ENCORE UN ….PONT

Posté par eurekasophie le 21 mai 2009

 

week3.gif

 

week2.gifweekend.gifweek1.gif

 

chiffre4.gif               jours de……. personnagealice.gif

Publié dans MES IMAGES | 12 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

L’EPILOBE EN QUESTION …

Posté par eurekasophie le 20 mai 2009

 

epilobe.jpg
Le célèbre ethnobotaniste François Couplan et le cuisinier non aligné et novateur Marc Veyrat, son complice, n’hésitent pas à intégrer l’épilobe dans la longue liste des plantes sauvages susceptibles de réintroduire la biodiversité dans notre alimentation. Leurs recommandations diététiques et culinaires se rapportent à l’espèce Epilobium angustifolium Linné, mieux connue sous les noms français de : chamerion, épilobe en épi, épilobe à feuilles étroites, laurier-de-Saint-Antoine, osier feuri, ou encore … thé russe. (Ce nom de « thé russe » évoque les infusions traditionnelles que les Slaves préparent avec les feuilles de cette plante).

Les fleurs de l’épilobe, très mellifères, fleurissent en juillet-août dans les coupes et sur les lisières forestières, dans les landes, les prairies humides (lorsqu’elles ne sont pas fauchées systématiquement!) et sur les talus ensoleillés. La hampe florale peut mesurer de 60 à 180 cm de hauteur et domine souvent les autres herbacées parmi lesquelles elle pousse.

Selon les deux compères en biodiversité précités, ce ne sont pas seulement les belles petites fleurs purpurines ou rosées détachées des épis qui peuvent être consommées, mais également les jeunes pousses printanières, cuites comme un légume, ou encore la moëlle des tiges.

En Suède, depuis longtemps, on consomme les bourgeons et les jeunes pousses d’épilobe préparés à la manière des asperges. (Récolter des cimes non écloses d’environ 20 cm et faites les cuire à la vapeur!)  

L’intérêt alimentaire de l’épilobe, outre son goût agréable et décalé, réside notamment dans les propriétés astrigentes et émollientes qu’il possède. Il est riche en vitamines A et C et contient significativement un des 4 macro-éléments dont notre organisme a un besoin journalier quantitatif important : le magnésium. (C’est par excellence, l’anti-stress dont nous ne pouvons pas nous passer dans la vie trépidante qui est le sort de la plupart d’entre nous!) Si les aliments contenant du magnésium ne manquent pas, ils sont aussi généralement fort riches en calories. (Oui, oui,  c’est aussi au chocolat que je pense!). C’est pourquoi l’épilobe, négligeable en valeur calorique, peut offrir une alternative intéressante à ceux qui se soumettent à un régime hypocalorique strict.

Les botanistes ont identifié et décrit une 60aine d’espèces d’épilobes de par le monde. Parmi celles qui poussent dans nos régions, outre l’épiloble en épi, les curieux pourront également observer :

l’épilobe hérissé (ou épilobe à grandes fleurs) (Epilobium hirsutun Linné),

l’épilobe à petites fleurs (Epilobium parviflorum Schreb.), à la saveur plus piquante et une peu âcre, dont Maria Treben a vanté les vertus de l’infusion pour combattre les affections de la vessie et l’hypertrophie de la prostate.Cette espèce doit être considérée davantage comme plante médicinale que comme légume, et être utilisée avec plus de parcimonie dans vos salades.

l’épilobe à feuilles lancéolées (Epilobium lanceolatum Seb. et Mauri),

l’épilobe des montagnes (Epilobium montanum Linné),

l’épilobe des collines (Epilobium collinum C.C. Gmel),

l’épilobe rosé (Epilobium roseum Schreb.),

l’épilobe cilié (Epilobium ciliatum Rafin.)

l’épilobe des marais (Epilobium palustre Linné),

l’épilobe vert foncé (Epilobium obscurum Schreb.),

l’épilobe à tige carrée (Epilobium tetragonum Linné), et

l’épilobe à feuilles de romarin (Epilobium rosmarinifolium Haenke).

Eh oui, quelle richesse dans la biodiversité! Cette énumération d’espèces n’a rien d’exhaustif. Pratiquement, retenez que toutes ces espèces d’épilobes sont comestibles.

Attention! Ne pas confondre les épilobes avec les tiges fleuries de digitale pourpre, plante d’une toxicité redoutable. Et j’en profite pour vous rappeler qu’il faut toujours être prudent et bien renseigné au sujet de la comestibilité d’une plante sauvage. Si vous en doutez tant soit peu, référez-en à une personne avertie et compétente. Aucune question n’est stupide en soi; la vraie stupidité, ce serait de ne pas la poser!

Publié dans "E**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

EPILOBE PARVIFLORUM

Posté par eurekasophie le 20 mai 2009

 

Nom scientifique : Epilobium parviflorum Schreber

 

 

 

 

 

 


Synonyme(s) du nom scientifique : Epilobium molle Lamarck, Epilobium villosum Leysser, Epilobium pubescens Roth. Classification : Onagracées, Dicotylédones

Nom commun : épilobe à petites fleurs

Synonyme(s) du nom commun : épilobe-mollet

Noms communs dans d’autres pays : DE (cliquer sur les drapeaux) » name= »Répartition et écologie (cliquer sur les drapeaux)« >: garofanino minore ; PT : ; EN : hoary willowherb ; NL : viltige basterdwederik ; DK : dunet dueurt

Type biologique : Vivace

 

 

 

 

 

 


Photo_semencePhoto_semence Description de la semence :   

 

 

 

 

 

 

 


Description de la plantule : – Plante se propageant essentiellement par voie végétative ( rhizomes …) ; les germinations sont exceptionnelles.  

 

 

 

 

 


Photo_plante_adulte Description de la plante adulte : – Hauteur: 20 à 80 cm.  

- Tige dressée à ascendante, le plus souvent simple, arrondie, hérissée de longs poils.

- Feuilles inférieures disposées en rosette de petite taille ; feuilles opposées, oblongues, lancéolées, à peine denticulée, sessiles. Feuilles alternes vers le haut, à poils doux ou feutrés, arrondies à la base, sessiles, plus longues que larges.

- Fleurs violet pâle, isolées à l’ aisselle des feuilles qui rapetissent vers le haut, de 6 à 9 mm de diamètre, à pétales de 3 à 9 mm de long, à sépales mesurant 2 tiers de la longueur des pétales. Stigmates à 4 lobes en croix.

- Fruit: capsule de 3,5 à 8 cm de long, couvert de petits poils articulés et étalés.

- Plante usitée comme émolliente et astringente. Espèce rare dans les cultures en France.

Plante Médicinale avec un effet sur la prostate, par exemple lors d’hyperplasie bénigne de la prostate, se présente sous forme de tisane.

 

EFFETS / INDICATIONS
Effets de l’épilobe :
> Antiphlogistique, action sur la prostate

Indications de l’épilobe:
> Contre l’hyperplasie bénigne de la prostate

EFFETS SECONDAIRES / CONTRE-INDICATIONS / INTERACTIONS
Effets secondaires de l’épilobe : aucun connu
Contre-indications de l’épilobe : aucune connue
Interactions de l’épilobe : aucune connue

Epilobium parviflorum

Epilobium parviflorumEpilobium parviflorumEpilobium parviflorumEpilobium parviflorumEpilobium parviflorum 

Epilobium parviflorumEpilobium parviflorumEpilobium parviflorumEpilobium parviflorum
parvi2.jpgparvi.jpgparvi3.jpg






Deutschlands Flora in Abbildungen (1796)

EPILOBE PARVIFLORUM dans

Publié dans "E**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

EPILOBE ANGUSTIFOLIUM

Posté par eurekasophie le 20 mai 2009


 


Épilobe à feuilles étroites (Epilobium angustifolium)


Épilobe à feuilles étroites
© Thomas G. Barnes @ USDA-NRCS PLANTS Database

Un délice des dieux

Le miel d’épilobe est si recherché que, durant la floraison, des apiculteurs transportent leurs ruches, en auto ou en avion, dans des champs où l’épilobe pousse en abondance.

Aire de distribution
L’épilobe à feuilles étroites croît partout au Canada ainsi que dans le nord des États-Unis. Cette plante vivace, qu’on appelle aussi bouquets rouges et laurier-de-Saint-Antoine, est souvent la première plante à se réinstaller sur des terres dévastées par un incendie, voire par une éruption volcanique.

Histoire et usages traditionnels
Autrefois, les Amérindiens faisaient cuire les racines de l’épilobe et préparaient des emplâtres, pour soigner les ébouillantements et d’autres affections cutanées. Ils préparaient aussi des infusions pour soigner les bronchites et les troubles gastro-intestinaux. Les colons européens venus s’établir en Amérique du Nord connaissaient déjà cette plante, puisque plusieurs espèces sont communes en Europe. Ils ont donc rapidement adopté la variété nord-américaine.

L’épilobe a aussi des propriétés culinaires. On peut manger les jeunes pousses à la manière des asperges et ajouter les feuilles aux salades.

Résultats récents et nouvelles possibilités
L’épilobe contient des composés anti-inflammatoires et antiseptiques (qui inhibent la croissance microbienne). Une entreprise canadienne a breveté un de ces composés, l’œnothéine-B, qu’elle vend sous forme d’extraits entrant dans la fabrication de produits anti-irritants et anti-inflammatoires.

Des chercheurs étudient les propriétés apaisantes de l’épilobe contre l’acné. On croit aussi que cette plante contribuerait à réduire l’hyperplasie bénigne de la prostate, et cette propriété fait présentement l’objet d’études cliniques.

Dans les jardins canadiens
Avec ses deux mètres de haut, l’épilobe à feuilles étroites a tout pour plaire aux amateurs de plantes spectaculaires. De la mi-juin à la fin de l’été, ses longues tiges se couvrent d’une multitude de fleurs roses. Cette plante vivace croît rapidement et abondamment. Pour éviter qu’elle envahisse nos jardins, il faut la planter dans un sol sec et pauvre, couper la fleur avant qu’elle ne monte en graine et, parfois, la diviser.

Culture commerciale et récolte
Au Canada, l’épilobe est principalement récolté à l’état sauvage, et la plante n’est pas encore menacée d’extinction. Il y a quelques producteurs, dont les récoltes servent surtout à des projets de remise en état des terres ou de stabilisation des terres. On vend très peu d’épilobes à des fins médicinales.

angusti.jpgangusti2.jpgangusti3.jpg

Publié dans "E**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

BELLES…..D’UN SOIR

Posté par eurekasophie le 19 mai 2009

decobleue.gif                                                                                                                                               decobleue.gif

fleursdecerisier.gif239324xu1b4zw2rb8nre2cj1ponfl8vdze8w21h135022l.jpgfleursdecerisier.gif

 

decobleue.gif

fleursdecerisier.gif239324xu1b4zw2rb8nre2cj1ponfl8vdze8w138h103938l.jpgfleursdecerisier.gif

 

 

 

decobleue.gif                                                                                                                                              decobleue.gif

 

Publié dans MES IMAGES | 6 Commentaires »

C’EST QUOI L’HYDROTHERAPIE ?

Posté par eurekasophie le 19 mai 2009

 

eau5.gifeau5.gifeau5.gif eau10.jpgeau5.gifeau5.gifeau5.gif

 

Thalasso, balnéo, cure thermale… Plusieurs termes spécialisés font référence aux soins de santé par l’eau. Nous avons choisi de nommer cette fiche hydrothérapiel’utilisation externe de l’eau à des fins thérapeutiques. Tout ce qui concerne son utilisation interne (boissons, lavements, etc.) ne sera donc pas abordé ici. parce que ce mot englobe le mieux notre propos : L’hydrothérapie est un traitement basé sur une utilisation externe de l’eau, de quelque type que ce soit (de mer, de source, minérale, ou même celle du robinet), sous sa forme liquide, mais aussi gazeuse, et à des températures variables. Cela comprend des bains, des douches, des jets, des compresses, etc.

L’aromathérapie et l’herboristerie se combinent fréquemment à l’hydrothérapie par l’ajout d’huiles essentielles ou d’extraits de plantes médicinales dans l’eau de traitement. Le sel d’Epsom et le vinaigre de cidre font également partie des « additifs » courants.

hydroth.gif gouttedeau.gifhydroth.gif

Balnéothérapie : Thérapie qui consiste à baigner le corps entier ou une de ses parties, généralement dans l’eau, mais aussi dans la boue, le sable, l’air, le soleil… Outre les bains complets, on connaît surtout les bains de siège et de pieds. 

 

Les cures thermales se pratiquent depuis très longtemps (voir Une histoire vieille comme l’eau ci-dessous). Si elles se perpétuent, c’est sans doute parce que les usagers en retirent du bien-être. Mais qu’est-ce qui est thérapeutique? L’éloignement de la maison, le congé de travail, la rencontre de nouveaux soignants, une alimentation plus saine, l’exercice, la qualité de l’air des centres situés à la mer ou à la montagne? Ou est-ce l’hydrothérapie elle-même?

hydro.jpg

Traitement ou vacances?

Une cure thermale, quel que soit le problème à traiter, dure généralement 18 jours. Malgré les observations cliniques des médecins qui oeuvrent dans les centres d’hydrothérapie, l’efficacité de ces cures n’a été démontrée qu’en partie dans le cadre d’études scientifiques.

Spa : Établissement de remise en forme et de beauté où l’on pratique certaines activités d’hydrothérapie. L’origine du terme est la devise solus por aqua (soigner par l’eau) que l’on retrouvait souvent gravée sur les murs des thermes romains, parfois sous la forme de l’acronyme : S.P.A. Depuis quelques années, on appelle également spa les minipiscines à hydrojets. 

 

hydrospaindien.jpg

Les centres d’hydrothérapie eux-mêmes n’arrivent pas à fournir de preuves quant aux vertus de leurs soins sur l’ensemble des maux qu’ils prétendent traiter. Ce que déplorent de plus en plus certains services de santé publique qui remboursent ces soins, notamment en France.

Le Département de médecine complémentaire de l’Université d’Exeter, en Grande-Bretagne, a réalisé en 1998 une importante synthèse des recherches sur l’hydrothérapie1. Les chercheurs ont alors conclu que les données ne permettaient pas de déterminer que les traitements d’hydrothérapie prodigués en institut thermal étaient plus efficaces que ceux dispensés ailleurs, dans une clinique ambulatoire par exemple. Toutefois, d’autres études publiées depuis ce temps ont démontré que dans certains cas, notamment pour les maux de dos, les cures thermales procurent un avantage mesurable (voir Applications thérapeutiques).

 

Une histoire vieille comme l’eau

 therme.jpg   Thermes Saint-Germain

Thermes : Établissements de santé situés près d’une source naturelle d’eau chaude. En Europe, plusieurs thermes comprennent des installations hospitalières.

La plupart des citoyens de l’Empire romain fréquentaient le bain communal tous les jours. En Inde, la purification (physique et spirituelle) par l’eau a toujours fait partie des habitudes quotidiennes. Au Japon, on se rend aux sources d’eau chaude entre amis ou en famille. Dans les pays nordiques, russes ou scandinaves, les bains de vapeur sont utilisés depuis plus de 1 000 ans, tandis que les Amérindiens ont leurs huttes de sudation (sweat lodges).

En Occident, on reconnaît à quelques personnes d’avoir relancé la pratique au début du XVIIIe siècle. À cette époque, le médecin anglais Richard Russel (1687-1759) instaure dans son pays la pratique des séjours à la mer pour raisons de santé. Il croyait notamment aux vertus de l’iode. Puis, l’Autrichien Vinzenz Priessnitz (1799-1851), fils d’agriculteur, se soigne d’un coup de sabot reçu à la poitrine avec des compresses d’eau froide. Stimulé par l’intérêt que suscite sa guérison, il transforme la ferme familiale en un centre d’hébergement et de soins.

 

Eau thermale : Eau utilisée dans un établissement thermal et qui émerge d’une source ou d’un forage sur place (pas de transport). Les eaux « naturelles » sont généralement chargées de minéraux, mais dans des compositions variables selon la localisation. L’eau de mer aussi est minéralisée, et plus particulièrement l’eau de la mer Morte. Absorbés par la peau quand l’eau du bain est à la température du corps, ces minéraux contribueraient aux bienfaits tirés des cures thermales. 

 

therme2.jpg
 

L’abbé Sébastien Kneipp (1821-1897), qui se serait guéri lui-même de la tuberculose, joue un rôle encore plus important dans le développement de la pratique contemporaine grâce à son concept holistique intégré. À son avis, les quatre pierres d’assise d’une bonne santé sont les plantes (médicinales et aromatiques), l’exercice, la nutrition et l’eau, dont les différentes utilisations améliorent les pouvoirs d’autoguérison du corps. Plusieurs établissements des Alpes offrent toujours des cures Kneipp. Aux États-Unis, on doit à un médecin aussi avant-gardiste que farfelu la popularisation de l’hydrothérapie. Il s’agit du Dr John H. Kellogg (1852-1943), frère du fabricant des célèbres céréales à déjeuner. Le Dr Kellogg a publié une cinquantaine de livres sur ses approches — dont Rational Hydrotherapy, en 1903, qui a fait école auprès des naturopathes.

La pratique du thermalisme et de la thalassothérapie connaît une popularité importante en Occident jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, et plusieurs États européens décident de couvrir les frais des cures d’eau, sous certaines conditions. Toutefois, les progrès considérables de la médecine ont occulté peu à peu l’intérêt de l’hydrothérapie. Malgré tout, la forte tradition européenne des cures thermales subsiste.

En Amérique, il n’y a guère de tradition thermale. Les spas et les centres de thalassothérapie sont assez récents, généralement luxueux et mettent plutôt l’accent sur les soins de détente et de beauté. Ce sont plutôt les naturopathes qui appliquent et font connaître les multiples formes de l’hydrothérapie.

 

Température, minéraux, massages…

C'EST QUOI L'HYDROTHERAPIE ?  dans HYDROTHERAPIE hydrotherapie_th-2L’eau possède deux caractéristiques mises à profit dans les exercices de rééducation : la résistance uniforme que sa masse oppose au mouvement et la relative apesanteur d’un corps qui y est plongé. Elle possède aussi quatre autres propriétés très utiles en hydrothérapie :

  • elle maintient sa température;
  • elle communique cette température beaucoup mieux que l’air;
  • elle transporte des minéraux ou des essences végétales en suspension;
  • elle se transforme en jets, en bulles, en courants, etc.

Les traitements ont très souvent recours à l’eau chaude et à la vapeur, car elles permettent d’augmenter la température du corps. Or, l’idée de créer artificiellement l’état de fièvre — et la sudation qui l’accompagne — pour soigner certaines affections remonte au moins à l’Antiquité grecque. On sait bien aujourd’hui que la fièvre sert à combattre l’infection. La chaleur permet aussi la dilatation des vaisseaux sanguins, diminue la pression artérielle et augmente l’irrigation sanguine de la peau et des muscles. C’est grâce à l’effet de dilatation que les bains et les compresses d’eau chaude aident à soulager des affections comme les spasmes musculaires, les inflammations articulaires et les douleurs menstruelles.

Les bains de vapeur ont également pour effet d’ouvrir les pores de la peau et d’ainsi évacuer une partie des déchets de l’organisme. Parmi ceux-ci : les produits chimiques absorbés par l’air, l’eau ou les aliments, de même que les résidus toxiques de certains processus métaboliques. Cette détoxication se traduit par un bien-être général. Elle est également utile dans le traitement de divers problèmes cutanés.

À l’inverse, les bains et les compresses d’eau froide font se contracter les vaisseaux, ce qui réduit instantanément l’inflammation et la douleur. On s’en sert notamment dans les cas de contusion et d’hémorroïdes. Sauf exception, l’eau froide n’est utilisée que pour des traitements de courte durée et on fait généralement alterner ceux-ci avec des traitements chauds.

L’abbé Kneipp a codifié toutes sortes de traitements alternés selon le problème à soigner. Les adeptes de la douche écossaise (chaude, froide, chaude…) affirment que le passage rapide d’une température corporelle à l’autre renforce l’état général de santé.

Quant aux minéraux, dont certains sont indispensables à la santé (le calcium, le potassium, le magnésium, l’iode, etc.), on s’accorde à penser qu’ils procurent des effets bénéfiques en pénétrant dans le sang au cours des traitements. Les orientations thérapeutiques des différents instituts thermaux dépendent justement de la composition minérale de l’eau à laquelle ils ont accès.

Mentionnons en terminant que plusieurs types de massages peuvent être pratiqués sous des jets d’eau — apaisants ou stimulants —, ce qui en multiplie d’autant le plaisir, et peut-être les bienfaits. Des formes de massage dans l’eau ont même été mises au point récemment : l’aquamassage Veechi et le watsu.

Finalement, les bienfaits d’une séance dans un bain flottant sont assez limités en regard de l’hydrothérapie, mais les adeptes apprécient particulièrement la détente qu’on y expérimente.

 

Applications thérapeutiques

Efficacité probable Contribuer au traitement des maux de dos (douleurs lombaires). Les auteurs d’une méta-analyse publiée en 2006 se sont penchés sur cinq essais cliniques portant sur les effets de la balnéothérapie et des traitements en spa contre les douleurs lombaires5. Les résultats de ces études, incluant au total 454 patients, démontrent que les deux types de thérapies induisent des diminutions de la douleur.

Un essai clinique publié en 2005 a comparé les effets de deux types de balnéothérapie, soit avec une eau minérale riche en soufre, soit avec une eau régulière, auprès de 60 sujets souffrant de douleurs lombaires6. Les sujets ont reçu des bains de 30 minutes chaque jour, durant 15 jours consécutifs. Chez les patients traités avec l’eau riche en soufre, les résultats ont révélé des améliorations en ce qui concerne l’intensité de la douleur, la gravité des spasmes, la rigidité des muscles paravertébraux ainsi que la mobilité et la rigidité lombaire. Par contre, chez les patients traités avec l’eau régulière, seule l’intensité de la douleur a été réduite.

Efficacité probable Contribuer au soulagement des symptômes de la fibromyalgie. Les résultats de trois essais cliniques randomisés7-9 concluent que la balnéothérapie pourrait être bénéfique en diminuant entre autres les symptômes généraux, le seuil de douleur et le nombre de points douloureux, et en améliorant la qualité de vie et la capacité fonctionnelle. De plus, dans ces essais, les bénéfices ont été maintenus de trois à six mois après la fin des traitements.

Les résultats d’un autre essai randomisé avec groupe témoin publié en 2005, portant sur 30 femmes, ont révélé qu’ajoutés au traitement médical classique, des traitements d’hydrothérapie en spa composés de bains thermaux (20 minutes par jour, six jours par semaine, pendant deux semaines) induisaient des effets bénéfiques sur les symptômes généraux, l’intensité de la douleur, le nombre de points douloureux et la fatigue10. Certains des effets ont persisté jusqu’à six mois après l’intervention.

Un autre essai clinique a comparé les effets d’un programme d’exercice en piscine à ceux de séances de balnéothérapie sur 50 femmes pendant 12 semaines11. Les deux groupes ont fait état d’amélioration de leurs symptômes de fibromyalgie. Aucune différence n’a toutefois été observée entre les deux groupes à l’exception du niveau de dépression qui n’a été réduit que dans le groupe « piscine ».

Enfin, un essai clinique de trois semaines, réalisé auprès de 50 femmes fibromyalgiques, a comparé les effets de séances d’hydrothérapie à des traitements de physiothérapie12. Selon les résultats obtenus, les deux types de traitements ont induit une amélioration équivalente de la qualité de vie. Cependant, l’augmentation du temps total de sommeil a été supérieure pour le groupe d’hydrothérapie.

Efficacité possible Soulager les symptômes de l’arthrite rhumatoïde, de l’arthrose et des troubles articulaires. Les mécanismes par lesquels l’hydrothérapie pourrait soulager ces symptômes ne sont pas encore connus. Certains chercheurs croient que les bénéfices possibles résulteraient d’une combinaison de facteurs, dont certains effets mécaniques, thermiques et chimiques14.

  • Arthrite rhumatoïde. Une synthèse systématique publiée en 2003 a regroupé six essais cliniques15. Bien que la plupart d’entre eux aient relevé les effets bénéfiques de la balnéothérapie, les auteurs mentionnent qu’aucune conclusion définitive ne peut être formulée en raison de la faible qualité de leurs protocoles. Selon les résultats d’un récent essai clinique randomisé portant sur 78 sujets souffrant d’arthrite idiopathique juvénile, l’ajout de traitements d’hydrothérapie à un traitement classique de physiothérapie n’apporterait pas de bénéfices supplémentaires cliniquement significatifs16.
  • Spondylite ankylosante. La spondylite ankylosante est une forme d’arthrite caractérisée par une atteinte des articulations vertébrales. Lorsque les traitements pharmacologiques sont inefficaces, les interventions comme la physiothérapie et l’exercice constituent le seul espoir d’atténuer les symptômes17. En ce qui concerne les effets de l’hydrothérapie, seulement trois essais cliniques randomisés bien contrôlés ont été publiés18-20. Ces essais, portant sur un total de 209 sujets, ont donné des résultats positifs. Mais il faudra effectuer d’autres recherches avant de pouvoir se prononcer avec plus de certitude.
  • Arthrite psoriasique. Seulement deux essais cliniques avec groupe témoin ont évalué les effets de la balnéothérapie sur cette affection des articulations qui survient chez les personnes atteintes de psoriasis21,22. Dans ces deux essais, les sujets du groupe témoin étaient soumis quotidiennement à une exposition au soleil et à des bains dans la mer Morte, tandis que les sujets du groupe expérimental recevaient ces mêmes traitements en plus d’enveloppements de boue et de bains d’eau riche en soufre. Les auteurs ont conclu que les résultats bénéfiques observés laissent supposer que la balnéothérapie pourrait être un traitement utile en complément des traitements classiques. Mais ils ont ajouté que d’autres essais cliniques seront nécessaires afin d’en valider l’efficacité.
  • Arthrose. Quelques essais cliniques randomisés évaluant les effets de l’hydrothérapie sous différentes formes (spa, bains utilisant différentes sortes d’eau, etc.) chez des sujets souffrant d’arthrose des genoux et de la hanche ont été publiés. Les résultats démontrent que ces traitements pourraient engendrer des améliorations de la qualité de vie23-25, de l’amplitude des mouvements26, de la capacité fonctionnelle25,26, de l’index de gravité de la maladie27 ainsi que des diminutions des douleurs25,26,28 et de la médication28. Cependant, encore ici, la variabilité dans les types de traitements utilisés et le petit nombre de sujets dans certaines études font en sorte qu’il faudra effectuer d’autres essais bien contrôlés avant de pouvoir se prononcer avec plus de certitude sur l’efficacité de l’hydrothérapie.

Efficacité possible Réduire la douleur de l’accouchement. Selon une synthèse systématique de la littérature scientifique regroupant huit études13, l’immersion dans l’eau est bien tolérée par les femmes qui en sont au premier stade du travail. De plus, elle engendre des réductions de la douleur et de la prise d’analgésiques. Cependant, les chercheurs ont noté que les résultats doivent être interprétés avec prudence à cause des différences entre les traitements administrés et de la petite taille des échantillons. De plus, l’impossibilité d’inclure un groupe placebo empêche de savoir si les résultats sont attribuables à l’immersion dans l’eau elle-même ou à l’environnement dans lequel l’hydrothérapie a été offerte. Quoi qu’il en soit, cette pratique, dont l’innocuité semble bien établie chez les femmes à faible risque de complications, serait une intervention intéressante pour améliorer le bien-être des femmes durant le premier stade du travail.

Efficacité possible Soulager les symptômes des varices. Seulement deux essais cliniques ont été publiés au sujet des varices. Un essai récent avec groupe témoin a été réalisé auprès de 70 personnes29. Combinées à un traitement habituel de contention élastique, des séances de balnéothérapie utilisant une eau riche en soufre pendant 12 jours amélioreraient, plus que le traitement habituel seul, certains paramètres relatifs à la qualité de vie (douleur, ressenti émotionnel) ainsi que le réflexe veino-artériolaire.

L’autre essai, réalisé auprès de 61 personnes, également avec groupe témoin, a été publié en 199130. Les sujets du groupe expérimental ont reçu des traitements d’hydrothérapie de 12 minutes, alternant eau froide et eau chaude, cinq jours par semaine pendant trois semaines et demie. Les sujets du groupe témoin ne recevaient aucun traitement. À la fin de l’expérimentation, des réductions du volume des jambes, et des circonférences des chevilles et des mollets ont été observées seulement chez les sujets du groupe d’hydrothérapie. De plus, davantage de patients de ce groupe ont rapporté une diminution de leurs symptômes subjectifs comme les crampes nocturnes et l’inconfort en stations debout ou assise prolongées.

Efficacité incertaine Soulager le psoriasis. Grâce à ses effets mécaniques, thermiques et chimiques, l’hydrothérapie pourrait être utile en dermatologie31,32. Quelques études33-35 tendent d’ailleurs à démontrer l’effet bénéfique de cette approche dans le traitement du psoriasis, mais des recherches supplémentaires seront nécessaires pour pouvoir statuer sur son efficacité. La présence dans l’eau de différents minéraux et oligo-éléments semble être un facteur qui détermine de façon importante les résultats.

Efficacité incertaine Diminuer les symptômes de l’insuffisance cardiaque chronique. Un seul essai clinique bien contrôlé, portant sur 15 sujets, a été publié à ce sujet (en 2003)36. Les résultats laissent croire qu’un programme d’hydrothérapie combinant des applications d’eau chaude et d’eau froide, jusqu’à 30 minutes par jour — au moins trois fois par semaine, pendant six semaines — apporte des effets bénéfiques sur la qualité de vie et les symptômes d’insuffisance cardiaque ainsi que sur la fréquence cardiaque, que ce soit au repos ou en réponse à l’exercice. Des études de plus grande envergure seront toutefois nécessaires afin de confirmer l’efficacité du traitement et de comprendre les mécanismes en cause.

Contre-indications

Compte tenu de leur effet vasodilatateur, les bains chauds prolongés et les bains de vapeur sont déconseillés dans certains cas : ils peuvent provoquer ou aggraver la migraine, les varices et la couperose. De plus, les femmes enceintes et les personnes souffrant d’hypertension, de diabète ou de maladies cardiovasculaires devraient les éviter, à moins d’un avis du médecin.

Fièvre infantile
Contrairement à ce que préconisent certaines pratiques, on ne devrait pas donner de bains tièdes à des bébés pour réduire leur fièvre; l’intervention est non seulement peu efficace, mais elle cause aussi un inconfort pouvant être préjudiciable à la guérison37.

Attention aux microbes
Si l’eau n’est pas adéquatement désinfectée, sa température dans les bains à jets et autres bassins chauds peut causer la prolifération de bactéries (dont le Mycobacterium avium et le Pseudomonas aeruginosa) et présenter certains risques d’infection. La prudence s’impose, tant dans les bains privés que publics.

 

hydro3.jpg

Publié dans HYDROTHERAPIE, MEDECINES DOUCES | Pas de Commentaire »

SUPEEEErrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr !

Posté par eurekasophie le 18 mai 2009

 

felicitation.gif

 

Chouette, super, yes !!!! 

 

contente.gif

decofeuxartifices.gif

 

Mon fils sebastien3.gif vient d’avoir son………

 

 

decofeuxartifices.gifpermisdeconduire.jpg decofeuxartifices.gif

 

champagne2.gif

 

 

voiture016.gifPOUR MOI , oui pour moi le champagne…LUI conduit maintenant  voiture20.gif

Publié dans MES IMAGES | 10 Commentaires »

VETIVER

Posté par eurekasophie le 18 mai 2009

 

 

vtiver.jpg                                                                       jeunesplansdevtiver.jpg

 

      Vétiver adulte                                                                                                                             Jeunes plans de vétiver
Originaire de l’Inde et du Srilanka où son Huile Essentielle est appelée « Huile de Sérénité ». Elle a un puissant arôme fumé et terreux largement utilisé en parfumerie ; mais ses vertus tropicales, purifiantes et cicatrisantes, antiseptiques même, en font un produit apprécié. Le Vétiver est en outre efficace contre l’acné, il favorise la régénération cellulaire et la cicatrisation des plaies. Phytothérapie, aromathérapie, parfumerie, l’utilisent couramment en lotions, après rasage, bains, huile de massage, patch, parfum.

Le vétiver est une plante herbacée originaire de l’Inde et du Sri Lanka mais elle est actuellement cultivée dans d’autres parties du monde où le climat tropical y est propice telles l’Indonésie, Madagascar ou les Caraïbes. Elle se compose d’un amas enchevêtré et de racines blanches. En Orient les parties vertes de la plante sont tressées pour constituer des nattes et des rideaux odoriférants aux propriétés aromatiques.

L’extraction de l’huile essentielle des racines se fait par distillation à la vapeur. C’est un travail long et difficile car il faut au préalable arracher la plante, récupérer les racines et laver ces dernières avant de pouvoir les travailler.

Bienfaits et vertus

L’huile essentielle de vétiver équilibre le système nerveux et recentre l’énergie vitale. Sa diffusion installe d’emblée une atmosphère propice au repos, à la dissipation de la mélancolie et au sommeil réparateur. C’est une essence à la fragrance profonde, tenace et sensuelle, créatrice d’harmonie intérieure. Synergies : lavande officinale, bois de santal, sauge sclarée , Ylang Ylang, néroli, rose, jasmin, peit grain, patchouli.

Stimulant de la circulation, beauté cutanée, sédatif du système nerveux, antidépresseur, antiseptique et dépuratif.

Propriétés

Rubéfiant, Réconfortant, Stimulant

Indications

Arthrite 4, Chakra de la racine 4, Instabilité 4

Les chiffres en orange indiquent sur une échelle de 1 à 5 l’efficacité du produit par rapport au symptôme. Ces propriétés et indications sont données à titre informatif. Elles ne sauraient en aucun cas se substituer à la consultation d’un médecin ni engager la responsabilité de Néroliane.

relaxation, tension et insomnie, asthénie et dépression, acné et séborrhée, rhumatisme et douleurs musculaires, varices, phlébites, hémorroïdes et autres problèmes de circulation sanguine.

Utilisation en parfumerie

Odeur lourde, de forêt, de terre, boisée-balsamique, avec des accents sucrés-acides. Grâce à son caractère olfactif masculin marqué, est utilisé principalement dans les notes masculines. Recherchée aussi pour les notes Chypre.

Précautions d’emploi

Externe uniquement (massage, diffusion ou bain). Tenir hors de portée des enfants. Ne pas administrer aux enfants de moins de 5 ans. Fortement déconseillée aux femmes enceintes ou allaitant. Ne pas utiliser pure : risques d’irritations voire de brûlures cutanées. Réchauffer le flacon avant utilisation car l’huile à tendance à figer.

Eviter le contact avec les yeux et les muqueuses.

vtiverhuileessentielle.jpg

Publié dans "V**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

LA CELLULITE ….

Posté par eurekasophie le 18 mai 2009

baigneuses.jpg                                                                                                                                 bettymaillot.jpg

Les baigneuses de 1928…                                                                            flche2.gif                                                                                               à nos jours

 

Bientôt l’été ! C’est maintenant que l’on fait le dur constat des calories

 

accumulées durant l’hiver…

 

Plage ou piscine, le maillot de bain s’impose. Mais voilà….le fléau numéro 1 est là : cette cellulite

disgracieuse que l’on est prête à faire disparaître par tous les moyens possibles..

 

apne.gif   Que tu dis Lolo…que tu dis! Toujours est-il qu’on en montre plus aujourd’hui qu’en 1928 

eau020.gif< De quoi vous parlez les filles ?

 

astrix21.gif< A mon avis, elles parlent du tissu à rayures.. n’est-il pas vrai ?

 

La cellulite est un mal presque inévitable pour la gent féminine en général. En effet, l’organisme de la femme est programmé pour mettre en réserve de l’énergie en vue des grossesses et de l’allaitement.

La cellulite chez les femmes et les hommes

Si chez les hommes le taux de graisse est en moyenne de 12% au poids normal, chez la femme, il atteint les 22%. La répartition des adipocytes, le jargon scientifique pour désigner les cellules graisseuses, est différente selon le sexe. Ainsi, pour les femmes, ils se situent surtout au niveau des hanches, du ventre, des fesses et des cuisses, tandis que pour les hommes, ils se placent essentiellement sur l’abdomen et le haut du corps. C’est la finesse de la peau des femmes qui fait ressortir l’aspect granuleux de la cellulite.

Qu’est ce que la cellulite ?

La cellulite provient de l’engorgement des adipocytes. Qu’elles soient rondes ou même minces, bien peu de femmes peuvent se targuer de ne pas être atteintes par ce fléau ! Les cellules graisseuses se développent plus que la normale, engendrant un dysfonctionnement du tissu adipeux. Comprimés, les vaisseaux lymphatiques et sanguins n’arrivent plus à drainer les toxines et l’eau comme il faut. Ce sont les cellules graisseuses hypertrophiées combinées à l’infiltration œdémateuse engendrée par le mauvais drainage qui donnent l’aspect peau d’orange à l’épiderme.

 

IL EXISTE 3 TYPES DE CELLULITE

 

1) Cellulite aqueuse

La cellulite aqueuse est souple au toucher et est due à une sédentarisation excessive ainsi qu’à des problèmes de circulation veineuse et lymphatique.

Les conséquences les plus visibles sont des jambes lourdes et des irrégularités à la surface de la peau (léger effet peau d’orange).

Les zones atteintes sont généralement les chevilles, les mollets, les cuisses et les bras.

 

2) Cellulite adipeuse

 

La cellulite adipeuse. Molle et douloureuse, elle se développe principalement au niveau des hanches et de la culotte de cheval. Ce type de cellulite provient généralement d’un apport alimentaire trop riche en graisse et d’une absence de pratique sportive. Elle est donc souvent accompagnée d’un problème de poids.

 

3) Cellulite fibreuse

 

La cellulite fibreuse. Elle se caractérise par un aspect peau d’orange. Les adipocytes (cellule de stockage des graisses) sont entourées de fibres de collagène qui, dans ce cas, vont se durcir. Il est extrêmement difficile de chasser ce type de cellulite.

 

 

Comment lutter contre la cellulite ?

Il n’existe pas une solution mais un ensemble d’actions qu’il faut associer pour vaincre l’ennemi.

  • Booster son activité physique. On privilégiera surtout les sports faisant travailler l’ensemble des muscles de notre organisme et permettant au corps de respirer : natation, vélo, rollers…
  • Corriger son alimentation en limitant les matières grasses et en augmentant les fibres. 5 fruits et légumes par jour sontcombattre cellulite idéals à ce titre. Il faut également faire attention à ne pas trop saler ses plats et à consommer de l’alcool de façon modérée. Ces deux facteurs participent en effet à la rétention d’eau ainsi qu’à l’engorgement des tissus.

Il existe également dans le commerce toute une panoplie de produits et de soins consacrés à la guerre contre ce fléau ! Mais attention très peu d’entre eux ont été évalués selon des tests scientifiques. Quelques méthodes ont cependant fait leurs preuves :

  • Les massages aident, en général, à évacuer les dépôts de cellulite. On peut recourir à des machines de type palper / rouler qui aspire la peau avant de la masser. L’aquagym est également une bonne solution car l’eau permet un massage de la surface du corps.
  • Les tisanes à action drainante, à consommer avec modération.
  • Les pommades comportant de la caféine qui stimulent la circulation sanguine et lymphatique.

Quant à la liposuccion, cette méthode n’est applicable que pour la cellulite adipeuse localisée, comme par exemple la « culotte de cheval ». Seulement les deux tiers des patientes opérées sont satisfaites du résultat. La liposuccion étant extrêmement coûteuse et douloureuse, il est donc judicieux d’essayer les autres méthodes avant ! Une fois encore, les solutions miracles n’existent donc pas.

 

La thermofréquence est la technique la plus efficace pour traiter la cellulite aqueuse.

 QU’EST-CE QUE LA THERMOFRÉQUENCE

Thermofréquence

La thermofréquence traite la cellulite et l’effet peau d’orange.

Elle utilise le système de la radiofréquence et agit jusqu’à 7 mm de profondeur sous le derme, à une température de 65°C.

La thermofréquence a une double action :

  • La compression des fibres de collagène améliore l’élasticité du derme ce qui a pour effet de réduire la tension créée sur la peau, tout en diminuant les creux causés par la cellulite.
  • La chaleur augmente immédiatement la circulation sanguine, ce qui joue sur la bonne santé et le métabolisme de la zone traitée et contribue à la disparition de la cellulite.

Une seule séance suffit. Elle est indolore et dure environ 2 heures.

Des rougeurs et/ou oedème peuvent apparaître après la séance mais ne durent que quelques heures.

C’est à partir du 3e mois après la séance que l’on peut voir les résultats. Ils évoluent encore positivement après plus d’un an de traitement.

Thermofréquence contre la cellulite

Thermofréquence contre la cellulite

Thermofréquence contre la cellulite

 

 

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 4 Commentaires »

LA PAUSE ……

Posté par eurekasophie le 17 mai 2009

 

 

 

No comment 

 

 

eau7.gifhumour.jpgeau7.gif

 

 

 

Une lichette dhumour….

 

 

 

 

 

 

humour.gif

 

 

chien21.gif                      < Vous trouvez ça drôle vous ? 

Publié dans MES IMAGES | 6 Commentaires »

123456...8
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant