• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 5 août 2009

SALADES SAUVAGES A DEGUSTER

Posté par eurekasophie le 5 août 2009

 

Quelques

Salades sauvages

Salade

Nom commun

Nom latin

Autres noms

 

cressonnette.jpg Cressonnette Cardamine hirsuta Cardamine hérissée, Cardamine hirsute, Cardamine à tiges nombreuses, Cresson des prés, Cresson de muraille, Cresson de vigne.
diplotaxis.jpg Diplotaxis Diplotaxis erucoides Fausse roquette, Roquette blanche, Roquette des vignes
mache.jpg Doucette Valerianella locusta Mâche, Mousselet
fenouil20sauvage.jpg Fenouil sauvage Foeniculum vulgare
laitue20vivace2.jpg Laitue vivace Lactuca perennis laitue perenne, Breou, Laurige, Cendrau, Salade de lièvre, Laitue de bruyère, Lâche, Chevrette, Cachette, Chevriotte, Chevrille
pimprenelle2.jpg Pimprenelle Sanguisorba minor
pourpier.jpg Pourpier Portulaca oleracea
saintjoseph.jpg Saint Joseph Lactuca serriola
viperine20vulgaire.jpg Vipérine vulgaire Echium vulgare

Publié dans MES PETITES INFOS | 1 Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

COLCHIQUE ……..

Posté par eurekasophie le 5 août 2009

colchique.jpg

Colchiques dans les prés

Fleurissent fleurissent

Colchiques dans les prés

C’est la fin de l’été

La fleur d’automne

Emportée par le vent

En ronde monotone

Tombe en tourbillonnant

Qui ne connaît pas cette jolie chanson, que l’on chantait en canon à la chorale de l’école

Colchique d’automne
 

( Colchicum autumnale )

( Colchicacées )

Comment lire une taxoboxColchique d’automne
 Colchicum autumnale
Colchicum autumnale
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Liliopsida
Sous-classe Liliidae
Ordre Liliales
Famille Liliaceae
Genre Colchicum
Nom binominal
Colchicum autumnale

Synonyme(s) : Tue-chien, Colchique, Narcisse d’automne, Veilleuse, Safran des prés

Origine du nom français : il tire son nom de la Colchide, patrie de Médée l’empoisonneuse, région du Caucase très connue pour l’abondance des plantes vénéneuses qui y poussent.

C’est une plante assez basse, à corme. Elle présente la particularité d’avoir deux apparences très différentes :

  • En automne seules les fleurs apparaissent, naissant d’un spathe tubuleux au niveau du sol. elles sont formées de 6 pétales roses soudés à la base.
  • Au printemps ce sont les feuilles lancéolées, larges qui apparaissent entourant le fruit, une grosse capsule ovoïde formée d’abord sous terre.

colchiquefruit.jpg Fruit

 

Commentaires : du bulbe, très profond, poussent directement les fleurs et, le printemps suivant, les feuilles et la capsule contenant les graines.
Les fleurs apparaissant, d’une manière insolite, en automne doivent avoir attiré l’attention car, en effet, cette plante est connue depuis la haute Antiquité.

Utilisations officinales : l’usage principal auquel était jadis destiné le colchique était celui de soigner la goutte, ou mieux, d’en atténuer les douleurs. C’est un analgésique efficace même contre les douleurs rhumatismales et névralgiques, mais il a été délaissé à cause de la toxicité élevée de son composant actif et remplacé par d’autres plantes moins dangereuses et tout aussi efficaces. Toutefois, récemment, il est revenu au centre de l’attention car il a été découvert qu’il contient des principes pouvant servir dans la lutte contre le cancer.

ATTENTION !

Le colchique contient de la colchicine (pour l’homme, troubles à partir de 10 mg, mortelle à partir de 40 mg) et il arrive fréquemment au bétail d’être intoxiqué. La colchicine, bien qu’utilisée en thérapeutique est un poison bloquant la division cellulaire. L’intoxication par ingestion se manifeste par des troubles digestifs violents, des troubles sanguins et neurologiques. L’issue peut être dramatique.

Il fut un temps où les jouets étaient souvent fournis par la nature. Dans la capsule du colchique d’automne les graines cliquettent. Il arrivait que des enfants cueillent des capsules qui devenaient entre leurs mains des hochets assassins. Certains avalaient les graines, absorbant ainsi une dose fatale de colchicine. La dose létale est évaluée à 1 mg par kilo de poids corporel et une seule graine en contient environ 4 mg !

Publié dans "C**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

SYSIMBRE OFFICINALE

Posté par eurekasophie le 5 août 2009

sisymbreofficinald.jpgsisymbreofficinal.jpg

 

Sisymbre officinale 
 

Sisymbre officinal
 Sisymbrium officinale
Sisymbrium officinale
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Dilleniidae
Ordre Capparales
Famille Brassicaceae
Genre Sisymbrium
Nom binominal
Sisymbrium officinale

                                                               ( Sisymbrium officinale )

                                                                  ( Crucifères ou Brassicacées )

Synonyme(s) : Herbe aux chantres, Velar, Tortelle

Le sisymbre officinal ou herbe au chantre appartient à la famille des Crucifères (Brassicaceae). La plante est une cousine des Brassica (exemple : la moutarde noire).

Le sisymbre est une plante annuelle pouvant atteindre 90 centimètres de haut. La tige est longue et raide et est ramifiée. Les fleurs sont jaunes et petites (3 mm) et ne restent que de mai à septembre. Les siliques sont appliquées contre la tige. La semence est petite (<1 mm) et jaune.

Pas toujours évident, voire carrément rébarbatif d’identifier les plantes aux fleurs jaunes en forme de Croix !Pourtant le Sysimbre officinal, vous a laissé des indices particuliers :- ses feuilles sont très découpées, surtout celle de la tige qui ont une forme de pointe de flèche ou plutôt de pique de halebarde.

- ses fleurs, en grappe, sont comme montée au bout de cannes téléscopiques.

Mais pourquoi un tel intérêt dans la reconnaissance de cette plante ?

Utilisations officinales : la plante contient des substances diurétiques, stomachiques et expectorantes

Sa richesse en soufre en fait un allié de choix dans le traitement des extinctions de voix ou des affections des voies respiratoires (un peu comme les cures à Luchon ou les gargarismes de notre enfance).

50 g de plante fraîche devront être infusés 10 minutes dans un litre d’eau bouillante, puis bus à raison de deux tasses par jour.

La plante étant très amère, il est préférable soit d’aromatiser l’infusion à la règlisse, soit de sucrer avec un miel aromatique.

Certains sites (notamment wikipedia) attribuent aussi à cette plante des propriétés sur la peau et les rides, il semble cependant que ce soit le sysimbre sagesse, aux feuilles beaucoup plus découpées (comme des fanes de carotte) qui aie ses propriétés cosmétiques.

potpharmaciec.jpg

Publié dans "S**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant