• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 14 avril 2009

LA MYRRHE

Posté par eurekasophie le 14 avril 2009

myrrhersine.jpg 100 G de résine de myrrhe 

La Myrrhe est une gomme résineuse qui suinte naturellement du tronc de l’arbre, de la famille des Burseracées. Elle est ensuite distillée en huile essentielle. Elle fut utilisée par les Egyptiens sous forme de masque faciaux rajeunissants aussi bien que dans les processus de l’embaument. C’est une huile à base d’hormones et on prétend que c’est un tonique sexuel. On la mentionne dans l’Histoire Ancienne (vers 1700 avant J-C). Quand Joseph fut vendu par ses frères à la caravane des Ismaélites, leurs chameaux transportaient de la gomme, du baume et de la myrrhe vers l’Egypte.

Se mélange bien avec : le Camphre, la Lavande.

La distillation de la gomme donne une huile couleur jaune orangé, peu fluide, largement utilisée en parfumerie et cosmétique. Son parfum est agréable, camphré, épicé et chaud comme une odeur animale. L’H.E. extrêmement onéreuse, est fréquemment falsifiée avec du myristate qui la rend plus liquide. Lorsque l’H.E. tire vers le rouge brun, il y a de grandes chances que la gomme ait été distillée avec un solvant.

La variété Commiphora Myrrha donne également une H.E. à l’odeur plus médicinale et qui ne doit pas être utilisée pendant la grossesse.

myrrhearbre.jpg Arbre à myrrhe

 

Propriétés :

Tonique, stimulante, énergétisante, cicatrisante, antiseptique, antispasmodique, antiphlogistique (contrecoups), balsamique, pectorale, expectorante, astringente, anti-inflammatoire, vulnéraire, antiputride, sédative.

A une puissante action calmante et réconfortante sur l’âme et l’esprit.

Indications :

  ♣Circulatoire : hémorroïdes. 
  ♣Digestive : diarrhée, flatulence, maque d’appétit. 
  ♣Règles : leucorrhée. 
  ♣Tête : mauvaise haleine, ulcères de la bouche, muguet, aphtes, gingivites. 
  ♣Respiratoire : tous types d’excrétions, calme l’appareil respiratoire. Tuberculose, bronchites, toux. 
  ♣Peau : rafraîchissante, anti-inflammatoire, régénérante, ulcères, plaies, brûlures, vieillissement, mycoses. 
  ♣Divers : hémorragies utérines, accouchement (stimule les contractions).

Conseils d’utilisation :

Voie Externe : en massages, masques de beauté, fumigations, rinçages de la bouche, etc.

Autres propriétés :

D’après Mgr. C-R Payeur : La Myrrhe est en correspondance avec la Lune, pour certains Soleil-Saturne. Sa résine provient de plusieurs espèces d’arbrisseaux dont le plus commun est le balsamier, Balsomodendron Myrrha, originaire d’Arabie. Très recherchée par les anciens (Egyptiens, Grecs et Romains entre autres). En raison de son rapport étroit avec la Lune, les sages de la tradition judéo-chrétienne ont également accordé à la Myrrhe une place de choix, en l’associant le plus souvent à l’Oliban pour former un véritable couple aromatique aux propriétés complémentaires. L’Evangile selon saint Matthieu y fait allusion :  » Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa Mère, se prosternèrent et l’adorèrent ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors et lui offrirent en présent l’or (symbole de l’esprit), de l’encens (symbole du corps) et de la myrrhe (symbole de l’âme). « 

Du point de vue mystique, la Myrrhe favorise l’éveil intérieur de toutes les dispositions féminines, une expérience de réconciliation avec la mère et développe une plus grande sensibilité aux forces de la Vie qui circulent en soi.

Sur un plan psychologique, elle accentue la sensibilité et la permanence tout en éveillant en chacun de profonds sentiments maternels. Elle invite à protéger et à chérir toute vie et incite à la tendresse et à la disponibilité. Elle agit sur le système sympathique et sur toutes les fonctions psychiques involontaires. Elle est également renommée pour ses propriétés psychiques surtout en raison de son action sur la circulation de tous les fluides et plus particulièrement du sang et de la lymphe. Elle facilite ainsi les exercices de détente et de relaxation en augmentant l’efficacité des exercices spirituels où la force féminine de l’imagination est nécessaire.

Elle possède des propriétés purificatrices. En réalité, elle agit de manière toute particulière sur les énergies négatives issues de nos propres activités psychiques. Donne plus de densité aux pensées et aux émotions.

Publié dans "M**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LA MUSCADE

Posté par eurekasophie le 14 avril 2009

muscade.jpgmuscade2.jpg

 

Cette petite famille botanique comprend peu de genres et 380 espèces d’arbres
des forêts tropicales, surtout dans la région indo-malaise, le Sud-est asiatique et la Papouasie Nouvelle-Guinée.

Ce sont des arbres au feuillage toujours vert, aromatiques et possédant une sève colorée rose ou rouge. Le muscadier provient de l’est des Iles Moluques en Indonésie (Banda, Amboine).

La noix de muscade était déjà connue des Grecs et des Romains; les Arabes assuraient son commerce vers l’Europe moyen-âgeuse, en cachant soigneusement son origine géographique, de même que les Portugais puis les Hollandais qui essayèrent de garder le monopole de sa récolte. C’est seulement au début du 19 ème siècle que se sont développées des plantations industrielles en Malaisie, à Sumatra, à Grenade et dans les îles de l’océan Indien.

Le muscadier aime les sols volcaniques fertiles et les climats tropicaux sans saison sèche marquée; sa culture se confine actuellement à l’Indonésie et à Grenade aux Antilles.

Le fruit est une drupe de la taille et de la forme d’un gros abricot, constitué de plusieurs parties à usage distinct:

  • la chair, le péricarpe, s’ouvre en deux valves à maturité montrant à l’intérieur la noix de muscade proprement dite,
  • la noix est entourée d’un réseau charnu découpé, rouge orangé brillant, c’est le macis,
  • enfin une coque ligneuse peu épaisse protège l’amande c’est-à-dire la noix.

 COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPIETES

La teneur en huile essentielle du macis varie selon l’origine géographique, de 8% à Grenade à 12-13% en Indonésie; elle est majoritairement constitué de carbures terpéniques .

La chimie du macis est complexe: composés phénoliques (dérivés de l’eugénol), dérivés de la myristicine (fragransol, myristicanol), composés furaniques (fragransine).

L’huile essentielle de l’amande (5 à 15% du poids) est également composée de carbures terpéniques (sabinène, pinène, limonène), en faible quantité d’alcénylbenzènes (myristicine et élémicine 5 à 7ù) et d’eugénol (1 à 2%).

On trouve aussi un corps gras solide à température ordinaire, le beurre de muscade, riche en myristicine, qu’on extrait par pression à chaud.
L’huile essentielle est antibactérienne, antiaggrégant plaquettaire (voir lexique)(anti-inflammatoire). On pense que ces propriétés sont principalement dues à l’eugénol et l’isoeugénol ainsi qu’aux carbures terpéniques. La myristicine (voisine de l’apiol du persil) est toxique, stupéfiante, provoquant des troubles graves de type atropinique mais sans le myosis.
L’extrait méthanolique du macis est anti-inflammatoire.

UTILISATIONS 

La noix de muscade est d’abord une épice, à très faible dose, on en gratte un peu pour aromatiser les cocktails, la pâtisserie, certains plats cuisinés, elle présente alors des qualités stomachiques et carminatives (voir lexique);
Le macis est très utilisé en charcuterie et dans l’élaboration de sauces industrielles.
On se sert peu de la muscade en médecine occidentale; en aromathérapie, pour ses propriétés antibactériennes et une efficacité supposée dans la lithiase biliaire, on la propose dans les cholécystites aiguës et chroniques:
1 à 2g d’HE de muscade dans 125 ml d’alcool à 60 degré, 30 à 60 gouttes 3 fois par jour.

Traditionnellement on la prescrivait pour combattre le choléra, les vomissements, l’entérite et les menaces d’avortement (sic), mais plusieurs cas d’intoxication ont été décrits par ingestion de quantités pourtant faibles de noix
(5 à 15g).
La médecine Chinoise l’utilise également comme stomachique et antidiarrhéique.
La médecine ayurvédique emploie le macis pour ses propriétés digestives, carminatives et expectorantes (voir lexique).

On attribue traditionnellement des vertus aphrodisiaques à la noix et surtout au macis, exemple: liqueur du parfait amour du Dr J. VALNET :
2 litres d’eau de vie + 15g de cannelle + 40g de zeste de citron + 30 macis + sirop de canne;
laisser macérer 1 mois; 1 verre à liqueur par jour.

D’autres espèces de Myristica :
M. malabarica de l’Inde,
M. argentea de Papouasie
sont parfois vendues à la place de la vraie noix de muscade,
ils n’en possèdent ni l’odeur ni le goût.

Publié dans "M**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

My way …..un pastiche , Joyeux anniversaire !

Posté par eurekasophie le 14 avril 2009

 

 

 Claude François , Frank Sinatra , Nina Simone

Les 40 ans d’une chanson qui nous bouleverse toujours

 Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans MES VIDEOS........ | 4 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant