• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 25 mars 2009

GAILLET

Posté par eurekasophie le 25 mars 2009

gaillet2.jpg

Nom latin : Gallium verum

Noms usuels : Caille lait jaune

Famille : Rubiacées

Comment lire une taxobox Gaillet gratteron
Galium aparine
Galium aparine
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Rubiales
Famille Rubiaceae
Genre Galium
Nom binominal
Galium aparine
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Gentianales
Famille Rubiaceae

Une bien jolie légende est attachée au Gaillet puisqu’en Grande Bretagne on lui a donné le nom de « Paille du lit de Notre Dame ». En effet un brin de Gaillet se serait trouvé mêlé à la couche d’herbes de la Vierge Marie.

Cette plante a des propriétés qui permettent de faire cailler le lait et même le sang.

Le Gaillet est connu également pour la couleur et le goût qu’il confère au fromage de Chester.

Cette plante renferme de la vitamine C, des acides et des lipides.

C’est une plante vivace qui peut mesurer jusqu’à 80 cm de hauteur. Sa tige est fine, ses feuilles linéaires, brillantes dessus et cotonneuses dessous. Ses fleurs jaunes serrées les unes contre les autres au sommet de la tige fleurissent de Juin à Septembre. Elle porte de petits fruits lisses. Son odeur n’est pas sans rappeler celle du miel.

Le Gaillet pousse en Europe et jusqu’à 2500 m d’altitude. On le rencontre sur les bords des chemins ou dans les champs. Cette plante est absente des régions méditerranéennes

PROPRIÉTÉS DU GAILLET

Diurétique, vulnéraire, cholagogue, antispasmodique.

UTILISATIONS DU GAILLET

Épilepsie, dartres, diurèse.

PHYTOTHÉRAPIE

Consultez votre pharmacien ou votre médecin pour toute médication

Publié dans "G**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

BON MERCREDI

Posté par eurekasophie le 25 mars 2009

mercredi.jpg                                          lignepotdetoilette1.gif    

 

dcor1.jpgmercredi1.gifdcor1.jpg

 

 

    lignetrain.gifmercredi2.jpg

 

mercredi5.jpg                                                       lignechat2.gif

 

jouets2.gifjouets1.gifmercredi3.jpgjouets2.gifjouets1.gif

Publié dans MES IMAGES | 6 Commentaires »

RECETTE A BASE D’ALGUES

Posté par eurekasophie le 25 mars 2009

alguesrecettes.jpg

Lieu jaune en croûte de sel et d’algues 

 

Préparation : 40 mn
Cuisson : 15 mn
Repos : 0 mn
Temps total : 55 mn
Pour 2 personnes :

  •   2 pièces de 120 g de lieu jaune avec la peau
  •   100 g de crevettes grises
  •   jus de 1/2 citron
  •   250 g de farine
  •   125 g de sel
  •   10 g d’algues déshydratées
  •   2 blancs et 1 jaune d’œuf
  •   20 g de beurre
  •   2 dl de crème liquide
  •   1 filet d’huile d’olive
  •   1 verre de fond blanc ou de fumet de poisson
  •   1 pointe de couteau de piment de Cayenne
  •   sel et poivre
    • Préparation

    1. 1     Pâte de sel :Mélanger 250 g de farine tamisée avec 125 g de sel, 10 g d’algues déshydratées et 2 blancs d’œuf, incorporer petit à petit 1 verre d’eau (la quantité d’eau dépend de l’absorption par la farine) sachant que la pâte doit être bien homogène et se détacher facilement des doigts.
    2. 2     Etendre soigneusement cette pâte de 3 à 4 mm d’épaisseur sur le plan de travail. Puis mettre l’abaisse sur une plaque de cuisson, la détailler en 4 morceaux.Préchauffer le four à 200°C, en position ventilée de préférence.
    3. 3     Saler et poivrer 2 morceaux de lieu jaune sur chaque face. Disposer chaque lieu jaune sur un morceau de pâte, les badigeonner d’une fine pellicule d’huile d’olive, puis les recouvrir d’un second morceau de pâte, bien souder les bords et les replier si nécessaire afin de parfaire leur présentation. Les réserver sur la plaque de cuisson.
    4. 4     Dorer les carrés de pâte de sel avec un jaune d’œuf à l’aide d’un pinceau. Glisser la plaque dans le four et compter 20 minutes de cuisson à 200°C.
    5. 5     Beurre de crevettes grises :

      Chauffer 20 g de beurre dans une casserole, ajouter 100 g de
      crevettes grises, les faire suer, puis mouiller avec 1 verre de fond blanc, donner 1 bonne ébullition, puis incorporer 2 dl de crème liquide, porter à frémissement et laisser cuire 10 minutes.Transvaser le tout (crevettes comprises) dans le bol d’un mixeur, ajouter une pointe de couteau de piment de Cayenne et le jus de 1/2 citron jaune, bien mixer, saler légèrement et poivrer, puis filtrer la sauce.  

    6. 6     Dresser :

      Oter la croûte de sel devant les convives, présenter le beurre de
      crevettes dans une saucière, servir et déguster avec une semoule de blé agrémentée de quelques légumes.
    Pour finir… Il est possible de réaliser cette préparation 1 à 2 heure à l’avance, dans ce cas mettre au réfrigérateur.

    Publié dans ALGUES ET RECETTES | 8 Commentaires »

    GENEVRIER

    Posté par eurekasophie le 25 mars 2009

    genevrier.jpg

     

    SON NOM

    Comment lire une taxobox Juniperus communis
    Genévrier commun
    Genévrier commun
    Classification classique
    Règne Plantae
    Division Pinophyta
    Classe Pinopsida
    Ordre Pinales
    Famille Cupressaceae
    Genre Juniperus
    Nom binominal

    « Genièvre » est une francisation du poitevin « genèvre », issu du latin juniperus. Comme aucune de mes incontournables sources ne semble savoir ce que signifie juniperus, il a bien fallu que je tire mes propres conclusions… Donc, Juni- viendrait peut-être de Junon, déesse-reine et déesse de la fécondité qui préside aux mariages et aux accouchements, protectrice, dit-on, des femmes mariées et des accouchements légitimes. On ne sera pas étonné, dès lors, d’apprendre que le genévrier a été employé pour faciliter le travail de l’accouchement. Quant au suffixe -perus, il pourrait venir de pera, mot latin qui signifie « petit portefeuille », ou encore, « petite besace ». Pourquoi ce terme? Un euphémisme, peut-être, pour désigner le ventre de la femme enceinte, est-ce que je sais, moi? « Besace de Junon », c’est peut-être pas ça du tout, mais ça sonne joli, non?

     

    ET CA SE MANGE ?

    Les jeunes pousses tendres peuvent être ajoutées aux salades. Quant aux jeunes pousses séchées, elles constituent un excellent thé. Ce sont cependant les baies que l’on consomme généralement. Comme elles ont pour effet d’atténuer les saveurs fortes du gibier à poil ou à plumes, elles accompagnent depuis longtemps ces aliments. Avant de rôtir la viande, on la fait bouillir dans un bouillon auquel on a ajouté des feuilles de laurier, du citron et quatre à six baies de genièvre. Par ailleurs, pour rafraîchir l’haleine, il n’y a rien de mieux que de croquer une ou deux baies fraîchement cueillies. Leur saveur prononcée de conifère étonne tout d’abord, mais on s’y fait très rapidement.

    En Europe, on fabrique une bière que l’on prépare en faisant germer de l’orge que l’on fait ensuite sécher au four et que l’on met à fermenter pendant une semaine avec des baies de genièvre. Les Amérindiens en faisaient également une boisson alcoolisée, sans apport d’orge toutefois. En outre, elles ont servi et servent encore à aromatiser divers alcools, le gin notamment, qui tire son nom de la plante, et le schiedam, une eau-de-vie que l’on consomme aux Pays-Bas, en Belgique et dans le nord de la France.

    Traditionnellement, on prépare la choucroute avec les baies de genièvre, car elles étaient censées en faciliter la digestion. Dans Documents associés, vous trouverez une recette de choucroute maison.

    ET CA SOIGNE QUOI ?

    Les indications thérapeutiques du genévrier sont nombreuses, ce qui n’est pas étonnant, car son emploi remonte à l’Égypte antique, voire avant, et il a persisté à travers les siècles sans jamais défaillir.

    Les baies sont particulièrement utiles pour soigner l’arthrite, la goutte et toutes les maladies rhumatismales. D’ailleurs, à cet égard, la cure de genièvre est à l’automne ce que la cure de pissenlit est au printemps. Il s’agit d’un traitement fort connu en Europe. Il semblerait qu’à la longue, cette double cure ait pour effet d’augmenter la mobilité des membres ou des parties atteintes, et d’atténuer leur raideur tout en limitant le risque de formation de nouvelles lésions. Toutefois, le traitement n’est efficace que lorsqu’on lui reste fidèle et qu’on le suit année après année.

    Le genévrier est en outre un bon tonique pour les enfants fragiles, sujets au mal de gorge et au rhume, en plus d’être un expectorant doux. Avec les baies, on fait traditionnellement un sirop qu’on peut leur administrer matin et soir.

    Bon stomachique, il facilite la digestion des mets lourds, notamment les plats gras, le chou et les haricots.

    On l’a également pris pour combattre le diabète et des études plus récentes semblent confirmer cette indication puisqu’on a observé qu’il abaissait les taux du glucose sanguin. Une action antiplaquettaire et vasorelaxante a en outre été observée à la suite de l’administration d’un des composés de l’huile essentielle d’une variété de genièvre.

    Il faut toutefois éviter de prendre du genièvre durant la grossesse, car c’est un stimulant utérin. Par contre, comme on l’a dit plus haut, il facilite l’accouchement. On pourra donc le prendre sans crainte durant le travail.

    Quelle que soit l’indication, on recommande généralement de se limiter à des cures de tout au plus six semaines, la plante étant, à long terme, un irritant rénal.

    On prend les baies en infusion à raison de 20 g à 30 g par litre d’eau. Infuser dix minutes. Prendre trois tasses par jour. On peut aussi les moudre et les absorber avec de l’eau, à raison de cinq à dix baies par jour.

    Jetez une bonne poignée de baies moulues dans l’eau chaude du bain. C’est supposé être génial pour soigner les rhumatismes. Pour renouveler l’air de la maison, faites brûler quelques baies dans une assiette métallique ou directement sur le rond du poêle, en veillant, naturellement, à ne pas mettre le feu à la chaumière.

    Publié dans "G**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

    RECETTE: le vin de genièvre

    Posté par eurekasophie le 25 mars 2009

    vins4.jpg

     

    Ingrédients du vin pour 10 personnes  ( grosse quantité )

  • 50 kilos de baies de genièvre
  • 5 kilos de miel
  • 2 kilos de levain de farine
  • 100 litres d’ eau
  • Préparation de la recette du vin « Vin de genièvre »

    Préparez la recette du vin Vin de genièvre directement en bouteilles. Concassez les baies de genièvre sèches. Les mélanger avec le miel et le levain. Mouillez avec l’eau chauffée. Versez le tout dans une cuve, Mélangez bien et remuez pendant une heure. Couvrez la cuve. Laissez fermenter à une température d’au moins 25°c. Lorsque la fermentation est achevée et que le vin est devenu limpide, soutirez le en fût et laissez le reposer pendant 1 mois dans une cave fraîche. Soutirez à nouveau. Conservez dans un fût bien plein et mettez en bouteilles qu’un an plus tard.Ingrédients composant le cocktail « Vin de genièvre »: baies de genièvre. miel. levain de farine. eau. Pour plusieurs « Vin de genièvres », il suffit de multiplier les doses.

    alcool22.gifalcool22.gifalcool22.gifalcool22.gifalcool22.gifalcool22.gifalcool22.gifalcool22.gifalcool22.gifalcool22.gifalcool22.gifalcool22.gif

    Vin de genièvre

    Pour 4 personnes:

    RECETTE: le vin de genièvre dans RECETTES SPECIALES pixel

    1 poignée de baies de genièvre
    1 bouteille de vin blanc

    .

    Broyer les baies à l’aide d’un pilon; dans un bocal, recouvertes de vin les laisser reposer 8 jours.Cuire ensuite la préparation à petit feu pendant 10 minutes.Remettre dans le bocal et laisser encore macérer une semaine.

    Filtrer dans des bouteilles

      

    vins2.jpg

    Publié dans RECETTES SPECIALES | 4 Commentaires »

     

    Quantum SCIO |
    Le Mangoustan |
    actumed |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
    | Psychothérapeute PAU
    | Soleil levant