DANS LES COULISSES……………

Posté par eurekasophie le 31 mars 2009

heordonnancier.jpg  

DANS LES COULISSES D’UNE OFFICINE : FABRICATION DES GELULES AUX HUILES

ESSENTIELLES

Des gélules aux huiles essentielles, puissamment efficaces, naturelles, dures avec les microbes, mais douces envers l’estomac ?Vous souhaitez faire réaliser une formule de gélules aux huiles essentielles à l’officine ? Deux possibilités :

- Vous indiquez au pharmacien celle que vous désirez :
«Je voudrais cette formule de gélules contre la grippe»

- Vous êtes muni de l’ordonnance de votre médecin, sur laquelle il a indiqué la préparation magistrale adaptée à votre cas.

Et après, que se passe-t-il au préparatoire, en officine ? Comment sont préparées vos gélules ?

Aller, suivez moi….

1) On inscrit à l’ordonnancier le numéro et la teneur exacte de la préparation. On calcule la quantité exacte nécessaire d’huile essentielle, qui déterminera la taille finale des gélules (il en existe des plus ou moins grosses). Puis on établit une fiche de préparation.

2) On sort le matériel: un pilon, un mortier pour mélanger l’huile essentielle à la poudre absorbante, une petite carte plastifiée pour remplir les gélules, et bien sûr, des gélules vides. La poudre, c’est l’excipient, qui « remplit » la gélule et nous permet d’avaler les HE sans aucun risque.


hemortier.jpgheflaconetgelules.jpghebalance.jpg

3) On pèse au milligramme près les huiles essentielles nécessaires à la préparation. Une machine spéciale contrôle la pesée et délivre un ticket, qu’il faut agrafer sur la fiche de préparation

4) On verse les les huiles essentielles dans le mortier, on recouvre de poudre absorbante, on mélange intimement. Puis on transvase le tout dans l’éprouvette pour mesurer le volume et vérifier que la quantité correspond bien à la demande du médecin.

hepreparation.jpghepilonetmortier.jpgheeprouvette.jpg

5) On répartit les gélules vides dans le gélulier. On les ouvre, on les garnit de la préparation, on les referme

hegelulier.jpg

6) On remplit le flacon de la patiente. On colle l’étiquette correspond à la préparation.

C’est fini.

heboite.jpg

Une formule de gélules anti-grippe aux huiles essentielles

25 mg de HE thymus thymoliferum (thym à thymol)

25 mg de HE cinnamomum verum (cannelle de Ceylan)

25 mg de HE origanum compactum (origan compact)

Avalez 2 gélules 3 fois par jour

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

2 Réponses à “DANS LES COULISSES……………”

  1. Anonyme dit :

    bonjour
    Merci de nous informer sur ce qui se passe avec les gélule qu’on avale ;) …;mais est ce que vous savez le nom de cette poudre absorbante?

  2. eurekasophie dit :

    Bonjour
    Merci pour votre commentaire….en ce qui concerne cette poudre absorbante :l’excipient, il en existe de toutes sortes voici ce que je vous ai trouvé.
    Le médicament est constitué d’un (ou plusieurs) principe(s) actif(s) et de substances d’emballage (les excipients) qui vont conférer à la drogue finale des qualités de stabilité, forme, dissolution, ciblage, goût, couleur, esthétique, etc. [1] Ces substances identifiées dans les formules dans leur ordre pondéral sont extrêmement variées.

    Les excipients participent pleinement au mode d’action du médicament. Sans excipient, pas de médicament. L’art de la mise en forme médicamenteuse, c’est la galénique. Les excipients sont donc des substances associées étroitement aux principes actifs des médicaments qui :

    * devraient avoir une innocuité parfaite, en tout cas dans la gamme des concentrations utilisées en galénique. Celles-ci ne devraient pas déboucher sur une quelconque toxicité. En fait un certain nombre d’excipients sont réputés à effet notoire dû souvent à des phénomènes allergiques ou des intolérances individuelles (insuffisance enzymatique par exemple) ;
    * stabilisent un principe actif (les liants, les diluants, les conservateurs) ;
    * le solubilisent (par ex.. substance hydrophobe dans une huile ou une émulsion) ;
    * permettent une dissolution correcte et ciblée (les délitants), par exemple dans un verre, dans l’estomac ou plus avant dans le tube digestif) ;
    * lui donnent une forme (gélule, suppositoire, gel, gouttes, liquide, etc.) en rapport avec le mode d’administration (per os, injectable (SC, IV, IM), transcutané, etc.) ;
    * peuvent lui donner une sapidité nécessaire (par ex. les édulcorants), quand le goût du principe actif est ‘extrême’, ou pour faciliter un usage pédiatrique ;
    * permettent le ciblage ;
    * modifient la biodisponibilité, la demi-vie ;
    * etc.

    Leur insertion dans les médicaments répond donc la plupart du temps à des considérations médicamenteuses proprement dites.

    J’espère que cela répondra en partie à votre question.
    Cordialement
    Sophie

Laisser un commentaire