• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 17 juillet 2009

LES HUILES ESSENTIELLES…..EN CUISINE

Posté par eurekasophie le 17 juillet 2009

 

 

COMMENT BIEN DOSER UNE HUILE ESSENTIELLE DANS UNE RECETTE DE CUISINE ? 

 

 

 

La cuisine aux huiles essentielles est très à la mode, et c’est tant mieux : saine, gourmande, elle

 

permet même de se soigner en se régalant ! A condition de bien maîtriser les dosages…. Voici une

 

technique pour réussir à tous les coups ses petits plats aux huiles essentielles.

 

 

Certaines huiles essentielles , raisonnablement parfumées, peuvent être insérées à raison d’1 voire 2 gouttes dans vos préparations culinaires. C’est le cas généralement des essences d’agrumes ( orange, mandarine, citron….) ou de la vanille par exemple. D’autres, nettement plus  » relevées « , imposent une présence plus discrète: il n’est pas rare de devoir mesurer 1/4 de goutte ou 1/2 goutte afin de ne pas gâter un dessert ou un plat de poisson tout entier! C’est le cas avec les huiles essentielles de romarin ou de cannelle, par exemple. Pour ne pas vous tromper et parfumer sans écoeurer, voici une technique géniale et toute simple.

 

LA TECHNIQUE DU CURE-DENTS

 

  • Trempez la pointe d’un cure-dents en plastique ( bien pointu ou en bois ) , de préférence légèrement écrasée, dans un flacon d’huile essentielle.
  • Plongez la pointe du cure-dents  » aromatisée » dans une cuillerée de votre préparation ou d’un support plus favorable à sa dilution ( miel, huile végétale….). Renouvelez, si nécessaire, avec l’autre extrémité du cure-dents ( à chaque fois, c’est un usage unique ! N’allez pas mettre du yaourt ou du miel dans votre flacon d’huile essentielle ! ) .
  • Jetez votre cure-dents. Il ne pourra pas resservir !  

 

Quelques règles de base de la cuisine aux huiles essentielles …….

 

  Employez uniquement des huiles essentielles comestibles ( toutes ne le sont pas ) et de la meilleure qualité possible, 100% naturelles ( jamais synthétiques !), bio si possible.

♣  Ne faites jamais cuire vos huiles essentielles : ajoutez -les après la cuisson de vos plats chauds, ou sinon à vos préparations crues et destinées à le rester ( marinades, salades de fruits….).

  Lorsque , dans une recette, il est indiqué que vous devez mettre 1 goutte , ce n’est pas 2 gouttes, c’est 1 goutte !

  Ne versez jamais directement de l’huile essentielle dans une préparation.

 

 

 

Recettes à base d’huile essentielle

 

Cuisinier de formation, Frank Vandaele a dirigé un restaurant durant des années. Vous

trouverez ici quelques unes de ses meilleurs recettes.

Calamar au cumin et citron salé

Ingrédients (4 pers.)
p.p 250g.calamar en tranches, ½ citron salé, 250 ml de tomates concassées avec leur jus (si vous utilisez des tomates fraîches pelez-les et ajoutez 50ml d’eau pour la sauce) 3 cuillères à soupe huile d’olives, 1 oignon d’Espagne en brunoise, 3 gousses d’ail pressées, un peu de sel et poivre, ½ cuillère à café d’harissa, 2 citrons pressés, 5 à 6 goutte d’huile essentielles de cumin, un peu de thym frais, une feuille de laurier. Servez en garniture du riz cuit dans l’eau salé.
Préparation
Faites revenir l’oignon et l’ail dans de l’huile d’olives dans un wok. Ajouter les tomates concassées, le citron salé et les épices. Laissez mijoter les calamars dans la sauce pendant 25 minutes à feu doux. A la fin de la cuisson diluer 4 à 6 gouttes d’huile essentielle de cumin (ou si vous préférez de Carum carvi)
Variante
On peut aussi sauter les tranches de calamars crus dans l’huile d’olives pendant 20 min et ajouter à la sauce.
Au moment de servir ajoutez quelques feuilles de menthe et de coriandre.

Velouté de champignons au poivre noir

Pour 4 personnes
1 gros oignon d’Espagne (ou deux oignons moyens), 500 gr. de champignons de Paris, 1 à 2 cubes de bouillon de légumes, une botte de persil, 1 litre d’eau, 1 cuillère à soupe d’huile d’olive et 2 à 3 gouttes d’huile essentielle de poivre noir (Piper nigrum)

Préparation
Mettre l’huile dans une casserole et ajouter les oignons hachés puis les champignons coupés grossièrement. Laisser étuver quelque temps puis ajouter l’eau. N’oubliez pas les branches de persil (gardées ensemble avec une petite corde pour les enlever facilement à la fin du cuisson). A la fin de la préparation, ajouter les cubes de bouillon, enlever le persil et mixer. Une fois la soupe bien mixée, diluer quelques gouttes de Piper nigrum.
Une soupe aux potiron et poivre noir est aussi un vrai délice, à vous d’essayer.

Soupe de fenouil et crevettes

Ingrédients pour le fumet de crevettes
500gr de carapaces de crevettes, 1 verre de vin blanc, 4 verres d’eau, quelques branches de persil, 1 oignon, une noisette de beurre.
Ingrédients pour la soupe
250gr de légumes coupés (céleri, oignon, carotte, poireau), 1 boîte de conserve de tomates pelées, 1 verre de cognac ou de whisky (facultatif), une noisette de beurre, 5 gouttes d’huile essentielle de fenouil doux
Préparation
Faire revenir l’oignon coupé finement et les branches de persil dans le beurre. Ajouter les 4 verres d’eau, les carapaces de crevettes et un verre de vin. Laisser bouillir pendant 20 minutes en laissant réduire de moitié. Passer au chinois.
Faire bouillir les légumes avec les tomates pelées et mixer dès que les légumes sont tendres. Ajouter le fumet de crevettes, assaisonner et diluer 5 gouttes d’huile essentielle de fenouil

 bonappetit1.gif

Publié dans RECETTES SPECIALES | Pas de Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

TESTEZ ET EXERCEZ VOTRE MEMOIRE

Posté par eurekasophie le 17 juillet 2009

 

jeux4.gif

 

Trois apprentis vacanciers, trois styles de vie, trois destinations, trois bagages. Chacun a préparé son sac ou sa valise en fonction de son lieu de villégiature, de sa personnalité ( et de mon stock d’images … hé hé ….) 

Observez bien tout ce que chacun emporte. Pour mieux mémoriser le contenu de chaque bagage, aidez l’un après l’autre les trois personnages à remplir leur sac ou leur valise. 

 » Touchez  » mentalement les objets, associez-les entre eux en essayant de retenir l’endroit où vous les rangez dans le sac ( le rouge à lèvres à côté du parapluie , le ballon dans le chapeau….) , puis descendez deux articles plus bas et testez votre mémoire.

 

bonnevacanceslesamies.gif

 

jeux3.gif

 

vacancessacdos.jpg 1

chapeau.jpgballon.jpgpipe.jpgpalmes.jpg

bottes.jpgallumettes.jpglampetorche.jpgboussole.jpg

 

 

 

vacances3.gif   2

parapluie.jpgbrossedents.jpg lunettedesoleil.jpgrougelvres.jpg

camescope.jpgpantoufles.jpgviolon.jpglivres.jpg

 

 

vacance1.gif    3

baskettes.jpg gourdedeau.jpgtrompette.jpg

kway.jpg chaussures.jpgds.jpg

appareilphoto.jpgpolos.jpg

 

Mémorisez bien …..

Publié dans TESTS EN TOUT GENRE | 5 Commentaires »

L’ARTICHAUT

Posté par eurekasophie le 17 juillet 2009

 

 

UN ALLIÉ POUR MINCIR ! 

 

 

 

 

L’artichaut, celui que l’on mange, est en réalité le bouton floral de la plante. 

 

Les   » feuilles  » que l’on racle du bout des dents sont des bractées……

 

Ce délicieux légume, riche en potassium, en magnésium et en inuline, vous aide à éliminer ! 

 

 

 

artichaut1.jpg

 

 

 

Valeurs nutritionnelles

pour 100 g

Protides 2,1 g
Glucides 7.6 g
Lipides 0,1 g
Calories 40 kcal

artichautsurpied.jpgartichautfleur.jpg

 

 

Celui que l’on trouve le plus fréquemment dans nos assiettes, c’est le gros Camus de Bretagne !

Mais en Provence, la référence, c’est le violet, un tendre petit artichaut qui se consomme cru quand il est jeune.

artichautdf37d.jpg

 

Un vieux légume !

Les Egyptiens, les Grecs et les Romains mangeaient déjà de l’artichaut et l’utilisaient pour mieux digérer! De son ancêtre le chardon sauvage, il a gardé les piquants, mais sa  » tête  » , sans doute grâce au travail des botanistes, s’est développée pour qu’on y trouve tant à manger !

L’artichaut a été importé en France par Catherine de Médicis, devenant ainsi un plat de rois avant de se démocratiser.

 

artichautdf37d.jpgSon goût particulier artichautdf37d.jpg

 

L’artichaut est un légume particulièrement bien pourvu en glucides, en particulier en inuline, un sucre complexe formé de nombreuses molécules de fructose qui donnent leur saveur caractéristaique à certains légumes de la famille des composés : les topinambours, les salsifis, les cardons, et l’artichaut. L’inuline est un prébiotique, qui nourrit la flore intestinale; par ailleurs, elle est intéressante en cas de diabète ou d’hypercholestérolémie. L’artichaut possède une valeur énergétique plutôt élevée pour un légume, son faible index glycémique est encore un bon point pour celles et ceux qui veulent mincir ! Seul bémol : faites attention à la sauce d’accompagnement ! Généralement, c’est elle qui fait des ravages sur la silhouette ! 

 

artichautdf37d.jpgÉlimination assurée artichautdf37d.jpg

 

L’artichaut contient à peu près 2 % de fibres ( cellulose, lignine….) qui ne sont pas assimilables et qui stimulent le transit intestinal. Mais c’est surtout son apport minéral qui en fait un aliment intéressant pour fondre un peu ! En effet, le potassium accélère l’élimination rénale de l’eau ( l’inuline aussi ) et les autres minéraux et oligo-éléments se révèlent précieux pour maintenir l’équilibre minéral de l’organisme. 

 

artichautdf37d.jpgComment le faire cuire ? artichautdf37d.jpg

C’est tout simple: vous cassez la queue et vous le faites cuire, si possible, à vapeur douce, sinon dans l’eau bouillante salée ( environ une demi-heure).

 

 

 

Les feuilles, digestives et hypocholestérolémiantes 

 

artichaut00.jpg

 

Les feuilles d’artichaut, celles qui poussent le long de sa tige ( et non les bractées que nous suçons ! ) sont, depuis longtemps, employées en cas de troubles digestifs. Elles contiennent une substance isolée par des chercheurs italiens au milieu du XX è siècle, la cynarine, qui stimule le foie et la vésicule biliaire, et qui fait baisser le taux de cholestérol. D’ailleurs, de nombreux médicaments destinés à améliorer la digestion contiennent de l’extrait de feuilles d’artichaut ! Plusieurs études ont démontré que l’extrait d’artichaut était efficace en cas de syndrome de l’intestin irritable ( appelé aussi colopathie fonctionnelle ) et contre l’hypercholestérolémie. On trouve de l’extrait d’artichaut en complément alimentaire, sous forme de capsules, de gélules ou de comprimés. 

 

LA LÉGENDE …………..

Le nom scientifique de l’artichaut, Cynara, vient du nom de la belle jeune fille qui, d’après une légende grecque, avait résisté aux avances de Zeus……En colère, le dieu l’a transformée en plante épineuse !

 

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 3 Commentaires »

LE maïs

Posté par eurekasophie le 17 juillet 2009

 

mais.jpg

 

Le maïs (aussi appelé blé d’Inde au Canada) est une plante tropicale herbacée annuelle de la famille des Poacées, largement cultivée comme céréale pour ses grains riches en amidon, mais aussi comme plante fourragère. Le terme désigne aussi le grain de maïs lui-même, de la taille d’un pois.

Cette espèce, originaire d’Amérique centrale, d’Amérique du Sud et d’Amérique du Nord, constituait la base de l’alimentation des Amérindiens avant l’arrivée en Amérique de Christophe Colomb. La plante fut divinisée dans les anciennes civilisations d’Amérique centrale et méridionale et était connue chez les tribus d’Amérique du Nord comme l’une des trois sœurs. Introduite en Europe au XVIe siècle, elle est aujourd’hui cultivée mondialement et est devenue la première céréale mondiale devant le riz et le blé. Avec l’avènement des semences hybrides dans la première moitié du XXe siècle, puis des semences transgéniques tout récemment, le maïs est le symbole de l’agriculture intensive.

Son nom vernaculaire le plus commun est maïs. Ce terme vient de l’espagnol maíz, emprunté lui-même à la langue des Taínos de Haïti qui le cultivaient. De nombreux autres noms vernaculaires ont été appliqués à cette céréale, notamment blé indien, blé de Turquie et blé de Barbarie. Désuets pour la plupart, ces noms témoignent de la confusion qui a longtemps régné en Europe sur l’origine de la plante.

 

mais2.jpg                                                                               mais3.jpg

 Ensilage du maïs par les Aztèques (codex florentin fin XVIè siècle                                                                             Centeolt, dieu du maïs chez les Aztèques

 

La maïs est une plante herbacée annuelle, de taille variable (de 40 cm jusqu’à 5 m, généralement entre un et trois mètres pour les variétés couramment cultivées).

 

LE maïs  dans

 

magnify-clip dans Mon repertoire des plantes les moins usitees

Inflorescence femelle

 

160px-Mais_kiemplant

 

magnify-clip

Plantules de maïs émergeant du sol

 

140px-Corntassel_7095

 

magnify-clip

Inflorescence mâle

 

180px-Ma%C3%AFs_coupe_transversale_%C3%A9pi

 

magnify-clip

Coupe transversale d’un épi

La tige unique et de gros diamètre est pleine, lignifiée et formée de plusieurs entrenœuds d’une vingtaine de centimètres séparés par autant de nœuds. Au niveau de chaque nœud est insérée une feuille alternativement d’un côté et de l’autre de la tige. Les feuilles, typiques des graminées, mais de grande taille (jusqu’à 10 cm de large et un mètre de long), ont une gaine enserrant la tige et un limbe allongé en forme de ruban à nervures parallèles. À la base du limbe se trouve la ligule qui a quelques millimètres de haut. Contrairement aux autres graminées, le pied de maïs ne talle pas, toutefois on voit parfois des tiges secondaires, de taille limitée, à la base de la tige principale.

Le système racinaire comprend un très grand nombre de racines adventives qui naissent sur les nœuds situés à la base de la tige, formant des couronnes successives, tant sur les nœuds enterrés que sur les premiers nœuds aériens, dans une zone où les entrenœuds sont très courts. Ces racines forment un système fasciculé qui peut atteindre une profondeur supérieure à un mètre[1].

Les fleurs, autre caractéristique qui distingue le maïs des autres graminées, sont unisexuées et regroupées en inflorescences mâles et femelles composées d’épillets de deux fleurs.

Les fleurs femelles sont groupées en épis insérés à l’aisselle des feuilles médianes (les plus grandes). L’axe de l’épi, appelé rafle, porte 10 à 20 rangées de fleurs femelles. Une seule fleur par épillet est fertile. Il est entouré de feuilles modifiées, les spathes, desséchées à maturité. À l’extrémité supérieure, les spathes laissent dépasser les stigmates filiformes ou soies. Un épi peut contenir environ 500 grains à maturité, parfois mille. Un pied donne naissance à trois ou quatre épis, mais un seul atteint généralement un développement complet.

Les fleurs mâles sont groupées dans une panicule terminale qui apparaît après la dernière feuille. Cette panicule est constituée d’épillets regroupant chacun deux fleurs à trois étamines.

Le grain de maïs est en fait un caryopse, formé de trois parties d’origines différentes :

  • l’embryon, couramment appelé « germe », situé à la base du grain qui comprend l’embryon proprement dit ou « gemmule » et le scutellum, c’est-à-dire le cotylédon, organe de réserve dans lequel la plantule puise son énergie initiale ; l’embryon est issu de l’œuf formé à la suite de la fusion du noyau d’un spermatozoïde et de l’oosphère ;
  • l’albumen, tissu de réserve, essentiellement composé de grains d’amidon, sauf la couche périphérique située sous le péricarpe qui contient des grains d’aleurone riches en protéines ; ce tissu est issu de la fusion du noyau d’un spermatozoïde et des deux noyaux de la cellule centrale (c’est donc un tissu à 3n chromosomes) ;
  • l’enveloppe extérieure, fine membrane translucide et fibreuse, issue du péricarpe de l’ovaire (donc en réalité une partie du fruit et non pas de la graine).

L’amidon de l’albumen se présente sous deux formes : l’amylose, polymère linéaire du glucose, et l’amylopectine, polymère formant une molécule ramifiée. Selon le mode d’assemblage de ces molécules, il se forme de l’amidon farineux, à structure friable, situé plutôt au centre, ou de l’amidon corné, ou vitreux, à structure dense et compacte, situé en périphérie et qui contribue à maintenir la forme extérieure du grain. La proportion variable de ces deux formes d’amidon permet de distinguer diverses races. C’est l’amidon corné qui donne sa couleur au grain de maïs, généralement jaune, mais aussi blanc, rouge, noir, alors que l’amidon farineux est toujours blanc.

EN PHYTOTHÉRAPIE 
Le maïs soulage les inflammations de la vessie, il empêcherait la formation de calculs rénaux et soulagerait la douleur causée par les calculs déjà formés.

En décoction une poignée dans un litre d’eau faire bouillir 10 minutes boire à volonté.

En infusion, 30 g de stigmates séchés pour 1 litre d’eau bouillante; 5 tasses par jour entre les repas.

 

ET PUIS N’OUBLIONS PAS ….LE FAMEUX MAÏS ÉCLATÉ OU POP-CORN…….sucré, salé, caramélisé. 

maispopcorn.jpg

 

Publié dans "M**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 3 Commentaires »

MEMOIRE

Posté par eurekasophie le 17 juillet 2009

 

Essayez de rendre à chacun ses petites affaires ( 1: sac à dos, 2: valise, 3 : sac de voyage). 

Pour y parvenir plus facilement, remémorez-vous en train de ranger chaque objet dans le sac à dos, la valise ou le sac de voyage, rappelez-vous l’ordre dans lequel vous les avez empilés ou incrustés les uns après les autres, les  » problèmes  » que vous avez rencontrés pour les faire tenir dans les bagages…….

Si vous n’y arrivez pas, remontez deux articles plus haut et rangez à nouveau, en essayant de retrouver votre rangement initial. 

Puis testez une nouvelle fois votre mémoire. Faites le autant de fois que nécessaire, le principal, c’est de s’exercer !….

 

 

baskettes.jpgappareilphoto.jpggourdedeau.jpgpipe.jpgtrompette.jpgallumettes.jpglunettedesoleil.jpgbrossedents.jpg

 

bottes.jpgparapluie.jpgballon.jpgboussole.jpgcamescope.jpgds.jpgkway.jpgpalmes.jpg

pantoufles.jpgchaussures.jpgviolon.jpglivres.jpgchapeau.jpglampetorche.jpgrougelvres.jpg

 

 

Vous avez réussi , du premier coup ? Alors ….

 

betty005bravo1.gif

Publié dans TESTS EN TOUT GENRE | Pas de Commentaire »

RECETTE DE LA CIRE ORIENTALE

Posté par eurekasophie le 17 juillet 2009

cire2.png
Avec sa couleur dorée et son arôme de miel, la cire orientale est un vrai plaisir pour les sens ! Naturelle et hypoallergénique, cette recette millénaire a fait ses preuves. Elle convient à toutes les peaux, mêmes les plus sensibles. Elle laisse la peau douce et lisse pendant trois semaines : de quoi satisfaire les yeux et rendre les caresses douces et agréables… Le secret d’une cire orientale réussie ?

Du sucre, du citron pour ses vertus désinfectantes, du miel pour adoucir la peau et une dose de pratique, car il est rare de réussir la cire au sucre du premier coup. Orientale.fr vous livre sa recette de cire traditionnelle au miel pour une séance d’épilation à l’orientale !

Ingrédients :

- 2 verres de sucre en poudre (environ 50g)
- Un demi verre d’eau (environ 15cl)
- Le jus d’un demi citron
- Une cuiller à soupe de miel

Préparation :

Disposez le sucre et l’eau dans une casserole, mélangez et faites caraméliser à feu doux. Lorsque le caramel blondit, versez-en une gouttelette sur votre plan de travail : si elle a une forme bombée et que vous pouvez la prendre entre les doigts et la presser, c’est signe qu’elle est prête à être utilisée. A ce moment, ajoutez quelques gouttes du jus de citron et le miel. Mélangez bien ! Versez ensuite la préparation sur un plan de travail propre et lisse (de préférence en céramique) et laissez la pâte refroidir ni trop ni trop peu (elle doit être à la température du corps, environ 37°). Confectionnez ensuite une boule de ce caramel et pétrissez-la pour la conserver souple et assez collante.

Mise en garde

Attention aux brûlures ! Assurez-vous que la pâte à épiler soit tiède avant de procéder à l’épilation.
Formez des boules de taille moyenne pour chaque zone à épiler : appliquez la boule de cire sur la peau en l’étalant de haut en bas dans le sens de la pousse des poils puis soulevez la pâte d’un coup sec. Lorsque la boule de cire est pleine de poils, elle n’est plus efficace : jetez-là et poursuivez l’épilation avec une nouvelle boule. Nettoyez ensuite la zone épilée à l’eau tiède avec un nettoyant sans savon mais jamais avec des produits contenant de l’alcool ou d’autres agents irritants. Séchez bien (sans frotter) et passez éventuellement un coton imbibé de jus de citron pour désinfecter la peau (déconseillé sur une peau réactive ou qui présente des petites blessures ou des boutons). Au besoin, talquez les aisselles et le maillot, passez un coton imbibé d’huile d’amande douce sur les jambes pour calmer la sensation de chaleur ou de tiraillement.

Remarques

La cire au sucre peut être conservée un mois ou deux dans le réfrigérateur. Pour la chauffer, passez-là une minute (ou moins selon la puissance du four) au micro-ondes ou réchauffez-là au bain marie.

 

 

cire.jpg

Publié dans RECETTES SPECIALES | 4 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant