• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 avril 2009

LE LOTIER

Posté par eurekasophie le 3 avril 2009

lotier.jpg

 

Comment lire une taxobox Lotier corniculé
Lotus corniculatus
Lotus corniculatus
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Fabales
Famille Fabaceae
Genre Lotus
Nom binominal
Lotus corniculatus

 Voici enfin une belle plante qui n’est pas une mauvaise herbe. Comme elle pousse bien sur les terrains pauvres et comme elle contient beaucoup de protéines, on a intérêt à la cultiver.

C’est une plante basse, plutôt couchée, aux feuilles à 5 folioles, ovales, les basales ressemblant à des stipules.

Les fleurs jaunes ou jaune-orangé sont en petites têtes.

Lotier vient de lotos, un mot qui désignait plusieurs plantes chez les Anciens Grecs, dont le lotier corniculé. Corniculé vient de cornu qui signifiait corne, une allusion aux fruits de la plante qui ressemblent à de petites cornes.

Le lotier est une plante médicinale à action sédative, c’est un antispasmodique et en usage externe, un anti-inflammatoire.
On en tirait autrefois une teinture jaune

Parmi les écrivains français du XXe siècle, Marie Noël est l’un des meilleurs guides que l’on peut choisir pour une excursion au pays de ces fleurs des champs qui, pour elles, sont plus familières que sauvages. Voici le début d’un conte sur le lotier, appelé aussi sabot d’or.

«Connais-tu la fleur de lotier qu’on appelle aussi le « Sabot d’Or » ou le « Sabot de la Mariée » ? C’est une douce petite fleur jaune. Mais dans un champ de mon pays, sa corolle est tachée de rouge. J’ai demandé pourquoi à mon père, le botaniste. Il n’a pas su me le dire. Alors ma nourrice est venue et elle m’a raconté cette histoire

Dans le grand champ abandonné, derrière le mur du cimetière, celui où ne poussent plus que la folle herbe, l’oseille sauvage, le bâton du diable et les oreilles d’âne, un soir que la pie criait sur la tête ébranchée d’un saule, une mendiante qui passait par là fut prise des douleurs. Elle mit au monde une petite fille. Elle l’enveloppa dans son jupon, la coucha dans l’herbe et, comme elle était très fatiguée, elle pencha la tête et mourut.

La pie criait. Une vieille femme vint alors avec sa chèvre et elle s’arrêta dans le champ pour faire de l’herbe. La chèvre broutait de-ci de-là, et la vieille arrachait avec son couteau les séneçons et la traînasse. Sous le saule, elle trouva la morte et la petite qui pleurait. « Voilà du malheur, dit-elle. Pour la mère, le Bon Dieu et le fossoyeur s’en chargeront. » Mais elle emporta l’enfant dans son tablier.»Marie Noël, Contes, Stock, Reproduction canadienne, Paris 1944.

L’enfant grandira dans la pauvreté du corps et du coeur. Puis, dans une quête désespérée d’amour, pour rejoindre un passant qui ne l’a pas remarquée, elle marchera jusqu’à en mourir, ses sabots ensenglantés.

Publié dans "L**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 13 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LISERON

Posté par eurekasophie le 3 avril 2009

liserondeschamps1250500.jpg

 NOMS COMMUNS :
Grand liseron, Liset, Manchette de la Vierge ou de Notre Dame, Gobelet de Notre Dame, Clochette de la Vierge, Grande vrillée.
PRINCIPAUX CONSTITUANTS :
Tanins, glucosides (Jalapine), mucilages, sels minéraux, résine.
PARTIES UTILISEES :
La racine, les feuilles et sommités fleuries.

 DESCRIPTION :

Le Liseron est une plante herbacée au rhizome charnu et rampant donnant naissance à des tiges volubiles, atteignat 3 métres de longueur. Les feuilles sont ovales-triangulaires à sagitées, vert sombre sur le dessus, plus claires sur le dessous. A leur aisselle apparaissent, portées par de longs pédoncules, de grandes fleurs isolées, largement ouvertes en entonnoir, elles sont de couleurs blances, rosées ou bleues. Le fruit est une capsule globuleuse contenant 3 à 4 graines. C’est également une excellente plante mellifère et pollinifère. Commun en Europe, le Liseron abonde dans les brousailles humides, les fourées ripuaires, de la plaine à la montagne, jusqu’à 1500 métres.

CULTURE ET RÉCOLTE :

On le multiplie par les semences au printemps ou par repiquage des drageons. On récolte les feuilles et les sommités fleuries sur la plante à l’époque de la pleine floraison. On les fait sécher à l’ombre dans un lieu bien aéré, voire en séchoir à une température maximale de 40°C. Les racine se récoltent en automne. Les parties actives sont inodores et d’un goût âcre.

UN PEU D’HISTOIRE :

Convolvulus vient de convolvere, «s’enrouler», il s’enroule facilement sur des supports; sepium, «des haies».
On a surnommé la racine du Liseron le Boyau du diable tant elle s’enfonce profondément. Et cette mauvaise herbe fait souvent le desespoir des jardiniers, les plus avisés pourtant en récoltent les graines qu ‘ils bourrent dans leur oreiller. C’est, paraît-il un chasse-cauchemars très efficace.

Il est amusant de rapprocher et de comparer ce que deux médecins ont dit, à plusieurs siècles d’intervalles, à son sujet :
Pour Matthiole : « il semble que ce soit le coup d’essai de la Nature lorsqu’elle commençait à faire le Lis ».
Pour Georges Duhamel : « C’est un personnage terrible, sans scrupule; il rampe, il grimpe, il étouffe ceux dont il se sert ».

Ces deux jugements semblent mettre en avant le peu de sympathie dont cette plante jouissait. Néanmoins, elle aussi, peut être bénéfique à l’homme.

Dioscoride connaissait déjà ses énergiques propriétés laxatives et purgatives. Vous ne verrez d’ailleurs jamais un paysan machonner entre ses dents une fleur de Liseron : il sait ce qu’il l’attendrait.

Les médecins arabes du Moyen-âge employait ses racines contre la jaunisse. Un auteur du XIè siècle y voyait un remède contre les fièvres putrides et bilieuses.

Au cours d’expériences sur le Liseron, Brisemorel et Chevalier relevèrent la présence d’une matière résineuse fortement purgative.

USAGES :

En usage interne, le Liseron est surtout recommandé quand la constipation est la résultante de l’insuffisance hépatique. Le Liseron possède également des propriétés diurétiques et fébrifuge. Cependant, les effets drastiques font qu’il demeure aujourd’hui peu employé. En usage externe, pour mûrir « un clou », écraser quelques feuilles de Liseron entre les doigts et les appliquer sur le furoncle, il percera alors rapidement

INDICATIONS :- CONSTIPATION,
- TRANSIT INTESTINAL,
- FURONCLES

Publié dans "L**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 13 Commentaires »

LAURIER

Posté par eurekasophie le 3 avril 2009

 

Comment lire une taxobox Laurier sauce
Laurus nobilis
Laurus nobilis
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Magnoliidae
Ordre Laurales
Famille Lauraceae
Genre Laurus
Nom binominal
Laurus nobilis

Parlons cuisine

Quelle est l’utilisation des feuilles de laurier ?

 

Les feuilles de laurier s’utilisent fraîches ou séchées mais ces dernières perdent rapidement leur arôme.
Le laurier est le roi du bouquet garni et est utilisé pour les ragoûts, les marinades de viandes rouges, fonds, bouillons, potées, sauces, pour les courts-bouillons.
Glissé dans un bocal de riz, il y répandra son parfum.

Séchage
Cueillir de longues branches, bien feuillues, les lier en bouquets, sécher à l’ombre et suspendre.Conserver en bocal, au sec ou dans une boîte en fer.

 

Santé, régime

Quelles sont les propriétés des feuilles de laurier ?

Les feuilles de laurier sont aromatique, stomachique et calmant.
Son amertume favorise la sécrétion de la bile, et ses essences aromatiques ont des propriétés bactéricides.

Remède d’autrefois
Infusion des feuilles de laurier dans les cas de digestion difficile, le manque d’appétit ou contre la grippe.

En cosmétique
on préconise l’infusion de laurier comme eau de rinçage des cheveux pour luter contre les pellicules.
Une décoction de laurier à mélanger à l’eau du bain tonifie la peau et calme les douleurs

Publié dans "L**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant