• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 29 mai 2009

ARRETEZ DE FUMER …..

Posté par eurekasophie le 29 mai 2009

 

 

Arrêtez de fumer par l’oreille ! 

donaldtonn2.giftlphone.gif < Quoi ?  Mais qu’est ce qu’elle raconte ? …là faut faire quelque chose.

 Allo Doc ! Y’a Sophie qu’a des propos pas cohérents…Elle doit avoir des crampes aux cheveux 

 

donaldduck027.gif<Pas cohérents…. crampes aux cheveux. Elle boit ? TTsss TTsss ! J’aime mieux un vice commode qu’une vertu fatigante

 

 

 

Mais non je ne pète pas un plomb…… Lisez , et vous verrez que je suis sérieuse 

 

 

Quand on a envie d’arrêter de fumer, il faut tout essayer, mais en privilégiant la manière douce. Zerosmoke est une méthode naturelle, qui peut vous aider dans votre démarche de sevrage. L’acupuncture auriculaire magnétique cconsiste à placer, de part et d’autre du pavillon de l’oreille, deux aimants de tailles différentes, et à les garder entre 3 et 4 heures, plutôt le soir chez vous ( vous êtes plus tranquille et vous ne les perdez pas …). Les aimants stimulent la production d’endorphines et vous aident à ne plus avoir envie de fumer. Un mois en moyenne suffit, mais vous pouvez garder vos aimants, ils sont indestructibles et seront bien utiles en cas de rechute ! 

 

zro2.jpg zeros.jpg

  Zerosmoke . Prix: 39 € + 5, 99 € de frais de port.

Pour commander: 04.42.92.50.33

 

OU 

 

www.vivre-mieux.com/

 

Publié dans ACUPUNCTURE, MEDECINES DOUCES | 8 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

ATTENTION AUX RUES !

Posté par eurekasophie le 29 mai 2009

rue.jpg   Aarfffffffff ! mais non, c’est pas de cette rue là que je caauuuuuuuuse 

 

Mais de celle-ci voilà voilà ……..rue2.jpg

 

HISTOIRE

 

La rue est une plante qui a toute une histoire même si maintenant c’est une herbe très peu cultivée. C’est une ancienne herbe médicinale qui a longtemps été utilisée comme contrepoison et comme talisman contre la sorcellerie chez les Grecs. Les Romains eux l’utilisaient surtout pour améliorer la vision. D’ailleurs, il semble que Leonardo da Vinci et Michelangelo ont prétendu que la rue avait amélioré leur vue ainsi que leur créativité. L’usage interne de la plante est à contrôler car elle a un certain degré de toxicité et a déjà été utilisée comme abortif. Avec les branches de rue, on aspergeait l’église d’eau bénite avant les messes. La rue était une composante du «vinaigre des quatre voleurs», mélange avec lequel se protégeait les voleurs qui détroussaient les victimes pendant l’épidémie de peste en Angleterre en 1665 et pendant laquelle environ 7,000 personnes sont mortes. Ce vinaigre était composé d’un gallon de vinaigre de vin rouge, 1½ once de rue, de sauge, de menthe, de romarin et d’absinthe ainsi que de 2 onces de fleurs de lavande, ½ once de de camphre et de ¼ d’once de cannelle, de clou de girofle et d’ail. La rue vineuse a pour propriété d’attirer l’argent. Les chasseurs de sorcières et les exorcistes du XVI éme siècle brandissaient des rameaux de rue pour détecter les coupables et faire fuir les démons. Les graines de l’année brûlées sur des charbons ardents en même temps que d’autres substances appropriées nettoient un endroit de ses vibrations malsaines. La rue vineuse a encore une réputation d’anaphrodisiaque « Tous les moines et religieux qui veulent se garder chastes et conserver leur pureté doivent toujours utiliser le Rue dans leurs aliments et leurs boissons.

Les rues sont en effet des plantes médicinales traditionnelles en Europe depuis l’époque gréco-romaine. Ce dont désormais des plantes un peu délaissées en phytothérapie moderne car considérées, à juste titre, comme potentiellement trop toxiques. Par contre Ruta graveolens reste une plante utilisée en Homéopathie.

Ce sont de petites plantes (jusqu’à 1 m), pérennes, aux tiges peu ramifiées, aux feuilles, alternes composées de folioles ovalaires, d’un vert pâle un peu grisâtre. Les feuilles de rue présentent par transparence, de nombreux points translucides (glandes à huiles essentielles).

L’odeur des feuilles écrasées est plutôt désagréable et assez typique.
Les fleurs, en petits bouquets terminaux, jaune-verdâtres possèdent 4 ou 5 pétales selon la position de la fleur dans l’inflorescence. Les pétales de Ruta graveolens sont lisses mais ceux de Ruta chalepensis sont finement divisés, laciniés, sur leur bordure. Le fruit est une capsule qui contient des glandes réniformes.

 

LA RUE PLANTE MEDICINALE

La rue fétide, Ruta graveolens, contient des substances intéressantes sur le plan pharmacologique :

  • des flavonoïdes : dont la rutine (jusqu’à 5%) et la quercétine, protecteurs vasculaires
  • des furanocoumarines photosensibilisantes : bergaptène et xanthotoxine
  • des alcaloïdes (très peu étudiés et utilisés)
  • surtout de l’huile essentielle, 0,5 à 3 %, selon la partie de la plante.

Cette huile essentielle de rue est très riche en methyl-nonyl-cétone pour la plante, et en 2-un-décanone pour l’huile essentielle des fruits.

La plante entière serait spasmolytique mais par contre favoriserait les contractions utérines. La rue est traditionnellement utilisée pour favoriser l’apparition des règles (emménagogue) et comme anaphrodisiaque chez les hommes.
La rue, et surtout son huile essentielle, sont antihelminthiques (poison neurologique pour les parasites). L’huile essentielle est rubéfiante et utilisée en friction sur les zones douloureuses des articulations ou des muscles.
La rue n’est quasiment plus utilisée en Europe ; par contre elle reste une plante appréciée par les tradipraticiens (notamment les amérindiens) en Amérique du sud (Equateur, Pérou, Bolivie, Chili, Argentine) . En général ils l’utilisent en mélange avec d’autres plantes (sauge, eucalyptus, poivrier molle, romarin, camomille) comme antispasmodique digestif, régulateur des règles et même chez le jeune enfant agité et qui pleure.
La rue est connue depuis l’antiquité comme une plante abortive, mais c’est une plante abortive qui tue aussi la mère ou au minimum induit de graves troubles hépato-rénaux

 

LA RUE PLANTE MAGIQUE

Il est très fréquent, en Amérique du sud, de noter la présence de rue dans les jardins des maisons, dans les jardins des églises ou aux alentours des presbytères. Il s’agit en général de Ruta chalepensis. C’est la rue du Moyen-Orient, celle dans laquelle, selon la Bible, Jésus essaya de se cacher pour échapper aux soldats Romains. Est-ce l’origine de sa renommée comme plante protectrice contre les « forces du mal » ?
Cette croyance est encore bien vivante en Amérique du sud, c’est la plante de la chance, celle qui permet d’ouvrir les portes du succès, celle qui éloigne les mauvais esprits et protège des jeteurs de sorts. Dans la province de Corrientes, en Argentine, il est traditionnel de boire une infusion de rue aromatisée au jus de canne le premier jour du mois d’Août pour s’assurer d’une bonne santé pour l’année à venir.

 

LA RUE PLANTE TOXIQUE

Les furanocoumarines et l’huile essentielle de rue, Ruta graveolens, peuvent provoquer des troubles graves.

 Les Furanocoumarines (psoralènes) sont phototoxiques. Elles induisent, par contact des feuilles contuses suivi d’une exposition au soleil, une dermite aiguë qui ressemble à une brûlure du premier ou du deuxième degré. Secondairement la peau gardera une hyperpigmentation qui peut persister assez longtemps. Cette réaction phototoxique est accentuée par l’humidité. Plus grave, après absorption digestive, ces coumarines sont toxiques pour le rein et le foie, voire cancérigènes, car elles altèrent les acides nucléiques et peuvent ainsi provoquer des lésions du génome. L’huile essentielle provoque des contractions du muscle de l’utérus ainsi que des hémorragies utérines. Les signes d’intoxications par la rue commencent par des troubles digestifs (douleurs, vomissements, hypersalivation) qui s’accompagnent rapidement de signes de choc (hypotension, troubles cardiaques), voire de convulsions. Parallèlement on peut observer des saignements génitaux. Plus tard, et selon la gravité de l’intoxication, il peut se développer une insuffisance rénale et hépatique pouvant conduire au décès. Il n’y a pas d’antidote à l’intoxication par la rue (Ruta graveolens ou Ruta chalepensis). L’empoisonnement par la rue est en général volontaire pour provoquer un avortement. Il faut rappeler que l’avortement est le plus souvent interdit en Amérique du sud. Les femmes enceintes doivent éviter de consommer des extraits de rue même en petite quantité car des études sur l’animal ont montré que des extraits rue provoquent des malformations fœtales.

 

.

 sorciresquiprparentunepotion.gif

 TÉMOIGNAGE RECUEILLI SUR INTERNET        

La rue, une plante qui brûle

jeudi 9 octobre 2008, par fred

Il était une fois, une plante à l’apparence ordinaire qui se plaisait sur les roches calcaires. Appréciant tout particulièrement le soleil et le calme, elle mit en place un système particulièrement efficace pour se prémunir des grimpeurs. Infos

Imaginez-vous après une belle journée de grimpe dans l’Hérault, sirotant tranquillement une bonne pression. Vous êtes tranquille, cool puis rentrez chez vous et dormez du sommeil des braves.

Puis, le lendemain : Tiens, une cloque sur le bras ??? Votre demoiselle grimpeuse en a également une belle. Mais qu’est ce que c’est que ça ? Passons, la vie est belle, vous avez du boulot…

Le problème, c’est qu’en vacances en Ardèche : Rebolote. Mais là, c’est pas qu’un peu : Vous avez grimpé torse nu et vous avez des cloques de partout dans le dos.

Après quelques recherches, le mystère se dévoile et se nomme LA RUE. Rien à voir avec une avenue ou un boulevard. Je vous parle de la rue officinale (Ruta graveolens L.).

C’est un arbrisseau que l’on appelle parfois : Herbe de la rue, Rue des jardins mais surtout Rue Fétide. Je préfère ce dernier terme. Si la plante était utilisée par le passé pour ces qualités aromatiques ou médicinales, ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est sa capacité à nous brûler en période de floraison.

ATTENTION AUX RUES ! dans

Wijnruit-_Ruta-graveolens_-14846 dans Mon repertoire des plantes les moins usitees

En réalité, la brûlure est liée à deux phénomènes :

1. La plante doit être en floraison. Pour la repérer, c’est facile : il s’agit d’un petit arbuste (qui peut tout de même atteindre 1 m, mais bon, sur les parois, 20 cm c’est déjà bien) avec des fleurs jaunes et qui dégage une odeur âcre.

2. La plante est photosensibilisante. En clair, elle peut entraîner de simples démangeaisons ou de véritables brûlures par temps chaud.

A noter le manque de chance : Elle est en floraison de mai à août, bref par temps chaud et de grimpe.

JPG - 213.4 ko
Effets de la rue par temps chaud (source : Vincent, 2006)

Bon, malgré la photo, ne paniquons pas.

Tout d’abord, fondamentalement, on n’en meurt pas. La cloque disparaitra laissant place à une trace brune (marque de brûlure) qui va peu à peu s’estomper. Le temps dépend de la fragilité de la peau. Perso, j’ai encore les marques les plus importantes subies il y a plus d’un an. Cependant, les marques plus petites et celles subies il y a un et demi ont disparu.

Par ailleurs, c’est un excellent moyen de se la jouer un peu avec des marques de guerre. En plus, ça fait toujours des histoires à raconter.

Enfin et surtout, m’étant planté la tête la première dans la rue il y a 6 mois, je me voyais déjà brûlé au 6e degrès et ne pouvant plus sortir de chez moi de peur de terroriser les gosses du quartier. Coup de bol, ce jour là, il y avait des nuages. De plus, à chaque apparition du soleil, je suis resté à l’ombre. Et rien n’est apparu. En bref, en cas de contact avec la plante, vaut mieux éviter le soleil.

Oh…. Il va sans dire que je ne grimpe plus torse nu par temps chaud.

 

Merci à Fred pour ses infos non négligeables.

Rue officinale

 Ruta graveolens

Ruta graveolens
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Sapindales
Famille Rutaceae
Genre Ruta
Nom binominal
Ruta graveolens
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Sapindales
Famille Rutaceae

Publié dans "R**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 9 Commentaires »

LA RHU…..BARBE

Posté par eurekasophie le 29 mai 2009

 

 TOUT SUR LA RHUBARBE

rubarbeenfleurs.jpg

 

Rhubarbe
 Rheum rhaponticum
Rheum rhaponticum
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Polygonales
Famille Polygonaceae
Genre
Rheum
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Caryophyllales
Famille Polygonaceae

HISTOIRE

Plante vivace de la famille des polygonacées, mesurant jusqu’à un mètre
de hauteur, la rhubarbe est originaire d’Asie. Les Chinois et les
Russes (« Rha » en russe signifie rivière Volga) l’utilisent depuis près
de 5 000 ans pour ses propriétés curatives.
Elle n’a franchi les frontières européennes qu’au 18ème siècle,
les Anglais furent les premiers à oser se servir dans leur cuisine de
cette belle plante d’ornement.
Officiellement classée parmi les fruits par la Direction des Douanes
de New York en 1947 à cause de son utilisation sucrée, elle n’en
demeure pas moins légume dans les livres de botaniques.

Seules ses tiges (appelées pétioles) sont comestibles, ses
feuilles sont, elles, très riche en acide oxalique, une substance très
toxique qui peut être mortelle.

On distingue plusieurs variétés, selon leur couleur, le goût restant sensiblement
le même :
- les plus ou moins vertes, comme la Victoria
- les rougeâtres, la Canada Red ou la Macdonald par
exemple.

Elle est cultivée partout en France, notamment en Picardie et en
Alsace, où elle est récoltée d’avril à juillet. L’hiver, elle nous
arrive tout droit des Pays-Bas. La Grande-Bretagne en produit
des variétés très subtiles.

 

BIENFAITS

 

La rhubarbe a l’avantage d’être très peu calorique
(15 kcal/100 g), mais son acidité étant très
prononcée, on a tendance à la préparer avec beaucoup
de sucre. Essayez donc d’avoir la main légère.

Valeurs
nutritionnelles
pour 100 g

Protides 0,6 g
Glucides 1 g
Lipides 0,1 g
Calories 15 kcal

Elle
est, en outre, très laxative grâce à sa richesse en fibres ; en
particulier en compote, elle parvient à réveiller tout en douceur les
transits les plus paresseux.
Elle mérite
donc d’être plus fréquente au menu d’autant que son apport en minéraux
est très important, notamment en potassium et en phosphore.
Elle apporte
aussi une quantité intéressante de magnésium et de calcium.

Bien pourvue en vitamine C (12 mg/100 g), elle a de ce fait des
propriétés toniques et antianémiques.
Dans l’armoire
à pharmacie, elle a par ailleurs sa juste place en tant qu’anti-inflammatoire
pour les muqueuses buccales. La substance que sécrète sa racine est, elle,
appréciée pour son action antiseptique sur les problèmes de foie.

 rubarbe2.jpg Les pétioles de rubarbe peuvent atteindre 80 cm

 DEGUSTATION

Choisissez-la avec un pétiole épais, bien ferme et plein, dépourvu
de tâches et de flétrissures. Il doit être bien vert avec des bordures
rosées. Ses extrémités doivent être fraîchement coupées. Brisez la tige
: la cassure est nette et la sève s’écoule.

Conservez-la dans le bac à légumes de votre réfrigérateur, pas plus
de quelques jours car elle devient rapidement molle. Par contre, elle
se congèle très bien. Il suffit pour cela de la laver, de l’essuyer, de
la couper en tronçons à glisser dans un sac de congélation. Il est inutile
de la peler, sauf si elle s’avère très dure et filandreuse.

Consommez-la cuite, c’est ainsi qu’on la connaît le
mieux. En compote, en confiture, elle se prête également
à la préparation de chutneys.
Elle fait aussi d’excellentes tartes, meringuées comme en Belgique, ou
garnies d’un appareil crémeux version alsacienne. Crumbles, crèmes et
mousses, tous les desserts lui vont bien, qu’elle soit seule ou
en duo avec la fraise ou avec la pomme.
Vous n’avez plus de citron à la maison, qui rehausse si bien son goût?
Qu’à cela ne tienne ! Cherchez dans votre placard, vous avez forcément
une des épices qui lui sied à ravir : vanille, cannelle,
gingembre, badiane, graines de fenouil…

Crue aussi, la rhubarbe est excellente. Coupée en tronçon, trempez-la dans du sucre, voire même dans du sel.
Il ne faut pas oublier en effet que les botanistes la classent dans les
légumes, et qu’elle est délicieuse consommée comme tel.

rubarbepluche.jpg

Elle est cousine avec l’oseille, alors servez-vous de cette ressemblance
et osez la lui substituer. Les plats de viandes (volaille et canard) et
de poissons se trouvent sublimés, accompagnés de ses tronçons tout simplement
revenus dans un peu d’huile.
Son utilisation salée est réputée par delà
les frontières. Omniprésente dans la gastronomie britannique, on la retrouve
aussi en Pologne, dans une préparation à base de pommes de terre, en Afghanistan
avec des épinards, en Iran dans un ragoût d’agneau…

La rhubarbe est également à la base de boissons rafraîchissantes
et de sorbets. Elle est aussi consommée en thé et fournit un vin
fruité.
En Italie, elle sert à préparer une liqueur très appréciée, le Rabarbaro
Zucca
, réputée autrefois pour ses bienfaits sur le foie.

 

Publié dans "R**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

POUR VOS PAPILLES

Posté par eurekasophie le 29 mai 2009

 

rubarbetarte1.jpg

LA TARTE A LA RUBARBE

Ingrédients pour la pâte :

     

  • 200 g de farine
  • 100 g de beurre
  • 1 cuil. à soupe de sucre
  • 1 oeuf
  • 2 cuil. à soupe d’eau (ou de lait) très froide
  • 1 pincée de sel

Ingrédients pour la garniture :

     

  • 800 g de rhubarbe
  • 150 g de sucre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 2 oeufs entiers
  • 1/4 de litre de crème fraiche
     

  1. Epluchez la rhubarbe et la reserver
  2. Préparez la pâte : faites un puits avec la farine dans une terrine, ajoutez le sel, le sucre puis le beurre ramolli coupé en morceau. Mélangez du bout des doigts afin pour obtenir une grossière semoule. Ajoutez l’oeuf et l’eau (bien froide). Travaillee pour former une boule de pâte mais rapidement pour éviter de trop la réchauffer avec les mains. Laissez reposer 1h minimum
  3. Etalez la pâte et garnissez un moule à tarte de 32 cm de diamètre. Disposez la rhubarbe et saupoudrez de 100 g de sucre
  4. Enfournez à 220° C pendant 25 minutes
  5. Ajoutez le flan préparé en battant les oeufs avec 50 g de sucre et le sucre vanillé et incorporez la crème fraiche
  6. Enfounez à nouveau à 180° C pendant 10 à 15 minutes

A déguster tiède ou froid.

 

bonapptit2.gifbonapptit2.gifbonapptit2.gifbonapptit2.gifbonapptit2.gifbonapptit2.gif

 

 

Publié dans RECETTES SPECIALES | 2 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant