• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 26 avril 2009

L’OSMONDE

Posté par eurekasophie le 26 avril 2009

osmonde.jpg

Comment lire une taxobox Osmonde royale
Osmunda regalis
Osmunda regalis
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Filicophyta
Classe Filicopsida
Ordre Polypodiales
Famille Osmundaceae
Genre Osmunda
Nom binominal
Osmunda regalis

 

Type de plante: Vivace, fougère
Hauteur: de 1,2 à 1,5 m
Exposition: Mi-ombre
Famille:
Osmundaceae

L’osmonde royale est une fougère à feuilles caduques poussant en touffe dans les milieux humides et au bord de l’eau. Elle présente deux types de grandes frondes : certaines sont stériles vert vif et d’autres, en été, sont fertiles avec à l’extrémité des sporanges brun roux groupés en panicule. A chaque printemps, de jeunes crosses apparaissent en se déroulant lentement, elles sont à l’origine des nouvelles frondes. Les fibres du rhizome épais sont utilisées dans la composition des terreaux pour la culture d’orchidées.

 

formationdessporanges.jpg Formation de sporanges

On notera que c’est une des plus vieilles plantes du globe puisqu’elle n’a pas évolué depuis deux cent cinquante millions d’années: c’est une plante fossile.
C’est une plante vivace à feuillage caduc mesurant près de deux mètres de haut de croissance assez lente.

Cette fougère est très rustique au gel (en-dessous de -20°C) et renaîtra à chaque printemps.

Le touradon

Le touradon est le pied.
Il grandit de trois millimètres par an et peut mesurer jusqu’à une trentaine de centimètres pour un siècle!.

La floraison

En été, elle produit des frondes de couleur ocre portant des sporanges qui se dissémineront au vent.

Plantation et multiplication

On la plante au printemps ou à l’automne dans un endroit riche en humus, à l’ombre ou au soleil si le terrain ne dessèche pas.

La multiplication s’effectue par division au printemps car le semis de sporanges est très délicat et long.

Utilisations

Les jeunes pousses (frondes) de l’ osmonde royale sont comestibles.

On se servait de ses frondes pour fabriquer des matelas, conserver les fruits, élaborer un insecticide, éloigner les limaces et escargots.

osmonde en automne

En médecine, son rhizome servait à soigner les hémorragies, les diarrhées, les ulcères et blessures superficielles.

PROPRIÉTÉS DE L’OSMONDE ROYALE

Astringent, diurétique, tonique, vulnéraire, purgatif

UTILISATIONS DE L’OSMONDE ROYALE

Rhumatismes, plaie

PHYTOTHÉRAPIE

Extrayez du sol la racine de l’osmonde en automne, quand elle s’est chargée au maximum de substances nutritives et actives pour passer l’hiver. Faites-la sécher à l’ombre: elle se conserve fort bien.

 

Préparation et emploi

 

Infusion et décoction

jetez 10 pincées de racine râpée par litre d’eau. (2 à 3 tasses par jour.)

Bains de pieds et de mains

comptez 20 pincées de racine râpée par litre d’eau.

Décoction

pour pansements: hâchez 20 à 30 pncées de racine dans un litre d’eau.

Publié dans "O**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 14 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LES PLANTES AROMATIQUES

Posté par eurekasophie le 26 avril 2009

 

 

 

 

 

 

plantesaromatiques.jpg 

 

 

Vous n’avez pas de jardin, et alors ……

Décoratives et utiles, les plantes aromatiques peuvent se cultiver en appartement

Les plus faciles sont la ciboulette, la menthe, le thym, le laurier-sauce et la verveine;

mais on peut tenter sa chance avec le persil, le cerfeuil et l’estragon, plus capricieux.

Cultivez chaque espèce dans un pot séparé, surtout s’il s’agit de la menthe très envahissante, elle a tendance à étouffer ses voisines.

Les meilleurs récipients sont les pots en terre cuite non vernie.

La culture se fait soit à partir de plants acquis dans le commerce, soit, et c’est un peu plus délicat, à partir de graines achetées en sachets. La germination demande plusieurs semaines; en grandissant les pousses sont à traiter comme les plants vendus chez les spécialistes.

SEMIS

Le matériel

Graines en sachets

Petits pots en terre cuite non vernie (8 cm de diamètre) + coupelles

Compost pour semis, rouleau de cellophane transparent et adhésif pour aliments.

Pendant la première période, il faut fournir aux semis suffisamment de chaleur; ensuite, les pousses demandent beaucoup de lumière, et même un ensoleillement direct plusieurs heures par jour: dans la plupart des cas, il faut donc recourir à un éclairage artificiel d’appoint ou permanent.

Remplir les petits pots de compost jusqu’à 1,5 cm du bord. Faire couler dans l’évier 2 ou 3 cm d’eau tiède. Immerger les petits pots pendant 10 minutes. Vider l’évier et laisser égoutter les pots 1/4 d’heure.

Saupoudrer quelques pincées de graines à la surface du compost. Cela est suffisant pour le persil. Pour les autres plantes: recouvrir d’une poignée de compost pour que les graines soient à 0,5 cm de profondeur. Egaliser la surface du compost du bout des doigts.

Recouvrir chaque pot de cellophane adhésif, comme s’il s’agissait de pots de confiture. Placer dans un endroit chaud et sombre, dans un placard situé près d’une tuyauterie d’eau chaude; contre le mur,au-dessus de la hotte aspirante;  au-dessus du réfrigérateur. Si l’obscurité n’est pas suffisante, recouvrir les pots d’une feuille de papier journal. Chaque jour, voir si la buée s’est condensée sur le cellophane; si c’est le cas, remplacer le cellophane.

Au bout de quelques semaines, les pousses apparaissent. Placer les pots sur une coupelle, dans un endroit chaud et clair. Chaque jour, ôter le cellophane un peu plus longtemps, au moment le plus ensoleillé de la journée, pour habituer les pousses à l’air libre.

S’il n’y a pas, dans la maison, d’endroit assez chaud pour les semis, il faut acquérir un germoir électrique. Un appareil sophistiqué et coûteux est inutile: il faut simplement une plaque chauffante où poser les pots, un couvercle en verre et un thermostat. Brancher et placer à la lumière. Peu à peu, baisser la température de 25 °  à celle de la pièce. Les pots peuvent être alors sortis et le germoir débranché et rangé.

Quand les pousses ont 5 cm, vérifier si elles ne sont pas trop rapprochées les unes des autres: elles risqueraient de se gêner dans leur croissance. Si c’est le cas, éclaircir: arracher une pousse sur deux. On peut aussi supprimer une pousse sur deux d’un coup de ciseaux, au ras du compost.

Quand l’ensoleillement est insuffisant (5 heures par jour minimum), réaliser une rampe d’éclairage artificiel; sous un meuble de cuisine accroché au mur, les pots placés sur le meuble du bas se trouvant au-dessous de la rampe.

Il faut 2 tubes fluo de 20 watts: un blanc brillant et un blanc industriel, fixés parallèlement et reliés à un interrupteur.

Sur le meuble bas, installer les petits pots à 15-20 cm des tubes sur un bac garni d’une couche de gravier. S’ils sont trop bas, les surélever avec des petits pots vides renversés, ou des briques par exemple. Au fur et à mesure de la croissance, retirer ces supports afin de maintenir une distance de 15-20 cm entre le haut des pousses et les tubes fluo. L’éclairage d’appoint sera allumé 2 heures le matin, 2 heures le soir. L’éclairage permanent se fera 12 heures par jour maximum: toutes les plantes ont besoin d’une nuit. Quelle que soit l’installation choisie, maintenir le compost humide, mais non trempé; arroser quand le compost commence à sécher.

Dès que les pousses sont solides, les aguerrir en entrouvrant la nuit, la fenêtre de la cuisine. Eviter d’exposer les pots aux graisses, ne jamais les poser au-dessus de la cuisinière !

Quand les plants ont 10 cm environ, procéder au repiquage.

PLANTS

Le matériel

Plants

Petits pots en terre cuite non vernie (taille en fonction du nombre de touffes) + coupelles

Quelques morceaux de pot cassé pour le drainage

Compost de rempotage

Pour le séchage:

Gants, fil de coton, bocaux + couvercles, étiquettes.

Pour la congélation:

Sachets en plastique, fil de coton étiquettes

 

Les pousses qui ont grandi donnent des plants. Si les semis semblent difficiles aux débutants, il est possible de partir de plants, achetés soit en pots de plastique, soit en petits pots de tourbe.

Les soins sont simples: veiller à maintenir le compost humide, sauf pour le laurier-sauce, il aime être au sec. Pour celui-ci, il faut un délai d’un an pour obtenir des feuilles propres à la consommation; pour les autres espèces, quelques semaines suffisent.

Cueillir au fur et à mesure des besoins; cela stimule la plante. On peut conserver les plantes aromatiques pendant plusieurs mois.

 

 Fournir aux plantes aromatiques une bonne chaleur le jour, de la fraîcheur la nuit. Si l’ensoleillement est insuffisant, recourir à l’éclairage artificiel, s’il est nul, éclairer 12 heures par jour.

Seul le laurier préfère une lumière atténuée ou une demi-pénombre.  Ne pas hésiter à placer à placer les pots sur un rebord de fenêtre ou un balcon, mais les rentrer aux premiers froids.

Quand  plusieurs plants sont à l’étroit dans un pot, dépoter avec précaution. Soulever doucement pour sortir les racines, entourées de leur motte.

Rempoter dans un pot en terre cuite non vernie, en espaçant les plants de quelques centimètres.

Les plants achetés dans de petits pots en tourbe sont plantés tels quels, soit dans des pots individuels, soit à 2 ou 3 d’une même espèce dans un pot plus grand. Ne pas écraser la tourbe lors de la manipulation. Espacer les mottes entourées de tourbe d’un centimètre au moins. Ne pas écraser la tourbe lors de la manipulation. Espacer les mottes entourées de tourbe d’un centimètre au moins.

Dès que les fleurs apparaissent sur les plants, les supprimer par le pincement entre les ongles du pouce et de l’index. Cela stimule la production de nouvelles pousses comestibles.

En général, les plantes aromatiques ne demandent pas d’engrais. Au cas où elles seraient attaquées par un parasite, ce qui est rare, les détruire, mais ne jamais utiliser d’insecticide, puisqu’elles sont destinées à la consommation.

La plante dépassant 10 cm de hauteur est prête pour la consommation. Pour les plantes en touffes (ciboulette), couper avec des ciseaux, à quelques millimètres de la base, les brins nécessaires. Pour les plantes ramifiées (menthe), couper avec des ciseaux une pousse portant 2 ou 3 feuilles, exactement comme lors du prélèvement d’une bouture.

 

CONSERVATION

Couper quelques tiges au ras du sol avec des ciseaux. Faire pour chaque espèce de petits bouquets liés avec un brin de coton.

Noter que le persil frais se conserve de nombreux jours debout dans un bocal de café soluble, par exemple, hermétiquement clos et rangé au bas du réfrigérateur.

SECHAGE

Suspendre les bouquets, tête en bas, sur une corde à linge, à la cuisine ou au grenier; il faut de la chaleur et de l’air. Quand le bouquet est sec, il est cassant.

Mettre des gants et frotter les bouquets secs entre les mains pour détacher les feuilles des tiges. Conserver les feuilles séchées dans de petits bocaux hermétiques.

Etiqueter  chaque bocal et écrire le nom de chaque espèce pour en faciliter l’utilisation. Placer les bocaux sur une étagère.

CONGELATION

Répartir les bouquets dans des sachets en plastique. (1 bouquet par sachet). Coller une étiquette sur chaque sachet et y inscrire le nom de la plante.

Coucher les sachets dans un bac à glaçons ou dans une boîte servant à la conservation des aliments au froid et mettre au freezer. Sortir juste au moment de l’utilisation le sachet nécessaire et remettre immédiatement le reste au freezer. Les feuilles décongelées non utilisées doivent être jetées.

 

plantesaromatiques1.jpg

 

 

 

 

 

 

Publié dans TOUT EN VERT ...... | 11 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant