléphone, mais j’étais habitué à écouter avec fascination ma mère lui parler. J’ai, par la suite, découvert que quelque part, dans ce merveilleux appareil, vivait une personne fantastique… Son nom était “Renseignement SVP” et il n’y avait rien qu’elle ne savait pas. Renseignement SVP pouvait fournir le numéro de n’importe qui en plus de l’heure exacte.

Ma première expérience personnelle avec ce génie dans une bouteille s’est produite un jour où ma mère était partie chez une voisine. Je m’amusais au sous-sol, et je me suis donné un violent coup de marteau sur un doigt. La douleur était terrible, mais il ne semblait pas y avoir de raisons pour que je crie. J’étais seul et personne ne pourrait m’entendre et me réconforter.

Je faisais les cent pas autour de la maison, en suçant mon doigt pour finalement arriver devant l’escalier. Le téléphone !!! Rapidement, j’ai couru chercher le petit tabouret dans la cuisine et je l’ai traîné jusque devant le téléphone. Je suis monté dessus, j’ai décroché le combiné et l’ai placé contre mon oreille.
- Renseignement SVP, dis-je dans le microphone, juste au-dessus de ma tête. Un click ou deux… et j’entends une petite voix claire me dire :


- Renseignement.

Je dis alors :
- Je me suis fait mal au doigt.


- Est-ce que tu saignes ? m’a demandé la voix.

Je lui réponds :
- Non, je me suis frappé le doigt avec un marteau et ça fait très mal

Elle me demande alors :

- Peux-tu ouvrir la boîte à glace ?
Je lui répondis que oui je pouvais.


- Alors, prends un petit morceau de glace et pose le sur ton doigt, me dit-elle.

Après cette expérience, j’ai appelé Renseignement SVP pour n’importe quoi. Je lui ai demandé de l’aide pour ma géographie et elle m’a dit où se trouvait Montréal. Elle m’a aidé aussi avec mes mathématiques. Elle m’a dit que le petit écureuil, que j’avais trouvé dans le parc, la journée précédente, devait manger des fruits et des noix.

Un peu plus tard, mon petit canari est mort. J’ai donc appelé Renseignement SVP et lui ai raconté ma triste histoire. Elle m’a écouté attentivement et m’a dit les choses usuelles qu’un adulte dit pour consoler un enfant, mais j’étais inconsolable.

Alors, je lui ai demandé, la gorge serrée :
- Pourquoi les oiseaux chantent si merveilleusement et procurent tellement de joie aux familles, seulement pour finir comme un tas de plumes dans le fond d’une cage ?


Elle a probablement ressenti mon profond désarroi et m’a dit alors, d’une voix si calme :

- Paul, rappelle-toi toujours qu’il existe d’autres mondes où l’on peut chanter.


D’une certaine façon, je me sentais mieux.

Une autre fois, j’utilisais le téléphone :


- Renseignement SVP.

- Renseignements, me répondait la voix, maintenant devenue si familière. Je lui demande alors :


- Comment épelez-vous le mot réparation ?

Tout ça se passait dans la ville de Québec. Alors que j’avais 9 ans, nous avons déménagé à l’autre bout de la province, à Baie-Comeau. Je m’ennuyais terriblement de mon amie. Renseignement SVP appartenait à cette vieille boîte en bois de notre maison familiale, et, curieusement, je n’ai jamais songé à utiliser le nouvel appareil téléphonique étincelant, posé sur une table, dans le corridor, près de l’entrée.

Alors que je me dirigeais vers l’adolescence, les souvenirs de ces conversations de mon enfance ne m’ont jamais quitté. Souvent, lors des moments de doute et de difficultés, je me rappelais ce doux sentiment de sécurité que j’avais à cette époque. J’appréciais maintenant la patience, la compréhension et la gentillesse qu’elle a eus à consacrer de son temps pour un petit garçon.

Quelques années plus tard, alors que je me dirigeais au Collège, à Montréal, mon avion devait faire une escale à Québec. J’avais donc près d’une demi-heure entre le transfert d’avion. J’ai donc passé 15 minutes au téléphone avec mon frère, qui vit toujours à Québec.

Ensuite, sans penser vraiment à ce que je faisais, j’ai composé le “0″ et dit :


- Renseignement SVP. Miraculeusement, j’entendis alors cette même petite voix claire que je connaissait si bien :
- Renseignement.

Je n’avais rien prévu de tout ça, mais je m’entendis lui dire :


- Pouvez-vous m’aider à épeler le mot réparation ?
Il y a eu un long moment de silence. Ensuite, j’entendis une voix si douce me répondre :


- Je suppose que ton doigt doit être guéri maintenant.

Je me mis à rire et lui dit :
- C’est donc toujours vous ! Je me demande si vous avez la moindre idée comme vous étiez importante pour moi pendant toutes ces années.


- Je me demande, dit-elle, si tu sais combien tes appels étaient importants pour moi. Je n’ai jamais eu d’enfant et j’étais toujours impatiente de recevoir tes appels.

Je lui ai dit comment, si souvent, j’ai pensé à elle au cours de ces dernières années et je lui ai demandé si je pourrais la rappeler, lorsque je reviendrais visiter mon frère :


- Je t’en prie, tu n’auras qu’à demander Sally, me répondit-elle.

Trois mois plus tard, alors que j’étais de nouveau à Québec, une voix différente me répondit :
- Renseignement. J’ai donc demandé à parler à Sally.


- Êtes-vous un ami ? me demanda la voix inconnue. Je lui répondis :


- Oui, un vieil ami. J’entendis alors la voix me dire :
- Je suis désolée d’avoir à vous dire ça, Sally ne travaillait plus qu’à temps partiel ces dernières années parce qu’elle était très malade. Elle est morte il y a cinq semaines déjà.

Avant même que je n’ai le temps de raccrocher, elle me dit :


- Attendez une minute. M’avez-vous dit que votre nom était Paul ? Je répondis :
- Oui.

- Et bien, Sally a laissé un message pour vous. Elle l’a écrit, au cas où vous appelleriez. Laissez-moi vous le lire… Ce message disait :

- Dites-lui que je crois toujours qu’il y a d’autres mondes où l’on peut chanter. Il saura ce que je veux dire…
Je lui dis donc merci et raccrochai.

Et oui, je savais ce que Sally voulait dire…

Ne sous-estimez jamais l’influence que vous pouvez avoir sur les autres. La vie de qui avez-vous touché aujourd’hui ?

Anonyme

UNE BIEN BELLE HISTOIRE  dans CONTES ET BELLES HISTOIRES 8xvs5t8l

Publié dans CONTES ET BELLES HISTOIRES | 5 Commentaires »

VALERIANELLE POTAGERE

Posté par eurekasophie le 20 août 2009

                                                                 La valérianelle potagère est surtout connue sous son nom de mâche

Mâche

( Valerianella locusta , Valerianella olitoria )

( Valérianacées )

Synonyme(s) : Doucette, Valérianelle potagère

Autres noms : doucette, rampon, valérianelle potagère
« Valerianella » signifie « petite valériane » car cette plante ressemble à la Valériane.
« olitoria » signifie « potager » car cette plante est très cultivée.

Altitude : jusqu’à 1500 m.

Taille : de 10 à 40 cm.

Floraison : d’avril à juillet.

Cycle de vie : annuelle.

Habitat : jardins, champs, pied des murs, terrains vagues, en sol non acide.

Fleurs : fleurs minuscules, de 2 à 3 mm, bleu pâle, en groupes serrés au sommet des rameaux ; calice en tube à sépales indistincts ; verticilles de bractées vertes.

Feuilles : feuilles en rosette à la base et opposées sur la tige, ovales ou spatulées, entières ou un peu dentées.

Tige : tiges ramifiées en Y, striées, à petits aiguillons.

Reproduction : fruit globuleux, un peu comprimé, à 4 sillons.

Utilisations culinaires : la plante est cultivée pour l’alimentation.

mache1.jpg

Les feuilles qui sont situées à la base sont disposées en rosette, tandis que celles qui sont le long de la tige sont opposées.
Les tiges sont striées et ramifiées en Y

mache2.jpg

Les fleurs sont minuscules (2 à 3 mm de diamètre), à corolle en tube un peu évasé de couleur blanc-rosé, et disposées en groupes serrés au sommet des tiges.

Vous sèmerez la mâche après les récoltes des légumes d’été, fin août pour une récolte en automne. La mâche se sème en rangs séparés de 20 cm. Pour une bonne levée, il est nécessaire de maintenir le sol humide, ensuite maintenez simplement les mauvaises herbes à distances. Selon les températures, trois à cinq mois sont nécessaire avant la première récolte.

TOUT SUR LA MACHE

 

BIENFAITS  

L’hiver, c’est la saison de la mâche ! Pour tous les jours ou pour les repas de fêtes, elle est incontournable ! Cette salade serait même une source importante d’Omega 3, ces acides gras essentiels pour notre corps. Mais que cachent ces petites feuilles vertes ? Voici quelques conseils et des recettes originales pour profiter des vertus de ce légume…

Faible en calories (19 kcal/100 g), la mâche est conseillée dans de nombreux régimes amaigrissants.
Riche en vitamines (elle contient 3 fois plus de vitamines C que la laitue) et en béta-carotènes (pigments permettant de fabriquer la vitamine A), elle possède des vertus antioxydantes, permettant de lutter contre le vieillissement des cellules.
Riche en fibres, elle améliore le transit intestinal et se révèle être un excellent « coupe-faim ».
Autre atout très important aujourd’hui, la mâche est riche en Omega 3 : plus de la moitié des matières grasses de la mâche sont des Oméga 3 (soit 240 mg/100 g). En l’arrosant d’huile de noix vous êtes sûr de faire le plein de ces précieux acides gras essentiels permettant notamment de lutter contre les problèmes cardiovasculaires .Enfin, c’est aussi une très bonne source de vitamine B9 (ou acide folique), qui permet d’entretenir un bon sommeil et évite la fatigue.. Certains l’ont ainsi surnommé « la salade anti-stress »…

Composition de la mâche (pour 100 grammes)

Protéines

1,8 g

Glucides

0,8 g

Lipides

0,4 g

Fibres

1,5 g

Sodium

4 mg

Potassium

421 mg

Magnésium

13 mg

Phosphore

49 mg

Calcium

35 mg

Fer

2 mg

Beta-carotène

3,9 mg

Vitamine A

650 µg

Vitamine B1

65 µg

Vitamine B2

80 µg

Vitamine B6

250 µg

Vitamine B9

145 µg

Vitamine C

35 mg

Vitamine E

600 µg

Il faut ajouter que la mâche peut-être consommée sans modération : 100 g apportent seulement 14 Kcal ! Pas de quoi menacer la balance si vous surveillez l’assaisonnement.

DEGUSTATION

Choisissez une mâche aux feuilles bien vertes et non abîmées, autrement dit, veillez à ce qu’elles soient ni jaunes ni flétries. La mâche est une salade fragile, aussi placez la toujours sur le dessus de votre panier.La mâche peut se conserver 3 à 4 jours, dans sa barquette ou son sachet plastique d’origine, dans le bac à légumes du réfrigérateur.

Vendue en sachet, elle est prête à l’emploi, et en barquette, il suffit de la rincer sous l’eau (évitez les bains prolongés qui l’abîmeraient). Si vous la trouvez vendue avec les racines, il faut alors les enlever et bien la nettoyer car elle contient souvent du sable.

La mâche se mange évidemment tout simplement crue, en salade. Elle se marie bien avec les betteraves, les pommes et les noix. Comme elle est fragile, il faut l’assaisonner au dernier moment, et comme elle est douce, il faut utiliser des huiles douces (noix, olive, pépin de raisin…) et peu de vinaigre (cidre, balsamique, xérès…).
La mâche se mange aussi cuite comme des épinards ou en velouté. Ou encore étuvée au beurre, en accompagnement de plats fins comme le foie gras ou le magret. Originaire des Pays-de-la-Loire, elle accompagne souvent des préparations avec des coquillages, comme les huître et les Saint-Jacques.
Enfin, sa saveur douce s’accorde bien avec les fromages frais comme le chèvre et le roquefort.

HISTOIRE

 

Le bassin méditerranéen est le berceau de la salade. Les premières représentations de salade, dans les tombeaux égyptiens, datent du Vème siècle avant notre ère. La culture de la mâche est apparue en France, sur les bords de Loire, à la Renaissance. On la trouve notamment représentée dans une peinture de Léonard de Vinci, « La Léda et le Cygne », aujourd’hui disparue. La mâche fait partie, avec la laitue et la chicorée, des 3 grandes familles de salade. C’est une plante de la famille des valérianacées qui, dès l’automne et durant tout l’hiver, développe des rosettes de feuilles rondes, d’un vert foncé, à l’aspect velouté.
Semée de la mi-août à la mi-décembre, elle trouve un terrain fertile dans un sous-sol sableux, drainé par les eaux douces. Les Pays de Loire, qui jouissent de ce terrain propice, représentent 85 % de la production nationale de mâche. La France est par ailleurs le premier producteur européen de mâche devant l’Allemagne et l’Italie, avec 20 000 tonnes produites chaque année.
Chaque Français consomme en moyenne 4,5 kilos de laitues (la batavia arrive en tête suivie de la laitue et de la feuille de chêne), 2 kilos de chicorées et 150 grammes de mâche.
Si la mâche est loin d’être la salade la plus mangée, elle conquiert de plus en plus de consommateurs, grâce à une meilleure présentation (en barquette et sachet plastique), et grâce aux récentes études qui ont mis en avant les bienfaits des Oméga 3, acides gras essentiels dont la mâche est riche.

machesalade1.jpg             Cliquez sur l’image pour connaître la recette

machesalade2.jpg              Cliquez sur l’image pour connaître la recette

 

                                                                                                                              Sur ce, je vous souhaite un …..

bonappetit2.gif

Publié dans "V**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant