• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 3 août 2009

AUX PETITS SOINS …..

Posté par eurekasophie le 3 août 2009

chiencroixrouge.gifanimalconvalescent3.jpgchiencroixrouge.gif 

 

D’UN ANIMAL CONVALESCENT !

Maladie, blessure, accident, stérilisation, opération……La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille.

Pour aider votre petit compagnon à se remettre plus vite sur ses pattes, jouez la carte de la douceur et des

médecines naturelles !

Quand on est souffrant, un rien nous irrite. Votre animal n’échappe pas à la règle et c’est pourquoi vous devez commencer par lui offrir le maximum de

confort. Oublié le panier ou la niche trop étroite ! Le temps qu’il se remette, offrez lui un matelas épais où il puisse s’étendre de tout son long. C’est important car, à la suite de certaines opérations ou de maladies rhumatismales, sa position habituelle ( couché en rond ) peut être douloureuse. De plus, s’il porte une collerette pour ne pas arracher ses fils, il a besoin d’espace.

chienpanier.gif

IL VIENT D’ÊTRE OPÉRÉ !

Le B.A.BA : la rééducation est plus facile sur un animal de poids normal que sur un animal obèse.S’il a besoin d’un petit régime, c’est donc plutôt avant l’opération qu’il faut y penser. Après l’opération, votre animal doit rester au repos pendant un mois, le temps que ses tissus cicatrisent. Attention, pendant les dix premiers jours, les restrictions sont sévères. Si c’est un chat, il doit rester cantonné à l’intérieur de la maison, dans une pièce sans étagère et sans meuble situé en hauteur, afin qu’il ne soit pas tenté d’y grimper. Si c’est un chien, il peut faire une mini promenade d’hygiène ( pour ses besoins ), mais uniquement tenu en laisse courte. Il ne doit pas descendre ou monter des marches, ni sauter, ni courir, ce qui peut nécessiter de le cloîtrer dans un parc à bébé ou tout autre endroit restreint dont il ne puisse sortir durant le reste de la journée. Ensuite, ses promenades peuvent très progressivement s’allonger, mais il doit toujours être tenu en laisse et ne pas sauter. Cette mini marche quotidienne est suffisante pour empêcher la fonte de ses muscles qui est le principal obstacle à une récupération rapide.

animalconvalescent7.jpg                              animalconvalescent2.jpg

Le coup de pouce des médecines douces : pour faciliter le réveil d’un chat opéré et éviter qu’il n’en garde un trop fâcheux souvenir, les

vétérinaires homéopathes conseillent Nux vomica 15 CH et Opium 15 CH, 5 granules de chaque, le soir de l’anesthésie et les deux soirs qui suivent. Et, dans les suites opératoires, pour un chat, comme pour un chien, Arnica montana 9 CH ( 5 granules par jour ), accélère la cicatrisation des tissus et ne présente pas de risque d’interférence avec les anti-inflammatoires et les antibiotiques prescrits par le vétérinaire.

animalconvalescent6.jpg

IL SORT D’UNE MALADIE !

Le B.A.BA : sur le plan alimentaire, ce n’est pas le moment de faire des économies avec des aliments bas de gamme. Un animal convalescent a besoin d’une ration en protéines de bonne qualité et en quantité suffisante ( à moduler avec le vétérinaire en cas d’insuffisance rénale ). S’il a moins d’appétit, ce qui est fréquent, donnez-lui des aliments hautements digestibles, riches en vitamines B1, B6, en fer et en zinc, afin de doper ses défenses immunitaires. Les vétérinaires vendent des aliments spécialement conçus pour les animaux convalescents qui peuvent même se présenter sous forme liquide, pour ceux qui refusent de s’alimenter: c’est encore le plus simple. Le vétérinaire peut aussi prescrire de la L-Carnitine en complément alimentaire, car cet acide aminé favorise la reconstitution du muscle. Outre les prescriptions médicamenteuses, à bien respecter, il ne vous reste plus qu’à surveiller sa température: si tout va bien, elle est de 38 à 39 ° , mais pas plus…..

Le coup de pouce des médecines douces :

Un animal malade se sent vulnérable et peut donc se montrer, de ce fait, davantage irritable.

C’est pourquoi vous devez tout faire pour l’apaiser. Idem si vous devez lui faire des soins désagréables ( comme des injections sous-cutanées ). Chez un chat, le plus simple pour vaincre le stress est la diffusion de phéromones apaisantes. Vous pouvez aussi donner une protéine apaisante ( celle qui endort les petits après la tétée ) sous forme de complément alimentaire ( Zylkène ® ). Cette protéine existe également en version pour chiens. Chez ces derniers, il y a l’alternative des huiles essentielles, non pas directement sur la fourrure, mais diffusées à l’aide d’un diffuseur électrique. Mettez juste 2 gouttes, pas plus, car ils sont plus sensibles aux odeurs que nous et le but n’est pas de les incommoder. Par exemple, l’huile essentielle de lavande ( Lavandula angustifolia ) a des vertus apaisantes et assainissantes. On peut donc l’utiliser quand on a un petit ou un grand malade à la maison, pour le calmer et pour atténuer les odeurs d’eau de Javel et de désinfectants. L’huile essentielle de romarin est un expectorant et fluidifiant des sécrétions bronchiques que l’on peut associer à l’huile essentielle de bois de rose, immunostimulante et antiseptique, ou à l’huile de thym. Ce mélange est intéressant si votre animal a contracté une maladie infectieuse, pour assainir l’atmosphère ( après avoir ouvert en  grand vos fenêtres pour réduire la concentration de microbes ). L’huile essentielle de camomille a des vertus calmantes, intéressantes en cas de stress ou de nervosité inhabituelle. Enfin, les huiles essentielles de géranium, de bergamote ou de pin sylvestre, favorisent le repos des animaux épuisés par la maladie.

animalconvalescent.jpg

PRUDENCE, APRÈS UNE BLESSURE !

Pour limiter les risques infectieux, un pansement doit être propre. C’est pourquoi, si vous devez sortir votre ami et qu’il pleut, il faut un plastique tout autour de la blessure ( sur une patte ou sur la queue ) ou le protéger avec un manteau imperméable s’il en a déjà un. Une fois rentré, vous devez bien sûr retiré le plastique ( sous peine de macération ) ou le manteau. Ne laissez pas votre animal avec un pansement sale ou mouillé, mais faites-en  un nouveau. Enfin, voyez d’urgence le vétérinaire si la plaie vous semble suintante ou purulente: ce peut être l’annonce d’une infection. Et pensez à l’Arnica ( en granules ) car, s’il y a eu une blessure, il y a forcément eu traumatisme.

 

Publié dans NOS ZAMIS LES ZANIMAUX, SOINS PARTICULIERS | 3 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

CHIENS AGRESSIFS …

Posté par eurekasophie le 3 août 2009

 Image de prévisualisation YouTube

ATTENTION !!!! PAS TOUCHE A MON NONOS …..

L’agressivité chez les chiens peut être dangereuse si elle n’est pas traitée

chienagressif.jpg

Les comportements agressifs comme le grondement et les morsures peuvent se manifester dans toutes les races, qu’il s’agisse d’un Cocker (Épagneuls), de Pitbulls, voire de Caniches. Il est extrêmement difficile de corriger un comportement agressif, et il faut y mettre des efforts et de la patience. Il faut d’abord déterminer si le comportement agressif est causé par la peur ou s’il est lié à son tempérament naturellement dominant, car le traitement sera différent selon la cause. Tenter de résoudre le problème sans l’aide d’un vétérinaire est, au mieux, difficile.

L’agression liée à la dominance (ou hiérarchique) est courante. Le chien qui manifeste ce type de dominance tend à fixer du regard un autre animal en gardant les oreilles droites et portées vers l’avant. Il se tient la tête haute et adopte une posture rigide avec sa queue haute ou à l’horizontale. Ce langage corporel tranche avec celui d’un chien soumis, qui tend à éviter le contact visuel, à baisser la tête et la queue, à coucher les oreilles et à adopter une posture accroupie.

Les problèmes surviennent généralement quand les humains décodent mal les signes de dominance chez le chien. Ainsi, il peut arriver qu’en signe d’affection et sans mauvaise intention, un enfant dévisage intensément son chien. Ce dernier interprétera cette attitude comme un signe de dominance ou d’agression de la part de l’enfant et il pourra réagir en devenant agressif et en mordant.

L’agression hiérarchique peut se produire chez des sujets de n’importe quelle race, des deux sexes et à tout âge. Toutefois, ce sont surtout les mâles non castrés pour qui on consulte le plus souvent et davantage les chiens de race pure que les croisés.

La correction de l’agression hiérarchique est difficile, non seulement pour le propriétaire moyen, mais aussi pour les dresseurs professionnels. Un vétérinaire peut vous aider à entreprendre un programme de correction ou vous aiguiller vers un spécialiste du comportement.

 

 

Pour réussir à corriger le problème d’agressivité, on doit :

 1) commencer par éviter les situations qui déclenchent l’agression;
2) éviter les punitions (la douleur provoque l’agressivité); le fait, par exemple, de forcer un chien à s’accroupir ne fait qu’empirer la situation;
3) appliquer des techniques de désensibilisation (c.-à-d. mettre graduellement le chien dans diverses situations);
4) habituer le chien aux signaux de dominance de la part de son propriétaire (comme lui retirer son bol de nourriture ou le dévisager);
5) obliger le chien à obéir à des commandements avant de le récompenser (en jouant avec lui ou en le caressant, par exemple);
6) utiliser diverses techniques de contre-conditionnement.

Puisque la majorité des chiens qui ont un comportement d’agression de hiérarchie sont des mâles non castrés, la castration devrait aussi être utile. En dernier recours, chez un petit nombre de chiens, les médicaments ou l’euthanasie seront peut-être et malheureusement les seules solutions

Image de prévisualisation YouTube

 

 

chienclins.gif

 

Ami …Ami…!

Publié dans COMPORTEMENT DU CHIEN, NOS ZAMIS LES ZANIMAUX | 3 Commentaires »

MOI AUSSI JE PARLE …..

Posté par eurekasophie le 3 août 2009

chatmiaule2.gif 

Les miaulements constants d’un chat inquiètent son propriétaire

Quand le comportement d’un animal de compagnie est dérangeant, les gens ont tendance à tenter d’y mettre fin; pourtant, l’animal interprète les réactions de son maître comme une marque d’attention et une récompense de son comportement. En général, il faut rester indifférent aux comportements indésirables et récompenser ceux qui sont souhaitables.Chez le chat âgé, un changement soudain de comportement peut être un symptôme d’une maladie et devrait inciter le propriétaire de l’animal à consulter son vétérinaire. Quant au jeune chat, il peut simplement s’agir d’un problème de comportement qui peut être corrigé en modifiant les interactions entre le maître et l’animal.

L’interaction sociale est importante pour tous les animaux, mais pour certains plus que pour d’autres. Le propriétaire qui rentre à la maison, heureux de pouvoir enfin se reposer, fait souvent face à un chat qui s’est prélassé toute la journée et qui est prêt à jouer. Il peut être utile de prévoir des séances régulières de jeu qui permettront au chat de combler son besoin d’interaction sociale et qui préviendront peut-être les longues séances de miaulements. La période de jeu peut aussi être un moyen efficace pour le maître de se détendre après sa journée de travail. Il existe de nombreux jouets interactifs, qu’ils soient de fabrication artisanale ou achetés à l’animalerie, qui peuvent agrémenter les périodes de jeu. Il existe aussi beaucoup d’autres jouets qui incitent le chat à jouer seul.
chatjoue.jpg/
On peut aussi envisager d’offrir un compagnon de jeu au chat. Cette solution ne convient pas à toutes les situations, mais quand un chat est relativement jeune, qu’il accepte bien les nouveaux venus et qu’il a plus d’énergie à dépenser que son maître, la présence d’un compagnon de jeu peut être une solution avantageuse pour tous.

chatmiaule3.gif

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Que c’est donc mignon !

Publié dans COMPORTEMENT DU CHAT, NOS ZAMIS LES ZANIMAUX | Pas de Commentaire »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant