• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 26 mars 2009

BONNE SOIREE

Posté par eurekasophie le 26 mars 2009

dimanche141.gifdimanche34.gif

 

 lignebarre2.giflignebarre2.giflignebarre2.gif

dimanche133.gifdimanche39.gif dimanche133.gif

 

lignebarre2.giflignebarre2.giflignebarre2.gif 

 

 

dimanche191.gifdeco10.gif

Publié dans MES IMAGES | 4 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LE MODE D’UTILISATION DES HUILES ESSENTIELLES

Posté par eurekasophie le 26 mars 2009

arrireplanplantes.jpg

 

LE MASSAGE

Les huiles essentielles ont un excellent pouvoir pénétrant; utilisées sur le corps entier, elles agissent de manière très puissante.

Pour simplifier , la dilution pour un massage du corps entier se fera en général ainsi: 15 gouttes d’HE pour 30 ml de support, 30 à 40 gouttes pour 50 ml. N’utilisez pas plus de 3 sortes d’huiles essentielles . Employez-les en sinergie, c’est-à-dire optez pour des associations grâce auxquelles leurs vertus sont bonifiées.

z Les huiles essentielles dermocaustiques doivent être plus diluées que les autres. Si vous désirez masser le corps avec une huile réputée être dermocaustique, diluez l’huile essentielle à hauteur de 10%  ( 10% d’huile essentielle pour 90 % d’huile de support) ou 5 % (5% d’huile essentielle pour 95 % d’huile de support.).

z Pour les HE suivantes, légèrement irritantes: diluez à 10 % pour un massage du corps entier, à 30-40 % pour un massage localisé.

  • Ache des montagnes : levisticum officinalis

  • Ail: allium sativum

  • Ajowan: trachyspermum ammi

  • Basilic CT thymol: ocimum gratissimum thymoliferum

  • Baume du Pérou: myroxylon balsamum pereirae

  • Cannelier de Ceylan CT eugénol: cinnamomum verum eugenoliferum

  • Cannelier de Chine: cinnamomum cassia

  • Cannelier   » écorce de cannelle du Vietnam » Cinnamomum loureirii

  • Citronnier « zestes de citron » : citrus limon

  • Clocimum: ocimum gratissimum eugenoliferum

  • Cumin: cuminum cyminum

  • Giroflier: eugenia caryophyllus

  • Hernandia: hernandia voyronii

  • Lemongrass: cymbopogon flexuosus—-cymbopogon citratus

  • Livèche: levisticum officinalis

  • Oignon : allium cepa

  • Origan à inflorescences compactes: origanum compactum

  • Origan d’Espagne : corydothymus capitatus

  • Origan de Grèce à carvacroi: origanum heracleoticum carvacroliferum

  • Panais: pastinaca sativa

  • Romarin officinal CT camphre: rosmarinus officinalis camphroriferum

  • Sarriette des jardins: satureja hortensis

  • Sarriette des montagnes: satureja montana

  • Serpolet: thymus serpyllum

  • Thym saturéoïde: thymus satureoides

  • Thym vulgaire CT thymol: thymus vulgaris thymoliferum

  • Verveine citronnelle: lippia citriodora

z Pour les HE très dermocaustiques: 1 ml d’HE pour 9 ml d’huile de support. Elles ne sont pas recensées ici, seul un spécialiste peut juger utile de les employer. La précaution à prendre est de faire un test sur une petite zone cutanée à un endroit où la peau n’est pas fragile.

LA FRICTION

La friction est un geste plus vigoureux: il ne faut pas plus de 20 mn pour qu’une HE appliquée sur la peau se retrouve dans le sang, dans la lymphe et soit présente sous formes de traces dans l’urine. Une HE agit sur des organes même assez éloignés de l’endroit frictionné. C’est dire la puissance de ce mode de traitement.

Point n’est besoin d’être malade pour se faire une friction aux HE: bien au contraire ! Les HE vont aider l’organisme à éliminer les toxines. Vous allez retrouver une meilleure santé, du tonus ou encore une sensation de paix intérieure en fonction de l’huile avec laquelle vous vous frictionnez. Les HE pour les frictions sont les mêmes que celles employées pour les massages. vous pouvez utiliser soit une seule huile, soit une combinaison de plusieurs huiles essentielles.

z La friction se fait avec les mains: mettez un peu de mélange dans le creux d’une de vos mains, frottez-la contre l’autre pour répartir le produit puis massez les zones. N’oubliez pas de bien vous laver les mains après usage.

z Les zones de friction dépendent du but recherché:

  • pour remédier à une digestion difficile ou favoriser la digestion, un passage sur l’estomac, la zone du plexus solaire, le ventre est indiqué.
  • pour une bonne vitalité, le matin, vous pouvez frictionner le plexus solaire, la nuque, le bas de la colonne vertébrale.

L’ONCTION

Cette technique est la plus douce des méthodes car elle consiste simplement à répartir délicatement les huiles essentielles à des endroits bien localisés, come sur des points d’acupuncture ou sur de petites zones.

z Pour calmer, apaiser, détendre rapidement, on déposera un mélange d’HE relaxantes sur le plexus solaire, sous le sternum: cette application équilibrera le système nerveux. Cet endroit étant le siège des émotions, les HE diminueront le stress, l’anxiété, toute émotion négative, qui perturbent le bien-être.

z Pour améliorer les fonctions digestives, ce sera la région de l’abdomen sur lequel on agira avec des HE appropriées. Une onction sur l’abdomen active le foie, estomac, pancréas, vésicule biliaire et intestins.

z En cas de gros stress ou d’angoisse, une onction au-dessus des reins est recommandée.

LA REFLEXOLOGIE

Les extrémités du corps, mains et pieds, sont parcourus par des canaux énergétiques que l’on retrouve dans tout l’organisme: en massant ce que l’on nomme les zones réflexes situées sur ces extrémités, nous pouvons relancer l’énergie vitale dans tout notre corps. Dans chaque main et chaque pied, nous trouvons la correspondance d’un organe: en massant  une ou plusieurs zones précises, nous améliorons l’état de cet organe sans y toucher directement: utiliser des HE lors d’une séance de réflexologie potentialise le soin. Les organes correspondant aux zones massées seront mieux irrigués et régénérés. Vous pouvez masser les zones réflexes de vos mains et de vos pieds pour vous détendre, stimuler l’organisme, améliorer votre état de santé général, ou encore agir sur un organe précis.

Pour que vous puissiez recourir à cette thérapie merveilleuse, voici ci-dessous, les zones réflexes des mains et des pieds et les organes qui y correspondent.

cartereflexologieplantaire.jpg

 

 

 

 

 

 

maingauche.jpgmaindroite.jpg

 

 

 

LE BAIN

Le dosage recommandé pour un bain est de 10 gouttes au maximum mélangées dans du Disper car les HE ne se dissolvent pas dans l’eau. Prenez un premier bain en commençant avec 4 ou 5 gouttes d’HE seulement pour tester votre réaction au produit. Certaines personnes supportent jusqu’à 10-15 gouttes, d’autres moins. L’huile essentielle de basilic par exemple est très puissante et il suffit de quelques gouttes dans le bain pour purifier le corps.

h Quelques conseils préalables à la mise en pratique

Avant d’utiliser une HE , prenez connaissance des recommandations inscrites sur l’emballage. L’absorption par voie orale d’une HE comporte des dangers: respectez les dosages recommandés dans ces articles et n’employez pas par voie orale des HE  si vous souffrez de problèmes de muqueuse ou de bouche.

Certaines HE  sont contre-indiquées aux femmes souffrant d’un cancer du sein, des ovaires ou de l’utérus, ou encore atteintes d’un fibrome. Les HE  seront stockées à l’abri de la chaleur et de la lumière, dans un endroit inaccessible aux enfants.

Publié dans Non classé | 5 Commentaires »

LA SANTE PAR LES HUILES ESSENTIELLES

Posté par eurekasophie le 26 mars 2009

arrireplanplantes.jpg

 

 Les Huiles Essentielles peuvent vous aider à guérir de nombreuses affections qui ne

nécessitent pas toujours la consultation d’un médecin; pour des pathologies plus lourdes, il est

recommandé de faire appel à un spécialiste.

a Les indications données ici peuvent être légèrement modifiées. Certains remèdes associent plusieurs huiles essentielles afin d’en optimiser les effets pour une guérison plus rapide. Toutefois, sachez que ces conseils sont avant tout des suggestions; vous pouvez très bien n’utiliser qu’une seule huile essentielle. Il est important de ne pas prendre par voie orale des HE qui ne conviennent pas pour ce type de médication.

a Bien que le nombre de gouttes soit indiqué, retenez le principe simple:

Pas plus de 10 à 15 gouttes (au grand maximum) pour un bain, en général un maximum de 3 à 9 gouttes quotidiennement pour une prise orale. Si vous ne possédez pas un support de dispersion tel le Disper, diluez les HE dans un peu de savon liquide ou de mousse de bain.

a Les recommandations de quantité pour les massages sont données dans l’article précédent.

a Les huiles de massage conseillées ont été choisies en fonction de leurs actions bénéfiques sur le traitement des symptômes. Sachez qu’elles peuvent être remplacées par toute huile de support si vous ne possédez pas cette huile spécifique sous la main. A quelques exceptions près ( lavande, notamment), ne pas utiliser une huile essentielle pure sur la peau.

POUR RESUMER

a L’huile d’arnica sera utilisée pour apaiser les tensions musculaires.

a L’huile de calendula, l’huile d’onagre: pour le traitement des peaux eczémateuses.

a L’huile de calophylle: pour traiter les problèmes de tendons et d’articulations.

a L’huile de millepertuis: pour combattre les douleurs dorsales, cervicales ou musculaires.

 

Publié dans QUELQUES HUILES ESSENTIELLES | 2 Commentaires »

PELARGONIUM

Posté par eurekasophie le 26 mars 2009

plar2.jpg                                                    plar.jpg

 

 

Fiche technique du

Comment lire une taxobox Pélargonium
Pelargonium graveolens
Pelargonium graveolens
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Geraniales
Famille Geraniaceae
Genre
Pelargonium
L’Hér. , 1789
Classification phylogénétique
Ordre Geraniales
Famille Geraniaceae

Géranium robert

  

Nom latin : Pélargonium

Noms usuels : Herbe à Robert, Herbe à l’esquinancie, Bec de grue, Géranion, Fourchette du diable

Famille : Géraniacées

Le géranium , une essence de toute beauté.
Il existe en effet dans la nature deux plantes très semblables, tant par les la forme de leurs feuilles que par les couleurs de leurs fleurs; l’une est appelées géranium ( Géranium macrorhizum, généralement sauvage, appartenant à la famille des géraniacées), et l’autre, pélargonium,(ou Pelargonium capitalum, géranium parfumé), est issu de la même famille.
Le terme « parfumé » fait toute la différence entre ces deux espèces : si le géranium n’exhale aucune senteur particulière, le pélargonium, en revanche, est connu pour sa douce fragrance.
Pour apprécier pleinement son parfum, il convient toutefois d’agiter légèrement ses branches.
Fait rarissime en botanique, étrangeté de la nature, le pélargonium possède des senteur différentes selon ses variétés : les feuilles du pélargonium fragrans exhalent une subtile odeurs de pins; celle du pélargonium crispum, dit également Prince of Orange, celle du pélargonium graveolens sentent la rose, ainsi que celles du pélargonium odoratissimum, mais en plus fin et plus délicat; enfin celle du pélargonium quercifolium dégagent de puissant effluves balsamiques, qui rappelant ceux de sous bois.
Les jardiniers amateurs sachant distinguer les géranium des pélargoniums sont rares.
D’ailleurs toutes les plante cultivées aujourd’hui sont issues de l’espèces pélargonium.
la plupart des pélargoniums de jardin sont de type inquinans, tandis que ceux disposés sur les balcons sont de types peltatum caractérisé par des branches tombant en cascades et des feuilles semblables à celles du lierre
Dans un souci de simplicité on utilise le terme géranium pour désigner indistinctement les deux sous-espèces
Les feuilles des géranium servent à aromatiser certaines confitures et boissons estivales, tandis que leurs fleurs fournissent une huiles essentielles excellente, employée en parfumerie pour rehausser la fragrances des essences masculines, en cosmétique pour fabriquer des crèmes permettant de lutter efficacement contre l’excès de sébum de l’épiderme et en aromathérapie pour confectionner des huiles destinées aux massages relaxant .
L’huile essentielles de géranium est utilisée en médecine pour ses vertus anti-inflammatoire et antiseptique, mais aussi pour la régulation de l’activité hormonale. les espèces les plus souvent employées sont dites graveolens et roseum
Selon le langages des fleurs utilisé au XIXe siècle, le géranium de couleur :
rouge sombre était synonyme de mélancolie
le rouge clair exprimait le réconfort,
le rose la préférence
le géranium à feuilles vert sombre était synonyme d’amitié sincères

l’huile essentielles de géranium est facile à trouver
diluer dans quelques gouttes d’huiles d’olives(3 gouttes de HE dans 10 de HV d’olives) elle soulage les démangeaisons
elle permet aussi de réaliser des massages relaxant euphorisant ou toniques, diluer 3 gouttes de HE de géranium dans une cuillère à soupe d’huile d’amande douce
2 gouttes d’HE géranium diluées dans une quantité égale d’huile d’olives sont un excellent remède pour aider à la cicatrisation rapides des plaies légères, dans l’attente de soins plus appropriés

Publié dans "P**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 12 Commentaires »

GARANCE

Posté par eurekasophie le 26 mars 2009

garance.jpg

Garance des teinturiers
Rubia tinctorum
Rubia tinctorum
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Rubiales
Famille Rubiaceae
Genre Rubia
Nom binominal
Rubia tinctorum
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Gentianales
Famille Rubiaceae

 

 

 

Nom latin : Rubia tinctorum

Noms usuels : Rouge des teinturiers


Famille :
Rubiacées

Voilà une plante connue depuis des millénaires !

Ce sont ses propriétés tinctoriales qui ont fait sa réputation. Déjà les Gaulois s’en servaient en la mélangeant à une autre plante pour obtenir du violet. La teinture obtenue avec la Garance a longtemps servi à teindre les uniformes des soldats du XIXe siècle. Le rouge garance était alors bien connu. Hélas, comme beaucoup de teintures naturelles, elle a fini par être remplacée par des produits chimiques.

Dans la Garance, on trouve des hétérosides anthraquinoniques.

La Garance peut atteindre une hauteur de 1 m. C’est une plante vivace, grimpante, ramifiée dont les feuilles longues et vertes sont groupées par six. Ses fleurs jaunes fleurissent de Juin à Août, elles sont petites, groupées et poussent à l’aisselle des feuilles. Les baies de la Garance sont de couleur noire.

Cette plante pousse en Europe méridionale jusqu’à 1000 m d’altitude. Elle se plaît dans les sols calcaires. 

Propriétés et utilisations de la Garance

PROPRIÉTÉS DE LA GARANCE

Diurétique, cholérétique, laxative, astringente.

UTILISATIONS DE LA GARANCE

Constipation, accouchement, règles.

En décoction 10 g pour un litre d’eau ; 2 tasses par jour.

Publié dans "G**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

UN PEU PLUS SUR LA GARANCE

Posté par eurekasophie le 26 mars 2009

 

 

 

LAgarance0.jpg             TEINTURIERS

GARANCE DES

La plante et son histoireLe pigment garance a longtemps été extrait d’une plante éponyme La garance (rubia tinctorium) est une herbe vivace rubiacée (environ un mètre de hauteur) dont le rhizome (80 cm de profondeur au maximum) contient une substance puissamment colorante qui donne aux moutons qui la consomment l’aspect de fauves barbouillés de sang. Curieusement, elle teinte même les os des êtres qui s’en nourrissent (y compris le bec et les pattes des oiseaux) ainsi que le lait.

Sa fleur est d’un blanc jaunâtre (floraison de mai à juillet), ses fruits sont de petits « pois » noirs. Elle pousse sur les sols très riches mais sa racine n’est extractible que lorsque le terrain présente en plus la caractéristique d’être très léger.

Le terme alizarine désigne selon les sources tantôt la racine, tantôt le colorant que celle-ci contient et qui se situe dans l’aubier.

garancefleur.jpg

Peut-être née en Perse, la garance a été utilisée pour teindre des textiles dès 2000 BC dans une zone originelle élargie : en Inde, en Palestine, en Égypte et chez les Scythes au IVème siècle BC. Ne pouvant être cultivée avec les moyens de l’époque dans la plupart des autres régions du monde (sauf exceptions, par exemple en Australie où elle fut utilisée localement pour la peinture traditionnelle), elle a été l’objet d’un commerce intense (exemple : présence de garance dans une tombe norvégienne du VIIIème siècle BC ou dans le Japon médiéval, à Pompéi, etc.) car sa beauté et sa tenue étaient très recherchées tant pour la teinture que pour la peinture et l’écriture (encres).

Tardivement, la Hollande s’est spécialisée dans cette culture. Elle n’est apparue en France que dans les années 1760 (Avignonnais, Alsace).

Il n’est pas exclu que les pantalons garance des soldats de la 1ère guerre mondiale aient été teints avec une garance probablement synthétique fabriquée en région alsacienne, c’est-à-dire allemande à cette époque.

Parmi les colorants végétaux, la garance est l’un des plus permanents, surtout en tant que teinture.

Elle faisait partie des teintures dites « bon teint » et permettait également de colorer le cuir (mordant typique : alun). L’alun apparaît d’ailleurs assez souvent dans les recettes, y compris en peinture.

Extraction

Le prix relativement élevé de la garance était dû notamment à la difficulté du travail d’extraction. Le labeur était rude dans les garancières : il fallait deux hommes pour extirper la racine de la plante. Celle-ci était ensuite séchée au soleil, séparée de son écorce, battue et broyée par des moulins puis tamisée. La qualité du produit obtenu dépendait de la quantité d’écorce restante (une grande quantité donnait une qualité dite « robée », mauvaise).

Puis, une opération d’hydrolyse est réalisée afin de débarrasser les glycosides de leur sucre. D’autres traitements suivent et il existe différentes méthodes.

La garance contient en effet une importante quantité de produits colorants, de famille anthraquinonique.

Un point important doit être signalé : la quantité de composés anthraquinoniques que contiennent les racines de garances est extrêmement variable en fonction de facteurs tels que l’âge de la plante, sa variété et la nature des sols. Sans parler du traitement appliqué qui est déterminant : s’agit-il de destiner le colorant à la teinture ou à la peinture, de le conditionner avec quels mordants et quels agents réactifs, de quel « robage » initial s’agit-il. Nous avons pris l’habitude d’une garance industrielle elle-même hétérogène, mais le traitement traditionnel l’est encore davantage, partant d’un individu moins contrôlable : la plante.

Pour teindre un tissus, il fallait ajouter à « l’alizarine » obtenue du calcaire (craie) et de l’alun, jouant le rôle de mordant. Mais de nombreuses variantes sont envisageables.

garancepigment.jpg

Synthèse et imitations

En 1826, la composition de l’alizarine est identifiée. En 1869, Graebe et Liebermann parviennent à créer une alizarine synthétique – non une imitation. C’est la ruine pour tous les producteurs de garance naturelle, la fortune pour les industriels.

Le produit de synthèse créé est anthraquinonique.

Aujourd’hui, un mélange de quinacridone et de dikéto-pyrrolo-pyrrole (PR206) est proposé comme substitut permanent de la version dite « cramoisie »  (alizarin crimson en anglais), très courante en peinture aquarelle notamment.

Toxicité

Concernant l’alizarine de synthèse et la garance, leur nocivité est très faible (problèmes digestifs de courte durée). Les imitations communes ne sont pas non plus signalées comme particulièrement agressive généralement, mais il peut exister des exceptions.

La garance véritable aurait même réapparu sous la forme de colorants alimentaires.

Le pigment et son emploi en peinture

La garance en tant que pigment à peindre est généralement déclinée aujourd’hui en trois principales teintes :

* la garance rose (d’aspect tantôt blanchâtre, tantôt très transparent, de composition variable)

* la garance foncée (une couleur de référence sur la palette)

* la garance cramoisie (en anglais alizarine crimson), aux riches nuances sombres, très utilisée pour l’aquarelle.
Les cramoisis du passé, réputés violacés, ne ressemblent probablement pas à ceux du présent, souvent brunâtres (ils contiennent parfois un
PBr) et d’ailleurs fort beaux. C’est Bourgeois qui a créé cette couleur dès 1816, souhaitant la substituer au carmin de cochenille.

Une quatrième variété est proposée par certains fabricants (qui ne spécifient pas sa composition) : un soi-disant « rouge de garance », en fait un curieux rouge curieusement orangé que nous ne mentionnons que pour mémoire.

Garances et laques de garance sont un même produit de base, transparent par nature, que l’on peut rendre encore plus transparent à l’aide d’une charge incolore neutre pour lui conférer l’appellation de laque. Dans tous les cas, ces produits sont largement utilisés en glacis. Ils peuvent embellir, voire magnifier des rouges, des violets, des bleus, etc.

Dans un lointain passé, on a utilisé la garance et le kermès pour compenser le vieillissement de couleurs rouges fugaces comme le cinabre. Tandis que celui-ci s’assombrissait, la garance, posée par-dessus et le protégeant, s’éclaircissait doucement.

Publié dans "G**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant