• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 15 juillet 2009

URGENCES……….

Posté par eurekasophie le 15 juillet 2009

randonnes.jpg

 

N’oubliez pas de vous hydrater !

 

POUR ÉVITER LA FRACTURE DE FATIGUE

 

 

Gare à la première séance de course à pied ou à la première journée de randonnée en 

montagne !!!!

 

Avec les beaux jours, la tentation de faire un sport ou une activité de plein air est grande. Ne vous en privez pas ! Mais attention à la fracture de fatigue, où l’os trop sollicité par cet effort soudain et inhabituel risque de se fissurer.

Le terme de fracture peut prêter à confusion, car il ne s’agit pas d’une fracture à proprement parler comme on peut en observer après une chute. D’ailleurs, une radiographie pratiquée dans les jours qui suivent l’apparition des premières douleurs ne montrera pas de trait de fracture. Il s’agit en réalité d’une hypersollicitation osseuse sur un os sain, normal, c’est-à-dire indemne de toute lésion métabolique ou traumatisme qui pourrait expliquer une fracture, soumis à de fortes contraintes mécaniques. La fissure peut survenir à cause d’un effort répété ( sportif assidu), inhabituel ( augmentation de la charge d’entraînement ) ou survenir parfois lors d’une première séance chez un néophyte ! 

 

REMODELAGE OSSEUX INSUFFISANT 

 

On parle parfois  » d’overdose  » mécanique ou de  » fracture de stress « . Il s’agit d’un véritable surmenage osseux qui entraîne une exagération de remodelage de l’os. Schématiquement, la congestion sanguine liée à l’effort active de façon physiologique et réflexe les phénomènes de résorption de l’os qui devient alors plus fragile. La reconstruction osseuse est longue avant d’être véritablement efficace. En d’autres termes, la construction osseuse prend du retard par rapport à la destruction. Le risque principal de la fracture de fatigue est le déplacement osseux, autrement dit l’apparition d’une véritable fracture, synonyme parfois d’intervention chirurgicale. Gare à la poursuite de l’effort en serrant les dents ! 

 

 LE PIED SURTOUT

 

Une fracture de fatigue peut concerner n’importe quel os pourvu qu’il soit sollicité par un effort inhabituel : vertèbre, humérus, bassin, sacrum, col du fémur et même clavicule. Un os long peut être touché à plusieurs endroits différents, le tibia par exemple où la fracture peut siéger au niveau du genou et à quelques centimètres au-dessus de la malléole interne de la cheville. Pour autant et pour des raisons évidentes liées au poids du corps, le pied est le plus exposé aux fractures de fatigue. Par ordre de fréquence décroissante, on en retrouve surtout au niveau du calcanéum ( talon ) , des métatarsiens ( le deuxième surtout ) , du scaphoïde tarsien, de l’astragale et des sésamoïdes ( os situés sous le gros orteil ). 

 

OUHHHHHH    lAAAAAAA !!! C’est où tous ces os dont tu parles ?  chien2.gif

Tu devrais mettre un p’tit schéma ma chère Sophie….

 

osdupied.jpg

Voilà le schéma mon cher Ralphy . Dis au fait, quand je te donne un os à ronger, tu ne me demandes pas si c’est un péroné ou un astragale . Bref, passons….

 

 UNE DOULEUR LOCALISÉE

La fracture de fatigue se manifeste par une douleur sourde et localisée. Il n’y a pas de notion de traumatisme ou de choc direct. Cette douleur doit mettre la puce à l’oreille. Modérée d’abord, ou plus rarement brutale d’emblée, elle provoque une impotence fonctionnelle progressive, avec une boiterie qui empêche toute activité sportive. La douleur disparaît au repos. A la palpation de la zone douloureuse, on retrouve parfois une petite tuméfaction chaude, voire inflammatoire. 

 

PAS DE RADIO MAIS UNE SCINTIGRAPHIE ! 

La radiographie est inutile lorsqu’on suspecte une fracture de fatigue. En effet, du fait même de sa discrétion, la fissure est indécelable radiographiquement, au tout début en tout cas. Dans 50 % des cas en revanche, la radiographie montre les séquelles de la fracture, autrement dit du cal osseux, plusieurs semaines après le début des douleurs. En réalité, c’est la scintigraphie osseuse qui demeure l’examen de référence. La fracture de fatigue y est décelée très précocement, de façon constante, et permet parfois de retrouver plusieurs foyers de fractures, en  » sommeil  » ! Reste la possibilité de pratiquer une IRM dans les cas douteux.

 

scintigraphietibiast800.jpg

 

Les taches noires au niveau des tibias sont les fractures de fatigue

 

 

REPOS 

Sauf cas particuliers ( fracture instable, zone à risque….), une fracture de fatigue ne se plâtre pas. L’utilisation de cannes anglaises permet de soulager le foyer de fracture. Seul un arrêt de l’activité responsable pendant 4 à 6 semaines en moyenne permet la guérison ( reconstitution osseuse au sein de la fissure ) et évite que la fracture ne se déplace. Gare sinon à la pseudarthrose, autrement dit à une absence de consolidation ( la fracture  » bouge  » en permanence ). L’intervention chirurgicale est alors nécessaire pour consolider le foyer de fracture.

 

PRÉVENTION 

 

A défaut de changer la morphologie de ses pieds ou de ses jambes, plusieurs précautions permettent de limiter le risque: 

 

  • Choisissez des chaussures adaptées à l’activité choisie et faites-vous conseiller par un technicien chaussuresdemarche.jpg
  •  changez de chaussures dès que des signes d’usure ou d’inconfort apparaissent : perte de l’amorti ou de la stabilité au niveau du talon, en sachant que l’usure de la semelle est souvent plus tardive
  • soyez prudent lors des premières  » sorties « . Toute activité débutante doit être progressive, en durée comme en intensité. S’il s’agit de la course à pied, il est recommandé de choisir un terrain souple plutôt que le bitume. Sur route, veillez à changer de côté de temps en temps pour soulager le pied extérieur
  • utilisez des semelles ou des talonnettes intérieures amortissantes ( Sorbothane, Noene…..)
  • perdez du poids en cas de surcharge pondérale
  • ne vous lancez pas dans une activité technique sans un coach averti qui pourra corriger un geste défectueux
  • hydratez-vous correctement et ne faites pas un régime trop pauvre en calcium ou en protéines.

 

 

 

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 13 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

ET LA TROUSSE ?

Posté par eurekasophie le 15 juillet 2009

 

 

Non, pas la frousse, j’ai bien écrit la trousse …..Ben oui, celle des vacances ! 

 

Ha bon, il faut une trousse pour les vacances, me direz-vous….

Bien sûr ! 

Et pas question d’y mettre des stylos , gomme, feutres etc…, 

Non, lisez plutôt.

 

vacances2.jpg

 

Oui je sais, ceci n’est pas une trousse mais une valise …..nan mais….. je suis blonde mais tout de même !!! 

La trousse est dans la valise et toc ! 

 

Quels cosmétiques y mettre avant les grandes migrations de l’été ? Pas tout à fait les mêmes que d’habitude ! 

 

Soleil, grand air, farniente et repos représentent en effet pour la peau et les cheveux des conditions très

 

particulières et bien différentes du quotidien. 

 

Et quelques produits bien choisis peuvent les aider à traverser cette période en toute beauté.

 

 

Notre peau et nos cheveux ont l’habitude de vivre dans des bureaux climatisés, de surmonter le stress quotidien et le manque de sommeil, sont soumis à l’obligation de toujours paraître parfaits, lisses, nets et, éventuellement maquillés. Pour eux aussi, c’est l’heure des vacances ! Un peu moins de contraintes, un peu plus de vie au naturel, mais aussi des conditions qu’ils apprécieront bien moins si on ne prend pas la précaution de les en protéger: les expositions au soleil, le sel marin, les fortes chaleurs peuvent aussi les faire souffrir…..et seront bien mieux supportés avec quelques cosmétiques bien choisis.

 

AVANT LE DÉPART

Si vous avez suivi les conseils donnés dans ma rubrique au mois de mai (voir dans  archives du mois de mai ) , vous avez déjà fait tout ce qu’il fallait pour partir avec une ligne remodelée. L’heure n’est plus aux amincissants, ( sauf peut être exception faite pour les aoûtiens ) mais aux préparatifs pour que les peaux et cheveux soient au mieux de leur forme et prêts à s’enjoliver davantage encore sous l’effet du soleil et …surtout du repos.

 

Pour la peau, 3 mots clés : EXFOLIATION, ÉPILATION, HYDRATATION 

Programme en 3 points pour la peau, avec deux maître-mots à chaque étape: douceur et respect de l’équilibre naturel de

l’épiderme.

exfoliation.jpg

 

  • L’exfoliation, ( peeling ) du visage comme du corps, permet de débarrasser la peau de cellules mortes et d’affiner son grain. Déconseillée juste avant une exposition solaire, car elle affine l’épiderme et le prive ainsi de quelques défenses face aux agressions, elle se pratique une bonne semaine avant le départ, et n’est plus nécessaire ensuite jusqu’au retour. (  certains peelings pour le visage peuvent être faits tous les deux ou trois jours…Tout dépend de la marque , voir les indications du fabriquant) .  Pas de décapage à l’horizon, la formule du produit doit être aussi douce que le geste du gommage. Mieux vaut éviter tous les exfoliants un peu agressifs agissant un peu àla façon d’une toile émeri, et préférer les agents abrasifs bien réguliers comme les microbilles de jojoba ou les cristaux de sucre fondant.

epilationsimg.jpg

  • L’épilation peut se faire en institut comme à la maison, de préférence à la cire qui laisse une tranquillité d’environ 3 semaines avant que la repousse des poils ne soit trop visible. Froide ou chaude ( un peu plus difficile à manier ), elle se trouve maintenant très facilement de qualité bio, y compris en bandelettes toutes prêtes et très pratiques. Quant à moi, je préfère la cire chaude dont je vous donnerai une recette maison très très vite .  On peut prévoir, exceptionnellement, un petit rasoir dans sa trousse …ben oui la trousse ! pour les « raccords » d’urgence .

hydratation2.jpg

  • L’hydratation, enfin, est toujours indispensable pour que la peau soit en forme. Huile sèche ou lait pour le corps et crème de soin pour le visage sont toujours des passages obligé, et ce, quotidiennement.

«  Aïe Aïe ! mes oreilles! excusez moi s’il vous plait pour cette interruption tout à fait volontaire de la rédaction de mon article…… La petite fille de ma voisine habitant la maison en face de la mienne essaie de jouer la sonate pour piano N° 14 de Beethoven …. Francine ma voisine lui avait pourtant dit que c’était pas de la tarte à jouer…la petite n’en n’a cure et s’obstine. Faudra tout de même que je dise à Francine que les leçons de piano on en donne à Six Fours. Je ferme mes volets et mets le ventilo…en marche .  Si si , c’est nécessaire. Dans la foulée  je vais me chercher une tasse de café, quelqu’un en veut ? » 

 

 Pour les cheveux: COIFFEUR ET SOIN TONIFIANT

 

Eux aussi vont être en première ligne, exposés directement au soleil ou étouffés sous les chapeaux, baignés dans la mer ou les piscines, attachés pour être tranquille ou emmêlés par le vent sur la plage……

 

coiffeur.jpg

  • Une bonne coupe chez le coiffeur permet de tonifier les pointes et d’assurer la bonne forme des fibres capillaires. Si vous aviez l’intention de refaire faire vos mèches ou votre balayage, attendez plutôt votre retour de vacances. Le sel de la mer, le soleil vont les éclaircir , il n’y a donc pas urgence ! Programmée juste avant le départ, la coupe de cheveux assure aussi une coiffure facile pendant la durée des vacances, surtout si elle est un peu courte.

cheveuxmasque.jpg

  • Un masque ou un soin fortifiant , pratiqués régulièrement pendant le mois qui précède le départ, sont tout à fait bienvenus également pour donner tonicité et bonne tenue à votre coiffure. En la matière, la cosmétique bio a fait beaucoup de progrès : c’est le moment d’en profiter.

LES INDISPENSABLES DE L’ÉTÉ 

 

 

C’est le moment de constituer la trousse des vacances.  trousse.gif NON, pas celle-ci vous dis-je… 

 

Celle là  troussedetoilette.jpg   que j’ai dû sortir de la valise 

 

Côté cosmétiques, elle peut se faire plus légère que d’habitude, mais elle comporte aussi des incontournables qu’il est impensable d’oublier.

 

 

Deux produits pour une hygiène parfaite 

 

 

  • Le gel-douche quotidien peut se faire 2-en-1 : corps et cheveux, pour laver en douceur et éliminer sel, sable et transpiration. Pas de fioritures nécessaires, un bon basique à la formule douce et fraîche, de préférence riche en composés hydratants, est tout à fait indiqué.
  • Le déodorant peut être le même que le reste de l’année, c’est-à-dire sans sels d’aluminium mais efficace sur la journée, et là encore, la cosmétique bio offre un large choix de produits performants. Ma préférence: les petits roll-on sans alcool et pas trop chargés en huiles essentielles, pour éviter tout risque de réactions d’intolérance en conditions extrêmes.

 

LA PROTECTION SOLAIRE 

 

 

  • La crème (ou le lait) solaire  est indispensable voire vital : on connaît les méfaits des rayons UV pour la peau, qui se traduisent immédiatement par des coups de soleil et, à plus long terme, par des risques avérés de développement de mélanomes ( cancers de la peau ). On se protège donc avant chaque exposition, avec un produit à fort indice SPF ( ça n’empêchera pas de bronzer ) assuré par des écrans minéraux (dioxide de titane et /ou oxyde de zinc), et on choisit de préférence les produits qui laissent un léger film blanc sur la peau. Oui, oui, c’est peut être un tout petit peu moins esthétique, mais on est sûr au moins qu’ils ne contiennent pas de nanoparticules dont les effets sont suspectés d’être assez nocifs pour l’organisme.

On applique une bonne dose de produit avant chaque sortie, et on n’oublie pas de renouveler fréquemment ce geste, puisque les filtres et écrans solaires ne sont actifs que pendant environ 2 heures. Les bains, la transpiration, les frottements ( sur le sable par exemple) diminuent aussi leur efficacité: il ne faut donc pas hésiter à se tartiner, se re-tartiner, se re-re-tartiner vous et vos enfants , très souvent au cours de la journée.

 

 

  • L’après- soleil  n’est pas non plus superflu. Il permet à la peau de se réhydrater, de s’apaiser après l’exposition, et de reconstituer ses défenses et sa tonicité avant la suivante. Corps et visage doivent y avoir droit chaque soir….et pourquoi pas aussi chaque matin, en guise d’hydratant quotidien.
  • Quant aux cheveux, eux aussi peuvent être protégés et réconfortés avec l’applicatio, une ou deux fois par semaine, d’une huile ou d’un soin nourrissant.

 

La mise en beauté quotidienne 

 

 

  • La crème hydratante pour le visage ( on ne revient pas sur son impérieuse nécessité quotidienne) doit être de ce voyage comme de tous les autres. On peut la choisir légère pour mieux la supporter par temps chaud, en veillant à ce qu’elle ne contienne pas d’huiles essentielles photosensibilisantes ( principalement celles d’agrumes) qui peuvent être responsables de réactions indésirables au soleil. Inutile en revanche qu’elle soit dotée d’une protection solaire qui, on le rappelle, n’est efficace que durant environ 2 heures. On parie que vous ne renouvelez pas l’application de votre crème de soin ( ou de maquillage pour les crèmes teintées) aussi souvent: la crème solaire spécifique est là pour ça.
  • Le maquillage peut s’oublier ( ça reposera la peau) ou s’alléger fortement. Pour une soirée, une crème teintée ou une poudre minérale sur une crème hydratant, une touche de gloss et un peu de mascara suffisent à enluminer le teint et à vous faire paraître tout à votre avantage. Oubliez aussi brushing et autres laques et sprays toujours un peu étouffants: laissez un peu vos cheveux vivre au naturel, ils vous le rendront en vigueur et en brillance.

 

LE petit PLUS: UNE lotion ANTI-MOUSTIQUES 

 

moustique.gifmoustique.gif

 

moustique.gifzut.gifJe l’ai oubliée !moustique.gif

 

 

Bonnes vacances à vous, à votre peau et à vos cheveux !

 

 

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 1 Commentaire »

LIVECHE

Posté par eurekasophie le 15 juillet 2009

 

liveche.jpgpotpharmacie031.jpg

Livèche
Levisticum officinale
Levisticum officinale
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Apiales
Famille Apiaceae
Genre Levisticum
Nom binominal
Levisticum officinale

La livèche, ou ache des montagnes, (Levisticum officinale) est une plante herbacée de la famille des Apiaceae, cultivée pour ses feuilles et ses graines utilisées comme condiments alimentaires.
La livèche est une robuste plante vivace, herbacée, qui forme une rosette de feuilles d’où émerge un hampe florale pouvant atteindre deux mètres de haut. La racine pivotante est longue et charnue.

Les feuilles découpées rappellent celles du céleri.

La tige, cylindrique, est creuse et cannelée extérieurement.

L’inflorescence est une ombelle composée, dense, comportant de 12 à 20 ombellules.

Les fleurs, petites sont de couleur jaunâtre.

Les graines, comestibles, brunes, mesurent 5 à 7 mm de long.

Livèche
Levisticum officinale
Levisticum officinale
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Apiales
Famille Apiaceae
Genre Levisticum
Nom binominal
Levisticum officinale

 

 

ponctuation29.gif

 

Une question ? Quelque chose vous chagrine? 

 

Non franchement, moi je ne vois rien de spécial 

 

 

potpharmacie4.jpg

Le pot à pharmacie  peut être ….

Bon, je continue …………….

 

Avec tout ça, moi je suis déconcentrée …De quoi parlons nous déjà ? Ha oui la livèche !

HISTORIQUE

Livèche
Levisticum officinale
Levisticum officinale
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Apiales
Famille Apiaceae
Genre Levisticum
Nom binominal
Levisticum officinale

 

La livèche, probablement originaire d’Asie Mineure, où il existe une forme voisine à l’état spontané qui a été découverte en 1892 dans les montagnes du sud de l’Iran. C’est un aromate cultivé depuis toujours.
Elle était connue des Grecs et surtout des Romains qui mâchaient ses fruits pour faciliter la digestion. Apicius, le célèbre cuisinier gastronome, la mettait pratiquement dans toutes ses sauces chaudes ou froides. A moins que le ligusticum de Pline ne soit une autre plante, rien nous permet de trancher…

Cultivé depuis très longtemps en Europe Centrale, la livèche est introduite en France vers 820 par des moines bénédictins.
Rapidement, elle devint une plante très appréciée au Moyen âge qui figure en bonne place dans la liste des plantes du Capitulaire de Villis et dans les inventaires des jardins impériaux de Charlemagne, souvent mentionnée aussi, par Hildegarde au XIIe siècle puis peu à peu tombée dans l’oubli en France tout au moins.
Au de la du Rhin et du Jura, cet aromate est toujours utilisé : c’est le maggikraut, élément de base du bouillon ‘Maggi’.

 livcheracines.jpg

 Racines de livèche 

 CROYANCES ET COUTUMES


  • Europe : Les vertus aphrodisiaques que l’on supposait à la livèche sont signalées par ses noms anglais  » lovage  » et allemand  » liebstöckel « , love et liebe signifient dans ces langues  » amour « .
  • Autriche, lors de la fête-Dieu, on bénis des bouquet de livèche pour se protéger des démons, des orages, etc. A la Saint-Jean, on en donne aux troupeaux dans du lait, on la déposait aux coins des champs pour éloigner les esprits malfaisants…
  • Serbie : la racine béni protége les jeunes filles
  • Slovénie : sa racine sert à attirer l’aimé…
  • En Pologne, selon la croyance populaire il faut, pour séduire un homme, lui faire une soupe contenant de la livèche. La tradition populaire veut donc que la mère d’une future mariée en offre à l’heureux élu, qui sera bien entendu séduit et restra sa vie durant au côté de sa compagne.
  • Sèche et chaude au troisième degré – d’après le Livre des simples médecines

livecheracine.gif    Poudre de racine de livèche

 

VERTUS


  • Digestif (graines, partie aeriennes)
  • Puissant diurétique.
  • Stomachique, Carminatif
  • Emménagogue.
  • Sudoripare.
  • Antiseptique

La livèche est utilisée en cas de météorisme, affection rénale, insuffisance hépatique, règles insuffisantes, arythmie cardiaque, oedèmes . Egalement : Flatulence, diurétique En infusion 1 cuillère à café pour 1 tasse d’eau bouillante, laisser infuser 10 à 20 minutes ; 2 à 3 tasses par jour.

En macération 1 cuillère à café pour 1 tasse d’eau tiède, laisser infuser 2 à 3 heures ; 2 à 3 tasses par jour.

 

comptegoutte.jpg livchehuileessentielle.gif

 

 

 

Publié dans "L**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

FIGUIER DE BARBARIE

Posté par eurekasophie le 15 juillet 2009

 

J‘ai descendu dans mon jardin …….

 

 

Mon Lou, je veux te reparler maintenant de l’amour………

…….Ma volonté se confond avec ton désir et ta beauté.

Ah ! Ah ! te revoilà devant moi toute nue

Captive adorée, toi la dernière venue.

Tes seins ont le goût pâle des kakis et des figues de Barbarie.

 

APPOLINAIRE,  » Poème à Lou  » .

 

 

LE FIGUIER DE BARBARIE 

 

  Nom commun: figuier d’Inde, figuier du Chrétien, cactus raquette, nopal, opuntia, oponce.

  Genre et espèce: Opuntia ficus indica.

♥  Famille: CACTACEAE: plante presque toutes succulentes; feuilles réduites; aréoles sur les feuilles; fleurs sessiles; ovaire infère; fruit, une baie; plus de 2300 espèces.

  Origine : Amérique centrale et Mexique.

Hauteur: 3 à 5 m de hauteur. Port arborescent.

 

figuierdebarbarie2.jpg

 

emoticone Le figuier de Barbarie était inconnu en nos contrées et en Afrique avant les voyages de Christophe Colomb. Il est décrit précisément pour la première fois en 1535 dans  » Histoire des Indes occidentales «   par un espagnol, Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdès. Ce furent les Espagnols qui l’introduisirent en Afrique du Nord à l’époque de la glorieuse Andalouse. Pour cette raison, les Arabes lui donnèrent le nom de  » Figue du chrétien« .

figuier.jpg

emoticone Ces cladodes assurent la fonction chlorophyllienne à la place des feuilles, et sont recouvertes d’une cuticule céreuse (la cutine), qui limite la transpiration et les protège contre les prédateurs.

 

FIGUIER DE BARBARIE dans LA PLANTE DU MOIS 230px-Hoja_de_tuna_silbestre_de_los_andes_venezolanos

 

magnify-clip dans LA PLANTE DU MOIS

Raquette (Cladode)

Les feuilles ont une forme conique et ont seulement quelques millimètres de long. Elles apparaissent sur les cladodes jeunes et sont éphémères.

 

230px-Opuntia_ficus-indica_3

 

magnify-clip

Fleur d’Opuntia ficus-Indica

À la base des feuilles se trouvent les aréoles (environ 150 par cladode) qui sont des bourgeons axillaires modifiés, typiques des Cactacées. Leur méristème, selon les cas, produisent des épines et des glochides, ou bien émettent des racines adventives, de nouveaux cladodes ou des fleurs. À noter que même l’ovaire et donc le fruit est couvert d’aréoles susceptibles d’émettre à nouveau des fleurs ou des racines.

Les épines proprement dites, blanchâtres, sclérifiées, solidement implantées, sont longues de 1 à 2 cm. Il existe des variétés inermes, sans épines.

 

 

 

 

230px-Opuntia_ficus-indica_fruit9

 

magnify-clip

Fruit, ou figue de Barbarie

Les glochides, fines épines de quelques millimètres, de couleur brunâtre, se décrochent facilement, mais munis de minuscules écailles en forme d’hameçons s’implantent solidement dans la peau et sont très difficiles à retirer. Ils se cassent facilement quand on cherche à les enlever. Ils sont toujours présents y compris dans les variétés inermes.

L’appareil racinaire est superficiel, se concentrant dans les 30 premiers centimètres du sol, mais en revanche très étendu.

Les fleurs sont à ovaire infère, uniloculaire. Le pistil est surmonté d’un stigmate multiple. Les étamines sont très nombreuses. Les sépales peu apparents et les pétales bien visibles de couleur jaune orange.

 

Les fleurs se différencient en général sur des cladodes âgés d’un an, le plus souvent sur les aréoles situées au sommet du cladode ou sur la face la plus exposée au soleil. En principe, une seule fleur apparaît dans chaque aréole. Les jeunes fleurs portent des feuilles éphémères caractéristiques de l’espèce. Un cladode fertile peut porter jusqu’à une trentaine de fleurs, mais ce nombre varie énormément selon la position du cladode sur la plante, son exposition, et aussi selon des facteurs physiologiques (nutrition).


Le fruit, ou figue de Barbarie, est une baie charnue, uniloculaire, à nombreuses graines (polyspermique) dont le poids peut varier de 150 à 400 g. Il dérive de l’ovaire infère adhérent au réceptacle floral. Certains auteurs le considèrent comme une fausse arille. Sa couleur est variable selon les variétés : jaune, rouge, blanc… La forme est également très variable, non seulement selon les variétés mais aussi selon l’époque de formation : les premiers sont arrondis, les plus tardifs ont davantage une forme allongée de pédoncule. Le nombre de graines est très élevé ; de l’ordre de 300 pour un fruit de 160g.

 

 

emoticone Les jeunes tiges dont on a ôté les épines peuvent être consommées. Au Mexique, elles sont un légume courant appelé  » nopales. Les fleurs sont astringentes et adoucissantes. Elles sont employées lors des diarrhées et irritations intestinales. Elles peuvent également endiguer les petites hémorragies. 

Attention pour les personnes dotées d’un transit intestinal lent, une dégustation abusive de figue de Barbarie peut entraîner une constipation. emoticone

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 2 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant