DIPLOMES….. » PLOME »

Posté par eurekasophie le 31 mai 2009

pinocchio001bonjour.gif

entretiendenbauche1.jpg

 

Tout le monde à déjà subit un entretien d’embauche


Voici un Best-of des moments de délires….

« … a dit qu’il était tellement qualifié que si il n’était pas embauché,ce serait la preuve que le management de l’entreprise est incompétent. »

« … s’est couché à plat ventre sur le sol pour remplir le questionnaire personnel. »

« … portait un casque de baladeur sur les oreilles et m’a certifié qu’elle pouvait très bien écouter la musique et mes questions en même temps »

« le candidat, chauve, s’excusa et sorti brutalement, l’air affolé.Revint pour terminer l’entretien quelques minutes plus tard,portant une moumoute. »

« tenta de défier le recruteur dans un combat au ‘bras de fer’ »

« Le candidat demanda à voir le CV du recruteur pour être sûr que le chef du personnel était compétent »

« … a prétendu ne pas vouloir se lever de son siège à la fin de l’entretien, sauf si je lui disais qu’il avait le poste. J’ai dû appeler la police »

« … a sorti un Polaroïd et m’a pris en photo. Il a dit qu’il collectionnait les photos de toutes les personnes qui lui faisaient passer un entretien. »

humour04.gif

« La sonnerie du téléphone portable du candidat retentit. L’appel était de sa femme. Le candidat dit les phrases suivantes:
« Quelle compagnie? Quand est-ce que je commencerai? Quel est le salaire? » À ce moment, j’ai dit: « Je suppose que vous n’êtes plus intéressé à poursuivre cet entretien? Il répondit tout de suite: Si bien sûr, du moment que votre offre de salaire est supérieure. Je ne l’ai pas retenu pour le poste, mais plus tard, j’ai su qu’il n’y avait pas d’autre offre d’emploi pour lui. C’était simplement une ruse destinée à faire monter le salaire proposé. »

« … la candidate annonça qu’elle n’avait pas déjeuné et commença à manger un hamburger et des frites dans le bureau du recruteur »

« Le candidat portait un jogging alors qu’il passait un entretien pour un poste de vice-président financier. »

« jura que, si il était sélectionné pour le poste, il se ferait tatouer le logo de l’entreprise sur l’avant-bras en gage de sa loyauté »

« La candidate entra dans le bureau en portant une seule chaussure. Elle expliqua qu’elle avait perdu son autre chaussure dans le bus. »

« … il demanda qui était ce canon’ en montrant la photo de ma femme sur mon bureau. Lorsque je lui dit qu’il s’agissait de mon épouse, il voulu savoir si elle était à la maison en ce moment et me demanda mon numéro de téléphone. J’ai appelé la sécurité aussitôt. »

« A interrompu l’entretien pour téléphoner à son thérapeute et lui demanda conseil pour répondre à certaines questions de l’entretien »

« montrant une valise noire qu’il avait apportée dans mon bureau, il me dit que s’il n’était pas sélectionné, cette bombe exploserait. Incrédule, j’étais en train de me dire qu’on en voit vraiment de toutes les couleurs et je m’apprêtais à appeler la police tout en lui disant que le poste n’était pas pour lui. Il alla alors jusqu’à la valise, tourna un interrupteur et se sauva en courant. Personne n’a été blessé mais j’ai besoin d’un nouveau bureau. »

humour011.gif

Publié dans HISTOIRE D'EN RIRE | 4 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Y’A D’LA JOIE…….

Posté par eurekasophie le 31 mai 2009

Entretien d’embauche

Trois personnes sont convoquées pour un entretien d’embauche en Angleterre. Arrivés au test d’anglais, le recruteur leur dit:
« Faites une phrase avec les 3 mots suivants: green, pink, yellow. »

C’est d’abord le Belge qui se lance:
« I wake up in the morning, I eat a yellow banana, a green pepper and in the evening I watch the Pink Panther on TV ».

C’est ensuite au tour de l’Allemand:
« I wake up in the morning, I see the yellow sun, the green grass and I think to myself: I hope it will be a pink day ».

Enfin, le Français s’avance et dit:
« I wake up in ze mornink, I hear ze phone: green…..green…green…I pink up ze phone and I say « Yellow? »…

humour00.gif
 

humour02.jpg
Voici une équation mathématique prouvant que la femme est la source de problèmes des Hommes. Y'A D'LA JOIE....... dans HISTOIRE D'EN RIRE smil3dbd4d4e4c4f2

 

humour21.gif

Publié dans HISTOIRE D'EN RIRE | Pas de Commentaire »

ON SE LAISSE ALLER ?

Posté par eurekasophie le 31 mai 2009

 

 

 

pinocchio001bonjour.gif

 

 

 

 

 

Monsieur PTT ( Petit Travail Tranquille) et Madame RATP (Reste Assis T’es Payé ) ont un fils, comment s’appelle-t-il ? 

 

Réponse: EDF (Enfant De Fainéants) 

 

 

 

becassine2.gif

 

 

Sondage Russe.

Un sondage avait été réalisé en Union Soviétique juste avant son éclatement. Il comprenait les questions suivantes:

 

  1. Dans quelle ville êtes-vous né ?
  2. Dans quelle ville êtes-vous allé à l’école ?
  3. Dans quelle ville avez-vous obtenu votre majorité ?
  4. Dans quelle ville aimeriez-vous vivre ?  

Un des questionnaires est revenu avec ces réponses:

 

  1. Saint Petersbourg
  2. Petrograd
  3. Leningrad
  4. Saint Petersbourg  

Pour ceux qui n’ont pas compris: c’est la même ville!! Mais sous les différents régimes, elle a changé de nom ….C’est beau la culture non ? 

 

 

 

 

humour01.gif

 

A la fin d’un entretien d’embauche, le responsable des Ressources Humaines demande à un jeune ingénieur, frais émoulu des Arts et Métiers….

—   » Et vous aviez pensé à quel salaire de départ ?  »

Le jeune répond: 

—   » Dans les environs 700 000 francs par an, négociables en fonction des avantages annexes »

— » Bien, dit le responsable RH , que diriez-vous alors d’un contrat avec 5 semaines de congés payés, 14 jours fériés en sus dans l’année, frais médicaux et dentaires pris en charge par la compagnie, fonds de retraite vous donnant à 50 ans,  une retraite équivalente à 85 %  de votre salaire de l’époque, plus une voiture de fonction type 406 changée tous les 2 ans ?

Le jeune homme se dresse sur son siège, ébahi: 

—  « Whoaaaaaaaa ! Vous êtes sérieux ?  »

—   » Non, répond l’autre, mais c’est vous qui avez commencé !  »

 

humour02.gif

 

 


Publié dans HISTOIRE D'EN RIRE | Pas de Commentaire »

ALLAITEMENT

Posté par eurekasophie le 31 mai 2009

 

 

UNE SIMPLE HUILE VÉGÉTALE DE MASSAGE PEUT SUFFIRE POUR MASSER VOS SEINS , EN PÉRIODE D’ALLAITEMENT. 

 

MAIS AVEC UNE HUILE ESSENTIELLE ADAPTÉE, C’EST MIEUX !!

 

 

fenouil.jpghefenouil.jpg

 

 

 

 

 

allaitement2.jpg

 

 

 

 

 

 

Pour le bébé qui tète, rien au monde n’est plus rassurant, apaisant que le sein de sa maman.

Doux, parfumé ( un parfum bien à elle, unique ! ) , mêlant les odeurs de peau et de lait. Pour les mamans qui allaitent, ces moment d’intimité seront encore plus merveilleux si elles prennent soin de leurs seins par quelques gestes appropriés.

 

 

 

VOS HUILES ESSENTIELLES

 

Le fenouil est l’huile essentielle de la femme par excellence, et celui de la maman allaitante tout spécialement. En effet, non seulement elle augmente naturellement la production de lait maternel — de tout temps les sages-femmes ont conseillé aux jeunes mamans de consommer beaucoup de fenouil en cas de  » manque de lait «  — mais, en outre, elle combat les coliques du bébé. Deux bienfaits en un ! 

 

L’huile essentielle d’inule, au contraire, réduit la production de lait. Bien utile pour les mamans qui en fabriquent un peu trop !

Mélanger 1 goutte de fenouil OU d‘inule avec 8 gouttes d’huile végétale d’amade douce ou de colza.

 

 

VOTRE APPLICATION

 

Les professionnels de la grossesse et de l’allaitement (sages-femmes, kinésithérapeutes ) recommandent aux mamans de masser chaque sein matin et soir, soit 2 fois dans la journée, par exemple juste après la douche matinale et après le bain du soir ou au moment du coucher. Et ceci que ce soit sans aucun support, ou bien avec une huile végétale simple, ou encore une huile de massage spécialement conçue pour l’allaitement (huile végétale + huile essentielle ). A vous de choisir, mais dans tous les cas, massez votre poitrine bi-quotidiennement pour faciliter votre allaitement !

 

 

MASSAGES :

 

 

 

  1. Massez chaque sein, sans trop appuyer, en réalisant des gestes lents, doux, et en tournant autour du mamelon.    +
  2. Pour éviter l’engorgement, et donc faciliter la sortie du lait, dessinez également comme des  » pétales » autour de l’aréole, comme si vous dessiniez une marguerite tout autour du téton. Ce massage aréolaire, très léger, complètement indolore évidemment et même fort doux, draine la lymphe qui empêche le lait de couler. L’idéal est de demander à votre partenaire d’effectuer ce massage: plus vous serez dans le  » lâcher prise , plus il portera ses fruits. Il faut parfois continuer pendant plusieurs minutes, surtout si vous êtes tendue: le stress bloque les canaux lactifères.    +
  3. Pendant la tétée ( ou juste après), à main nue (pas d’huile végétale ni d’huile essentielle),  » aidez le lait  » à couler en procédant à un drainage des seins. Il suffit de dessiner des cercles tout en surface, en appuyant à peine, sur la zone charnue, comme si vous accompagniez le lait vers la bouche du bébé.

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 7 Commentaires »

DANS VOTRE TASSE…………….

Posté par eurekasophie le 31 mai 2009

 

 

CONTRE LA CONSTIPATION

 

humour3.gif GGrrrrrrrrrrrrrrrrrr ! Unblog m’a lâchée pendant que j’écrivais cet article…Faut que je le retape . pppfffff

 

vache3.jpg

 

humour05.gif

 

Ok , d’accord . C’est pas d’un haut niveau mais bon…hum hum…

 

 

Aller c’est parti………………………………………………………………emoticonequilvelepouce.gif

 Trouble couramment répandu, la constipation semble être pour certains un véritable fléau. ( Tu m’étonnes…!)

Elle est due a un mauvais fonctionnement de la motricité des voies intestinales. Les causes sont multiples: insuffisance hépatique, alimentation trop riche en viandes ou en produits laitiers, sédentarité……Les tisanes vous aideront, mais les cures ne doivent pas dépasser une dizaine de jours au maximum pour les plantes les plus douces et quelques jours pour les plantes les plus drastiques. Il faudra agir sur votre équilibre alimentaire et prendre de nouvelles habitudes comme celle de consommer un verre d’eau le matin au réveil, ou un verre de jus de tomate, ou bien une cuillerée à café d’huile d’olive au petit déjeuner, ou encore l’eau dans laquelle vous avez laissé macérer pendant la nuit quelques figues sèches ou quelques pruneaux. Consommez des fruits frais chaque jour et des légumes verts, évitez l’excès de féculents, buvez en quantité suffisante et surtout, bougez.

 

 

LA CHICORÉE SAUVAGE 

 

 Cichorium intybus

 

chicore2.jpgsituveuxunconseil.bmp

Le long des fossés, dans les prés, la chicorée est une plante commune que l’on reconnaît à ses fleurs en languette d’un bleu soutenu, unique et caractéristique, à ses feuilles semblables à celles du pissenlit et à sa tige longue et frêle. Déjà utilisée 1 600 ans av. J.C., elle n’a cessé depuis de déployer ses vertus thérapeutiques. Dioscoride, Pline et Sainte Hildegarde l’employaient pour ses effets digestifs. Prise en début de repas, elle aide à l’évacuation du bol alimentaire et se montre déconstipante.C’est un laxatif doux.

 

phytotherapieplantesmedicinales2.jpg

decopunaise.gif Infusion n°1 : dans 1 litre d’eau bouillante, laissez infuser 15 g de feuilles sèches pendant 15 minutes. Filtrez, sucrez et buvez une tasse le matin à jeun et les autres tasses en début de repas.

decopunaise.gif Infusion n°2 : dans une tasse d’eau bouillante, versez une cuillerée à café de racine, couvrez et laissez infuser 10 à 20 minutes. Prenez une tasse après chaque repas.

decopunaise.gif Décoction n°1 : faites bouillir  dans 1 litre d’eau 10 à 15 g de racine de chicorée pendant une quinzaine de minutes. Filtre, et buvez un verre le matin à jeun.

decopunaise.gif Décoction n°2 : dans 750 ml d’eau froide, ajoutez 3 cuillerées à café de réglisse. Portez à ébullition pendant 10 minutes, filtrez, sucrez et buvez une tasse après chaque repas.

decopunaise.gif  Sirop : prenez de la plante fraîche, feuilles et racine. Exprimez le tout jusqu’à l’obtention d’un demi-litre de jus. Ajoutez 500 g de sucre, mettez à feu doux sans laisser bouillir. Lorsque le liquide a la consistance d’un sirop, arrêtez tout, laissez refroidir et conservez le sirop dans un flacon en verre opaque. Prenez 2 à 4 cuillerées à café le matin à jeun. Recommandé pour les enfants.

Si vous constatez des brûlures d’estomac lors de l’ingestion de tisanes ou de décoctions, ajoutez à ces deux préparations une cuillerée à café de racine de guimauve.

 

 LE LISERON 

 

Convolvulus sepium

 

liseron.jpg                                                                                      phytotherapieplantesmedicinales2.jpg

Ah ! ce fameux liseron qui n’arrête pas de nous envahir, rendant fous les jardiniers qui ne cessent d’essayer de l’exterminer. Ses tiges longues et sarmenteuses s’attachent à tout ce qui se présente à elles, grimpant à n’en plus finir à l’aide de leurs vrilles. Pourtant, si on a la patience de laisser ses fleurs s’épanouir, le liseron, c’est vrai, possède de jolies corolles blanches en forme de clochettes. Alors, au lieu de nous acharner sur cette herbe avec désespoir, récoltons ses racines et ses feuilles. Dioscoride l’utilisait à des fins purgatives et les siècles confirmèrent cet usage. C’est une matière résineuse présente dans la plante qui provoquerait cette action. A utiliser surtout si la constipation a pour origine une insuffisance hépatique. 

decopunaise.gif Infusion purgative puissante : Versez un quart de litre d’eau bouillante sur 15 g de racines séchées. Laissez infuser jusqu’à complet refroidissement. Filtrez et buvez un verre le matin à jeun. Cette tisane doit être prise occasionnellement et ne doit pas constituer un traitement à long terme.

decopunaise.gif Infusion laxative plus douce: dans un quart de litre d’eau bouillante, versez une cuillerée à soupe de feuilles de liseron, patientez une dizaine de minutes et buvez une tasse de cette tisane le matin avant toute autre prise d’aliment.

 

LE PLANTAIN PSYLLIUM 

 

Plantago psyllium

 

 

plantain1.jpg                                                                            phytotherapieplantesmedicinales2.jpg

 Appelé aussi l’herbe aux puces ou pucilaire, ce plantain possède des graines dont la forme évoque celle des puces. Doucement laxatif, il est conseillé aux personnes à l’intestin fragile.

decopunaise.gif Macération: laissez tremper 2 cuillerées à café de semences dans un petit peu d’eau pendant 15 minutes et avalez plusieurs fois dans la journée.

 

 

LE POLYPODE

 

Polypodium vulgare

 

polypodiumvulgare.jpgphytotherapieplantesmedicinales2.jpg

 

 

Fougère des lieux ombragés, elle est commune en Europe et en France. On l’appelle aussi fougère réglisse ou polypode de chêne. C’est un rhizome aromatique que l’on récolte en été qui possède des propriétés thérapeutiques grâce à deux de ses constituants, une huile, la glycyrrhizine (ouhhhh j’ai fais gaffe à l’orthographe ) et une saponide, la polypodine. Prescrite surtout dans le cas d’insuffisance hépatique, elle vient à l’aide des constipations chroniques. Elle peut également être utilisée comme laxatif pour les enfants (en diminuant les doses évidemment , à voir dans « recommandations »).

decopunaise.gif Décoction : dans 1/2 litre d’eau froide, ajoutez 20 g de rhizome séché, une pincée de réglisse et portez à ébullition. Lors des premiers bouillons, baissez votre gaz et laissez reposer une dizaine de minutes. Filtrez, sucrez avec du miel et buvez un  verre le matin à jeun et le reste au goûter.

decopunaise.gif Décoction n°2 : dans 1 litre d’eau bouillante, versez 50 g de racine sèche de polypode avec un brin de fenouil et laissez mijoter 15 minutes. Filtrez, sucrez et buvez une tasse le matin à jeun.

 

RECOMMANDATIONS

 

  Les dosages sont prévus pour des adultes ou enfants de plus de 12 ans. De 7 à 12 ans, divisez les doses par 2, et pour les enfants de moins de 7 ans, par 4. Pas de tisanes pour les moins d’un an sans prescription médicale.

♣  Les femmes enceintes doivent faire preuve de prudence, surtout dans les 3 premiers mois. Il vaut mieux consulter un médecin.

  Ne jamais dépasser les doses prescrites, ni la durée d’une cure de 10 jours ( certaines plantes doivent être prises sur un temps très court).

♣  Si vous prenez un traitement médicamenteux, demandez conseil à votre médecin (risque d’interaction).

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | Pas de Commentaire »

LE ROBINIER

Posté par eurekasophie le 30 mai 2009

Le robinier n’est pas le fabricant de robinets, non non! 

Le robinier : nos muscles en raffolent

 

Robinier faux-acacia

Robinier faux-acacia
 Robinier en Caroline du Sud
Robinier en Caroline du Sud
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Fabales
Famille Fabaceae

Arbre de la famille des Fabacées

Sous-famille des Papilionacèes


(Baguenaudier, Cytise, Robinier, Sophora du Japon, Virgilier)

 

Étymologie : « Robinier » vient de son « inventeur », Jean Robin, botaniste de Henri IV qui le plante à Paris, place Dauphine, en 1600, et le transplante au jardin des Plantes en 1632. Les plus vieux de Paris sont toujours au jardin des Plantes et au square Saint-Julien le Pauvre

. LE ROBINIER dans
Origine : États-Unis (Virginie).


Habitat : il s’accommode de sols pauvres qu’il enrichit en azote. C’est un arbre assez courant qui s’incruste en ville.
 

Rusticité :(il supporte le froid jusqu’à -23°).
 

Durée de vie : 300 ans (usuellement).
Taille : 25 m.
Port (arbre isolé) : cime globulaire.
 

Tronc : droit et souvent fourchu, avec des branches lisses et des rameaux anguleux et pelucheux, d’un brun rougeâtre.
 

Écorce gris à gris foncé-brun, rugueuse qui se crevasse en diagonales sinueuses. Piquants sur les rameaux. Bois dur, orange.

Feuillage caduc. Feuilles alternes, grandes (25 cm) composées de 9 à 21 folioles ovales, molles, vert glauque au dessous. Les folioles sont éventuellement alternes de part et d’autre du rachis. On peut confondre le Sophora avec le Robinier, mais leurs troncs se différentient nettement. Les folioles du Robinier sont rondes à l’extrémité, celles du Sophora sont pointues. De plus, les feuilles du Robinier présentent des stipules à la base du pétiole, qui se transforment en épines. Les feuilles peuvent tomber encore vertes, à l’automne, comme chez les autres arbres fixateurs d’azote (ex : Aulne).


Fleurs blanches en longues grappes pendantes très odorantes, en mai-juin. Le calice est en forme de cloche, vert et pelucheux.
Fruits : gousses de 8-12 cm, en groupe de deux à quatre, en été.
Tradition : L’Acacia est un des symboles des francs-maçons.
Utilisations : le Robinier émet des stolons grâce auxquels la plante se propage, aussi l’utilise-t-on souvent pour fixer les terrains menacés d’affaissement (digues, terre-pleins) et pour reboiser les sols stériles. Il colonise naturellement remblais, talus et terrains vagues. De son bois robuste et durable, on fait des piquets de vigne. Trituré, le bois produit de la teinture jaune.
Les grappes de fleurs blanches sont mellifères d’où le miel d’acacia. Riches en nectar, les fleurs de robinier peuvent être consommées en beignets ou en sirop.

abeille031.gifabeillelogo1.gif abeille031.gif

C’est une « légumineuse » dont l’intérêt en phytothérapie, en revanche, est bien réel même s’il se limite aux fleurs et, dans certaines conditions seulement, à l’écorce. Sachez aussi que ses fleurs sont très mellifères. Elles attirent donc nos amies les abeilles, de sorte qu’il n’est pas rare de trouver du miel de robinier dans le commerce.

Le fruit du robinier, une espèce de gousse plate et allongée remplie de graines brunes, est sans intérêt. Mais on utilise volontiers ses fleurs, après les avoir séchées à l’ombre ou dans un four à très faible température. Elles contiennent des huiles essentielles et des gluco-flavones auxquelles leurs propriétés spasmolytiques semblent conférer un réel intérêt dans le traitement des crampes musculaires, qu’elles soient d’origine traumatiques ou nerveuses.

Quant à l’écorce, elle contient de la robine et de la fazine qui sont des albumines toxiques. Il faut donc l’utiliser avec précaution, en quantités bien codifiées, auquel cas on lui trouve de l’intérêt pour traiter certains troubles gastriques et digestifs.


 dans Mon repertoire des plantes les moins usitees Variétés : il existe une variété à fleurs roses obtenue par hybridation par Decaisne, vers 1870, une autre à fleurs jaunes, une autre à rameaux tortueux (tortuosa).

Publié dans "R**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

IL N’EST JAMAIS TROP TARD …..

Posté par eurekasophie le 30 mai 2009

personnagerigoloquiserelaxe.gif

 

sport52.gifIl n’est jamais trop tard pour bouger sport30.gif

 

 

eau0201.gifsport66.gifsport50.gif

 

 

 

2205 Suédois ont été suivis pendant 35 ans. 

Les chercheurs ont constaté que les hommes très actifs à 50 ans vivaient de deux à trois ans de plus que les hommes sédentaires, et un an de plus que ceux qui étaient moyennement actifs. Selon ces mêmes chercheurs, les hommes qui ont commencé à pratiquer une activité physique entre 50 et 60 ans avaient, au bout de dix ans, la même espérance de vie que les hommes qui faisaient régulièrement de l’exercice avant la cinquantaine. On pourrait croire que cette étude a été menée pour déculpabiliser les  » feignants  » de 30 à 50 ans …… Et les femmes dans tout ça ????? 

 

 

 

Publié dans ETUDES, CHIFFRES ET FAITS.... | Pas de Commentaire »

ARRETEZ DE FUMER …..

Posté par eurekasophie le 29 mai 2009

 

 

Arrêtez de fumer par l’oreille ! 

donaldtonn2.giftlphone.gif < Quoi ?  Mais qu’est ce qu’elle raconte ? …là faut faire quelque chose.

 Allo Doc ! Y’a Sophie qu’a des propos pas cohérents…Elle doit avoir des crampes aux cheveux 

 

donaldduck027.gif<Pas cohérents…. crampes aux cheveux. Elle boit ? TTsss TTsss ! J’aime mieux un vice commode qu’une vertu fatigante

 

 

 

Mais non je ne pète pas un plomb…… Lisez , et vous verrez que je suis sérieuse 

 

 

Quand on a envie d’arrêter de fumer, il faut tout essayer, mais en privilégiant la manière douce. Zerosmoke est une méthode naturelle, qui peut vous aider dans votre démarche de sevrage. L’acupuncture auriculaire magnétique cconsiste à placer, de part et d’autre du pavillon de l’oreille, deux aimants de tailles différentes, et à les garder entre 3 et 4 heures, plutôt le soir chez vous ( vous êtes plus tranquille et vous ne les perdez pas …). Les aimants stimulent la production d’endorphines et vous aident à ne plus avoir envie de fumer. Un mois en moyenne suffit, mais vous pouvez garder vos aimants, ils sont indestructibles et seront bien utiles en cas de rechute ! 

 

zro2.jpg zeros.jpg

  Zerosmoke . Prix: 39 € + 5, 99 € de frais de port.

Pour commander: 04.42.92.50.33

 

OU 

 

www.vivre-mieux.com/

 

Publié dans ACUPUNCTURE, MEDECINES DOUCES | 8 Commentaires »

ATTENTION AUX RUES !

Posté par eurekasophie le 29 mai 2009

rue.jpg   Aarfffffffff ! mais non, c’est pas de cette rue là que je caauuuuuuuuse 

 

Mais de celle-ci voilà voilà ……..rue2.jpg

 

HISTOIRE

 

La rue est une plante qui a toute une histoire même si maintenant c’est une herbe très peu cultivée. C’est une ancienne herbe médicinale qui a longtemps été utilisée comme contrepoison et comme talisman contre la sorcellerie chez les Grecs. Les Romains eux l’utilisaient surtout pour améliorer la vision. D’ailleurs, il semble que Leonardo da Vinci et Michelangelo ont prétendu que la rue avait amélioré leur vue ainsi que leur créativité. L’usage interne de la plante est à contrôler car elle a un certain degré de toxicité et a déjà été utilisée comme abortif. Avec les branches de rue, on aspergeait l’église d’eau bénite avant les messes. La rue était une composante du «vinaigre des quatre voleurs», mélange avec lequel se protégeait les voleurs qui détroussaient les victimes pendant l’épidémie de peste en Angleterre en 1665 et pendant laquelle environ 7,000 personnes sont mortes. Ce vinaigre était composé d’un gallon de vinaigre de vin rouge, 1½ once de rue, de sauge, de menthe, de romarin et d’absinthe ainsi que de 2 onces de fleurs de lavande, ½ once de de camphre et de ¼ d’once de cannelle, de clou de girofle et d’ail. La rue vineuse a pour propriété d’attirer l’argent. Les chasseurs de sorcières et les exorcistes du XVI éme siècle brandissaient des rameaux de rue pour détecter les coupables et faire fuir les démons. Les graines de l’année brûlées sur des charbons ardents en même temps que d’autres substances appropriées nettoient un endroit de ses vibrations malsaines. La rue vineuse a encore une réputation d’anaphrodisiaque « Tous les moines et religieux qui veulent se garder chastes et conserver leur pureté doivent toujours utiliser le Rue dans leurs aliments et leurs boissons.

Les rues sont en effet des plantes médicinales traditionnelles en Europe depuis l’époque gréco-romaine. Ce dont désormais des plantes un peu délaissées en phytothérapie moderne car considérées, à juste titre, comme potentiellement trop toxiques. Par contre Ruta graveolens reste une plante utilisée en Homéopathie.

Ce sont de petites plantes (jusqu’à 1 m), pérennes, aux tiges peu ramifiées, aux feuilles, alternes composées de folioles ovalaires, d’un vert pâle un peu grisâtre. Les feuilles de rue présentent par transparence, de nombreux points translucides (glandes à huiles essentielles).

L’odeur des feuilles écrasées est plutôt désagréable et assez typique.
Les fleurs, en petits bouquets terminaux, jaune-verdâtres possèdent 4 ou 5 pétales selon la position de la fleur dans l’inflorescence. Les pétales de Ruta graveolens sont lisses mais ceux de Ruta chalepensis sont finement divisés, laciniés, sur leur bordure. Le fruit est une capsule qui contient des glandes réniformes.

 

LA RUE PLANTE MEDICINALE

La rue fétide, Ruta graveolens, contient des substances intéressantes sur le plan pharmacologique :

  • des flavonoïdes : dont la rutine (jusqu’à 5%) et la quercétine, protecteurs vasculaires
  • des furanocoumarines photosensibilisantes : bergaptène et xanthotoxine
  • des alcaloïdes (très peu étudiés et utilisés)
  • surtout de l’huile essentielle, 0,5 à 3 %, selon la partie de la plante.

Cette huile essentielle de rue est très riche en methyl-nonyl-cétone pour la plante, et en 2-un-décanone pour l’huile essentielle des fruits.

La plante entière serait spasmolytique mais par contre favoriserait les contractions utérines. La rue est traditionnellement utilisée pour favoriser l’apparition des règles (emménagogue) et comme anaphrodisiaque chez les hommes.
La rue, et surtout son huile essentielle, sont antihelminthiques (poison neurologique pour les parasites). L’huile essentielle est rubéfiante et utilisée en friction sur les zones douloureuses des articulations ou des muscles.
La rue n’est quasiment plus utilisée en Europe ; par contre elle reste une plante appréciée par les tradipraticiens (notamment les amérindiens) en Amérique du sud (Equateur, Pérou, Bolivie, Chili, Argentine) . En général ils l’utilisent en mélange avec d’autres plantes (sauge, eucalyptus, poivrier molle, romarin, camomille) comme antispasmodique digestif, régulateur des règles et même chez le jeune enfant agité et qui pleure.
La rue est connue depuis l’antiquité comme une plante abortive, mais c’est une plante abortive qui tue aussi la mère ou au minimum induit de graves troubles hépato-rénaux

 

LA RUE PLANTE MAGIQUE

Il est très fréquent, en Amérique du sud, de noter la présence de rue dans les jardins des maisons, dans les jardins des églises ou aux alentours des presbytères. Il s’agit en général de Ruta chalepensis. C’est la rue du Moyen-Orient, celle dans laquelle, selon la Bible, Jésus essaya de se cacher pour échapper aux soldats Romains. Est-ce l’origine de sa renommée comme plante protectrice contre les « forces du mal » ?
Cette croyance est encore bien vivante en Amérique du sud, c’est la plante de la chance, celle qui permet d’ouvrir les portes du succès, celle qui éloigne les mauvais esprits et protège des jeteurs de sorts. Dans la province de Corrientes, en Argentine, il est traditionnel de boire une infusion de rue aromatisée au jus de canne le premier jour du mois d’Août pour s’assurer d’une bonne santé pour l’année à venir.

 

LA RUE PLANTE TOXIQUE

Les furanocoumarines et l’huile essentielle de rue, Ruta graveolens, peuvent provoquer des troubles graves.

 Les Furanocoumarines (psoralènes) sont phototoxiques. Elles induisent, par contact des feuilles contuses suivi d’une exposition au soleil, une dermite aiguë qui ressemble à une brûlure du premier ou du deuxième degré. Secondairement la peau gardera une hyperpigmentation qui peut persister assez longtemps. Cette réaction phototoxique est accentuée par l’humidité. Plus grave, après absorption digestive, ces coumarines sont toxiques pour le rein et le foie, voire cancérigènes, car elles altèrent les acides nucléiques et peuvent ainsi provoquer des lésions du génome. L’huile essentielle provoque des contractions du muscle de l’utérus ainsi que des hémorragies utérines. Les signes d’intoxications par la rue commencent par des troubles digestifs (douleurs, vomissements, hypersalivation) qui s’accompagnent rapidement de signes de choc (hypotension, troubles cardiaques), voire de convulsions. Parallèlement on peut observer des saignements génitaux. Plus tard, et selon la gravité de l’intoxication, il peut se développer une insuffisance rénale et hépatique pouvant conduire au décès. Il n’y a pas d’antidote à l’intoxication par la rue (Ruta graveolens ou Ruta chalepensis). L’empoisonnement par la rue est en général volontaire pour provoquer un avortement. Il faut rappeler que l’avortement est le plus souvent interdit en Amérique du sud. Les femmes enceintes doivent éviter de consommer des extraits de rue même en petite quantité car des études sur l’animal ont montré que des extraits rue provoquent des malformations fœtales.

 

.

 sorciresquiprparentunepotion.gif

 TÉMOIGNAGE RECUEILLI SUR INTERNET        

La rue, une plante qui brûle

jeudi 9 octobre 2008, par fred

Il était une fois, une plante à l’apparence ordinaire qui se plaisait sur les roches calcaires. Appréciant tout particulièrement le soleil et le calme, elle mit en place un système particulièrement efficace pour se prémunir des grimpeurs. Infos

Imaginez-vous après une belle journée de grimpe dans l’Hérault, sirotant tranquillement une bonne pression. Vous êtes tranquille, cool puis rentrez chez vous et dormez du sommeil des braves.

Puis, le lendemain : Tiens, une cloque sur le bras ??? Votre demoiselle grimpeuse en a également une belle. Mais qu’est ce que c’est que ça ? Passons, la vie est belle, vous avez du boulot…

Le problème, c’est qu’en vacances en Ardèche : Rebolote. Mais là, c’est pas qu’un peu : Vous avez grimpé torse nu et vous avez des cloques de partout dans le dos.

Après quelques recherches, le mystère se dévoile et se nomme LA RUE. Rien à voir avec une avenue ou un boulevard. Je vous parle de la rue officinale (Ruta graveolens L.).

C’est un arbrisseau que l’on appelle parfois : Herbe de la rue, Rue des jardins mais surtout Rue Fétide. Je préfère ce dernier terme. Si la plante était utilisée par le passé pour ces qualités aromatiques ou médicinales, ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est sa capacité à nous brûler en période de floraison.

ATTENTION AUX RUES ! dans

Wijnruit-_Ruta-graveolens_-14846 dans Mon repertoire des plantes les moins usitees

En réalité, la brûlure est liée à deux phénomènes :

1. La plante doit être en floraison. Pour la repérer, c’est facile : il s’agit d’un petit arbuste (qui peut tout de même atteindre 1 m, mais bon, sur les parois, 20 cm c’est déjà bien) avec des fleurs jaunes et qui dégage une odeur âcre.

2. La plante est photosensibilisante. En clair, elle peut entraîner de simples démangeaisons ou de véritables brûlures par temps chaud.

A noter le manque de chance : Elle est en floraison de mai à août, bref par temps chaud et de grimpe.

JPG - 213.4 ko
Effets de la rue par temps chaud (source : Vincent, 2006)

Bon, malgré la photo, ne paniquons pas.

Tout d’abord, fondamentalement, on n’en meurt pas. La cloque disparaitra laissant place à une trace brune (marque de brûlure) qui va peu à peu s’estomper. Le temps dépend de la fragilité de la peau. Perso, j’ai encore les marques les plus importantes subies il y a plus d’un an. Cependant, les marques plus petites et celles subies il y a un et demi ont disparu.

Par ailleurs, c’est un excellent moyen de se la jouer un peu avec des marques de guerre. En plus, ça fait toujours des histoires à raconter.

Enfin et surtout, m’étant planté la tête la première dans la rue il y a 6 mois, je me voyais déjà brûlé au 6e degrès et ne pouvant plus sortir de chez moi de peur de terroriser les gosses du quartier. Coup de bol, ce jour là, il y avait des nuages. De plus, à chaque apparition du soleil, je suis resté à l’ombre. Et rien n’est apparu. En bref, en cas de contact avec la plante, vaut mieux éviter le soleil.

Oh…. Il va sans dire que je ne grimpe plus torse nu par temps chaud.

 

Merci à Fred pour ses infos non négligeables.

Rue officinale

 Ruta graveolens

Ruta graveolens
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Sapindales
Famille Rutaceae
Genre Ruta
Nom binominal
Ruta graveolens
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Sapindales
Famille Rutaceae

Publié dans "R**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 9 Commentaires »

LA RHU…..BARBE

Posté par eurekasophie le 29 mai 2009

 

 TOUT SUR LA RHUBARBE

rubarbeenfleurs.jpg

 

Rhubarbe
 Rheum rhaponticum
Rheum rhaponticum
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Polygonales
Famille Polygonaceae
Genre
Rheum
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Caryophyllales
Famille Polygonaceae

HISTOIRE

Plante vivace de la famille des polygonacées, mesurant jusqu’à un mètre
de hauteur, la rhubarbe est originaire d’Asie. Les Chinois et les
Russes (« Rha » en russe signifie rivière Volga) l’utilisent depuis près
de 5 000 ans pour ses propriétés curatives.
Elle n’a franchi les frontières européennes qu’au 18ème siècle,
les Anglais furent les premiers à oser se servir dans leur cuisine de
cette belle plante d’ornement.
Officiellement classée parmi les fruits par la Direction des Douanes
de New York en 1947 à cause de son utilisation sucrée, elle n’en
demeure pas moins légume dans les livres de botaniques.

Seules ses tiges (appelées pétioles) sont comestibles, ses
feuilles sont, elles, très riche en acide oxalique, une substance très
toxique qui peut être mortelle.

On distingue plusieurs variétés, selon leur couleur, le goût restant sensiblement
le même :
- les plus ou moins vertes, comme la Victoria
- les rougeâtres, la Canada Red ou la Macdonald par
exemple.

Elle est cultivée partout en France, notamment en Picardie et en
Alsace, où elle est récoltée d’avril à juillet. L’hiver, elle nous
arrive tout droit des Pays-Bas. La Grande-Bretagne en produit
des variétés très subtiles.

 

BIENFAITS

 

La rhubarbe a l’avantage d’être très peu calorique
(15 kcal/100 g), mais son acidité étant très
prononcée, on a tendance à la préparer avec beaucoup
de sucre. Essayez donc d’avoir la main légère.

Valeurs
nutritionnelles
pour 100 g

Protides 0,6 g
Glucides 1 g
Lipides 0,1 g
Calories 15 kcal

Elle
est, en outre, très laxative grâce à sa richesse en fibres ; en
particulier en compote, elle parvient à réveiller tout en douceur les
transits les plus paresseux.
Elle mérite
donc d’être plus fréquente au menu d’autant que son apport en minéraux
est très important, notamment en potassium et en phosphore.
Elle apporte
aussi une quantité intéressante de magnésium et de calcium.

Bien pourvue en vitamine C (12 mg/100 g), elle a de ce fait des
propriétés toniques et antianémiques.
Dans l’armoire
à pharmacie, elle a par ailleurs sa juste place en tant qu’anti-inflammatoire
pour les muqueuses buccales. La substance que sécrète sa racine est, elle,
appréciée pour son action antiseptique sur les problèmes de foie.

 rubarbe2.jpg Les pétioles de rubarbe peuvent atteindre 80 cm

 DEGUSTATION

Choisissez-la avec un pétiole épais, bien ferme et plein, dépourvu
de tâches et de flétrissures. Il doit être bien vert avec des bordures
rosées. Ses extrémités doivent être fraîchement coupées. Brisez la tige
: la cassure est nette et la sève s’écoule.

Conservez-la dans le bac à légumes de votre réfrigérateur, pas plus
de quelques jours car elle devient rapidement molle. Par contre, elle
se congèle très bien. Il suffit pour cela de la laver, de l’essuyer, de
la couper en tronçons à glisser dans un sac de congélation. Il est inutile
de la peler, sauf si elle s’avère très dure et filandreuse.

Consommez-la cuite, c’est ainsi qu’on la connaît le
mieux. En compote, en confiture, elle se prête également
à la préparation de chutneys.
Elle fait aussi d’excellentes tartes, meringuées comme en Belgique, ou
garnies d’un appareil crémeux version alsacienne. Crumbles, crèmes et
mousses, tous les desserts lui vont bien, qu’elle soit seule ou
en duo avec la fraise ou avec la pomme.
Vous n’avez plus de citron à la maison, qui rehausse si bien son goût?
Qu’à cela ne tienne ! Cherchez dans votre placard, vous avez forcément
une des épices qui lui sied à ravir : vanille, cannelle,
gingembre, badiane, graines de fenouil…

Crue aussi, la rhubarbe est excellente. Coupée en tronçon, trempez-la dans du sucre, voire même dans du sel.
Il ne faut pas oublier en effet que les botanistes la classent dans les
légumes, et qu’elle est délicieuse consommée comme tel.

rubarbepluche.jpg

Elle est cousine avec l’oseille, alors servez-vous de cette ressemblance
et osez la lui substituer. Les plats de viandes (volaille et canard) et
de poissons se trouvent sublimés, accompagnés de ses tronçons tout simplement
revenus dans un peu d’huile.
Son utilisation salée est réputée par delà
les frontières. Omniprésente dans la gastronomie britannique, on la retrouve
aussi en Pologne, dans une préparation à base de pommes de terre, en Afghanistan
avec des épinards, en Iran dans un ragoût d’agneau…

La rhubarbe est également à la base de boissons rafraîchissantes
et de sorbets. Elle est aussi consommée en thé et fournit un vin
fruité.
En Italie, elle sert à préparer une liqueur très appréciée, le Rabarbaro
Zucca
, réputée autrefois pour ses bienfaits sur le foie.

 

Publié dans "R**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

12345...8
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant