CORAIL DE MER

Posté par eurekasophie le 10 août 2009

corailgorgone.jpg

Non , ce corail appelé gorgone n’a aucun rapport avec la plante que je vais vous présenter ….aucun rapport, sauf le milieu salin

dont l’un comme l’autre ont besoin pour vivre. 

 

 

 

coraildemer.jpg 

Salicorne ligneuse

( Arthrocnenum fructicosum )

( Chénopodiacées )

Synonyme(s) : Salicorne arbrisseau, Corail de mer, Sarcocorne ligneuse

Taille : 0,30 à 1 m.

Floraison : d’août à septembre.

Répartition : france : Atlantique, Méditerranée.

Toxicité : comestible.

Habitat : haut schorre, limite supérieure des prés salés, marais salants.

Aussi appelée « Corail de Mer », ou « Cornichon de Mer », la Salicorne est une plante vivace ligneuse formant un sous-arbrisseau de quelques dizaines de centimètres, fortement enraciné. Les renflements successifs qui la constituent se terminent par un mamelon saillant dit « corne de sel ». Elle pousse dans les prés salés, les marais salants…, successivement couverts et découverts par la Mer au gré des marées, ce qui lui donne son goût salé. Si les conditions sont idéales, elle forme de vastes tapis denses et homogènes, donnant lieu à des paysages spectaculaires.

 La salicorne naît dans les anfractuosités des rochers, au cœur des vases littorales de l’Atlantique, de la Méditerranée ou de la Manche. On la trouve encore dans des mares salées, notamment en baie de Somme où se concentre l’essentiel de sa production organisée. On en trouve aussi autour de mines de sel en Alsace et en Lorraine, ou encore en Camargue. C’est une plante protégée dans le Nord-Pas-de-Calais.
Elle colonise les vases salées que le jeu conjugué des dépôts alluvionnaires et du dessèchement par le soleil a suffisamment stabilisées pour permettre son enracinement. Lors des grandes marées, la salicorne est parfois recouverte pendant plus de trois heures par l’eau de mer.
La salicorne comestible est une plante annuelle (les variétés vivaces sont très amères), une herbacée qui, sous nos latitudes, naît dès la fin de l’automne et végète tout l’hiver jusqu’aux premières chaleurs. Les premières ramifications se forment et, au milieu du printemps, la plante mesure de 6 à 8 centimètres. A maturité, elle devient ligneuse (seules les extrémités des rameaux sont encore tendres) et peut atteindre 30 centimètres.
Vers la fin d’août, de petites fleurs apparaissent de part et d’autre des tiges et la salicorne prend des allures de bruyère. Puis, les graines se forment, la plante se dessèche. Après germination, les premières plantules apparaîtront durant l’hiver et végèteront jusqu’au réchauffement du printemps.
Les tiges tendres de la salicorne jeune, récoltée en mai/juin, peuvent se déguster crues, nature ou en vinaigrette. Plus tard, la salicorne devient un peu amère et il est préférable de la blanchir. Quelques minutes dans l’eau bouillante suffisent à lui ôter son amertume et le sel en excès. Elle sera alors cuisinée comme l’épinard, à la vapeur, à l’eau (non salée !) ou revenue à la poêle. La salicorne fraîche, très fragile, ne se garde pas plus de deux jours au réfrigérateur.
Accompagnement ou aromate, la salicorne s’accorde bien évidemment à merveille avec tous les produits de la mer mais apporte aussi une touche typée aux viandes blanches, voire rouges. Elle se déguste aussi en soupe, quiche ou omelette. Elle devient condiment et aromatise sauces, moutarde, mayonnaise… La congélation est déconseillée car la salicorne, gorgée d’eau, se ramollit considérablement à la décongélation. En revanche, elle se conserve dans du vinaigre auquel on ajoute une poignée de gros sel, du poivre en grain, du thym, du laurier et du clou de girofle. Ainsi confit, ce « cornichon de mer » relève à merveille poissons et viandes froides, charcuteries ou salades composées.

salicorneligneuse.jpg

Buisson de salicorne ligneuse dans un tapis d’obione

buisson de salicorne ligneuse dans un tapis d’obione

Récolte :


La Salicorne est récoltée à la main avec maintes précautions pour ne pas abîmer la plante. Toute la science de la cueillette consiste à sélectionner les jeunes pousses, tendres et charnues, pour délaisser les vieilles souches.

Utilisations officinales : plante contenant des substances digestives, dépuratives et diurétiques.

Utilisations culinaires : la plante est parfois confite au vinaigre, consommée en salade.

salade2.gifsalade2.gifsalade2.gif

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant