• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 25 mai 2009

Posté par eurekasophie le 25 mai 2009

carteamitie9.jpg

 

 

Un grand merci à Valérie et Fleurdelyss  pour avoir pensé à moi,  je vous fais un gros bisou.

Vous êtes  ADORABLES, comme toujours d’ailleurs….

 

J’en profite pour souhaiter une bonne fête à toutes les Sophie

Publié dans MES IMAGES | 13 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LA PELADE

Posté par eurekasophie le 25 mai 2009

 

 

LA PELADE

 

 

Quand les cheveux tombent par poignées..

 

 

La pelade est une affection du cuir chevelu caractérisée par la chute des cheveux par plaques. On parle de pelade décalvante lorsqu’il y a perte totale des cheveux.

Pour la médecine actuelle, la cause de la pelade est inconnue, mais un dysfonctionnement des mécanismes de défense de l’organisme est suspecté. C’est pourquoi on a tendance à considérer la pelade comme un trouble auto-immun.

 

 

Dans la tête, puis sur la tête !

En réalité, le dysfonctionnement dont il est question affecte plus largement le super-système de régulation de l’organisme, autrement dit le système psycho-neuro-endocrino-immunitaire ou système PNEI. A la base, il y a un problème d’ordre « psy » se déclarant fréquemment dans l’enfance. La survenue d’une pelade peut être liée à un grand choc émotionnel, une séparation ou encore à une période de peur prolongée. Quant à la pelade décalvante, elle peut traduire un sentiment de vulnérabilité, de profonde insécurité, de perte de protection, de honte.Ces problèmes n’ont rien d’insurmontable, mais le fait de les occulter de son esprit — pour une simple question de  » survie  » psychologique — n’arrange rien, car, comme l’a dit Carl Jung,  » tout ce qui ne parvient pas à la conscience nous revient sous forme de destin » . En l’occurence, le destin va frapper sous la forme d’une pelade.

peladefrontaleenfant.jpg    Pelade frontale chez un enfant 

 

On est prédisposé 

Cette cause d’ordre psycho-émotionnel a des répercussions sur le système immunitaire de certaines personnes davantage prédisposées que d’autres aux troubles auto-immuns, de sorte qu’elles sont les premières à risquer de souffrir de la pelade ( on  retrouve des cas de pelade dans les antécédents familiaux de 20 % des personnes développant la maladie) .

pelademultipleadulte.jpg                                                                                      pelademultiple2.jpg

 Pelade multiple chez un adulte                                                                                                                            Pelade multiple vue de près

 

Que faire ? 

 Pour tous ceux qui se voient confrontés à ce problème, la stratégie de soin tient en 3 points.

◊  modifier l’image de soi, changer son regard sur l’existence, apprendre à lâcher prise et se relier à la partie immaculée de son être, là où coïncident coeur humain et coeur divin (vaste programme !) ;

◊  recourir à un immuno-modulateur;

◊  favoriser la repousse des cheveux par des soins oléo-aromatiques locaux et des apports nutritionnels suffisants en protéines, vitamines du groupe B , zinc, soufre et fer.

La première partie relève d’un parcours personnel et il n’existe donc pas de « recettes » toutes faites en la matière.

Pour ce qui est de l’immuno-modulateur, on conseillera un produit hélas introuvable en France: le Moduplex, composé de stérols et stérolines extraits de lipides végétaux, à raison de 1 gélule 3 fois par jour. A prendre sur estomac vide. Pour un résultat optimal, doubler la dose au cours de la première semaine de cure. Ce produit est contre-indiqué aux personnes greffées, en cas de prise de médicaments anti-rejet. La prudence s’impose également en cas de maladies sanguines. Aucun effet indésirable n’est à signaler. En plus du Moduplex, prendre de l’huile d’onagre, à raison de 2 à 3 capsules de 500 mg par jour.

 

Voyons maintenant la partie nutritionnelle 

 

  • La levure de bière vivante  apporte toutes les vitamines du groupe B . On y trouve aussi des protéines soufrées, zinc et fer. Bref, il s’agit du meilleur complément alimentaire pour les cheveux! Donc, ne pas hésiter à procéder à des cures régulières.
  • Ne pas faire l’impasse sur les protéines d’origine animale, car c’est dans ces protéines que l’on trouve principalement les acides aminés soufrés.
  • Principales sources alimentaires de soufre : crevette, riz complet, lentilles, poulet, saumon, cabillaud, noisettes, viandes, jaune d’oeu, huîtres…..
  • Le zinc d’origine animale est mieux assimilé par l’organisme. Sources alimentaires:  huîtres, coquillages, jaune d’oeuf, viande de veau et de porc.
  • Le fer d’origine animale est également mieux absorbé par l’organisme.  Sources alimentaires:  moules, coquillages, foie (exclusivement d’origine biologique), jaune d’oeuf, huîtres……
  • Au vu de ce qui précède, on gagnera à prendre de la poudre de chair d’huîtres sauvages en complément !

flacon.jpg                    Au niveau local, masser le cuir chevelu tous les jours à l’aide d’une lotion aromatique à préparer de la manière suivante:

Ajouter 2 gouttes d’ HE de Cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica) + 2 gouttes HE de rose ( Aniba rosaeodora) + 3 gouttes HE Lavande vraie ( Lavandula angustifolia) + 2 gouttes HE Romarin à cinéole ( Rosmarinus officinalis) à 3 ml d’huile végétale de jojoba + 20 ml d’huile végétale de calophylle ou, à défaut, de pépins de raisin.

Masser le cuir chevelu 1 à 2 fois par jour pendant au moins 2 minutes. Procéder ainsi pendant plusieurs mois. Il y a pratiquement une chance sur deux que de nouvelles pousses de cheveux finissent par apparaître. Il faut simplement se montrer régulier et persévérant. Suivre les autres conseils ne fera qu’augmenter les chances, bien entendu.

 

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 5 Commentaires »

TOUT SAVOIR SUR L’ALCOOLEMIE

Posté par eurekasophie le 25 mai 2009

 

alcool21.gif alcool5.gif

 

 

BOIRE      alcool2.gif             OU voiture0.gifCONDUIRE……..

 

L’alcoolémie définit la présence d’alcool dans le sang. On peut la mesurer directement par une

 

prise de sang, ou l’estimer assez précisément sur l’air expiré grâce à l’éthylotest.

 

 

Contrôles de police ou de gendarmerie obligent, consommer de l’alcool, même en quantité modérée, peut déboucher sur un contrôle positif, à savoir une alcoolémie ( estimée sur l’air expiré) supérieure au seuil légal de 0,50g /litre. 

Rappelons que le taux délictuel au regard de la loi est fixé à 0,80 g / l. La loi prévoit alors une amende importante, de la prison et un retrait de permis prolongé.

 

 

À 0,02 GRAMME PRÈS !

 

A 0,49 g/l, il n’y a pas d’infraction , à 0,51, si. Une différence de 0,02 g d’alcool qui peut donc avoir des conséquences importantes, à plus forte raison autour de 0, 80 g/l, et qui correspond alors à un volume d’alcool très légèrement supérieur à ses capacités d’élimination – un quart de verre de vin supplémentaire est suffisant pour être dans …….le rouge – ou à un contrôle de l’alcoolémie effectué à un quart d’heure près, avant l’élimination des 0, 02 g d’alcool. Avant de consommer, mieux vaut donc bien connaître la  » cinétique » de l’alcool dans l’organisme, autrement dit son  » devenir » dans le temps  (absorption et élimination) ,et garder à l’esprit bien sûr que l’abus d’alcool est nocif pour la santé…………..

 

INÉGALITÉ

 

Nous sommes inégaux devant l’alcool. A dose consommée d’alcool égale, un homme grand et musclé, ou bien enveloppé, aura une alcoolémie moindre qu’une femme d’une taille moyenne et plutôt maigre, l’espace dit de  » diffusion » étant restreint. D’ailleurs, il existe un coefficient de diffusion de l’alcool dans l’organisme qui est fonction du sexe: 0,6 chez les femmes contre 0,7 chez l’homme.

 

ÉQUIVALENCES

 

Un verre de vin de 10 cl (verre ballon), un verre de bière de 25 cl, une dose de whisky, de pastis ou de digestif de 2,5 cl contiennent tous la même dose d’alcool, environ 10 g ( entre 9 et 12 g) . Ils font monter l’alcoolémie en moyenne de 0,20 g chez un homme de 70 kg et de 0, 30 g chez une femme de 50 kg . Attention, il s’agit des contenances et des doses délivrées dans les bars et restaurants. A moins d’avoir chez soi des becs doseurs verseurs et des verres ballon, il est donc difficile de bien maîtriser les quantités d’alcool effectivement délivrées lors d’un repas ou d’un apéritif car celui qui sert peut avoir  » la main lourde ».

 

ABSORPTION DE L’ALCOOL

 

CE QUI PEUT ACCÉLÉRER L’ABSORPTION

  • Etre à jeu.
  • Paradoxalement, consommer des boissons peu concentrées en alcool !
  • Boire des boissons sucrées ou gazeuses.
  • Boire des boissons chaudes.
  • Boire des prémix, très sucrés et gazeux, ou des punchs, expose donc à une absorption rapide de l’alcool. Il en est de même du whisky-coca !


CE QUI PEUT DIMINUER L’ABSORPTION

  • Les aliments, gras notamment.
  • Les aliments épicés.
  • Une gastrite.
  • Le tabagisme.

Quelques chiffres permettent de mieux comprendre le devenir d’un liquide alcoolisé. Il n’y a pas de digestion ( le tube digestif laisse passer l’alcool pur sans le transformer). Tout alcool bu est donc absorbé intégralement.

◊  L’alcool est absorbé à hauteur de 5 % au niveau de la cavité buccale. Une conséquence s’impose, goûter le vin sans le boire, et le laisser longtemps en bouche peut donc s’accompagner d’un passage d’alcool dans le sang !

◊  15 à 25 % de l’alcool est absorbé au niveau de l’estomac.

◊  L’intestin grêle absorbe la majeure partie de l’alcool, soit 75 % .

 

CINÉTIQUE

Le pic d’alcoolémie est maximum entre 15 à 30 min ( à jeun) et jusqu’à une heure après une ingestion d’alcool au cours d’un repas. Ces chiffres varient d’une personne à l’autre. L’organisme dégrade environ 0, 15 g d’alcool pur en moyenne (0,10 g à 0, 20 g ) par heure, soit l’équivalent d’un peu moins d’un verre chez l’homme. Le foie est le principal organe chargé de la dégradation de l’alcool (90 %). Bon à savoir: un foie malade ( par cirrhose, insuffisance hépatique, hépatite….) dégradera donc moins bien qu’un foie sain. Et ne comptez pas sur les autres modes d’élimination, marginaux. La participation gastrique est limitée. 10 % de la quantité d’alcool ingérée est éliminée sous une forme inchangée par la sueur (1 %), l’air expiré (1 à 5 %) et les urines (2 à 4 %).

 

PAS PLUS DE DEUX VERRES 

 

 alcool3.gif     La consommation de plus de deux verres de vin expose déjà à une alcoolémie supérieure au seuil légal de conduite fixé à 0,5 g. Une autre conséquence s’impose, une nuit de sommeil de 12 heures n’est pas suffisante pour écouler la totalité de l’alcool ingéré de façon massive la veille, de sorte qu’un contrôle de l’alcoolémie peut s’avérer positif à 10 heures du matin alors que toute consommation d’alcool a été arrêtée à 22 heures la veille ! 

 

FORMULE MAGIQUE

Si l’on connaît le nombre de verres ingérés (calibrés à 10 g d’alcool par verre) , son poids et le coefficient de diffusion selon le sexe (0,6 pour la femme, 0,7 pour l’homme) , une formule magique permet de connaître son alcoolémie (formule de Widmark) :

L’alcoolémie = quantité d’alcool absorbée en g / poids en kg X coefficient de diffusion. 

A titre d’exemple, un homme de 70 kg, qui consommerait deux verres de vin aura, à un moment donné, une alcoolémie de 20/70 X 0,7 soit 0,40 g/l ! 

 

PRISE DE SANG

L’alcoolémie s’effectue après une prise de sang veineux et l’utilisation d’un antiseptique non alcoolique sur la peau. Il ne faut donc jamais utilisé un coton à l’alcool à 90°!

 

DEGRÉ ALCOOLIQUE D’UNE BOUTEILLE 

Un litre de vin à 10 ° signifie que 10% du volume est constitué d’alcool pur, soit 10 centilitres (0,10 litre est de l’alcool pur). Sachant que la densité de l’alcool est de 0,8: Un litre de vin à 10 ° d’alcool contient donc 0,10 X 0,8 X 1 000 millilitres, soit 80 g d’alcool. Pour la bière à 4 °, c’est donc 40 g et le whisky, environ 400 g!!!

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 4 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant